DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Recherche : texte heureux

18 novembre, 2021

Touche pas à mon argent ! …

Classé dans : L Argent (13) — coukie24 @ 12:43

L’argent ! Toujours l’argent ! Qu’il fasse le bonheur, ou qu’il n’ait pas d’odeur… il ne comptera jamais pour du beurre ! Et quelques soient les époques, les citations d’hommes célèbres nous le rappellent, l’argent reste plus que jamais d’actualité dans ce monde tourmenté ….

204360.gif

La politique est l’art d’obtenir de l’argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres. Michelet

L’argent est l’argent, quelles que soient les mains où il se trouve. C’est la seule puissance qu’on ne discute jamais. [Alexandre Dumas] 
Extrait de La Question d’argent

Trois choses sont absolument nécessaires : premièrement de l’argent, secondement de l’argent,troisièmement de l’argent. [Jean-Jacques Trivulce]
Extrait de Réponse à Louis XII

Si tu n’obtiens pas ce que tu veux avec de l’argent, tu peux l’obtenir avec beaucoup d’argent ! [Emir Kusturica]
Dialogue du film Chat noir, chat blanc

Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres. Bon d’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres. [Alphonse Allais] 
Extrait de Le Sourire

Les affaires ? C’est bien simple, c’est l’argent des autres. [Alexandre Dumas, fils]  
Extrait de La question d’argent

Un  banquier ne vous prête de l’argent que dans la mesure où vous n’en avez pas besoin. Si vous avez vraiment besoin d’argent, c’est que vous êtes dans une situation désespérée. Et dans une situation désespérée, vous n’intéressez pas un banquier. [Paul-Loup Sulitzer]

Si l’argent ne faisait pas le bonheur, il y a longtemps que les riches malheureux auraient rendu l’argent. [Jean-François Kahn]              Extrait de Dictionnaire incorrect

economiser.gif

17 novembre, 2021

De quoi faire culpabiliser ceux qui un jour, ont abandonné …

Classé dans : Arche de Noé — coukie24 @ 16:21

COMMENT EST-CE POSSIBLE ?

Quand j’étais un chiot, je t’ai amusé avec mes cabrioles et t’ai fait rire.
Tu m’as appelé ton enfant, et en dépit de plusieurs chaussures mâchées et quelques oreillers assassinés, je suis devenu ton meilleur ami.
Toutes les fois que j’étais méchant tu agitais ton doigt vers moi et me demandais
« Comment est-ce possible ? », mais après on s’amusait ensemble.

De quoi faire culpabiliser ceux qui un jour, ont abandonné ... dans Arche de Noé my1

Mon éducation a pris un peu plus longtemps que prévu, parce que tu étais terriblement occupé,
mais nous y avons travaillé ensemble.
Je me souviens de ces nuits où je fouinais dans le lit et écoutais tes confidences et rêves secrets,
et je croyais que la vie ne pourrait pas être plus parfaite.

my2 dans Arche de Noé

Nous sommes allés pour de longues promenades et courses dans le parc, promenades en voiture,
arrêts pour de la crème glacée (j’ai seulement eu le cornet parce que « la glace est mauvaise pour les chiens » comme tu disais),
et je faisais de longues siestes au soleil en attendant que tu rentres à la maison.

Progressivement, tu as commencé à passer plus de temps au travail et à te concentrer sur ta carrière,
et plus de temps à chercher un compagnon humain.
Je t’ai attendu patiemment, t’ai consolé après chaque déchirements de coeur et déceptions,
je ne t’ai jamais réprimandé au sujet de mauvaises décisions, et me suis ébattu avec joie lors de tes retours au foyer.

Et puis tu es tombé amoureux.
Elle, maintenant ta femme, n’est pas une « personne chien », mais je l’ai accueillie dans notre maison,
essayé de lui montrer de l’affection, et lui ai obéi. J’étais heureux parce que tu étais heureux.

Ensuite les bébés humains sont arrivés et j’ai partagé votre excitation.
J’étais fasciné par leur couleur rose, leur odeur, et je voulais les pouponner aussi.
Seulement vous vous êtes inquiétés que je puisse les blesser,
et j’ai passé la plupart de mon temps banni dans une autre pièce ou dans une niche.
Oh, comme je voulais les aimer, mais je suis devenu un « prisonnier de l’amour ».

my4

Comme ils ont commencé à grandir, je suis devenu leur ami.
Ils se sont accrochés à ma fourrure et se sont levés sur leurs jambes branlantes,
ont poussé leurs doigts dans mes yeux, fouillé mes oreilles, et m’ont donné des baisers sur le nez.
J’aimais tout d’eux et leurs caresses – parce que les tiennes étaient maintenant si peu fréquentes
et je les aurais défendus avec ma vie si besoin était.

J’allais dans leurs lits et écoutais leurs soucis et rêves secrets, et ensemble nous attendions le son de ta voiture dans l’allée.
Il y eut un temps, quand les autres te demandaient si tu avais un chien, tu leur montrais une photo de moi dans ton portefeuille
et tu leur racontais des histoires à mon propos.
Ces dernières années tu répondais juste  » oui  » et changeais de sujet.
Je suis passé du statut de « ton chien » à « seulement un chien » et vous vous êtes offensés de chaque dépense pour moi.
Maintenant, vous avez une nouvelle occasion de carrière dans une autre ville,
et vous allez déménager dans un appartement qui n’autorise pas d’animaux familiers.
Tu as fait le bon choix pour ta « famille », mais il y eut un temps où j’étais ta seule famille.

my3

 

J’étais excité par la promenade en voiture jusqu’à ce que nous arrivions au refuge pour animaux.
Cela sentait les chiens et chats, la peur, le désespoir.
Tu as rempli la paperasserie et as dit : « Je sais que vous trouverez une bonne maison pour elle ».
Ils ont haussé les épaules et vous ont jeté un regard attristé.
Ils comprennent la réalité qui fait face à un chien entre deux âges, même un avec « des papiers. »
Tu as dû forcer les doigts de ton fils pour les détacher de mon col et il a crié
« Non, Papa ! S’il te plaît, ne les laisse pas prendre mon chien ! »
Et je me suis inquiété pour lui.
Quelles leçons lui avez-vous apprises à l’instant au sujet de l’amitié et de la loyauté, au sujet de l’amour et de la responsabilité,
et au sujet du respect pour toute vie ?
Tu m’as donné un « au revoir caresse » sur la tête, tu as évité mes yeux, et tu as refusé de prendre mon collier avec vous.

Après votre départ, les deux gentilles dames ont dit que vous saviez probablement au sujet de votre départ il y a de cela plusieurs mois et que vous n’aviez rien fait pour me trouver une autre bonne maison.
Elles ont secoué la tête et ont dit : « Comment est-ce possible ? ».

Ils sont aussi attentifs à nous ici dans le refuge que leurs programmes chargés le leur permettent.
Ils nous nourrissent, bien sûr, mais j’ai perdu l’appétit il y a plusieurs jours.
Au début, chaque fois que quelqu’un passait près de ma cage, je me dépêchais en espérant que c’était toi,
que tu avais changé d’avis, que c’était juste un mauvais rêve…
ou j’espérais tout au moins que ça soit quelqu’un qui se soucie de moi et qui pourrait me sauver.
Quand je me suis rendu compte que je ne pourrais pas rivaliser avec les autres chiots qui folâtraient pour attirer l’attention,
je me suis retiré dans un coin de la cage et ai attendu.

J’ai entendu ses pas quand elle s’approchait de moi en fin de journée, et j’ai trottiné le long de l’allée jusqu’à une pièce séparée.
Une pièce heureusement tranquille. Elle m’a placé sur la table et a frotté mes oreilles, et m’a dit de ne pas m’inquiéter.
Mon coeur battait d’appréhension à ce qui était à venir, mais il y avait aussi un sentiment de soulagement.
Le  « prisonnier de l’amour » avait survécu à travers les jours. Comme c’est dans ma nature, je me suis plutôt inquiété pour elle.
Le fardeau qu’elle porte pèse lourdement sur elle, et je le sais, de la même manière que je connaissais votre humeur chaque jour.
Elle a placé une chaîne doucement autour de ma patte de devant et une larme a roulé sur sa joue.

J’ai léché sa main de la même façon que je te consolais il y a tant d’années.
Elle a glissé l’aiguille hypodermique habilement dans ma veine.
Quand j’ai senti la piqûre et le liquide se répandre à travers mon corps,
je me suis assoupie, l’ai examinée de mes gentils yeux et ai murmuré :  » Comment as-tu pu ? ».
Peut-être parce qu’elle comprenait mon langage, elle a dit  » je suis si désolée. »
Elle m’a étreint, et m’a expliqué précipitamment que c’était son travail de s’assurer que j’allais à une meilleure place
où je ne serais pas ignorée ou abusée ou abandonnée, où j’aurais à pourvoir moi-même à mes besoins,
une place remplie d’amour et de lumière très différent de cet endroit.
Et avec mes dernières forces, j’ai essayé de me transporter jusqu’à elle et lui expliquer avec un coup sourd de ma queue
que mon  » Comment as-tu pu ? » n’était pas dirigé contre elle.
C’était à toi, Mon Maître Bien-aimé, que je pensais.

my5

Je penserai à toi et t’attendrai à jamais.

Puisse tout le monde dans ta vie continuer à te montrer autant de loyauté.

Texte écrit par Par Jim Willis 2001 trouvé chez : http://www.chezmaya.com/div/estcepossible.htm qui l’a lui-même pris chez : http://www.chien.education.free.fr/Vousetlechien/CHIENW_1/chienw_1.htm

Merci de faire suivre ce texte pour sensibiliser les personnes désireuses de prendre un animal de compagnie, ce n’est pas un jouet ou un objet que l’on prend ou achète et puis qu’on jette !!! On vous confie une VIE !

La décision d’ajouter un animal familier à la famille est une importante décision pour la vie,  les animaux méritent notre amour et nos soins,  la recherche d’une autre maison appropriée pour votre animal est de votre responsabilité, toute vie est précieuse.

S’il vous plaît, ayez du coeur !

Ils vous font confiance !

Pensez-y !

 

23 mai, 2021

A la recherche du bonheur…

Classé dans : Le Bonheur (153),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 7:42

bonheur-pensees-positives

Je ne crois pas que le bonheur soit contagieux

C’est plutôt un choix qu’on fait d’être heureux
On s’attache souvent à toutes les valeurs
Mais personne ne nous prescrit le bonheur

Il n’est pas que pour quelques privilégiés
Bien raisonné, on peut tous y accéder
Un pessimiste est plongé dans ses malheurs
Mais l’optimiste voit la vie tout en couleurs

Le second prend la vie du bon coté
Alors que le premier ne croit plus en l’été
Pour l’enfant, il peut sembler tout naturel
De vouloir toucher à l’arc-en-ciel

Mais le secret serait de posséder un peu moins
D’y aller seulement suivant nos besoins
On désire trop, et tout à la fois
Mais nous sommes forcés de faire des choix

On voudrait changer notre style de vie
Mais a-t-on les moyens en contrepartie
Le bonheur à poursuivre demeure donc la joie
Cueillir tous les p’tits bonheurs autour de soi

Texte Claude Marcel Breault

bonheur-puzzle

http://coukie24.unblog.fr/files/2008/10/lepetitbonheur.mp3 Je ne crois pas que le bonheur soit contagieux C’est plutôt un choix qu’on fait d’être heureux On s’attache souvent à toutes les valeurs Mais personne ne nous prescrit le bonheur Il n’est pas que pour quelques privilégiés Bien raisonné, on peut tous y accéder Un ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

3 janvier, 2021

d – Et voici Janvier !

Classé dans : — coukie24 @ 1:14

d - Et voici Janvier ! dans Blogs préférés nhtx6zcx

qiteyb75 dans Blogs préférés

 

7qlaoc6v

Sous nos yeux, une nouvelle Année est en train d’éclore, pleine de couleurs et de nouveaux espoirs !

Le Temps est précieux. Quels que soient les obstacles que nous rencontrons, sachons profiter de chaque instant !

Bonne Année !

med-fleurs-d-hiver-visoflora-47597

 Proverbes du mois de janvier

separateur neutre      

Au mois de janvier,
Mieux vaut voir le loup dans les champs, qu’un homme en chemise.

4cc3ce65Janvier frileux, Gèle l’oiseau sur ses oeufs.

chien-bonhomme de neige

Le mauvais an
Entre en nageant.

oiseausneige.bmp

Si janvier ne prend son manteau,
Malheur aux arbres, aux moissons, aux coteaux.

neige66074.jpg

L’or du soleil en janvier
Est or que l’on ne doit envier.

neige66069.jpg

Un mois de janvier sans gelée
N’amène pas une bonne année.

82bbcc78Janvier sec et sage
Est un bon présage.

neige66063.jpg

Sécheresse de janvier
Richesse de fermier.

neigealacampagne72676.jpg

Sec janvier
Heureux fermier.

0053Quand le soleil brille le jour de l’an
C’est signe de beaucoup de gland.

paysageenneige36832.jpg

Pluie aux rois
Blé jusqu’au toit.

neigesneigesautresarbrescarbonblancfrance5155298114948644.jpg

Quand le crapaud chante en janvier
Serre ta paille, métayer.

neige66069.jpg

Si la grive chante au mois de janvier,
Bouvier prend garde à ton grenier.

pontonneige.jpg

Garde toi du mois de janvier
Comme un voleur au grenier.

d3f9c13dLes douze premiers jours de janvier
Indiquent le temps qu’il fera les douze mois de l’année.

COUCHER-DE-SOLEIL-SOUS-LA-NEIGE

Regarde comment sont menées
Depuis Noël douze journées
Car en suivant ces douze jours
Les douze mois feront leur cours.

paysageneige.gif

Jour de l’an beau,
Mois d’août très chaud.

hk0v95xf

Entre le 10 et le 20 janvier, les plus contents sont les drapiers.

feuilles et neige

Le jour à la Saint Antoine a augmenté d’un dîner de moine

neige72653.jpg

20 janvier : A la Saint Sébastien l’hiver reprend ou se casse les dents

neige66073.jpg

22 janvier : Si le jour de la Saint Vincent le soleil est clairet beau on aura plus de vin que d’eau.

4gx6k80t

J’ai pioché un peu partout dans le net des images, gifs et des textes.
Si certaines sont à vous ou que le nom de l’auteur n’y figure pas, n’hésitez pas à me joindre ! si certaines images doivent obtenir une autorisation pour être publiées, faites moi le savoir, je retirerai aussitôt les images, car en aucun cas je ne veux nuire à qui que ce soit.
Bonne visite et contactez-moi en cas de problème.  Merci  

mws10.gif

oqgm017w

Pour vous, ce bouquet de roses !

0u80ka16

bw2yngkq

617785commentaire

 

http://coukie24.unblog.fr/files/2009/01/04mariahelena.mp3   Sous nos yeux, une nouvelle Année est en train d'éclore, pleine de couleurs et de nouveaux espoirs ! Le Temps est précieux. Quels que soient les obstacles que nous rencontrons, sachons profiter de chaque instant ! Bonne Année !  Proverbes du mois de janvier        Au ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

25 décembre, 2020

A l aube du nouvel an …

Classé dans : Noël et 1er de l An (83) — coukie24 @ 15:00

À l’aube de la nouvelle année

magie-noel-etoile

Quand une autre année se finit

Je pense toujours à mes amis
À ma famille, à tous mes parents
À ceux que je croise le plus souvent

Je me rappelle de beaux souvenirs
De tous ceux qui m’ont fait sourire
De ceux aussi que j’ai écrit
Dans le grand livre de ma vie

Chacune de ces personnes a sa page
J’y ai aussi ajouté des images
Ce sont eux qui m’ont fait avancer dans la vie
C’est aussi à cause d’eux si j’ai grandi

À la fin de cette année donc qui fuit
Je voudrais cent fois leur dire Merci
D’être de près ou de loin dans ma vie
Mais surtout d’y être encore aussi

Tous les jours j’écris sur eux des mots
Je ne me rappelle que le plus beau
Je veux leur souhaiter une belle année
D’avoir le courage de continuer

De vivre heureux, dans la santé
De me conserver leur amitié
Je veux qu’ils sachent aussi
Qu’ils embellissent toujours ma vie

Texte Claude Marcel Breault

petits coeurs noel

3 novembre, 2020

Celui…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:18

0ea59e69

Celui qui ne voyage pas,
Celui qui ne lit pas,
Celui qui n’écoute pas de musique,
Celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

Il meurt lentement…

Celui qui devient esclave de l’habitude
Refaisant tous les jours les mêmes chemins,
Celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements,
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement…

Celui qui évite la passion et son tourbillon d’émotions, celles
qui redonnent la lumière dans les yeux et réparent les coeurs blessés.

Il meurt lentement…

Celui qui ne change pas de cap lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
Celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves
Celui qui pas une seule fois dans sa vie, n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant ; risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

Texte de Pablo Neruda

7257388814

Unpeudetao a donné une très belle suite à ce texte que je vous laisse interpréter… Valeur d’autant plus délicate  et merveilleuse à mes yeux que les siens ne lui permettent plus de voir le soleil.

6902487

Et à celui là, tends lui la main………
S’il ne sait pas voir, aide le à trouver son chemin !
Un mot, un sourire, peuvent lui donner un peu de chaleur, qui lui manque, tu lui permettras, peut-être, de pousser la porte du bonheur!
Que nos pas guident ses pas………

Viktor Tsyganov 12

30 janvier, 2019

LES GENS HEUREUX …

Classé dans : Le Bonheur (153),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 20:34

LES GENS HEUREUX

LES GENS HEUREUX ... dans Le Bonheur (153) pensees-p-blog

Les gens heureux n’ont rien à raconter
On ne parle jamais d’eux sur les papiers
Il faudrait, pour cela, raconter le bonheur
Ce qui n’intéresserait pas les lecteurs

On ne parle donc pas de jours où ça va bien
Ou de nos gens heureux au quotidien
On aime plutôt écrire, ou encore partager
Tout ce qui, dans la vie, n’a pas marché

C’est tellement plus facile d’en parler
Quand une nuée de gens veulent écouter
Il nous faudrait, hélas !, Mentionner
Que les gens heureux lisent moins les papiers

N’ont pas besoin de courir, de se presser
Ils vivent un peu à part dans la société
Pour eux, la vie est toujours simple
Ils vivent surtout de la joie qu’ils sèment

Ils vivent d’amour au fond de leurs yeux
Avec l’espoir, que leur ciel sera toujours bleu

Texte Claude Marcel Breault

2943397365 dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

9 décembre, 2018

Les gens heureux…

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 17:33

L’image contient peut-être : texte

19 mai, 2018

Article que j’approuve à 100 % et que je vous recommande…

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 17:21

La vie est trop courte : vous ne pouvez plus tolérer ces 15 choses

PAR JULIEN PERRET 5 AVRIL 2013 

La vie est trop courte : vous ne pouvez plus tolérer ces 15 choses

Je suis un cartésien. Si l’on ne me donne pas la preuve de théories telles que la vie après la mort ou la résurrection, je continuerais de croire que l’on ne vit qu’une fois. Pire encore, je vous recommanderais toujours de croire que vous n’avez qu’une vie à vivre. Or si c’est bien le cas, il ne faut pas oublier que notre espérance de vie qui n’avait de cesse d’augmenter à la fin des années 90 commence aujourd’hui à stagner, ou à diminuer dans certaines régions du monde. Conclusion : la vie est trop courte !

Partant de ce postulat, j’ai envi de partager avec vous 15 choses que vous ne pouvez plus tolérer compte tenu du temps qu’il vous reste à profiter de la vie. 20 choses que l’on accepte généralement à contre cœur mais qui deviennent une véritable torture lorsque l’on considère que la vie est trop courte !

A partir d’aujourd’hui, vous devriez donc arrêter de tolérer :

  1. Les personnes qui vous rabaissent. Les relations ne devraient jamais vous détruire, elles n’ont d’intérêt que si elles vous apportent quelque chose. Passez du temps avec les gens qui vous apprécient, et oubliez ceux qui cherche à vous rabaisser
  2. Un travail que vous détestez. Pourquoi passer 40 ans de votre vie à faire quelque chose que vous n’aimez pas ? Pour l’argent me direz-vous… Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle…
  3. Votre propre pessimisme. Vous n’avez peut-être pas conscience de la manière dont vos pensées peuvent vous affecter sur le long terme. A force d’être négatifs et pessimistes, vous risquez d’attirer la malchance et de vous endiguer dans un cercle vicieux. Pensez positif pour changer !
  4. Une communication biaisée. Chacun interprète vos paroles avec les filtres qui lui ont propres, si vous acceptez d’être imprécis dans vos paroles, vous risquez de perdre des relations importantes et des moments de bonheurs précieux.
  5. Un lieu de vie sans âme. Vous passez une grande partie de vos journées au bureau ou chez vous. La vie est trop courte pour repousser quelques travaux et décorations qui pourraient rendre votre quotidien plus agréable à vivre. N’attendez pas d’avoir 60 ans. On ne vit qu’une fois, autant que ce soit dans un endroit sympa !
  6. De perdre du temps à dormir plus que nécessaire. La vie est trop courte mais nous aimons la raccourcir en dormant pendant des heures lorsque nous en avons l’occasion. Pourquoi ne pas profiter des moments de vie au maximum ? Le sommeil est agréable, mais inconscient !
  7. La pression du regard des autres. N’essayez pas de vous conformer à ce que vous imaginiez que les autres attendent de vous, vous en oublieriez d’être heureux comme vous êtes. Dans le fond, les autres n’attendent rien de vous, si ce n’est que vous soyez authentique.
  8. Votre peur du changement. Le changement, c’est la vie. Si vous passez votre vie à fuir le changement, vous passerez probablement à coté de ce dont vous aviez réellement besoin
  9. Prendre des risques avec votre santé. Sérieusement, si vous choisissez volontairement de diviser votre durée de vie par deux, vous ne pourrez plus vous plaindre et dire que la vie est trop courte.
  10. La routine. L’avantage de la vie, c’est que l’on peut goûter à tellement de choses différentes qu’il serait dommage de faire toujours la même. Surtout si la chose en question n’a quasiment aucun intérêt.
  11. L’avarice. Certains racontent que le fait d’aider les autres ou le fait d’offrir sont d’excellents moyens d’être heureux. Je crois que c’est vrai. Il ne s’agit pas de tout donner et de rien garder pour vous, mais simplement de ne pas vous priver de faire plaisir.
  12. L’endettement. C’est en quelque sorte la prison moderne. Vous dépensez plus que vous ne devriez pour satisfaire des besoins ponctuels et vous le regrettez quelques années plus tard lorsque votre compte est bloqué et votre famille limitée à manger du riz tous les soirs de la semaine. Ne choisissez jamais la voie de la facilité, la vie est trop courte pour la passer à rembourser des dettes.
  13. Ne jamais rien prendre à la légère. Je sais que la vie c’est du sérieux, et que votre boulot vous plaît peut être beaucoup. Mais le rire est l’une des choses dont on serait bien idiot de se passer tant il aide à oublier tout ce qui va mal. N’oubliez pas de prendre la vie à la légère, rien n’est si important que vous ne l’imaginez.
  14. Ne pas être préparé. La vie est faite de moments inattendus, mais vous devez être préparé à l’inattendu et l’affronter plutôt que de le fuir. Soyez préparé en toute circonstance.
  15. Ne pas vivre vos rêves. Qu’y a t’il de plus important que de vivre la vie dont vous rêvez ? Probablement rien. Cela devrait être votre priorité quel que soit le moment et le contexte dans lequel vous vous trouvez. La vie est trop courte. Vivez vos rêves.
separateur neutre
A propos de Julien Perret
Aventurier et entrepreneur, Julien est le fondateur du Projet The Life List et du programme changer de vie. Auparavant, Julien a passé 10 ans en tant que consultant en stratégie et marketing auprès de plus de 50 entreprises dans le monde. Il est diplômé de l’Ecole Centrale Paris.

15 mars, 2018

Un jour prochain le printemps viendra …

Classé dans : Les Saisons (115),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 20:07

1425394127

Un jour prochain le printemps viendra
Et avec lui le muguet, le lilas
Le soleil viendra nous réchauffer
J’oublierai le froid, nos rues enneigées

Il fera bon, quand je verrai des bourgeons
Quand apparaîtront des gens sur leur balcon
Quand je verrai aussi, des gens se parler
Peut-être, renouer de vieilles amitiés

J’ai si hâte de voir plein de couleurs
Bientôt, je pourrai voir de belles fleurs
Des pivoines, de belles jonquilles
Sortir tout droit de leur coquille

Je verrai des p’tits écureuils
Des arbres, retrouver leurs feuilles
Mais surtout, et ce sera pour bientôt
Je verrai revenir mes oiseaux

Mes oies blanches, mes canards sauvages
Venir s’ajouter à mon beau paysage
Même que le ciel redeviendra bleu
Je ne verrai surtout que des gens heureux

Ce jour-là si tu veux, nous aussi on y sera
On se câlinera, c’est le printemps qu’on saluera

Texte Claude Marcel Breault

2031611

3 décembre, 2015

Tous les cheveux un jour deviennent …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 18:03

 

femme beaut coiffure

Tous les cheveux un jour deviennent gris
Ceux des hommes, ceux des femmes aussi
Le gris ajoute de la sagesse à la vie
Quelques onces de respect y compris

Celui pourtant qui a ses cheveux blancs
N’en est pas plus vieux pour autant
Un cheveu moins foncé, moins colorié
N’est pas synonyme d’un âge avancé

Un savant un jour me disait bien sérieux
L’important se cache toujours sous nos cheveux
Y aurait-il alors deux classes de citoyens
Ou certains qui ne cachent presque plus rien

Les cheveux, on en voit des différents tous les jours
On en voit des longs mais aussi des courts
Jadis, toutes les femmes les portaient  longs
Aujourd’hui hélas ! Ce sont les jeunes garçons

Leur couleur ne correspond plus à nos années
Mais en fait, on veut être plus regardé
Des cheveux gris, auront toujours cette priorité
On nous reconnaîtra toujours comme des aînés

Comme des gens qui ont traversés leur vie
Et qui sont heureux de leurs cheveux gris
On les entendra dire, cheveux longs, cheveux courts
Nous nos cheveux, on les porte avec amour

Texte Claude Marcel Breault

7018

13 novembre, 2014

Journée de la gentillesse …

Classé dans : Actualités,Sentiments (132) — coukie24 @ 15:50

Pour votre santé, privilégiez la gentillesse et la compassion

  • Publication: 13/11/2014 06h57 CET Mis à jour: 13/11/2014 06h57 CET
KINDNESS

Soyez gentil, c’est bon pour la santé |
- Être gentil, voilà une chose que l’on rabâche sans cesse aux enfants mais que l’on oublie bien vite dans nos vies d’adultes. Qualifier quelqu’un de « gentil » n’est pas nécessairement un compliment chez « les grands ». Et pourtant, la gentillesse, dont on fête la journée mondiale ce 13 novembre, ne devrait pas être si mal vue. Cette vertu présente de réels avantages pour votre santé, votre carrière professionnelle et évidemment, votre relation aux autres.

La science s’y est intéressée, voici ses principales conclusions:

Être gentil, c’est dans notre « nature »
kids kind

En grandissant, on nous enseigne des valeurs morales censées nous aider à devenir une meilleure personne, que ce soit par le biais des bonnes manières, de la compassion ou de la considération envers les autres. Une étude de l’Université de Buffalo publiée en 2012 suggère que notre capacité à aller vers le bien aurait en fait une origine génétique. Dans cette publication, des scientifiques ont trouvé que certaines personnes naissaient avec certains gènes munis de récepteurs spécifiques à l’oxytoxine et à la vasopressine, deux hormones associées à l’amour et à la générosité.

Évidement, avoir ces gènes-là ne fait pas de vous une bonne personne. Des chercheurs ont aussi trouvé que la génétique « travaille » en tandem avec vos expériences de vie. De la combinaison des deux dépend votre degré de sociabilité, comme l’explique le siteLive Science.

Cela pourrait vous permettre de vivre plus longtemps 
couple laughing

Lorsque vous aidez quelqu’un, vous n’améliorez pas seulement sa vie, vous améliorez aussi la vôtre. Des études ont montré que les personnes qui font du bénévolat récupèrent des bénéfices sur leur santé qui prolongeraient leur espérance de vie. Aider les autres et vivre plus longtemps, on signe! En 2001, des chercheurs ont par exemple mesuré le rythme cardiaque de personnes faisant preuve d’empathie plutôt que de vengeance. Comme l’explique Psychologies, les émotions négatives et le ressentiment sont corrélés à un rythme cardiaque et une pression artérielle élevés.

Nous sommes plus heureux quand nous sommes gentils
kindness

Cela pourrait sembler un peu égoïste, mais être bienveillant envers les autres pourrait aussi jouer en votre faveur. Selon une étude de 2001, publiée dans la revue Journal of Health and Social Behaviour, les bénévoles seraient moins sujets que les autres à la dépression. Pourquoi? « Ils auraient tendance à mieux évaluer leur sentiment de bonheur, leur qualité de vie et leur estime de soi », explique Metronews.

Cela peut être la clé du succès
good leader

Les personnes qui compatissent et sont plus à l’écoute des émotions des autres ont plus de succès au travail. « Les gens vous font plus confiance, ont de meilleures interactions avec vous et vous pouvez même être mieux payés », affirme Dacher Keltner, un professeur de l’Université de Berkeley en Californie et co-directeur du Greater Good Science Center dans une interview à ABC. La gentillesse comme réponse à la crise économique? En 2009, un sondage TNS Sofres mené auprès des lecteurs dePsychologies soulignait que pour 70 % d’entre eux “davantage d’entraide entre les gens serait une solution pour sortir de la crise actuelle”. C’est peut-être une piste à creuser.

Cela peut vous déstresser 
nice

À toujours vouloir finir la course en tête, votre niveau de stress frôle les sommets. Les babouins ont trouvé la parade. Selon une étude publiée en 2011, les mâles alpha étaient bien plus stressés que les autres mâles jugés « plus gentils » comme l’explique leNew York Times. Finir bon second plutôt que mauvais dernier. Cela vaut aussi en entreprise, comme le rappelle la coach d’entreprise, Valérie Moissonier à Metronews, « Communiquer de manière positive permet d’éviter le stress. Un environnement apaisé a une influence sur la productivité des salariés et même sur leurs défenses immunitaires : quand on est stressé, l’organisme est plus sensible aux microbes »

Cela vous rendra tout simplement heureux
being nice

« Quand nous aidons les autres et faisons de bonnes actions, cela libère de l’endorphine dans notre cerveau. Cette substance nous donne une certaine ferveur, la même que celle qu’éprouve un coureur après une course », affirme Lara Honos-Webb, une psychologue clinique dans un texte publié sur Psychology Today. « Faire quelque chose de gentil produit aussi de la sérotonine, la substance qui nous donne un sentiment de satisfaction et de bien-être ».

Avant de faire une crasse à la personne en face de vous, réfléchissez-y à deux fois.

5 septembre, 2014

Leçon de Vie …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:17

Leçon de Vie ... dans Textes à méditer (239) titre

En passant de la vie humaine à trépas,
Que laisserais-je comme trace de pas ?
Le monde ici bas sera-t-il meilleur ?
Les hommes auront-ils un peu plus de coeur ?

Se donneront-ils tous enfin la main
Pour aider les plus pauvres parmi les humains ?
Verra-t-on le vrai sens du mot solidarité ?
Si l’un a mal, souffrance pour toute l’humanité.

On serre les coudes pour apporter soulagement
À la multitude qui baigne dans les tourments.
Les hommes vivront-ils plus de quiétude et de paix ?
Leurs désirs moins égoïstes, presque parfaits ?

Y aura-t-il entre les peuples plus de justice,
Moins de querelles et moins de préjudices ?
Tous les hommes et les femmes de la terre
Éteindront-ils à jamais les feux de la guerre ?

Aurais-je laissé à une chaleureuse postérité
Qui distribue aux proches joie et félicité ?
Sourires, amitié, partage et amour,
Plus on donne, plus on reçoit en retour.

Feront-ils partie des courantes attitudes
Et seront-ils des hommes la bonne habitude ?
Et y aura-t-il pour le Créateur plus de connaissance ?
Pour ses dons et sa grâce, plus de reconnaissance ?

Mon frère et ma soeur seront-ils plus heureux
Avec leur vie comblée de moments joyeux ?
Y aura-t-il dans le monde moins de pauvreté
Et de misère, beaucoup plus de générosité ?

La chanson «  Quand les hommes vivront d’amour  »
Deviendra-t-elle réalité de jour en jour ?
Voilà ce qu’au monde de laisser est mon rêve
Tandis que je vieillis et que ma vie se parachève.

Si chacun avait en tête un tel testament,
La terre s’embellirait, car se serait plus charmant.
Il ferait merveilleux de vivre en ce monde
Où joie, entraide et partage surabondent.

Le quotidien de tous les peuples de la planète
Et chaque jour donne occasion de faire la fête,
Car entre les personnes plus de fraternité
Tous étant frères et soeurs de l’humanité.

Richard Langlois, 2006

18 juin, 2014

Tout le monde a entendu parler de l’appel du 18 juin 1940, mais combien en connaissent l’intégralité ?

Classé dans : Culture Générale (21) — coukie24 @ 18:49

Texte intégral de l’appel du 18 juin 1940
Tel qu’il a été entendu ce jour-là.

appel_18-juin

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont
formé un gouvernement.
Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s’est mis en rapport avec
l’ennemi pour cesser le combat.
Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et
aérienne, de l’ennemi.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des
Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des
Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont
aujourd’hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle
définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est
perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un
jour la victoire.
Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un
vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer
et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense
industrie des Etats-Unis.
Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre
n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale.
Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a,
dans l’univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis.
Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par
une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j’invite les officiers et les soldats
français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, avec
leurs armes ou sans leurs armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des
industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y
trouver, à se mettre en rapport avec moi.
Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne
s’éteindra pas.
Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la Radio de Londres.

Charles de Gaulle

20110525_10_38_28_234

Source : http://www.charles-de-gaulle.org/article.php3?id_article=44

t_600_849

6 juin, 2014

Tout est possible …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 12:36

b06fdc51

Nombre de gens pourraient mieux s’amuser
Ils ne sont heureux qu’à moitié
Toujours accrochés à leur passé
Ils n’ont qu’un désir, recommencer

Ils ont vécu des moments bons, ou mauvais
Même de très bons, ou de très mauvais
C’est redevenir jeune qu’ils aimeraient
Pouvoir, tout revivre ce qu’ils ont fait

Ils pensent d’ailleurs et trop souvent
Que leur vie ne sera plus comme avant
Ils se rappellent, des amis importants
Se souviennent, de leur vie évidemment

Ils voudraient encore leur parler
Ils voudraient, les entendre se raconter
Ils aimeraient encore, les revoir sourire
Ils vivent dès lors, tous leurs vieux souvenirs

Au fond, s’ils pouvaient justes se décider
Se dire, qu’ils en ont vraiment assez
S’ils pouvaient, revenir dans leur présent
S’ils essayaient, de sourire plus souvent

Ils ne seraient plus, heureux qu’à moitié
C’est toute leur vie qui pourrait changer
On peut tous hélas ! Vivre une belle vie
Il suffit de vouloir, de relever ce défi

Texte Claude Marcel Breault

16 mai, 2014

La tristesse

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 21:44

 

La tristesse

La tristesse dans Poésies, Fables, contes, ... (171) 1349793421
1328627368 dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

Quand on a ce qu’il faut pour être heureux
Pourquoi n’est-on pas toujours joyeux
Même si notre ciel est un peu gris
On pourrait prendre en main notre vie

Mais on croit que le bonheur se manifeste
Comme le sable, dans un océan de tristesse
On se demande, dois-je encore espérer
Trop de choses sont là pour me décourager

Entre, être triste ou me montrer heureux
Lequel des deux serait vraiment mieux
Ça nous arrive tous, de tel aujourd’hui
De trouver que notre ciel est gris

La vie n’est pas triste, elle a des heures tristes
Il vaut donc mieux nous montrer gais, que tristes
Chaque jour à son petit chagrin, son petit souci
Ce sont là, des expériences de la vie

Riez fort, et le monde rira avec vous
Quand pleurez les éloignerez de vous
Dans l’existence, il ne pleut pas toujours
Ouvrons grand nos rideaux, regardons le jour

Est-ce vraiment sérieux, ou juste un caprice
Est-ce seulement dans les yeux que vous êtes triste

Texte Claude Marcel Breault

1328627368
http://coukie24.unblog.fr/files/2014/05/giovanni-marradi-just-for-you.mp3 La tristesse Quand on a ce qu’il faut pour être heureux Pourquoi n’est-on pas toujours joyeux Même si notre ciel est un peu gris On pourrait prendre en main notre vie Mais on croit que le bonheur se manifeste Comme le sable, dans un océan de tristesse On ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

4 septembre, 2013

Un animal de compagnie …

Classé dans : Arche de Noé,Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 13:20

poeme

Un animal de compagnie !

bar5

Il est prouvé que lorsqu’on a vieilli
On se sente seul, que parfois on s’ennuie
Il existe des moyens de gérer notre vie
Peut-être avoir un animal de compagnie

Ça pourrait être un chat, ou même un chien
Un poisson rouge, une perruche, ou un serin
Ce qui importe serait de l’aimer
Et de bien vouloir nous en occuper

 Un animal de compagnie ... dans Arche de Noé back89

Il pourrait s’appeler Coquine, ou bien Coquin 

Le choix de son nom vous appartient

Vous pourriez alors lui parler, l’écouter
Bouger, vous auriez une vie à partager

Coquine adopterait votre routine
Coquin vous montrerait qu’il est très bien
Si votre trésor d’ailleurs était heureux
Il se montrerait très affectueux

Il voudrait que vous le brossiez
Vous lècherait pour vous remercier
Si vous essayiez vous l’adopteriez
Vous ne pourriez plus vous en passer

Ses gestes vous rappelleraient votre jeunesse
au moment ou vous êtes plein
de tendresse


Texte Claude Marcel Breault

BONNE JOURNÉE !

bar5

21 mars, 2013

NOTRE MAISON

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 11:46

NOTRE MAISON 

NOTRE MAISON dans Poésies, Fables, contes, ... (171) olga-vorobyeva23

 Quand on cherche où construire sa maison

Souvent, on tient compte de la belle saison
Du lever, et aussi du coucher de soleil
Heureux, notre maison sera plus belle

On pense au dehors, à ce qu’elle doit devenir
On pense aussi à ce qu’elle doit contenir
Mais une maison doit surtout être
Alors que souvent on veut la faire paraître

On se cherche un tableau d’un grand maitre
Quand nous avons les plus belles fenêtres
Qui ne ressemblent en rien à des hublots
Elles nous montrent les plus beaux tableaux

Car une fenêtre, c’est un album de photos
Chacun de nos regards devient un clic nouveau
On pourrait voyager par nos fenêtres
Sans jamais nous servir de l’odomètre

On pourrait y voir tout notre patrimoine
Etre là, ou la fenêtre nous emmène
Une fenêtre, c’est comme un beau livre
Un regard, tout c’qu’on y voit nous enivre

Devenant une vue sur notre histoire
D’objets tangibles pour notre mémoire

Texte Claude Marcel Breault    

2 octobre, 2011

On tient à la Vie

Classé dans : La Vie (116),Rêveries (62) — coukie24 @ 15:50

636592da28fbe9.gif

On ne vit pas heureux sans rêver
A cela, personne ne peut échapper
Ceux qui disent ne jamais rêver
Devraient au plus tôt s’en dissuader

Il nous est tous un jour arrivé
De croire que notre vie allait changer
Que nos jours gris seraient coloriés
Que notre rêve enfin, allait se réaliser
 
 

Il faut nous rendre au bout de nos rêves
Les reprendre ou on avait laissé
Peu importe d’ailleurs quel jour se lève
À nos rêves il faut nous accrocher

Le bonheur c’est ce à quoi nous tenons
On y tient tous avec détermination
On s’aperçoit à quel point on y tient
À quel point aussi on en avait besoin

Rêver, fait donc partie de notre vie
Une vie que l’on veut belle aussi
Une vie que de toutes pièces on s’est créé
Mais avec laquelle on ne peut pas jouer

Texte Claude Marcel Breault 

3 juillet, 2010

Pardonnez pour vous libérer …

Classé dans : Sentiments (132) — coukie24 @ 15:24

pardonner2.jpg

« Le pardon est une option du coeur,
qui va contre l’instinct spontané de rendre le mal pour le mal. »
Pape Jean-Paul II

Exemple :
Quelqu’un vous a fait du mal. Vous ressassez dans votre tête le geste qu’il a posé pour vous faire du tort. Si la faute est grave, vous en venez même à imaginer de quelle façon vous allez vous venger. Sachez que cette situation contribue à votre propre destruction. Votre rancune ne fait pas de mal à la personne qui vous a offensé, mais elle VOUS fait du mal. Jour après jour, elle vous ronge de l’intérieur. Ce ressentiment vous empoisonne la vie; il vous empêche de devenir ou redevenir une personne heureuse et harmonieuse. Il n’y qu’une seule façon de régler cette situation : il faut pardonner. Voici quelques approches pour faciliter le pardon :

  1. La rancune ne peut vous défendre

    Oubliez la croyance erronée que vous devez garder votre rancune pour éviter d’être offensé à nouveau. En fait, c’est souvent l’inverse. La rancune nous empêche de voir avec clarté. La rancune nous empêche de mettre l’évènement malheureux derrière nous et de poursuivre notre vie harmonieusement. Pardonnez ne veut pas dire qu’on ne vous a pas fait de mal. Cela signifie simplement que vous ne laisserez plus ce souvenir douloureux vous empoisonner la vie.

  2. Interprétation des gestes offensants

    Essayez de donner le bénéfice du doute à la personne qui vous a offensé. Ne vous attendez pas à ce que les gens réfléchissent comme vous et soient sensibles aux mêmes choses que vous. Les divergences d’interprétation sont normales. Cette prise de conscience peut modifier radicalement votre perception de la « culpabilité » de la personne qui vous a offensé. Quand nous intégrons le fait que les autres perçoivent les choses différemment, nous augmentons significativement notre compréhension et acceptation. Si vous adoptez cette attitude, votre capacité de pardon sera décuplée.

  3. Est-ce que vous êtes tout à fait non coupable?

    Est-ce que vous avez déjà fait du mal à la personne qui vous a offensé, peut-être sans vous en rendre compte? Est-ce que vous avez fait du mal à qui que ce soit dans le passé? La réponse à cette deuxième question est assurément « oui ». Donc, en toute justice, c’est peut-être à votre tour de pardonner.

  4. Comprenez l’autre

    Est-ce que vous connaissez toutes les circonstances qui ont poussé la personne qui vous a fait du mal à agir ainsi? Non, nous ne connaissons jamais toute la vérité sur ces choses. Alors, pourquoi ne pas lui donner le bénéfice du doute. Qui ne s’est pas un jour retrouvé dans des circonstances tellement défavorables, qu’il a commis des gestes regrettables presque malgré lui? Il n’est pas question ici d’excuser des gestes répréhensibles, mais plutôt de voir le côté humain derrière ceux-ci. Favorisez votre pardon en vous disant : « la personne qui m’a fait du mal devait réellement souffrir pour agir ainsi. Dans les mêmes conditions difficiles, peut-être que j’aurais agi de la même façon ». Ceci contribuera à transformer votre rancoeur initiale en sentiment de compréhension et peut-être même en sympathie.

  5. Faites les premiers pas

    Suite à un malentendu ou une dispute, nous avons souvent tendance à nous cramponner à des rancœurs mesquines. Cette rancoeur permet à l’anarchie de s’établir en nous. Si la personne qui vous a offensé fait partie de votre environnement de travail ou de votre famille, la meilleure manière de rétablir la paix en vous est de pardonner et de faire les premiers pas vers une réconciliation.

  6. Si un proche vous a fait du mal

    Si vous voulez que votre relation avec votre proche ait un avenir, vous devez pardonner. Même si cette personne a tous les torts, vous devez continuer à l’aimer. Réfléchissez aux conséquences de votre rancune. Vous constaterez alors qu’en cessant d’aimer cette personne, vous perdez une partie de votre joie de vivre, en plus de mettre en péril une relation qui vous est chère.

  7. Les gens changent avec le temps

    Vous êtes peut-être devenu méfiant par rapport à la personne qui vous a fait du mal. Même si la faute a été commise il y a longtemps, vous ne voulez plus avoir aucun contact avec elle. Pourquoi condamner cette personne à perpétuité? Ses actes répréhensibles appartiennent au passé. Cette personne a mal agi, d’accord, mais elle peut s’être améliorée et avoir complètement changé. Repartez donc à zéro comme si rien ne s’était passé, nous méritons tous une deuxième chance.

  8. Si vous êtes croyant, pardonnez pour Dieu!

    Si vous n’êtes pas capable pour l’instant d’éprouver de la compassion pour celui qui vous a offensé, alors pardonnez au nom de Dieu. Dieu est toujours une bonne raison de pardonner.

« Un petit pardon demande plus d’effort,
qu’une grande vengeance. »

On vous a fait du mal, ce n’est peut-être pas de votre faute. Mais si ce mal continue à vous ronger, c’est de votre faute. Pardonnez maintenant plutôt que de continuer à nourrir en vous-même la rancune. Malgré l’intensité du désir de punir celui qui vous a fait du mal, reconnaissez que cette force n’a pour objet que d’assouvir votre instinct de vengeance. Agir selon votre pulsion de vengeance ferait de vous une plus grande victime. Au contraire, le pardon peut faire de vous une meilleure personne. Pourquoi interrompre votre cheminement vers un mieux-être sous prétexte qu’il vous est arrivé un malheur? Les épreuves font partie de la vie. Elles sont mêmes nécessaires à notre développement.

lepardon.jpg

« Le pardon ne change pas le passé,
mais il enrichit le futur. »
Proverbe Sanscrit

genial

pardonner.jpg

12 novembre, 2009

La complainte du chien abandonné …

Classé dans : Arche de Noé,Textes à méditer (239) — coukie24 @ 16:42

La complainte du chien abandonné ... dans Arche de Noé chien8

Au fond du vieux refuge, dans une niche en bois,
Depuis deux ans je purge, d’avoir trop cru en toi.
Tous les jours je t’attends, certain que tu viendras,
Tous les soirs je m’endors, sans que tu ne sois là.

Pourtant je suis certain, je te reconnaîtrai,
Viens me tendre une main, je te la lécherai.
Tu te souviens très bien, quand je sautais sur toi,
Que tu me caressais, que je dansais de joie.

chien1 dans Textes à méditer (239)

                                                       

Que c’est il donc passé, pour que ce 16 juin,
Heureux que tu étais, je me rappelle bien,
Tu sifflais, tu chantais, en bouclant les valises,
Que tu m’aies attaché, là, devant cette église.

Je ne peux pas comprendre, et ne croirai jamais,
Que toi qui fus si tendre, tu sois aussi mauvais.
Peut-être es-tu très loin, dans un autre pays,
Mais quand tu reviendras, moi j’aurai trop vieilli.

chien4

Ton absence me pèse, et les jours sont si longs,
Mon corps s’épuise, et mon cœur se morfond.
Je n’ai plus goût à rien, et je deviens si laid,
Que personne, jamais, ne voudra m’adopter.

Mais moi je ne veux pas, que l’on me trouve un maître,
Je montre bien mes dents, et je prends un air traître,
Envers qui veut me prendre, ou bien me caresser,
Pour toutes illusions, enfin leur enlever.

Car c’est toi que j’attends, prêt à te pardonner,
A te combler de joie, du mieux que je pourrai,
Et je suis sûr, tu vois, qu’ensemble nous saurions,
Vivre des jours heureux, en réconciliation.

chien2

Pour cela, je suis prêt, à faire de gros efforts,
A rester près de toi, à veiller quand tu dors,
Et à me contenter, même si j’ai très faim,
D’un vulgaire petit os, et d’un morceau de pain.

Je n’ai jamais rien dit, lorsque tu m’as frappé,
Sans aucune raison, quand tu étais énervé,
Tu avais tous les droits, j’étais à ton service,
Je t’aimais sans compter, j’acceptais tous tes vices.

Tu m’as mis à la chaîne, ou tu m’as enfermé,
Tu m’as laissé des jours, sans boire et sans manger,
J’ai dormi bien souvent, dans ma niche sans toit,
Paralysé, raidi, tellement j’avais froid.

chien3
 

Pourtant, si tu reviens, nous partirons ensemble,
Nous franchirons en chœur, la porte qui ressemble,
A celle d’une prison, que je ne veux plus voir,
Et dans laquelle, hélas, j’ai broyé tant de noir.

Voilà, mon rêve se termine, car je vois le gardien,
Puis l’infirmière, et le vétérinaire plus loin,
Ils entrent dans l’enclos, et leurs visages blêmes,
En disent long pour nous, sur ce qu’ils nous amènent.

chien5

Je suis heureux, tu vois, car dans quelques instants,
Je vais tout oublier, et, comme il y a deux ans,
Je m’endormais sur toi, mon cher et grand ami,
Je dormirai toujours, grâce à …l’euthanasie.

Et s’il t’arrive un jour, de repenser à moi,
Ne verse pas de larmes, ne te prends pas d’émoi,
Pour toi, j’étais  » qu’un chien « , tu préférais la mer,
Tu l’aurais su avant, j’aurai payé moins cher.

A vous tous les humains, j’adresse une prière,
Me tuer tout petit, aurait peiné ma mère,
Mais il eut mieux valu, pour moi, cette manière,
Et vous n’auriez pas eu, aujourd’hui, à le faire.

chien7

Texte de Gilbert Dumas.

1 novembre, 2009

Très joli texte …

Classé dans : Le Bonheur (153),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 19:02

h77695hm.jpg 

 

 On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s’être marié, après avoir eu un enfant, et ensuite, après en avoir eu un autre…
> > Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l’on sera mieux quand ils le seront.
> > On est alors convaincu que l’on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape.
> > On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances,
 
> > quand on sera à la retraite…  
> > La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le  moment présent.  
> > Si ce n’est pas maintenant, quand serait-ce?  
> > La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer.  
> > Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux
 
> > maintenant  qu’il est encore temps.  
> > Pendant longtemps, j’ai pensé que ma vie allait enfin commencer, ‘ La Vraie Vie! ‘Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu’il fallait résoudre en premier, un thème non terminé,
 
> > un temps à passer, une  dette à payer.  
> > Et alors la vie allait commencer ! ! ! !  
> > Jusqu’à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma  vie.  
> > Cette perspective m’a aidé à comprendre qu’il n’y a pas un chemin qui mène  au bonheur.  
> > Le bonheur est le chemin..  
> > Ainsi passe chaque moment que nous avons et plus encore :  
> > quand on partage ce moment avec quelqu’un de spécial, suffisamment spécial  pour partager notre temps et, que l’on se rappelle que le temps n’attend pas.  
> > Alors, il faut arrêter d’attendre de terminer ses études, d’augmenter son  salaire, de se marier, d’avoir des enfants, que ses enfants partent de la  maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps,  l’été, l’automne ou l’hiver, pour décider qu’il n’y a pas de meilleur  moment que maintenant pour être heureux.  

> > LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION
!  
> > Il n’en faut pas beaucoup pour être heureux.  
> > Il suffit juste d’apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l’un des meilleurs moments de sa vie.

17dc1a3871.gif

6 février, 2009

Merci Bernadette pour ce joli texte…

Classé dans : Amitiés (74) — coukie24 @ 13:59

L’important

Ce n’est pas la taille de ta maison,
mais la douceur et la tendresse de ta main
qui font que ton foyer soit grand ou petit.
C’est la présence d’amis qui,
partant de chez toi,
ne te jugeront pas par le style de ton décor,
mais par la taille de ton coeur.
Ce n’est pas la taille de ton esprit
ou de tes connaissances
qui compte.
Ce ne sont pas les richesses
que tu trouves
qui te rendront heureux
mais c’est la manière
dont tu touches les vies
qui t’entourent.
Avoir ou ne pas avoir de l’argent
n’est pas un si grand problème..
Bien vivre est un art.
La manière dont les gens t’aiment,
la manière dont ils te regardent,
c’est ce qui fait la taille de ton coeur.
L’amitié est comparable aux fleurs,
il faut l’entretenir pour la conserver le plus longtemps possible…

Merci Bernadette pour ce joli texte... dans Amitiés (74) 57ci7wlm

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux