DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

17 mai, 2012

Vie animale

Classé dans : Arche de Noé — coukie24 @ 16:46

  La loi de la nature dit de ne tuer que quand vous avez faim…  

Le photographe Michel Denis-Huot, a pris ces photos lors d’un safari au Kenya Masai Mara en octobre 2011.

> > > > > > > « Trois frères guépards vivent ensemble depuis qu’ils ont quitté leur mère aux environs de 18 mois d’âge » dit-il.
> > > > > > > « Un matin nous les avons vus, ils ne semblaient pas affamés, marchant rapidement et s’arrêtant de temps à autres pour s’amuser.
> > > > > > > À un moment donné, ils ont rencontré un troupeau d’impalas qui se sauvait en courant……
> > > > > > > Mais un plus jeune, pas assez rapide fut, par les trois frères, attrapé facilement. »

 Visionnez les scènes extraordinaires qui suivent :
 Vie animale dans Arche de Noé image00191111

image00232222 dans Arche de Noé
image00313333

image00484444  
 
> > > > > > « Finalement, ils se sont tout simplement éloignés sans lui faire de mal… »
 La vie est courte…

 Pardonne rapidement, aime vraiment, rit à gorge déployée et… ne regrette jamais ce qui t’a fait rire.
 
Les gangs de rue à Calgary en Alberta !  
     

Ce sont des gangs de rue avec lesquels les habitants de Calgary doivent vivre…
C’est un problème bien différent des autres villes.
C’est la preuve que chaque ville a son propre problème de gang de rue. 
Ils se tiennent même dans les meilleurs quartiers de la ville…
     … et il n’y a AUCUNE loi légale qui peut les arrêter.

image00545555

image00666666

image00727777

image00878888
    NE SONT-ILS PAS MAGNIFIQUES !!! ???

 Avez-vous perdu un chat ?

image00959999

Il a peut-être sonné à la porte pour vous le rapporter… 

 C’est probablement la photo la plus extraordinaire faite en 2011 !!!
       

 

26 mars, 2012

Il court le temps …

Classé dans : Le Temps (89) — coukie24 @ 23:38

Il court le temps ... dans Le Temps (89) fond-ecran-le-temps-qui-passe1

9 janvier, 2012

Pourquoi veux-tu de moi ? …

Classé dans : Arche de Noé — coukie24 @ 15:26

Pourquoi veux-tu de moi ?

Pourquoi veux-tu de moi ? ... dans Arche de Noé carre_tranparent_01

080421090617171741977048 dans Arche de Noé

Que je sois un chien ou que je sois un chat,

pourquoi veux-tu de moi ?

Tu sais,

je ne suis pas un jouet,

je ne suis pas un objet.

Moi aussi, j’ai des sentiments, des besoins,

des désirs, des opinions, des exigences.

Avant de m’adopter, demande-toi

pourquoi tu veux vraiment de moi.

Comme toi,

si j’ai froid, ai-je un abri ?

si j’ai faim, ai-je à manger ?

si j’ai soif, ai-je à boire?

si je suis malade, ai-je des soins?

Et en plus,

si je suis mal élevé,

sais-tu m’éduquer sans brutalité ?

Si ma chaîne est trop courte, vas-tu l’allonger ?

ou te demander si elle est nécessaire ?

Si je suis seul longtemps et souvent, à quoi je sers ?

Avant de m’adopter

demande-toi pourquoi tu veux vraiment de moi.

Je ne suis pas tout à fait à ton image.

Je ne suis pas plus bête que toi.

Tu ne m’es pas supérieur, nous sommes différents,

tellement que souvent avec toi,

le dialogue n’est pas facile.

Ce qui compte, ce n’est pas ce que tu promets

mais c’est ton coeur

et c’est ta main.

C’est notre dialogue muet.

Je fais partie du tout auquel tu appartiens.

Alors, dis-moi,

Pourquoi veux-tu de moi ?

(Auteur anonyme)

2037093849_4-235x300

24 novembre, 2011

La chèvre de Monsieur SEGUIN …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 13:24

La chèvre de Monsieur SEGUIN ... dans Poésies, Fables, contes, ... (171) chevre01

texte : Alphonse Daudet
illustrations : Virginie Flores

chevre02 dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

Ah! qu’elle était jolie la petite chèvre de M. Seguin! Qu’elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande!
Et puis, docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l’écuelle. Un amour de petite chèvre!M. Seguin avait derrière sa maison un clos entouré d’aubépines. Il avait attaché la petite chèvre à un pieu, au plus bel endroit du pré, en ayant bien soin de lui laisser beaucoup de corde.Mais un jour, elle se dit en regardant la montagne: «Comme on doit être bien là-haut .Quel plaisir de gambader dans la bruyère sans cette maudite longe qui vous écorche le cou!»A partir de ce moment, l’herbe du clos lui parut fade. Elle maigrit, son lait se fit rare. C’était pitié de la voir tirer tout le jour sur sa longe, la tête tournée du côté de la montagne en faisant Mê! tristement.M. Seguin s’apercevait bien que sa chèvre avait quelque chose, mais il ne savait pas ce que c’était…
Un matin, comme il achevait de la traire, elle se retourna et lui dit dans son patois: «Écoutez, monsieur Seguin, je me languis chez vous, laissez-moi aller dans la montagne.- Ah! mon Dieu! Blanquette, tu veux me quitter!- Oui, monsieur Seguin.- Tu es peut-être attachée de trop court, veux-tu que j’allonge la corde?

- Ce n’est pas la peine, monsieur Seguin.

- Alors, qu’est-ce qu’il te faut? Qu’est-ce que tu veux?

- Je veux aller dans la montagne, monsieur Seguin.

- Mais, malheureuse, tu ne sais pas qu’il y a le loup dans la montagne…

Que feras-tu quand il viendra?

chevre03

- Je lui donnerai des coups de cornes, monsieur Seguin.- Le loup se moque bien de tes cornes. Il m’a mangé de biques autrement encornées que toi… Tu sais bien, la vieille Renaude qui était ici l’an dernier? une maîtresse chèvre, forte et méchante comme un bouc. Elle s’est battue avec le loup toute la nuit… puis, le matin, le loup l’a mangée.

chevre04

- Pauvre Renaude! Ça ne fait rien, monsieur Seguin, laissez-moi aller dans la montagne.- Bonté divine! dit M. Seguin. Encore une que le loup va manger… Eh bien, non… je te sauverai malgré toi, coquine! et de peur que tu ne rompes ta corde, je vais t’enfermer dans l’étable, et tu y resteras toujours.»Là-dessus, M. Seguin emporta la chèvre dans une étable toute noire dont il ferma la porte à double tour. Malheureusement, il avait oublié la fenêtre, et à peine eut-il le dos tourné que la petite s’en alla.Quand elle arriva dans la montagne, ce fut un ravissement général. Jamais les vieux sapins n’avaient rien vu d’aussi joli. On la reçut comme une petite reine.Les châtaigniers se baissaient jusqu’à terre pour la caresser du bout de leurs branches. Les genêts d’or s’ouvraient sur son passage et sentaient bon tant qu’ils pouvaient. Toute la montagne lui fit fête.Plus de corde, plus de pieu… rien qui l’empêchât de brouter à sa guise. Et quelle herbe! Savoureuse, fine, dentelée, faite de mille plantes. Et les fleurs! De grandes campanules bleues, des digitales de pourpre à longs calices, toute une forêt de fleurs sauvages débordant de sucs capiteux ! La chèvre blanche se vautrait là-dedans et roulait le long des talus, pêle-mêle avec les feuilles tombées et les châtaignes. Puis, tout à coup, elle se redressait d’un coup sur ses pattes. Hop! la voilà partie la tête en avant, à travers le maquis.

chevre05

chev06-1

Elle s’avança au bord d’un plateau, une fleur de cystise aux dents, et aperçu en bas, tout en bas dans la pleine, la maison de M. Seguin avec le clos derrière. Cela la fit rire aux larmes.«Que c’est petit! Comment ai-je pu tenir là-dedans?» se dit-elle.Tout à coup, le vent fraîchit. La montagne devint violette; c’était le soir. En bas, le clos de M. Seguin disparaissait dans le brouillard, et de la maisonnette on ne voyait plus que le toit avec un peu de fumée. Un gerfaut la frôla de ses ailes en passant. Elle tressaillit. Puis ce fut un hurlement dans la montagne: «Hou! hou!»Elle pensa au loup. Au même moment une trompe sonna bien loin dans la vallée. C’était ce bon M. Seguin.- Hou! hou! faisait le loup.- Reviens! reviens! criait la trompe. Blanquette eut envie de rentrer; mais en se rappelant le pieu, la corde, la haie du clos, elle pensa qu’elle ne pourrait plus se faire à cette vie et qu’il valait mieux rester.
chev06-2
La chèvre entendit derrière elle un bruit de feuilles. Elle se retourna, et vit dans l’ombre deux oreilles courtes, toutes droites, avec deux yeux qui reluisaient. C’était le loup.Énorme, immobile, il était là, regardant la petite chèvre blanche et la dégustant par avance. Comme il savait qu’il la mangerait, le loup ne se pressait pas.Blanquette se sentit perdue… Un moment, en se rappelant l’histoire de la vieille Renaude, qui s’était battue toute la nuit pour être mangée le matin, elle se dit qu’il vaudrait peut-être mieux se laisser manger tout de suite; puis, s’étant ravisée, elle tomba en garde, la tête basse et la corne en avant, comme une brave chèvre de M. Seguin qu’elle était. Seulement pour voir si elle pourrait tenir aussi longtemps que la Renaude…

chevre07

Le monstre s’avança, et les petites cornes entrèrent en danse. Ah! la brave chevrette! Plus de dix fois, elle força le loup à reculer pour reprendre haleine. Alors, la gourmande cueillait en hâte encore un brin de sa chère herbe, puis elle retournait au combat, la bouche pleineÉCela dura toute la nuit. De temps en temps la chèvre de M. Seguin regardait les étoiles danser dans le ciel clair et elle se disait: «Oh! pourvu que je tienne jusqu’à l’aube…»L’une après l’autre, les étoiles s’éteignirent. Blanquette redoubla de coups de cornes, le loup de coups de dents… Le chant du coq monta d’une métairie.- Enfin! dit la pauvre bête, qui n’attendait plus que le jour pour mourir; et elle s’allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang.Alors le loup se jeta sur la petite chèvre et la mangea.

chevre08Fin

 

 

 

 

 

 

 

 

Morale de cette histoire dramatique …

3253511.jpg

 à trop vouloir de liberté, on perd tout … !

L’illusion est parfois courte : la réalité est le contraire des rêves et nous fait victimes de notre imprudente audace.

25 avril, 2011

Des plantes qui dépolluent l’air !

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 12:17

Des plantes qui dépolluent l'air ! dans Généralités & Divers (152) 1303136522

1303133304 dans Généralités & Divers (152)

Nous savons tous que les arbres sont nécessaires
pour lutter contre la pollution.

Par contre, nous avons moins conscience
que les plantes vertes dans nos appartements
dépolluent aussi notre environnement proche.

Cependant, nous pouvons choisir les espèces de plantes
en fonction des pièces de la maison.

Les plantes sont capables d’absorber les produits toxiques,
et de restituer un air purifié.

Chaque pièce d’habitation contient des polluants différents.

Il est judicieux de choisir des plantes vertes
adaptées à chaque espace.

N’hésitez pas à mettre des plantes vertes chez vous.

Un intérieur avec des plantes
est beaucoup plus vivant,
et vous respirerez mieux.

Les plantes et leur utilité !

1303136647

1- L’AZALÉE :

L’azalée vous protégera de l’ammoniac contenu dans vos produits d’entretien,
ainsi que du formaldéhyde et le xylène présents dans les parfums d’ambiance et les désodorisants.

Ces deux derniers ennemis peuvent également être combattus par la fougère d’intérieur.

1303138685

2- LA FOUGÈRE:

La Fougère d’intérieur, par exemple, est particulièrement efficace pour absorber les émanations toxiques de formaldéhyde dégagées par les tapis.

Culture et entretien :

Les racines ne devront jamais être saturées en eau, la soucoupe ne doit pas être trop pleine.
On vaporisera régulièrement. L’arrosage espacé se fera de préférence avec une eau non calcaire.
Périodiquement, on peut nettoyer les feuilles à l’aide d’un linge humide.
Le rempotage pourra avoir lieu tous les 2 ans.
Préférez les pots en terre qui assurent un meilleur échange air-eau.

1303138702

3- LA GERBERA:

La Gerbera est adaptée pour la cuisine. Cette plante lutte efficacement contre la pollution engendrée par les produits d’entretien, la fumée de cigarettes et les parfums d’ambiance.

Les températures estivales habituelles, de 18 à 22°C, conviennent très bien.

En hiver, conservez la plante aux environs de 15 à 16°C. Elle survivra à une baisse des températures jusqu’à 5°C, mais pas au-dessous.

Arrosage :

Le gerbera est très sensible à l’humidité résiduelle.
En été, arrosez régulièrement, mais sans excès. Laissez sécher le mélange en surface entre chaque arrosage.
En hiver, arrosez avec parcimonie, en laissant sécher le mélange sur presque sa totalité entre chaque apport.

1303138579

4- LE FICUS elastica ou le caoutchouc :

Le caoutchouc est une des meilleures plantes dépolluantes.

Il absorbe une grande quantité de formaldéhyde qui est présent dans une grande partie de nos habitations, nos lieux de travail.

À noter qu’il y a énormément de formaldéhyde présent dans le bois de nos bureaux, des cloisons et des étagères.

Pour combattre ce gaz qui s’évapore doucement de nos bureaux, n’hésitez pas à placez un FICUS elastica au milieu de votre pièces.

Celui-ci luttera fortement contre ce gaz.

La culture du figuier caoutchouc est très facile, car c’est une plante assez robuste, mais elle est sensible aux variations environnementales.

Évitez de le déplacer et fournissez-lui des conditions de croissance stables.

Elle ne fleurit pas dans nos maisons.

1303138652

5- LE FICUS benjamina ou « Figuier pleureur » :

Le figuier pleureur est une bonne plante dépolluante.

Il affrontera plusieurs gaz différents comme le formaldéhyde (dans nos bureaux, nos étagères), et le xylène.

Le FICUS benjamina se mesure contre ces deux gaz, sans problèmes. Il y a plusieurs traces de xylène dans l’encre de nos photocopieurs, de nos imprimantes, etc..

Évidemment, déposez un figuier pleureur dans une pièce où il y a des imprimantes et des photocopieurs.

Un classique que l’on rencontre très souvent à la maison.

Il ne pose guère de difficulté, du moment que vous le disposez dans un endroit lumineux, sans soleil direct.

Il appréciera également un apport d’engrais, au printemps et en été, ainsi qu’une brumisation de son feuillage les jours les plus chauds.

Pour les arrosages, pas d’excès surtout pendant la période hivernale.

Préférez une eau non calcaire.

Vous pouvez sortir votre arbre pendant la période estivale, de mi-mai à septembre.

1303138670

6- LE SPATIPHYLLUM ou « Fleur de lune » :

Le Spathiphyllum, quant à lui, s’avère efficace dans la chambre à coucher.

La fleur de lune est une très bonne plante dépolluante.

Elle se frotte à plusieurs gaz comme le xylène, le formaldéhyde.

Placez dans un endroit demi ombragé. Évitez le soleil direct.

Température :mini 15°C.

Vérifiez l’humidité tous les jours. La terre ne doit pas se dessécher.

Engrais: Fertilisez 1 fois/mois.

1303138618

7- LE DRACAENA marginata : « Le Dragonnier » :

Le dragonnier est une des excellentes plantes dépolluantes qui absorbe la plupart des gaz nocifs présents un peu partout.

Il lutte contre le trichloréthylène qui s’évapore des encres des imprimantes, des photocopieurs.

On peut noter quelque traces de se puissant solvant dans les colles et les peintures.

En plaçant un DRACAENA marginata dans votre pièce, il rendra une partie de l’air ambiant sain.

Arrosez environ deux fois par semaine en période estivale, et, en hiver, laissez sécher entre deux arrosages.

Evitez que les racines séjournent complètement dans l’eau, ce qui provoquerait la pourriture des racines.

Placez cette plante dans un endroit clair, mais sans soleil direct. Par contre, elle tolère aussi bien une forte luminosité qu’une pièce ombragée.

Durant l’été, ajoutez à votre eau d’arrosage un engrais liquide dilué selon les recommandations du fabricant. Répétez l’opération toutes les deux à trois semaines jusqu’en septembre.

Cette plante à besoin d’humidité, vaporisez le feuillage avec de l’eau tiède deux à trois fois par semaine, surtout en été.

1303138598

8- LE DIEFFENBACHIA :

Le dieffenbachia est une plante dépolluante à moyenne effets, il lutte contre le formaldéhyde, le toluène, le xylène.

Attention, toutes les parties du dieffenbachia sont vénéneuses et toxiques pour l’homme et les animaux par un simple contact.

Tenir la plante hors de portée des enfants et des animaux domestiques et bien se laver les mains, dès qu’on le manipule.

Le dieffenbachia, très attirant avec son feuillage panaché, apprécie la chaleur et une humidité ambiante.

C’est une plante qui apprécie la lumière, sans soleil direct. Elle tolère également un peu d’ombre, mais, dans ce cas, les panachures sur le feuillage tendront à disparaître.

1303138718

9- LE CHLOROPHYTUM ou la plante araignée :

Le Chlorophytum est une très bonne plante dépolluante résistant aux attaques de formaldéhyde (bureaux, mobilier en bois), de benzène, du monoxyde de carbone présent dans la fumée de cigarette, mais aussi dans plusieurs détergent. L’idéal est d’en avoir dans plusieurs pièces de la maison.

Cette plante supporte une lumière indirecte (fenêtre au nord), et même faible pour une courte période, mais elle sera plus vigoureuse et ses couleurs seront plus éclatantes sous une lumière vive sans soleil direct, surtout le soleil du midi, comme près d’une fenêtre orientée à l’ouest ou à l’est.

Elle apprécie un environnement humide et chaud.

Les températures normales d’une pièce (18-21ºC) lui conviennent, avec un minimum de 7ºC. Maintenez un bon taux d’humidité de l’air, surtout lorsque la température est plus élevée. En hiver, la température peut être un peu plus fraîche.

C’est une plante d’intérieur facile qui vit de nombreuses années. Elle est très tolérante et elle s’adapte à des conditions environnementales variées. Sa floraison discrète est régulière et fréquente.

Arrosez fréquemment et copieusement durant la période de croissance (mars à octobre), car cette plante absorbe rapidement l’eau du sol.

Néanmoins, il faut toujours laisser sécher le sol en surface entre les arrosages.

Pendant la période de repos, arrosez moins souvent, mais suffisamment pour humidifier le mélange.

Fertilisez à trois ou quatre reprises pendant la période de croissance avec un engrais pour plantes d’intérieur ou un engrais tout usage comme le 20-20-20. Cesser la fertilisation en hiver.

1303138634

10- L’EPIPREMNUM:

L’EPIPREMNUM est une bonne plante dépolluante. Elle est grimpante en la fixant sur un tuteur.

Elle absorbe du benzène, du toluène et du monoxyde de carbone, tous présents dans la fumée de cigarette.

Mi-ombragée à ombragée, pas de soleil direct, de préférence dans un endroit plus frais en hiver, mais hivernage possible en pièce chauffée.

Soins :

Arroser modérément.

La plante ne supporte pas longtemps le desséchement de la motte, ni la stagnation des surplus d’arrosage. Apport d’engrais tous les 15 jours.

1303133304

BONNE JOURNÉE!

1303138739Article trouvé chez Maya http://cartespostales.chezmaya.com/v2/component/zoo/item/trucs-des-plantes-qui-depolluent-lair.html?category_id=215

2 novembre, 2010

Le Temps par Charles Aznavour …

Classé dans : Chansons et musiques sélectionnées,Le Temps (89) — coukie24 @ 7:50

googlerecherchetempsreel.jpg

235bougie20temps20qui20passemaxi.gif

Laisse-moi guider tes pas dans l’existence
Laisse-moi la chance de me faire aimer
Viens, comme une enfant, au creux de mon épaule
Laisse-moi le rôle de te faire oublier 

letemps.bmp

Le temps qui va
Le temps qui sommeille
Le temps sans joie
Le temps des merveilles
Le temps d’un jour
Temps d’une seconde
Le temps qui court
Ou celui qui gronde

334lespaceetletemps.jpg

{Refrain:}
Le temps, le temps
Le temps et rien d’autre
Le tien, le mien
Celui qu’on veut nôtre
Le temps, le temps
Le temps et rien d’autre
Le tien, le mien
Celui qu’on veut nôtre

Le temps passé
Celui qui va naître
Le temps d’aimer
Et de disparaître
Le temps des pleurs
Le temps de la chance
Le temps qui meurt
Le temps des vacances

img5754.jpg

{au Refrain}

Le temps glorieux
Le temps d’avant-guerre
Le temps des jeux
Le temps des affaires
Le temps joyeux
Le temps des mensonges
Le temps frileux
Et le temps des songes

395319bo6.gif

{au Refrain}

Le temps des crues
Le temps des folies
Le temps perdu
Le temps de la vie
Le temps qui vient
Jamais ne s’arrête
Et je sais bien
Que la vie est faite

Du temps des uns
Et du temps des autres
Le tien, le mien
Peut devenir nôtre
Le temps des uns
Et le temps des autres
Le tien, le mien
Peut devenir nôtre

Le temps

organisersontemps.jpg

{au Refrain}

Le temps, le temps, le temps

tempsmodernes.jpg

10 octobre, 2010

Belle histoire … de sorcière !

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 17:09

halloweensorciere00010.gif

Le jeune roi Arthur tomba un jour dans une embuscade et fut fait
 prisonnier par le monarque d’un royaume voisin.
 Le monarque aurait pu le tuer mais fut ému de la jeunesse et de la
 joie de vivre d’Arthur.
 
 Alors il lui offrit la liberté contre la réponse à une question très
 difficile. Arthur aurait une année pour deviner la réponse et s’il
 ne pouvait la donner au bout de ce délai, il serait tue.
 
 La question était : que veulent réellement les femmes ?

 Une telle question laisserait perplexes les hommes les plus savants et
 pour le jeune Arthur, cela semblait être une quête impossible. Comme
 c’était quand même mieux que la mort, il accepta la proposition du
 monarque de lui ramener la réponse au bout d’un an.
 
 Il retourna dans son royaume pour interroger tout le monde : les
 princesses, les prostituées, les prêtres, les sages et le fou de la
 cour. Il parla à chacun mais personne ne put lui donner une réponse
 satisfaisante. Ce que la plupart des gens lui dirent fut d’aller
 consulter la vieille sorcière qui était la seule à pouvoir connaître
 la réponse. Le prix en serait élevé car la sorcière était connue dans
 tout le royaume pour les prix exorbitants qu’elle demandait.
 
 Le dernier jour de l’année arriva et Arthur n’avait pas d’autre choix
 que d’aller parler à la sorcière. Elle accepta de répondre à sa question
 mais il devait d’abord accepter son prix.
 La vieille sorcière voulait épouser Gauvain, le plus noble des
 Chevaliers de la Table Ronde et le plus cher ami d’Arthur.
 Le jeune Arthur fut horrifié, la vieille sorcière était bossue et
 terriblement laide, n’avait qu’une dent, sentait comme l’eau des égouts,
 faisait souvent des bruits obscènes. Il n’avait jamais rencontré de
 créature aussi répugnante. Il refusait de forcer son ami à l’épouser et
 d’endurer un tel fardeau. Gauvain en entendant la proposition, parla à
Arthur. Il lui dit que ce n’était pas un si terrible sacrifice pour
 sauver la vie d’Arthur et préserver la Table Ronde.
 Ainsi le mariage eut lieu et la sorcière répondit à la question.

Ce qu’une femme veut vraiment, c’est de pouvoir décider de sa propre vie.
 
 Chacun sut à l’instant que la sorcière venait de dire une grande vérité
 et que la vie d’Arthur serait épargnée. Et ce fut le cas. Le monarque
 voisin épargna la vie d’Arthur et lui garantit une totale liberté.
 
 Quel mariage ! Arthur était tenaillé entre le soulagement et l’angoisse.
 
 Gauvain se montrait agréable comme toujours, charmant et courtois. La
 vieille sorcière montra ses plus mauvaises manières. Elle mangea avec
 les doigts, rota et péta et mis tout le monde mal à l’aise. La nuit de
 noce approcha. Gauvain se préparant psychologiquement pour la nuit de
 noce entra dans la chambre. Mais quelle surprise ! La plus belle femme
 qu’il ait jamais vue, se tenait devant lui.
 
 Gauvain était éberlué et demanda ce qui se passait. La beauté répondit
 que comme il avait été gentil avec elle quand elle était la sorcière,
 elle serait la moitié du temps horrible et déformée et l’autre moitié
 une magnifique jeune fille.
 Quelle forme voulait-il qu’elle prenne le jour et la nuit ? Quelle
 question cruelle…
 
 Gauvain commença à réfléchir à ce problème : pendant la journée une
 belle femme à montrer à ses amis mais la nuit, dans l’intimité une
 vieille et sinistre sorcière ou bien dans la journée une hideuse
 sorcière mais la nuit une belle femme pour jouir des moments intimes…
 
 Que feriez-vous ?
 Ce que choisit Gauvain est écrit plus bas mais ne lisez pas avant
 d’avoir fait votre propre choix.
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 Le noble Gauvain répondit à la sorcière qu’il la laisserait choisir
 elle-même.
 En entendant cela, elle annonça qu’elle serait belle tout le temps parce
 qu’il l’avait respectée et l’avait laissée décider elle-même de sa vie.
 Morale de l’histoire :
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 -
 La morale est que cela n’a pas d’importance si votre femme est belle
 ou atroce, dessous il y a toujours une sorcière..

e3684f1f.png

3 mars, 2010

Un obstacle sur la route …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 19:04

02rocherguerite1818964504.jpg

Un obstacle sur la route

Il y a très longtemps, un roi fit placer un gros rocher sur une route. Puis, il se cacha et attendit pour voir si quelqu’un enlèverait l’énorme rocher.

Quelque uns des marchants et courtisans les plus riches du royaume passèrent pas là et firent tout simplement le tour du rocher. Plusieurs d’entre eux en profitèrent pour accuser le roi de négliger les routes, mais aucun ne fit quoi que ce soit pour enlever le rocher du chemin.

Puis, un paysan passa par là avec une grosse caisse de légumes. En approchant du rocher, le paysan déposa son fardeau et essaya de pousser le rocher vers le fossé. Après beaucoup d’efforts, il finit pas réussir.

Lorsqu’il se pencha pour reprendre sa caisse de légumes, il aperçut une bourse pas terre, à l’endroit même où était le rocher. La bourse contenait plusieurs pièces d’or et une note écrite par le roi, dans laquelle il disait que l’or appartenait à la personne qui avait enlevé le rocher.

Le paysan venait d’apprendre ce que beaucoup de gens ne comprennent jamais :
chaque obstacle nous donne l’occasion d’améliorer notre sort

Auteur : Brian CAVANAUGH

13 février, 2010

Une cinquantaine d’objets de notre enfance …

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 19:38

fiat500.jpg

50 OBJETS DE NOTRE ENFANCE (années 50 ou 60)

Vous avez grandi dans les années 50 ou 60 ? Vous avez forcément côtoyé nombre de ces objets pendant votre jeunesse… Découvrez ou redécouvrez 50 objets mythiques qui ont accompagné votre enfance !

1. Le verre gigogne de Duralex

verreduralex.jpg

Depuis la seconde moitié des années 40 jusqu’à nos jours, des milliers d’écoliers ont déjeuné à la cantine en buvant dans ce verre gigogne de Duralex. Ce verre remporte un franc succès dans les années 60 et sera même récompensé par un spot publicitaire à sa gloire. Dans les années 70, le verre gigogne de Duralex se vend même dans 120 pays !
Le saviez-vous ? Comme de nombreux enfants, vous vous êtes sûrement amusé(e) à lire votre âge dans le fond de votre verre…
En réalité, ce nombre correspond au numéro du moule dans lequel le verre a été fondu. Il en existe seulement 48.
Ainsi, par exemple, si vous découvrez le numéro 63 au fond de votre verre, c’est qu’il ne s’agit pas d’un Duralex !

2. Les Mistrals Gagnants

 renaudmistral.jpg

Complètement disparus aujourd’hui, les Mistrals Gagnants avaient pourtant les faveurs des enfants et adolescents des années 60.
Le nom ne vous dit peut-être rien, mais vous avez déjà forcément goûté à cette petite poudre sucrée et acidulée déposée dans un sachet, et qu’il fallait aspirer avec une paille de réglisse.
En ouvrant l’emballage, l’enfant découvrait alors si son sachet était perdant et gagnant. Dans ce dernier cas, il pouvait obtenir un nouveau sachet de poudre gratuitement !
En 1985, le chanteur français Renaud en a fait le titre d’une chanson, restée comme l’une
de ses plus belles compositions

3. Le magazine Tout l’Univers

 toutlunivers.jpg

A partir de 1961, les enfants de 6 à 14 ans peuvent acquérir le magazine « Tout l’Univers », une revue de vulgarisation scientifique, dont chaque numéro constituait une partie d’une grande encyclopédie.
Les numéros étaient assemblés en les insérant dans des reliures spéciales.
Les Tout l’Univers ont également été édités en collection reliée « rouge et or » qui a figuré en bonne place dans bien des bibliothèques familiales…
Le savez-vous ? Hachette a repris en janvier 2009 l’édition de fascicules « Tout l’Univers » ! Plus d’infos sur la
collection Tout l’Univers 2009 sur le site des éditions Hachette

4. Les bouteilles à consigne

 bouteillconsignes.jpg

Tous les jeunes des années 50 et 60 ont vu sur la table du déjeuner ou du dîner cette fameuse bouteille de vin étoilée… et la plupart ont dû rapporter à la consigne les bouteilles une fois vides !
Les étoiles, qui entouraient le goulot, permettaient en effet d’identifier les bouteilles acceptées à la consigne. Lorsque la bouteille était ramenée, elle était remboursée et réutilisée.

5. Le roman photos

nous2.jpg 

Les premiers romans photos français apparaissent en 1949, mais c’est bien dans les années 50 que ces romans illustrés connaissent un énorme succès, avec de nombreuses publications telles que « Nous deux », « Festival » ou encore « Confidences » et « Atout cœur ». Jusqu’alors, il n’existait que des romans dessinés.
Les couvertures des magazines de romans photos resteront pourtant dessinées jusqu’en 1964 : cette année-là, la première couverture photo apparaît, à l’occasion d’un roman photo consacré à… Johnny Hallyday !
Pour ses jeunes lectrices, souvent peu instruites et d’un milieu modeste, le roman photo des années 50 ne devait pas présenter de sexe, de politique ou de violence, et devait se terminer par un happy-end !

6. La bouillotte

bouillote.jpg 

Dans les années 50 et 60, la bouillotte en plastique se démocratise de plus en plus dans les ménages. Elle remplace peu à peu la brique chauffée dans la cuisinière et enroulée dans un chiffon qui servait à réchauffer les lits des logements mal chauffés.

7. La revue SLC Salut les Copains

  salutlescopains.jpg

En 1962, les jeunes Français découvrent la revue « SLC Salut les Copains », qui fait suite au succès de l’émission éponyme diffusée à l’antenne de la radio Europe 1 depuis 1959.La revue mettait en avant les grandes stars de la génération « yé-yé » : Johnny Hallyday, Sheila, Françoise Hardy, Jacques Dutronc… Le magazine avait d’ailleurs réussi l’exploit de réaliser une photographie de couverture regroupant tous les chanteurs idolâtrés de l’époque.Le savez-vous ? Revendu, puis retitré simplement « Salut », le magazine pour ados a cessé de paraître totalement en 2006.

8. La plume Sergent Major et le porte-plumeplumesencriers.jpg

Les petits écoliers des années 50 et 60 s’entraînaient quotidiennement à l’écriture avec les pleins et les déliés, en fonction de la pression exercée sur la plume. Pour ces élèves, « Sergent Major » reste immanquablement lié à l’écriture.A l’époque, l’écriture était un vrai critère de sélection.

L’encrier

encriers.jpg

Ce petit gobelet en céramique qui servait d’encrier était inséré directement dans le bois des pupitres d’écoliers.Le savez-vous ? Dans les années 50 et 60, l’encre utilisée était violette.

 10. Les tricotins

 tricotin.jpg

Beaucoup de jeunes filles des années 50 et 60 ont commencé le tricot avec ce petit appareil : le tricotin.
Il permettait de tricoter en rond et de confectionner des tubes, des
bracelets, des tresses…
Toujours en bois et souvent à l’effigie d’un personnage, les tricotins se trouvent aujourd’hui en plastique ou sous forme mécanique.

11. Le téléphone à cadran

 telephcadran.jpg

Les téléphones des années 50 et 60 ne possédaient pas autant de touches que ceux d’aujourd’hui : il ne possédaient que 10 chiffres qu’il fallait composer à l’aide du cadran pivotant !  

12. La lessive Bonux et ses cadeaux

bonux.jpg

La lessive Bonux fait son apparition en 1957 aux Etats-Unis sous le nom de Bonus. En 1958, elle devient Bonux. Mais la concurrence de Mir ou Omo est déjà importante et il faut se démarquer : Bonux deviendra « la lessive aux cadeaux ».En 1960, un petit garçon dessiné fait son apparition sur les paquets de lessive : Bonux Boy, qui présente toutes les utilisations possibles des cadeaux à gagner… Le succès ne se fait pas attendre : lorsque Bonux atteint sa plus forte cote de popularité, plus de 500 cadeaux sont proposés aux clients. Et l’expression « cadeau Bonux » passe même dans le langage courant !Le savez-vous ? Les cadeaux Bonux ont finalement disparu en 1990.

13. Le bâton de réglisse

batonsreglisse.jpg

Ces petits bâtons d’une dizaine de centimètres ont régalé de nombreux enfants. Ces friandises peu sucrées étaient mâchées pendant des heures par les amateurs.Ils sont toujours disponibles aujourd’hui et ils sont souvent mâchés par les fumeurs qui essayent d’arrêter le tabac.

14. Le chocolat en poudre Banania

banania.jpg

Qui n’a pas eu sur sa table de petit déjeuner une boîte de Banania, sur laquelle figurait un homme noir se délectant du produit et le célèbre slogan : « Y’a bon Banania ».D’après la légende, ce slogan aurait été choisi grâce à un employé de Banania d’origine sénégalaise. Après avoir goûté le produit, il aurait déclaré : « Y’a bon ! »
Mais au cours des années 70, la marque, créée en 1912, a connu de nombreuses critiques au sujet de ce slogan, jugé porteur de stéréotypes raciaux et colonialistes.
Le savez-vous ? En 1968, Banania représentait 30 % des ventes de chocolat en poudre sur toute la France.
Aujourd’hui, la marque est beaucoup moins populaire et ne représentait plus que 8 % des ventes en 2008.

15. Les 45 tours

45tours.jpg

Les disques 45 tours (ainsi nommés car ils tournaient à 45 tours par minute) ont été créés à l’origine pour alimenter les juke-box. Leur gros trou central permettait au bras mécanique du juke-box de les saisir et placer sur la platine. Les 45 tours comportaient généralement quatre titres (deux sur la face A et deux sur la face B) et ont rencontré un succès très important chez les jeunes dans les années 60, notamment grâce à l’avènement du tourne-disque !

16. Le juke-box

jukebox1.jpg 

Le juke-box est un élément incontournable pour les bars et cafés branchés des années 50 et 60. Dans les années 70, il commence à être délaissé puis oublié.
Le juke-box laisse alors la place à des modes d’écoute plus individuels, avec des baladeurs portables ou à la maison.
Les juke-box sont aujourd’hui devenus de véritables objets de collection très recherchés par les amateurs des années 40 à 70.

17. Le Solex

solex.jpg

Au départ,le concept du Solex était d’ajouter un moteur à un vélo classique. Il est créé dès 1949, mais c’est dans les années 60 que sa popularité explose considérablement. Au cours de l’année 1964, on estime qu’il s’est vendu 1 500 Solex par jour.Aujourd’hui, les amateurs organisent encore des courses de Solex, devenus de véritables pièces de collection très recherchées.

18. Les Roudoudous

roudoudous.jpg

Vous vous en souvenez sûrement… Peut-être les appeliez-vous autrement, mais ces petits bonbons au sirop coulés dans de véritables petites coquilles de coques, d’huîtres ou de moules, ont ravi de nombreux enfants. Ces délicieux petits bonbons se dégustaient en léchant directement la coquille.
Aujourd’hui, on trouve toujours des Roudoudous, mais en général dans des coquilles en plastique.

19. La télévision en noir et blanc

1erteleviseur.jpg

Dans les années 50 et 60, la télévision en noir et blanc est en pleine expansion. Le nombre d’émissions et d’heures de retransmission augmente.En 1964, on passe d’une à deux chaînes en noir et blanc…
La même année, Noëlle Noblecourt, présentatrice de « Télé Dimanche », est renvoyée pour avoir montré… ses genoux !

20. Le moulin à café manuel

moulincaf1.jpg

Dans les années 50, le café ne se vend qu’en grains qu’il faut moudre. Avant la création du Moulinex (qui donnera son nom à la marque), machine électrique bon marché, les familles devaient utiliser le moulin à café manuel.Dans les années qui suivirent, Moulinex inventa de nombreux appareils ménagers prévus pour simplifier la vie des femmes au foyer. Le succès sera, bien sûr, très important. Le savez-vous ? Suite à différents problèmes financiers, Moulinex a été intégré à Seb en 2002.

21. La Vespa 

vespa1.jpg

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, Enrico Piaggio souhaite créer un deux-roues motorisé accessible au plus grand nombre de personnes possible : la Vespa. En Italien, Vespa signifie « guêpe », ce qui caractérise très bien le bourdonnement unique de son moteur.
Les premiers modèles sont créés dans les années 40, et le succès est rapidement au rendez-vous.
De nombreux pays construisent des Vespa, y compris la France, qui préfère placer le phare avant sur le guidon, plutôt que sur le garde-boue, comme c’est le cas sur la version italienne.
La Vespa reste l’un des symboles les plus populaires des années 50 et 60 : les stars comme les ouvriers, mais aussi les cadres, roulaient en Vespa !
Dès 1951, le petit scooter apparaît sur des calendriers à son effigie et il s’offre même le luxe de figurer sur l’affiche du film Vacances romaines avec Gregory Peck et Audrey Hepburn, en 1953.

22. L’eau de Cologne

eaucologne.jpg

Rappelez-vous la sensation de l’eau de Cologne sur votre peau… Alors que les parfums n’étaient accessibles qu’aux plus riches, l’eau de Cologne permettait de sentir bon à moindre coût.A la fin des années 60, elle est de plus en plus considérée comme une vieillerie et semble être laissée de côté… pour revenir au goût du jour depuis quelques années.

23. Le Hula Hoop

hulahoop.jpg

Ce jeu, apparu à la fin des années 50 aux Etats-Unis, a été très populaire auprès des petites filles dans les années 60.
Il s’inspire, à l’origine, d’un cercle en bambou utilisé en Australie pour faire de l’exercice.
Mais le Hula Hoop est constitué d’une nouvelle matière plastique : le Marlex. Dès la première année, en 1958, 40 millions de petits Américains possèdent leur propre Hula Hoop.

24. Les premiers stylos Bic

bic.jpg

Lorsque les stylos à bille Bic apparaissent en 1950, une vraie révolution s’opère dans le monde de l’écriture : il n’est plus nécessaire de transporter porte-plume, plume, buvard et encre pour écrire.Mais c’est seulement en 1965 que les petits écoliers ont le droit de les utiliser à l’école.

25. La gomina

gomina.jpg

La mode de la gomina entre en France grâce aux britanniques, durant la Seconde Guerre Mondiale. Les Français l’adoptent sous le nom de Pento, marque qui écoulera plus de 5 millions de tubes en 1950. La gomina devient un accessoire essentiel dans la panoplie de l’homme des années 60.Mais dès les années 70, la gomina ne plaît plus aux Français qui y associent désormais une image un peu ringarde…

26. La Coccinelle

coccinelle.jpg

C’est dans les années 50 et 60 que la Coccinelle de Volkswagen, première voiture de la marque, commence à connaître réellement le succès. En 1955, les ventes atteignent le million, et dès les années 60, elle se commercialise dans 136 pays. A l’époque, cette voiture était donc bien la « voiture du peuple ». Cette petite voiture a été immortalisée par Walt Disney dès 1968 dans le film Un amour de Coccinelle.
La Coccinelle a été une automobile tellement marquante que Volkswagen a créé sa petite sœur, la New Beetle, commercialisée dès 1998.

27. Le scopitone

scopitone.jpg

Souvenez-vous : le scopitone, c’était cette grosse machine qui permettait de voir les premiers clips ! Chaque machine pouvait contenir trente six vidéos de chansons yé-yé du moment. Avant de se frotter au cinéma, Claude Lelouch a réalisé de nombreux petits films pour scopitone, tourné avec peu de moyens en un temps record.

28. L’ardoise d’écolier

ardoise.jpg

Les écoliers des années 50 et 60 ont tous utilisé une ardoise à l’école. En général, elle servait à apporter une réponse rapide aux questions du professeur, en écrivant à la craie ou au crayon à ardoise.
Le but était également d’économiser les cahiers en n’y faisant inscrire que le strict nécessaire.
Les élèves d’aujourd’hui découvrent parfois avec surprise que certains de leurs professeurs ont choisi de remettre l’ardoise au goût du jour pour les questions orales.

29. Le flipper

flipper.jpg

Le flipper est un élément très marquant des années 50 et 60 et il est le symbole de cette jeunesse qui passait des heures à jouer dans les cafés.En 1969, le flipper connaîtra son heure de gloire puisqu’il sera l’un des « personnages » principaux de l’opéra rock « Tommy » du groupe anglais The Who.

30. La 2CV

2cv.jpg

Dans les années 60, la 2 CV connaît un vif succès et elle reste encore aujourd’hui emblématique de cette époque. De nombreux clubs de passionnés continuent à faire vivre le mythe de la 2 CV à travers le monde, notamment en organisant de nombreuses courses.

31. Le poste à lampe

postelampe.jpg

Le poste à lampe permettait de recevoir la radio. Mais ce poste était encombrant et il fallait attendre qu’il chauffe pour fonctionner.Dès 1950, le transistor fait son apparition : il est portable, pratique et ses ondes sont modulables. Cependant de nombreuses familles ont conservé leur poste à lampe pendant encore de longues années.

32. Le pupitre d’écolier

bancecollier.jpg 

Des générations d’écoliers se sont installés deux par deux sur leur pupitre en bois.
Le plan de travail incliné s’ouvrait par le dessus.Ce pupitre présentait l’avantage d’intégrer un banc, un
encrier
et un plumier.

33. Les trains Micheline

micheline.jpg

En réalité, après 1952, les autorails Michelines, équipés de pneus Michelin, ne roulent plus en France. Mais le terme a abusivement été employé ensuite pour désigner tous les autorails.L’autorail était une alternative économique aux lignes de train et il permettait une utilisation beaucoup plus souple, avec des arrêts très fréquents. Aujourd’hui, certains autorails sont encore en service, mais uniquement pour des trajets touristiques.

34. Les meubles en Formica

formica.jpg

Dans les années 50, le Formica, exceptionnellement résistant à la chaleur, à la lumière, au feu, aux abrasions et aux produits chimiques, connaît un vrai succès.
A tel point que les meubles en Formica ont envahit de nombreux intérieurs de maisons, notamment la cuisine (tables et plans de travail).

35. Le baby-foot

babyfoot.jpg

A l’instar du flipper ou du juke-box, le baby-foot est un accessoire essentiel dans les bars et cafés branchés des années 50 et 60.
A deux ou à quatre, les adolescents disputaient des parties pendant des heures.

36. Le magazine Pilote

pilotemagazine.jpg

Rappelez-vous, en 1959, un nouveau magazine majoritairement consacré aux bandes dessinées apparaît : le magazine Pilote. C’est en feuilletant ces pages que les jeunes lecteurs des années 60 ont pu découvrir pour la première fois les aventures d’un certain gaulois irréductible, Astérix…
De nombreuses autre bandes dessinées célèbres prendront naissance au cœur des pages de l’hebdomadaire : « Tanguy et Laverdure », « Valentin, le vagabond », « Achille Talon », « Bob Morane », « Lucky Luke » ou encore « Iznogoud »… Le savez-vous ? La publication du magazine Pilote (devenu mensuel en 1974) a pris fin en 1989. Mais depuis 2003, le magazine réapparaît ponctuellement lors de grands évènements : un numéro spécial a fêté en 2008 les 40 ans de mai 68, et un autre a fêté en 2009 les 40 ans de « 69, année érotique »…

37. L’ancien franc

pices5f.jpg

Mis en place par Raymond Poincaré en 1928, l’ancien franc a difficilement traversé la Deuxième Guerre mondiale.
En 1958, lorsque Charles de Gaulle est revenu au pouvoir, il a souhaité donner à la France une monnaie plus puissante : le nouveau franc est apparu dans les ménages français le 1er janvier 1960.
Ce nouveau franc valait cent anciens francs.

38. Le tourne-disque

tournedisque.jpg

Successeur du phonographe, le tourne-disque a connu un grand succès, notamment parce qu’il s’agissait de l’un des seuls moyens d’écouter de la musique de façon individuelle et selon les envies de chacun.
Les mange-disques ont également marqué leur époque, dans les années 70 : il suffisait d’insérer le
45 tours
par la fente sur le devant pour écouter son disque préféré.
Les DJ d’aujourd’hui utilisent encore des platines de tourne-disques leur permettant de stopper, accélérer ou répéter une partie de la chanson.
Les tourne-disques sont aujourd’hui très recherché par les collectionneurs.

39. La boîte à biscuit

biscuitsstmichel.jpg

Dans les années 50 et 60, les biscuits étaient vendus dans des boîtes à biscuit en métal. Cela permettait de les conserver plus longtemps que dans les paquets souples.
Une fois vides, ces boîtes à biscuit étaient souvent réutilisées pour ranger différents objets : petit matériel de bricolage, argent, ustensiles de couture…
Les boîtes à biscuit qui ont le plus marqué les gens sont certainement les boîtes des Galettes Saint-Michel.
Aujourd’hui, les entreprises productrices de biscuits proposent souvent leurs produits conditionnés dans ce type de boîte, mais les nostalgiques préfèrent rechercher les anciennes boîtes de leur enfance.

40. L’huile de foie de morue

huilefoiedemorue.jpg

Souvenez-vous du goût désagréable qu’avait l’huile de foie de morue dans votre bouche…
Et pourtant, à une époque où les compléments alimentaires étaient beaucoup moins présents dans les maisons qu’aujourd’hui, l’huile de foie de morue constituait le meilleur apport en acide gras et en vitamines A et D
.
 

41. Les pastilles Vichy

pastillesvichy.jpg

Dans les années 50 et 60, les pastilles Vichy au goût mentholé, constituées de sels minéraux, ponctuaient souvent les repas de familles, pour leurs vertus digestives.Leur succès ne s’est jamais démenti, et l’entreprise productrice des fameuses pastilles a décliné le concept avec le goût citron et le goût anis.

42. La Fiat 500

fiat500b.jpg

La Fiat 500, créée en 1957, était la plus petite voiture de l’époque. Elle représentait, aux yeux de tous, la petite voiture italienne passe-partout, qui menait à la liberté ! Pour les 50 ans de la 500, Fiat a créé une nouvelle version de la voiture, la nouvelle Fiat 500, sortie en 2007.
Le succès a été tellement important qu’elle a été élue « voiture de l’année 2008″ !
A voir : la Fiat 500 C décapotable !

43. La boîte de Cachou

cachou.jpg

Les boîtes jaunes des Cachous Lajaunie sont encore disponibles aujourd’hui, mais elles restent souvent associées à des souvenirs d’enfants. Disponibles en 3 parfums au départ (réglisse, menthe et vanille), les Cachous Lajaunie ne sont désormais plus vendus qu’au parfum réglisse.
Le savez-vous ? Depuis sa création en 1880, la boîte jaune des cachous Lajaunie n’a jamais été modifiée, à part pour des changements d’adresse du lieu de production, ou pour la création d’éditions spéciales.

44. Les chaussures Clarks

clarcks.jpg

Après de nombreuses années passées à cirer leurs chaussures, les adolescents des années 50 accueillent joyeusement les chaussures Clarks Desert Boots, parmi les premières chaussures en peau retournée, couleur « poussière », donc demandant moins d’entretien.
Cette chaussure bon marché avait été inspirée par les chaussures que les officiers britanniques achetaient dans les bazars du Caire, en Egypte.
Aujourd’hui, cette chaussure existe toujours, mais n’est plus accessible à la clientèle peu fortunée qui a fait sa renommée.

45. Magnétophone à bobines

magntophone.jpg

A l’époque, les magnétophones fonctionnaient avec des bobines qu’il fallait installer et raccorder entre elles. Malgré la difficulté, les magnétophones ont pour la première fois permis de conserver des sons, une mémoire autre qu’une mémoire écrite.
En 1963, Philips invente la cassette qui viendra progressivement remplacer les bobines au cours des années 70
.

46.La blouse d’écolier

blousedcolier.jpg

Dans les années 50 et jusqu’à la fin des années 60, les petits écoliers devaient porter une blouse à l’école : le sarrau. Les garçons portaient en général une blouse grise et les filles portaient parfois une blouse rose. Aujourd’hui cette obligation n’existe plus, mais il est souvent bien pratique d’équiper les écoliers d’une blouse lors de travaux manuels plutôt salissants tels que la peinture.

47. La nappe à carreaux

nappecarreaux.jpg

Les carreaux, très à la mode dans les années 60, s’invitaient aussi à table, sur les nappes et les serviettes.
Les tissus étaient souvent rouge et blanc ou rose et blanc.

48. La règle à calcul

rglecalculs.jpg

 Les règles à calcul permettaient aux élèves d’effectuer des calculs compliqués (racines, logarithme…) en ajustant la réglette et le curseur central. Cet étonnant outil a été rapidement abandonné dès l’apparition des calculatrices.

49. Les bretelles

bretelles.jpg

Quel écolier des années 50 ou 60 n’a pas porté de bretelles sous son pull pour retenir son pantalon ou sa culotte courte ?De nos jours, la ceinture a largement remplacé les bretelles et celles-ci se portent le plus souvent bien visibles, comme l’accessoire d’une tenue.

50. La Peugeot 403

pgt403.jpg

La 403 de Peugeot a été produite uniquement entre les années 1955 et 1966. Avec l’installation d’un moteur diesel en 1959, la Peugeot 403 sera le premier modèle français avec le diesel de série.
Cette voiture reste aujourd’hui emblématique, et est surtout reconnue comme étant la voiture de Peter Falk dans la série américaine Columbo, dont les premiers épisodes remontent à 1968.
Aujourd’hui, les collectionneurs trouvent encore assez facilement des Peugeot 403 de l’époque à des prix modestes (sauf les cabriolets, et les berlines N4Y du salon de 1957 qui sont très rares). Certains même roulent tous les jours avec…

51. Les billes et calots

billes.jpg

Dans les années 50 et 60, ce sont surtout les jeunes garçons qui s’amusent avec leurs billes dans les cours d’école. Parmi une grande majorité de billes en verre se trouvaient encore certaines billes en chaux et ciment artificiel, appelées « billes en terre ».
Le savez-vous ? Aujourd’hui, nombreux sont les collectionneurs qui s’affrontent lors de ventes aux enchères pour acquérir des billes très rares, pouvant atteindre un montant de plusieurs centaines d’euros !

52. Le papier peint à fleurs

papierpeint.jpg

Les papiers peints des années 60 étaient souvent bien plus colorés que ceux que l’on connaît aujourd’hui.Les motifs géométriques et les fleurs sont très emblématiques de l’époque.

53. La limonade

limonade.jpg

Les limonades Phenix ou Reina, conditionnées dans une bouteille en verre, rappellent souvent l’enfance des années 50 et 60. Après avoir décapsulé le bouchon en céramique, le goût acidulé du citron ravissait le palais des enfants.

10 avril, 2009

Expliquer les saisons…

Classé dans : Les Saisons (115) — coukie24 @ 11:20

Durant une année, le Soleil va se lever et se coucher, apparaître et disparaître, à des points différents de l’horizon, décrivant toutes les 24 heures une course dont l’évolution progressive, sous nos latitudes, fixera les saisons et qui culmine tous les jours à midi dans la direction du sud.

Expliquer les saisons... dans Les Saisons (115) fleur          soleil dans Les Saisons (115)         feuille            neige

alternance-saisons

À l’équinoxe de printemps le Soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest ; le jour et la nuit durent chacun 12h et s’équilibrent
Au solstice d’été, le Soleil se lève au nord-est et se couche au nord-ouest ; à midi, il apparaît à sa plus grande hauteur de l’année. Le jour est le plus long de l’année et la nuit la plus courte. Au solstice d’hiver, le Soleil se lève au sud-est et se couche au sud-ouest ; à midi, sa hauteur est la plus faible de l’année. Le jour est le plus court de l’année et la nuit la plus longue.

544

8 janvier, 2009

Le paradoxe de notre temps !

Classé dans : Le Temps (89),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:16

Le paradoxe de notre temps !  dans Le Temps (89) tisw166s 

Le paradoxe de notre temps dans l’histoire consiste en ce que nous ayons des
bâtiments de plus en plus longs, mais des tempéraments de plus en plus courts;
des autoroutes de plus en plus larges, mais des esprits de plus en plus étroits.

Nous dépensons de plus en plus, mais nous avons de moins en moins ;
nous achetons de plus en plus, mais nous profitons de moins en moins.
Nous avons des maisons de plus en plus grandes et des familles de plus en plus petites. Nous avons plus de facilités, mais moins de temps. Nous avons plus de diplômes mais moins de bon sens; plus de connaissance mais moins de sagesse; plus d’experts mais plus de problèmes; plus de médicaments mais moins de santé.
Nous dépensons trop, rions très peu, conduisons trop vite; nous nous fâchons trop vite, veillons très tard et nous nous levons trop fatigués.
Nous lisons trop rarement, regardons trop la télé et prions trop rarement.
Nous avons augmenté nos richesses, mais nous avons rabaissé nos vertus.
Nous parlons trop, aimons trop rarement et mentons trop souvent.
Nous avons appris comment gagner notre vie mais n’avons pas appris comment vivre notre vie. Nous avons ajouté des années à notre vie mais pas de vie à nos années.
Nous sommes allés sur la lune, mais nous avons du mal à traverser la rue pour rencontrer le nouveau voisin. Nous avons conquis l’espace mais pas notre fort intérieur. Nous avons fait de grandes choses mais pas de meilleures choses.
Nous avons purifié l’air environnant, mais avons pollué notre âme.
Nous avons maîtrisé l’atome mais asservi notre jugement.
Nous écrivons de plus en plus mais apprenons de moins en moins, planifions de plus en plus mais accomplissons de moins en moins.
Nous avons appris à nous presser mais pas à attendre; nous avons des revenus très élevés mais des principes moraux très bas, plus de nourriture mais toujours moins de satisfaction, plus de rencontres mais moins d’amis, plus d’efforts mais moins de succès.Nous construisons toujours plus d’ordinateurs pour emmagasiner plus d’information, pour produire toujours plus de copies, mais nous communiquons de moins en moins.
Nous avons une longue vue sur la quantité, mais une vue courte sur la qualité.
C’est l’époque des fast-foods et de la digestion lente; des hommes de grande taille mais de patience très courte, des gains immenses et des relations vides.
C’est l’époque où il y a beaucoup dans les vitrines et rien dans les réserves..
C’est l’époque des voyages éclairs, des couches jetables, de la réduction des risques, de la moralité au rabais, des aventures d’un soir, des pilules qui remontent, qui tranquillisent, qui tuent. C’est l’époque de plus de loisirs, mais de moins de joie; de menus de plus en plus variés, mais de moins en moins nutritifs.
C’est l’époque des 2 salaires au foyer, mais de plus en plus de divorce; de maisons de plus en plus sophistiquées, mais de plus en plus de foyers brisés.
C’est l’époque de la paix mondiale, mais c’est aussi la guerre dans les familles.
C’est le temps des grandes technologies.
Ce message vous est parvenu à la vitesse de l’éclair…
Vous pouvez cliquer « supprimer » rapidement
ou le méditer doucement et changer peu à peu…
À vous de décider.

Auteur inconnu

Cliquez sur l’image ci-dessous…

innacessibletoile.jpg

4 décembre, 2008

Maison de mon enfance

Classé dans : Habitations (16) — coukie24 @ 21:05

Maison de mon enfance dans Habitations (16) mn6                                               

          mn4 dans Habitations (16) 

D’avoir retrouvé la maison de mon enfance m’a fait songer à ce poème …

    Le plus beau pays du monde 
De Philéas Lebesgue  

Le plus beau pays du monde, 

C’est la terre où je naquis ; 

Au printemps, la rose abonde 
Aux abords de ses courtils, 
D’elle émane dans la brise 
Un arôme sans pareil, 
Au clocher de ses église
Le coq guette le soleil. 

On y parle un doux langage, 
Le plus beau qu’on ait formé ; 
L’étranger devient plus sage, 
Quand il se met à l’aimer. 
Heureux qui reçut la chance 
De l’ouïr dès son berceau, 
Car la langue de la France 
Est un chant toujours nouveau. 

Parfums de fleurs, chants de cloches, 
Bruits d’eaux vives, gais frissons 
Des tiges qui se rapprochent, 
Quand mûrissent les moissons, 
Etoiles dans un ciel tendre, 
Sourires d’aubes en éveil : 
Ah ! Mon pays j’aime entendre 
Ta chanson dans le soleil !

13 novembre, 2008

L’Amour !

Classé dans : Amour (119) — coukie24 @ 23:31

L’ a m o u r

http://www.dailymotion.com/video/k5cEqXeW7hTgmIuOqx

Une bonne relation, ce n’est pas un jeu que nous jouons ou une fête que nous faisons avec notre moi ( ego trip ). C’est une question d’amour et de deux personnes. Aimer quelqu’un peut nous apporter la plus grande joie que nous connaîtrons dans notre vie, mais ça peut aussi nous blesser plus que nous ne le croirons jamais. Si nous aimons quelqu’un, nous devrions être prêt à faire aussi bien l’expérience du bonheur que du chagrin. C’est la récompense et le risque qu’il faut prendre. À moins d’être d’accord pour en faire l’expérience, nous ne saurons jamais réellement ce que c’est d’aimer et d’être aimé.Partager un amour est probablement l’expérience la plus valable et la plus significative qu’une personne puisse vivre. Et il y a une différence entre être en amour avec quelqu’un et aimer quelqu’un. C’est la différence entre un amour volage, fou, de courte durée et un amour tendre, passionné et durable. Le premier est facile. Le second, celui qui compte vraiment pour nous tous, demande du travail — parce qu’il s’agit de garder la relation.Aimer quelqu’un exige des efforts. Nous devons être capable de communiquer l’un avec l’autre. Personne ne peut lire la pensée d’une autre personne. Nous présumons toujours que notre partenaire sait ce que nous pensons et sentons. Peut-être qu’avec le temps nous pouvons être capable de prédire ou de sentir les pensées de l’un et de l’autre, mais ce n’est jamais parfait et ça prend du temps à développer.Avoir la chance d’aimer et d’être aimé de quelqu’un est une bénédiction. Respectez l’autre pour ce qu’il/elle est et non pas pour ce que vous voulez qu’il/elle soit. Personne n’est parfait. C’est l’amour vrai qui ferme le fossé de l’imperfection pour former une douce surface d’acceptation de l’un et de l’autre. L’amour vrai voit et accepte une personne pour ce qu’elle est. C’est aussi l’amour vrai qui permet à une personne de changer pour le mieux.Même si le pouvoir de l’amour vrai est indéniable, une relation a aussi besoin d’engagement. De toute façon, qu’est-ce que l’amour sans l’engagement de l’un envers l’autre ? C’est comme les principes et les valeurs. Chacun en a mais ils ne veulent pas dire plus que ce que nous sommes prêt à faire pour les défendre. C’est la même chose pour nos engagements envers nos relations et envers la personne que nous aimons.

« L’amour, c’est comme un vase antique. C’est dur à trouver, difficile à avoir et si facile à briser ».

Chaque jour, partout… des gens tombent en amour. Mais en fait combien de ces relations ont le sens de l’oubli de soi plutôt que d’être juste des relations qui se sont formées seulement pour avoir le sentiment intense de tomber en amour ? Je connais des centaines d’amis qui disent les mots magiques « Je t’aime »… mais plus ouvent qu’autrement, la vérité, c’est juste ceci — Je suis en amour avec toi. Il y a une différence entre être en amour avec quelqu’un et aimer quelqu’un.

Si une personne dit qu’elle est en amour avec vous, elle veut dire qu’elle vous aime pour qui vous êtes maintenant et elle est tombée en amour avec vous à cause de la personne que vous êtes maintenant. Cette sorte d’amour est temporaire et durera seulement aussi longtemps que le conte de fée durera. Lorsque la bonne fée arrive la nuit pour nous ramener à la réalité, nous voyons le chagrin d’une telle relation.

Mais si une personne dit qu’elle vous aime, elle veut dire qu’elle vous aime inconditionnellement pour qui vous êtes maintenant, qui vous étiez dans le passé et pour qui vous pouvez être dans le futur. Quand une personne dit qu’elle vous aime et qu’elle le pense vraiment, vous devez vous demander si vous aussi vous aimez cette personne ou si vous êtes seulement en amour avec l’idée d’être en amour. C’est très difficile de voir la différence en pensant d’une manière logique.

Puissiez-vous être béni tout au long de votre voyage à la recherche de l’âme soeur.

Auteur inconnu

fp17xu7

 

12 octobre, 2008

Mon discours de départ… voir diaporama ci-dessous !

Classé dans : Retraite (14) — coukie24 @ 16:51

« TOUT AGE PORTE SES FRUITS, IL FAUT SAVOIR LES CUEILLIR. » R. RADIGUET

« Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos. » [Gandhi]

Merci à tous d’être venus…

                                                   imgp1751.jpg

La retraite ! Ah, mais oui, c’est vrai, je ne pars pas que pour quelques jours !

C’est un changement de cap radical et de me dire, fini, plus de réveil le matin, plus de contrôle de gestion, plus de réunions, plus de plaisanteries un peu grasses des forestiers, plus les collègues, plus Yoan qui s’énerve devant la photocopieuse, ou l’imprimante qui refuse de lui obéir, cela me rend à la fois triste et heureuse. Eh, oui, triste de vous quitter, heureuse d’aborder une nouvelle vie pleine de projets, triste de penser que la roue tourne vite et que le 3ème âge me guette, heureuse de penser que c’est maintenant à tout jamais que je dois faire autre chose que de travailler, et qu’il est grand tant que je me consacre à ceux que j’aime en alliant plaisir et loisirs.

Merci Monsieur Michel B….. et Jérôme …… d’avoir brossé ma vie à la  C….  , en effet 38 années dans le même milieu professionnel, c’est important, elles m’ont permises de tisser un réseau d’amitiés professionnelles, d’être en quelque sorte la mémoire et porteuse d’espoir. Mon cursus de pionnière m’a fait connaître la découverte, le suspens, le challenge, le stress, les changements, les remises en question, mais comme tout ça était bon ! en effet, l’aventure m’a toujours stimulée. Mais voilà tout a une fin et la retraite est bien là. La parfaite connaissance et la maîtrise de mon poste ne me faisaient plus battre le cœur, je n’avais plus de nouveautés à me mettre sous la dent, place aux jeunes qui ont tout à découvrir et à faire progresser. Tout passe d’abord par l’investissement de soi-même comme j’ai essayé de le faire tout au long de mon parcours.

Merci Monsieur B…… , c’est grâce à vous que j’ai pu développé mon sens de l’organisation, mettre au service de la C…………… et tous ses sociétaires toute mon énergie et l’envie de faire progresser mon entreprise. Je suis rentrée dans une petite entreprise qui n’avait que 5 ans en Périgord, aujourd’hui, je la quitte en pleine expansion et aggrandie à l’échelle régionale (Aquitaine, Charente-Poitou, Limousin).

Merci encore à tous ceux qui sont venus ce soir me rendre un dernier hommage, je pense avoir rassemblé tous ceux avec qui j’ai eu des relations professionnelles, que ce soit lors de leur embauche à la C……… ou de leur formation, que ce soit pour des contrôles, des mises en place d’organisation, des relations de voisinage aussi, c’est avec joie que je vous retrouve et apprécie votre présence. Je suis très très heureuse de voir que vous avez tous bien réussi vos parcours professionnels. Une pensée toute particulière à Jacques P….. qui est descendu de ROUEN, Merci Jacques, à Alain L……. qui est venu d’Aix en Provence. Vraiment ça me touche énormément. Merci à tous d’avoir fait un détour par B…………., merci Marie Claude de m’avoir prêter la salle. Je vous suis très reconnaissante.

Il y en a qui sont en vacances et qui sont venus quand même. Grand merci !

Vous m’apportez tous une bouffée de souvenirs, vous me remémorez toutes les étapes de ma vie dans votre PME. Il n’y en a pas un d’entre-vous sur lequel je ne pourrais pas m’être une image, une histoire, un souvenir.

D’ailleurs, il y en a un qui me revient, Monsieur B…… et ses voitures ! qui pourrait ne pas se souvenir de toutes ses prouesses au volant ? Je vous raconte une petite anecdote cocasse et après on boit le verre de l’Amitié, car ce fut mon premier contact avec les aventures de Monsieur B….. au volant : ça faisait à peine 6 mois que j’étais à la C………, Mr B….. et moi-même avions R.V avec le directeur du travail, nous sommes partis très très en retard, aussi Monsieur B….. était pressé et quand nous sommes arrivés à l’entrée du parking de la cité administrative, il a tout simplement refusé la priorité à droite à un bolide qui sortait du parking de la cité administrative…. Et je vous donne en mille, qui était le chauffeur du bolide ? ? ? ? … le directeur du travail qui avait perdu patience et qui ne voulait pas arriver en retard au RV suivant.

Bilan de cette journée, le directeur du travail et moi-même à la clinique, lui pour des points de suture à l’arcade sourcilière, moi pour un plâtre, la main droite cassée. Le pire dans tout ceci est que j’avais vu arriver la voiture à droite mais je n’avais pas osé le dire, je ne connaissais pas assez mon nouveau directeur général et le respect de la Hiérarchie ! ! ! et puis « le chef a toujours raison… ». La police est venue faire un constat et rédiger un PV. Interrogatoire habituel ; votre nom, votre adresse, votre profession etc… et la personne qui était avec vous, un temps de réflexion puis … Monsieur B…. , Martine… mais Monsieur, Martine Qui ? désolée, c’est mon assistante et je ne me souviens pas de son nom (l’émotion sans doute !), le Commissariat a du appeler le siège de la C…. de l’époque pour avoir mon nom et mon adresse afin de rédiger l’enquête. Une main cassée a marqué mes débuts dans le milieu forestier et à partir de ce moment là, chaque déplacement a été pour moi empreint de risques, de prouesses mais aussi beaucoup de sympathie. Comme quoi la gestion d’une entreprise comporte aussi des risques physiques !

Bon courage à ma remplaçante,

Corinne, que votre parcours soit plein de réussite !

Bonne chance à tous, Bonne route !

 

Et maintenant, levons nos flûtes !  »

Cliquez sur la photo ci-dessous pour le diaporama

                                         imgp1752.jpg

« Moins le poste que vous occupez sera élevé, plus votre absence sera remarquée. [Georges Courteline]« 

a4d5e8c6.gif

Ainsi va la Vie ! Une page qui se referme… un peu vite quand même quand on réalise que tous les êtres qu’on a croisés dans notre vie active s’éclipsent aussi vite.

A ne pas manquer de lire l’Article ci-dessous…  nous serons tous un jour ou l’autre confrontés à …

Être vieux, c’est sérieux !

 

Dans notre monde, je parle de l’Occident, tout est nouveau, tout change; ce qui est jeune est bon, le changement est nouveau, la nouveauté est changeante et qu’on soit humain ou grille-pain, il n’est pas recommandé de vieillir. Le monde est né d’hier, il commence aujourd’hui et renaîtra demain. Nous parlons naturellement de prévenir les marques du temps, anti-tache, anti-rouille, anti-ride, anti-vieillesse. Sans anti, pas d’espoir. Vieux schnouk, vieux de la vieille, vieux machin, vieille chouette, la mode est à tout sauf à l’ancien. Si la vieillesse est un naufrage, alors je donne ma langue au chat. La vie ne serait finalement que ce grand voyage de l’absurde où nous traversons périls et océans, désert et continents pour mieux glisser, ridicules et impotents sur la pente irréversible de la fatalité. Il est vrai que l’on meurt. Il est encore plus vrai que nous nous amenuisons avec le temps rapport au fonctionnement et aux apparence de notre corps. Mais ce serait bien un comble de laisser aux émotions faciles le soin de traiter de la chose. Et pourtant, la vieillesse en a frappé plus d’un depuis la jeunesse de l’espèce. Des études récentes révèlent que lorsque nous ne mourons pas, nous vieillissons. J’en connais, décédés un peu tôt, qui aurait tout donné pour vieillir en paix. Toutefois sur le sujet du vieux, je ne sais pas de sociétés plus mal barrée que la nôtre. Si nous ne sommes pas incompétents, alors nous sommes de mauvaise foi. Nous faisons tout pour dramatiser la vieillesse, tout pour la rapetisser, la rendre déplorable et la disqualifier. Oui, il se cache du « petit » dans notre regard moderne sur le vieux. Petits vieux, petites vieilles qui font des petits dodos, des petits pipis, ils prennent des petites marches, des petites pilules, ils reçoivent de la petite visite, un petit-fils, une petite-fille, ils mangent comme des petits oiseaux et puis meurent comme des petits poulets. La sensibilité de la durée n’existe tout simplement pas. La valeur du temps s’annule depuis que, dans notre esprit, tout ce qui dure perd des plumes. Il pleurera à chaque ride, il maudira ses cheveux gris, il paniquera au premier mal de dos, au premier signe d’arthrite, celui pour qui la beauté se résume tout entière au look de la jeunesse. Nul ne sait plus assumer ses pertes de mémoire et plus personne ne sait boiter. Personne ne se vante de son grand âge, la durée n’en impose plus. Nous ne préparons pas notre vieillissement. Nous préparons notre retraite comme on prépare ses vacances mais nul n’envisage réellement sa vieillesse. Nous la nions plutôt, nous la craignons et nous renouvellons les mots pour cacher nos frayeurs : âge d’or, troisième âge et autres inepties. Comme si le mot vieillard était déjà trop vieux. Je ne dis pas que vieillir est agréable. Mais on meurt à tous les âges, on est malade en été comme en hiver, on déprime à n’importe quel moment de sa vie, les crétins se retrouvent fréquemment et partout dans la colonne de la vie et j’ai connu trop de vieux et de vieilles qui rebondissaient mieux que certains jeunes prématurémennt épuisés pour m’inquiéter sérieusement du temps qui passe. Je crains la maladie, je crains le gagaïsme, je crains le scandale de la souffrance et de la perte. Mais je ne crains pas mon âge et tous les âges que j’atteindrai. Je me propose d’embrasser chacune des années qui me seront données. Avec une canne en merisier que je lèverai au ciel, je clamerai mon grand âge sur tous les toits de la ville et je serai le premier responsable de ma fierté, si Dieu me prête l’amour et la santé. Nous devrions respecter nos vieux parce qu’ils sont vieux, un point c’est tout. Les vieux sont des pierres et des monuments, des arbres tutélaires, des âmes sculptées par le temps. Les vieux sont des témoins principaux. Ils représentent le temps passé et ce sont eux, l’histoire. À quatre-vingts ans, ma mère est si belle qu’elle donne à tous les jours un nouveau sens à la notion de dignité. J’espère ma vieillesse comme j’ai espéré toute ma vie. J’aurai la peau comme une écorce très ancienne, profondément ridée. Je serai honorable mais je serai armé. À la pointe du fusil, je forcerai les jeunes à écouter mes platitudes et jongleries. Et je tirerai un coup de semonce au premier qui me proposera une petite collation, un petit voyage en autobus, voire un petit n’importe quoi. Tous les vieux devraient être armés…

 

Serge Bouchard, anthropologue

 

12
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux