DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Recherche : image novembre

16 novembre, 2019

16 NOVEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA TOLÉRANCE …

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 17:50

love9119418

J’ai hésité à faire cet article : comment parler de tolérance avec les événements que nous connaissons régulièrement ? Et puis après une courte réflexion, j’ai décidé de le maintenir : la tolérance seule pourra vaincre la terreur, la violence et l’incivilité. Alors, continuons sur notre lancée et couvrons d’amour et de douceur toutes les personnes qui sont chères à notre coeur, acceptons nos différences, elles sont nos forces. Voici les plus belles des résolutions, à prendre sans modération !  

d6e758a0

Vive la Tolérance !

La Tolérance est la meilleure amie du Respect, de la Liberté, de l’Indulgence et de l’Ouverture d’esprit. Elle a permis la diversité des hommes, des styles de vie et la richesse de ce monde alors que son ennemie l’Intolérance a été initiatrice des guerres, guidée par la peur de l’inconnu et de la différence. Ainsi, en l’honneur de cette valeur bénéfique pour l’humanité, l’UNESCO a choisi d’instaurer une journée de réflexion sur l’avenir d’un monde meilleur : le 16 novembre. 1996 a donc été marqué par la première édition de la Journée Internationale de la Tolérance, journée durant laquelle les états membres des Nations Unies s’engagent à faire la promotion de cette valeur pacifiste. Le plan d’action pour la Tolérance dans le monde, développé à cette époque, est toujours en vigueur aujourd’hui.

séparateur1

Une journée de réflexion

C’est pourquoi tous les 16 novembre, de nombreuses activités sont organisées en faveur du grand public et des établissements d’enseignement afin d’éduquer les peuples à l’acceptation de la différence, à l’anti-violence, à la tolérance religieuse et pour les sensibiliser à l’importance du respect des droits et libertés de chacun.

IMAGE : Carte Journée de la Tolérance

 Image de prévisualisation YouTube

♦ En cette journée symbolique, rappelons les articles de la Charte des Nations Unies : « Nous, peuples des Nations Unies, sommes résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre, (…) à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine (…) et à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l’un avec l’autre dans un esprit de bon voisinage ».

♦ Rappelons également les écrits de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, (…) d’opinion et d’expression ».
« L’éducation doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux ».

♦ Lisons avec attention la définition de la Tolérance par l’UNESCO : « La tolérance est le respect, l’acceptation et l’appréciation de la richesse et de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d’expression et de nos manières d’exprimer notre qualité d’êtres humains. Elle est encouragée par la connaissance, l’ouverture d’esprit, la communication et la liberté de pensée, de conscience et de croyance. La tolérance est l’harmonie dans la différence. Elle n’est pas seulement une obligation d’ordre éthique ; elle est également une nécessité politique et juridique. La tolérance est une vertu qui rend la paix possible et contribue à substituer une culture de la paix à la culture de la guerre ».

dividers-1

1 novembre, 2019

q – À la Toussaint, le froid revient, et met l’hiver en train.

Classé dans : — coukie24 @ 1:13

 

8f99ldty.gif  

cadre-bonjour-et-bienvenue

Novembre,  le mois des souvenirs …

309f15f837.gif

         casque21418pomerg.jpg

309f15f837.gif

meuseargonne.gif

309f15f837.gif

q - À la Toussaint, le froid revient, et met l'hiver en train. dans Généralités & Divers (152) chrysantheme_1_max

309f15f837.gif

novembre.gif

309f15f837.gif

chrysanthemes.jpg

 O ! Fleur pâle ornement des images d’automne
Sans parfum qui nous grise, aussi sans volupté
Quand je te vois t’ouvrir la gaieté m’abandonne
Mais tu souris toujours sous le ciel attristé.

Tu fleuris quand tout meurt dans la nature entière.
Quand d’un feuillage d’or les arbres sont parés
Tu fleuris quand la rose à son heure dernière
Effeuille tristement ses pétales fanés.

Dans les jardins en deuil ta frileuse parure
Jette une note gaie et sur les tapis d’or
Par l’automne étendus, tes rameaux de verdure
Font croire que l’hiver est loin de nous encor.

Sur les tombeaux glacés tu remplaces les roses
Quand chaque fleur se fane au baiser des brouillards
Tu figures partout et dans les chambres roses
Et dans les grands salons et sur les corbillards.

N’es-tu pas, par ta grâce et par ta modestie
La fleur qui plaît aux yeux parmi toutes les fleurs.
Puisqu’au sein de la mort tu fais briller la vie
Comme un rayon d’espoir brille au sein des douleurs.

Le Chrysanthème.
Extrait Des Poésies Completes -
 Par Honoré Harmand

 chrysanthmesttescouleurs.jpg

309f15f837.gif

messagepageblogavpluie.gif

mws1.gif

t5z5kzre dans Généralités & Divers (152)

019separatsouris1.gif

mercidevotrevisite.gif

cd70857e433

novembre.jpg

 1er frimas de Novembre

309f15f837.gif

Demain, dès l’aube…

 

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

 Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo

thumblabruyereuneplantefacileacultiver2237.gif

309f15f837.gif

 beautiful-autumn-scenery-trees-yellow-leaves-path-2K-wallpaper-middle-size   

 22281558_10155897812396052_455859219741699155_n     

pourquoi-les-feuilles-des-arbres-changent-elles-couleur-automne_width1024

 

 22528461_10155942965071052_5148514925109676908_n

 Mes volontés ...

couleurs-d-automne.72323

31 octobre, 2018

ze – Halloween

Classé dans : — coukie24 @ 1:44

jqgz4wfz.gif

halloween841lt5.gif

Fantôme. Signe extérieur évident dune frayeur interne.

[Ambrose Bierce]

chauvesourisan06.gif

bloggifhalloween.gif

chauvesourisan06.gif

Nos cauchemars, cest notre âme qui balaye devant sa porte.

Jacques Deval

 

halloweenvocation2.jpg

Histoire et origines d’Halloween

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Halloween ne vient pas des Etats-Unis. Son existence est beaucoup plus ancienne et la fête est née pas si loin de chez nous. Elle est en effet dérivée de la célébration de Samain (nom irlandais) ou Samonios (nom gaulois), créée par les Celtes. Cette fête religieuse, conduite par des druides, se tenait à la fin de l’automne (à la fin des récoltes) et marquait l’entrée dans une nouvelle année. En Irlande et en Gaule, on craignait cette nuit de Samain, durant laquelle des esprits maléfiques pouvaient sévir. Pour éviter cette présence « noire » et éloigner le danger, les habitants allumaient des feux en plein air. Cette nuit était aussi un « entre-temps » entre le monde des vivants et des morts. Les Celtes laissaient leurs portes ouvertes pour que les défunts de leurs familles puissent revenir pour quelques heures parmi les vivants.

Cette tradition s’est quelque peu éteinte avec l’arrivée des Romains en Gaule et du christianisme dans ces contrées, aux alentours du Ve siècle. Le pape Boniface IV déclara même en 610 que cette fête était païenne et décida de créer la Toussaint, fête de tous les saints. Célébrée à cette époque le 13 mai, la Toussaint changera de date au VIIIe siècle et sera fixée au 1er novembre. Certains historiens y voient clairement une référence à la fête celte de Samain, une volonté de christianiser la Samain. Une référence qui trouvera également un écho quand sera instituée au Xe siècle la fête des morts le 2 novembre, lendemain de la Toussaint.

Date 2016 et nom d’Halloween

En 2016, Halloween sera fêtée le lundi 31 octobre. Malgré la christianisation de la fête de fin octobre, des traditions populaires restent ancrées chez les Irlandais. Du coup, lorsque ceux-ci émigrent en masse vers les Etats-Unis au XIXe siècle pour fuir la famine, ils importent dans leurs bagages croyances et célébrations. De quoi faire renaître la fête d’Halloween. Et le nom même d’Halloween fait directement référence à la Toussaint. Il est dérivé de « All Hallows Eve » ou « All Hallows Even », soit la veille de la nuit sainte. Donc la veille du 1er novembre : le 31 octobre.

ze - Halloween  dans Généralités & Divers (152) 10175989
Une belle citrouille d’Halloween © pressmaster – Fotolia.com

Jack O’Lantern et la citrouille d’Halloween

Que serait Halloween sans ses citrouilles ? Et sans le personnage emblématique de Jack O’Lantern ? Celui-ci trouve aussi ses origines en Irlande. Dans un conte traditionnel, Jack, un maréchal-ferrant porté sur l’alcool, rencontre le diable dans un bar. Le malin lui réclame son âme mais Jack parvient à le piéger. S’en suivent d’autres défis lancés entre l’Irlandais et le diable. Lorsque Jack meurt, un 31 octobre, les portes du paradis lui restent fermées… tout comme celle de l’Enfer. Il est donc condamné à errer dans les ténèbres. Mais il obtient une dernière faveur de la part du Diable : un charbon ardent, pour éclairer sa route. Jack le place dans un navet creux, faisant office de lanterne. La légende veut que l’ivrogne irlandais, âme damnée, réapparaîsse tous les ans, le jour de sa mort, à Halloween. Le navet est donc l’ancêtre de la citrouille actuelle, dans laquelle on place une bougie, et qui se montre plus facile à sculpter.

2ckxc677 dans Généralités & Divers (152)

florahalloween-13891e2

halloweenblog.jpg

chandellean011.gif

813318c881.jpg

cerceuilan011.gif

unchateauimageplayer432324.jpg

booan011.gif

h2amongushaut23.jpg

booan021.gif

fantome.jpg

chandellean021.gif

 diapo225b987ce93529822a1ff5f0ddb94489.jpg

chandellean041.gif

creationsnumeriquescuisinerhalloweenvichyfrance11545388471075244.jpg

chatan011.gif

ambianceimageplayer432324.jpg

chauvesourisan021.gif

11 novembre, 2017

Commémoration du 11 Novembre – un peu d’histoire afin que personne n’oublie …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 1:52

5co.jpg

Le tombeau du Soldat Inconnu

Le Soldat Inconnu
L’ Armistice, qui met fin aux combats de La Première Guerre Mondiale, est signé le 11 novembre 1918 à Rethondes (près de Compiègne dans l’Oise). La joie de la Victoire est endeuillée par la mort de

1 500 000 hommes, jeunes pour la plupart. Bientôt partout, dans les petits villages comme dans les grandes villes, on élève des Monuments aux Morts et dans les entreprises, comme dans les collèges et les lycées, on appose des plaques commémoratives. En novembre 1916, alors que la terrible bataille de Verdun est dans tous les esprits, François Simon, président du « Souvenir Français » de Rennes et de l’Escorte d’honneur, émet l’idée que la France honorerait, au Panthéon, un soldat mort bravement pour la patrie. « Pourquoi la France n’ouvrirait-elle pas les portes du Panthéon à l’un de ses combattants ignorés mort bravement pour la Patrie, avec, pour inscription sur la pierre, deux mots: UN SOLDAT – deux dates : 1914 – 1917 ? Cette inhumation d’un simple soldat sous ce dôme, où reposent tant de gloires et de génies, serait comme un symbole; et, de plus, ce serait un hommage rendu à l’armée française tout entière. » Discours au cimetière de l’Est de Rennes, le 26 novembre 1916.

Le projet est finalement adopté par Les députés Le 12 novembre 1919. Un an plus tard, au début de novembre, le Parlement décide que les restes d’un des soldats non identifiés morts au Champ d’Honneur au cours de la guerre seront inhumés sous l’Arc de Triomphe. Huit corps de soldats français non identifiés, choisis sur Les différents secteurs du front, sont alors transportés dans la citadelle de Verdun.
Le 10 novembre 1920, à 15 heures, le soldat Auguste THIN, fils d’un combattant lui-même disparu au cours de la guerre, désigne, par le dépôt d’un bouquet de fleurs, le cercueil qui doit être amené à Paris.
Le 11 novembre 1920, au matin, après une cérémonie au Panthéon, le cercueil est déposé dans une des salles de l’Arc de Triomphe aménagée en chapelle ardente. Le 28 janvier 1921, le cercueil du Soldat Inconnu est inhumé au centre de l’arche principale, face aux Champs Elysées.

ArcTriomphe71

Cérémonie du 11 novembre. Photo de Jacques Robert

Le Symbole de la Flamme
En 1923, un journaliste, GabrieL BOISSY, lance l’idée d’une Flamme du Souvenir sur la Tombe du Soldat Inconnu. L’idée est aussitôt approuvée par une opinion publique profondément marquée par le sacrifice de ses morts. Le 11 novembre 1923, pour la première fois, la Flamme est allumée par André MAGINOT alors Ministre de la Guerre.

Depuis cette date, la Flamme ne s’est jamais éteinte. Chaque soir, à 18h30, la Flamme est ravivée par des représentants d’associations d’Anciens Combattants ou d’associations dont le civisme est reconnu (telle que la Croix Rouge). Le cérémonial n’a jamais cessé, y compris pendant l’occupation, entre 1940 et 1944. C’est naturellement vers elle et vers la Tombe du Soldat Inconnu que le 11 novembre 1940, les lycéens et les étudiants parisiens se tournent. Leurs cortèges défient l’occupant. La Flamme sous l’Arc de Triomphe ne manque d’évoquer pour certains la Flamme de la Résistance dont parlait un certain Charles de Gaulle.
De nos jours, le Tombeau du Soldat Inconnu et la Flamme du Souvenir symbolisent pour tous les français mais aussi pour tous les touristes du monde entier le sacrifice de tous ceux qui sont morts sur les champs de batailles. La Flamme du Souvenir symbolise également l’hommage rendu à ceux qui ont donné leur vie, pour qu’aujourd’hui nous puissions vivre dans un pays libre. Enfin, depuis les jours tragiques de l’occupation, le symbole de la Flamme s’est enrichi d’une charge nouvelle, celle de l’espérance dans l’avenir et de foi dans le destin de notre Pays.
Commémoration du 11 Novembre - un peu d'histoire afin que personne n'oublie ... dans Autres fêtes ou évènements flamme
La flamme sur la tombe du Soldat Inconnu

La Cérémonie du Ravivage de la Flamme

La cérémonie du Ravivage
Depuis le 11 novembre 1923, tous les soirs, à 18h30, la Flamme est ravivée par des représentants d’Associations selon un planning établi par le Comité de la Flamme.

Un cérémonial précis est observé. Chaque jour, au moins deux membres du Comité, des Commissaires, sont désignés pour accueillir les Associations et ordonnancer la cérémonie. Les Associations se réunissent soit au carrefour Champs Elysées/Balzac, soit en haut des Champs Elysées ou encore directement sur le terre-plein de l’Arc lorsqu’elles sont peu nombreuses. Elles sont alors conduites, en défilant jusque sous l’Arc de Triomphe, porteurs de gerbes en tête, suivis des porte-drapeaux et des membres de l’association, empruntant l’allée centrale dans l’axe des Champs Elysées. Les participants prennent place de part et d’autre de la Dalle Sacrée et les porte-drapeaux sont disposés en cercle sur la face ouest de la Dalle. Auparavant, le Commissaire et le Gardien de service ont fait mettre en place le drapeau de « La Flamme », le clairon et le tambour de la Garde Républicaine. Enfin, le Commissaire de
la Flamme et les Présidents d’Associations rejoignent la Dalle, leur remontée est accompagnée par la sonnerie « LA FLAMME ».
Les délégations sont alors invitées à déposer leur gerbe, puis en se plaçant à hauteur de la Flamme, le Commissaire transmet au président le glaive en l’invitant à faire le geste de ravivage. La sonnerie « Aux Morts » retentit, les drapeaux s’inclinent, une minute de silence est observée. Lorsqu’une musique militaire (ou autre) est présente, la sonnerie « Aux Morts » est suivie du refrain de la Marseillaise. Le président accompagné des autorités présentes vont ensemble signer le Livre d’Or, puis dans un geste fraternel, saluer les porte-drapeaux, les Commissaires de la Flamme présents, les membres des Associations et les invités alignés le long de la Dalle. Tous se retrouvent au « pied » de la Tombe et les musiciens jouent l’hymne « Honneur au Soldat Inconnu ». Ils sont ensuite raccompagnés aux chaînes par le Commissaire de service alors que la musique sonne « La Flamme ». Ce rituel est le même lorsque le Général, Président de « La Flamme sous l’Arc de Triomphe » est présent. Les délégations sont alors invitées à signer le Livre d’Or.

Image de prévisualisation YouTube

dividers-1

L’hommage poétique

Le monde entier disait : la France est en danger ;
Les barbares demain, camperont dans ses plaines.
Alors, cet homme que nous nommions « l’étranger »
Issu des monts latins ou des rives hellènes

Ou des bords d’outre-mer, s’étant pris à songer
Au sort qui menaçait les libertés humaines,
Vint à nous, et, s’offrant d’un cœur libre et léger,
Dans nos rangs s’élança sur les hordes germaines.

Quatre ans, il a peiné, saigné, souffert.
Et puis un soir, il est tombé dans cet enfer…
Qui sait si l’inconnu qui dort sous l’arche immense,
Mêlant sa gloire épique aux orgueils du passé
N’est pas cet étranger devenu fils de France
Non par le sang reçu mais par le sang versé ?

Pascal Bonetti, 1920
Extraits de « Légion notre mère, anthologie de la poésie légionnaire 1885-2000 », Éditions Italiques, ministère de la Défense.

les20poilus201418.jpg

13 novembre, 2016

13 novembre : soyons plus gentils encore !

Classé dans : Anecdotes, expressions ou chroniques (41) — coukie24 @ 16:02

13 novembre : soyons plus gentils encore ! dans Anecdotes, expressions ou chroniques (41) 13-novembre-soyons-plus-gentils-encore-!_imagePanoramique500_220

© Serge Bloch

 13 novembre : soyons plus gentils encore !

Le 13 novembre prochain, Psychologies magazine et le quotidien Métro lancent en France la journée de la gentillesse. Pourquoi ? Parce que l’individualisme roi et le chacun pour soi ont vécu : en ces temps de crise, nous avons besoin de liens et de solidarité pour faire face. La gentillesse est devenue une nécessité. Ce jour-là, montrons que c’est une intelligence, et même une force. Ayons le courage de défier le cynisme, de dépasser nos inhibitions et de changer nos comportements.

b85047d282.gif

« La gentillesse est la noblesse de l’intelligence. » Jacques Weber

« Le plus court chemin d’une personne à une autre … c’est un brin de gentillesse » – Anonyme

« La gentillesse, c’est de l’amour donné par petites bouffées. » Anonyme

colombes.bmp

 

Être gentil c’est apprendre à avoir confiance en soi, pour pouvoir donner sans rien attendre en retour, c’est aimer la vie et l’humanité pour mieux vivre tous ensemble. 

 

27 novembre, 2015

Un mot par jour – résilience

Classé dans : Les mots (85) — coukie24 @ 22:02

 

quote-nous-pouvons-dire-que-la-resilience-fait-reference-aux-ressources-developpees-par-une-marie-anaut-163794

Si certains individus face à l’adversité semblent rendus vulnérables par l’exposition aux traumas, d’autres vont se construire dans la résilience et sortir renforcés par l’expérience traumatique qui leur donne un regain d’énergie, un ressort psychologique. On peut dire que par le traumatisme le sujet entre en résilience.
[ Marie Anaut ]

nuage

“La métaphore de l’huître perlière illustre bien comment, parfois, c’est à partir d’une expérience souffrante que l’on peut actualiser des forces demeurées jusqu’alors latentes et inconnues. La résilience apparaît ainsi comme résultant d’un processus paradoxal dans lequel la confrontation au traumatisme et la blessure viennent étayer la créativité.”
―Marie Anaut

 923562noire

La résilience : un tricot qui noue une laine développementale avec une laine affective et sociale.
[ Boris Cyrulnik ]

76500412_p

La France depuis le 13 Novembre entre en résilience – Coukie24

81495486_o

 

24 novembre, 2015

Le bonheur localisé dans le cerveau …

Classé dans : Actualités,Le Bonheur (153) — coukie24 @ 14:18

 

RTEmagicC_017_txdam40004_9dd4e4 
IRM Bonheur dans le cerveau /Kyoto University Kyoto University.

 

En utilisant l’imagerie par résonance magnétique (IRM), une équipe de scientifiques japonais a localisé chez des volontaires une zone cérébrale du cerveau impliquée dans le ressenti du bonheur.

Savons-nous ce qu’est réellement le bonheur, et surtout, où il se situe ? C’est pour répondre à cette question universelle que Waturu Sato, chercheur à l’université de Kyoto, au Japon, et son équipe ont travaillé sur le sujet. Ils ont découvert que la combinaison des émotions positives et de la satisfaction tirée des événements de la vie devenait active au sein du precuneus, une zone du lobe pariétal.

D’un point de vue neurologique, le bonheur peut être considéré comme une expérience subjective fondée sur un ressenti plus ou moins intense selon les personnes.

Les psychologues ont déjà cherché à en déceler les mécanismes. Ces derniers restent mal connus, en particulier des neurologues qui, jusqu’à présent, n’étaient pas encore vraiment parvenus à identifier avec précision les structures cérébrales impliquées.

Les neuroscientifiques de l’équipe du Dr Sato ont donc utilisé l’IRM pour analyser le cerveau de 51 participants et mesurer leur bonheur subjectif ainsi que le ressenti de leurs émotions. Ils ont cherché à évaluer 2 principaux paramètres : une composante émotionnelle et une composante cognitive et soumis les participants à un questionnaire pour savoir s’ils étaient heureux ou pas, déterminer l’intensité de leurs émotions et connaitre le degré de satisfaction personnelle de chacun liée à son existence.

Leur analyse, publiée dans la revue Scientific Reports du 20 novembre 2015, indique que les participants ayant obtenu le meilleur score de bonheur présentaient plus de matière grise dans le précuneus, une zone de la face interne du lobe pariétal dans le cortex cérébral, que ceux qui étaient moins heureux dans leur vie.

Les chercheurs ont également pu constater que l’intensité des émotions positives ou négatives et la satisfaction de vie étaient associées dans cette même région cérébrale. Ils en ont conclu que le précunéus des personnes heureuses ou ayant tendance à ressentir les émotions de façon positive, de manière plus intense et donnant un véritable sens à leur vie, était plus volumineux.

Ces mêmes participants ressentaient également le sentiment de tristesse à une moindre intensité, constatent-ils.

« Différents travaux ont déjà montré que la méditation peut augmenter la masse de matière grise dans le precuneus. Ce nouvel aperçu qui nous indique où le bonheur se produit dans le cerveau sera utile pour concevoir des programmes du bonheur fondés sur la recherche scientifique », conclut Waturu Sato.

Sources : http://m.leparisien.fr/laparisienne/sante/le-bonheur-localise-dans-le-cerveau-23-11-2015-5307345.php

14 juillet, 2015

Monsieur l’assureur …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 17:38

accident-travail

Monsieur l’assureur,

Je vous écris en réponse à la demande d’informations complémentaires concernant mon accident de travail du 8 novembre dernier. J’ai précisé :
« manque de chance » dans la case réservée aux « causes du sinistre » et vous me demandez des précisions.

Je suis couvreur de formation. Le jour de l’accident, je travaillais seul sur le toit d’un immeuble de 6 étages. Une fois le travail terminé, cet après-midi-là, j’ai constaté qu’il restait environ 280 tuiles, ce qui représente un poids de près de 120 kg . Plutôt que de descendre les tuiles à la main, j’ai décidé de les placer dans un monte-charge manuel qui fonctionnait grâce a une poulie fixée au 6e étage.

J’ai donc chargé les tuiles dans la caisse du monte-charge sur le toit et suis redescendu au bas de l’immeuble pour procéder à la descente du chargement. Je tenais fermement la corde pour assurer la sécurité de cette manœuvre. Comme vous le noterez dans mon fichier médical ci-joint, mon poids est actuellement de 68 kg.

Dés que le monte-charge s’est retrouvé suspendu en l’air, j’ai été irrésistiblement attiré vers le haut et, je le reconnais, n’ai pas eu la présence d’esprit de lâcher la corde.
J’ai donc progressé à grande vitesse vers le haut de l’immeuble et, au niveau du troisième étage, j’ai rencontré le monte-charge qui, lui, progressait à la même vitesse en sens inverse. Cela explique la fracture du crâne que je vous ai mentionnée dans mon courrier précèdent.

Mon ascension s’est toutefois ralentie au niveau du 6e étage et s’est arrêtée lorsque mon index et mon majeur se sont retrouvés coincés dans la poulie. Cela détaille les nombreuses fractures de ma main droite que j’avais mentionnées. Suspendu en l’air et malgré la douleur intense, je n’ai pas lâché prise.

Mais au même moment, le monte-charge percuta le sol à vive allure, ce qui brisa net le fond de la caisse. Toutes les briques éclatèrent et se répandirent sur le sol. Le monte-charge endommagé pesait à présent environ 20 kg, si bien que, comme je tenais toujours fermement la corde, j’ai commencé une rapide descente vers le bas.

Au niveau du troisième étage, comme vous l’imaginez, j’ai rencontré le monte-charge à très grande vitesse, ce qui explique les quatre dents cassées et les deux côtes enfoncées que je vous ai reportées précédemment. Cette percussion du monte-charge a toutefois ralenti quelque peu ma descente si bien que mon atterrissage sur le tas de tuiles brisées ne m’a causé qu’une simple fracture du genou.

Le fait que je ne mentionne nulle part dans ce rapport la cause exacte de l’enfoncement de la cage thoracique que j’ai pourtant déclaré dans ma lettre précédente ne vous aura sans doute pas échappé. J’ai en effet le regret de vous informer que me retrouvant ainsi étendu sur un tas de tuiles brisées avec de multiples fractures, je n’ai pas eu la présence d’esprit de tenir la corde quelques secondes de plus.

J’étais donc dans l’incapacité totale de bouger lorsque le monte-charge de 20 kg a entamé sa rapide redescende…

Très cordialement.

28 mars, 2015

Changement d’heure : de bonnes pratiques pour éviter la fatigue

Classé dans : Autres fêtes ou évènements,Santé (166) — coukie24 @ 21:40

1425398779

Deux fois par an, on décale son horloge pour mieux suivre les variations d’ensoleillement et économiser de l’énergie. Si 70 pays appliquent le changement d’heure, celui-ci a toujours été critiqué par les scientifiques. Pourquoi ? Comment s’y préparer au mieux ?

Changement d’heure : pour quoi faire ?

Changement d’heure : pour quoi faire ?

Les hommes ont, de tout temps, adapté leurs périodes d’éveil et d’activité à l’ensoleillement saisonnier. Mais c’est Benjamin Franklin, célèbre homme de sciences et de lettres américain, qui a formalisé l’idée de se lever une heure plus tôt le matin, histoire d’économiser de l’énergie en profitant de davantage de soleil le soir… Si sa suggestion date de 1784, l’entrée en vigueur dans les différents pays ne se fera qu’au 20ème siècle, d’abord en Allemagne puis en Grande-Bretagne, pour diminuer la consommation de fuel lors de la première Guerre Mondiale. En France, ce n’est qu’en 1975 que la pratique a été officiellement adoptée.

Ainsi, en avançant l’horloge d’une heure au printemps, on fait coïncider les périodes d’activité avec l’ensoleillement naturel, de sorte à profiter de la clarté en soirée. À l’automne, on « recule » l’horloge pour revenir à l’heure normale.  

Le changement d’heure en pratique

Le changement d’heure en pratique

Aujourd’hui, 70 pays imposent un changement horaire deux fois par an. Mais toutes les pendules ne sont pas à la même heure ! Dans l’hémisphère nord, l’heure d’été « débute » entre mars et avril, pour se terminer entre septembre et novembre. C’est donc l’inverse dans l’hémisphère sud.

En Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada), le changement vers l’heure d’été se fait le deuxième dimanche de mars et celui vers l’heure d’hiver le premier dimanche de novembre. C’est deux semaines avant l’Europe, qui passe à l’heure d’été le dernier dimanche de mars et à l’heure d’hiver le dernier dimanche d’octobre (tout cela a été uniformisé en 1998). Un casse–tête ? Rien par rapport à ce qui régnait aux Etats-Unis dans les années 50-60, où chaque état était libre d’appliquer ou non le changement d’heure. Un vrai capharnaüm !  

Des changements d’heure pas si anodins !

Des changements d'heure pas si anodins !

Le passage à l’heure d’été, au printemps, consiste à avancer l’horloge d’une heure durant la nuit (passant ainsi de 2 heures du matin à 3 heures directement). Voilà qui fait perdre, concrètement, une heure de sommeil.

A priori, la population devrait s’habituer rapidement à ce petit réglage. Mais de plus en plus d’études suggèrent qu’un tel changement n’est pas anodin pour l’organisme. Certaines données montrent que l’impact est ressenti pendant au moins une semaine. Le Sénat français, lui, dans un rapport de 1996, soulignait que le monde médical voit dans ces changements d’heure « une source supplémentaire de fatigue, au moment du printemps ».

La transition d’automne, à l’inverse, fait « gagner » une heure au lit. Mais les études montrent qu’en moyenne, les gens ne dorment pas une heure de plus. Le gain est donc tout relatif !

Selon plusieurs analyses, les changements d’heure sont davantage suivis d’accidents de la route, en raison d’une fatigue accrue et d’une perturbation des rythmes biologiques. Le sommeil serait plus fragmenté, moins réparateur, et nombre de personnes souffriraient de troubles d’endormissement.  

Comment préparer le changement en douceur ?

Comment préparer le changement en douceur ?

Pour anticiper les changements d’heure et éviter une rupture trop brutale du rythme biologique, plusieurs scientifiques conseillent de procéder à un changement graduel des horaires de coucher et de lever, plutôt que de changer de 60 minutes d’un seul coup en fin de semaine.
Ce conseil est surtout valable pour les jeunes enfants, les personnes âgées ou celles souffrant de troubles du sommeil, qui sont particulièrement sensibles aux changements de rythme. C’est encore plus important au printemps, lorsqu’on perd une heure de sommeil.

Ainsi, 6 jours avant le changement, commencez à décaler le réveil de 10 ou 15 minutes. Mais attention ! Il faut aussi se coucher un peu plus tôt chaque soir précédant le passage à l’heure avancée d’été. Voilà qui est plus facile à dire qu’à faire, surtout avec des adolescents !

Dites-vous que c’est justement l’occasion de rétablir un rythme régulier de coucher, une mesure indispensable pour assurer aux enfants une bonne qualité de sommeil.  

Juste avant et après le changement d’heure

Juste avant et après le changement d'heure

Le samedi qui précède le changement d’heure printanier, certains experts recommandent de faire de l’exercice, de se fatiguer, et de s’exposer en extérieur à la lumière du jour. Attention toutefois à ne pas s’agiter trop dans la soirée, ce qui pourrait avoir l’effet contraire et retarder l’heure de l’endormissement.

Le dimanche matin, après le changement, il est conseillé de ne pas trop traîner au lit, histoire d’aider l’organisme à s’ajuster rapidement, et de lui éviter un choc le lundi matin. Encore une fois, sortez profiter de la lumière extérieure : elle aidera à recaler votre rythme circadien.

Enfin, suivez les conseils habituels d’hygiène du sommeil : pas d’excitant après 16h, pas de repas trop lourd ou trop alcoolisé le soir, faire une activité relaxante avant de dormir en évitant la télévision et autres écrans lumineux qui empêchent l’organisme de sécréter correctement la mélatonine – l’hormone du sommeil. Comme toujours, mieux vaut prévenir que guérir !

Article rédigé par Marine Corniou

Sources : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites

 

11 février, 2015

Si la jeunesse est la plus belle des fleurs, la vieillesse …

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 18:36

95a4cd55

« Si la jeunesse est la plus belle des fleurs, la vieillesse est le plus savoureux des fruits.  »

 Anne Sophie Swetchine, Femme de lettres d’origine russe

Née à Moscou le 22 Novembre 1782

hlybo22n

26 novembre, 2014

Thanksgiving (USA) …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 17:38

Thanksgiving-2014-USA-celebration 
C’est la fête de la dinde ! Demain, dans toutes les maisons américaines, les familles partageront un délicieux repas en famille…

Aux États-Unis, Thanksgiving est célébrée le 3ème jeudi de novembre. Cette fête rappelle la découverte des terres de l’ouest par les colons. En automne 1620, les premiers pèlerins anglais posèrent le pied sur le territoire indiens. Débarquant du bateau « Mayflower » dans l’état du Massachusetts, les anglais s’y installèrent et fondèrent la Colonie de Plymouth. Mais, ayant du mal à s’adapter aux conditions de vie sur ce nouveau continent, un grand nombre de colons périrent de la maladie du scorbut. Cette épidémie aurait pu ravager toute la communauté anglaise, mais les indiens de la tribu des Wampanoag vinrent leur apporter de l’aide. Ils partagèrent leur savoir afin d’apprendre aux pèlerins comment vivre et cultiver la terre. En l’honneur de cette tribu sauveuse, les colons organisèrent un repas gigantesque avec les fruits et légumes récoltés grâce à eux. Cette fête fut perpétuée de générations en générations jusqu’à ce que le président américain George Washington la déclare officiellement (1789) comme une fête religieuse inhérente à l’histoire des états Unis.

 thanksgiving-day-calendar-for-2013

Un repas convivial et riche en couleur

Mettant à l’honneur la belle récolte des mois d’octobre-novembre, le repas de Thanksgiving est composé de soupe au potiron, de purée de patate douce, de pain au mais et de sauce au canneberges (airelles). Toutes ces bonnes choses accompagnant une belle dinde farcie, animal d’abord inconnu, qui fut découvert et très apprécié par les européens dans le Nouveau Monde. En dessert, place à la tarte aux noix de pécan et à la fameuse tarte à la citrouille !

thang

20 août, 2014

Contes à aimer, contes à s’aimer….

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:29

contes à aimer

  Le conte des deux combawas* qui avaient décidé de construire une relation de longue durée.
 
0_e22af_b5c56a36_XL
 
Il était une fois deux combawas qui s’étaient rencontrés à la suite d’un coup de foudre amoureux.
Un coup de foudre amoureux, au pays des combawas, est quelque chose qui surgit sans prévenir, qui emporte tout sur son passage, qui rapproche aux plus intimes deux êtres plus beaux, plus intelligents, meilleurs, d’être précieux, nécessaire et unique.
 
Leur attirance, leur rapprochement, leur plaisir à se trouver ensemble les avaient comblés l’un et l’autre durant plusieurs mois. Ils étaient éblouis mutuellement de leur fougue, de leur passion et d’une liberté soudainement découverte.
Il faut que je vous dise qu’ils sortaient tous les deux d’une relation conjugale qui s’était soldée par une rupture et une séparation pour l’un et par un divorce pour l’autre.
 
Naïfs, ils firent comme s’ils étaient entièrement libres, autonomes et indépendants, alors que les liens affectifs retenaient encore l’un et que des liens sociaux pesaient sur l’autre. Durant les deux premières années, ils s’accordèrent parfaitement, se parlèrent peu, mais se sentaient bien ensemble, ils firent de nombreux voyages.
 
Un jour où ils décidèrent d’un rituel pour marquer leur engagement mutuel l’un envers l’autre. Ils ne vivraient pas sur le même territoire, n’interféreraient pas dans la vie de l’autre, mais s’inviteraient le plus souvent possible compte tenu de leurs engagements respectifs, se soutiendraient et partageraient le meilleur d’eux mêmes. Ce qu’ils ne savaient , ni l’un ni l’autre, c’est qu’après cette période idyllique, pleine de saveurs, de bien être et de bons sentiments, ils allaient voir émerger, remonter du fond de leur histoire, et cela de façon imprévisible, quelques unes de leurs souffrances liées aux blessures d’enfance.
 
Vous allez me demander : « Mais comment est ce possible ? »
 
C’est un des risques de toute relation intime que le comportement, les paroles, les gestes parfois les plus anodins, les plus insignifiants, retentissent de façon violente sur une situation inachevée de chaque histoire personnelle, sur un aspect de l’enfance associé à des humiliations, des injustices, à des trahisons ou un sentiment d’impuissance. Evidemment aucun des deux n’avait cela.
 
Elle par exemple, ne pressentait pas que sa propre insécurité, ses doutes, son besoin de réassurance pour pouvoir s’abandonner pleinement lui faisait mettre très souvent à l’épreuve la relation avec l’autre. Tout cela avec des paroles, des attitudes qui faisaient douter de la solidité de ses engagements et parfois qui disqualifiaient même la présence de son partenaire.
 
Elle ne se doutait pas qu’elle touchait ainsi, chez l’autre, à l’image de soi. L’image de soi est quelque chose de fondamental chez un combawa, c’est le noyau sur lequel il peut s’appuyer, se réfugier en cas de doute, d’insécurité, de fragilité.
 
Lui même ignorait que chaque fois qu’il ne tenait pas ses engagements, chaque fois qu’il se complaisait dans l’improvisation de l’instant, qu’il inventait un projet trop nouveau, il ne savait qu’il allait réveiller de l’angoisse, provoquer mal être et malaise chez sa partenaire combawa qu’il aimait et appréciait, mais qui, dans ces moments là, se fermait, se réfugiait dans le silence, se bloquait sur des refus, tant elle avait besoin de prévoir, de s’organiser et même de contrôler parfois le surgissement de l’imprévisible dans sa propre vie.
 
Ainsi, chacun avec une sincérité aveugle provoquait chez l’aimé(e) justement ce que lui même (et l’autre) redoutait le plus. L’un et l’autre sécrétaient avec constance des comportements qui allaient se révéler toxiques, violents, extrêmement déstabilisants pour l’équilibre intime de leur relation dans la durée.
 
Tout se passait comme si chacun envoyait à l’autre le message suivant : « Je ne peux te donner le meilleur de moi, car avant, tu dois me montrer que tu m’acceptes tel que je suis, même quand je suis déstabilisant pour toi ! »
 
Chaque séquence s’emboîtait quasi automatiquement, pour préparer la séquence suivante qui les faisait l’un et l’autre tant souffrir d’incompréhension. Comme si chacun attendait de l’aimé ce que justement il ne pouvait lui donner, puisque l’exigeant impérativement de l’autre.
 
Ainsi malgré eux, se mettaient en place toutes les conditions d’une séparation, qu’ils ne souhaitaient pas réellement. Car il est difficile de savourer le bon, le bienveillant, de goûter le ciel, quand votre ventre se révolte au souvenir de vielles peurs, quand votre gorge se durcit de tous les silences refoulés, quand votre sexe vous rappelle que le plaisir a besoin d’un berceau de tendresse pour s’épanouir, pour se révéler dans toute sa splendeur et son abandon.
 
Il n’y a pas me semble t’il, de solutions faciles à une telle situation. Accuser, reprocher, mettre en cause l’autre, c’est faire toujours plus pour entretenir ce qu’on voudrait voir disparaître. C’est collaborer au maintien d’une situation qui devient de plus en plus invivable.
 
D’un autre côté, ne rien dire, tolérer, subir, attendre, c’est ne pas respecter le partie de soi qui justement demande reconnaissance, c’est comme piétiner ses propres valeurs.
Peut être serait il souhaitable d’inviter les deux combawas à prendre le temps de se dire, non sur les perceptions, les ressentis immédiats, non sur les petites pollutions inévitables du quotidien, mais d’oser parler des blessures secrètes, non cicatrisées, toujours a vif au profond de chacun. D’exprimer comment elles sont réveillées par les comportements, les paroles ou les attitudes de l’autre, dévoilant des abîmes de souffrances et des peurs qui envahissent le présent, polluent la disponibilité d’une relation en cours et leur font engranger trop de déceptions et de frustrations.
 
Vous avez bien entendu, j’invite donc à parler, à échanger non sur les faits, non sur le ressenti immédiat, qui aveugle parfois, nous entraîne dans le réactionnel, mais à oser dire, partager sur le ressentiment, l’impact de l’autre sur les blessures de l’enfance de chacun.
 
Cela suppose de prendre le risque de se mettre à nu, à nu de l’intérieur, de rencontrer la face cachée, parfois à soi même, de cet intérieur !
Face vulnérable, sensible, si fragile qu’il faut à la fois beaucoup de courage, de lucidité et d’amour envers soi même pour oser montrer, derrière cette part d’ombre, les blessures ardentes de l’enfance et toutes les compensations qu’on a construites autour pour masquer tous les manques qui en découlent.
 
Certains combawas y arrivent s’ils se sentent portés par l’amour de l’autre, s’ils se sentent suffisamment aimé pour affronter un tel dévoilement de soi. Il faut se rappeler cependant qu’au pays des combawas, un partenaire amoureux ou conjugal ne peut être le thérapeute de l’autre.
Il sera le déclencheur, le grand ré activateur des blessures de son histoire et peut être le miroir sur lequel elles viendront se projeter avec violence.
 
C’est par l’écoute respectueuse de soi et de l’autre, par l’attention du cœur et la compassion que tout cela devient possible.
Aimer dans la durée et garder une relation vivante et en santé est toujours une aventure pleine de risques chez les combawas.
plume
de Jacques Salomé
S’engager sans clarifier ses attentes, ses apports et ses zones d’intolérance, c’est prendre le risque de se déchirer, se blesser et parfois de s’aliéner mutuellement.
* Info pour celui qui ne saurait pas ce que c’est qu’un :  Combawa - Famille des rutacées - Originaire de l’Inde, le combawa a été introduit dans les îles de l’Océan Indien à la fin du XVIIIe siècle. Il est aujourd’hui très présent dans la cuisine réunionnaise. De forme moins régulière et plus petit que le citron, le combawa est aussi plus acide. On utilise le jus, les zestes ou bien encore la feuille du combawa soit pour aromatiser un plat soit pour préparer une boisson désaltérante.Le combawa est un agrume très ancien, rond, petit, vert, très bosselé, à l’écorce grumeleuse. La cueillette s’effectue en octobre et novembre, quand il est vert foncé et bien mûr. On utilise beaucoup le fruit dans l’aromathérapie. Il est alors cueilli avant maturité lorsque la concentration en huile dans l’écorce est maximale.

L’arbre est facilement reconnaissable grâce aux feuilles très largement ailées (pourvues d’un rétrécissement central) et aux nombreuses épines que l’on trouve sur les branches.

Propriétés médicinales
Antibactérien, antiseptique, tonique digestif, calmant, sédatif.

18 novembre, 2012

Dicton du jour …

Classé dans : Citations, proverbes...,Les Saisons (115) — coukie24 @ 10:01

Dicton du jour ... dans Citations, proverbes... photo-igor-zenin-15

Gelée de novembre,
Adieu l’herbe tendre

photo-igor-zenin-40 dans Les Saisons (115)

121111033908977743

 

31 mai, 2012

Norman Rockwell (quelques dessins et peintures)

Classé dans : Art et Peintures (64) — coukie24 @ 13:36

Norman Rockwell est un illustrateur américain né à New York, le 3 février 1894, et mort à l’âge de 84 ans, à Stockbridge (Massachusetts), le 8 novembre 1978.

Norman Rockwell (quelques dessins et peintures) dans Art et Peintures (64) 220px-Rockwell-Norman-LOC

Peintre naturaliste de la vie américaine du xxe siècle, il est célèbre pour avoir illustré de 1916 à 1960 les couvertures du magazine Saturday Evening Post. Par son style précis et méticuleux, il annonce l’hyperréalisme.

Boy_with_Baby_Carriage dans Art et Peintures (64)

le Garçon au landau première couverture de Norman Rockwell pour le Saturday Evening Post du 20 mai 1916.

f1d303aa

 e5ba4ec2

e4b0bec5

dd5e02a2

c12628c5

c01b9c25

ba5e41d7

800b4103

a9ba84d4

0294f50e

89b239aa90e1bec6

39bb7811

31d1591d

16b46407

9bbce1fa

8d7d27768ce857138ff72c47

6d3c1c1d

4f373a9f3afcca87

0fc20822

0f8cc671

f44837a5

23 janvier, 2010

v – 2010

Classé dans : — coukie24 @ 19:17

text1.gif

20101.jpg

La nouvelle année n’échappera pas au rituel des saisons !

intrologo.gif

La ronde des mois

Janvier prend la neige pour châle ;
Février fait glisser nos pas ;
Mars de ses doigts de soleil pâle,
Jette des grêlons aux lilas.

lilas2.jpg

Avril s’accroche aux branches vertes ;
Mai travaille aux chapeaux fleuris ;
Juin fait pencher la rose ouverte
prés du beau foin qui craque et rit.

k91evj4w.jpg

Juillet met les œufs dans leurs coques
Août sur les épis mûrs s’endort ;

blgrosplan.gif
Septembre aux grands soirs équivoques,
Glisse partout ses feuilles d’or.

soleilherbes.jpg

Octobre a toutes les colères,
Novembre a toutes les chansons
Des ruisseaux débordant d’eau claire,
Et Décembre a tous les frissons.

Rosemonde Gérard (« Les pipeaux » – éditions Grasset, 1923).

dbcdu47t.png

La nouvelle année

v - 2010 dans Généralités & Divers (152) 17865332

Nouvelle année, année nouvelle,
Dis-nous, qu’as-tu sous ton bonnet ?
J’ai quatre demoiselles
Toutes grandes et belles.
La plus jeune est en dentelles.
La seconde en épis.
La cadette est en fruits,

47fdefc2.gif
Et la dernière en neige.
Voyez le beau cortège !
Nous chantons, nous dansons
La ronde des saisons.

galeriemembrefleurlotuslotusmaculatus2.jpg

Louisa Paulin (1888-1944), institutrice et poétesse occitane a écrit des poésies en français et en occitan.

autumnwestonbirt750pix.jpg

messagepageblogavpluie.gif

1 décembre, 2009

5 bonnes raisons de se faire vacciner contre la grippe A

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 18:21

5 bonnes raisons de se faire vacciner contre la grippe AVous hésitez à vous faire vacciner contre la grippe A ? Vous ne savez que penser de toutes ces informations qui circulent, ni qui croire ? Voici 5 bonnes raisons de vous protéger de la grippe A, vous et votre entourage, en vous faisant vacciner contre la grippe A dès que possible. 5 bonnes raisons de se faire vacciner contre la grippe A dans Santé (166) 107


1) Pourquoi se vacciner contre la grippe A ? Pour ne pas tomber malade ni rester cloué au lit

Et aussi pour ne pas prendre du retard dans son travail, dans ses dossiers ou pour ne pas manquer les cours à l’école ou en fac. La grippe A peut être légère, mais elle peut aussi se traduire par une fièvre élevée, d’apparition brutale, avec malaise général, grande fatigue, toux et courbatures, mais aussi maux de tête, nausées, vomissements… Cette forme classique de grippe cloue au lit pendant 5 à 6 jours.

2) La vaccination protège des risques de complications liées à la grippe A

Les complications liées à la grippe A peuvent parfois se révéler graves, voire mortelles. Même les réanimateurs appellent à la vaccination contre la grippe A, après avoir observé des formes sérieuses chez des personnes jeunes. Selon l’Institut national de veille sanitaire (InVS), 245 cas graves de grippe A ont été recensés en France depuis le début de l’épidémie, dont un tiers sont encore hospitalisés en soins intensifs ou en réanimation.

3) Se vacciner, c’est aussi protéger les autres, ses proches et les plus vulnérables

En vous faisant vacciner, vous vous protégez de la grippe A, mais vous protégez aussi les autres en faisant barrage à la propagation du virus. Vous contribuez aussi à protéger les personnes à risques : femmes enceintes, nourrissons de moins de 1 an, sujets atteints d’une maladie chronique

 

4) Le vaccin est sans danger alors que la grippe A peut être mortelle !

Nous en sommes déjà à 53 décès. En revanche, le vaccin contre la grippe A est sûr, il a bénéficié des mêmes procédures, des mêmes essais cliniques et des mêmes soins que le vaccin saisonnier. Il a été évalué par les mêmes autorités sanitaires et fabriqué par les mêmes laboratoires expérimentés dans les vaccins.

5) Un dixième seulement de l’humanité dispose du vaccin…

Le fait de disposer d’un vaccin contre la grippe A fait de nous des privilégiés. En effet, ce vaccin n’est accessible qu’à un dixième de l’humanité. Le négliger est indécent pour ceux qui n’y auront pas accès et qui ne pourront pas se protéger.

Enfin, n’attendez pas, faites-vous vacciner dès que possible car il faut une quinzaine de jours pour acquérir l’immunité contre le virus de la grippe A après avoir été vacciné.

Dr Philippe Presles
30/11/2009
Institut national de veille sanitaire (InVS), novembre 2009 ; Le Quotidien du Médecin, 17 novembre 2009.

sw8537

 

9 novembre, 2009

11 Novembre …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 12:11

11 Novembre ... dans Autres fêtes ou évènements dyn009_original_236_239_gif_2595266_106c174a8d8077ed859bc775246d4539

Guerre ou paix, on ne veut plus de guerre mais plutôt l’armistice pour que jamais nos frères connaissent le sacrifice.

la date de l’Armistice (1914-1918)

L’armistice du 11 novembre 1918 marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) entre les Alliés et l’Allemagne. C’est un civil du nom de Erzberger qui a signé, à 5 h 10 à Compiègne, au nom de l’Allemagne, ce document que lui avait imposé le maréchal Foch. L’Armistice ne fut officialisé qu’à 11 heures.
A noter que le 11 Novembre est aussi la fête du saint patron de la France, c’est-à-dire la Saint Martin.

la signification de l’Armistice (1914-1918)

L’Armistice, c’est-à-dire l’arrêt des combats dans l’attente d’un traité de paix en bonne et due forme, a été signé en faveur des Alliés sans aucune marge de négociation pour les Allemands. Le traité de paix entre la France et l’Allemagne a été conclu à Versailles le 28 Juin 1919 (traité de Versailles).
Cette guerre, qui aura duré quatre ans, fit 8 millions de morts et 6 millions de mutilés.

le jour « J » de l’Armistice (1914-1918)

En France, l’anniversaire de l’Armistice est une commémoration essentielle de la vie nationale, avec dépôt de gerbes devant les monuments aux morts de chaque village. Le président de la République lui-même y participe en déposant une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu, sous l’Arc de Triomphe de la place du Général-de-Gaulle (ex-Place de l’Étoile), à Paris.
Au Canada, le 11 Novembre est un jour de souvenir pas seulement dédié à l’armistice (1914-1918). Depuis 1918, d’autres guerres ont eu lieu et le 11 Novembre est devenu un jour de recueillement pour tous les soldats morts à la guerre, quelle qu’elle soit.

bou08anonyme01z.jpg

Signature de l’armistice le 11 novembre 1918 à Compiègne dans un wagon.

bou08anonyme02z.jpg

Négociations de l’Armistice par le Conseil de guerre des Alliés à Versailles en octobre 1918.

7 octobre, 2009

Citation d’automne …

Classé dans : Citations, proverbes...,Les Saisons (115) — coukie24 @ 18:24

Vine Maple Fall Colors, Mt. Baker Snoqualmie National Forest, Washington, USA Photographie

Dans le jardin, l’automne est, en effet la gloire couronnante de l’année, nous apportant la fructification des mois de la pensée et le soin et le travail dur. Et à aucune saison, coffre-fort peut-être dans le temps de jonquille, nous obtenons des effets superbes de couleur tels qu’à compter d’août à novembre.

Rose G. Kingsley

20 juin, 2009

La fête des pères ; son origine…

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 15:55

La fête des pères ; son origine... dans Autres fêtes ou évènements 

Chaque année nous fêtons nos papas. Nous les remercions de leur protection, du temps passé avec eux et surtout de l’amour qu’ils nous donnent. Qu’il soit papa poule, papa gâteau, autoritaire ou protecteur, nous disons je t’aime à notre papa tous les ans en juin. La fête des pères français

Flaminaire_1949_small dans Autres fêtes ou évènementsQui l’aurait cru ! En France, ce n’est ni un maréchal ni un traité qui a lancé la première fête des pères. Il faut remercier Flaminaire, une marque bretonne de briquets, qui est à l’origine de la première journée pour les papas français. Ce n’est qu’en 1952 que la fête des pères a été instaurée en France. Attention, on a bien dit instaurée car la fête des pères, contrairement à celle des mamans, n’a jamais été officialisée. Elle a pris sa place dans nos calendriers et nous la célébrons chaque année mais ce n’est pas une fête officielle. Souvent considérée comme une fête commerciale comme la fête des grands-mères, la fête des pères a parfois du mal à prendre autant d’ampleur que la fête des mères. La première fête des pères a donc été célébrée deux ans après l’officialisation de la fête des mères. En France, nous fêtons nos papas le troisième dimanche de juin.
La fête des pères est l’occasion d’offrir un cadeau à nos papas ou de passer un moment en famille pour les honorer.   

La fête des pères chez nos voisins

La date de la fête des pères varie d’un pays à un autre :

En Belgique, elle est célébrée le deuxième dimanche de juin soit une semaine avant nous.
En Italie, au Portugal et en Espagne, on fête les papas le jour de la saint Joseph, le 19 mars.
Au Luxembourg, les pères sont fêtés en même temps que l’automne, c’est-à-dire au mois d’octobre.
En Allemagne, la fête des pères est célébrée le jeudi de l’Ascension, en mai.
En Suède, les papas sont honorés en novembre.
Chez nos voisins Anglais, les papas sont fêtés le deuxième dimanche de mai.
En Corée du Sud, la fête des pères et la fête des mères sont le même jour, le 8 mai.

Certains pays ont un ou deux jours de congés par an pour fêter les pères.

Quelque soit la date officielle de la fête des pères, dans tous les pays du monde, nous disons à nos papas que nous les aimons tous les jours.

rn7pye2g

16 février, 2009

Le bien et la bonté…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 21:40

Zigmunt Bauman
 Zigmunt Bauman

 

Le bien et la bonté 

« Tzvetan Todorov a justement pointé le fait que, contrairement à ce qu’entretient la croyance populaire (croyance responsable de nombreux désastres dans les sociétés modernes et dans la vie de leurs membres), la valeur véritable, celle qui devrait être recherchée et pratiquée, c’est la bonté et non le «bien». De nombreux crimes répugnants, collectifs aussi bien qu’individuels, ont été perpétrés, au cours du siècle dernier (et encore aujourd’hui), au nom du bien. Le bien renvoie à une valeur absolue : si je sais ce que c’est, je suis autorisé à justifier n’importe quelle atrocité en son nom. La bonté signifie au contraire écouter l’autre, elle implique un dialogue, une sensibilité aux raisons qu’il ou elle peut invoquer. Le bien évoque l’assurance et la suffisance, la bonté plutôt le doute et l’incertitude – mais Odo Marquard, sage philosophe allemand, nous rappelle que lorsque les gens disent qu’ils savent ce qu’est le bien, vous pouvez être sûr qu’ils vont se battre au lieu de se parler… »

Extrait d’un entretien avec Zigmunt Bauman, intitulé « Où est passée la société ? » et publié dans la revue « Sciences Humaines » n°165 de Novembre 2005

15 janvier, 2009

« Comme on fait son lit, on se couche »

Classé dans : Anecdotes, expressions ou chroniques (41) — coukie24 @ 19:26

titreexpression.gif
« Comme on fait son lit, on se couche »

signification.gif
Il faut assumer les conséquences de ses actes.
On ne récolte que ce qu’on sème.
Le succès dépend des moyens qu’on se donne pour réussir.

titreorigine.gif
Cette locution proverbiale serait un subtil amalgame entre la lettre (voir l’expression ‘au pied de la lettre’) et « faire le lit de quelque chose ou quelqu’un ».

La lettre indique que quand on fait mal son lit, on risque de passer une mauvaise nuit, à cause de draps qui s’entortillent, par exemple.
A nous d’en assumer les conséquences. Et de mieux le faire le lendemain matin pour passer une meilleure nuit.

Faire le lit de quelque chose ou de quelqu’un, c’est, par ses actes, préparer ou favoriser la venue de quelque chose de désagréable ou de néfaste, ou l’arrivée (au pouvoir, par exemple) de quelqu’un de peu recommandable.
Là aussi, ce qu’il se passe dépend de ce qu’on a choisi de faire ou laisser faire.

« Comme on fait son lit, on se couche » dans Anecdotes, expressions ou chroniques (41) 081122115514347662786355

titreailleurs.gif

Pays / Région Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne
Proposé par eureka
Wie man sich bettet so liegt man Comme on se couche, ainsi on se trouve
Angleterre
Proposé par eureka
As you bake, so you shall eat Comme vous cuisez, vous mangerez
Angleterre
Proposé par eureka
As you make your bed, so you must lie in/on it Comme tu fais ton lit tu dois t’y coucher
Belgique (Wallonie)
Proposé par eureka
Comme on l’ bresse on l’beut Comme on la brasse on la boit
Belgique (Wallonie)
Proposé par eureka
Comme on fait s’ lét on s’ couke Comme on fait son lit on se couche
Brésil
Proposé par crisaidi
Colhe-se o que se planta On récolte ce qu’on sème
Créole
Proposé par eureka
Sé jan ou ka fè kaban aw ou ka domi C’est de la façon dont tu fais ton lit que tu te couches
Espagne
Proposé par santygaby
Uno recoje lo que siembra On récolte ce qu’on sème
Roumanie
Proposé par eureka
Cum îţi aşterni, aşa dormi. Comme tu fais ton lit, tu dors
Vietnam
Proposé par tuitui
Đã phóng lao thì phải theo lao Comme on a lancé son javelot, on le suit

Comme on fait son lit, on se couche !!!!!!!!!!!!

Dans « Marie Claire » de novembre il y a un reportage sur les lits de « rêve ». A mon avis le plus étonnant est le « Babulle ». Crée par Gilles Ebersolt, architecte spécialiste de la construction hors sol. Ce lit est constitué de deux ballons reliés entre eux par de fins câbles rayonnants. Curieux à voir ! …

Le_lit

mais Sympa ce lit ! N’est-ce pas ?

26 décembre, 2008

Elise

Classé dans : Famille (34) — coukie24 @ 22:31

cn794w3j.gif 

Dès que l’enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris ; son doux regard qui brille
               Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être ?
Se dérident soudain à voir l’enfant paraître,
               Innocent et joyeux. 

Elise dans Famille (34) elise4449gv 

Le prénom Elise a pour origine le prénom hébraïque Elisheba.
sa couleur : orange
             Pierre précieuse :Topaze
 
Indépendante, Elise saisira toutes les opportunités qu’elle rencontrera, essayant de tourner les choses à son avantage. Elle vit pour ses passions. Gare à la personne qui voudrait l’en dérouter.
Caractère
Elise est généralement apparenté au prénom Elisabeth. En hébreu, Elisheba signifie : « Dieu est plénitude ».
Histoire
Sainte Elise est fêtée le 17 novembre.
 
 

 

elise1254vl dans Famille (34)

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux