DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

15 juin, 2020

Pensées sur les conflits …

Classé dans : Sentiments (132),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 18:02

 

 ist2210.jpg

« Pour reconnaître une lacune chez l’autre, il faut la posséder au moins en partie. »

« Le plus souvent, les problèmes que l’on a avec les autres
ne sont que le reflet de ceux que l’on a avec soi-même. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

séparateur-rose

« Ne soyez pas surpris que les autres n’agissent pas comme vous le voulez.
Car vous-même n’agissez pas toujours comme vous le voulez. »

« On ne connaît vraiment quelqu’un qu’après s’être disputé avec lui. »
Ana Maria Fontes

separateur neutre

« Le motif pour lequel se produisent les disputes n’est jamais aussi grave
que le malaise qui en découle. »
Alain de Botton

séparateur2

« Celui qui se tait le premier dans une dispute est le plus digne de louange. »
Proverbe hébreu

séparateur4

« La vie est trop courte pour qu’on se dispute. »
Baden-Powell

séparateur3

« La dispute alimente la dispute et engloutit ceux qui s’y plongent. »
Sénèque

separateur-lotus-rose

« Celui qui nourrit de grands desseins ne s’embarrasse pas de détails.
Et évite ainsi des disputes inutiles. »

« Bon silence vaut mieux que mauvaise dispute. »
Proverbe russe

séparateur6

« De quelles souffrances l’humanité n’est-elle pas affligée
parce qu’elle ne sait pas se réconcilier? »
Jean-Paul II

séparateur5

« La race humaine doit sortir des conflits en rejetant
la vengeance, l’agression et l’esprit de revanche.
Le moyen d’en sortir est l’amour. »
Martin Luther King

da99f5c9.gif

4 avril, 2020

Qq. citations

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 21:17

L’image contient peut-être : arbre, plein air et nature, texte qui dit ’Les gens positifs ont un regard objectif et ne mâchent pas leurs vérités. Ne pas confondre positivisme avec hypocrisie. Patrick Louis Richard’

L’image contient peut-être : nature, texte qui dit ’LESBEAUXPROVERBES perds pas ton temps BES avec des explications; Les gens entendent qu'ils veulent entendre» Paulo Coelho’

L’image contient peut-être : montagne, nuage, ciel, plein air, nature et eau, texte qui dit ’La vie est ironique: il faut de la tristesse pour le bonheur, bruit pour apprécier le silence et une absence pour profiter d'une présence.’

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

L’image contient peut-être : plein air et nature, texte qui dit ’Voir le mal est facile. Le défi est de maintenir notre attention sur le bon côté, quoi qu'il arrive.’

5 mars, 2020

La source témoigne …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 16:00

tgxxzjze.jpg

La source qui jaillit témoigne de la mer
La feuille dans le ciel témoigne des racines
La graine au cœur du fruit témoigne de la fleur
La sève de l’aubier témoigne du soleil.

Il y a plus en vous qu’en toutes les forêts :
Vous avez leur silence et leur monde secret
Ne cherchez pas ailleurs ce que le cœur enferme
Découvrez vos jardins, vos marais et vos îles
Mais cherchez-les très loin, comme font les racines
Très loin dans les régions nocturnes de vous-mêmes.

Que pour chaque douleur se lève une tendresse
Qu’il y ait plus d’amour qu’il n’y a de misère
Qu’il y ait plus de paix qu’il n’y a de colère
Et bien plus de bonté qu’il n’y a de détresse.

Didier Rimaud

dunerivelautre.gif

7 août, 2019

Ce qui fait durer l’amour …

Classé dans : Amour (119),Psychologie (72) — coukie24 @ 19:11
fevmoisamoureux.gif

L’amour toujours, en rêver, c’est bien, mais ce n’est pas le plus efficace.

Certains psychologues se sont penchés sur cette question pour trouver des réponses précises et concrètes.

Comment faire durer un couple ? Qu’est-ce qui fait qu’un couple est heureux ?

Voici quelques pistes qui viennent d’enquêtes psychologiques.

  • L’enthousiasme à partager les succès de l’autre
  • Accepter le rêve de l’autre…
  • Créer du plaisir, du bonheur à être ensemble
  • Alors qu’en penser ? Comment faire durer son couple ?

L’enthousiasme à partager les succès de l’autre  

Shelly L. Gable (1) a montré qu’un critère semble aider les couples à durer : l’enthousiasme à partager les succès de l’autre.

Votre conjoint a une promotion, vous vous sentez heureux(se) et vous le lui montrez.
Vous avez réussi à trouver la pièce rare qui manquait à votre collection, votre conjoint en est ravi pour vous…

Ces enthousiasmes partagés sont un indicateur de santé du couple. Si vous vous réjouissez des réussites de votre partenaire, s’il se réjouit des vôtres, c’est que votre relation est nourrie de positif et elle a des chances de durer.

Si au contraire, vous restez imperméable aux succès de la personne qui partage votre vie ou pire, si vous jalousez ces succès, il est probable que vous ne vous sentez pas réellement un couple soudé. Et cette fissure est perceptible dans votre attitude.

Cet aspect de la relation de couple a été étudié en filmant des couples parler de leurs succès et de leurs échecs en observant spécialement les réactions de l’autre.

Les couples qui partageaient leurs joies se sont moins séparés que les autres… dans les deux mois qui ont suivi. C’est très bref pour juger, c’est vrai, mais cela donne tout de même à réfléchir. 

Accepter le rêve de l’autre…  

Dans le même ordre d’idée, John Gottman (2) affirme qu’un des secrets des couples heureux est d’accepter le rêve de l’autre.

Si celle qui partage votre vie rêve de faire du chant lyrique depuis toujours, même si cela vous paraît bizarre, en sachant respecter ce rêve, l’encourager, vous lui donnez du bonheur.
Celui d’être accepté(e) pour ce qu’elle/il a de plus profond, son rêve de vie.

Votre conjoint rêve d’écrire un roman policier ?
Si vous croyez en lui, vous apportez de l’énergie à votre couple.
Si au contraire vous le coupez de ses rêves, vous vous coupez aussi tous les deux d’une source vive.

Alors, ce qui compte, c’est de partager ses rêves avec son conjoint, donc d’oser en parler et de savoir accueillir ceux de l’autre. 

Créer du plaisir, du bonheur à être ensemble  

Et puis Yvon Dallaire, un psychologue canadien, sait aussi très bien parler de ces couples heureux.

Il observe que chez les couples heureux, on s’active à créer du plaisir, du bonheur ensemble, plus qu’à résoudre des conflits.

Ainsi, « parce qu’ils ont accumulé beaucoup de sentiments positifs, chacun passera sous silence ce qui serait perçu par les couples malheureux comme une critique, une réaction défensive ou une attaque personnelle. L’irritation du partenaire, son énervement, des paroles prononcées sur un ton plus élevé, et même des paroles désobligeantes » n’auront pas d’incidence dramatique, parce que le bilan reste finalement positif.
Or, il est plus facile de fabriquer du plaisir que de s’occuper à résoudre les conflits.

Un secret des couples heureux est donc de créer du bonheur à deux, de se faire plaisir ensemble. 

Alors qu’en penser ? Comment faire durer son couple ?

On peut penser qu’il ne s’agit somme toute que de bon sens. Et c’est vrai que s’il existe des couples qui durent, c’est qu’ils ont trouvé la recette sans pour autant avoir étudié scientifiquement la question.

C’est que notre intuition, notre subtilité, lorsque nous sommes vraiment attentifs en profondeur à l’autre, est sans doute aussi précieuse que l’avis de spécialistes.

Mis à jour par le 13/08/2012
Créé initialement par Dr Catherine Solano – médecin sexologuele 12/02/2007

Sources : (1) Shelly L. Gable , Gian C. Gonzaga, and Amy Strachman. Will You Be There for Me When Things Go Right? Supportive Responses to Positive Event Disclosures Journal of Personality and Social Psychology. Volume 91, Issue 5 , November 2006, Pages 904-917.

 

Ce qui fait durer l'amour ... dans Amour (119) 755px-Sargent_-_Paul_Helleu_Sketching_with_his_Wife-300x238

14 juillet, 2019

Aujourd’hui …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 16:51

14-juillet-1

Aujourd’hui, vous trouverez certainement une occasion de vous amuser et de faire un pied de nez à la morosité lors de ces festivités républicaines. Savourez l’instant présent où que vous soyez. Sur votre canapé, dans le hamac de votre jardin, au bal des pompiers ou au feu d’artifice. Dégustez le silence, le rire ou la musique. Vibrez à l’unisson au rythme des fusées ou des échanges conviviaux. Laissez vos yeux s’illuminer quand les bouquets fleuriront dans le ciel ou dans votre esprit. Que vos sens s’éveillent dans cette fête de la liberté… intérieure !

Pendant l’été les moindres moments de détente sont si bons à partager et à vivre pleinement ! 

Super week-end 100 % RELAX ! Vive le 14 juillet, vive la révolution, la liberté et vive la France !

qcoo3pjf.gif

La tranquillité …

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 10:37

9g6b4e9d.gif  

Le silence est une tranquillité mais jamais un vide ; il est clarté mais  jamais absence de couleur ; il est rythme ; il est le fondement de toute pensée

[Yehudi Menuhin]

 

13 novembre, 2018

La non-disposition du mental humain à lâcher le passé…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:45

redonbouddha.jpgredonbouddha.jpg

L’incapacité, ou plutôt la non-disposition du mental humain à lâcher le passé

est parfaitement illustrée dans l’histoire des deux moines zen, Tanzan et Ekido,

qui marchaient sur une route de campagne extrêmement boueuse après

des pluies torrentielles. Près d’un village, ils croisèrent une jeune femme

qui tentait de traverser la route. La boue était si profonde qu’elle aurait

abimé le kimono de soie qu’elle portait. Tanzan la prit sur ses épaules

d’un coup et la transporta de l’autre coté de la route.

 Puis les moines reprirent leur route en silence. Cinq heures plus tard,

alors qu’ils approchaient du temple où ils allaient loger, Ekido ne put se contenir

plus longtemps. « Pourquoi as-tu porté cette femme ? » demanda-t-il.

« Nous sommes des moines. Nous ne sommes pas censés faire des choses pareilles. »

« Je me suis délesté de la femme en question il y a des heures

lui répondit Tanzan, mais toi tu la portes encore, il me semble. »

Extrait du livre Nouvelle Terre de Eckhart Tolle

4434c0b2f6.gif

18 octobre, 2018

The Sound of Silence …

Classé dans : Chansons et musiques sélectionnées — coukie24 @ 18:12

still_life_music_by_alminator90-d4npinb

Image de prévisualisation YouTube

10 août, 2018

Nous nous souviendrons …

Classé dans : Amitiés (74) — coukie24 @ 23:40

Nous nous souviendrons ... dans Amitiés (74) portail

« A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis. »
Martin Luther King

16 juin, 2018

Examen pour devenir papa …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 11:18

Examen pour être Papa !

Image associée

J’étais en train de me promener avec ma fille de 4 ans,
quand elle a ramassé un objet au sol.
Elle était sur le point de le mettre à sa bouche.
Je le lui ai pris et je lui ai dit de ne pas le refaire.

Pourquoi ? a-t-elle demandé.

Parce qu’il était par terre et on ne sait pas à qui il a appartenu avant. 
Il est sale et probablement plein de microbes, répondis-je.

Ma fille me regarda avec admiration et me demanda
Papa, comment sais-tu tout cela ? Tu es si intelligent !

J’ai tout de suite répondu :
«Tous les pères savent cela.

Ça fait partie de l’examen pour être Papa.

On doit connaître ces choses, sinon on ne nous permet pas d’être Papa».

Nous avons marché en silence quelques minutes
 et quand elle a évalué les informations reçues… elle me dit :

Ah, je vois. Si tu rates l’examen,tu deviens une maman !

«Exactement», répondis-je avec un grand sourire.

92807_smiley_sourire_et_clin_d_oeil

Lorsque vous aurez fini de rire, 
merci d’envoyer cette carte à d’autres papas merveilleux 
et à des mamans qui ont le sens de l’humour.

 

 

14 février, 2018

Je viens te dire …

Classé dans : Amour (119),St Valentin — coukie24 @ 10:19

ecrire

Et si, en ce jour de la St Valentin, vous envoyiez une lettre un peu particulière ? Installez-vous confortablement, faites silence et allez à la découverte de vos pensées, de vos émotions, de votre ressenti envers vous :

Vous estimez-vous ? Vous aimez-vous ? Ressentez-vous de la gratitude à votre égard ?

Prenez une  feuille de papier et débutez une lettre qui commence par cette phrase :

« Je viens te dire toute la tendresse et l’amour que je te porte, car ce que j’aime chez toi, c’est ……… »

Notez vos qualités, vos forces intérieures, ce dont vous êtes fier dans votre parcours de vie. Laissez parler votre coeur et courir votre stylo. Puis postez cette lettre à votre adresse. Et quand vous la recevrez, prenez le temps de la savourer ! Gardez-la précieusement et relisez-la dans les moments gris.

amouraveugle

11 novembre, 2017

Commémoration du 11 Novembre – un peu d’histoire afin que personne n’oublie …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 1:52

5co.jpg

Le tombeau du Soldat Inconnu

Le Soldat Inconnu
L’ Armistice, qui met fin aux combats de La Première Guerre Mondiale, est signé le 11 novembre 1918 à Rethondes (près de Compiègne dans l’Oise). La joie de la Victoire est endeuillée par la mort de

1 500 000 hommes, jeunes pour la plupart. Bientôt partout, dans les petits villages comme dans les grandes villes, on élève des Monuments aux Morts et dans les entreprises, comme dans les collèges et les lycées, on appose des plaques commémoratives. En novembre 1916, alors que la terrible bataille de Verdun est dans tous les esprits, François Simon, président du « Souvenir Français » de Rennes et de l’Escorte d’honneur, émet l’idée que la France honorerait, au Panthéon, un soldat mort bravement pour la patrie. « Pourquoi la France n’ouvrirait-elle pas les portes du Panthéon à l’un de ses combattants ignorés mort bravement pour la Patrie, avec, pour inscription sur la pierre, deux mots: UN SOLDAT – deux dates : 1914 – 1917 ? Cette inhumation d’un simple soldat sous ce dôme, où reposent tant de gloires et de génies, serait comme un symbole; et, de plus, ce serait un hommage rendu à l’armée française tout entière. » Discours au cimetière de l’Est de Rennes, le 26 novembre 1916.

Le projet est finalement adopté par Les députés Le 12 novembre 1919. Un an plus tard, au début de novembre, le Parlement décide que les restes d’un des soldats non identifiés morts au Champ d’Honneur au cours de la guerre seront inhumés sous l’Arc de Triomphe. Huit corps de soldats français non identifiés, choisis sur Les différents secteurs du front, sont alors transportés dans la citadelle de Verdun.
Le 10 novembre 1920, à 15 heures, le soldat Auguste THIN, fils d’un combattant lui-même disparu au cours de la guerre, désigne, par le dépôt d’un bouquet de fleurs, le cercueil qui doit être amené à Paris.
Le 11 novembre 1920, au matin, après une cérémonie au Panthéon, le cercueil est déposé dans une des salles de l’Arc de Triomphe aménagée en chapelle ardente. Le 28 janvier 1921, le cercueil du Soldat Inconnu est inhumé au centre de l’arche principale, face aux Champs Elysées.

ArcTriomphe71

Cérémonie du 11 novembre. Photo de Jacques Robert

Le Symbole de la Flamme
En 1923, un journaliste, GabrieL BOISSY, lance l’idée d’une Flamme du Souvenir sur la Tombe du Soldat Inconnu. L’idée est aussitôt approuvée par une opinion publique profondément marquée par le sacrifice de ses morts. Le 11 novembre 1923, pour la première fois, la Flamme est allumée par André MAGINOT alors Ministre de la Guerre.

Depuis cette date, la Flamme ne s’est jamais éteinte. Chaque soir, à 18h30, la Flamme est ravivée par des représentants d’associations d’Anciens Combattants ou d’associations dont le civisme est reconnu (telle que la Croix Rouge). Le cérémonial n’a jamais cessé, y compris pendant l’occupation, entre 1940 et 1944. C’est naturellement vers elle et vers la Tombe du Soldat Inconnu que le 11 novembre 1940, les lycéens et les étudiants parisiens se tournent. Leurs cortèges défient l’occupant. La Flamme sous l’Arc de Triomphe ne manque d’évoquer pour certains la Flamme de la Résistance dont parlait un certain Charles de Gaulle.
De nos jours, le Tombeau du Soldat Inconnu et la Flamme du Souvenir symbolisent pour tous les français mais aussi pour tous les touristes du monde entier le sacrifice de tous ceux qui sont morts sur les champs de batailles. La Flamme du Souvenir symbolise également l’hommage rendu à ceux qui ont donné leur vie, pour qu’aujourd’hui nous puissions vivre dans un pays libre. Enfin, depuis les jours tragiques de l’occupation, le symbole de la Flamme s’est enrichi d’une charge nouvelle, celle de l’espérance dans l’avenir et de foi dans le destin de notre Pays.
Commémoration du 11 Novembre - un peu d'histoire afin que personne n'oublie ... dans Autres fêtes ou évènements flamme
La flamme sur la tombe du Soldat Inconnu

La Cérémonie du Ravivage de la Flamme

La cérémonie du Ravivage
Depuis le 11 novembre 1923, tous les soirs, à 18h30, la Flamme est ravivée par des représentants d’Associations selon un planning établi par le Comité de la Flamme.

Un cérémonial précis est observé. Chaque jour, au moins deux membres du Comité, des Commissaires, sont désignés pour accueillir les Associations et ordonnancer la cérémonie. Les Associations se réunissent soit au carrefour Champs Elysées/Balzac, soit en haut des Champs Elysées ou encore directement sur le terre-plein de l’Arc lorsqu’elles sont peu nombreuses. Elles sont alors conduites, en défilant jusque sous l’Arc de Triomphe, porteurs de gerbes en tête, suivis des porte-drapeaux et des membres de l’association, empruntant l’allée centrale dans l’axe des Champs Elysées. Les participants prennent place de part et d’autre de la Dalle Sacrée et les porte-drapeaux sont disposés en cercle sur la face ouest de la Dalle. Auparavant, le Commissaire et le Gardien de service ont fait mettre en place le drapeau de « La Flamme », le clairon et le tambour de la Garde Républicaine. Enfin, le Commissaire de
la Flamme et les Présidents d’Associations rejoignent la Dalle, leur remontée est accompagnée par la sonnerie « LA FLAMME ».
Les délégations sont alors invitées à déposer leur gerbe, puis en se plaçant à hauteur de la Flamme, le Commissaire transmet au président le glaive en l’invitant à faire le geste de ravivage. La sonnerie « Aux Morts » retentit, les drapeaux s’inclinent, une minute de silence est observée. Lorsqu’une musique militaire (ou autre) est présente, la sonnerie « Aux Morts » est suivie du refrain de la Marseillaise. Le président accompagné des autorités présentes vont ensemble signer le Livre d’Or, puis dans un geste fraternel, saluer les porte-drapeaux, les Commissaires de la Flamme présents, les membres des Associations et les invités alignés le long de la Dalle. Tous se retrouvent au « pied » de la Tombe et les musiciens jouent l’hymne « Honneur au Soldat Inconnu ». Ils sont ensuite raccompagnés aux chaînes par le Commissaire de service alors que la musique sonne « La Flamme ». Ce rituel est le même lorsque le Général, Président de « La Flamme sous l’Arc de Triomphe » est présent. Les délégations sont alors invitées à signer le Livre d’Or.

Image de prévisualisation YouTube

dividers-1

L’hommage poétique

Le monde entier disait : la France est en danger ;
Les barbares demain, camperont dans ses plaines.
Alors, cet homme que nous nommions « l’étranger »
Issu des monts latins ou des rives hellènes

Ou des bords d’outre-mer, s’étant pris à songer
Au sort qui menaçait les libertés humaines,
Vint à nous, et, s’offrant d’un cœur libre et léger,
Dans nos rangs s’élança sur les hordes germaines.

Quatre ans, il a peiné, saigné, souffert.
Et puis un soir, il est tombé dans cet enfer…
Qui sait si l’inconnu qui dort sous l’arche immense,
Mêlant sa gloire épique aux orgueils du passé
N’est pas cet étranger devenu fils de France
Non par le sang reçu mais par le sang versé ?

Pascal Bonetti, 1920
Extraits de « Légion notre mère, anthologie de la poésie légionnaire 1885-2000 », Éditions Italiques, ministère de la Défense.

les20poilus201418.jpg

4 mai, 2017

Pour atteindre la vérité…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 16:50

7bqusile.gif

Le silence est considéré comme un moyen privilégié pour atteindre la vérité. Il est l’apaisement, jamais le vide. Il est la clarté, jamais l’absence de couleur. Il est le fondement de toute pensée et de toute émotion. Il nous emmène au coeur des choses.

Aimez le silence, il a une âme, la vôtre !

Ecoutez le silence, écoutez votre âme chanter.

140299__orchid-orchid-flower-stone-black-bamboo-water-reflection_p

2 avril, 2017

Les 40 meilleurs conseils santé au monde !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 13:19

guidesante

Les 40 meilleurs conseils santé au monde ! dans Santé (166) book
 

formeSANTÉ:

1. Bois beaucoup d’eau
2. Prends un déjeuner de roi, un dîner de prince et un souper de mendiant.
3. Mange plus de nourriture qui pousse dans les arbres et plantes et mange moins de nourriture manufacturée.
4. Vis avec les 3 E : Énergie, Enthousiasme et Empathie.
5. Trouve un peu de temps pour méditer.
6. Joue plus souvent.
7. Lis plus de livres que tu en as lus en 2016.
8. Assieds-toi, en silence, au moins 10 minutes par jour.
9. Dors durant 7 heures au moins.
10. Prends des marches quotidiennes de 10 à 30 minutes et, en marchant, souris.

 

yesPERSONNALITÉ:

11. Ne compare pas ta vie à celle des autres. Tu n’as aucune idée à quoi ressemble leur vie.
12. Évite les pensées négatives ou les choses dont tu ne peux contrôler. Investis plutôt ton énergie dans le moment présent.
13. N’en fais pas trop. Connais tes limites.
14. Ne te prends pas trop au sérieux. Personne d’autre ne te prend au sérieux.
15. Ne perds pas ta précieuse énergie en commérage.
16. Rêve plus souvent éveillé.
17. L’envie est une perte de temps. Tu as déjà tout ce dont tu as besoin.
18. Oubliez les problèmes du passé. Ne remémorez pas aux autres les erreurs passé. Ça ruine votre bonheur présent..
19. La vie est trop courte pour la gaspiller à détester.
20. Fais la paix avec ton passé afin qu’il ne ruine pas le présent.
21. Personne n’est en charge de ton bonheur, sauf toi.
22. Prends conscience que la vie est une école et que tu y es pour apprendre. Les problèmes font simplement partie de ton curriculum qui apparaît et disparaît comme la classe d’algèbre, mais les leçons que tu apprendras le seront pour la vie.
23. Souris et ris le plus souvent possible.
24. Tu n’as pas à gagner chaque dispute. Accepte d’être en désaccord.
.

societeSOCIÉTÉ: 

25. Téléphone à tes amis plus souvent ou envoie-leur des courriels.
26. Chaque jour, donne quelque chose de bien à quelqu’un.
27. Pardonne autant que possible.
28. Passe du temps avec des gens plus âgés que 75 ans et plus jeune que 6 ans.
29. Essaie de faire sourire au moins trois personnes quotidiennement.
30. Ce que les gens pensent de toi, ce n’est pas de tes affaires.
31. Ton travail ne prendra pas soin de toi lorsque tu seras malade. Tes amis, oui. Garde le contact.

heureuxVIE :

32. Agis bien !
33. Débarrasse-toi de tout ce qui n’est pas utile. Garde ce qui est beau ou joyeux.
34. La nature guérit tout.
35. Qu’il s’agisse d’une situation bonne ou mauvaise, elle va changer…
36. Peu importe comment tu te sens, lève-toi, habille-toi et présente-toi.
37. Le meilleur est encore à venir.
38. Quand tu te réveilles le matin, remercie d’être en vie.
39. Ton for intérieur est toujours heureux. Donc, sois heureux.

 

40-Le dernier, et non le moindre: 
email

Fais suivre ceci aux gens que tu aimes.

ligne_2 dans Santé (166)

Sources :  http://www.chezmaya.com/cartesvirtuelles/guidesante/sante.html

10 mars, 2017

Ecouter à coeur ouvert, c’est méditer !

Classé dans : Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 16:27

still_life_music_by_alminator90-d4npinb

Pour Platon, « la musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée ».

Car la musique n’est pas que des sons, c’est aussi une vibration, une énergie qui résonne dans le chant du monde et s’unit au chant des oiseaux, des rivières ou du vent.

Bols chantants tibétains, chants grégoriens, concerto de Bach ou petite musique de nuit de Mozart ? Choisissez la musique qui va vous entraîner dans le silence de vos profondeurs…

6 mars, 2017

Le silence peut nous aider…

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 10:36

lesilenceestlamedeschoses.gif

« Prenons le temps d’aller dans le silence. Le silence met fin à toute confusion et renouvelle nos forces. » 

Dadi Janki

13 janvier, 2017

MEDITER …

Classé dans : Généralités & Divers (152),Santé (166) — coukie24 @ 19:17

buddha-wallpapers-photos-pictures-art-740x300

C’est s’arrêter, faire une pause, se taire et s’immobiliser. Se poser sur la Terre, dans son corps et dans le présent pour se relier à l’essentiel. Un vrai défi pour certains dans ce monde agité, aux sollicitations incessantes !

Offrez vous quelques instants pour rejoindre cet espace de silence et de calme à l’intérieur de vous.

Prenez conscience de votre corps, des zones de tension et de détente, de votre respiration. Restez dans le moment présent ; laissez passer vos pensées, vos émotions, vos sensations sans vous y accrocher.

Acceptez ce qui vient sans jugement, avec bienveillance, et laissez faire.

Respirez avec conscience et accueillez ce qui est.

sources : 365 jours zen 2017 par Françoise Dorn

 

26 décembre, 2016

Sagesse Amérindienne

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 15:51

Mikhail Satarov2

Demande au grand silence de la forêt :   »Quel est ce silence ? ».

Il te répondra : « C’est le grand Mystère ! ».

Le silence sacré est sa voix, depuis l’aube du monde.

Si tu lui demandes :  

« Quels sont les fruits du silence ? », il te dira :  

« La maîtrise de soi, le courage, la persévérance, la patience, la dignité et le respect. »

Apprends à interroger le silence. Il est la terre intérieure, l’espace sacré où s’enracine ton esprit.

Sagesse Amérindienne

Konstantin Golovin

 

29 juin, 2016

Le jour où l’on prend les décisions …

Classé dans : Citations, proverbes...,Le Destin (23) — coukie24 @ 20:25

gkn3jriw.jpg

On n’entend pas de trompettes le jour où l’on prend les décisions importantes pour le reste de notre vie. Le destin se fait connaître en silence.

 Agnès de Mille

4 mars, 2016

Leçon d’intégrité…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 19:23

Leçon d'intégrité... dans Textes à méditer (239) 4918

LEÇON D’INTÉGRITÉ !
 

Un roi vieillissant s’est réveillé un jour et s’est rendu compte qu’en mourant il n’aurait pas de mâle (garçon) dans la famille royale pour le remplacer.
Il était le dernier garçon (mâle) dans la famille royale où la culture préconise que seul  un mâle peut succéder au trône , et il vieillissait.

Il décida comme il n’avait  pas de descendance mâle d’adopter un fils qui alors pourrait prendre sa place, mais il voulait qu’un tel fils adopté soit extraordinaire au sens réel du mot.
Il a donc lancé une compétition ouverte à tous les garçons de son royaume peu importe leur origine.
Dix garçons ont réussi à cette compétition jusqu’au sommet.
Il y avait peu pour séparer ces garçons quant à l’intelligence, les attributs physiques etc.
Alors, le roi décida : « j’ai une dernière épreuve et quiconque arrive à bout de cette dernière, deviendra mon fils adoptif et héritier de mon trône ».

Il s’exprima ainsi : « Ce royaume dépend uniquement de l’agriculture.
Donc le roi doit savoir comment cultiver des plantes.
Voici une graine de maïs pour chacun d’entre vous.
Emportez-la à la maison, plantez-la et élevez-la pendant trois semaines.
À la fin de ces trois semaines, nous verrons qui a fait le meilleur travail en cultivant la graine.
Cette personne sera mon héritier ».

Les garçons prirent leurs graines et rentrèrent pressés à la maison.
Ils prirent chacun un pot à fleur et plantèrent la graine dès leur arrivée..
Il y avait une énorme excitation dans le royaume puisque les gens attendaient le souffle suspendu
de savoir qui serait leur prochain roi.

Dans une maison, le garçon et ses parents étaient presque navrés quand, après quelques jours de soin intense, la graine ne poussa pas.
Il ne comprenait pas ce qui n’allait pas avec la sienne.
Il avait pourtant sélectionné le sol avec soin, il avait appliqué la bonne quantité et type d’engrais,
il avait été très respectueux dans l’arrosage avec les bons intervalles, il avait prié sur elle jour et nuit mais sa graine s’était avérée improductive.

Quelques-uns de ses amis lui recommandèrent d’aller acheter une graine au marché et de la planter.
Après tout, dirent-ils, « comment est-ce que quelqu’un pourrait différencier une graine de maïs d’une autre » ?
Mais ses parents qui lui avaient toujours appris la valeur de l’intégrité lui rappelèrent que si le roi voulait qu’ils plantent juste du maïs, il aurait demandé qu’ils aillent chercher leur propre graine. 
« Si tu prends n’importe quelle autre graine différente de celle que le roi t’a donné, cela serait malhonnête.
Peut-être nous ne sommes pas destinés pour le trône.
S’il en est ainsi, donc laisse, ne sois pas celui qui va tromper le roi » lui dirent-ils !

Le jour J arriva et les garçons revinrent au palais, chacun d’eux exhibant fièrement un plant du maïs très fin.
C’était évident que les autres neuf garçons avaient eu grand succès avec leurs graines.

Le roi descendit le long du rang où étaient alignés les garçons passionnés et demanda à chacun d’eux, « c’ est ce qui est sorti de la graine que je vous ai donnée ? » 

Et chaque garçon répondit, « Oui, votre majesté ! ».

Et le roi fit un signe de la tête, descendit le long de la rangée.
Le roi finalement arriva au dernier garçon de la ligne.
Le garçon était secoué par la peur, il savait que le roi allait le jeter en prison pour avoir gaspillé sa graine.

Le roi demanda.: -Qu’est-ce que tu as fait avec la graine que je t’ai donnée ?

« Je l’ai plantée et me suis occupé d’elle diligemment votre majesté, mais hélas, elle n’a pas poussé » dit le garçon en larmes et la foule de le huer…

Mais le roi leva ses mains pour signifier le silence.
ET annonça : « Mon peuple, voici votre prochain roi ! »

Les gens étaient confus.
« Pourquoi celui-là ? » Beaucoup se demandèrent.
« Comment peut-il être le bon choix ? »
Le roi s’installa sur son trône avec le garçon à son côté et dit « j’ai donné à ces garçons des graines bouillies. Cette épreuve n’était pas pour cultiver le maïs. C’était l’épreuve de caractère ; une épreuve d’intégrité. C’était l’épreuve ultime.

Si un roi doit avoir une qualité, ce doit être celle d’être au-dessus de la malhonnêteté.
Seul, ce garçon a réussi l’épreuve.
Une graine bouillie ne peut pas pousser !

Morale: La vérité finit toujours par éclater !

4 août, 2015

La liberté religieuse, coeur des droits humains …

Classé dans : Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 20:05

La-spiritualite-sans-Dieu-une-illusion_imagePanoramique500_220

La religion exprime les aspirations les plus profondes de la personne humaine, elle détermine sa vision du monde, elle guide ses rapports avec les autres : au fond, elle donne la réponse à la question du vrai sens de l’existence dans le domaine personnel et social. La liberté religieuse constitue donc le coeur même des droits humains. Elle est tellement inviolable qu’elle exige que soit reconnue à la personne la liberté même de changer de religion, si sa conscience le demande. Chacun, en effet, est tenu de suivre sa conscience en toute circonstance et personne ne peut être contraint d’agir contre elle. C’est précisément pourquoi personne ne peut être obligé à accepter de force une religion déterminée, quelles que soient les circonstances ou les motivations.

La Déclaration universelle des Droits de l’Homme reconnaît que le droit à la liberté religieuse inclut celui de manifester sa croyance, seul ou avec d’autres, en public ou en privé. Malgré cela, il existe encore aujourd’hui des lieux où le droit de se réunir pour des motifs de culte soit n’est pas reconnu soit est limité aux membres d’une seule religion. Cette violation grave de l’un des droits fondamentaux de la personne est cause d’énormes souffrances pour les croyants. Quand un État accorde un statut spécial à une religion, cela ne peut se faire au détriment des autres. On sait au contraire qu’il existe des pays où des individus, des familles et des groupes entiers continuent à être l’objet de discrimination et de marginalisation à cause de leur croyance religieuse.

On ne saurait non plus passer sous silence un autre problème qui est lié indirectement à la liberté religieuse. Des communautés et des peuples de convictions et de cultures religieuses différentes entretiennent parfois entre eux des tensions croissantes qui, en raison des fortes passions qui sont impliquées, finissent par se transformer en violents conflits. Le recours à la violence au nom de son propre credo religieux constitue une déformation des enseignements mêmes des grandes religions. Comme l’ont répété nombre de fois divers responsables religieux, moi aussi je redis que l’usage de la violence ne peut jamais trouver de justifications religieuses fondées ni promouvoir la croissance du sentiment religieux authentique.

Jean-Paul II, Le secret de la paix véritable réside dans le respect des droits humains, Message pour la Journée mondiale de la Paix, chapitre 5, 8 décembre 1998

76500412_p

 

20 août, 2014

Contes à aimer, contes à s’aimer….

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:29

contes à aimer

  Le conte des deux combawas* qui avaient décidé de construire une relation de longue durée.
 
0_e22af_b5c56a36_XL
 
Il était une fois deux combawas qui s’étaient rencontrés à la suite d’un coup de foudre amoureux.
Un coup de foudre amoureux, au pays des combawas, est quelque chose qui surgit sans prévenir, qui emporte tout sur son passage, qui rapproche aux plus intimes deux êtres plus beaux, plus intelligents, meilleurs, d’être précieux, nécessaire et unique.
 
Leur attirance, leur rapprochement, leur plaisir à se trouver ensemble les avaient comblés l’un et l’autre durant plusieurs mois. Ils étaient éblouis mutuellement de leur fougue, de leur passion et d’une liberté soudainement découverte.
Il faut que je vous dise qu’ils sortaient tous les deux d’une relation conjugale qui s’était soldée par une rupture et une séparation pour l’un et par un divorce pour l’autre.
 
Naïfs, ils firent comme s’ils étaient entièrement libres, autonomes et indépendants, alors que les liens affectifs retenaient encore l’un et que des liens sociaux pesaient sur l’autre. Durant les deux premières années, ils s’accordèrent parfaitement, se parlèrent peu, mais se sentaient bien ensemble, ils firent de nombreux voyages.
 
Un jour où ils décidèrent d’un rituel pour marquer leur engagement mutuel l’un envers l’autre. Ils ne vivraient pas sur le même territoire, n’interféreraient pas dans la vie de l’autre, mais s’inviteraient le plus souvent possible compte tenu de leurs engagements respectifs, se soutiendraient et partageraient le meilleur d’eux mêmes. Ce qu’ils ne savaient , ni l’un ni l’autre, c’est qu’après cette période idyllique, pleine de saveurs, de bien être et de bons sentiments, ils allaient voir émerger, remonter du fond de leur histoire, et cela de façon imprévisible, quelques unes de leurs souffrances liées aux blessures d’enfance.
 
Vous allez me demander : « Mais comment est ce possible ? »
 
C’est un des risques de toute relation intime que le comportement, les paroles, les gestes parfois les plus anodins, les plus insignifiants, retentissent de façon violente sur une situation inachevée de chaque histoire personnelle, sur un aspect de l’enfance associé à des humiliations, des injustices, à des trahisons ou un sentiment d’impuissance. Evidemment aucun des deux n’avait cela.
 
Elle par exemple, ne pressentait pas que sa propre insécurité, ses doutes, son besoin de réassurance pour pouvoir s’abandonner pleinement lui faisait mettre très souvent à l’épreuve la relation avec l’autre. Tout cela avec des paroles, des attitudes qui faisaient douter de la solidité de ses engagements et parfois qui disqualifiaient même la présence de son partenaire.
 
Elle ne se doutait pas qu’elle touchait ainsi, chez l’autre, à l’image de soi. L’image de soi est quelque chose de fondamental chez un combawa, c’est le noyau sur lequel il peut s’appuyer, se réfugier en cas de doute, d’insécurité, de fragilité.
 
Lui même ignorait que chaque fois qu’il ne tenait pas ses engagements, chaque fois qu’il se complaisait dans l’improvisation de l’instant, qu’il inventait un projet trop nouveau, il ne savait qu’il allait réveiller de l’angoisse, provoquer mal être et malaise chez sa partenaire combawa qu’il aimait et appréciait, mais qui, dans ces moments là, se fermait, se réfugiait dans le silence, se bloquait sur des refus, tant elle avait besoin de prévoir, de s’organiser et même de contrôler parfois le surgissement de l’imprévisible dans sa propre vie.
 
Ainsi, chacun avec une sincérité aveugle provoquait chez l’aimé(e) justement ce que lui même (et l’autre) redoutait le plus. L’un et l’autre sécrétaient avec constance des comportements qui allaient se révéler toxiques, violents, extrêmement déstabilisants pour l’équilibre intime de leur relation dans la durée.
 
Tout se passait comme si chacun envoyait à l’autre le message suivant : « Je ne peux te donner le meilleur de moi, car avant, tu dois me montrer que tu m’acceptes tel que je suis, même quand je suis déstabilisant pour toi ! »
 
Chaque séquence s’emboîtait quasi automatiquement, pour préparer la séquence suivante qui les faisait l’un et l’autre tant souffrir d’incompréhension. Comme si chacun attendait de l’aimé ce que justement il ne pouvait lui donner, puisque l’exigeant impérativement de l’autre.
 
Ainsi malgré eux, se mettaient en place toutes les conditions d’une séparation, qu’ils ne souhaitaient pas réellement. Car il est difficile de savourer le bon, le bienveillant, de goûter le ciel, quand votre ventre se révolte au souvenir de vielles peurs, quand votre gorge se durcit de tous les silences refoulés, quand votre sexe vous rappelle que le plaisir a besoin d’un berceau de tendresse pour s’épanouir, pour se révéler dans toute sa splendeur et son abandon.
 
Il n’y a pas me semble t’il, de solutions faciles à une telle situation. Accuser, reprocher, mettre en cause l’autre, c’est faire toujours plus pour entretenir ce qu’on voudrait voir disparaître. C’est collaborer au maintien d’une situation qui devient de plus en plus invivable.
 
D’un autre côté, ne rien dire, tolérer, subir, attendre, c’est ne pas respecter le partie de soi qui justement demande reconnaissance, c’est comme piétiner ses propres valeurs.
Peut être serait il souhaitable d’inviter les deux combawas à prendre le temps de se dire, non sur les perceptions, les ressentis immédiats, non sur les petites pollutions inévitables du quotidien, mais d’oser parler des blessures secrètes, non cicatrisées, toujours a vif au profond de chacun. D’exprimer comment elles sont réveillées par les comportements, les paroles ou les attitudes de l’autre, dévoilant des abîmes de souffrances et des peurs qui envahissent le présent, polluent la disponibilité d’une relation en cours et leur font engranger trop de déceptions et de frustrations.
 
Vous avez bien entendu, j’invite donc à parler, à échanger non sur les faits, non sur le ressenti immédiat, qui aveugle parfois, nous entraîne dans le réactionnel, mais à oser dire, partager sur le ressentiment, l’impact de l’autre sur les blessures de l’enfance de chacun.
 
Cela suppose de prendre le risque de se mettre à nu, à nu de l’intérieur, de rencontrer la face cachée, parfois à soi même, de cet intérieur !
Face vulnérable, sensible, si fragile qu’il faut à la fois beaucoup de courage, de lucidité et d’amour envers soi même pour oser montrer, derrière cette part d’ombre, les blessures ardentes de l’enfance et toutes les compensations qu’on a construites autour pour masquer tous les manques qui en découlent.
 
Certains combawas y arrivent s’ils se sentent portés par l’amour de l’autre, s’ils se sentent suffisamment aimé pour affronter un tel dévoilement de soi. Il faut se rappeler cependant qu’au pays des combawas, un partenaire amoureux ou conjugal ne peut être le thérapeute de l’autre.
Il sera le déclencheur, le grand ré activateur des blessures de son histoire et peut être le miroir sur lequel elles viendront se projeter avec violence.
 
C’est par l’écoute respectueuse de soi et de l’autre, par l’attention du cœur et la compassion que tout cela devient possible.
Aimer dans la durée et garder une relation vivante et en santé est toujours une aventure pleine de risques chez les combawas.
plume
de Jacques Salomé
S’engager sans clarifier ses attentes, ses apports et ses zones d’intolérance, c’est prendre le risque de se déchirer, se blesser et parfois de s’aliéner mutuellement.
* Info pour celui qui ne saurait pas ce que c’est qu’un :  Combawa - Famille des rutacées - Originaire de l’Inde, le combawa a été introduit dans les îles de l’Océan Indien à la fin du XVIIIe siècle. Il est aujourd’hui très présent dans la cuisine réunionnaise. De forme moins régulière et plus petit que le citron, le combawa est aussi plus acide. On utilise le jus, les zestes ou bien encore la feuille du combawa soit pour aromatiser un plat soit pour préparer une boisson désaltérante.Le combawa est un agrume très ancien, rond, petit, vert, très bosselé, à l’écorce grumeleuse. La cueillette s’effectue en octobre et novembre, quand il est vert foncé et bien mûr. On utilise beaucoup le fruit dans l’aromathérapie. Il est alors cueilli avant maturité lorsque la concentration en huile dans l’écorce est maximale.

L’arbre est facilement reconnaissable grâce aux feuilles très largement ailées (pourvues d’un rétrécissement central) et aux nombreuses épines que l’on trouve sur les branches.

Propriétés médicinales
Antibactérien, antiseptique, tonique digestif, calmant, sédatif.

21 juillet, 2014

Garde en mémoire Notre au revoir … chanson dédiée à Alain

Classé dans : Amitiés (74) — coukie24 @ 17:43

Image de prévisualisation YouTube

Si un autre fichier audio est posté sur cette page, pensez à aller le mettre en pause pour regarder cette vidéo…

Puisque tu pars

Puisque l’ombre gagne
Puisqu’il n’est pas de montagne
Au-delà des vents, plus haute que les marches de l’oubli
Puisqu’il faut apprendre
A défaut de le comprendre
A rêver nos désirs et vivre des « ainsi soit-il »

Et puisque tu penses
Comme une intime évidence
Que parfois même tout donner n’est pas forcément suffire
Puisque c’est ailleurs
Qu’ira mieux battre ton cœur
Et puisque nous t’aimons trop pour te retenir

Puisque tu pars

Que les vents te mènent où d’autres âmes plus belles
Sauront t’aimer mieux que nous puisque
L’on ne peut t’aimer plus

Que la vie t’apprenne
Mais que tu restes le même
Si tu te trahissais nous t’aurions tout à fait perdu

Garde cette chance
Que nous t’envions en silence
Cette force de penser que le plus beau reste à venir

Et loin de nos villes
Comme octobre l’est d’avril
Sache qu’ici reste de toi comme une empreinte Indélébile

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu’il est des douleurs qui ne pleurent qu’à l’intérieur
Puisque ta maison
Aujourd’hui c’est l’horizon
Dans ton exil essaie d’apprendre à revenir
Mais pas trop tard

Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars
J’aurai pu fermer, oublier toutes ces portes
Tout quitter sur un simple geste mais tu ne l’as pas fait
J’aurai pu donner tant d’amour et tant de force
Mais tout ce que je pouvais ça n’était pas encore assez
Pas assez, pas assez, pas assez

(Jean-Jacques Goldman)

peniche3a

10 juin, 2014

Tout agit sur notre machine, et sur notre âme …

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 21:20

rtf9dk

« Les climats, les saisons, les sons, les couleurs, l’obscurité, la lumière, les éléments, les aliments, le bruit, le silence, le mouvement, le repos, tout agit sur notre machine, et sur notre âme. »

de Jean-Jacques Rousseau 

Extrait de Les confessions

23 mai, 2014

La fête des mères, c’est dimanche !

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 18:53

Le coeur d’une mère

Image de prévisualisation YouTube

Voici les paroles  …

La fête des mères, c'est dimanche ! dans Autres fêtes ou évènements 1351173313

Il y a dans son appartement
Une photo de moi petit enfant
Qu’elle regarde tendrement
Souvent le soir en se couchant

Elle se souvient de mes premiers pas
De ces nuits où elle ne dormait pas
Seule à surveiller mon silence
Elle se rappelle de mon enfance

Pour le cœur d’une mère
Quoique l’on puisse faire
On restera toujours un enfant
Car l’amour d’une mère
Reste le plus sincère
Quoiqu´il arrive au fil du temps

Dans les bras d’une mère
On apprend la tendresse
Les premiers sentiments, les premières caresses
On aimerait refaire le chemin à l’envers
Pour retrouver les bras d’une mère

Elle a passé toutes ces années
Dans l’ombre de ma vie à rêver
Cent fois elle a tracé d’avance
Le chemin de mon existence

Elle s’est tant fait du mauvais sang
Lorsque j’étais adolescent
Toutes ces nuits à compter les heures
A s’inquiéter, à avoir peur

Pour le cœur d´une mère
Quoique l´on puisse faire
On restera toujours un enfant
Car l’amour d’une mère
Reste le plus sincère
Quoiqu’il arrive au fil du temps

Dans les bras d’une mère
On apprend la tendresse
Les premiers sentiments, les premières caresses
On aimerait refaire le chemin à l’envers
Pour retrouver les bras d’une mère

Pour le cœur d´une mère
Quoique l´on puisse faire
On restera toujours un enfant
Car l’amour d’une mère
Reste le plus sincère
Quoiqu’il arrive au fil du temps

Dans les bras d’une mère
On apprend la tendresse
Les premiers sentiments, les premières caresses
On aimerait refaire le chemin à l’envers
Pour retrouver les bras d’une mère

Et même si aujourd´hui
Je ne suis plus tes pas
Ne t’en fais pas, je pense toujours à toi
C’est fou comme je t’aime
Tu restes tout pour moi
Car le cœur d’une mère
Ne se remplace pas

123
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux