DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Recherche : image petite pensee

1 août, 2019

Conseils pour s’endormir plus vite: 7 spécialistes du sommeil révèlent leurs trucs et astuces

Classé dans : Actualités — coukie24 @ 10:16

troubles_sommeil_0

SOMMEIL – Même les spécialistes du sommeil ont parfois du mal à s’endormir. Sauf que, chez eux, ça ne dure jamais longtemps. Pourquoi? Tout simplement parce qu’ils utilisent des méthodes scientifiques pour tomber dans les bras de Morphée. Si vous voulez profiter enfin d’une bonne nuit de repos, adoptez vite leurs techniques!

Faites des bulles

Dit comme ça, ça paraît ridicule, mais quelques bulles avant d’aller au lit (des petites bulles, comme on faisait quand on était gamins avec des bouteilles en plastique) aide à trouver le sommeil, explique Rachel Marie E. Salas, professeur de neurologie à l’école de médecine de l’Université Johns Hopkins.

Un peu comme ces exercices de respiration qui aident à relaxer le corps et l’esprit. Une activité aussi bébête peut aussi vous aider à chasser toutes les pensées susceptibles de vous empêcher de dormir.

Toujours pas convaincu? Une autre possibilité: asseyez-vous bien confortablement, fermez les yeux et comptez vos inspirations et vos expirations pendant 3 à 15 minutes.

Quand vous commencez à vous déconcentrer (ce qui ne manquera pas d’arriver), recommencez à zéro. Des chercheurs népalais ont constaté que cette forme de méditation, pratiquée seulement quelques minutes par jour, peut faire baisser la tension artérielle et le rythme cardiaque, apaiser l’anxiété et améliorer le sommeil.

Trouvez une distraction

On vous a peut-être dit que les lits ne sont faits que pour deux choses: le sommeil et l’amour. Mais il est aussi recommandé de lire avant de s’endormir, nous dit le docteur Janet K. Kennedy, psychologue clinicienne à New York.

Plus on se retourne dans son lit en cherchant le sommeil, plus on stresse et plus le corps produit de l’adrénaline, ce qui complique encore les choses. « Se changer les idées avec un bon livre permet à la fatigue physique de reprendre le dessus », déclare-t-elle.

Autre possibilité: l’autohypnose. Fans de basket ou de golf, imaginez-vous en train d’enchaîner les paniers ou de vous lancer sur votre par 3 préféré. « La visualisation mentale réduit l’anxiété et permet au cerveau d’entamer son mécanisme d’endormissement », explique le spécialiste du sommeil W. Christopher Winter, consultant pour le magazine Men’s Health.

Détendez-vous

Non seulement une musique douce et apaisante aide à s’endormir, mais elle contribue également à rendre le sommeil plus profond, indique le docteur James Maas, auteur de Sleep for Success! Everything You Must Know about Sleep but Are Too Tired to Ask (« Dormir pour réussir! Tout ce que vous devez savoir sur le sommeil même si vous êtes trop fatigué pour poser la question »).

Des études montrent que la musique douce fait baisser le rythme cardiaque et la tension artérielle et vous aide à vous détendre. Les musiques d’ambiance relaxantes, comme les bruits de vagues ou de pluie, fonctionnent aussi très bien.

Essayez les stations de musique classique, ou l’application Rain, Rain Sleep Sounds.

Faites du sport le soir

Une bonne séance de sport après le travail aide parfois à piquer du nez plus facilement, selon le docteur Orlando Ruiz-Rodriguez, spécialiste du sommeil à l’hôpital South Seminole d’Orlando.

Une étude suisse récente suggère que 90 minutes d’exercice intense avant d’aller se coucher peuvent réduire votre niveau de cortisol, l’hormone du stress, et donc aider à l’endormissement.

En plus, vous n’avez même pas besoin de sortir! Avec des DVD de fitness, préparez-vous à faire fondre votre petit bedon sans quitter la maison (quelqu’un a fondu de huit kilos en six semaines à peine!).

Oubliez l’horloge

Une fois la lumière éteinte, ne vérifiez plus l’heure, même en cas de réveil au milieu de la nuit, conseille le docteur Nathaniel F. Watson, président de l’Académie américaine de médecine du sommeil.

Sinon, vous allez forcément vous mettre à penser au temps que vous avez déjà passé au lit et à celui qu’il vous reste avant de vous lever. « Si je m’endors tout de suite, je peux encore dormir cinq heures et vingt-et-une minutes. » Ça ne fait que vous angoisser, ce qui risque de vous tenir encore plus éveillé.

Pour éviter de succomber à la tentation de regarder l’heure, utilisez un réveil non lumineux, ou tournez-le. Si votre portable vous sert de montre, mettez-le hors de portée, dans le tiroir de votre table de nuit.

Faites une liste de choses à faire

L’esprit bien rempli? Si vous avez du mal à gérer toutes les pensées stressantes qui vous emplissent la tête en fin de journée, écrivez une liste de choses à faire le lendemain, suggère le docteur Andrew J. Westwood, professeur de neurologie à l’université de Columbia.

Avoir trop de choses en tête empêche le cerveau de se reposer, vu les tonnes d’informations qu’il doit digérer. Néanmoins, les noter sur un papier aide à reprendre un peu les choses en main et permet au cerveau de pouvoir se détendre, conclut-il.

Ce blog, publié à l’origine sur le Huffington Post américain, a été traduit par Guillemette Allard-Barès pour Fast for Word.

Sleeping Kitten

6 juillet, 2019

Persévérance …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 7:54

Persévérance ... dans Textes à méditer (239) frog_2-300x225

Deux grenouilles un jour sautèrent dans un sceau de crème.

 Après qu’elles eurent vainement barboté, l’une d’elles se découragea :

- Mieux vaut renoncer, on est perdue, dit l’une.

- Continue, dit l’autre on finira bien par s’en sortir.

- Inutile, reprit la première ce liquide est trop épais pour qu’on

puisse y nager, trop fluide pour qu’on puisse y prendre appui et sauter.

Puisque de toute façon on doit mourir, tôt ou tard qu’importe, et elle se laissa couler.

Sa compagne, elle continuera d’agiter vigoureusement ses petites pattes.

C’est ainsi qu’au matin elle se trouva juchée sur une belle motte de beurre.

Gobant béatement les mouches qui arrivaient de toute part.

Avec son cri de victoire CROA..CROA..CROAA..CROIRE………….

Elle avait découvert une vérité hélas méconnue de la plupart des humains :

La persévérance est la clef du succès.

Le manque de persévérance est l’une des causes les plus importantes de l’échec.

La plupart des gens souffrent de cette faiblesse.

On peut cependant lutter contre elle, d’autant plus facilement que le désir de la vaincre est grand.

Le DÉSIR et la persévérance est à l’origine de toute entreprise. Ne l’oubliez jamais.

Un petit désir n’apporte que de maigres résultats, de même qu’un petit feu donne peu de chaleur.

N’abandonnez jamais !

grenouille-77 dans Textes à méditer (239)

Nos pensées qu’elles soient positives ou négatives n’ont que le pouvoir que nous leur donnons.

31 juillet, 2017

La première pensée du jour …

Classé dans : La Vie (116) — coukie24 @ 12:18

reveil10

Au moment du réveil, faites de cette page blanche de votre temps un joyeux terrain d’exercice pour la peindre aux couleurs zen. Plantez une petite graine positive en vous demandant ce que vous avez envie d’installer aujourd’hui dans votre vie : ressentir de la bienveillance à votre égard, apprivoiser vos peurs, mieux écouter autrui ? Puis fixez vos pensées sur les événements agréables qui vous attendent. Notez-les sur des post-it et accrochez les bien en vue autour de vous. 

Bonne journée !

bonnejourneintrusion.gif

 

10 mars, 2017

Ecouter à coeur ouvert, c’est méditer !

Classé dans : Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 16:27

still_life_music_by_alminator90-d4npinb

Pour Platon, « la musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée ».

Car la musique n’est pas que des sons, c’est aussi une vibration, une énergie qui résonne dans le chant du monde et s’unit au chant des oiseaux, des rivières ou du vent.

Bols chantants tibétains, chants grégoriens, concerto de Bach ou petite musique de nuit de Mozart ? Choisissez la musique qui va vous entraîner dans le silence de vos profondeurs…

10 janvier, 2017

Prendre soin de soi …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:06

1594293bf7ff47

Vous vous sentez stressé, sous pression, inquiet de ne pas pouvoir mener à bien tout ce que vous avez à faire ?

Et si vous vous offriez une petite pause « méditation » ?

Une étude américaine, menée auprès de volontaires dans un hôpital de Boston, a prouvé qu’une demi-heure quotidienne de méditation pendant huit semaines avait modifié leur cerveau. La masse de matière grise de l’hippocampe a augmenté, signe de facultés accrues d’apprentissage et de mémorisation. L’amygdale a perdu en densité, notamment dans les zones de la peur et de l’anxiété, permettant ainsi une meilleure gestion des émotions. 

Des résultats qui montrent à la fois la plasticité du cerveau et les bienfaits que l’on peut attendre de la pratique de la méditation ! 

Conclusion :

Même des « petites doses » de méditation peuvent considérablement modifier les fonctions neuronales liées à la gestion de stimuli conflictuels. 

Tout ce que vous avez à faire est de vous placer dans une position qui est confortable pour vous. Cela peut être assis les jambes croisées, couché dans un lit, assis sur un canapé, etc, c’est votre choix. 

Il n’est pas nécessaire de faire le vide dans votre esprit. Au lieu de cela, essayez de laisser vos pensées, les sentiments et les émotions que vous ressentez à l’écoulement du temps. Ne les jugez pas, laissez-les aller et venir et être en paix.

Le vide se fera tout seul.

 

6902487

20 août, 2014

Le conte de la petite souris qui avait très peur d’écraser les pieds des éléphants

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:01

 la petite souris 

 Il était une fois une petite souris si timide qu’elle s’imaginait que si elle sortait de son trou, si elle allait en promenade, elle risquait de déranger tout le monde et en particulier de faire du mal aux éléphants en marchant sur leurs pieds.

Quand elle sortait de chez elle, elle marchait avec beaucoup de précautions, avançait avec hésitation, regardait soigneusement autour d’elle afin de ne déranger personne. Elle craignait tellement de déranger qu’elle aurait voulu être invisible.

Lorsque je vous ai dit que cette petite souris était timide, j’aurais dû vous préciser qu’elle était surtout égocentrique. Égocentrique est un mot du langage des souris qui veut dire: centré sur soi, préoccupée d’elle-même.

Au pays des souris, c’est un fait connu, tous les timides sont souvent des individus qui ont une perception d’eux-mêmes tellement forte qu’ils ramènent tout à eux. Ils imaginent que dès qu’ils sortent de leur trou, dès qu’ils sont en public, tous les autres voient aussitôt qu’ils sont là. C’est  un paradoxe, les souris timides pensent que chacun cessant son activité, déviant le cours des ses pensées, se met aussitôt à avoir une opinion, un point de vue, un commentaire sur elles.

Alors ces petites souris soi-disant timides se mettent à vivre, à se comporter à partir de tout un imaginaire, à partir duquel, hélas, elles construisent et organisent la plupart de leur comportement. « Si je fais ceci, je risque de faire de la peine. Si je dis cela, je risque de provoquer la colère. Si je ne dis pas, ils vont penser que, si je ne fais pas, il vont imaginer que… »

Elles passent ainsi à côté de leur existence, sans pouvoir se réaliser et aller vers le meilleur d’elles-mêmes, tellement elles s’enferment dans ce qu’elles ont imaginé de l’imaginaire de l’autre. Les petites souris timides se donnent ainsi à l’intérieur d’elles-mêmes une importance très grande, si grande qu’elle envahit tout l’espace autour d’elles…

Jacques Salomé

( La répression imaginaire fait certainement plus de dégâts dans l’existence de certains que toutes les violences extérieures qu’ils pourront côtoyer ou rencontrer)

La-souris et l'éléphant

1 juillet, 2014

Trouver l’âme sœur: 9 signes qui révèlent que c’est la bonne personne (si vous croyez en ce genre de choses)…

Classé dans : Amour (119) — coukie24 @ 10:12

Amour

Il suffit de prononcer le mot « âme sœur » en société pour voir aussitôt certaines personnes écarquiller les yeux. L’idée qu’il existe un être magique, juste pour vous, dont vous allez tomber amoureux instantanément et qui ne vous contredira jamais est une illusion.

La personne qui existe vraiment, du moins pour la plupart des gens, est celle que vous devinez d’instinct, avec qui vous communiquez en profondeur et qui vous permet de vous épanouir en tant qu’être humain au sein de la relation. S’il se trouve que cette personne est votre compagne ou compagnon, alors c’est que vous avez fait une rencontre vraiment spéciale.

Alors, à quoi reconnaît-on que l’on a trouvé « la » personne qu’il nous faut ? Une équipe de spécialistes de l’amour et des relations vous en exposent ici les signes révélateurs.

1. Vous communiquez sans avoir besoin de parler

Les âmes sœurs peuvent lire dans les pensées de l’autre comme dans un livre ouvert. « Elles communiquent profondément à tous les niveaux de l’humain » comme l’a expliqué au Huffington Post Dr Carmen Harra, psychologue clinicienne et spécialiste des relations humaines. « L’une d’elles finira la phrase de l’autre, elles s’appellent au téléphone au même moment, ou ne peuvent tout simplement pas se passer l’une de l’autre. »

Dr Sue Johnson, psychologue clinicienne et auteur du livre Love Sense, nous a indiqué qu’une âme sœur sait aussi répondre à vos signes émotionnels. « Elle est proche de vous lorsque vous vous confiez, vous donne toute son attention et devance vos demandes, vous caressant la main pour vous rassurer, vous souriant et vous serrant dans ses bras quand vous êtes content, et vous réconfortant tendrement lorsque vous vous sentez mal, » a-t-elle ajouté.

2. Vous êtes sûr au fond de vous que vous avez trouvé « la » personne

Le vieil adage qui dit « Quand on sait, on sait » sonne juste quand il est question de l’âme sœur. « Il n’y a pas besoin de jouer aux devinettes ou de se poser des questions quand nous rencontrons l’âme sœur », a révélé au Huffington Post la Révérende Laurie Sue Brockway, auteur, qui célèbre des mariages. « On perçoit habituellement un signe révélateur qui nous prévient que le véritable amour est là – une petite voix dans votre tête, un sentiment de reconnaissance, ou une conviction profonde que la personne que l’on vient de rencontrer est ‘la’ bonne personne. »

3. La chimie opère

… et le courant électrique qui vous parcourt n’est pas juste de nature sexuelle. « Tenir la main de votre âme sœur projette votre esprit dans un tourbillon, même au bout de plusieurs années, » a ajouté Dr Carmen Harra.

4. Vous vous sentez totalement à l’aise avec votre âme sœur dès le premier jour

D’entrée de jeu, les âmes sœurs communiquent sans aucune gêne et révèlent leur vraie nature sans crainte d’être jugées. « Les âmes sœurs ressentent souvent quelque chose de familier chez l’autre et se sentent immédiatement à l’aise, » a poursuivi la Révérende Laurie Sue Brockway. « Beaucoup de gens avouent qu’il est plus facile de se relaxer avec cette personne et de pouvoir aussi laisser aller sa vulnérabilité. »

« C’est celle qui s’ouvre à vous, qui vous laisse venir à elle, en tout transparence, » a ajouté Dr Sue Johnson. « C’est le genre de personne qui n’hésite pas à prendre des risques et partage avec vous son monde intérieur, ses émotions et ses besoins. »

5. Mais la relation n’est pas toujours paradisiaque. Il ou elle vous lance des défis comme personne d’autre

La relation avec l’âme sœur, malgré ce que les gens peuvent en penser, n’est pas toujours un long fleuve tranquille. « L’âme sœur n’atteint pas toujours à la perfection, d’un point de vue physique ou en termes de situation personnelle; la relation ne se poursuivra pas toujours sans remous non plus. » a déclaré Kailen Rosenberg, auteur, de l’agence de rencontres The Love Architects. « En fait, la différence est que les situations personnelles et les grands défis créent une fabuleuse énergie qui cimente votre relation malgré les épreuves et aide chacun à exprimer le meilleur de soi-même. »

De plus, nous pouvons nous appuyer sur notre âme sœur pour évoluer en tant que personne. « Vous pouvez trouver qu’une relation d’âme sœurs est tendue et que votre partenaire vous provoque et envenime la situation au début parce qu’il ou elle vous donne quelques leçons difficiles à accepter » a affirmé la Révérende Laurie Sue Brockway.

6. Vous n’avez pas toujours la même vision de certains détails, mais vous regardez dans la même direction pour ce qui est important

« Une relation d’âme sœurs ne signifie pas que les deux partenaires partagent toujours la même opinion, mais que leurs objectifs et leurs ambitions concordent, » a affirmé Dr Carmen Harra. « Les âmes sœurs peuvent avoir des avis différents sur des sujets sans importance, mais elles réunissent en général des qualités et des valeurs identiques, et regardent le monde avec les mêmes yeux. »

7. La relation apporte aux deux partenaires un sentiment d’apaisement

C’est évident que lorsque l’on n’est pas avec la bonne personne, on ne se sent pas en sécurité dans la relation et que l’on craint qu’au moindre faux pas notre partenaire nous quitte. Ce n’est pas le cas des âmes sœurs.

« Vous êtes sûr que votre partenaire ne vous quittera pas de sitôt » a déclaré Tracey Steinberg, spécialiste en rencontres et auteur de Flirt for fun and Meet The One. « Peu importe ce qui se passe dans vos vies, vous savez que vous faites équipe et partagez tout. » Elle a poursuivi: « Votre voix intérieure vous dit que vous vivez une relation saine. Vous avez confiance l’un en l’autre, vous vous sentez à l’aise et ne craignez pas d’aborder des sujets délicats avec maturité. »

8. Vous et votre partenaire êtes des entités différentes mais affrontez le monde comme un être unique

« Les âmes sœurs reconnaissent qu’elles forment deux parties d’un tout, et rien ni personne ne viendra briser ce lien », a indiqué Dr Carmen Harra.

9. Vous vous connaissez depuis des années, mais pouvez retomber amoureux chaque jour

Quand on aborde le sujet de l’amour véritable, le temps prend toute son importance. « J’ai marié tant de gens qui se sont rencontrés à l’école secondaire ou dans leur vingtaine, se sont donné des rendez-vous, ont rompu, ont déménagé ou ont fréquenté le même cercle d’amis sans jamais communiquer », a déclaré la Révérende Laurie Sue Brockway au Huffington Post. « Puis un jour ils tombent l’un sur l’autre, parfois par magie, et tout d’un coup l’amour éclate. » Gardez toujours l’esprit et le cœur ouverts pour répondre à votre âme sœur quand elle frappera à la porte.

The Huffington Post  | Par Kelsey Borresen

f6013e7e

24 mai, 2014

Carte postale de fête des mères …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 1:00

 1304348825

Maman un voeu pour toi

Carte postale de fête des mères ... dans Autres fêtes ou évènements 1304511694

Il y a tant de beauté dans tes pensées,

tant de bonté dans ton coeur !

 T’avoir pour mère me remplit de fierté et de bonheur !

Aujourd’hui, si je pouvais te rendre

juste une petite partie de tout le bonheur que tu m’as donné,

mon souhait serait réalisé !

1399554757 dans Autres fêtes ou évènements

22 septembre, 2013

3 conseils pour favoriser l’estime de soi chez l’enfant

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 1:56

3 conseils pour favoriser l’estime de soi chez l’enfant

3 conseils pour favoriser l'estime de soi chez l'enfant dans Psychologie (72) 90526742_large_48306859_kristy_e-201x300

L’estime de soi… Tout le monde est d’accord pour dire qu’elle est essentielle mais savons-nous exactement ce que c’est ? Et comment la favoriser chez nos enfants ?

Nous sommes, en général, plus à l’aise avec le concept de « confiance en soi ». Qu’il s’agisse de la confiance en soi ou de l’estime de soi, nous les connaissons surtout par leur absence: « Mon enfant n’a pas confiance en lui » « Ma fille n’est pas sûre d’elle » « Il manque de volonté » « Elle se trouve nulle  » tant de petites phrases qui caractérisent une faible estime de soi et une faible confiance en soi.

L’estime de soi peut être définie comme le sentiment intime qu’a une personne de sa valeur et de sa capacité à être aimable (dans le sens d’être aimée).

La confiance en soi découle de l’estime et correspond au sentiment d’avoir la capacité à répondre avec succès aux exigences et se débrouiller, d’adapter, réussir ce que l’on entreprend. Un enfant qui a une bonne estime de soi sait qu’il est capable et fiable.

Vous ne savez pas si votre enfant a une estime de soi élevée ou faible? Voyez comment votre enfant évalue ses propres capacités. Si votre enfant est enclin à dire « je ne peux pas le faire, c’est trop dur », et d’abandonner, ou s’il évite défis, alors vous êtes probablement face à un problème d’estime de soi.

Si votre enfant est constamment en train de dire des choses comme « je n’ai pas d’amis » ou « tout le monde est meilleur que moi », alors il peut souffrir d’une faible estime de soi.

Gardez à l’esprit que tous les enfants -et les adultes- ont des sentiments comme cela parfois. Mais si ces sentiments et ces pensées se produisent assez fréquemment, et engendrent de la douleur et de la détresse, alors vous aurez envie d’aider votre enfant à reconstruire son estime de soi. Construire l’estime de soi commence tôt, mais c’est un long processus.

Que pouvez-vous faire pour construire l’estime de soi de votre enfant? Voici quelques idées qui peuvent fonctionner.

Reconnaître sa valeur et ses compétences

« Faut pas trop lui dire qu’il/elle est intelligent, car aprèsil/elle va prendre la grosse tête. » Qui n’a jamais entendu cette petite phrase? En réalité, cela dépend de la manière dont vous valorisez votre enfant. Evitez les faux éloges, ou la surenchère de compliments. Si un enfant n’a clairement pas de talent dans l’art, ne dîtes pas que c’est un futur Picasso.

Ensuite, ne félicitez pas seulement pour les résultats. N’oubliez pas de valoriser l’effort et le travail que votre enfant a fourni pour arriver au résultat. Car même si les résultats ne sont pas top, reconnaitre l’effort et les progrès (même si votre enfant passe de 7/20 à 9/20 en maths) va aider votre enfant à garder une bonne image de lui et l’encourager à poursuivre ses efforts; efforts qui déboucheront surement sur une plus grande réussite.

Valoriser les comportements  » Whouaa! Je trouve ça tellement gentil que tu aies aidé ta soeur », « J’ai vu tout les efforts que tu as fait pour préparer ton contrôle et je suis fière de ta persévérance! » plutôt que sa personne pour éviter à l’inverse de le dénigrer et de le rabaisser quand il adopte des comportements négatifs.  Il n’y a rien de pire pour l’estime de soi que les jugements de valeur tels que « tu es égoïste », « tu es trop feignante », « tu es méchant « .  Ces jugements rabaissent votre enfant et l’enferment dans une définition négative de lui-même. À la place,vous pouvez dire:   »Tu n’as pas voulu prêter ton jouet. C’est important d’être généreux et de partager. je sais que c’est difficile mais je vais t’aider à y arriver. « La prochaine fois, je te demande de partager tes jeux » ou encore « Je vois bien que tu n’arrives pas à travailler et que tu manques de motivation ». « Voyons comment nous pouvons t’aider à t’y mettre » . « Tu as mordu ton camarade de classe, c’est interdit car ça fait très mal. Je veux que tu arrêtes de faire ça car c’est mauvais pour toi. Voyons ce que tu pourrais faire pour exprimer ta colère différemment ». Vous avez compris le principe ?

Mais rappelez-vous, l’éloge n’est ni bon ni mauvais. Ce qui importe est de savoir comment la louange est livrée et à quelle fréquence. Pas trop de louanges sans fondements et surtout pas de paroles dénigrantes et dévalorisantes.

Encourager la curiosité

En tant que parent, vous avez la possibilité d’encourager la curiosité de votre enfant. Les enfants sont naturellement curieux. C’est pourquoi les très jeunes enfants posent la question « pourquoi? » tellement souvent. Et c’est merveilleux de voir ce petit être explorer le vaste monde. Sauf qu’au bout du 12549ème « pourquoi? », nous sommes tentés de couper court à l’exploration car il faut avouer que c’est un peu agaçant quand même.

Quand nous répondons à leurs questions avec sarcasme ou par un « parce que c’est comme ça  » systématique, nous risquons de diminuer leur intérêt et le plaisir dans la découverte du monde. Avec ce genre de réaction, notre enfant peut penser que son intérêt n’a pas assez de valeur ou être blessé car il pensera qu’il n’est pas intéressant. Idem pour les parents qui ont la réponse à tout et apparaissent comme les détenteurs du savoir universel; ce qui peut filer des complexes à votre bambin et le couper de sa capacité à se questionner.

Ce qu’on en dit: « La curiosité est un merveilleux défaut ». Encouragez-le à poser des questions. Plutôt que de répondre systématiquement, posez lui la question: « Et toi, qu’en penses-tu ? ».

Réhabiliter le droit à l’erreur

L’estime de soi de votre enfant dépend directement de la façon dont vous considérez les erreurs (les siennes, les vôtres). Si vous êtes plutôt du genre perfectionniste, que vous êtes très perméable à la pression de la société et au pessimisme ambiant sur l’avenir, il y a de fortes chances que vous ne laissiez pas trop le droit à votre enfant de se tromper.

Vous serez vite agacé s’il n’arrive pas à faire ses exercices du premier coup, à lacer ses chaussures en un temps record etc.Si vous lui sautez dessus à chaque erreur et portez un jugement négatif, votre enfant va être atteint dans sa confiance en sa capacité à « bien faire ». Il aura, dès lors, beaucoup de mal à vouloir retenter l’expérience de peur d’échouer à nouveau et de se faire gronder. Autant que possible, abstenez-vous de déterrer les erreurs du passé. Quand un enfant fait une erreur, concentrez-vous sur la façon d’y réagir correctement. Posez des questions comme « Qu’est-ce qui s’est passé là ? Que penses-tu que tu pourrais faire différemment la prochaine fois ? « 

Créez un lien bienveillant avec votre enfant et encouragez-le à se servir de ses erreurs comme tremplin pour mieux faire la prochaine. Sachant qu’on peut toujours réparer ses erreurs et que l’apprentissage de la vie passe par l’essai, l’erreur et l’ajustement. Montrez-lui également qu’il vous arrive de vous tromper et sachez demander pardon. Vous êtes son meilleur exemple. Un enfant qui sait qu’il a le droit de se tromper et que ce n’est pas la fin du monde aura envie de tenter plein de choses nouvelles et persévérera plus facilement dans les efforts. C’est la base d’une bonne estime et d’une bonne confiance.

Et vous ? Vous vous situez où question estime et confiance ? Les parents sont les modèles pendant longtemps de leur enfant. Si vous affichez une bonne estime et une bonne confiance, que vous êtes optimiste et humble, votre enfant verra que c’est possible !

Ce billet a  été publié sur le blog La Fabrique à Bonheurs

estimedesoichezlenfant dans Psychologie (72)

 

 

19 juin, 2013

Volupté de la rêverie …

Classé dans : Citations, proverbes...,Rêveries (62) — coukie24 @ 17:42

 

Volupté de la rêverie ... dans Citations, proverbes... petitefillebullesmarie

« La pensée est le labeur de l’intelligence, la rêverie en est la volupté. »

 Victor Hugo  

10 décembre, 2012

Bien vieillir …

Classé dans : La Vie (116) — coukie24 @ 13:50

Bien vieillir ... dans La Vie (116) petite-pensee

Vieillir n’est pas toujours facile pour la majorité d’entre nous à partir

de l’âge adulte.

Quel que soit l’âge, il y a toujours une partie de nous qui ne vieillit pas.

L’âme reste jeune. . . Avez-vous remarqué que dans nos rêves,

on est toujours jeune ?

 Par contre, si on vieillit dans l’humour et la joie, encouragé par les voeux

de notre famille et de nos amis, c’est un peu moins pénible.

  »Rien ne sert de courir, on finit toujours par

vieillir »… alors, aussi bien se résigner et se dire qu’après tout, on n’a

qu’une journée de plus que la veille ».

26 juillet, 2012

Petites annonces …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 10:12

 

fe7c2228

Personnel demandé !

 Simple mais tellement vrai !
Urgent …
Cherche un
 ELECTRICIEN pour rétablir le courant entre les gens qui ne se parlent plus…
Un 
OPTICIEN pour changer le regard des gens….
Un 
ARTISTE pour dessiner un sourire sur tous les visages….
Un 
MACON pour bâtir la paix….
Un 
JARDINIER pour cultiver la pensée …
Et un 
PROFESSEUR DE MATHS pour nous réapprendre…… à compter les uns sur les autres !!!!  

sourir10_1

7 juin, 2012

Les 100 plus belles façons d’Aimer – Bel ouvrage de François Gagol

Classé dans : Amour (119),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 20:09

 Les 100 plus belles façons d'Aimer - Bel ouvrage de François Gagol dans Amour (119) h3uxv8kd

Les 100 plus belles façons d’Aimer vues par François Gagol

ruban_21 dans Textes à méditer (239) 1. Aimer, ce n’est pas simplement dire  » je t’aime « .

 2. Aimer, ce n’est pas être gentil que lorsque le climat est agréable.

 3. Aimer, c’est avoir un regard chaleureux qui, dans la fraîcheur d’une solitude, est un baiser du coeur.

4. Aimer un bébé, c’est gravir une montagne de tendresse et patauger dans un océan de câlins.

5. Aimer, ce n’est pas voir quelqu’un comme un faible mais comme quelqu’un qui a des problèmes et des difficultés.

1304360498 6. Aimer, c’est avoir le coeur qui chante, le regard qui sourit et quelques souvenirs qui pleurent.

7. Aimer, c’est admirer la nature, être parfois fasciné par une petite fleur qui pousse, laisser vivre un petit animal inoffensif pour lequel sa mort n’apporterait rien.

8. Aimer, c’est savoir que personne n’est parfait, que chacun porte sa croix et qu’elle n’est pas forcément plus légère que la vôtre.

9. Aimer, c’est parfois faire des compromis avec ses envies, et sourire à ses faiblesses humaines.

10. Aimer, c’est ne pas toujours envier le bonheur d’un autre qui n‘est peut-être qu’apparent.

rosesv11 11. S’aimer soi-même, c’est toujours dans un coin de son être le soleil, la plage et les cocotiers, ne pas s’aimer soi-même, c’est souvent la grisaille et le froid.

 12. Aimer, c’est parfois avoir envie de mépriser mais de ne pas médire.

13. Aimer, c’est parfois avoir L’impression d’être seul à comprendre certaines choses, essayer timidement de partager, ne pas imposer, puis se taire.

14. Aimer, c’est écouter, regarder, essayer de percevoir le subtil.

 15. Aimer, c’est au fil des jours, saisir l’occasion d’agrandir son coeur.

64209412 16. Aimer, c’est donner de l’amour avec désintéressement.

17. Aimer, c’est respecter.

18. Aimer, c’est voir l’enfant dans chaque personne.

 19. Aimer, c’est essayer de ne pas avoir le bonheur compliqué.

20. Aimer, c’est parfois recevoir un baiser divin de bien-être, le souffle apaisant d’un ange sur son être.

f9rz5hbk 21. Aimer, c’est être petit et grand à la fois.

 22. Aimer, c’est percevoir des rayons de soleil dans l’apparente obscurité des sentiments.

23. Aimer, c’est avoir le cœur en filigrane imprimé sous ses pensées.

24. Aimer, c’est souvent déceler le regard solitaire de l’autre cherchant le bonheur derrière les barreaux de sa prison intérieure.

 25. Aimer, c’est avoir le cœur pur et léger et, comme l’artiste peintre, ajouter délicatement ci et là quelques touches de couleurs aux tableaux de la vie.

 09102150

26. Aimer, c’est parfois avoir de l’énervement et de la colère, mais c’est surtout savoir aplanir les ondes tumultueuses de son coeur.

 27. Aimer, c’est parfois voir un être médisant et verser une larme de compassion sur sa sécheresse de coeur.

28. Aimer, c’est voir les formes des femmes comme des dunes de tendresse.

29. Aimer, c’est faire un baiser sur la main de la délicatesse.

 d50a93b1

30. Aimer, c’est essayer d’absorber avec le cœur le surplus de ras le bol.

 31. Aimer, c’est protéger le petit enfant qui dort en soi.

32. Aimer, c’est savoir digérer ses frustrations et ne pas faire la moue pour des broutilles.

33. Aimer, c’est parfois crier sa peine jusqu’au ciel, puis s’apaiser en regardant tomber des flocons de chagrins.

34. Aimer, c’est essayer de discerner dans la tempête le vent du bonheur.

35. Aimer, c’est écouter le chant des anges sur le chemin du bonheur.

 033776cb

36. Aimer, c’est apprécier les petites choses de la vie.

 37. Aimer, c’est voir le soleil dans les yeux d’un enfant.

 38. Aimer, c’est parfois voir l’ombre du Christ dans les actes d’amour.

 39. Aimer , c’est un sentiment de satisfaction de travail bien fait.

 40. Aimer, c’est avoir le coeur qui s’embellit au fur et à mesure qu’il digère les peines.

d6b1798a

41. Aimer, c’est une lumière qui scintille dans l’obscurité du souvenir.

 42. Aimer, c’est une lumière qui se reflète dans les miroirs des coeurs.

43. Aimer, c’est ne pas oublier la violence du malheur.

 44. Aimer, c’est mesurer les conséquences de ses actes.

45. Aimer, c’est parfois se sentir seul sur la Terre avec un trésor.

 6600db75

46. Si nous ne sommes que des  » androïdes biologiques hyper sophistiqués dépendant du hasard « , alors aimer est un pied de nez au hasard.

47. Aimer, c’est savoir que se croire supérieur n’est qu’une grande illusion de soi-même.

48. Aimer, c’est ouvrir les portes de son coeur et laisser mourir les flèches du destin.

49. Aimer, c’est ne pas se comparer sans cesse aux autres.

50. Aimer, c’est essayer de discerner l’équité.

 c3e2936a

51. Aimer, c’est désirer le compliment mais pas absolument le rechercher.

52. Aimer, c’est percevoir les pensées secrètes du coeur.

53. Aimer, c’est mettre l’orgueil dans sa poche.

 54. Aimer, c’est avoir la force du coeur qui dope le mental.

55. Aimer, c’est essayer de montrer l’exemple par le coeur.

7cf7e576 56. Aimer, ce n’est pas perdre sa personnalité mais essayer de l’épanouir avec la lumière du coeur.

57. Aimer, c’est parfois avoir L’impression de marcher dans la brume et avancer à tâtons vers l’amour avec sa lumière de coeur.

 58. Aimer, c’est parfois avoir l’impression de remettre souvent un moteur en marche, avec la satisfaction ensuite d’avoir une bonne machine qui fonctionne bien.

 59. Aimer, c’est tenir compte des désirs, des envies, des opinions et des sentiments des autres.

60. Aimer, c’est avoir le bonheur simple.

 bed03d3b

61. Aimer, c’est développer sa patience et sa compréhension.

62. Aimer, c’est rester humble.

63. Aimer, c’est un peu voir l’énervement comme du poil à gratter et essayer de ne pas trop se gratter. (Quoique de temps en temps se gratter refrictionne le sang et soulage.)

64. Aimer, c’est parfois éliminer les  » pensées de moustiques  » sinon ils envahissent votre intérieur et votre extérieur.

65. Aimer, c’est ne pas devenir mauvais sous prétexte que l’on est de mauvaise humeur.

6dc28873

66. Aimer, c’est voyager sur les ailes de l’allégresse.

67. Aimer, c’est avoir une beauté intérieure qui se voit de l’extérieur.

 68. Aimer, c’est toujours persévérer en amour.

69. Aimer, c’est apercevoir la puissance de l’éternité.

70. Aimer, c’est créer un trait d’union entre les gens.

bar711 71. Aimer, c’est accepter ses défauts et ceux des autres.

 72. Aimer, c’est pouvoir se reposer sur la confiance.

 73. Aimer, c’est s’endormir avec le coeur qui chante.

 74. Aimer, c’est un sentiment noble et agréable.

75. Aimer, c’est apprécier tous les petits moments de bonheur dans le quotidien et ne pas avoir trop de rêves d’une grandeur inaccessible.

5af48060

76. Aimer, c’est câliner de bonnes idées.

77. Aimer, c’est croire que l’on peut décrocher la lune.

 78. Aimer, c’est voir fleurir des bouquets de bonheur dans la rosée des jours.

79. Aimer, c’est avoir le cœur et l’esprit large.

 80. Aimer, c’est cueillir la bonne humeur dans les petites choses.

ad6c8b43 81. Aimer, c’est toucher du doigt le ciel.

82. Aimer, c’est toujours tendre la main à l’amitié.

83. Aimer, c’est pardonner.

84. Aimer, c’est poser chaque jour sa pierre à l’édifice du bonheur.

 85. Aimer, c’est grandir intérieurement.

4efcce65

86. Aimer, c’est essayer de donner un bouquet quand on vous demande une fleur.

 87. Aimer, c’est d’abord apprendre à s’aimer.

88. Aimer, c’est ne pas être exclusif.

89. Aimer, c’est avoir la conscience reposée.

90. Aimer, c’est éviter de mentir.

1310831597

91. Aimer, c’est regarder en soi des paysages qui donnent envie de rêver.

92. Aimer, c’est quelque part être un peu naïf.

93. Aimer, c’est tendre la main, plus encore à un coeur au désespoir.

94. Aimer, c’est un peu croire à la providence.

95. Aimer, c’est avoir l’espoir comme flambeau.

 3c966b11

96. Aimer, c’est éviter la jalousie.

97. Aimer, c’est donner sa chance.

 98. Aimer, c’est connaître les forces et les faiblesses.

99. Aimer, c’est ce qui donne un sens à la vie.

100. Aimer, c’est ce que nous devons apprendre.

 f37784d9-300x244

21 juin, 2010

Bonne journée !

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 21:18

Bonne journée ! dans Généralités & Divers (152) Image2

Je sais que…
 vous n’avez pas une minute à perdre aujourd’hui,
On est tous pressés par le temps,
On s’accroche à la vie du mieux qu’on peut.
Mais pourquoi ne pas essayer de la vivre plus lentement et d’en savourer chaque instant ?

C’était une petite pensée pour vous souhaiter…
 

BONNE JOURNÉE !

7 janvier, 2010

Les 10 secrets de l’estime de soi …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 17:27

 

surdesoi.bmp

Le bonheur est un des principaux ingrédients de la longévité. Or pas de bonheur sans une bonne dose d’estime de soi. Bonne nouvelle, renforcer son estime de soi, ça s’apprend !

Renforcer son estime de soi

Avoir une bonne estime de soi permet d’être positif, d’agir selon ses aspirations et de faire face aux difficultés de l’existence. Il est donc essentiel de développer son estime de soi. Pour cela, un travail est nécessaire. À tout âge, à tout moment et dans toutes les situations, il est possible de travailler son estime de soi et de la renforcer. Comment procéder ? Voici 10 pistes à explorer.

1) Affirmez-vous ! Apprenez à dire ce que vous pensez, ce que vous souhaitez et aussi ce que vous ressentez. Attention, s’affirmer n’implique pas de devenir agressif. Vous devez apprendre à formuler vos pensées sans agressivité. Apprenez également à bien formuler vos souhaits et vos ressentis. Exprimez-vous clairement et toujours très concrètement.

2) Définissez vos priorités – Prenez le temps de réfléchir objectivement à vos projets de vie : quel est l’important pour vous ? Quelles sont vos priorités, vos projets dans la vie ? Etc. Vous pouvez ainsi mettre de côté vos doutes et vous focaliser sur vos priorités. Chercher à réaliser ses priorités bien établies améliore beaucoup l’estime de soi.

3) Listez vos valeurs fondamentales  – Listez vos valeurs fondamentales (liberté de pensée, respect de l’autre, amour, citoyenneté…) et ne vous laissez pas polluer par des faits accessoires et autres idées superficielles.Vivre avec des valeurs fortes contribue à rendre heureux.

4) Reconnaissez vos qualités – Nous avons tous des défauts et des qualités, lesquels peuvent même changer au fil de la vie. L’important n’est pas de focaliser sur ses défauts, mais sur ses qualités. Listez-les par écrit, relisez-les régulièrement et faites évoluer cette liste. Si nécessaire, demandez à vos amis ce qu’ils apprécient en vous, vous serez sans doute surpris !

5) Soyez positif et regardez toujours du côté de la solution

Face à un problème, on a souvent tendance à ne voir que les mauvais côtés des choses. Pourtant, il y a toujours du positif et des solutions. Exercez-vous. Face à une situation difficile, inscrivez dans une colonne les problèmes et les points négatifs, dans une autre, les points positifs et les solutions.

6) Regardez-vous avec tendresse et bienveillance

Vous faites de votre mieux et vous essayez tous les jours de vous améliorer. Cela vaut bien un peu de tendresse et de bienveillance. Parlez-vous et encouragez-vous, vous le méritez ! Et dès que vous croisez votre regard dans une vitrine ou une glace, souriez-vous.

7) Complimentez-vous et célébrez toutes vos petites victoires

Il n’y a pas que les promotions ou la réussite d’un examen qui comptent parmi vos victoires. La vie de tous les jours est ponctuée de petites et grandes réussites, dont vous devez vous imprégner (votre coq au vin était des plus réussis, vous avez bouclé votre dossier en un temps record, vous avez réparé le jouet cassé de votre enfant, vous avez organisé un super week-end, etc.). Clamez vos victoires et jouissez de ces petits instants magiques qui apportent du bonheur.

Et chaque soir, repensez à toutes vos réussites de la journée et à tous les évènements heureux.

8) Muselez votre critique intérieure

Nous avons tous une petite voix intérieure qui nous dit :  » ne te réjouis pas trop vite « ,  » ça ne va pas durer « ,  » je ne le mérite pas « … Ces critiques n’ont aucune justification et elles gâchent inutilement les instants heureux. Ne vous critiquez pas vous-même et appréciez simplement les instants présents.

9) Éliminez vos  » pensées toxiques « 

 » Je suis bête « ,  » je suis maladroite « ,  » je suis trop petite « ,  » je n’y arriverai pas « … ces formules et autres petites phrases assassines entravent, voire handicapent vos pensées et vos actes. Vous devez les éliminer.

10) Transformez vos défauts en qualité

Acceptez vos défauts, assumez-les ou débarrassez-vous-en. Commencez par les identifier objectivement. Certains traits de votre personnalité que vous considérez comme des faiblesses peuvent devenir des points forts. Certains aspects physiques peuvent aussi devenir des signes distinctifs. D’ailleurs, la beauté vient de l’intérieur. Enfin, rien n’est immuable, tout peut se transformer.

 

Isabelle Eustache
04/01/2010
 » Le guide de psychologie de la vie quotidienne « , Christophe André, Editions Odile Jacob.

21 juin, 2009

Nos enfants ou l’enfant roi…

Classé dans : Sentiments (132) — coukie24 @ 12:11

fdp1yp2 

Aujourd’hui c’est la fête des pères et tout naturellement je pense aux papas qui n’auront même pas une petite attention de la part de leurs enfants.

Dans notre société de plus en plus individualiste, centrée sur elle même, comment réagir face à l’égocentrisme, la violence verbale et les attaques ou l’INDIFFERENCE souvent si injustes des grands enfants ? Autour de moi, de plus en plus de parents se sentent impuissants et se posent mille questions concernant leurs enfants devenus adultes. Des enfants qui bien souvent ne voient aujourd’hui le monde qu’à travers une vision étriquée de leurs propres intérêts et besoins ou même de l’héritage qu’ils auront. Agressifs, remplis de haine, implacables, irrespectueux envers leurs parents, les méprisant, les traitant avec indifférence ou pire les abandonnant complètement, leurs désirs et intérêts étant aujourd’hui bien ailleurs,  » Les enfants les plus aimés et les plus gâtés sont souvent les plus ingrats « 

Malheureusement c’est souvent vrai et cela le devient de plus en plus. Nous vivons dans une société de consommation ou avoir, posséder, paraître, ont bien plus d’importance que les valeurs morales. L’image que l’on a de soi, que l’on veut donner aux autres est primordiale.. On écrase l’autre, on le méprise, pour se hisser à la place désirée, on fait l’impasse sur les sentiments, les vrais, pour se nourrir d’illusions. Cette tendance à toujours vouloir tout ramener à soi, imposer sa façon de voir est détestable. Ne concevoir le monde que sur un seul point de vue, le  » leur  » que seul un mode de pensée est juste, et pourtant ce le  » leur  » est infantilisant.

Ne pas accepter la contradiction, ne jamais se remettre en question à quelque chose de puéril. Ce « qu’ils font est bien  » ce « qu’ils aiment est beau », ce « qu’ils disent est bien sûr… juste.. » « Gare si on a le malheur de se mettre en travers  » d’une idée  » ou que l’on puisse ne pas être d’accord ou ne pas avoir un jour la même vision des choses ! (N’est il pourtant pas connu que les mamans ne voient qu’avec les yeux du coeur ? alors un conseil ou constat est franchement mal venu de la part d’un père…)

Difficile dans ces cas de garder sérénité et harmonie intérieures. Combien de parents se sont demandés :
«  Mais qu’est ce que j’ai donc fait pour mériter çà ?  »

Mais… Ne sommes nous pas aussi un peu responsables quelque part de ces comportements odieux ? Après avoir été bien souvent baignés dans une éducation stricte, sévère, dure ou tout simplement une vie pas facile, nous avons fait le choix de donner à nos enfants, une autre éducation, plus libre et douce. Nous leur avons donné la parole, donné cette liberté qui nous était défendue et surtout nous leurs avons facilité la tâche, aplani leurs difficultés, devancé leurs souhaits, voir ôté les obstacles avant même qu’ils ne se soient présentés devant eux. Tout çà nous paraissait normal, car nous aimons nos enfants et ne voulons que ce qu’il y a de mieux pour eux. Hélas.. Avec du recul, nous sommes bien obligés de nous rendre compte que nous, non plus, ne sommes pas dans le vrai.A force de leur avoir rendu la vie plus facile, nos enfants devenus des adultes aujourd’hui, ne sont plus armés pour se battre ou du moins ne disposent pas des bonnes armes.

Comment comprendre la souffrance des autres quand soi même on a jamais souffert moralement ? Comment connaître la compassion, quand on a jamais été soi même dans la misère, ou n’avoir pas eu le moindre besoin de se priver ? Comment être humble lorsqu’on a toujours été porté aux nues ?
Comment donner, quand justement on a toujours seulement reçu ? Comment apprendre à écouter les autres quand soi-même on a toujours seulement été qu’écouté ? Comment se remettre en question quand on a jamais eu besoin de le faire ?

Mais vous allez me dire … et les antidotes ? Si aujourd’hui je crois encore, que l’éducation doit toujours être basée essentiellement sur l’Amour, il faudrait pourtant y ajouter bien des choses… Une dose de compassion et de tolérence, une autre d’empathie, garder un esprit ouvert, encore faut il le vouloir vraiment … Apprendre à faire de petits pas, approcher l’existence avec une certaine souplesse. S’habituer à écouter l’autre sans l’interrompre, ni penser au fameux « Oui..mais moi je.. » ou  » Nous on a… »S’habituer à donner sans attendre forcément la réciprocité…
(cela se fera de toute façon, l’équilibre se crée toujours quand il y a des efforts de part et d’autre).

S’habituer à réfléchir ce que les autres ont besoin avant de penser à ses propres besoins. Et petit à petit observer ce qui se passe chez soi et chez les autres. C’est aussi simple et aussi difficile à la fois. Essayez rien qu’une fois pendant une matinée de ne pas employer une seule fois le mot « Je »

Vous serez surpris !!!

image3.gif

 

L’ingratitude la plus odieuse, mais la plus commune et la plus ancienne, est celle des enfants envers leurs pères.
 (Vauvenargues)

 

Les enfants ne peuvent vous donner que des gratifications éphémères. Etre mère, c’est un métier d’une terrible ingratitude.
(Catherine CUSSET)

 

En serait-il des sentiments du coeur comme des bienfaits ? Quand on n’espère plus pouvoir les payer, on tombe dans l’ingratitude.
(Chamfort)

 

21 novembre, 2008

Les mots

Classé dans : Les mots (85) — coukie24 @ 17:10

dyn00412.gif

Il était une fois une petite fille qui ne trouvait pas les mots
pour dire ce qu’elle ressentait.
Chaque fois qu’elle tentait de s’exprimer, de traduire ce qui se passait à l’interieur d’elle,elle éprouvait comme une sorte de vide. Les mots semblaient courir plus vite que sa pensée.
Ils avaient l’air de se bousculer dans sa bouche mais n’arrivaient pas à se mettre ensemble pour faire une phrase.
Dans ces moments là, elle devenait agressive, violente, presque méchante. Et des phrases toutes faites, coupantes, cinglantes sortaient de sa bouche. Elle lui servaient uniquement à couper la relation qui aurait pu commencer.

-De toute façon tu ne peux pas comprendre.
-Ca ne sert à rien de dire.
-C’est des bêtises de croire qu’il faut tout dire !

D’autres fois, elle préférait s’enfermer dans le silence,
avec ce sentiment douloureux.
-Que de toute façon personne ne pouvait savoir ce qu’elle ressentait, qu’elle n’y arriverait jamais. Que les mots ne sont que des mots. Mais tout au fond d’elle même, elle était malheureuse, désespérée, vivant une véritable torture à chaque tentative de partage.

Un jour, elle entendit un poète qui disait à la radio :
-Il y a chez tout être humain un Chemin de Mots qu’il appartient à chacun de trouver.

Et, dès le lendemain, la petite fille décida de partir sur le Chemin des Mots qui était à l’intérieur d’elle. La première fois où elle s’aventura sur le Chemin des Mots, elle ne vit rien. Seulement des cailloux, des ronces, des branchages, des orties et quelques fleurs piquantes. Les mots du Chemin des Mots semblaient se cacher, paraissaient la fuir.
La seconde fois où elle chemina sur le chemin des mots, le premier mot qu’elle vit sur la pente d’un talus fut le mot “Oser”.
Quand elle s’approcha, ce mot osa lui parler.
Il lui dit d’une voix exténuée :
-Veux-tu me pousser un peu plus haut sur le talus ?
Elle lui répondit:
- Je crois que je vais te prendre avec moi et je vais t’emmener très loin dans ma vie.

Une autre fois, elle découvrit que les mots étaient comme des signes sur le bord de ce chemin et que chacun avait une forme différente et un sens particulier.

Le deuxième mot qu’elle rencontra fut le mot “Vie”.
Elle le ramassa, le mit contre son oreille.
Tout d’abord, elle n’entendit rien. Mais en retenant sa respiration,
elle perçut comme un petit chuchotement :
- Je suis en toi, je suis en toi
Et plus bas encore : -Prends, soin de moi.
Mais là, elle ne fut pas très sûre d’avoir bien entendu.
Un peu plus loin sur le Chemin des Mots, elle trouva un petit mot tout seul, recroquevillé sur lui même, tout frileux comme s’il avait froid.
Il avait vraiment l’air malheureux, ce mot-là. Elle le ramassa, le réchauffa un peu, l’approcha de son coeur et entendit un grand silence. Elle le caressa et lui dit :
-Comment tu t’appelles, toi ?

Et le petit mot qu’elle avait ramassé lui dit d’une voix nouée :
-Moi, je suis le mot “Seul”. Je suis vraiment tout seul. Je suis perdu, personne ne s’intéresse à moi, ni ne s’occupe de moi.
Elle serra le petit mot contre elle, l’embrassa doucement et poursuivit sa route. Près d’un fossé, sur le Chemin des Mots, elle vit un mot à genoux, les bras tendus.
Elle s’arrêta, le regarda et c’est le mot qui s’adressa à elle :
-Je m’appelle “Toi”, lui dit-il. Je suis un mot très ancien mais difficile à rencontrer car il faut me différencier sans arrêt des autres. La petite fille le prit en disant :
-J’ai envie de t’adopter, “toi”, tu seras un bon compagnon pour moi.

Sur le Chemin des Mots elle rencontra d’autres mots qu’elle laissa à leur place.
Elle chercha un mot tout joyeux, tout vivant. Un mot qui puisse scintiller dans la nuit de ses errances et de ses silences. Elle le trouva au creux d’une petite clairière. Il était allongé de tout son long, paraissait détendu, les yeux grands ouverts.
Il avait l’air d’un mot tout à fait heureux d’être là. Elle s’approcha de lui, lui sourit et dit :
-C’est vraiment toi que je cherchais, je suis ravie de t’avoir trouvé.
Veux-tu venir avec moi ? Il répondit :
-Bien sûr, moi aussi je t’attendais…

Ce mot qu’elle avait trouvé, était le mot “Vivra”.
Quand elle rassembla tous les mots qu’elle avait recueillis sur le Chemin des Mots, elle découvrit avec stupéfaction qu’ils pouvaient faire la phrase suivante : “Ose ta vie, toi seule la vivras.”

Depuis ce jour, la petite fille prit l’habitude d’aller se promener sur le Chemin des Mots. Elle fit ainsi des découvertes étonnantes, et ceux qui la connaissaient furent surpris d’entendre tout ce que cette petite fille avait à l’intérieur d’elle. Ils furent étonnés de toute la richesse qu’il y avait dans une petite fille très silencieuse.

Ainsi se termine le conte de la petite fille qui ne trouvait jamais les mots pour le dire.

Jacques Salomé

12 octobre, 2008

Mon discours de départ… voir diaporama ci-dessous !

Classé dans : Retraite (14) — coukie24 @ 16:51

« TOUT AGE PORTE SES FRUITS, IL FAUT SAVOIR LES CUEILLIR. » R. RADIGUET

« Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos. » [Gandhi]

Merci à tous d’être venus…

                                                   imgp1751.jpg

La retraite ! Ah, mais oui, c’est vrai, je ne pars pas que pour quelques jours !

C’est un changement de cap radical et de me dire, fini, plus de réveil le matin, plus de contrôle de gestion, plus de réunions, plus de plaisanteries un peu grasses des forestiers, plus les collègues, plus Yoan qui s’énerve devant la photocopieuse, ou l’imprimante qui refuse de lui obéir, cela me rend à la fois triste et heureuse. Eh, oui, triste de vous quitter, heureuse d’aborder une nouvelle vie pleine de projets, triste de penser que la roue tourne vite et que le 3ème âge me guette, heureuse de penser que c’est maintenant à tout jamais que je dois faire autre chose que de travailler, et qu’il est grand tant que je me consacre à ceux que j’aime en alliant plaisir et loisirs.

Merci Monsieur Michel B….. et Jérôme …… d’avoir brossé ma vie à la  C….  , en effet 38 années dans le même milieu professionnel, c’est important, elles m’ont permises de tisser un réseau d’amitiés professionnelles, d’être en quelque sorte la mémoire et porteuse d’espoir. Mon cursus de pionnière m’a fait connaître la découverte, le suspens, le challenge, le stress, les changements, les remises en question, mais comme tout ça était bon ! en effet, l’aventure m’a toujours stimulée. Mais voilà tout a une fin et la retraite est bien là. La parfaite connaissance et la maîtrise de mon poste ne me faisaient plus battre le cœur, je n’avais plus de nouveautés à me mettre sous la dent, place aux jeunes qui ont tout à découvrir et à faire progresser. Tout passe d’abord par l’investissement de soi-même comme j’ai essayé de le faire tout au long de mon parcours.

Merci Monsieur B…… , c’est grâce à vous que j’ai pu développé mon sens de l’organisation, mettre au service de la C…………… et tous ses sociétaires toute mon énergie et l’envie de faire progresser mon entreprise. Je suis rentrée dans une petite entreprise qui n’avait que 5 ans en Périgord, aujourd’hui, je la quitte en pleine expansion et aggrandie à l’échelle régionale (Aquitaine, Charente-Poitou, Limousin).

Merci encore à tous ceux qui sont venus ce soir me rendre un dernier hommage, je pense avoir rassemblé tous ceux avec qui j’ai eu des relations professionnelles, que ce soit lors de leur embauche à la C……… ou de leur formation, que ce soit pour des contrôles, des mises en place d’organisation, des relations de voisinage aussi, c’est avec joie que je vous retrouve et apprécie votre présence. Je suis très très heureuse de voir que vous avez tous bien réussi vos parcours professionnels. Une pensée toute particulière à Jacques P….. qui est descendu de ROUEN, Merci Jacques, à Alain L……. qui est venu d’Aix en Provence. Vraiment ça me touche énormément. Merci à tous d’avoir fait un détour par B…………., merci Marie Claude de m’avoir prêter la salle. Je vous suis très reconnaissante.

Il y en a qui sont en vacances et qui sont venus quand même. Grand merci !

Vous m’apportez tous une bouffée de souvenirs, vous me remémorez toutes les étapes de ma vie dans votre PME. Il n’y en a pas un d’entre-vous sur lequel je ne pourrais pas m’être une image, une histoire, un souvenir.

D’ailleurs, il y en a un qui me revient, Monsieur B…… et ses voitures ! qui pourrait ne pas se souvenir de toutes ses prouesses au volant ? Je vous raconte une petite anecdote cocasse et après on boit le verre de l’Amitié, car ce fut mon premier contact avec les aventures de Monsieur B….. au volant : ça faisait à peine 6 mois que j’étais à la C………, Mr B….. et moi-même avions R.V avec le directeur du travail, nous sommes partis très très en retard, aussi Monsieur B….. était pressé et quand nous sommes arrivés à l’entrée du parking de la cité administrative, il a tout simplement refusé la priorité à droite à un bolide qui sortait du parking de la cité administrative…. Et je vous donne en mille, qui était le chauffeur du bolide ? ? ? ? … le directeur du travail qui avait perdu patience et qui ne voulait pas arriver en retard au RV suivant.

Bilan de cette journée, le directeur du travail et moi-même à la clinique, lui pour des points de suture à l’arcade sourcilière, moi pour un plâtre, la main droite cassée. Le pire dans tout ceci est que j’avais vu arriver la voiture à droite mais je n’avais pas osé le dire, je ne connaissais pas assez mon nouveau directeur général et le respect de la Hiérarchie ! ! ! et puis « le chef a toujours raison… ». La police est venue faire un constat et rédiger un PV. Interrogatoire habituel ; votre nom, votre adresse, votre profession etc… et la personne qui était avec vous, un temps de réflexion puis … Monsieur B…. , Martine… mais Monsieur, Martine Qui ? désolée, c’est mon assistante et je ne me souviens pas de son nom (l’émotion sans doute !), le Commissariat a du appeler le siège de la C…. de l’époque pour avoir mon nom et mon adresse afin de rédiger l’enquête. Une main cassée a marqué mes débuts dans le milieu forestier et à partir de ce moment là, chaque déplacement a été pour moi empreint de risques, de prouesses mais aussi beaucoup de sympathie. Comme quoi la gestion d’une entreprise comporte aussi des risques physiques !

Bon courage à ma remplaçante,

Corinne, que votre parcours soit plein de réussite !

Bonne chance à tous, Bonne route !

 

Et maintenant, levons nos flûtes !  »

Cliquez sur la photo ci-dessous pour le diaporama

                                         imgp1752.jpg

« Moins le poste que vous occupez sera élevé, plus votre absence sera remarquée. [Georges Courteline]« 

a4d5e8c6.gif

Ainsi va la Vie ! Une page qui se referme… un peu vite quand même quand on réalise que tous les êtres qu’on a croisés dans notre vie active s’éclipsent aussi vite.

A ne pas manquer de lire l’Article ci-dessous…  nous serons tous un jour ou l’autre confrontés à …

Être vieux, c’est sérieux !

 

Dans notre monde, je parle de l’Occident, tout est nouveau, tout change; ce qui est jeune est bon, le changement est nouveau, la nouveauté est changeante et qu’on soit humain ou grille-pain, il n’est pas recommandé de vieillir. Le monde est né d’hier, il commence aujourd’hui et renaîtra demain. Nous parlons naturellement de prévenir les marques du temps, anti-tache, anti-rouille, anti-ride, anti-vieillesse. Sans anti, pas d’espoir. Vieux schnouk, vieux de la vieille, vieux machin, vieille chouette, la mode est à tout sauf à l’ancien. Si la vieillesse est un naufrage, alors je donne ma langue au chat. La vie ne serait finalement que ce grand voyage de l’absurde où nous traversons périls et océans, désert et continents pour mieux glisser, ridicules et impotents sur la pente irréversible de la fatalité. Il est vrai que l’on meurt. Il est encore plus vrai que nous nous amenuisons avec le temps rapport au fonctionnement et aux apparence de notre corps. Mais ce serait bien un comble de laisser aux émotions faciles le soin de traiter de la chose. Et pourtant, la vieillesse en a frappé plus d’un depuis la jeunesse de l’espèce. Des études récentes révèlent que lorsque nous ne mourons pas, nous vieillissons. J’en connais, décédés un peu tôt, qui aurait tout donné pour vieillir en paix. Toutefois sur le sujet du vieux, je ne sais pas de sociétés plus mal barrée que la nôtre. Si nous ne sommes pas incompétents, alors nous sommes de mauvaise foi. Nous faisons tout pour dramatiser la vieillesse, tout pour la rapetisser, la rendre déplorable et la disqualifier. Oui, il se cache du « petit » dans notre regard moderne sur le vieux. Petits vieux, petites vieilles qui font des petits dodos, des petits pipis, ils prennent des petites marches, des petites pilules, ils reçoivent de la petite visite, un petit-fils, une petite-fille, ils mangent comme des petits oiseaux et puis meurent comme des petits poulets. La sensibilité de la durée n’existe tout simplement pas. La valeur du temps s’annule depuis que, dans notre esprit, tout ce qui dure perd des plumes. Il pleurera à chaque ride, il maudira ses cheveux gris, il paniquera au premier mal de dos, au premier signe d’arthrite, celui pour qui la beauté se résume tout entière au look de la jeunesse. Nul ne sait plus assumer ses pertes de mémoire et plus personne ne sait boiter. Personne ne se vante de son grand âge, la durée n’en impose plus. Nous ne préparons pas notre vieillissement. Nous préparons notre retraite comme on prépare ses vacances mais nul n’envisage réellement sa vieillesse. Nous la nions plutôt, nous la craignons et nous renouvellons les mots pour cacher nos frayeurs : âge d’or, troisième âge et autres inepties. Comme si le mot vieillard était déjà trop vieux. Je ne dis pas que vieillir est agréable. Mais on meurt à tous les âges, on est malade en été comme en hiver, on déprime à n’importe quel moment de sa vie, les crétins se retrouvent fréquemment et partout dans la colonne de la vie et j’ai connu trop de vieux et de vieilles qui rebondissaient mieux que certains jeunes prématurémennt épuisés pour m’inquiéter sérieusement du temps qui passe. Je crains la maladie, je crains le gagaïsme, je crains le scandale de la souffrance et de la perte. Mais je ne crains pas mon âge et tous les âges que j’atteindrai. Je me propose d’embrasser chacune des années qui me seront données. Avec une canne en merisier que je lèverai au ciel, je clamerai mon grand âge sur tous les toits de la ville et je serai le premier responsable de ma fierté, si Dieu me prête l’amour et la santé. Nous devrions respecter nos vieux parce qu’ils sont vieux, un point c’est tout. Les vieux sont des pierres et des monuments, des arbres tutélaires, des âmes sculptées par le temps. Les vieux sont des témoins principaux. Ils représentent le temps passé et ce sont eux, l’histoire. À quatre-vingts ans, ma mère est si belle qu’elle donne à tous les jours un nouveau sens à la notion de dignité. J’espère ma vieillesse comme j’ai espéré toute ma vie. J’aurai la peau comme une écorce très ancienne, profondément ridée. Je serai honorable mais je serai armé. À la pointe du fusil, je forcerai les jeunes à écouter mes platitudes et jongleries. Et je tirerai un coup de semonce au premier qui me proposera une petite collation, un petit voyage en autobus, voire un petit n’importe quoi. Tous les vieux devraient être armés…

 

Serge Bouchard, anthropologue

 

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux