DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Recherche : image vieillir

2 août, 2019

Où donc est le bonheur ?

Classé dans : Le Bonheur (153),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 12:46

Où donc est le bonheur ? dans Le Bonheur (153) 100208111234825063

Où donc est le bonheur ?

Où donc est le bonheur ? disais-je. – Infortuné !

Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné.
Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,
Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,
Est l’âge du bonheur, et le plus beau moment
Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

Plus tard, aimer, – garder dans son coeur de jeune homme
Un nom mystérieux que jamais on ne nomme,
Glisser un mot furtif dans une tendre main,
Aspirer aux douceurs d’un ineffable hymen,
Envier l’eau qui fuit, le nuage qui vole,
Sentir son coeur se fondre au son d’une parole,
Connaître un pas qu’on aime et que jaloux on suit,
Rêver le jour, brûler et se tordre la nuit,
Pleurer surtout cet âge où sommeillent les âmes,
Toujours souffrir ; parmi tous les regards de femmes,
Tous les buissons d’avril, les feux du ciel vermeil,
Ne chercher qu’un regard, qu’une fleur, qu’un soleil !

Puis effeuiller en hâte et d’une main jalouse
Les boutons d’orangers sur le front de l’épouse ;
Tout sentir, être heureux, et pourtant, insensé !
Se tourner presque en pleurs vers le malheur passé ;
Voir aux feux de midi, sans espoir qu’il renaisse,
Se faner son printemps, son matin, sa jeunesse,
Perdre l’illusion, l’espérance, et sentir
Qu’on vieillit au fardeau croissant du repentir,
Effacer de son front des taches et des rides ;
S’éprendre d’art, de vers, de voyages arides,
de cieux lointains, de mers où s’égarent nos pas ;
Redemander cet âge où l’on ne dormait pas ;
Se dire qu’on était bien malheureux, bien triste,
Bien fou, que maintenant on respire, on existe,
Et, plus vieux de dix ans, s’enfermer tout un jour
Pour relire avec pleurs quelques lettres d’amour !

Vieillir enfin, vieillir ! comme des fleurs fanées
Voir blanchir nos cheveux et tomber nos années,
Rappeler notre enfance et nos beaux jours flétris,
Boire le reste amer de ces parfums aigris,
Etre sage, et railler l’amant et le poète,
Et, lorsque nous touchons à la tombe muette,
Suivre en les rappelant d’un oeil mouillé de pleurs
Nos enfants qui déjà sont tournés vers les leurs !

Ainsi l’homme, ô mon Dieu ! marche toujours plus sombre
Du berceau qui rayonne au sépulcre plein d’ombre.
C’est donc avoir vécu ! c’est donc avoir été !
Dans la joie et l’amour et la félicité
C’est avoir eu sa part ! et se plaindre est folie.
Voilà de quel nectar la coupe est remplie !

Hélas ! naître pour vivre en désirant la mort !
Grandir en regrettant l’enfance où le coeur dort,
Vieillir en regrettant la jeunesse ravie,
Mourir en regrettant la vieillesse et la vie !

Où donc est le bonheur, disais-je ? – Infortuné !
Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné !

Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne, XVIII

1070082_532652810105911_529368166_n-248x300 dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

10 juin, 2018

zh – Enfin les beaux jours ! …

Classé dans : — coukie24 @ 9:00

 

bloggif4dcd1b8f9d1a5.gif

bloggif4dcbbb546f025.gif

mws12.gif

bloggif4dcbc49919338.gif

 

Le bonheur ne se cherche pas : on le rencontre. Il n’est que de savoir le reconnaître et de pouvoir l’accueillir. [Bernard Grasset]

u7s5r4gm.gif

Je connais un moyen de ne pas vieillir : c’est d’accueillir les années comme elles viennent et avec le sourire… un sourire, c’est toujours jeune. [Pierre Dac]  

zh - Enfin les beaux jours ! ... dans Généralités & Divers (152) bouquets-fleurs-cafetiere

j38vpvh5.gif

Insistons sur le développement de l’amour, la gentillesse, la compréhension, la paix. Le reste nous sera offert.

[Mère Teresa]

3213836 dans Généralités & Divers (152)

 1818        

    1508128 

Quelques réflexions au retour de voyage !

Avez-vous eu parfois l’impression que, d’une part, le temps file trop vite et que, d’autre part, vos journées sont d’une monotonie désespérante ? Si ça vous est arrivé, c’est qu’il était temps de «mettre un peu de voyage» dans votre vie.

Même quand on aime bien la vie qu’on mène, il arrive toujours un moment où son ordinaire devient vraiment trop… ordinaire.

Quand le poids des journées répétitives nous colle les pieds au plancher, un voyage nous donne des ailes.

Partir ailleurs pour quelque temps fait franchir des frontières bien plus importantes que les frontières géographiques.

De plus, il y a l’avant, l’après du voyage et cela vous berce autant de temps que le voyage proprement dit !

Après quelques voyages, on apprend à se passer facilement de choses que l’on croyait indispensables, on supporte plus facilement les entorses à nos petites manies et la notion de la « réussite » et du bonheur évolue en profondeur.

Voyager représente un défi différent de celui de la vie quotidienne. Pour le relever, il faut développer des habiletés qu’on n’a pas toujours la chance d’utiliser tous les jours : de l’initiative, de l’autonomie, de la débrouillardise et de la confiance en soi.

Voyager, c’est se dégourdir le moral !

Partir en voyage, c’est jouer un bon tour au temps qui passe. En s’accordant un intermède dans sa propre durée, on vit le temps d’une autre façon.  

Ça fait du bien ! 

Le voyage est une remarquable école dont l’enseignement finit toujours par laisser des traces.

Ces petites traces de savoir font pétiller la vie comme les bulles du bon champagne. On peut en quelque sorte s’offrir un surplus d’histoire grâce à l’histoire des autres, un surplus de culture grâce à la culture des autres, un surplus de beauté grâce à la beauté des autres et à la diversité du monde.

C’est un luxe inestimable… !

Prêts à recommencer…

59117750

La vie est une pièce de théâtre : ce qui compte, ce n’est pas qu’elle dure longtemps, mais qu’elle soit bien jouée.
Sénèque

parchemin (2)

La vie paraît courte à certains hommes parce qu’ils ne savent pas la remplir. L’homme qui a beaucoup senti et beaucoup réfléchi, a toujours beaucoup vécu, quel que fût le temps de son existence. Que se retrace-t-on d’un voyage pendant lequel on a dormi constamment ? Deux seuls points: le départ et l’arrivée. Mais si l’on a eu les yeux ouverts, si l’on a examiné les lieux, les habitants, s’instruisant avec soin de tout ce qui les concerne, que de choses on se rappelle, et combien l’on aime à s’entretenir avec ses amis, avec soi-même, de tout ce qu’on a vu et éprouvé!
Auteur : Adrien Destailleur ; Œuvre : Observations morales, critiques et politiques – 1830.

mws12.gif

salome14.gif

A lire, de très bons conseils que j’approuve !

http://www.thelifelist.fr/2013/changer-de-vie/la-vie-est-trop-courte-vous-ne-pouvez-plus-tolerer-ces-15-choses/

tbau2cxl.gif

   hmdnqtgg1

fbd4f7f1

27 mai, 2018

Rien ne vaut l’amour d’une mère …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 10:35

  

 378gdxb8

Rien ne vaut l'amour d'une mère ... dans Autres fêtes ou évènements 1304511694Une mère ne meurt jamais car on l’appelera toujours « maman ». André Lévy

  • Rien ne vaut une douce maman. Tolstoï
  • A l’oreille de tous les enfants, « maman » est un mot magique. Arlene Bénédicte 
  •  
  • L’amour d’une maman, c’est la conviction que ses poussins sont des cygnes ; ce qui est la meilleure façon de donner du moral à des enfants qui sont convaincus d’être de vilains petits canards. Pam Brown 
  • L’amour d’une mère c’est comme l’air : c’est tellement banal qu’on ne le remarque même pas. Jusqu’à ce qu’on en manque. Pam Brown  
  • Une maman formidable donne toujours une grand-mère exceptionnelle. Jean Gastaldi 
  • Une maman est semblable à une rose qui ne se fane jamais. Jean Gastaldi  
  • On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant. Jean Gastaldi

 

14 mai, 2018

La filiation, c’est une notion de sentiments plus que de gènes … Jean Castaldi

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 11:22

6mnwxmju.jpeg

Une maman, c’est celle qui gronde mais qui pardonne tout. 

Une maman c’est une montagne de compréhension.

A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même.

Une maman est semblable à une rose qui ne se fanejamais.

La fête des mères est un prétexte, car on fête toute l’année sa maman.

On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant.

 [Jean Gastaldi]

owtoxbd3.jpeg

16 juillet, 2016

Paroles de sage !

Classé dans : Humour (284),La Vie (116) — coukie24 @ 1:22

Paroles de sage !

e9bd107b

Avez-vous déjà réalisé que la seule période de la vie qui aspire à vieillir est l’enfance?

Si tu as moins de 10 ans, tu es tellement excité à l’idée de vieillir que tu penses en fractions.

« Quel âge as-tu?  »
« J’ai six ans et demi « .
Pourtant, tu n’auras jamais trente-six ans et demi !
Tu as 6 ans et demi, presque 7 !

C’est le bonheur !


Tu deviens par la suite adolescent, tu pourras difficilement te retenir !

Tu sautes d’une année à l’autre, presque des années.
«Quel âge as-tu? » « Je vais avoir 16 ans »
Tu as peut-être 13 ans mais tu vas avoir 16 ans!

Et le plus beau jour de la vie, tu deviens majeur, 18 ans.
Youpi ! Le mot même a l’air d’une cérémonie !

Tu as ensuite 20 ans. quand on aime on a toujours 20 ans !

Puis, tu passes le cap des 30 ans !

Et puis, tu as 33 ans, l’âge du Christ. Que s’est-il passé ?

Il est MORT à cet âge-là ! On y repense à deux fois !

Là… quelque chose qui cloche là ! Tu t’en vas sur 40.

Wow! Applique les freins, la vie te glisse entre les doigts !
Avant de t’en rendre compte, tu arrives à 50, un demi-siècle. Et tes rêves s’envolent.

Mais attends !!!

Tu te rends à 60. Tu ne pensais pas te rendre là !
La pension de vieillesse qui arrive.

Et, tout doucement, tu arrives à 70 !

Par la suite, la vie se vit au jour le jour, tu comptes les
saisons, tu te mêles dans les jours de semaine!

Puis à 80 chaque jour devient un cycle complet !

Tu te rends au dîner, t’arrives à 16:30 et t’as hâte d’aller te coucher !

Et ça ne s’arrête pas là ! Quand tu arrives à l’âge de 90, tu
commences à régresser !

« Il n’avait pas encore 92!  » entend-on au salon funéraire.

Et une chose étrange arrive. Si tu te rends à 100 ans, tu
redeviens enfant ! « J’ai 101 ans et demi ! « 

Je vous souhaite de tous vous rendre à un 101 ans et demi en bonne santé !

779708image0012

Paroles de sage ! dans Humour (284) sourire_dondine MAIS COMMENT RESTER EN BONNE SANTÉ ? marcheur dans La Vie (116)

1. Ne vous occupez pas de chiffres non nécessaires. Ceci inclut l’âge, le poids, le taux de cholestérol, la pression et la taille.  Laissez le docteur s’en préoccuper, c’est la raison pour laquelle on paie l’assurance maladie !

2. Ne conservez que les amis joyeux ! Les grincheux vous démoralisent.

3. Continuez à apprendre. Apprenez toujours plus au sujet des ordinateurs, de l’artisanat, du jardinage ou autre. Ne laissez jamais votre cerveau au repos.  Un cerveau au repos est l’atelier du diable. Et le nom du diable est Alzheimer ! 

4. Amusez-vous de choses simples.

5. Riez souvent, longtemps et fort.  Riez jusqu’à ce que vous n’ayez plus de souffle et que vos larmes coulent.

6. Si vous avez une grosse peine, pleurez un bon coup, séchez vos larmes et continuez votre chemin. La seule personne qui nous accompagne pour la vie est nous-même.
Soyez VIVANT tout au cours de votre vie.

7. Entourez-vous de choses que vous aimez, que ce soit la famille, les animaux domestiques, des collections, de la musique, plantes, passe-temps ou autre.
Votre foyer devrait être votre refuge !

8 . Prenez soin de votre santé :
Elle est bonne, conservez-là !
Elle est instable, améliorez-là.
Vous n’en avez plus le contrôle, allez chercher de l’aide.

9. Ne voyagez pas dans le temps vers la culpabilité.
Voyagez jusqu’au centre d’achats, vers la campagne, vers le pays voisin mais jamais où vous rencontrerez la culpabilité.

10. Dites à ceux que vous aimez que vous les aimez, à chaque occasion

ET SOUVENEZ-VOUS :
La vie ne se mesure pas par le nombre de respirations prises mais par le nombre de moments qui nous ont coupé le souffle.

Tiré d’un écrit de Georges Carlin

23 septembre, 2015

Vieillir en beauté …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 18:26

Le changement de saison aujourd’hui me fait songer à ce poème…

A l’automne de la vie !

rL7MsJjcO1I

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec son coeur
Sans remords, sans regret, sans regarder l’heure
Aller de l’avant, arrêter d’avoir peur
Car à chaque âge se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec son corps
Le garder sain en dedans, beau en dehors
Ne jamais abdiquer devant un effort
L’âge n’a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c’est donner un coup de pouce
A ceux qui se sentent perdus dans la brousse
Qui ne croient plus que la vie peut être douce
Et qu’il y a toujours quelqu’un à leur rescousse.

Vieillir en beauté doit être notre philosophie
Pensons que le pain d’hier est rassis
Que le pain de demain n’est pas cuit
Mangeons donc le pain d’aujourd’hui.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec amour
Savoir donner sans rien attendre en retour
Car où que l’on soit, à l’aube du jour
Il y a quelqu’un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec espoir
Etre content de soi en se couchant le soir
Et lorsque viendra le point de non recevoir
Se dire qu’au fond, ce n’est qu’un au revoir !

Inconnu

Aujourd’hui

C automne

Les saisons de la vie passent trop vite !

Saviez-vous que c’est en vieillissant qu’on devient les plus fructueux.
Michel-Ange entreprit ses travaux d’architecture et de peinture
à la Basilique Saint-Pierre de Rome à l’âge de 66 ans
et les poursuivit jusqu’à sa mort, à l’âge de 89 ans.
Titien peignit son chef-d’oeuvre le plus célèbre alors qu’il avait 85 ans,
tandis que Goethe acheva Faust à l’âge de 81 ans.
Thomas Edison nous fit part de ses meilleures inventions entre 70 et 80 ans.
On vieillit mais on n’est pas fini pour autant !

12 septembre, 2015

Il ne fait pas bon vieillir ! …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 16:54

LE VIEILLISSEMENT… 

b0970273ab414bb34ad3cf017997fde1
Deux gars dans la soixantaine parlent du vieillissement et l’un dit à l’autre :

- Le pire, c’est pour nos femmes ; elles refusent d’admettre qu’elles vieillissent et essaient toujours de cacher leurs petits bobos »

- Tu as bien raison lui dit l’autre mais j’ai trouvé un bon truc pour les prendre au jeu : ainsi, si tu veux savoir si ta femme commence à être sourde, place-toi à 5 mètres d’elle et pose-lui une question… 

puis, quand tu verras qu’elle ne répond pas, avance-toi à 4 mètres, puis à 3, puis à 2 et là, elle va devoir se rendre à l’évidence qu’elle est sourde…

Le bonhomme trouve l’idée bonne et en entrant chez lui, il est à 5 mètres de sa femme et lui demande d’une voix forte :

- « Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? » Pas de réponse !

Il s’approche alors à 4 mètres et lui demande encore :

- « Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? » Pas de réponse !

Il s’approche encore, à 3 mètres, et lui redemande :

- « Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? » Pas de réponse !

Le gars n’en revient pas ; il s’approche alors à 2 mètres et hurle :

- « Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? »

Sa femme se retourne et lui dit :

h5vlsfpl

Pour la quatrième fois, bon sang !! ……………… du poulet ! 

tha-menu-classic_s4x3_lead

5 mai, 2015

Si on ne rêve pas le voyage qu’on fait …

Classé dans : Citations, proverbes...,Rêveries (62),Voyages (60) — coukie24 @ 21:26

Alex Anemany

On ne voyage pas si on ne rêve pas le voyage qu’on fait. Je ne parle pas du rêve qui endort, mais de celui qui réveille, en nage, à la gorge, l’hirsute, le traviole, le pas racontable, le si beau qu’on arrête de vieillir. 

Daniel Merme

10 mars, 2015

Voilà ce qui arrive lorsque l’on se trompe d’adresse e-mail…

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 19:52

Voilà ce qui arrive lorsque l’on se trompe d’adresse e-mail…

6b596ad5

 Un couple de parisiens décide de partir en week-end 
à la plage et de descendre au même hôtel qu’il y a 20 ans, lors de leur lune de miel. 

 Mais, au dernier moment, à cause d’un problème au travail, 
 
 la femme ne peut pas prendre son jeudi. 
 Il est donc décidé que le mari prendrait l’avion le jeudi, 
 Et sa femme le lendemain. 

 L’homme arrive comme prévu et 
 après avoir loué la chambre d’hôtel, il se rend compte que 
 dans la chambre, il y a un ordinateur avec connexion Internet. 
 Il décide alors d’envoyer un courrier à sa femme. 
 mais il se trompe en écrivant l’adresse.

vieillir_007-2473233 
 C’est ainsi qu’à Perpignan, une veuve qui vient de rentrer
 des funérailles de son mari mort d’une crise cardiaque reçoit l’email. 
 La veuve consulte sa boîte aux lettres électronique pour voir 
 s’il n’y a pas de messages de la famille ou des amis. 
 C’est ainsi qu’à la lecture du premier d’entre eux, elle s’évanouit.

evanouissement-visuel-01 
Son fils entre dans la chambre et trouve sa mère allongée sur le sol, 
 sans connaissance, au pied de l’ordinateur. 
 Sur l’écran, on peut lire le message suivant :

 f76425e6
 A mon épouse bien-aimée, 
Je suis bien arrivé. 
 Tu seras certainement surprise de recevoir de mes nouvelles maintenant , 
 et de cette manière surtout. 
 Ici, il y a des ordinateurs ainsi qu’une connexion wifi gratuite et illimitée et tu peux envoyer des messages à ceux que tu aimes. 
Je viens d’arriver et j’ai vérifié que tout était prêt pour ton arrivée, demain. 
 J’ai hâte de te revoir. Tu me manques !
 J’espère que ton voyage se passera aussi bien que s’est passé le mien.

 
 P.S. : Il n’est pas nécessaire que tu apportes beaucoup de vêtements : il fait une chaleur d’enfer ici !

26 août, 2014

Bien vieillir …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 0:11
762300
Bien vieillir, c’est aimer, sans chercher à séduire
C’est chanter le bonheur, les fleurs et le printemps
C’est aussi s’entraider, sans besoin de le dire
En offrant tout son cœur, en donnant tout son temps.
 
Bien vieillir, c’est savoir la passion éphémère
Le prix de l’amitié et sa fragilité
Et c’est en écartant projets fous et chimères
Acquérir la sagesse et la sérénité.
 
Bien vieillir, c’est encore malgré le poids de l’âge
Entretenir son corps autant que son esprit
C’est être vigilant, s’efforçant davantage
De vivre avec son temps plutôt qu’avec mépris
 
Bien vieillir, c’est enfin, au fil des derniers ans
Accepter ses douleurs, rides et cheveux blancs
 
De Raymond Pelletier

7 juillet, 2014

Où donc est le bonheur ?

Classé dans : Le Bonheur (153),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 16:11

8e192a38

Où donc est le bonheur ? disais-je. – Infortuné !

Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné.

Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,

Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,

Est l’âge du bonheur, et le plus beau moment

Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

love

Plus tard, aimer, – garder dans son coeur de jeune homme

Un nom mystérieux que jamais on ne nomme,

Glisser un mot furtif dans une tendre main,

Aspirer aux douceurs d’un ineffable hymen,

Envier l’eau qui fuit, le nuage qui vole,

Sentir son coeur se fondre au son d’une parole,

Connaître un pas qu’on aime et que jaloux on suit,

Rêver le jour, brûler et se tordre la nuit,

Pleurer surtout cet âge où sommeillent les âmes,

Toujours souffrir ; parmi tous les regards de femmes,

Tous les buissons d’avril, les feux du ciel vermeil,

Ne chercher qu’un regard, qu’une fleur, qu’un soleil !

fleurs d'orangers

Puis effeuiller en hâte et d’une main jalouse

Les boutons d’orangers sur le front de l’épouse ;

Tout sentir, être heureux, et pourtant, insensé !

Se tourner presque en pleurs vers le malheur passé ;

Voir aux feux de midi, sans espoir qu’il renaisse,

Se faner son printemps, son matin, sa jeunesse,

Perdre l’illusion, l’espérance, et sentir

Qu’on vieillit au fardeau croissant du repentir,

Effacer de son front des taches et des rides ;

S’éprendre d’art, de vers, de voyages arides, de cieux lointains, de mers où s’égarent nos pas ;

Redemander cet âge où l’on ne dormait pas ;

Se dire qu’on était bien malheureux, bien triste, 

Bien fou, que maintenant on respire, on existe, 

Et, plus vieux de dix ans, s’enfermer tout un jour

Pour relire avec pleurs quelques lettres d’amour !

Ils-ont-recu-des-lettres-d-amour-en-heritage_imagePanoramique500_220

Vieillir enfin, vieillir ! comme des fleurs fanées

Voir blanchir nos cheveux et tomber nos années,

Rappeler notre enfance et nos beaux jours flétris,

Boire le reste amer de ces parfums aigris,

Etre sage, et railler l’amant et le poète,

Et, lorsque nous touchons à la tombe muette,

Suivre en les rappelant d’un oeil mouillé de pleurs

Nos enfants qui déjà sont tournés vers les leurs !

vieillir

Ainsi l’homme, ô mon Dieu ! marche toujours plus sombre

Du berceau qui rayonne au sépulcre plein d’ombre.

C’est donc avoir vécu ! c’est donc avoir été ! Dans la joie et l’amour et la félicité

C’est avoir eu sa part ! et se plaindre est folie.

Voilà de quel nectar la coupe est remplie !

43172_senior_une

Hélas ! naître pour vivre en désirant la mort !

Grandir en regrettant l’enfance où le coeur dort,

Vieillir en regrettant la jeunesse ravie,

Mourir en regrettant la vieillesse et la vie !

Où donc est le bonheur, disais-je ? – Infortuné !

Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné !

Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne, XVIII

déclinaisonvie

8 juin, 2014

Voulez-vous rajeunir ? En voici la recette …

Classé dans : Actualités,Santé (166) — coukie24 @ 12:33

 

5 (très) bonnes raisons de dormir nu …
Voulez-vous rajeunir ? En voici la recette ... dans Actualités http%3A%2F%2Fi.huffpost.com%2Fgen%2F1836671%2Fimages%2Fn-SLEEPING-NAKED-628x314
Jetez immédiatement vos pyjamas de pilou et autres leggings distendus qui font le désespoir de vos compagnons ! Dormir nue va vous changer la vie (et pas qu’un peu). Pourquoi ? On vous explique.  

Chaque soir, vous enfilez méthodiquement le vieux pyjama mollasson que vous aimez tant avant de vous glisser, couverte de couches et de couches de tee-shirts publicitaires, sous la couette dans laquelle vous vous enroulez tel un nem échoué. Sans le savoir, vous faites là une grave erreur,accélérant irrémédiablement votre vieillissement, ouvrant grand la porte aux maladies et enterrant peut-être pour l’éternité tout espoir d’une vie sexuelle épanouie (mais ça vous le saviez, non ?).

Eh oui, malgré ce que pensent certains, rebutés par cette habitude qu’ils estiment propre aux seuls habitués du Cap d’Agde, dormir nu est au contraire très sain et ce, pour plein de raisons. Explications.  

1. Cela évite les infections

Engoncer votre intimité dans une culotte ou même un pyjama la soumet à une forte chaleur et à un environnement dans lequel les infections bactériennes peuvent se développer bien plus facilement. On conseille au contraire d’aérer son entrejambe la nuit, afin de prévenir ces maladies. Aérons, aérons.  

2. Le sommeil est de meilleure qualité

Lorsqu’on dort, il est très important d’offrir à son corps un environnement confortable. Si latempérature du corps baisse progressivement pendant le sommeil, il est indispensable de ne pas le soumettre à une température trop élevée en le recouvrant de couches de pyjamas et de couvertures, au risque de lui faire subir un inconfort qui perturbera votre sommeil. De plus, s’il est certes difficile de se glisser dans des draps froids lorsqu’on va se coucher, l’effort que fera votre organisme pour lutter contre ce changement d’environnement soudain vous fera brûler quelques calories avant de trouver le sommeil. En bref, c’est tout bénef’.  

>> Tous les aliments d’un bon sommeil <<  

3. Vous aurez de plus beaux cheveux

Oui, c’est fou, mais sachez que la sécrétion de la mélatonine et de l’hormone de croissance, hormones anti-âge, serait très perturbée par une trop forte chaleur. Ainsi, avoir trop chaud pendant son sommeil nuirait à cette régénération constante, au contraire boostée par la baisse de la température du corps. Vous conviendrez qu’il serait dommage de se priver de ce petit lifting naturel nocturne pour quelques petits frissons, d’autant que qui dit hormones « belle peau » dit également beaux cheveux… Etre belle au réveil, c’est facile.  

4. Vous vous sentirez mieux dans votre peau

Assumer son corps nu sous les draps et le contact de ceux-ci sur sa peau aide clairement à se sentir plus confiant et bien dans ses baskets en reprenant contact avec son corps. On le sait, le désir naît davantage de ce que l’on dégage que du physique lui-même. Vous vous sentez sexy après votre naked night ? Vous devenez sexy !

 >> Sexe et sommeil : les liaisons vertueuses <<

5. Vous aurez du meilleur sexe

Last but not least, l’abandon DÉFINITIF de vos grenouillères « Coup de cœur » donnera sans aucun doute un second souffle à votre vie sexuelle. Vous coller à la peau nue de votre partenaire, dont vous redécouvrirez l’épiderme après une longue période de ceinture de chasteté à imprimé écossais, devrait vous donner des idées à tous les deux.

Et puisqu’il est prouvé que plus on pratique, plus on pratique, il est fort probable que cette abdication du pyjama vous fasse gagner dix ans en quelques jours. Si si.

On commence ce soir ?

28 dans Santé (166)

Par  
Publié le 3 juin 2014 sur http://www.terrafemina.com/

18 décembre, 2013

SERONS-NOUS BIENTÔT IMMORTELS ? …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:36

Serons-nous bientôt immortels ?

Urologue, chirurgien, auteur, PDG d’une société de biotechnologie : Alexandre Laurent a beaucoup de cordes à son arc. S’il est célèbre, aujourd’hui, c’est pour ses écrits, et en particulier son livre intitulé « La mort de la mort ».

Quelques questions pour mieux comprendre…

  • Sur quoi vous basez-vous pour prévoir la mort de la mort ?
  • Mais les technologies dont vous parlez sont connues depuis longtemps… et pourtant nous sommes toujours vulnérables. Comment peut-on l’expliquer ?
  • Alors quand allons-nous vaincre toutes ces maladies ?
  • Quelles vont être les conséquences de tous ces bouleversements ?
  • Il y a donc de grandes promesses, mais aussi de graves menaces… Êtes-vous optimiste ou pessimiste face à ces développements ?   

Sur quoi vous basez-vous pour prévoir la mort de la mort ?   

J’ai observé les tendances lourdes. Depuis 1750, l’espérance de vie moyenne est passée de 25 à 85 ans. A l’heure actuelle, nous gagnons chaque année trois mois d’espérance de vie. Les nouvelles biotechnologies – nanotechnologies, thérapie génique, sciences cognitives etc., vont encore faire accélérer cette tendance. Prenons pour exemple notre capacité à déchiffrer l’ADN d’un être humain : le prix de l’opération a été divisé par trois millions en dix ans. Nous sommes toujours plus efficaces et cette rapidité va nous permettre de remplir les trois buts de tout être humain : ne pas souffrir ; ne pas vieillir ; et mourir le plus tard possible.

La meilleure preuve, c’est que Google vient de se lancer dans la lutte contre le vieillissement : une entreprise nommée Calico a été créée, le but est d’augmenter l’espérance de vie.   

Mais les technologies dont vous parlez sont connues depuis longtemps… et pourtant nous sommes toujours vulnérables. Comment peut-on l’expliquer ?   

A l’heure actuelle, les causes de mortalité ne sont pas vraiment des maladies au sens traditionnel du terme, mais des dégénérescences qui sont déjà les abords de la mort : cancer, maladie d’Alzheimer sont dans ce cas.

Ce sont des processus très compliqués que nous ne parvenons pas très bien à maîtriser. Mais les progrès sont tout de même là. Le cancer et les maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson…) seront bientôt des maladies chroniques qui n’auront pas un impact important sur l’espérance de vie, un peu comme le SIDA aujourd’hui.

Alors quand allons-nous vaincre toutes ces maladies ?   

Il faut faire attention à ne pas faire de promesses excessives. Je tiens toujours beaucoup à faire remarquer qu’il y a une différence énorme entre comprendre comment les choses fonctionnent et pouvoir les utiliser pour guérir.

Par exemple, à l’heure actuelle il est devenu relativement facile, et peu cher, de déchiffrer l’ADN complet d’un être humain. L’étape suivante est la thérapie génique : remplacer un morceau d’ADN défectueux, qui va entraîner une maladie, par un autre morceau fonctionnel pour guérir les patients. Mais cette étape est en réalité très loin : on a obtenu des succès dès le début des années 2000, mais la guérison de la maladie génétique entraînait le développement de cancers. Aujourd’hui encore, la technique est loin d’être mûre, et il faudra sans doute encore 10 ans pour avoir des résultats vraiment satisfaisants. Cela ne retire rien au fait que l’accélération en puissance des technologies est inévitable, et que sa conséquence sera de repousser toujours plus loin les limites de la vie humaine.   

Quelles vont être les conséquences de tous ces bouleversements ?   

Les perspectives sont bien sûr spectaculaires. Il ne s’agit pas simplement de vivre très longtemps. Pour ce faire, il faudra accepter que l’homme se transforme, qu’il soit équipé de puces ou de prothèses.

Et le progrès ne vise pas seulement les hommes vivants, mais aussi ceux qui vont naître. L’eugénisme est déjà une réalité : à l’heure actuelle, les embryons atteints de trisomie 21 sont dépistés pendant la grossesse, puis éliminés avant la naissance. Pour la contraception, la procréation médicalement assistée, l’euthanasie, c’est pareil : au point de vue éthique, nous sommes sur un toboggan. Ce qui était vu comme monstrueux dans le passé est devenu normal, voire souhaitable aujourd’hui. Et sera peut-être obligatoire demain.

Il y a donc de grandes promesses, mais aussi de graves menaces… Êtes-vous optimiste ou pessimiste face à ces développements ?   

Je suis neutre. Je ne pense pas que le bonheur de l’homme se décide par la technologie. Il me paraît cependant important que les débats sur la bioéthique se répandent dans la population, et rapidement…

Article publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 16/12/2013

Sources : Dr Laurent Alexandre, « La mort de la mort », éd. Lattès

 

5 octobre, 2013

Quand on finit d’apprendre …

Classé dans : Citations, proverbes...,La Vie (116) — coukie24 @ 21:31

Quand on finit d’apprendre ... dans Citations, proverbes... 886825f6abec6c

On commence à vieillir quand on finit d’apprendre. – Proverbe japonais

10 décembre, 2012

Bien vieillir …

Classé dans : La Vie (116) — coukie24 @ 13:50

Bien vieillir ... dans La Vie (116) petite-pensee

Vieillir n’est pas toujours facile pour la majorité d’entre nous à partir

de l’âge adulte.

Quel que soit l’âge, il y a toujours une partie de nous qui ne vieillit pas.

L’âme reste jeune. . . Avez-vous remarqué que dans nos rêves,

on est toujours jeune ?

 Par contre, si on vieillit dans l’humour et la joie, encouragé par les voeux

de notre famille et de nos amis, c’est un peu moins pénible.

  »Rien ne sert de courir, on finit toujours par

vieillir »… alors, aussi bien se résigner et se dire qu’après tout, on n’a

qu’une journée de plus que la veille ».

25 septembre, 2011

Vieillir, c’est embêtant mais …

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 14:43

302213209217oivezqfw.jpg

Félix Leclerc

 

23 octobre, 2009

Citations de Jean Gastaldi :

Classé dans : Famille (34) — coukie24 @ 16:03

Citations de Jean Gastaldi : dans Famille (34) gravure

Le véritable amour d’une mère, c’est d’aider l’enfant à couper le cordon ombilical.
Jean Gastaldi

On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant.
Jean Gastaldi

Une maman, c’est la meilleure des infirmières, au talent de magicienne.
Jean Gastaldi

Respecter sa mère, c’est respecter la vie.
Jean Gastaldi

23 novembre, 2008

Un petit clin d’oeil à un être cher…

Classé dans : Sentiments (132) — coukie24 @ 15:04

Un petit clin d'oeil à un être cher... dans Sentiments (132) 080517015758176052076617 

Clin doeil  CommentClin doeil

Comment peux-tu vieillir en paix si tu regrettes ton enfance ?

Comment peux-tu parler d’aimer si tu ne t’aimes pas ?

Comment peux-tu parler de paix quand ton coeur vit la rage ?

Comment peux-tu parler de bonheur quand ton coeur vit la tristesse ?

Comment peux-tu parler de joie quand ton coeur vit le chagrin ?

Comment peux-tu parler de vie quand ton coeur vit la mort ?

Comment peux-tu parler au présent quand ton coeur vit dans le passé ?

Comment peux-tu parler de rêve quand ton coeur vit tes échecs ?

Comment peux-tu rendre les autres heureux quand ton coeur ne l’est pas?

Comment peux-tu pardonner si tu ne te pardonnes pas ?

Comment peux-tu accepter les autres si tu ne t’acceptes pas ?

Comment peux-tu guérir si tu n’as pas la foi ?

Comment peux-tu rayonner si aucune lumière n’entre en toi ?

Comment peux-tu écrire si tu es vide d’expérience ?

Comment peux-tu créer si tu ne fais pas confiance et ne t’abandonnes pas?

Comment peux-tu changer les autres si tu ne te changes pas d’abord?

Comment peux-tu désirer la richesse si tu as toujours peur de la perdre ?

Comment peux-tu réussir si tu n’es pas heureux de la réussite des autres ?

Comment peux-tu voyager si tu ne rêves pas de voyage ?

Comment peux-tu recevoir si tu ne donnes pas ?

Comment peux-tu vivre, si tu ne crois pas à la vie ?

Comment peux-t-on espérer être ce que l’on n’est pas ?

Marcel Gagnon

17055510.jpg

12 octobre, 2008

Mon discours de départ… voir diaporama ci-dessous !

Classé dans : Retraite (14) — coukie24 @ 16:51

« TOUT AGE PORTE SES FRUITS, IL FAUT SAVOIR LES CUEILLIR. » R. RADIGUET

« Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos. » [Gandhi]

Merci à tous d’être venus…

                                                   imgp1751.jpg

La retraite ! Ah, mais oui, c’est vrai, je ne pars pas que pour quelques jours !

C’est un changement de cap radical et de me dire, fini, plus de réveil le matin, plus de contrôle de gestion, plus de réunions, plus de plaisanteries un peu grasses des forestiers, plus les collègues, plus Yoan qui s’énerve devant la photocopieuse, ou l’imprimante qui refuse de lui obéir, cela me rend à la fois triste et heureuse. Eh, oui, triste de vous quitter, heureuse d’aborder une nouvelle vie pleine de projets, triste de penser que la roue tourne vite et que le 3ème âge me guette, heureuse de penser que c’est maintenant à tout jamais que je dois faire autre chose que de travailler, et qu’il est grand tant que je me consacre à ceux que j’aime en alliant plaisir et loisirs.

Merci Monsieur Michel B….. et Jérôme …… d’avoir brossé ma vie à la  C….  , en effet 38 années dans le même milieu professionnel, c’est important, elles m’ont permises de tisser un réseau d’amitiés professionnelles, d’être en quelque sorte la mémoire et porteuse d’espoir. Mon cursus de pionnière m’a fait connaître la découverte, le suspens, le challenge, le stress, les changements, les remises en question, mais comme tout ça était bon ! en effet, l’aventure m’a toujours stimulée. Mais voilà tout a une fin et la retraite est bien là. La parfaite connaissance et la maîtrise de mon poste ne me faisaient plus battre le cœur, je n’avais plus de nouveautés à me mettre sous la dent, place aux jeunes qui ont tout à découvrir et à faire progresser. Tout passe d’abord par l’investissement de soi-même comme j’ai essayé de le faire tout au long de mon parcours.

Merci Monsieur B…… , c’est grâce à vous que j’ai pu développé mon sens de l’organisation, mettre au service de la C…………… et tous ses sociétaires toute mon énergie et l’envie de faire progresser mon entreprise. Je suis rentrée dans une petite entreprise qui n’avait que 5 ans en Périgord, aujourd’hui, je la quitte en pleine expansion et aggrandie à l’échelle régionale (Aquitaine, Charente-Poitou, Limousin).

Merci encore à tous ceux qui sont venus ce soir me rendre un dernier hommage, je pense avoir rassemblé tous ceux avec qui j’ai eu des relations professionnelles, que ce soit lors de leur embauche à la C……… ou de leur formation, que ce soit pour des contrôles, des mises en place d’organisation, des relations de voisinage aussi, c’est avec joie que je vous retrouve et apprécie votre présence. Je suis très très heureuse de voir que vous avez tous bien réussi vos parcours professionnels. Une pensée toute particulière à Jacques P….. qui est descendu de ROUEN, Merci Jacques, à Alain L……. qui est venu d’Aix en Provence. Vraiment ça me touche énormément. Merci à tous d’avoir fait un détour par B…………., merci Marie Claude de m’avoir prêter la salle. Je vous suis très reconnaissante.

Il y en a qui sont en vacances et qui sont venus quand même. Grand merci !

Vous m’apportez tous une bouffée de souvenirs, vous me remémorez toutes les étapes de ma vie dans votre PME. Il n’y en a pas un d’entre-vous sur lequel je ne pourrais pas m’être une image, une histoire, un souvenir.

D’ailleurs, il y en a un qui me revient, Monsieur B…… et ses voitures ! qui pourrait ne pas se souvenir de toutes ses prouesses au volant ? Je vous raconte une petite anecdote cocasse et après on boit le verre de l’Amitié, car ce fut mon premier contact avec les aventures de Monsieur B….. au volant : ça faisait à peine 6 mois que j’étais à la C………, Mr B….. et moi-même avions R.V avec le directeur du travail, nous sommes partis très très en retard, aussi Monsieur B….. était pressé et quand nous sommes arrivés à l’entrée du parking de la cité administrative, il a tout simplement refusé la priorité à droite à un bolide qui sortait du parking de la cité administrative…. Et je vous donne en mille, qui était le chauffeur du bolide ? ? ? ? … le directeur du travail qui avait perdu patience et qui ne voulait pas arriver en retard au RV suivant.

Bilan de cette journée, le directeur du travail et moi-même à la clinique, lui pour des points de suture à l’arcade sourcilière, moi pour un plâtre, la main droite cassée. Le pire dans tout ceci est que j’avais vu arriver la voiture à droite mais je n’avais pas osé le dire, je ne connaissais pas assez mon nouveau directeur général et le respect de la Hiérarchie ! ! ! et puis « le chef a toujours raison… ». La police est venue faire un constat et rédiger un PV. Interrogatoire habituel ; votre nom, votre adresse, votre profession etc… et la personne qui était avec vous, un temps de réflexion puis … Monsieur B…. , Martine… mais Monsieur, Martine Qui ? désolée, c’est mon assistante et je ne me souviens pas de son nom (l’émotion sans doute !), le Commissariat a du appeler le siège de la C…. de l’époque pour avoir mon nom et mon adresse afin de rédiger l’enquête. Une main cassée a marqué mes débuts dans le milieu forestier et à partir de ce moment là, chaque déplacement a été pour moi empreint de risques, de prouesses mais aussi beaucoup de sympathie. Comme quoi la gestion d’une entreprise comporte aussi des risques physiques !

Bon courage à ma remplaçante,

Corinne, que votre parcours soit plein de réussite !

Bonne chance à tous, Bonne route !

 

Et maintenant, levons nos flûtes !  »

Cliquez sur la photo ci-dessous pour le diaporama

                                         imgp1752.jpg

« Moins le poste que vous occupez sera élevé, plus votre absence sera remarquée. [Georges Courteline]« 

a4d5e8c6.gif

Ainsi va la Vie ! Une page qui se referme… un peu vite quand même quand on réalise que tous les êtres qu’on a croisés dans notre vie active s’éclipsent aussi vite.

A ne pas manquer de lire l’Article ci-dessous…  nous serons tous un jour ou l’autre confrontés à …

Être vieux, c’est sérieux !

 

Dans notre monde, je parle de l’Occident, tout est nouveau, tout change; ce qui est jeune est bon, le changement est nouveau, la nouveauté est changeante et qu’on soit humain ou grille-pain, il n’est pas recommandé de vieillir. Le monde est né d’hier, il commence aujourd’hui et renaîtra demain. Nous parlons naturellement de prévenir les marques du temps, anti-tache, anti-rouille, anti-ride, anti-vieillesse. Sans anti, pas d’espoir. Vieux schnouk, vieux de la vieille, vieux machin, vieille chouette, la mode est à tout sauf à l’ancien. Si la vieillesse est un naufrage, alors je donne ma langue au chat. La vie ne serait finalement que ce grand voyage de l’absurde où nous traversons périls et océans, désert et continents pour mieux glisser, ridicules et impotents sur la pente irréversible de la fatalité. Il est vrai que l’on meurt. Il est encore plus vrai que nous nous amenuisons avec le temps rapport au fonctionnement et aux apparence de notre corps. Mais ce serait bien un comble de laisser aux émotions faciles le soin de traiter de la chose. Et pourtant, la vieillesse en a frappé plus d’un depuis la jeunesse de l’espèce. Des études récentes révèlent que lorsque nous ne mourons pas, nous vieillissons. J’en connais, décédés un peu tôt, qui aurait tout donné pour vieillir en paix. Toutefois sur le sujet du vieux, je ne sais pas de sociétés plus mal barrée que la nôtre. Si nous ne sommes pas incompétents, alors nous sommes de mauvaise foi. Nous faisons tout pour dramatiser la vieillesse, tout pour la rapetisser, la rendre déplorable et la disqualifier. Oui, il se cache du « petit » dans notre regard moderne sur le vieux. Petits vieux, petites vieilles qui font des petits dodos, des petits pipis, ils prennent des petites marches, des petites pilules, ils reçoivent de la petite visite, un petit-fils, une petite-fille, ils mangent comme des petits oiseaux et puis meurent comme des petits poulets. La sensibilité de la durée n’existe tout simplement pas. La valeur du temps s’annule depuis que, dans notre esprit, tout ce qui dure perd des plumes. Il pleurera à chaque ride, il maudira ses cheveux gris, il paniquera au premier mal de dos, au premier signe d’arthrite, celui pour qui la beauté se résume tout entière au look de la jeunesse. Nul ne sait plus assumer ses pertes de mémoire et plus personne ne sait boiter. Personne ne se vante de son grand âge, la durée n’en impose plus. Nous ne préparons pas notre vieillissement. Nous préparons notre retraite comme on prépare ses vacances mais nul n’envisage réellement sa vieillesse. Nous la nions plutôt, nous la craignons et nous renouvellons les mots pour cacher nos frayeurs : âge d’or, troisième âge et autres inepties. Comme si le mot vieillard était déjà trop vieux. Je ne dis pas que vieillir est agréable. Mais on meurt à tous les âges, on est malade en été comme en hiver, on déprime à n’importe quel moment de sa vie, les crétins se retrouvent fréquemment et partout dans la colonne de la vie et j’ai connu trop de vieux et de vieilles qui rebondissaient mieux que certains jeunes prématurémennt épuisés pour m’inquiéter sérieusement du temps qui passe. Je crains la maladie, je crains le gagaïsme, je crains le scandale de la souffrance et de la perte. Mais je ne crains pas mon âge et tous les âges que j’atteindrai. Je me propose d’embrasser chacune des années qui me seront données. Avec une canne en merisier que je lèverai au ciel, je clamerai mon grand âge sur tous les toits de la ville et je serai le premier responsable de ma fierté, si Dieu me prête l’amour et la santé. Nous devrions respecter nos vieux parce qu’ils sont vieux, un point c’est tout. Les vieux sont des pierres et des monuments, des arbres tutélaires, des âmes sculptées par le temps. Les vieux sont des témoins principaux. Ils représentent le temps passé et ce sont eux, l’histoire. À quatre-vingts ans, ma mère est si belle qu’elle donne à tous les jours un nouveau sens à la notion de dignité. J’espère ma vieillesse comme j’ai espéré toute ma vie. J’aurai la peau comme une écorce très ancienne, profondément ridée. Je serai honorable mais je serai armé. À la pointe du fusil, je forcerai les jeunes à écouter mes platitudes et jongleries. Et je tirerai un coup de semonce au premier qui me proposera une petite collation, un petit voyage en autobus, voire un petit n’importe quoi. Tous les vieux devraient être armés…

 

Serge Bouchard, anthropologue

 

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux