DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

19 juillet, 2012

Faut-il attendre une heure avant d’aller se baigner ? …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 13:36
Faut-il attendre une heure avant d'aller se baigner ?

Selon une très vieille croyance populaire, il ne faut pas aller se baigner juste après le déjeuner, mais attendre au moins une heure que digestion se fasse.

Cette croyance est-elle vraiment justifiée ? Faut-il vraiment attendre une heure avant d’aller se baigner ?

  • Quel délai entre le déjeuner et la baignade ?
  • Sur quoi repose une telle croyance ?

Quel délai entre le déjeuner et la baignade ?

 Selon des experts canadiens et américains de la Croix Rouge, cette légende ne repose sur aucun fait concret.

Autrement dit, il n’existe aucun argument valable pour interdire la baignade après un déjeuner, qu’il s’agisse de la baignade récréative des enfants, de la baignade rafraîchissante des parents ou d’une baignade sportive.

 Bien entendu, il est préférable d’éviter les repas très copieux, très gras et arrosés d’alcool, car en prolongeant la digestion, de tels repas s’accompagnent d’un sentiment d’inconfort quel que soit le type d’activités, allant de la lecture à la sieste en passant par la baignade.

Sur quoi repose une telle croyance ?

Certains disent qu’il est nécessaire d’attendre la fin de la digestion.

Or, la digestion est un processus qui dure des heures, au minimum 3 heures selon la nature du repas. Il faudrait donc attendre plus de 3 heures avant d’aller se baigner et non pas seulement une petite heure.

Selon d’autres croyances, c’est une question de température.

En effet, lors de la digestion, la température corporelle s’accroît, ce qui augmente le risque de malaise par choc thermique lorsque l’on entre dans l’eau. Cette différence est cependant minime et il suffit d’entrer progressivement dans l’eau et de mettre un peu d’eau sur sa nuque pour atténuer la transition.

Une autre hypothèse repose sur le fait que l’estomac et les muscles des membres entreraient en compétition pour le sang oxygéné. Après un repas, le sang afflue au niveau de l’abdomen, mobilisé pour la digestion, et donc indisponible pour les muscles. Seulement voilà, le volume de sang oxygéné est largement suffisant pour subvenir en même temps à la digestion et à l’activité musculaire des membres.

En conclusion, mieux vaut faire un repas pas trop riche avant une baignade pour une question de confort.Mais se baigner juste après manger n’est pas associé à un risque accru de noyade….

D’ailleurs, il est bien recommandé aux nageurs olympiques de manger un peu avant une compétition….

Mis à jour par Isabelle Eustache le 02/07/2012
Créé initialement par Isabelle Eustachele 28/07/2008

Sources : La presse canadienne, 16 juillet 2008.

9 juin, 2012

La dînette …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171),regards d enfants (53) — coukie24 @ 18:51

La dînette

La dînette ... dans Poésies, Fables, contes, ... (171) 74871065_p

 Patience, patience, poupées !
Je ne puis servir à la fois
Des gâteaux et du chocolat.
Comme vous, je n’ai que dix doigts.
Vous ai-je si mal élevées
Que vous ne puissiez demeurer
Plus calmes que de petits rats ?

Patience, patience, poupées !
On dirait que voici des mois
Que vous n’avez rien mangé.
Hier, n’ai-je pas partagé
Mon gros nougat avec vous trois ?
Heureusement que notre chat
Dédaigne cake et chocolat :
Vous lui videriez son écuelle
Derrière mon dos, péronnelles !

Maurice Carême (« Fleurs de Soleil » – Editions Ouvrières)

rub-gifs-poupees-134x150 dans regards d enfants (53)

7 juin, 2012

Les 100 plus belles façons d’Aimer – Bel ouvrage de François Gagol

Classé dans : Amour (119),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 20:09

 Les 100 plus belles façons d'Aimer - Bel ouvrage de François Gagol dans Amour (119) h3uxv8kd

Les 100 plus belles façons d’Aimer vues par François Gagol

ruban_21 dans Textes à méditer (239) 1. Aimer, ce n’est pas simplement dire  » je t’aime « .

 2. Aimer, ce n’est pas être gentil que lorsque le climat est agréable.

 3. Aimer, c’est avoir un regard chaleureux qui, dans la fraîcheur d’une solitude, est un baiser du coeur.

4. Aimer un bébé, c’est gravir une montagne de tendresse et patauger dans un océan de câlins.

5. Aimer, ce n’est pas voir quelqu’un comme un faible mais comme quelqu’un qui a des problèmes et des difficultés.

1304360498 6. Aimer, c’est avoir le coeur qui chante, le regard qui sourit et quelques souvenirs qui pleurent.

7. Aimer, c’est admirer la nature, être parfois fasciné par une petite fleur qui pousse, laisser vivre un petit animal inoffensif pour lequel sa mort n’apporterait rien.

8. Aimer, c’est savoir que personne n’est parfait, que chacun porte sa croix et qu’elle n’est pas forcément plus légère que la vôtre.

9. Aimer, c’est parfois faire des compromis avec ses envies, et sourire à ses faiblesses humaines.

10. Aimer, c’est ne pas toujours envier le bonheur d’un autre qui n‘est peut-être qu’apparent.

rosesv11 11. S’aimer soi-même, c’est toujours dans un coin de son être le soleil, la plage et les cocotiers, ne pas s’aimer soi-même, c’est souvent la grisaille et le froid.

 12. Aimer, c’est parfois avoir envie de mépriser mais de ne pas médire.

13. Aimer, c’est parfois avoir L’impression d’être seul à comprendre certaines choses, essayer timidement de partager, ne pas imposer, puis se taire.

14. Aimer, c’est écouter, regarder, essayer de percevoir le subtil.

 15. Aimer, c’est au fil des jours, saisir l’occasion d’agrandir son coeur.

64209412 16. Aimer, c’est donner de l’amour avec désintéressement.

17. Aimer, c’est respecter.

18. Aimer, c’est voir l’enfant dans chaque personne.

 19. Aimer, c’est essayer de ne pas avoir le bonheur compliqué.

20. Aimer, c’est parfois recevoir un baiser divin de bien-être, le souffle apaisant d’un ange sur son être.

f9rz5hbk 21. Aimer, c’est être petit et grand à la fois.

 22. Aimer, c’est percevoir des rayons de soleil dans l’apparente obscurité des sentiments.

23. Aimer, c’est avoir le cœur en filigrane imprimé sous ses pensées.

24. Aimer, c’est souvent déceler le regard solitaire de l’autre cherchant le bonheur derrière les barreaux de sa prison intérieure.

 25. Aimer, c’est avoir le cœur pur et léger et, comme l’artiste peintre, ajouter délicatement ci et là quelques touches de couleurs aux tableaux de la vie.

 09102150

26. Aimer, c’est parfois avoir de l’énervement et de la colère, mais c’est surtout savoir aplanir les ondes tumultueuses de son coeur.

 27. Aimer, c’est parfois voir un être médisant et verser une larme de compassion sur sa sécheresse de coeur.

28. Aimer, c’est voir les formes des femmes comme des dunes de tendresse.

29. Aimer, c’est faire un baiser sur la main de la délicatesse.

 d50a93b1

30. Aimer, c’est essayer d’absorber avec le cœur le surplus de ras le bol.

 31. Aimer, c’est protéger le petit enfant qui dort en soi.

32. Aimer, c’est savoir digérer ses frustrations et ne pas faire la moue pour des broutilles.

33. Aimer, c’est parfois crier sa peine jusqu’au ciel, puis s’apaiser en regardant tomber des flocons de chagrins.

34. Aimer, c’est essayer de discerner dans la tempête le vent du bonheur.

35. Aimer, c’est écouter le chant des anges sur le chemin du bonheur.

 033776cb

36. Aimer, c’est apprécier les petites choses de la vie.

 37. Aimer, c’est voir le soleil dans les yeux d’un enfant.

 38. Aimer, c’est parfois voir l’ombre du Christ dans les actes d’amour.

 39. Aimer , c’est un sentiment de satisfaction de travail bien fait.

 40. Aimer, c’est avoir le coeur qui s’embellit au fur et à mesure qu’il digère les peines.

d6b1798a

41. Aimer, c’est une lumière qui scintille dans l’obscurité du souvenir.

 42. Aimer, c’est une lumière qui se reflète dans les miroirs des coeurs.

43. Aimer, c’est ne pas oublier la violence du malheur.

 44. Aimer, c’est mesurer les conséquences de ses actes.

45. Aimer, c’est parfois se sentir seul sur la Terre avec un trésor.

 6600db75

46. Si nous ne sommes que des  » androïdes biologiques hyper sophistiqués dépendant du hasard « , alors aimer est un pied de nez au hasard.

47. Aimer, c’est savoir que se croire supérieur n’est qu’une grande illusion de soi-même.

48. Aimer, c’est ouvrir les portes de son coeur et laisser mourir les flèches du destin.

49. Aimer, c’est ne pas se comparer sans cesse aux autres.

50. Aimer, c’est essayer de discerner l’équité.

 c3e2936a

51. Aimer, c’est désirer le compliment mais pas absolument le rechercher.

52. Aimer, c’est percevoir les pensées secrètes du coeur.

53. Aimer, c’est mettre l’orgueil dans sa poche.

 54. Aimer, c’est avoir la force du coeur qui dope le mental.

55. Aimer, c’est essayer de montrer l’exemple par le coeur.

7cf7e576 56. Aimer, ce n’est pas perdre sa personnalité mais essayer de l’épanouir avec la lumière du coeur.

57. Aimer, c’est parfois avoir L’impression de marcher dans la brume et avancer à tâtons vers l’amour avec sa lumière de coeur.

 58. Aimer, c’est parfois avoir l’impression de remettre souvent un moteur en marche, avec la satisfaction ensuite d’avoir une bonne machine qui fonctionne bien.

 59. Aimer, c’est tenir compte des désirs, des envies, des opinions et des sentiments des autres.

60. Aimer, c’est avoir le bonheur simple.

 bed03d3b

61. Aimer, c’est développer sa patience et sa compréhension.

62. Aimer, c’est rester humble.

63. Aimer, c’est un peu voir l’énervement comme du poil à gratter et essayer de ne pas trop se gratter. (Quoique de temps en temps se gratter refrictionne le sang et soulage.)

64. Aimer, c’est parfois éliminer les  » pensées de moustiques  » sinon ils envahissent votre intérieur et votre extérieur.

65. Aimer, c’est ne pas devenir mauvais sous prétexte que l’on est de mauvaise humeur.

6dc28873

66. Aimer, c’est voyager sur les ailes de l’allégresse.

67. Aimer, c’est avoir une beauté intérieure qui se voit de l’extérieur.

 68. Aimer, c’est toujours persévérer en amour.

69. Aimer, c’est apercevoir la puissance de l’éternité.

70. Aimer, c’est créer un trait d’union entre les gens.

bar711 71. Aimer, c’est accepter ses défauts et ceux des autres.

 72. Aimer, c’est pouvoir se reposer sur la confiance.

 73. Aimer, c’est s’endormir avec le coeur qui chante.

 74. Aimer, c’est un sentiment noble et agréable.

75. Aimer, c’est apprécier tous les petits moments de bonheur dans le quotidien et ne pas avoir trop de rêves d’une grandeur inaccessible.

5af48060

76. Aimer, c’est câliner de bonnes idées.

77. Aimer, c’est croire que l’on peut décrocher la lune.

 78. Aimer, c’est voir fleurir des bouquets de bonheur dans la rosée des jours.

79. Aimer, c’est avoir le cœur et l’esprit large.

 80. Aimer, c’est cueillir la bonne humeur dans les petites choses.

ad6c8b43 81. Aimer, c’est toucher du doigt le ciel.

82. Aimer, c’est toujours tendre la main à l’amitié.

83. Aimer, c’est pardonner.

84. Aimer, c’est poser chaque jour sa pierre à l’édifice du bonheur.

 85. Aimer, c’est grandir intérieurement.

4efcce65

86. Aimer, c’est essayer de donner un bouquet quand on vous demande une fleur.

 87. Aimer, c’est d’abord apprendre à s’aimer.

88. Aimer, c’est ne pas être exclusif.

89. Aimer, c’est avoir la conscience reposée.

90. Aimer, c’est éviter de mentir.

1310831597

91. Aimer, c’est regarder en soi des paysages qui donnent envie de rêver.

92. Aimer, c’est quelque part être un peu naïf.

93. Aimer, c’est tendre la main, plus encore à un coeur au désespoir.

94. Aimer, c’est un peu croire à la providence.

95. Aimer, c’est avoir l’espoir comme flambeau.

 3c966b11

96. Aimer, c’est éviter la jalousie.

97. Aimer, c’est donner sa chance.

 98. Aimer, c’est connaître les forces et les faiblesses.

99. Aimer, c’est ce qui donne un sens à la vie.

100. Aimer, c’est ce que nous devons apprendre.

 f37784d9-300x244

7 mai, 2012

Le chat et l’oiseau …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 21:13

Le chat et l’oiseau ... dans Poésies, Fables, contes, ... (171) 3061607683_1_3_MCYC2d6J 

 Un village écoute désolé
Le chant d’un oiseau blessé
C’est le seul oiseau du village
Et c’est le seul chat du village
Qui l’a à moitié dévoré
Et l’oiseau cesse de chanter
Le chat cesse de ronronner
Et de se lécher le museau
Et le village fait à l’oiseau
De merveilleuses funérailles
Et le chat qui est invité
Marche derrière le petit cercueil de paille
Où l’oiseau mort est allongé
Porté par une petite fille
Qui n’arrête pas de pleurer
Si j’avais su que cela te fasse tant de peine
Lui dit le chat
Je l’aurais mangé tout entier
Et puis je t’aurais raconté
Que je l’avais vu s’envoler
S’envoler juqu’au bout du monde
Là-bas où c’est tellement loin
Que jamais on en revient
Tu aurais eu moins de chagrin
Simplement de la tristesse et des regrets  

1317069290

« Il ne faut jamais faire les choses à moitié. »  

bougie

 Jacques Prévert

3 avril, 2012

La réponse à vos questions… de quoi vous distraire !

Classé dans : Anecdotes, expressions ou chroniques (41) — coukie24 @ 20:13

Une liste à garder pour avoir réponse à tout ! C’est vraiment génial …. !

 Cliquez sur la ligne désirée pour avoir la réponse à vos questions :

 La réponse à vos questions... de quoi vous distraire ! dans Anecdotes, expressions ou chroniques (41) 3064510731_1_5_orvs1bVY

> > > Pourquoi un ‘croque-mort’ s’appelle ainsi ?
> > > Pourquoi les femmes ne peuvent-elles pas se mettre du mascara bouche fermée ?
> > > Pourquoi le piment pique-t-il ?
> > > Pourquoi a-t-on le vertige ?
> > > Pourquoi la tour de Pise penche ?
> > > Pourquoi l’effaceur efface ?
> > > Pourquoi dit-on  »avoir voix au chapitre » ?
> > > Pourquoi gave t-on les oies et les canards ?
> > > Pourquoi le renard est-il appelé Goupil ?
> > > Pourquoi dit-on  »faire la belle » ?
> > > Pourquoi doit-on laisser les vitres de voiture ouvertes dans le tunnel sous la Manche ?
> > > Pourquoi le bébé pleure à sa naissance ?
> > > Pourquoi parle t-on des subprimes ?
> > > Pourquoi le hot-dog porte t-il ce nom ?
> > > Pourquoi les serpents tirent t-il constamment la langue ?
> > > Pourquoi un chuchotement peut-il être audible, loin, même dans un brouhaha ?
> > > Pourquoi le jus de certains végétaux peut-il changer de couleur?
> > > Pourquoi le savon nettoie t-il la graisse et la saleté ?
> > > Pourquoi l’échographe voit-elle les organes cachés?
> > > Pourquoi l’hygiène corporelle n’a pas toujours été pareille au cours des siècles ?
> > > Pourquoi y a t-il de la foudre pendant un orage ?
> > > Pourquoi utilise t-on des agences de notations ?
> > > Pourquoi peut-on marcher nu-pieds sur des braises ardentes sans se brûler ?
> > > Pourquoi le maïs éclate t-il en chauffant ?
> > > Pourquoi les fleurs coupées fanent-elles ?
> > > Pourquoi d’après la légende les pandas ont-ils des taches noires ?
> > > Pourquoi le brouillard givrant ne contient-il généralement pas de glace ?
> > > Pourquoi les ondes micro-ondes chauffent-elles les aliments et pas l’assiette ?
> > > Pourquoi l’arobas est-il utilisé ?
> > > Pourquoi Ravaillac a t-il assassiné Henri IV ?
> > > Pourquoi dit-on  »rester en rade » ?
> > > Pourquoi les insectes sont-ils attirés par la lumière la nuit ?
> > > Pourquoi, bien que carnivore, le panda géant se nourrit-il de végétaux ?
> > > Pourquoi le théorème des gendarmes porte t-il ce nom ?
> > > Pourquoi le chocolat est-il dangereux pour certains animaux de compagnie ?
> > > Pourquoi certains liquides deviennent-ils solides sous la pression ?
> > > Pourquoi le tabac se nomme t-il ainsi ?
> > > Pourquoi dit-on  »être au septième ciel » ?
> > > Pourquoi un liquide incolore peut-il se teinter en le secouant ?
> > > Pourquoi Henri Fabre est-il connu ?
> > > Pourquoi dit-on  »faire la barbe à quelqu’un » ?
> > > Pourquoi les vols d’oiseaux migrateurs se mettent-ils en V ?
> > > Pourquoi la mer Méditerranée porte t-elle ce nom ?
> > > Pourquoi parle t-on de catalyse ?
> > > Pourquoi la nacre a t-elle un aspect irisé ?
> > > Pourquoi parle t-on d’effet papillon ?
> > > Pourquoi la grenouille se nomme t-elle ainsi ?
> > > Pourquoi les verres font-ils de la musique ?
> > > Pourquoi les personnes de confession musulmane mangent-elles  »halal » ?
> > > Pourquoi l’explosion nucléaire forme-t-elle un champignon ?
> > > Pourquoi est-il dangereux de fabriquer soi-même son savon ?
> > > Pourquoi les fesses serviront-elles bientôt d’antivol ?
> > > Pourquoi dit-on  »il ne faut jamais dire : fontaine, je ne boirai pas de ton eau » ?
> > > Pourquoi l’escargot sort-il quand il pleut ?
> > > Pourquoi la fête d’halloween se nomme t-elle ainsi ?
> > > Pourquoi Henry John Heinz est-il connu ?
> > > Pourquoi dit-on  »être sur la paille » ?
> > > Pourquoi le désert de sable avance t-il sans arrêt ?
> > > Pourquoi y a t-il des oasis dans les déserts ?
> > >
Pourquoi la matière imperméable est-elle apparue ?

> > > Pourquoi les espèces ne se mélangent-elles pas ?
> > > Pourquoi parle t-on de pluies d’oiseaux ?
> > > Pourquoi dit-on « vieux comme Hérode » ?
> > > Pourquoi n’est-il pas possible de se noyer dans des sables mouvants ?
> > > Pourquoi les agences de notations ont-elles été contestées ?
> > > Pourquoi les hommes et garçons juifs portent-ils la Kippah ?
> > > Pourquoi l’art français a t-il supplanté l’art roman ?
> > > Pourquoi fumer est-il dangereux ?
> > > Pourquoi se voit-on dans un miroir ?
> > > Pourquoi ne peut-on pas diviser par zéro ?
> > > Pourquoi dit-on que le café au lait est un poison ?
> > > Pourquoi le  »triple A » est-il si important pour un pays ?
> > > Pourquoi constate t-on des ambiguïtés entre zoologie et botanique ?
> > > Pourquoi faut-il éviter les coups de chaleur ?
> > > Pourquoi dit-on  »et tout le tremblement » ?
> > > Pourquoi certaines ampoules électriques ne chauffent-elles pas ?
> > > Pourquoi capter la foudre est une fausse bonne idée ?
> > > Pourquoi le drapeau du Botswana est-il bleu rayé d’une bande noire ?
> > > Pourquoi le capitaine doit-il être le dernier à abandonner le navire ?
> > > Pourquoi les jardins d’enfants sont-ils importants ?
> > > Pourquoi dit-on  »rendre son tablier » ?
> > > Pourquoi les juifs célèbrent t-ils la Paque ?
> > > Pourquoi dit-on  »avoir une épée de Damoclès » ?
> > > Pourquoi y a-t-il de l’orage ?
> > > Pourquoi construit-on des barrages ?
> > > Pourquoi le carrelage est-il plus froid que le parquet ?
> > > Pourquoi Pluton n’est-elle plus une planète ?
> > > Pourquoi les manches de costumes ont des boutons ?
> > > Pourquoi dit-on  »avoir un nom à coucher dehors » ?
> > > Pourquoi dit-on  »en voiture Simone » ?
> > > Pourquoi rêve-t-on ?
> > > Pourquoi dit-on ‘bâbord’ et ‘tribord’ ?
> > > Pourquoi les tomates sont-elles des fruits et pas des légumes ?
> > > Pourquoi les abeilles meurent-elles après avoir piqué ?
> > > Pourquoi dit-on  »merde » à quelqu’un avant un examen ?
> > > Pourquoi le rat est-il considéré comme animal nuisible ?
> > > Pourquoi Do Ré Mi Fa Sol La Si Do ?
> > > Pourquoi les peintures rupestres de la préhistoire ont-elles tenu si longtemps ?
> > > Pourquoi si on touche un papillon, il ne peut plus voler ?
> > > Pourquoi dit-on  »mort aux vaches » ?
> > > Pourquoi dit-on  »a gogo » ?
> > > Pourquoi le Botox traite t-il les rides du visage ?
> > > Pourquoi attribue-t-on le chiffre 666 au diable ?
> > > Pourquoi les silencieux bloquent-ils le son des pistolets ?
> > > Pourquoi dit-on  »à vos souhaits » lorsqu’on éternue ?
> > > Pourquoi la majorité des gens portent-ils leur montre au poignet gauche ?
> > > Pourquoi dit-on draconien ?
> > > Pourquoi les tortues portent-elles des carapaces ?
> > > Pourquoi les trous noirs ?
> > > Pourquoi le ballon de rugby est-il ovale ?
> > > Pourquoi soupire-t-on ?
> > > Pourquoi l’oignon nous fait-il pleurer ?
> > > Pourquoi n’avons nous pas de souvenir avant nos 3 ans ?
> > > Pourquoi le Groenland a t-il été baptisé ainsi ?
> > > Pourquoi nos os craquent-ils ?
> > > Pourquoi les cheveux roux sont ils plus rares que les blonds ou les bruns ?
> > > Pourquoi flotte-t-on mieux dans l’eau salée ?
> > > Pourquoi les vêtements perdent leurs couleurs au soleil ?
> > > Pourquoi dit-on  »la mer à boire » ?
> > > Pourquoi peut-on faire de l’engrais en appartement ?
> > > Pourquoi y a t-il des impôts aujourd’hui ?
> > > Pourquoi Internet ?
> > > Pourquoi compte-t-on en ‘années-lumière’ ?
> > > Pourquoi le mélange Coca-Mentos est-il explosif ?
> > > Pourquoi a-t-on une meilleure réception lorsqu’on touche l’antenne d’une radio ?
> > > Pourquoi souvent les chiens et les chats ne s’entendent-ils pas ?
> > > Pourquoi les chats retombent-ils toujours sur leurs pattes ?
> > > Pourquoi dit-on ‘allô’ quand on répond au téléphone ?
> > > Pourquoi les dinosaures ont-ils disparu ?
> > > Pourquoi est-ce qu’il pleut ?
> > > Pourquoi ne faut-il pas montrer les gens du doigt ?
> > > Pourquoi Pekin s’appelle aussi Beijing ?
> > > Pourquoi parle t-on de portion congrue ?
> > > Pourquoi dit-on  »bouc émissaire » ?
> > > Pourquoi la Terre est ronde ?
> > > Pourquoi dit-on que le chat a 9 vies ?
> > > Pourquoi dit-on ‘au temps pour moi’ ?
> > > Pourquoi y a-t-il treize rayures sur le drapeau américain ?
> > > Pourquoi les bouteilles de vins font-elles 75cl et pas un litre ?
> > > Pourquoi a t-on un nez ?
> > > Pourquoi est-il possible de mouler le sable ?
> > > Pourquoi la mer est-elle salée ?
> > > Pourquoi les chevaux dorment-ils debout ?
> > > Pourquoi rougit-on ?
> > > Pourquoi les poissons peuvent-ils respirer sous l’eau ?
> > > Pourquoi les animaux ne parlent-ils pas alors qu’ils ont des cordes vocales ?
> > > Pourquoi le Soleil est-il jaune ?
> > > Pourquoi les Animaux ont-ils toujours les dents blanches ?
> > > Pourquoi le GPS a t-il été inventé ?
> > > Pourquoi Mars est-elle appelée  »la planète rouge » ?
> > > Pourquoi les Chinois mangent-ils avec des baguettes ?
> > > Pourquoi le sang est-il rouge ?
> > > Pourquoi l’espace est-il silencieux ?
> > > Pourquoi a-t-on le hoquet ?
> > > Pourquoi l’hymne national français s’appelle « La Marseillaise » ?
> > > Pourquoi l’eau n-a-t’elle pas de goût ?
> > > Pourquoi écrit-on « Cedex » dans certaines adresses ?
> > > Pourquoi la céramique est-elle si dure à percer alors qu’elle est cassante ?
> > > Pourquoi doit-on s’éloigner du quai lorsqu’un train arrive ?
> > > Pourquoi le drapeau algérien est-il vert et blanc avec un croissant et une étoile ?
> > > Pourquoi connait-on le chewing-gum ?
> > > Pourquoi utilise t-on la grêle virtuelle ?
> > > Pourquoi le ciel est bleu ?
> > > Pourquoi certaines planètes ont des anneaux et d’autres non ?
> > > Pourquoi n’y a-t-il pas d’atmosphère sur la Lune ?
> > > Pourquoi dit on « au fur et à mesure » ?
> > > Pourquoi le orange est la couleur des Pays-bas sans être sur leur drapeau ?
> > > Pourquoi la lanière d’un fouet claque-t-elle dans l’air ?
> > > Pourquoi dit-on  »point barre » ?
> > > Pourquoi appelle-t-on le 18ème siècle le siècle des Lumières ?
> > > Pourquoi dit-on » faire du lèche-vitrine » ?
> > > Pourquoi parle t-on un peu partout d’avatar ?
> > > Pourquoi les chats ronronnent-ils ?
> > > Pourquoi le mur de Berlin a-t-il été construit puis détruit ?
> > > Pourquoi a-t-on construit des châteaux-forts au Moyen-âge ?
> > > Pourquoi éternue-t-on ?
> > > Pourquoi le chateau de Versailles a-t-il été construit ?
> > > Pourquoi certains animaux hibernent-ils ?
> > > Pourquoi les oiseaux ne s’électrocutent-ils pas sur les lignes électriques ?
> > > Pourquoi boire de la bière donne autant envie d’uriner ?
> > > Pourquoi le funiculaire a t-il une façon particulière de fonctionner ?
> > > Pourquoi dit-on  »chanter pouilles » ?
> > > Pourquoi l’océan est-il bleu ?
> > > Pourquoi les pigeons balancent-ils leur cou en marchant ?
> > > Pourquoi les tropiques du Cancer et du Capricorne s’appellent ainsi ?
> > > Pourquoi certains oiseaux migrent-ils ?
> > > Pourquoi avons-nous des impressions de déja vu ?
> > > Pourquoi fait-on des blagues sur les blondes ?
> > > Pourquoi le chiffre 7 porte-t-il bonheur ?
> > > Pourquoi ne peut-on pas éteindre un feu avec de l’eau salée ?
> > > Pourquoi y a-t-il un écran de veille sur les ordinateurs ?
> > > Pourquoi la reine fourmi a-t-elle des ailes ?
> > > Pourquoi la neige est-elle blanche ?
> > > Pourquoi ‘soixante-dix’, ‘quatre-vingts’, ‘quatre-vingt-dix’ ?
> > > Pourquoi y a-t-il de l’écho ?
> > > Pourquoi y a-t-il des fortifications autour de la ville de Québec ?
> > > Pourquoi les feux tricolores sont-ils rouges, orange et verts ?
> > > Pourquoi les lumières semblent-elles scintiller la nuit ?
> > > Pourquoi 4 pays sont-ils rassemblés dans le Royaume-Uni ?
> > > Pourquoi a-t-on des tâches de naissance ?
> > > Pourquoi un appartement est nommé  »T3 » ou  »F3 » ?
> > > Pourquoi le baba au rhum se nomme t-il ainsi ?
> > > Pourquoi dit-on  »faire l’âne pour avoir du son » ?
> > > Pourquoi les petits chats jouent-ils avec des pelotes de laine ?
> > > Pourquoi dit-on  »avoir le diable dans sa bourse » ?
> > > Pourquoi l’Amérique s’appelle-t-elle ainsi ?
> > > Pourquoi la base de lancement française est-elle à Kourou ?
> > > Pourquoi les chats ont-ils des moustaches ?
> > > Pourquoi la muraille de Chine a-t-elle été construite ?
> > > Pourquoi y a-t-il de l’eau sur Terre ?
> > > Pourquoi le chiffre 4 des montres s’écrit-il IIII et non IV ?
> > > Pourquoi les navires en acier flottent-ils ?
> > > Pourquoi dit-on ‘avoir une mémoire d’éléphant’ ?
> > > Pourquoi les personnages de dessins animés n’ont que 4 doigts ?
> > > Pourquoi n’y a-t-il pas de mouches l’hiver ?
> > > Pourquoi l’eau éteint-elle le feu ?
> > > Pourquoi l’emblème de la France est le coq ?
> > > Pourquoi les flamants roses sont-ils roses ?
> > > Pourquoi les moustiques sont-ils plus attirés par certaines peaux ?
> > > Pourquoi Louis XIV était-il le ‘Roi-Soleil’ ?
> > > Pourquoi la colle ne colle-t-elle pas à l’intérieur de la bouteille ?
> > > Pourquoi dit-on
> > > Pourquoi dit-on  »un déjeuner de soleil » ?
> > > Pourquoi les bébés sont immunisés de certaines maladies à leur naissance ?
> > > Pourquoi dit-on ‘O.K.’ ?
> > > Pourquoi a-t-on les yeux rouges sur les photos ?
> > > Pourquoi les aurores boréales ?
> > > Pourquoi y-a-t-il des étoiles filantes ?
> > > Pourquoi certaines planètes ont des noms de dieux Romains ?
> > > Pourquoi souhaite-t-on une bonne fête à quelqu’un la veille ?
> > > Pourquoi appelle-t-on Paris ‘Paname’ ?
> > > Pourquoi les chats voient-ils la nuit ?
> > > Pourquoi perd-on le goût quand on se bouche le nez ?
> > > Pourquoi la ville de Troie n’existe-t-elle plus de nos jours ?
> > > Pourquoi les animaux n’ont pas de nombril ?
> > > Pourquoi y a t-il plus d’étoiles filantes en aout ?
> > > Pourquoi l’acide dissout-il la matière ?
> > > Pourquoi le Sphinx a t-il le nez cassé ?
> > > Pourquoi les pantalons ont une petite poche dans le haut de la poche de droite ?
> > > Pourquoi les vrais jumeaux ont-ils le même ADN et pas les mêmes empreintes ?
> > > Pourquoi les grands couturiers aiment-il utiliser la dentelle de Calais ?

2 mars, 2012

Et si nous devions tous repasser le permis ?

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 17:11

Fotolia_9868222_XS

Une association a récemment soumis l’idée d’une « formation continue des conducteurs à tous les âges de la vie. »

Objectif : faire baisser le nombre d’accident. Vraie bonne idée ?

L’obtention du permis de conduire est un moment unique de la vie. C’est accéder à une nouvelle forme d’indépendance et de liberté, grâce à une voiture que l’on a désormais le droit d’emmener. Un droit inaltérable… sauf annulation du dit permis, suite à une ou plusieurs (graves) entorses au code de la route. Bref, normalement, le permis de conduire c’est pour la vie ! Petit bémol pourtant : le code de la route change, mais les automobilistes, eux, ne remettent jamais leurs connaissances à niveau, ce qui ne va pas dans le sens d’une meilleure sécurité routière.

L’Automobile Club, une association d’automobilistes, a donc récemment interpelé les pouvoirs publics en leur soumettant l’idée d’une formation continue des conducteurs à tous les âges de la vie. Le constat est en effet sans appel : l’insécurité routière coûte chaque année 25 milliards d’euros à la collectivité. La politique de répression mise en place par le gouvernement depuis 10 ans ayant aujourd’hui atteint son apogée, la formation continue reste l’unique levier pouvant participer à la baisse de l’accidentologie.Cette proposition a donc le mérite de placer le débat au niveau de la pédagogie. Deux populations spécifiques seraient particulièrement visées : les jeunes conducteurs, et les personnes les plus âgées. La raison est logique, elles sont surreprésentées dans les statistiques d’accidentologie. Du côté du ministère des transports, on reste pourtant sceptique. Selon Jean-Luc Nevache : « aucune étude scientifique n’a jamais prouvé que cette mesure aurait des effets sur l’accidentologie », et de rajouter «  les accidents sont moins liés à une méconnaissance des règles qu’à un problème de comportement inadapté à la route. » Pourtant, ce type de formation qui existe déjà en Autriche depuis 2003, a permis une réduction de 30 % des accidents mettant en cause des jeunes conducteurs. Mais alors, pourquoi cette levée de bouclier ? Tout simplement, et malheureusement, pour une question de coût. En effet, autant les cabines radars sont génératrices de rentrées d’argent, autant ce type de formation coûterait à l’Etat. C’est pourtant la collectivité toute entière qui y gagnerait. En outre, pas d’inquiétude pour les automobilistes studieux, ces remises à niveau ne pourraient en aucun cas donner lieu à des annulations de permis…

Et vous, seriez-vous pour ou contre ?

13 janvier, 2012

Les 7 secrets de ceux qui savent se faire aimer …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 18:11

Les 7 secrets de ceux qui savent se faire aimer

Les 7 secrets de ceux qui savent se faire aimer

Savoir se faire aimer et apprécier est un des paramètres essentiels du bonheur.

En effet, sans amitié, sans amour ou tendresse, la vie ne vaudrait plus la peine d’être vécue. Vous connaissez certainement l’une de ces personnes que tout le monde aime. Et si, au lieu de penser qu’il s’agit d’un hasard ou d’une caractéristique génétique, si vous agissiez pour évoluer vers ce fonctionnement ? Voici quelques pistes pour vous aider… à vous faire aimer

  • 7 pistes pour vous faire aimer

1° – Sachez consacrer du temps aux autres. Si vous êtes toujours pressé, si vous n’avez jamais de temps pour échanger, vous ne pourrez même pas entrer en relation. Vous resterez transparent ou inexistant, tout simplement ! Le temps consacré aux autres est un investissement amical !

2 ° – Faites des compliments. Attention, il ne s’agit en aucun cas de flatteries ! Simplement, quand vous pensez quelque chose de positif de quelqu’un, dîtes-le lui. C’est simple ? Pas si sûr, nous avons tous tendance à garder ça pour nous. Alors que ça fait tellement de bien.

3° – Soyez positif avec vous-même : à partir du moment où vous pensez avoir une certaine valeur, où vous vous appréciez vous-même, vous transmettez cette idée à votre entourage. L’exact contraire de « je suis nul, restez à distance » !

4° – Cultivez le sens de l’humour : cela n’est pas forcément spontané. L’essentiel n’est pas d’avoir le mot qui fait mouche, mais d’être capable de se moquer de soi et de relativiser. Quand on sait rire de soi, on est tout de suite plus humain !

5° – Apprenez à demander : il est souvent plus facile de donner que de demander. Pourtant, en allant chercher de l’aide, vous permettez à l’autre d’être généreux. Et ça, c’est un beau cadeau : grâce à vous, il se fait une meilleure opinion de lui ! Rien de plus positif !

6 ° – Prenez plaisir à écouter : s’intéresser à celui qui est là. L’écouter vraiment avec gentillesse, empathie, intérêt. Cela paraît une évidence, mais peu de personnes en sont véritablement capables. Et celles qui le font sont toujours très aimées.

7° – Ne jugez jamais : juger, c’est très facile, mais très réducteur. Cela met une étiquette qui emprisonne. Et comme vous ne connaissez qu’une petite partie de l’autre, vous avez toujours tort ! Lui laisser la liberté d’être aussi tout autre que vous pouvez imaginer, c’est extrêmement précieux parce que plutôt rare !

Et continuez sur la lancée en y ajoutant votre grain de sel. En effet, chacun peut découvrir sa manière personnelle de se faire aimer : partagez vos passions, proposez des projets, soyez confiant et positif envers les autres, osez montrer vos limites et vos faiblesses, faites passer vos relations affectives en priorité, souriez, regardez la vie avec gourmandise, faites des cadeaux personnels, cultivez votre propre bonheur pour qu’il rayonne autour de vous… Finalement, il y a mille manières de se faire aimer !

Article publié par Dr Catherine Solano – médecin sexologue le 25/02/2004 – 01:00
Et mis à jour le 20/12/2011 – 16:04

 

30 décembre, 2011

Vive les aliments de Fêtes ! …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 14:54
 noel original

Les Fêtes et leurs repas ne sont pas vraiment les catastrophes alimentaires annoncées et redoutées. Les traditionnels aliments sont en fait bourrés de vertus nutritionnelles. Foie gras, fruits de mer, saumon, caviar, chocolat, découvrez leurs bienfaits et consommez-les joyeusement sans culpabilité, ni remords.

Foie gras

 Qu’il soit d’oie ou de canard, la composition nutritionnelle du foie gras est à peu près la même. Son mode de production aussi. Un foie gras provient d’un volatile génétiquement programmé pour constituer un important stock de graisses dans son foie quand il mange beaucoup. Tous les oiseaux migrateurs font ainsi spontanément des réserves de graisses avant leur migration. C’est probablement en découvrant les énormes foies des oies sauvages ayant migré dans le delta du Nil que les Égyptiens, il y a plus de 5000 ans, eurent l’idée de gaver des oies inventant ainsi ce foie gras qui est une des stars des repas de Fêtes.
Comme son nom l’indique clairement, le foie gras est gras ! 44 % de ses calories sont apportés par les lipides, ce qui n’est pas rien. Mais comme au-delà d’une portion de 50 g de foie gras on se sent à son tour gavé, et que l’on n’en mange pas à chaque repas de la semaine des Fêtes, les risques d’overdose de lipides sont limités.
En fait, le foie gras est un aliment santé, tout comme l’huile d’olive. Parce que ses lipides sont constitués essentiellement d’acides gras monoinsaturés complètement bénéfiques pour tout l’appareil cardiovasculaire car ils font baisser le HDL, le mauvais cholestérol. En plus, le foie gras est riche en vitamines B6 et B9 qui, elles aussi, interviennent dans la protection contre la maladie cardiovasculaire. Et, cerise sur le gâteau, le foie gras bat des records en matière de fer !

Fruits de mer

 Sauf si on y est allergique, impossible – heureusement ! – d’échapper au traditionnel plateau de fruits de mer pendant ces Fêtes. Il est toujours composé d’huîtres (en majorité), de moules, de bigorneaux, de bulots et de divers crustacés : crevettes grises et roses, tourteau et/ou langoustines.
Tous ces fruits de mer et surtout les coquillages sont d’une folle richesse nutritionnelle : ils regorgent de protéines, de vitamines et de sels minéraux de toutes sortes. Bigorneaux et bulots sont champions pour le magnésium et le fer. Et comme on en manque souvent, voilà la bonne occasion de refaire le plein.
On dit aussi que les fruits de mer, et surtout les huîtres, sont aphrodisiaques. Même si cela n’est pas vraiment vérifié scientifiquement, c’est toujours bon à prendre, l’effet placebo peut jouer.
Pas de lipides, dans les fruits de mer, ni dans les coquillages, ni dans les crustacés. Ce sont des aliments naturellement légers. Ce qui autorise un peu de beurre, éventuellement, sur le traditionnel pain de seigle qui les accompagne et qui est riche en fibres, autre vertu.
S’il y a des produits à privilégier dans les menus des repas de Fêtes, ce sont bien les fruits de mer. Consommez-en souvent lors de cette période plutôt fatigante car ils sont vraiment requinquants.

Saumon

 Bien qu’il soit entré dans le quotidien alimentaire, le saumon reste toujours un produit de Fêtes.
Qu’il vienne de l’Atlantique ou du Pacifique, qu’il soit d’Écosse ou de Norvège, qu’il soit sauvage ou d’élevage, le saumon est un de nos meilleurs fournisseurs en ces fameux acides gras Omega 3 indispensables au bon état des membranes de toutes nos cellules. Ils jouent aussi positivement sur l’agrégation des plaquettes, et sont ainsi un des facteurs de protection contre l’infarctus.
En plus, le saumon est super riche en protéines, il contient beaucoup de sels minéraux et de vitamines du groupe B. C’est aussi un excellent fournisseur de vitamine A.
Les différents traitements que l’on fait subir au saumon ne modifient en rien ces beaux avantages nutritionnels. Après avoir été fumé, le saumon est un peu moins riche en eau, donc il l’est plus en Omega 3 et en autres nutriments. Quand il est mariné avec du jus de citron, on a en prime de la vitamine C. Quand le saumon est travaillé pour être  » gravlax « , ce qui est une autre forme de marinade mais avec du sel et du sucre, il perd aussi un peu d’eau, comme lors du fumage.
Donc, tout est bon dans le saumon et il faut en consommer le plus souvent possible pour avoir son quota d’Omega 3.

Caviar

 Ces très chers oeufs d’esturgeon appelés caviar se dégustent non pas avec une petite cuillère en argent qui pollue ses saveurs, mais avec une petite languette en bois ou mieux encore en écaille de tortue. Ceci pour les puristes !
Si on en avait les moyens, on devrait souvent consommer du caviar. Non seulement parce qu’il est remarquablement bien fourni en protéines (25% donc plus que dans les viandes et les poissons) mais surtout parce que c’est, comme le saumon, un excellent fournisseur d’acides gras mono et polyinsaturés et en particulier d’Omega 3.
Le caviar renferme aussi beaucoup de vitamine D (5,8 µg pour 100 g). En hiver, quand on manque de soleil, le principal fournisseur de cette vitamine, ça peut être appréciable !
Ces avantages nutritionnels se retrouvent aussi bien dans le Beluga, le Sevruga ou l’Osciètre, noms des trois variétés d’esturgeon qui produisent le caviar.

Chocolat

Oui, oui, oui, le chocolat apporte beaucoup de calories, surtout quand il s’agit des chocolats, c’est-à-dire ces bonbons composés d’une enveloppe de chocolat et d’un fourrage de ganaches, pralinés, et autres préparations grasses et sucrées. Mais on n’est pas obligé d’en manger vingt-cinq à la file.
Le chocolat est un produit assez fabuleux car il contient beaucoup de sels minéraux et tout un tas de substances toniques (caféine, théobromine, théophylline, phényléthylamine, sérotonine et flavonoïdes antioxydants). C’est ce cocktail qui donne au chocolat cette magie que les Aztèques firent découvrirent aux Conquistadores lorsqu’ils abordèrent le Nouveau Monde.
Le bon truc, c’est d’avoir une coupelle remplie de petits carrés de chocolat noir de belle qualité. Et de savoir prendre le temps d’en laisser un fondre lentement et voluptueusement dans sa bouche quand on a un petit coup de mou ou tout simplement envie de se faire plaisir. C’est bien meilleur que n’importe quel bonbon de chocolat industriel plein d’additifs.
On peut aussi se réconforter avec un bon chocolat chaud au retour d’une grande promenade dans le froid. Pour 4 tasses : 100 g de chocolat noir cassé en morceaux et mélangés à une tasse d’eau tiède. Délayez sur un feu très doux, ajoutez 3 tasses d’eau, cuisez doucement 10 minutes en remuant de temps en temps. Puis fouettez énergiquement et versez dans les tasses. On peut mettre du lait à la place de l’eau.

Vive les aliments de Fêtes ! ... dans Santé (166) img_70882

En savoir +

Sur l’oie et le foie gras
Recette du foie gras poché aux navets
Les Coquillages
Le saumon
Recette de Tapas au saumon fumé
Le Chocolat

Article publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 24/12/2009 – 01:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 06/12/2011 – 18:45

Cet article fait partie du dossier Conseils diététiques pour les fêtes

anidin101 dans Santé (166)

23 décembre, 2011

Evitez les erreurs diététiques pendant les fêtes !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 8:17

Evitez les erreurs diététiques pendant les fêtes !

Les erreurs ou maladresses qui nuisent à notre alimentation pendant les fêtes ne sont pas toujours celles que l’on croit… Passage en revue de ce qu’il ne faut surtout pas faire pour rester légère pendant les fêtes.

 1ère erreur pendant les fêtes : culpabiliser à l’excès

 La culpabilisation n’est jamais une bonne solution pour faire régime. Au contraire, si vous avez fait un excès alimentaire quelconque, culpabiliser va vous déprimer, vous décourager, et vous rendre encore plus susceptible de craquer si vous avez tendance à manger en fonction de vos émotions.

Accepter que les fêtes sont un moment exceptionnel de l’année, au cours duquel il est socialement bien vu de faire des agapes généreuses, vous permettra de mieux vivre les excès éventuels sans vous alourdir de culpabilité.

Sachez aussi relativiser les débordements alimentaires en question : on ne parle finalement, au grand maximum, que d’une demi-douzaine de repas très généreux, et encore. A l’échelle d’une année, ce n’est pas énorme.

2ème erreur pendant les fêtes : se priver

 Dans le même esprit, essayer de résister au maximum aux délices qui se présentent devant vous n’est pas un exercice très constructif.

D’abord, cela va sans doute vous gâcher une partie de la fête, surtout si les gens se rendent compte que vous êtes « au régime ».

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de partager des repas festifs. Ne pas suivre cette règle du jeu risque parfois, selon la sensibilité de votre entourage, de vous mettre en marge. Et en plus, la frustration peut vous mener à de vrais craquages : dévorer en un quart d’heure la boîte de pralines que vous avez reçue de votre filleul est bien plus mauvais que reprendre une part de bûche, par exemple !

Soulignons tout de même que, si se priver drastiquement est contre-productif, manger pour le principe ou parce que Tata Yvette insiste n’est pas mieux.

3ème erreur pendant les fêtes : oublier les bonnes choses !

 Les bonnes choses ? C’est le chocolat et le saumon fumé, certes, mais aussi des choux de Bruxelles cuits à point, une salade croquante agrémentée de petits morceaux de fruits, des  endives braisées à la perfection, ou une mandarine toute fraîche au milieu de l’après-midi.

Il n’y a pas de raison qu’un repas festif soit synonyme de déséquilibre alimentaire complet. Pendant les fêtes de fin d’année, se faire plaisir passe aussi par les légumes ou les fruits !

4ème erreur pendant les fêtes : forcer sur la boisson

 La boisson est un double ennemi pour ceux et celles qui cherchent à maintenir une alimentation équilibrée pendant les fêtes :

  • Il contient énormément de calories.
  • Il est mauvais conseiller pour tous les choix, alimentaires ou autres !

Comment diminuer votre consommation d’alcool ? Buvez au moins un verre d’eau entre deux verres de vin ou autre alcool. Si vous recevez, soyez généreux avec l’eau, et présentez-la éventuellement en carafe, avec quelques rondelles de citron ou un brin de menthe, pour la rendre plus festive.

5ème erreur pendant les fêtes : rester scotché(e) au canapé

C’est vrai qu’il fait froid dehors, mais aller marcher une petite heure en compagnie de ses proches, avant de revenir pour boire ensemble une boisson chaude en commun, est un très grand plaisir.

 Ne vous en privez pas !

Article publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 14/12/2011

24 novembre, 2011

La chèvre de Monsieur SEGUIN …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 13:24

La chèvre de Monsieur SEGUIN ... dans Poésies, Fables, contes, ... (171) chevre01

texte : Alphonse Daudet
illustrations : Virginie Flores

chevre02 dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

Ah! qu’elle était jolie la petite chèvre de M. Seguin! Qu’elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande!
Et puis, docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l’écuelle. Un amour de petite chèvre!M. Seguin avait derrière sa maison un clos entouré d’aubépines. Il avait attaché la petite chèvre à un pieu, au plus bel endroit du pré, en ayant bien soin de lui laisser beaucoup de corde.Mais un jour, elle se dit en regardant la montagne: «Comme on doit être bien là-haut .Quel plaisir de gambader dans la bruyère sans cette maudite longe qui vous écorche le cou!»A partir de ce moment, l’herbe du clos lui parut fade. Elle maigrit, son lait se fit rare. C’était pitié de la voir tirer tout le jour sur sa longe, la tête tournée du côté de la montagne en faisant Mê! tristement.M. Seguin s’apercevait bien que sa chèvre avait quelque chose, mais il ne savait pas ce que c’était…
Un matin, comme il achevait de la traire, elle se retourna et lui dit dans son patois: «Écoutez, monsieur Seguin, je me languis chez vous, laissez-moi aller dans la montagne.- Ah! mon Dieu! Blanquette, tu veux me quitter!- Oui, monsieur Seguin.- Tu es peut-être attachée de trop court, veux-tu que j’allonge la corde?

- Ce n’est pas la peine, monsieur Seguin.

- Alors, qu’est-ce qu’il te faut? Qu’est-ce que tu veux?

- Je veux aller dans la montagne, monsieur Seguin.

- Mais, malheureuse, tu ne sais pas qu’il y a le loup dans la montagne…

Que feras-tu quand il viendra?

chevre03

- Je lui donnerai des coups de cornes, monsieur Seguin.- Le loup se moque bien de tes cornes. Il m’a mangé de biques autrement encornées que toi… Tu sais bien, la vieille Renaude qui était ici l’an dernier? une maîtresse chèvre, forte et méchante comme un bouc. Elle s’est battue avec le loup toute la nuit… puis, le matin, le loup l’a mangée.

chevre04

- Pauvre Renaude! Ça ne fait rien, monsieur Seguin, laissez-moi aller dans la montagne.- Bonté divine! dit M. Seguin. Encore une que le loup va manger… Eh bien, non… je te sauverai malgré toi, coquine! et de peur que tu ne rompes ta corde, je vais t’enfermer dans l’étable, et tu y resteras toujours.»Là-dessus, M. Seguin emporta la chèvre dans une étable toute noire dont il ferma la porte à double tour. Malheureusement, il avait oublié la fenêtre, et à peine eut-il le dos tourné que la petite s’en alla.Quand elle arriva dans la montagne, ce fut un ravissement général. Jamais les vieux sapins n’avaient rien vu d’aussi joli. On la reçut comme une petite reine.Les châtaigniers se baissaient jusqu’à terre pour la caresser du bout de leurs branches. Les genêts d’or s’ouvraient sur son passage et sentaient bon tant qu’ils pouvaient. Toute la montagne lui fit fête.Plus de corde, plus de pieu… rien qui l’empêchât de brouter à sa guise. Et quelle herbe! Savoureuse, fine, dentelée, faite de mille plantes. Et les fleurs! De grandes campanules bleues, des digitales de pourpre à longs calices, toute une forêt de fleurs sauvages débordant de sucs capiteux ! La chèvre blanche se vautrait là-dedans et roulait le long des talus, pêle-mêle avec les feuilles tombées et les châtaignes. Puis, tout à coup, elle se redressait d’un coup sur ses pattes. Hop! la voilà partie la tête en avant, à travers le maquis.

chevre05

chev06-1

Elle s’avança au bord d’un plateau, une fleur de cystise aux dents, et aperçu en bas, tout en bas dans la pleine, la maison de M. Seguin avec le clos derrière. Cela la fit rire aux larmes.«Que c’est petit! Comment ai-je pu tenir là-dedans?» se dit-elle.Tout à coup, le vent fraîchit. La montagne devint violette; c’était le soir. En bas, le clos de M. Seguin disparaissait dans le brouillard, et de la maisonnette on ne voyait plus que le toit avec un peu de fumée. Un gerfaut la frôla de ses ailes en passant. Elle tressaillit. Puis ce fut un hurlement dans la montagne: «Hou! hou!»Elle pensa au loup. Au même moment une trompe sonna bien loin dans la vallée. C’était ce bon M. Seguin.- Hou! hou! faisait le loup.- Reviens! reviens! criait la trompe. Blanquette eut envie de rentrer; mais en se rappelant le pieu, la corde, la haie du clos, elle pensa qu’elle ne pourrait plus se faire à cette vie et qu’il valait mieux rester.
chev06-2
La chèvre entendit derrière elle un bruit de feuilles. Elle se retourna, et vit dans l’ombre deux oreilles courtes, toutes droites, avec deux yeux qui reluisaient. C’était le loup.Énorme, immobile, il était là, regardant la petite chèvre blanche et la dégustant par avance. Comme il savait qu’il la mangerait, le loup ne se pressait pas.Blanquette se sentit perdue… Un moment, en se rappelant l’histoire de la vieille Renaude, qui s’était battue toute la nuit pour être mangée le matin, elle se dit qu’il vaudrait peut-être mieux se laisser manger tout de suite; puis, s’étant ravisée, elle tomba en garde, la tête basse et la corne en avant, comme une brave chèvre de M. Seguin qu’elle était. Seulement pour voir si elle pourrait tenir aussi longtemps que la Renaude…

chevre07

Le monstre s’avança, et les petites cornes entrèrent en danse. Ah! la brave chevrette! Plus de dix fois, elle força le loup à reculer pour reprendre haleine. Alors, la gourmande cueillait en hâte encore un brin de sa chère herbe, puis elle retournait au combat, la bouche pleineÉCela dura toute la nuit. De temps en temps la chèvre de M. Seguin regardait les étoiles danser dans le ciel clair et elle se disait: «Oh! pourvu que je tienne jusqu’à l’aube…»L’une après l’autre, les étoiles s’éteignirent. Blanquette redoubla de coups de cornes, le loup de coups de dents… Le chant du coq monta d’une métairie.- Enfin! dit la pauvre bête, qui n’attendait plus que le jour pour mourir; et elle s’allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang.Alors le loup se jeta sur la petite chèvre et la mangea.

chevre08Fin

 

 

 

 

 

 

 

 

Morale de cette histoire dramatique …

3253511.jpg

 à trop vouloir de liberté, on perd tout … !

L’illusion est parfois courte : la réalité est le contraire des rêves et nous fait victimes de notre imprudente audace.

22 octobre, 2011

Le conte de la grand-mère qui inventa un mot nouveau et rare …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:51

7itdzaw2.jpg

Grand-mère ! dit le petit garçon, apprends-moi des mots neufs. Des mots encore plus beaux que ceux d’hier, plus beaux que ka-léi-dos-co-pe, plus rigolos que ceux qui font des bruits comme cla-po-tis, chu-cho-te-ments… Encore, grand-mère, encore ! La vieille femme sourit. Le temps est venu, se dit-elle. Il est prêt !

Oui, j’ai un beau mot pour toi. Je vais t’aider à le trouver…

Oh ! oui, j’adore les devinettes, dit l’enfant en sautillant.

Voilà. C’est un mot qui contient les plus belles valeurs du monde…Un mot qui est présent en toi et tout autour de toi si tu sais le ressentir.

C’est facile ! c’est…la Vie ! Ce qui est présent en moi et tout autour de moi, c’est la Vie !

Oui bien sûr, il y a de la vie dans ce mot, d’abord de la vie. De la vie vivante, toute joyeuse. De celle qui chante dans tes oreilles chaque matin, avant même que tu ouvres les yeux. Un élan de vie qui te fait dire en regardant le ciel chaque jour : Merci pour ce bleu. Tant mieux pour cette pluie, la terre a soif. Quel vent ce matin ! ça nettoie tout le ciel, mais fermez un peu les portes en haut, ça fait courant d’air ! Un mot qui peut dire l’élan, la fougue, l’enthousiasme. Imagine-toi grimpant vers le haut d’une colline. Tu es presque au sommet, c’est tout clair, c’est tout rond d’herbe verte. Tu marches, il y a l’air vif qui souffle à tes oreilles, tout autour s’étend à perte de vue l’immensité du paysage. C’est tellement beau que tu en as le souffle coupé. Ton cœur déborde presque. Tu te sens fort, grand et petit en même temps, léger comme un oiseau, tu te sens aussi libre que le vent. Tiens, tu pourrais t’envoler, être le vent toi-même…

C’est le bonheur, grand-mère ?

Il y a du bonheur dans le mot, oui, mais cherche encore… Quand tu mets du bon dans tout ce que tu fais, quand tu sais ouvrir tes yeux pas seulement pour voir, mais pour regarder, alors tu peux t’émerveiller de tout et d’un rien, du gazouillis d’une mésange, d’un sourire reçu, de la force du brin d’herbe qui pousse dru dans le bitume du trottoir, de la lumière d’or des étoiles. Quand une fleur devient le plus beau des bouquets du monde, que ton regard se fait caresse pour dire en silence toute ton émotion, quand tu accueilles les bras qui t’aiment et que tu est si plein de désir et d’amour que tu rayonnes comme un soleil…

J’ai trouvé, j’ai trouvé, c’est Soleil d’Amour ! C’est un petit nom que tu me donnais, grand-mère, quand j’étais petit !

Oui, tu es ce soleil-là et il y a de l’amour dans ce mot, mais cherche encore, cherche… C’est un mot qui te dit aussi d’avoir du courage, même quand il y a du gris dans ta vie. Un mot lucide qui n’exclut pas les peines et les difficultés. Un de ceux qui te permettra aussi de trouver toi-même dans chaque évènement difficile, le petit bout de ciel bleu, l’infime lumière qui te redonnera confiance en toi, et surtout en la vie qui est en toi.

C’est l’espérance !

Tu y es presque, continue, continue… Un mot qui contient la Vie, la Joie, l’Enthousiasme, la Tendresse des petits bonheurs, le Courage, le Désir, l’Amour, la Confiance, l’Espérance !

Il existe, grand-mère, ce mot qui dit tout ça à lui tout seul ?

Oui, mon petit… C’est le mot Vivance. C’est la Vivance dans la vie !

C’est un joli mot Vivance, grand-mère !

Murmure-le, écoute-le… Tu l’entends rire dès que tu le prononces…

Vivance !

C’est un mot précieux, tu sais…

Un mot près-des-cieux ?

Oui, dit-elle en souriant. Il vient certainement du ciel, peut-être même du pré-des-cieux… C’est un mot si précieux qu’il est mon héritage pour toi ! C’est qu’il me vient de loin, tu sais, de mon enfance, de ma maman à moi, de mon histoire… Il vient de toute ma lignée et je te l’offre aujourd’hui car le temps est venu… Cette Vivance, elle est la force vive qui donnera plus de vie à ta vie. Je la dépose en toi comme une graine pour qu’elle germe, qu’elle éclose, qu’elle resplendisse, qu’elle fructifie, afin qu’un jour toi aussi tu puisses à ton tour la transmettre à d’autres, à ceux que tu aimeras, que tu aideras, que tu accompagneras… Ouvre la bouche, tire la langue, ferme les yeux, mon petit Soleil d’Amour…Et…hop ! dit la grand-mère, en riant, la graine de Vivance est en toi ! N’oublie pas, c’est pour toute ta vie. La Vivance de la vie, c’est le plus beau cadeau que tu puisses faire à ta propre vie.

Jacques Salomé, « Contes à aimer, Contes à s’aimer »

VIVANCE : Capacité à vivre, s’épanouir, et évoluer avec vitalité.

Vivance signifie  » conscience de la vie en train de se vivre« 

29 septembre, 2011

Trucs et astuces …

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 6:59
DISPARUE, LA GRAISSE

tachesmenageres37ba6.jpgPour faire disparaître une tache de graisse sur un vêtement, il suffit d’y appliquer quelques gouttes de votre liquide vaisselle préféré, de bien étendre celui-ci et de laver ensuite à la machine.

UNE TACHE D’ENCRE !

tchedencre.jpgUn stylo a fui au fond de la poche de votre chemise préférée en y laissant une horrible tache, réputée indélébile? Ne vous emballez pas et essayez ceci : imbibez la tache de lait et frottez ensuite énergiquement. Répétez l’opération si nécessaire.

ÉPLUCHER SANS PLEURER

gastrooignon2.jpgSi les larmes vous viennent aux yeux chaque fois que vous épluchez des oignons, voici une astuce qui vous plaira. Tenez deux allumettes entre vos dents, l’extrémité rouge vers l’extérieur, et tenez-les ainsi durant l’épluchage. Le soufre neutralise la substance produite par les oignons, responsable de vos larmes.

QUAND LE VIN EST TIRÉ, IL FAUT LE… CONSERVER

998004bouteilledevinmoitivideavecunverresetenantsurlacouverturedeplagesurlesableblanc.jpg 

Vous aimez le vin, mais vous détestez le perdre? Que cela ne tienne! Pour vous permettre de terminer une bonne bouteille le lendemain ou quelques jours plus tard, entourez-la de papier journal, rangez-la dans un carton, et couchez-la de façon à ce que le divin nectar soit en contact avec le bouchon de la bouteille. Rangez ensuite dans un endroit frais.
TROP LESTE SUR LA SALIÈRE ?

pommedeterre.jpgVotre soupe est trop salée? Pas de soucis… Coupez une pomme de terre en deux, ajoutez-la à votre potage et faites réchauffer le tout. La pomme de terre absorbera l’excédent de sel.

L’HUILE QUI DÉBORDE

images.jpgL’huile a tendance à déborder lorsque vous faites des frites ou une fondue bourguignonne? Ne vous en faites pas! Ajoutez-y quelques morceaux d’oignon et le tout se transformera en un léger frémissement. Et… bon appétit!

17 septembre, 2011

Les personnes toxiques …

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 9:20

digitalis.gif

A quoi reconnait-on les personnes toxiques ?

(D’après le livre de Lilian Glass)

*

“C’est simple…

Si on se sent vidé, triste, déprimé, tendu, nerveux, irritable,

sans énergie au contact de quelqu’un, c’est que cette personne vous est

toxique.”

poison.png

Dans les personnes toxiques on trouve entre autre :

-le dénigreur  qui vous déprécie pour pouvoir se valoriser.

-le moulin à paroles  qui vous impose le flux incessant de ses paroles inutiles et qui vous manipule pour que vous fassiez ce qu’il souhaite, notamment l’écouter.

-l’autodestructeur  qui se déteste au point de constamment rabâcher ses points faibles et se critique sans cesse au point de ne plus accepter les paroles gentilles que vous lui diriez.

-la ou le commère  qui aime à répandre des rumeurs et à en rajouter.

-le pugiliste  qui cherche toutes les occasions pour se disputer ou se battre. Il est souvent violent jusqu’à défoncer  porte et mur à coups de poings.

-la victime  toujours inquiète, qui s’invente les pires scénarios et blâme tout le monde sauf elle-même.

-l’exploiteur  qui ne pense qu’à lui-même et ne s’intéresse à vous que tant que ça lui rapporte.

-le tyran  qui est un terroriste verbal, odieux, grossier, exigeant. Il sort vite de ses gonds et veut tout diriger. Il a tendance à la cruauté et au sadisme.

-le plaisantin  qui lance des piques sarcastiques pour ensuite dire qu’il plaisantait.

-le menteur  qui est un manipulateur à qui on ne peut jamais faire confiance puisqu’il est toujours dans le mensonge.

-le nombriliste  “le narcisse” qui n’aime que lui-même et ne veut parler que de lui, il aime se regarder et s’écouter parler.

-le manipulateur  qui flatte constamment pour obtenir ce qu’il veut.

-le pharisien  qui vous regarde de haut et vous juge parce que vous ne vivez pas selon ses principes.

-le dominateur  qui veut exercer un contrôle sur tout et ne lâche jamais. Si les choses ne vont pas comme il veut, il devient hargneux, manipulateur et n’hésite pas à enfoncer le poing dans un mur.

QUE FAIRE DEVANT CE GENRE DE PERSONNES ?

plantetoxique1305460341.jpg

L’idéal ? Les chasser de votre vie.

“S’il y a des persones de votre entourage qui ne vous accordent pas le respect et la dignité que vous méritez: chassez-les de votre vie. Ne les laissez pas faire partie de votre quotidien.”

(Lilian Glass)

*

Je sais… pas toujours facile à appliquer quand les circonstances de la vie font qu’on se trouve obligé d’en cotôyer ici ou là, à la maison, au travail, dans la société…

QUE FAIRE ALORS ?

Peut-être :

1. Se savoir intérieurement digne, respectable et humain.

2. Se cultiver ferme et patient sans jamais accepter ni insulte ni violence.

3. Se réserver des moments bien à soi hors de ces gens à problèmes.

4. Toujours garder comme “lumière au bout du tunnel” que la vie amènera forcément, un jour où l’autre, la fin  de la fréquentation de ces gens toxiques.

5. Croire en la Vie la plus parfaite.

6. Croire qu’on a droit à la vie la plus parfaite.

7. Et évidemment, ne pas hésiter à chercher de l’aide si les choses deviennent ingérables.

colre1.jpg

TEST : Etes-vous manipulateur ?

Un manipulateur :

- culpabilise les autres au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour.

- Il reporte sa responsabilité sur les autres.

- il change ses opinions, selon les personnes et les situations.

- Il critique, dévalorise, juge.

- Il  sème la zizanie.

- Il utilise les flatteries ou fait des cadeaux surtout pour plaire.

- Il ment.

- Il joue le rôle de la victime pour qu’on le plaigne.

- Il ne communique pas clairement ses demandes.

- Il prêche le faux pour savoir le vrai.

- Il déforme et interprête.

- Il menace de façon déguisée ou fait un chantage ouvert.

- Il change carrémént de sujet au cours d’une conversation.

- Il veut faire croire en sa supériorité.

- Il est égocentrique.

- Il est jaloux.

- Il ne supporte pas la critique.

- Ses attitudes sont à l’opposé de ce qu’il dit.

- Il s’approprie les idées des autres ou leurs efforts.

-Il utilise l’ironie ou la suspicion.

*

Si vous avez une dizaine de ces caractéristiques, vous êtes un manipulateur.

Il serait alors mieux pour vous de faire un petit effort.

Si vous avez plus de dix de ces caractéristiques,

il vaudrait mieux pour vous de faire un sacré gros effort car vous êtes du genre “invivable”.

Et ça c’est bien dommage !!!

|

Courage, cependant !

“La compréhension que nous avons de nos erreurs, nos prises de conscience morale, le dépassement de nos traumatismes influent considérablement sur notre futur.”

(Maud Kristen)

*

Article de : http://qualita1.unblog.fr 

14 septembre, 2011

Ce jardin là

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 15:07

jardin.jpg

Il était une fois un grand jardin, le grand jardin de ma vie.  Il avait jailli, un jour d’hiver, au détour d’une rencontre.
Le papa jardin et la maman jardin avaient fait ce qu’ils croyaient le mieux à faire pour ce petit jardin inattendu.  Ils lui donnèrent de l’engrais, lui apportèrent leur présence, lui proposèrent leurs attentes et leurs demandes.  Ils surveillaient jalousement les pousses.  Si d’aventure quelque herbe folle poussait là, elle était aussitôt arrachée.

Il fallait que tout pousse droit. Sinon, que diraient « les autres » ?

Peu de mots étaient échangés. Pour ces parents là, il n’était pas nécessaire de parler, d’exprimer.  Ils avaient la croyance que tout se vit en silence, à l’intérieur, à l’abri de l’extérieur.

Et le petit jardin avait grandi, comme cela, sans poser de questions, en jardin obéissant, sans repères, sans mots pour se dire, sans être entendu.

Plus tard, devenu grand, le jardin rencontra un jardinier extraordinaire qui avait dans son sac de fabuleux outils. Ces outils s’appelaient :
- oser se dire,
- oser dire non,
- oser recevoir,
- oser demander,
- se relier à soi,
- se relier aux autres,
- se relier à son histoire,
- utiliser les symbolisations,
- ne pas vouloir agir sur l’autre,
- agir à son bout de la relation,
- et d’autres encore…

Enfin le jardin sentit la vie venir en lui, belle, possible.

Dans sa terre, il retrouva ses demandes jamais dites, ses désirs jamais dits, ses besoins. Il entendit, derrière les souffrances, les blessures encore ouvertes. C’était tout cela qui faisait mal, qui empêchait les racines d’aller plus loin, vers l’eau, vers la vie.

Les choses changèrent quand le jardin s’autorisa enfin à être « l’auteur » de sa vie… Des fontaines jaillirent et arrosèrent la terre. Cette terre pouvait enfin laisser venir en elle un autre regard, d’autres possibles…

Avec, au plus profond du cœur de ce jardin, une infinie tendresse, claire comme l’eau de la fontaine au printemps, lumineuse comme le soleil d’été, chaude comme l’amour offert une nuit d’hiver, légère comme un vent d’automne quand le soir tombe, une douce tendresse pour le jardinier de la vie.

(auteur inconnu)

lacolonnedejardinr09236828200.jpg

9 septembre, 2011

Une leçon de morale à l’école primaire dans les années 60 …

Classé dans : Culture Générale (21) — coukie24 @ 11:18

c127.gif

J’ai trouvé au gré du net cet article chez : http://www.ihes.fr/~lafforgue un article que je voudrais vous faire partager alors que la mise en pratique à nouveau des cours d’instruction civique à l’école primaire pour la rentrée 2012 soulève encore des polémiques des « pour » et des « contre », d’instits démunis et non formés, etc… alors qu’il suffirait de reprendre la méthodologie de nos anciens, la morale quelque soit l’époque reste la même… croyez-vous sincèrement que 20 mn de morale et d’instruction par jour pour nos chérubins seraient de trop dans leur éducation quand beaucoup ne savent même plus dire merci, pardon, bonjour ? automatisme pourtant élémentaire conduisant au respect de l’autre…

ecole076.gif

La vie à l’école est normalement l’endroit où les premiers principes, concernant la morale, devraient être expliqués et mis en pratique.

600pxmorale1.jpg

La pratique de la leçon de morale journalière à l’école primaire a été supprimée sous la présidence de Pompidou lors de la création du tiers-temps pédagogique. Il fallait faire place aux six heures hebdomadaires d’éducation physique (récréations incluses). Deux générations ont donc été privées de ces leçons, et l’histoire n’a retenu que la trace écrite des leçons des maîtres d’autrefois.

C’est pour démystifier ces leçons que je me permets de réécrire ici une fiche de préparation type. Je ne sais pas quelles méthodes vont être préconisées à la rentrée prochaine, mais voici comment on procédait quand j’étais élève à la fin des années 40, et instituteur dans les années 60.

On racontait d’abord une histoire tirée d’un recueil de contes moraux. Ensuite, on posait des questions pour s’assurer que les enfants avaient bien compris le sens de l’histoire et l’entretien se poursuivait pour obtenir des enfants la leçon de morale qui allait en devenir la trace écrite.

L’histoire Guillot : Une mauvaise farce

Autrefois, à la campagne, les enfants de votre âge, souvent, travaillaient déjà dans les champs. Guillot était un jeune berger. Il surveillait les moutons de son patron, dans la montagne. De là-haut, il voyait, au fond de la vallée, les paysans travailler dans leurs champs.

Guillot s’ennuyait. Il était là pour surveiller le troupeau et prévenir la population en cas d’attaque des loups, nombreux en ce temps là, et dangereux lorsqu’ils étaient affamés.

L’idée lui vint de faire une farce.

Alors, il se mit à crier :

« Aux loups ! Aux loups ! Aux loups ! »

L’écho répondit :

« Aux loups ! Aux loups ! Aux loups ! »

Dans la vallée, les laboureurs s’armèrent de fourches, de haches, de bâtons et rapidement accoururent au secours de Guillot. À peine étaient-ils arrivés à l’entrée de la pâture, que Guillot se mit à se moquer d’eux. « Hi ! Hi ! Hi ! Je vous ai bien attrapés ! Je vous ai fait une belle farce ! »

Les sauveteurs rebroussèrent donc chemin en ronchonnant : « Il n’est pas très gentil le petit Guillot ! Quel garnement ! »

Guillot, lui, riait aux éclats. Quelques instants plus tard, dès que les paysans eurent rejoint la vallée, Guillot se dit : « Comme c’est amusant, je vais recommencer. »

Alors, il se remit à crier : « Aux loups ! Aux loups ! Aux loups ! »

L’écho répondit : « Aux loups ! Aux loups ! Aux loups ! »

Dans la vallée, les laboureurs hésitèrent un moment, puis se dirent : « On ne peut pas rester là : peut-être que les loups attaquent vraiment le troupeau. »

Alors, ils reprirent leurs fourches, leurs haches, leurs bâtons et rapidement gravirent, une nouvelle fois, la pente de la montagne.

À peine étaient-ils arrivés, essoufflés, à l’entrée de la pâture, que Guillot se remit à se moquer d’eux. « Hi ! Hi ! Hi ! Je vous ai encore bien attrapés ! Vous n’êtes pas très malins ! » Les sauveteurs, de très mauvaise humeur, redescendirent et reprirent leur travail. Des heures passèrent. Puis tout à coup ils entendirent la voix de Guillot : « Aux loups ! Aux loups ! Aux loups ! »

Les laboureurs se regardèrent, puis se dirent : « Encore une farce de ce garnement. Tu peux crier, Guillot. Cette fois-ci nous serons plus malins que toi. »

Et ils n’entendirent plus crier de la journée. Le soir, Guillot n’étant pas rentré au village, quelques personnes montèrent à la pâture. Et là, quel carnage !

Guillot avait été dévoré par les loups !

Questions

1 – Compréhension de l’histoire

Qui est Guillot ?

Où vit-il ? En quoi son travail consiste-t-il ?

Quelle farce va-t-il faire aux paysans de la vallée ?

Combien de fois ?

Pourquoi les paysans ne sont-ils pas venus au secours de Guillot au dernier appel aux loups ?

2 – Vers la morale de l’histoire

Je laisse aux lecteurs de cette fiche le choix des questions à poser. Ce sont les enfants, qui par leurs réponses, vont exprimer la morale de l’histoire qui sera écrite alors au tableau par le maître et qui sera ensuite recopiée par les enfants sur leurs cahiers de classe.

Evidemment, le maître aura déjà pensé à ce texte, l’aura écrit sur sa fiche de préparation.

Mais bien souvent, à l’issue de l’entretien, ce texte sera amélioré et sensiblement différent de l’original. Dans ma classe, (CE2-CM1-CM2-FE) avec des enfants de 8 à 14 ans, je devais préparer deux morales. Pendant que les petits écrivaient, l’entretien se poursuivait un peu en employant des termes plus abstraits. J’aurais pu alors poser une question telle « Ne vous est-il pas arrivé à vous-même une telle mésaventure avec, heureusement, une fin moins tragique ? »

Ce travail aurait alors été poursuivi plus tard en vue de la préparation d’une rédaction. Attention, la leçon de morale durait entre 15 et 20 minutes. Il fallait donc être directif .

67733247p.jpg

Conseils divers

Ici, j’ai reproduit de mémoire une leçon que j’ai dû faire, la dernière fois, il y a environ 40 ans. Le texte est une histoire inspirée d’un conte populaire. J’essaie d’utiliser des termes à la portée de tous mes élèves. Le conte moral n’est pas une leçon de vocabulaire.

On peut pratiquer la même leçon de morale par la lecture du texte original. Mais alors, l’impact sur les élèves ne peut pas être aussi puissant. Il est difficile d’avoir l’oeil à la fois sur son texte et sur les élèves, et les mains sont occupées. Raconter une histoire est un art. J’ai eu la chance d’avoir, à l’École Normale de garçons de Quimper, un maître exceptionnel et un expert en la matière. Per Jakès Hélias, l’auteur du « Cheval d’orgueil », était aussi un poète issu d’une famille où on devenait conteur, dans les veillées, de grands-pères en petits-fils,avant l’apparition de l’électricité et de la télévision.

Dans l’histoire de Guillot, par exemple, on placera les mains en porte-voix pour dire

« Aux loups ! », ou près de l’oreille pour mimer le retour de l’écho. On montrera le plancher quand Guillot crie, le plafond quand les paysans s’expriment. Etc.

La voix est le principal outil de l’instituteur. Il faut donc la ménager et bien apprendre à parler. Il ne faut jamais crier. Dans une classe à plusieurs cours, il y a peu de temps de récupération et, si on ne fait pas attention à sa respiration, on fatigue ses cordes vocales.

Celles-ci sont mises à rude épreuve si on parle à bout de souffle. Il faut un souffle d’air suffisant pour faire vibrer les cordes. Il faut donc toujours avoir une réserve d’air suffisante dans ses poumons. On profitera de toutes les occasions de lecture à haute voix pour s’entraîner à prendre une inspiration à chaque signe de ponctuation afin d’acquérir un automatisme. Marquer un temps d’arrêt entre chaque phrase. La pratique régulière de la leçon de morale permet aussi de fortifier sa voix si on fait bien attention à sa respiration.

Malgré cela, tout le monde n’a pas la chance d’avoir la voix d’un acteur de théâtre.

Toutes les voix ne portent pas aussi loin. Jakès m’a appris à mieux placer ma voix. C’est possible par des exercices répétés, réguliers. Je mémorisais mes textes de leçons de morale, allongé sur le dos, sur mon lit, sans oreiller. Je lisais à haute voix le texte de mon livre placé à la verticale de mes yeux. Bien sûr je pensais à bien respecter la ponctuation. Mais ces exercices devenaient efficaces pour les leçons de plein air, surtout.

Un autre conseil que Jakès nous a donné pour améliorer notre posture, notre prestance,c’est un entraînement d’acteurs. Profiter de moments d’isolement, chez soi, pour se déplacer avec une planchette sur la tête.

La leçon de morale était la première leçon de la journée et commençait par les rituelles expressions : « Asseyez-vous ! Bras croisés ! »

Le maître se plaçait avec assez de recul pour voir les yeux des élèves et donc être vu de tout le monde. Il évitait de se déplacer. Le débit des paroles était assez lent et le maître articulait soigneusement.

Si on remarquait qu’un élève se dissipait, on regardait dans sa direction et on baissait la voix progressivement jusqu’à interrompre l’histoire si nécessaire. Je ne me souviens pas avoir eu de problème de discipline pendant une leçon de morale.

À force d’entraînement et de pratique régulière, la classe devient respectueuse et la leçon de morale est un réel plaisir pour les élèves et le maître. C’est aussi une bonne prise en mains de la classe pour la suite de la journée.

Robert RIOU

Instituteur retraité

700pxxseul.jpg

700pxyseul.jpg 

2 septembre, 2011

Le ventre, notre deuxième cerveau ?

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 17:00

avoirunventreplat.jpg 

Le ventre est la zone la plus fragile et la plus génératrice de force de notre corps. Force de concentration, d’équilibre, d’influx nerveux et de muscles, c’est le hara en japonais ou chi en chinois. Nous venons du ventre maternel, nous retournons au ventre de la terre et nous enfantons enfants et projets. Comprenons la façon dont notre ventre pense et réagit avec l’aide de Martine Pehuet, gastro-entérologue.

Marine Pehuet, gastro-entérologue, nous dresse le portrait de notre ventre, une circonvolution d’intestins ressemblant étrangement aux arcanes de notre cerveau le remplit. Les intestins grêles et le côlon, l’estomac, le foie, la vésicule et le pancréas participent au processus de la digestion. « Le vécu du ventre est très particulier, il est inséparable de la tête et de ses pensées, émotions, sentiments, obsessions et soucis. Quand on a mal au ventre, c’est une manière de dire que quelque chose ne va pas ».

Le ventre, siège de notre tranquillité

Au-dessus des jambes, se trouvent le sacrum, le sexe et le ventre. Danseurs, yogis, cavaliers et gymnastes utilisent leur ventre pour tenir en équilibre.Centre de gravité physique, le ventre révèle aussi notre stabilité émotionnelle. Les abdominaux, véritables boucliers, protégent les viscères, mais une force plus subtile réside là. La maîtrise de nos peurs, de nos émotions fait du ventre le siège d’une force : la confiance en soi.Alors, le ventre, deuxième cerveau ? Le ventre reçoit au moment des repas les signaux du cerveau qui déclenchent la faim.
Si vous stressez et que vous vous adaptez immédiatement, le ventre réagit.
Colites nerveuses et gonflements du côlon, excès d’acidité gastrique lié à l’activité intense des glandes surrénales, vident votre ventre comme un lavabo, nouent l’estomac de contrariété, liquéfient vos selles en diarrhée.
Combien d’artistes incapables de manger avant d’entrer en scène, combien d’appétits coupés ou décuplés par la colère ou le dépit ?

Écouter son ventre et décrypter ses réactions

Voici les somatisations les plus fréquentes et leurs solutions.

- La colopathie est une affection touchant le côlon. Phénomène le plus courant, rien n’est visible lors des examens, cela se passe dans la tête et reste souvent un mystère pour les médecins. S’il n’y a rien d’organique, le gastro-entérologue effectue après 30 ans une fibroscopie.

- La colite nerveuse est le cas typique de la colopathie et des troubles fonctionnels intestinaux. Le médecin vous prescrira des médicaments diminuant la sensibilité viscérale au sens propre et figuré…

- La constipation, le bon sens populaire sait qu’on doit consommer des fibres, dans ce cas, des pruneaux, éventuellement des laxatifs sans en abuser. Si malgré toutes ces précautions votre constipation perdure, elle peut venir d’un sentiment d’insécurité. C’est la fameuse rétention anale de ceux qui s’angoissent à l’idée de « lâcher » prise, de l’argent, de céder en quelque sorte… En se retenant on se contrôle et on contrôle la situation.

- La diarrhée peut être purement mécanique suite à une ingestion d’une trop grande quantité de fruits crus par exemple. Sinon, votre diarrhée peut être causée par une forte anxiété, un stress important ou une émotion violente de joie ou de colère. Plus souvent de colère.

- Les gaz et les ballonnements. Martine Pehuet explique que « l’homme du 21e siècle s’est déshabitué des céréales complètes en cours au 19e. Beaucoup de gaz et de ballonnements sont dus à un retour aux pains aux multi-céréales ou au son. Notre estomac assimile les fibres différemment aujourd’hui ». Le charbon végétal absorbe bien les gaz, l’argile verte également.

- Les acidités gastriques et les brûlures d’estomac peuvent être la suite d’une gastro-entérite mal soignée, d’intestins fragilisés. Elles peuvent être sans raison apparente après examen, dues à une angoisse sourde. Si vous êtes sujet à ces symptômes, vous relierez très vite votre vie intérieure et ces acidités proportionnelles.

- L’ulcère de l’estomac est rare. L’ulcère, une plaie, touche plus souvent le bulbe, le début du duodénum de l’intestin grêle. On peut en avoir juste les symptômes. C’est une maladie infectieuse presque toujours due à une bactérie, soignée par un antibiotique et un anti-acide.

- La sensation de mal au foie. En réalité nous avons très rarement mal au foie. Cela peut être un état nauséeux dû au transport, en relation avec le sens de l’équilibre à l’intérieur des oreilles. Si vous êtes au calme chez vous ou au bureau, il s’agit d’un problème digestif qui indique que votre corps n’assimile plus certaines substances riches. C’est le cas le plus fréquent après les fêtes ou après un excès de table, le corps se régule et nous signifie que trop c’est trop. La diète hydrique et le bouillon de légumes nature sont alors le meilleur remède. Si vous n’avez pas fait d’excès, il se peut qu’une nouvelle anodine apparemment ne « passe » pas. Votre cerveau continue à fonctionner en pilote automatique mais le ventre a enregistré l’information et digère mal ce que le cerveau n’accepte pas.

Réguler son ventre en apprenant à respirer

Nous oublions tous de respirer comme les bébés. Par la respiration abdominale faisons bouger notre diaphragme. Yoga, arts martiaux, sophrologie, relaxation et méditation nous permettent d’apprendre à bien respirer.Les sports d’aérobic et les exercices de cardio-training soutenus, nous incitent à travailler notre respiration et à absorber le stress rapidement. – Contrôler son hara, sa force comme les Japonais. – Posture du hara : en méditation ou à cheval, assis au niveau de notre centre de gravité, nous sommes dans notre « assiette ». Claude Didier, professeur de shiatsu à la Fédération française de shiatsu traditionnel, nous apprend que « le ventre est traversé de bas en haut par le méridien, dit, le grand concepteur. « L’angoisse du créateur » qui conçoit avec des doutes ou l’angoisse de la future maman avant d’accoucher ne sont pas loin ». Une séance de shiatsu ou une séance d’acupuncture calme les émotions et relâche le stress. – Renforcer son chi, sa force à la chinoise. Le Dr Kunlin Zhang, docteur en médecine chinoise et professeur de Chi gong au centre Likan nous explique la symbolique du ventre en Chine. « Le ventre est comme une grande chaudière, lieu de transformation, il symbolise la récolte et la matérialisation. L’élément associé est la terre, la saveur reliée au ventre (rate, pancréas, intestins) est le doux, le sucré, et la saison est la fin de l’été. La pratique du chi gong normalise les fonctions intestinales et régule les émotions. Oui, le ventre est un autre cerveau. Bien stable, vous ferez preuve d’assurance et concrétiserez facilement vos projets ».

A lire « Et si ça venait du ventre ? » Pierre Pallardy, Éditions Robert Laffont.

Article publié par Pascale Athuil le 27/02/2006

24 août, 2011

Histoire de la petite sirène d’Andersen (résumé) …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 15:28

141897discoveryb.jpg

La Petite Sirène vit sous la mer auprès de son papa, le roi de la mer, de sa grand-mère et de ses cinq sœurs. Lorsqu’une sirène atteint l’âge de quinze ans, elle est autorisée à nager jusqu’à la surface pour contempler le monde extérieur. Lorsque la petite sirène atteint enfin cet âge, elle se rend à son tour à la surface où elle aperçoit un navire avec un beau prince (humain) de son âge. Une tempête se déclenche, le navire chavire et le prince tombe à l’eau. Elle le sauve en le ramenant, inconscient, au rivage. Mais une jeune femme surgit, la sirène s’éclipse. Le prince, à son réveil, aperçoit la jeune femme et pense qu’elle l’a sauvé. La petite sirène s’en va. Surprise d’avoir découvert que les hommes ne respirent pas sous l’eau et meurent très vite, elle questionne sa grand-mère. Celle-ci lui apprend que les hommes vivent bien moins longtemps que les sirènes mais qu’ils ont une âme éternelle. La petite sirène veut, elle aussi, avoir une âme éternelle. Pour cela, lui dit sa grand-mère, elle doit se faire aimer et épouser d’un homme.

Elle finit par aller trouver la sorcière des mers, qui lui fournit une potion permettant d’avoir des jambes à la place de sa nageoire, afin de séduire le prince. La petite sirène paye cela en offrant sa voix magnifique à la sorcière. Lors de sa transformation, la douleur est terrible. Si elle échoue et que le prince en épouse une autre, à l’aube, elle se dissoudra dans l’eau.

Le prince la découvre sur la plage, est frappé par sa beauté. Il s’attache à elle, mais il pense toujours à la jeune femme de la plage qui l’aurait sauvé, et qu’il a perdu de vue. Malheureusement, la pauvre sirène ne peut plus parler ni expliquer que c’est elle qui l’a sauvé.

Un jour, le prince est contraint par son père de naviguer jusqu’au royaume d’un roi voisin pour épouser sa fille. Le prince prétend alors qu’il préfère épouser la sirène. Mais arrivé sur place, il découvre que la fille de ce roi est celle qui l’a retrouvé sur le rivage. Le prince tombe amoureux de cette princesse et annonce leur mariage.

La petite sirène a le cœur brisé, mais ses sœurs viennent à elle avec un couteau magique. Si la petite sirène frappe au cœur le prince avec ce couteau, elle redeviendra sirène à nouveau et pourra continuer sa vie sous-marine. Mais la petite sirène ne peut pas se résoudre à tuer le prince, lorsqu’il est endormi auprès de sa compagne. Elle se jette donc à la mer et se transforme en écume de mer.

Mais elle ne meurt pas et devient alors une fille des airs, un être invisible pour les humains. En s’acharnant pendant trois cents ans à faire des bonnes actions et veiller sur les hommes, elle gagnera une âme éternelle.

La morale: il ne faut pas chercher à changer sa nature…

13 août, 2011

Nourriture et émotions : c’est notre estomac qui parle !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 7:04

Nourriture et émotions : c'est notre estomac qui parle !

A quoi est due notre envie de glaces, de chocolat, de chips, bref de gras et de sucré ? Est-ce seulement lié aux émotions que le goût de ces aliments nous inspirent ? Une étude belge montre que les choses sont un petit peu plus compliquées que cela…

  • L’impact des nourritures grasses sur nos émotions
  • Mieux comprendre les relations entre graisse et émotions

L’impact des nourritures grasses sur nos émotions

Pour étudier l’impact des aliments gras sur notre cerveau, des volontaires ont été branchés à des sondes contenant soit une simple solution saline, soit une solution avec des acides gras. En même temps, les participants écoutaient soit une musique triste, soit une musique neutre. Ils pouvaient aussi voir des visages exprimant les mêmes émotions. Conclusion : les personnes qui avaient reçu des acides gras, étaient moins sensibles aux effets d’une musique triste. Ce résultat était confirmé par un questionnaire (humeur ressentie), mais aussi par une IRM fonctionnelle du cerveau (activité des différentes zones associées à la tristesse).

Alors, j’ai raison de me jeter sur du chocolat quand je déprime ?

Raison ou pas, disons en tout cas que ce n’est pas seulement une question de gourmandise : la graisse qui atteint notre système digestif améliore notre humeur, même quand elle ne passe pas par les papilles. Notre système digestif communique directement avec notre cerveau.

Mieux comprendre les relations entre graisse et émotions

L’épidémie d’obésité est aujourd’hui planétaire et touche particulièrement les enfants. Quant aux troubles du comportement alimentaire (boulimie, anorexie), ils sont eux aussi de plus en plus fréquents et de plus en plus répandus. Il est donc important de mieux comprendre les relations entre ce que nous mangeons et nos émotions.

Article publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 02/08/2011 – 17:39

Sources : Van Oudenhove, L., J Clin Invest. doi:10.1172/JCI46380.

15 juillet, 2011

Coup de soleil : réagir immédiatement !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 13:03

réagir immédiatement !

Le soleil est bénéfique pour l’humeur et les os. Mais de petites doses suffisent. Toute exposition excessive se révèle néfaste pour les cellules de la peau. Malgré toutes les précautions, un coup de soleil reste possible.

On ne cesse de le répéter, les coups de soleil, notamment durant l’enfance, majorent le risque de cancer cutané. Il faut donc tout mettre en oeuvre pour les éviter.

  • Application régulière, et en quantité suffisante, d’une crème solaire d’indice élevée et adaptée à votre type de peau.
  • Nouvelle application après une baignade ou une forte transpiration. Attention également aux frottements avec la serviette.
  • Grande prudence les premiers jours de vacances, votre peau n’est pas encore habituée au soleil.
  • Les sujets à peau claire, en particulier les roux, sont particulièrement à risque.
  • N’oubliez pas que les nuages laissent passer quantité de rayonnements solaires, et le parasol aussi.
  • Pas d’exposition entre 12 et 16 heures, et surtout pas les enfants.
  • Jamais de nourrisson au soleil !
  • Pas de femme enceinte au soleil : risque de masque de grossesse.
  • Certains médicaments favorisent les brûlures (photosensibilisation). Alors lisez bien les notices.
  • De même pour certains parfums et cosmétiques. Evitez d’en mettre avant de vous exposer au soleil.

Trois degrés de gravité

Le banal coup de soleil se traduit par l’apparition progressive de plaques rouge vif, maximales en 12 à 24 heures. Celles-ci peuvent durer de 3 à 5 jours. L’atteinte est limitée aux couches superficielles de l’épiderme.

  • La brûlure du 1er degré est très douloureuse. Elle se manifeste par des plaques rouges, sur lesquelles des cloques peuvent se former. Ces dernières sont de tailles variables et peuvent se regrouper.
  • Le coup de soleil du 2e degré est à l’origine d’une douleur intense et durable. La réparation cutanée est longue. Mais en cas de coup de soleil sévère ou étendu, des maux de tête, des frissons et de la fièvre sont des symptômes fréquents.

L’allergie solaire

Un autre phénomène à ne pas confondre avec un coup de soleil est l’allergie solaire ou lucite estivale. La réaction apparaît de façon brutale et retardée, environ 18 à 24 heures après l’exposition. Comme le coup de soleil, la peau devient rouge, mais les plaques sont parsemées de petits boutons. Elles sont à l’origine de démangeaisons et non d’une sensation de brûlure. Ce type de réaction atteint préférentiellement le décolleté et les bras, et épargne souvent le visage. Un inconvénient supplémentaire de l’allergie solaire est qu’elle tend à récidiver chaque année lors des premières expositions.

Réagir immédiatement

Dès les premières sensations de cuisson, il faut réagir afin de limiter les dommages cutanés et se réhydrater en buvant abondamment de l’eau. Pour la peau, l’idéal est de la rafraîchir au plus vite sous une douche prolongée. Après un séchage délicat, l’hydratation cutanée est essentielle : lait après-soleil ou lait corporel en cas de coup de soleil banal, sinon recourir à une crème spéciale contre les brûlures et les coups de soleil. En cas de frissons, de fièvre ou de maladie, consultez un médecin. Les jours suivants, il est nécessaire d’éviter toute exposition au soleil. Rester à l’abri d’un parasol n’est pas toujours suffisant. L’idéal est alors de se protéger avec des vêtements.

A savoir

Si le coup de soleil semble disproportionné par rapport à l’intensité de l’exposition ou si des démangeaisons apparaissent, il faut se poser la question d’une éventuelle photosensibilisation : médicaments, parfums, cosmétiques

Article publié par Isabelle Eustache le 16/08/2005 – 02:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 15/07/2011 – 09:28

26 juin, 2011

Trucs et astuces

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 9:35

Notre quotidien est souvent perturbé par de petits contretemps, des détails désagréables qui nous contrarient et pour lesquels nous n’avons toujours de solution. En voici quelques unes !

3by5kjw41d7192.gif

SOULAGER UN MAL D’ESTOMAC

Pour soulager un mal d’estomac occasionnel, il suffit de mâcher un clou de girofle le plus longtemps possible. La douleur disparaîtra entièrement et le clou de girofle laissera une haleine fraîche.

UN TONUS MATINAL

Voici un cocktail naturel qui vous permettra d’être en forme dès le matin. Prenez une orange, une tranche d’ananas et deux carottes, passez-les à la centrifugeuse et buvez. Un apport de vitamines explosif !

DU NOIR AU BLANC

Même si elle est de qualité supérieure, la peinture blanche tend à jaunir avec le temps. Pour éviter un tel scénario, ajoutez-y une goutte de peinture… noire! Cela peut paraître étonnant, mais ça marche !

ADIEU LA GUEULE DE BOIS

Une affreuse gueule de bois vous assaille et l’heure n’est plus aux regrets, mais à l’action? Préparez-vous ce cocktail miracle: une petite cuillère de bicarbonate de soude, un cachet d’aspirine, de l’eau, du sucre, le jus d’un citron, mélangez, buvez et… adieu la gueule de bois !

RALENTIR LA MARCHE DU TEMPS

« Ô temps, suspends ton vol! » disait le poète. Mais encore faut-il l’aider un tant soit peu… le temps. Voici un petit truc qui pourrait y contribuer. Mélangez un yaourt, un blanc d’œuf et le jus d’un pamplemousse. Appliquez la mixtion sur la peau et laissez reposer une quinzaine de minutes. Rincez ensuite à l’eau claire.

LE JOUR ET LA NUIT

Comme on s’en doute tous, il est très difficile pour un poupon de faire la distinction entre le jour et la nuit, a fortiori entre la sieste et le coucher pour la nuit. Pour l’aider à faire la différence, procurez-vous deux boîtes à musique. L’une que vous ferez jouer lors de sa sieste et l’autre, lors de la nuit venue.

azpff827.gif

3 mai, 2011

Un couple de rouge-gorges filmé dans leur nid (MERVEILLEUX)

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 20:40

Voici une vidéo extraordinaire,

c’est un beau moment à vivre, la nature est bien faite.

Cliquez sur l’image du petit oiseau – 3 mn 30 de vidéo, c’est super ! Patientez 10 secondes avant lecture …

imagemesange1.gif

Bonne Distraction !

ltoypuqyvu.jpg

1 mai, 2011

Le peuple des Vaches …

Classé dans : Arche de Noé,Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 11:25

ugsnsd7k2q.jpg

Extrait d’un article de Caroline Leroux, communicatrice animale
www.communication-animal.net

“Bonjour ! Nous sommes le peuple des Vaches.

Nous faisons cadeau de beaucoup de choses sur cette planète.

Nous incarnons l’Abondance par la générosité dont nous faisons preuve.

Nous donnons notre corps pour faire de la viande,

des vêtements et des objets de toutes sortes,

 nous donnons notre lait

et nous partageons avec vous notre bonté naturelle.

 Je vous vois déjà sourire,

car nombre d’êtres humains pensent que nous sommes stupides

parce que nous sommes douces et généreuses…

Si seulement vous saviez

vache2.jpg

Nous, du peuple des vaches,

donnons parce que c’est dans notre nature profonde de le faire,

dans la vie comme dans la mort.

Nous continuons de donner même si vous violez nos corps

et que vous nous nourrissez de médicaments et d’animaux morts.

Notre seule véritable nourriture est l’herbe, sous toutes ses formes.

 Nous continuons de donner même si vous nous enlevez nos petits

pour les torturer afin que leur chair soit plus « tendres ».

Nous continuons de donner même si vous nous enchaînez

et nous coupez toutes possibilités d’aller dehors.

Nous avons besoins d’air, de soleil et même de pluie pour être équilibrées !

Nous donnons parce que ceci est notre cadeau, notre message pour vous.

Le don est la qualité divine, l’essence que nous incarnons sur terre.

Nous sommes le peuple des vaches et nous sommes heureuses de vous servir

par l’acte du don, dans la vie comme dans la mort.

Ce n’est pas la mort qui nous effraie mais bien plutôt la façon

dont vous nous obligez à vivre et la façon que nous sommes tuées.

La plupart du temps elle est brutale

sans l’ombre d’un respect pour les êtres que nous sommes

et sans gratitude pour les cadeaux que nous vous avons donnés.

Ce n’est pas la Vie qui est dure pour nous

car nous sommes en permanence nourris par Elle…

mais nos conditions de vie nous rendent malades et déséquilibrées.

Ceci affecte grandement ce que nous donnons…

0nk692l3km.jpg

Nous aimerions que vous ayez plus de compassion pour nos petits

et plus de reconnaissance pour notre désir de servir l’humanité.

Nous aimerions pouvoir vivre nos vies à notre rythme.

Nous aimerions mourir dans la dignité et la reconnaissance

car sans cette reconnaissance, cette conscience, notre don est gaspillé.

Ce gaspillage quotidien est réel et il nous rend graduellement « folles ».

Quoi ? Vous pensiez que la maladie de la vache folle est un accident ? 

Ceci n’est pas la résultante d’une force noire extérieur ou d’un étrange sort.

 Cette tragédie, créée par les êtres humains, tire ses racines

d’une observation fort simple :

si vous ne traitez pas un être avec dignité,

 si vous ne le nourrissez pas correctement

et si vous ne vous en occupez pas avec la conscience

et la reconnaissance nécessaire,

cet être est voué à la déchéance, tôt ou tard.

Les maladies terribles qui frappent les vaches

et certains autres animaux « de ferme » sont des conséquences directes

de notre empoisonnement et du manque de conscience

qui entoure notre vie et notre mort.”  

marguerittes009.gif   

64672a73

mepromener.gif

 

22 avril, 2011

À quoi sert la politesse ? …

Classé dans : Moralité (13),Psychologie (72) — coukie24 @ 14:24

 lapolitesselesmotsmagiques.gif

La politesse doit être enseignée aux enfants sinon ils auront du mal à s’insérer dans la société. Pourtant, l’incivilité semble gagner du terrain et l’on s’en plaint aujourd’hui comme les adultes s’en plaignent depuis des millénaires quand ils parlent de la jeunesse qui  » n’est plus ce qu’elle était « . Pourtant, la politesse, même si elle est indispensable, semble aussi un carcan, lieu d’une véritable hypocrisie. Alors, à quoi sert-elle vraiment ?

La politesse, une règle implicite qui nous guide

Si la politesse semble souvent artificielle, elle a l’intérêt d’organiser un univers rassurant et prévisible. Grâce à elle, vous savez ce que vous devez faire ou ne pas faire, dire ou ne pas dire, comment vous devez réagir. Ses règles écrites ou implicites vous guident, vous soutiennent, vous facilitent la vie à des moments où il ne serait pas simple d’improviser rapidement. Vous savez où vous situer par rapport à l’autre grâce à ces règles. Vous ne parlerez ainsi pas de la même manière à votre patron ou à un subordonné. De même, vous saurez comment placer vos invités à table.

La politesse sert aussi à donner du positif aux autres

Un exemple : quand vous croisez un voisin, vous dites simplement  » bonjour « . En lui souhaitant une bonne journée, vous lui montrez qu’il n’est pas un inconnu pour vous, qu’il existe dans votre environnement, qu’il a sa place dans le monde. Ce n’est pas grand-chose, mais cela peut se révéler très important pour une personne seule qui apprécie énormément ce petit mot. De même le mot  » merci  » vous permet de reconnaître ce que l’autre vous a donné (un sourire, une aide, une attention) et lui renvoie une image positive de lui-même. Un merci est un mini cadeau qui répond à un autre cadeau. Ce sont donc des échanges d’objets positifs. De cette manière, la politesse huile les rouages sociaux et rend la vie plus agréable. Être poli, c’est ne pas laisser la loi de la jungle triompher, mais l’humanité gagner la partie. Un conducteur poli laisse passer les piétons sur un passage qui leur est réservé et n’injurie pas un conducteur étranger ou débutant qui a des difficultés à trouver son chemin. La politesse ne fait pas que mettre en avant du positif, elle atténue le négatif. Un enfant peut dire :  » elle est moche la dame  » alors qu’un adulte peut le penser, mais s’il est bien éduqué, ne le dira jamais. Il ne s’agit pas d’hypocrisie, mais d’une manière de faciliter la vie en communauté. Si chacun blesse les personnes de son entourage par manque de politesse, il sera lui aussi blessé un jour ou l’autre. Il s’agit donc d’un échange tacite de bons procédés. Personne ne va vous dire que vous êtes laid, ni que vous êtes mal habillé, à moins de souffrir d’un déficit grave de politesse. Aussi, quand on souhaite enseigner la politesse aux enfants, l’idéal est de parler non des règles, mais des valeurs que l’on souhaite transmettre.

Il semblerait que l’on puisse ramener les règles de la politesse à 4 grands principes :

- Le respect de soi qui consiste à se vêtir de manière soignée, et à parler d’une manière intelligible et claire pour l’entourage.

- Le respect d’autrui : il s’agit de ne pas gêner par des sons bruyants, de faire preuve de tact, de discrétion et d’éviter les remarques désobligeantes, de ne pas monopoliser les conversations, et de savoir exprimer son désaccord sans blesser l’autre.

- La sociabilité : il s’agit d’offrir des signes d’intérêt aux personnes que l’on côtoie, des compliments, de recevoir dans les formes et de faire preuve de bienveillance en leur proposant des services.

- L’équilibre : ici, on s’applique à rendre une invitation, à ne pas abuser du temps d’autrui, à éviter la familiarité excessive… Notons qu’en dehors de tous ses aspects positifs la politesse a aussi ses limites. Elle sert parfois à vous positionner dans une classe sociale. Chaque groupe culturel a ses propres règles et chacun reconnaît rapidement les siens. Cela peut être un plaisir de former un groupe, mais aussi une manière de s’isoler des autres, pas forcément positive…

À lire  » Pourquoi la politesse ? Le savoir vivre contre l’incivilité  » de Dominique Picard aux éditions Le Seuil (2007)

4 avril, 2011

Ventre gonflé : quand ça ballonne…

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:54

Ventre gonflé : quand ça ballonne...

Avoir le ventre gonflé après un repas est une sensation très désagréable et encore plus lorsque l’accumulation de gaz dans les intestins donne lieu à des émissions… peu appréciées.

Vous avez des ballonnements ? Le ventre gonflé ?

En cause ? La nervosité, le stress, des repas trop vite avalés mais aussi l’absorption d’aliments propices à la fermentation et qui libèrent des gaz en quantité abondante. C’est le cas notamment des hydrates de carbone (pâtes, céréales) riches en sucre et en amidon, des légumes secs, du chou, du poivron et les crudités en général. Par ailleurs, chaque déglutition s’accompagne d’ingestion d’une certaine quantité d’air. Rien de plus normal. Mais lorsque celle-ci est excessive, notamment chez les adeptes du « fast-food » qui oublient de mastiquer, l’estomac se dilate anormalement et provoque une sensation de lourdeur.

Ventre et ballonnements : astuces anti-gonflette

Si vous êtes particulièrement sensible aux ballonnements, le mieux évidemment est de réduire ou de supprimer les aliments susceptibles de les provoquer. Évidemment, pas question de se priver de légumes, mais vous pouvez limiter les crudités et privilégier les légumes cuits. Dans tous les cas, évitez les fritures et autres plats très gras, et les épices. Mangez dans le calme, à petites bouchées et ne parlez pas la bouche pleine. Question d’éducation mais surtout de physiologie : il s’agit d’éviter de brasser de l’air. Enfin, pour éviter d’avoir un ventre à géométrie variable, buvez beaucoup d’eau, de préférence en dehors des repas, mais évitez les boissons gazeuses et l’alcool, et ne mâchez pas de chewing-gum.

Si ces conseils ne suffisent pas, vous pouvez avoir recours à des granulés de charbon afin d’absorber l’air en excès.

Autre solution : vous refaire une flore intestinale en mangeant des yaourts et autres produits laitiers fermentés. On trouve également ces ferments lactiques sous forme de compléments alimentaires.

Par ailleurs, des tisanes à base de basilic, de cumin, de fenouil (vous pouvez croquer quelques graines à la fin du repas) peuvent également avoir un effet bénéfique.

Article publié par Genovefa Etienne, journaliste santé le 14/10/2005 – 01:00
Mis à jour par
Isabelle Eustache le 08/03/2011 – 15:22

31 mars, 2011

Poisson d’Avril !

giffetesanniversairescfp2muzvkt.gif

Mais au fait, d’où vient ce facétieux poisson d’avril ?

Tout a commencé, paraît-il, en 1564 lorque le roi Charles IX décida de modifier la date du changement d’année…

100401072914585740.gif

Jour saint pour tous les blagueurs, le 1er avril est traditionnellement synonyme de farce. Les professeurs sont souvent les victimes d’élèves ingénieux, les médias diffusent allègrement des canulars et tout le monde y va de son piège. Petit retour sur la plus rigolote des traditions.A l’origine était Charles IX

Si l’origine du poisson d’avril est controversée, l’hypothèse la plus courante le fait naître au 16ème siècle. En 1564, le roi Charles IX a décidé que l’année ne commencerait plus le 1er avril mais le 1er janvier. Un changement a également décalé les échanges de cadeaux et d’étrennes qui marquaient le passage à la nouvelle année. Pour semer le doute au sujet de la date réelle du nouvel an, certains ont persisté à offrir des présents en avril. Avec le temps, les petits cadeaux d’avril se sont transformés en cadeaux pour rire, en blagues, puis en stratagèmes pour piéger les autres.

Pourquoi le choix du « poisson »

Si les farces sont désormais connues sous le nom de « poisson d’avril », cela remonte là encore à ce cher 16ème siècle. Les cadeaux que l’on s’offrait en avril étaient souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du carême, période durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l’un des pièges les plus courants était l’offrande de faux poissons.

Et dans les autres pays…

La tradition de la blague du 1er avril, au départ occidentale, s’est peu à peu diffusée. Elle s’exprime de différentes manières en fonction des pays. En Angleterre, par exemple, le 1er avril est l’ « April’s fool day ». Les farces ne se font que le matin et si vous êtes piégé, vous êtes « une nouille ». En Ecosse, soyez deux fois plus vigilant qu’en France car les farceurs peuvent également sévir le 2 avril. Au Mexique, l’unique tour consiste à subtiliser le bien d’un ami. La victime aura en échange des bonbons et un petit mot lui indiquant qu’il s’est fait avoir. Il existe même une version indienne du poisson d’avril : elle a lieu le 31 mars et se nomme la fête d’ »Huli « .

Quelques canulars célèbres de ces dernières années

1992 : une radio publique nationale américaine annonce que Richard Nixon est candidat à l’élection présidentielle. Son slogan de campagne : « Je n’ai rien fait de mal, je ne recommencerais pas « .

1999 : la radio BBC 4 affirme à ses auditeurs que l’hymne national anglais « God save the Queen » va être prochainement remplacé par un chant européen en allemand. Des milliers d’auditeurs appellent l’antenne, scandalisés.

2000 : le quotidien sportif portugais « A bola » publie un article selon lequel l’UEFA a décidé de retirer l’organisation de l’Euro 2004 à son pays. Un traumatisme pour certains lecteurs…

2002 : le site Internet canadien « Bourque Newswatch » annonce le départ du ministre des Finances, Paul Martin. Repris par le bulletin financier britannique, « The Gartman Letter », la nouvelle aurait fait perdre 32 cents au dollar canadien.

 

100401024722855174.gif

1...345678
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux