DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Recherche : coeur enfant

2 août, 2019

Où donc est le bonheur ?

Classé dans : Le Bonheur (153),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 12:46

Où donc est le bonheur ? dans Le Bonheur (153) 100208111234825063

Où donc est le bonheur ?

Où donc est le bonheur ? disais-je. – Infortuné !

Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné.
Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,
Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,
Est l’âge du bonheur, et le plus beau moment
Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

Plus tard, aimer, – garder dans son coeur de jeune homme
Un nom mystérieux que jamais on ne nomme,
Glisser un mot furtif dans une tendre main,
Aspirer aux douceurs d’un ineffable hymen,
Envier l’eau qui fuit, le nuage qui vole,
Sentir son coeur se fondre au son d’une parole,
Connaître un pas qu’on aime et que jaloux on suit,
Rêver le jour, brûler et se tordre la nuit,
Pleurer surtout cet âge où sommeillent les âmes,
Toujours souffrir ; parmi tous les regards de femmes,
Tous les buissons d’avril, les feux du ciel vermeil,
Ne chercher qu’un regard, qu’une fleur, qu’un soleil !

Puis effeuiller en hâte et d’une main jalouse
Les boutons d’orangers sur le front de l’épouse ;
Tout sentir, être heureux, et pourtant, insensé !
Se tourner presque en pleurs vers le malheur passé ;
Voir aux feux de midi, sans espoir qu’il renaisse,
Se faner son printemps, son matin, sa jeunesse,
Perdre l’illusion, l’espérance, et sentir
Qu’on vieillit au fardeau croissant du repentir,
Effacer de son front des taches et des rides ;
S’éprendre d’art, de vers, de voyages arides,
de cieux lointains, de mers où s’égarent nos pas ;
Redemander cet âge où l’on ne dormait pas ;
Se dire qu’on était bien malheureux, bien triste,
Bien fou, que maintenant on respire, on existe,
Et, plus vieux de dix ans, s’enfermer tout un jour
Pour relire avec pleurs quelques lettres d’amour !

Vieillir enfin, vieillir ! comme des fleurs fanées
Voir blanchir nos cheveux et tomber nos années,
Rappeler notre enfance et nos beaux jours flétris,
Boire le reste amer de ces parfums aigris,
Etre sage, et railler l’amant et le poète,
Et, lorsque nous touchons à la tombe muette,
Suivre en les rappelant d’un oeil mouillé de pleurs
Nos enfants qui déjà sont tournés vers les leurs !

Ainsi l’homme, ô mon Dieu ! marche toujours plus sombre
Du berceau qui rayonne au sépulcre plein d’ombre.
C’est donc avoir vécu ! c’est donc avoir été !
Dans la joie et l’amour et la félicité
C’est avoir eu sa part ! et se plaindre est folie.
Voilà de quel nectar la coupe est remplie !

Hélas ! naître pour vivre en désirant la mort !
Grandir en regrettant l’enfance où le coeur dort,
Vieillir en regrettant la jeunesse ravie,
Mourir en regrettant la vieillesse et la vie !

Où donc est le bonheur, disais-je ? – Infortuné !
Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné !

Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne, XVIII

1070082_532652810105911_529368166_n-248x300 dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

1 août, 2019

Devinette …

Classé dans : Le Bonheur (153) — coukie24 @ 12:10

Il vient du ciel.
Il fait tourner la tête.
Il ne s’explique pas.
Nul au monde ne peut l’acheter.
Qui suis-je ?

FlecheBas

ff91429d

Réponse !

FlecheBas

Il vient du ciel
Il fait tourner la tête
Il ne s’explique pas
Nul au monde
Ne peut l’acheter
Car il n’a pas de prix.
Pour un Roi, pour un Prince
Ou pour un simple vagabond
Il est toujours le même
Car il n’a pas de mesure…
Il est l’immensité.

Le Bonheur !

141145__notes-flowers-butterflies_p
C’est la joie de l’enfant qui reçoit un jouet
Le doux regard de celle ou celui que tu aimes
Une musique qui te saisit et te fait frissonner

Ferme les yeux… ton coeur palpite… c’est le bonheur !
Un mot gentil, une attention délicate, un sourire
Ça te remue le coeur… c’est le bonheur

Ne le cherche pas dans des rêves impossibles
Ne le cherche pas dans des projets fabuleux
La vie est si belle ! La nature est si riche !
Le bonheur est là, dans la simplicité
Chacun sur cette terre a le droit de le posséder
Chacun sur cette terre peut le fabriquer.

Viens ! Viens ! Sans dire un mot ! Ouvre les yeux !
Avec un peu de coeur, avec un peu d’amour
Le bonheur est là … à ta portée.

Auteur inconnu

21 juin, 2019

Apprendre à aimer les livres…

Classé dans : Lecture, écriture (57),Les mots (85) — coukie24 @ 14:10

Apprendre à aimer les livres... dans Lecture, écriture (57) enfant

Mon enfant, aime les livres et ils seront tes amis. Ils te donneront ce que la vie ne peut te donner ; des roses en hiver, de la neige en été, de l’amour, quand il aura fui ton coeur. Ils t’obéiront. Peux-tu ordonner à la pluie de cesser ou au soleil de luire ? Ferme le livre qui parle de soleil et le soleil brillera : les mots sont plus forts que les choses.

Extrait de la Bague au lion de François Liensa (Jean François Nahmias de son vrai nom)

 

21 décembre, 2018

r – En décembre fais du bois, Et endors toi … (Proverbe)

Classé dans : — coukie24 @ 0:25

9eff1774.gif

       

3ebzda5d.gif

Un petit mot pour vous

r - En décembre fais du bois, Et endors toi ... (Proverbe) dans Généralités & Divers (152) 3bf0e186

hrwpl9siph7.gif

 

bloggif4a92a7b3e6ac2.gif

            Déjà Décembre et la fin de l’année 2018 !

812.gif

fca8ol57.gif

Eh oui… l’hiver est là avec la pluie et le vent
son froid et ses inconvénients.

Mais le plus important,

C’est qu’il y ait de la chaleur dans votre coeur.

La fin de l’année et Noël approchent, ce sera le bonheur !

Les rues vont s’illuminer, vos yeux vont s’émerveiller,

Les enfants vont attendre le Père Noël et chanter…

0012.gif

Bon  mois  de  Décembrejoies  et  bonheur  à  tous  !

3c966b11 dans Généralités & Divers (152)

m12s2zmp.gif

 bed03d3b

Ne vous en faites pas…
Même si l’hiver vous semble long…
Tenez bon… car l’été s’en vient…
Avec les oiseaux, les abeilles…
Les fleurs et les arcs-en-ciel…
En attendant, dites-vous que la vie est belle !

copiedeh9r2m2zd.gif

Dites vous que vous serez heureux en ces jours de liesse de Noël et Nouvel An et que d’autres seront seuls sans famille ou alors sans argent, aussi tout près de chez vous, faites une bonne action, apportez votre obole aux restaurants du coeur ou toute association caritative qui prend en charge la souffrance d’autrui et les gens seuls, un geste, une pensée peuvent être d’un grand réconfort. Selon l’Insee, la France compte plus de 100.000 sans-abris et 3,4 millions de personnes mal logées (cabanes, caravanes, familles nombreuses en chambre d’hôtel, hébergement d’urgence).

07trjtkj1.gif

« Il faut créer le bonheur pour protester contre l’univers du malheur. » 

Albert Camus

img215804abw0b.gif

Le ciel m’a confié ton coeur.
Quand tu seras dans la douleur,
Viens à moi sans inquiétude.
Je te suivrai sur le chemin ;
Mais je ne puis toucher ta main,
Ami, je suis la Solitude. 

(Alfred de Musset)

Extrait du poème – La Nuit de Décembre – la vision 

bhzuuybc

598249946493c398ff4045.gif

Décembre, c’est le mois des échanges de jolies cartes de paysages enneigés !

cielbleuperenoel1.bmp     0014.gif

0jfjvugm.jpg

C’est aussi le mois du sapin et des décorations !

8tz2mmx61.gif

C’est le mois des cadeaux et des festivités !

anime71.gif

    0016.gif

3y0nnke5.gif

messagepageblogavpluie1.gif

lwqhq4sc.png

Quand les jours raccourcissent, que la nuit tombe plus vite, les villes se tapissent de couleurs et se couvrent de lumière. A partir du début du mois de décembre, les décorations fleurissent un peu partout. Même les particuliers s’y mettent. Du coup, une tradition est née.

noelboulesguirlandes.jpg

galeriemembrefranceorleans669ruejeannedarc.jpg

galeriemembrefranceloiret657ruedilliers.jpg

galeriemembrenoelligloo.jpg

galeriemembrenoel534ormes.jpg

galeriemembrenoelfestivallumiere.jpg

26245612.gif

1 décembre, 2018

b – Bientôt Noël !

Classé dans : — coukie24 @ 0:17

0a1gifnoelintt

galeriemembrenoelnoel122007009.jpg

top-hiver 

Les pensées du jour

«Être libre n’est pas faire ce qu’on veut, mais ce qu’on a jugé meilleur et plus convenable.»

Joseph JOUBERT

b - Bientôt Noël ! dans Blogs préférés scintillants-boules-026

“Le courage fait les vainqueurs ; La concorde, les invincibles.”

Claude DELAVIGNE / Troisième messénienne

scintillants-boules-026 dans Blogs préférés

Bientôt Noël, y avez-vous songé ?

sapinus2              bal-noel

ca1ee186          table

Noël approche à grands pas, quels sont les préparatifs ?…. aller chercher le sapin, écrire au Père Noël, préparer la crèche, trouver le menu du repas du jour de Noël… la liste est longue pour certains,

Que d’occupations et de fébrilité, les enfants attendent cet instant merveilleux et les grands aussi.

Le temps d’une nuit et d’un jour, tout s’illumine la ville, les maisons, nos coeurs !

kers8wh4ta3.gif

Et pourtant cette nuit là, la solitude n’épargnera pas les sans-abris, les sans-familles et tous ceux pour qui la nuit et son lendemain seront tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Que l’espérance les aide à passer les moments difficiles et que leurs voeux de bonheur se réalisent au plus vite ! 

no510

071214121145176051511521        0031.gif          071214121145176051511521     00041.gif    0023.gif 0011.gif

2826375           noel_maisons006

Noël c’est aussi une fête où l’on aime décorer son intérieur mais aussi son extérieur. Vous allez choisir quel genre de décoration pour votre maison ? Des pères Noël grimpeurs, des sapins en tubes lumineux, des guirlandes clignotantes ? Voici  quelques maisons tellement décorées de couleurs et de lumières qu´elles attirent la curiosité des passants et qu’il faut faire la queue pour les voir. Un véritable « show ». 

 

 mws9.gif

 

0015.gif

Bonne Journée et bonne visite !

10.gif

      ecole

 

J’ai pioché un peu partout dans le net des images, gifs et des textes. Si certaines sont à vous ou que le nom de l’auteur n’y figure pas, n’hésitez pas à me joindre ! si certaines images doivent obtenir une autorisation pour être publiées , faites moi le savoir, je retirerai aussitôt les images, car en aucun cas je ne veux nuire à qui que ce soit.  Bonne visite et contactez-moi en cas de problème.  Merci 

64e0c83d

 

5 novembre, 2018

Tellement vrai …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 16:06
L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes_soleil, plein air et gros plan

coeur006.gif 

Tellement vrai  !

Si vous avez 60 secondes, lisez ceci ;

Les derniers mots de Steve Jobs, milliardaire, mort à 56 ans du cancer du pancréas :

« J’ai atteint le summum du succès dans le monde des affaires. Dans les yeux des autres, ma vie est une réussite.

Cependant, mis à part le travail, j’ai eu peu de joie. En fin de compte, la richesse n’est qu’un fait auquel je me suis habitué.

En ce moment, allongé sur mon lit d’hôpital, et me rappelant toute ma vie, je me rends compte que toute la reconnaissance et la richesse dans laquelle j’ai pris tant de fierté, a pâli et est devenue insignifiante face à la mort imminente.

Vous pouvez employer quelqu’un pour conduire votre voiture ou gagner de l’argent pour vous mais c’est impossible d’engager quelqu’un pour supporter la maladie et mourir pour vous.

Les choses matérielles perdues peuvent être trouvées. Mais il y a une chose qui ne peut jamais être trouvée quand elle est perdue – « la vie ».

Quelle que soit l’étape de la vie à laquelle nous sommes actuellement, avec le temps, nous serons confrontés au jour où le rideau se ferme.

Aimez votre famille, votre conjoint et vos amis … Traitez-les bien. Chérissez les.

Au fur et à mesure que nous vieillissons, et devenons plus sages, nous réalisons lentement que porter une montre à 300 $ ou 30 $ – les deux donnent la même heure…

Que nous ayons un portefeuille ou un sac à main de 300 $ ou de 30 $ – le montant à l’intérieur est le même;

Que nous conduisions une voiture de 150 000 $ ou une voiture de 30 000 $, la route et la distance sont les mêmes, et nous arrivons à la même destination.

Que nous buvions une bouteille de vin à 1000.$ ou à 10 $, la gueule de bois est la même;

Que la maison dans laquelle nous vivons mesure 300 ou 3000 pieds carrés – la solitude est la même.

Vous réaliserez que votre véritable bonheur intérieur ne provient pas des choses matérielles de ce monde.

Que vous voyagiez en première classe ou en classe économique, si l’avion tombe en panne, vous tombez avec lui …

Par conséquent .. J’espère que vous vous rendez compte, quand vous avez des amis, des copains et des vieux amis, frères et sœurs, avec qui vous discutez, riez, parlez, chantez, parlez du nord-sud-est ou du ciel et la terre, …. c’est le vrai bonheur !!

Cinq faits incontestables de la vie:

1. N’éduquez pas vos enfants à être riches. Éduquez-les pour être heureux. Donc, quand ils grandiront, ils connaîtront la valeur des choses et non le prix.

2. Mangez vos aliments comme médicaments. Sinon, vous devez manger des médicaments comme nourriture.

3. Celui qui vous aime ne vous quittera jamais pour un autre, car même s’il y a 100 raisons d’abandonner, il trouvera une raison de se retenir.

4. Il y a une grande différence entre un être humain et l’être humain.
Seuls quelques-uns le comprennent vraiment.

5. Vous êtes aimé quand vous êtes né. Vous serez aimé quand vous mourrez. Entre les deux, vous devez gérer!

REMARQUE: Si vous voulez juste marcher vite, marchez seul! Mais si vous voulez marcher loin, marchez ensemble!

Six meilleurs médecins au monde :

1. Lumière du soleil
2. Repos
3. Exercice
4. Régime
5. Confiance en soi
6. Amis
Gardez-les à tous les stades de la vie et profitez d’une vie saine.

Sources  : Facebook

29 octobre, 2018

L’amour d’une vie …

Classé dans : Amour (119),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 13:39

 

ylbkjzks.jpg

Comme tous les amoureux,

Ils allaient vers la vie

Celle de toutes les envies,

Croyant à leur bonheur

Renouvelé à chaque heure,

Croyant à leur amour

Qui durerait toujours,

Egaillant leur maison

Venant de leur union.

Les enfants sont venus,

Toujours les bienvenus,

Promesse de l’avenir

Avec leurs deux sourires.

Les mois, les jours ont passé

Et la vie a changé.

Les enfants sont partis

Ils allaient vers leur vie.

Ils restaient tous les deux,

Mais ils étaient heureux,

Heureux de leurs enfants

Et de leurs petits enfants.

Ils pensaient s’arrêter

La retraite arrivée,

Et ce fût l’imprévu,

Le chagrin est venu,

L’un d’eux s’en est allé

Laissant l’autre désolé.

 

René Gibout

7acow2sc.jpg

La simplicité de ce joli poème, cher à notre coeur pour plein de raisons personnelles nous rappellent ces quelques vers de Victor Hugo :

L’amour fait songer, vivre et croire.
Il a pour réchauffer le coeur,
Un rayon de plus que la gloire,
Et ce rayon c’est le bonheur !

3f8b67c2a7.gif

 

Traduction de la chanson «  There goes my everything »

J’entends des pas marcher lentement,
Alors qu’ils marchent doucement sur un sol isolé,
Et une voix dit doucement:
Chérie, ce sera un au revoir pour toujours.
Voilà ma raison de vivre,
Voilà celui de mes rêves,
Voilà ma seule possession,
Voilà mon tout.
Quand ma mémoire tourne les pages,
Je peux voir les années heureuses que nous avions auparavant,
Maintenant l’amour qui a fait battre ce vieux coeur,
A été brisé par la fermeture de la porte.

 

1 janvier, 2018

t – Au coeur de l’hiver, Janvier …

Classé dans : — coukie24 @ 17:24

26245612.gif

galetterois.jpg

bonneannegrosecritrouge

giffetebonneannee3.gif

6dc28873.gif

Au coeur de l’hiver, Janvier…

 t - Au coeur de l'hiver, Janvier ... dans Généralités & Divers (152) qkj1vcpw

L’Hiver…

Grêle et vent. la ramée

Tord ses bras rabougris ;

Là-bas fuit la fumée

Blanche sur le ciel gris .

Une pâle dorure

Jaunit les coteaux froids

Le trou de ma serrure

me souffle sur les doigts .

Victor Hugo

e07hpu22 dans Généralités & Divers (152)

 

Chanson pour les enfants l’hiver

is5bvuhu

 

Dans la nuit de l’hiver

galope un grand homme blanc

c’est un bonhomme de neige

avec une pipe en bois

un grand bonhomme de neige

poursuivi par le froid

il arrive au village

voyant de la lumière

le voilà rassuré.

bneige.gif

Dans une petite maison

il entre sans frapper

et pour se réchauffer

s’assoit sur le poêle rouge,

et d’un coup disparait

ne laissant que sa pipe

au milieu d’une flaque d’eau

ne laissant que sa pipe

et puis son vieux chapeau.

tul89ko6.gif

o4n1c9d3

182nkmm7

 

Croquis de janvier

Tout est dur, clair, sans voix, et mort ;
l’hiver est fermé comme un livre.
On dirait que la vie a tort
de vouloir encor vivre.

Le fleuve est pris ; le ciel si bas
pèse sur les étendues blanches…
Un oiseau pourtant chantera
en avril, dans les branches.

Guy-Charles Cros (« Avec des mots » – éditions L’artisan du Livre, 1927)

 

messagepageblogavpluie1.gif 

Et encore, à tous

 bonneanneebouquethiver021230843885.gif

Quelques paysages d’hiver et de circonstance…

fc22c5a1

fdc4ad00.gif

b04b5406

c190df5b.gif

kkzatw0w

9884d1ce.gif

de8ba5168496241bef8ead7fe0d0ce95.gif

Jacques Prévert

19 décembre, 2017

NOËL des « SANS

Classé dans : Noël et 1er de l An (83) — coukie24 @ 19:00

NOËL des « SANS dans Noël et 1er de l An (83) dyn003_original_452_494_gif_2604260_5e933f9dad34228807d681aa4c79c4e31

NOËL des « SANS

Noël céleste
Noël dans le ciel
Noël dans le Monde
Noël sur la terre

Noël dans les villes
Noël dans les cités
Noël dans les banlieues
Noël dans les hlm

Noël dans les rues
Noël dans les villes
Noël dans les campagnes
Noël dans les chaumières

Noël en famille
Noël pour les femmes
Noël pour les hommes
Noël l pour les enfants

Noël de lumière
Noël dans la joie
Noël de l’espoir
Noël aux sapins

Noël sacré
Noël des croyants
Noël chrétien
Noël païen

Noël du pognon
Noël du business
Noël des grandes surfaces
Noël consommation

Noël au foie gras
Noël de l’inutile
Noël du superflu
Noël de luxe

Noël frugal
Noël sans famille
Noël sans amis
Noël de l’indifférence

Noël pour les pauvres
Noël des manants
Noël des gueux
Noël des exclus

Noël de rêves
Noël de la solitude
Noël mélancolique
Noël dans l’oubli

Noël sur les chemins
Noël sous les ponts
Noël sous les étoiles
Noël dans les bidonvilles

Noël dans l’ombre
Noël dans la douleur
Noël du désespoir
Noël dans les larmes

Noël dans les églises
Noël dans les squats
Noël des errants
Noël des sans toit

Noël dans le froid
Noël des sans voix
Noël des sans droit
Noël dans la tristesse

Noël de la honte
Noël indigne
Noël dans leur coeur
Noël pour tous les sans

15 décembre, 2017

Les cadeaux du coeur …

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 16:11

Mendola Artist Representatives

Noël est bientôt là et la chasse aux cadeaux bat son plein !

Offrir un cadeau, c’est donner une part de soi : du temps, de l’énergie, de l’attention, mais, trop souvent, c’est devenu un don d’argent. Et si, cette année, vous choisissiez un autre type de cadeaux ? Ajoutez dans votre hotte quelques cadeaux gratuits pour retrouver le vrai sens du don en offrant un bout de votre coeur et de votre âme à partager !

Choisissez des cadeaux qui font rêver : « Bon pour chasse aux trésors », « Bon pour construire une cabane » ; des présents d’attention et de tendresse « Bon pour petits déjeuners au lit », « Bon pour garder les enfants », « Bon pour un massage »…

Transmettez aussi vos talents : « Cahier de mes meilleures recettes », « Bon pour une initiation informatique » afin d’aider à apprivoiser leur drôle de machine.

Faites de ce Noël une vraie fête du coeur !

separateur neutre

7 décembre, 2017

Votre « Haïku » …

Classé dans : Généralités & Divers (152) — coukie24 @ 11:33

noel coeur

Ces fêtes familiales de fin d’année sont parfois difficiles à vivre, comme si différentes facettes de votre identité et de votre histoire se télescopaient. Il suffit parfois d’une remarque ou d’un cadeau maladroits pour que resurgisse un loup intérieur, l’enfant malheureux que vous avez été, prêt à régler ses comptes et à se venger.

Pour faire vôtres interprétation  sereine et histoire de la semaine, oubliez les vexations, désaccords, déceptions et chagrins passés…

Pardonnez, passez l’éponge, tournez la page et repartez le coeur léger vers une année nouvelle, placée sous le signe de l’amour qui rend heureux.

separateur-lotus-rose

3 décembre, 2017

Emerveillement et gratitude …

Classé dans : Noël et 1er de l An (83) — coukie24 @ 16:04

petits coeurs noel

Nous voici en période de l’Avent, dont les rituels sont là pour offrir les racines de la tradition et les ailes du rêve. Son incontournable calendrier célèbre et structure cette attente riche en promesses et en mystères. Il apprend aussi à gérer la frustration, face à l’envie d’ouvrir toutes les cases, surtout la plus belle, celle du 24 décembre.

D’origine germanique, il a été créé pour aider les enfants à patienter avant Noël. Le cadeau journalier était une image pieuse ou une bonne action à réaliser. Avec le temps, il s’est transformé en friandise, jouet dans un petit sac ou beaux dessins derrière les portes à ouvrir.

Et si ces rituels étaient notre premier présent de Noël, en nous préparant à quelque chose qui nous dépasse, en nous offrant émerveillement et gratitude ?

24 août, 2017

Pour retrouver son coeur d’enfant …

Classé dans : Psychologie (72),Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 16:54

nuage

Savoir s’émerveiller, c’est accepter de lâcher prise, d’abandonner ses certitudes pour retrouver son coeur d’enfant qui permet de voir le merveilleux dans le quotidien. Cela demande une certaine aptitude à se perdre, à s’oublier, pour s’unir à la beauté et à la grandeur du monde. L’expérience vous tente ? Installez-vous confortablement en plein air, un jour de ciel bleu parsemé de nuages. A vos côtés, des feuilles de papier et des crayons de couleurs. Allongé sur le dos, votre esprit peut divaguer en regardant les formes des nuages. Des animaux, personnages, objets vont apparaître et vous raconter une histoire. Notez ou dessiner cette moisson. Y a-t’il un message offert pour guider votre existence ?

bfabbe90

 

22 avril, 2017

La planète malade …

Classé dans : La Vie (116),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 10:41

La planète malade

Résultat de recherche d'images pour "marc alyn la planète malade"
Je ne sais pas ce qui se passe,
Dit la Terre : j’ai mal au coeur !
Ai-je trop tourné dans l’espace
Ou bu trop d’amères liqueurs ?

Les boues rouges, les pluies acides,
Le vert-de-gris dans l’or du Rhin,
Les défoliants, les pesticides,
N’en voilà des poisons malins !

C’est si fort que j’en perds la boule,
J’en ai les pôles de travers,
Ma tête à tant rouler se saoule :
Je vois l’univers à l’envers !

Je songe à ma rondeur de pomme
Dans le commencement des temps,
Juste avant que la dent de l’homme
Ne vienne se planter dedans.

J’étais rouge et bleue, j’étais verte :
Air pur, eau pure, oh ! mes enfants !
La vie partout, la vie offerte
À profusion, à coeur battant !

Puis vint la guerre : chasse à l’homme.
Puis la chasse : guerre à la bête.
À bas l’oiseau ! Mort à l’énorme !
Il faut mettre au pas la planète !

Résultat de recherche d'images pour "marc alyn la planète malade"

À présent, la chimie me ronge,
Je compte mes baleines bleues,
Mes pandas, mes oiseaux de songe
Qui ferment un à un les yeux.

1993ca26

Au secours, les enfants des hommes !
Le printemps perd son goût de miel.
Redonnez sa fraîcheur de pomme
À la terre, fruit du soleil !

 soleil

Marc Alyn,

Compagnons de la marjolaine, 1986.

Journée de la Terre

comestible

Résultat de recherche d'images pour "marc alyn la planète malade"

14 décembre, 2015

Il est temps …

Classé dans : Le Bonheur (153) — coukie24 @ 9:40

27189001

Il est temps de faire la paix. 
Autour de soi et sans délai. 
Ne cherchez pas ailleurs, paix et bonheur, 
Ils sont au seuil de votre coeur.

J‘écoute quelquefois le soir 
Des nouvelles à la télévision. 
On y voit haine et désespoir, 
Détruire notre monde sans raison.

On nous annonce au fil des jours 
              Que femmes et enfants sont agressés 
Et qu’aussi certains vautours, 
Vont jusqu’à tuer pour dominer

On a beau se parler d’amour, 
De partager son amitié. 
Qu’aussitôt dans le détour, 
La rose sort ses épines acérées.

Pourquoi sommes-nous si violents ? 
Pourquoi sommes-nous insouciants ? 
Pourquoi sommes-nous si impatients ? 
Pourquoi sommes-nous intolérants ?

Il est temps de faire la paix. 
Autour de soi et sans délai. 
Ne cherchez pas ailleurs, paix et bonheur, 
Ils sont au seuil de votre coeur.

Roger Kemp

Roger Kemp

17 août, 2015

6 CONSEILS POUR GARDER LE MORAL AU RETOUR DE VACANCES …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 20:38

lafianceedusoleil127066668005_gros

Les vacances sont terminées, la rentrée s’annonce, toujours un peu stressante… Comment conserver les bienfaits des vacances le plus longtemps possible, idéalement jusqu’aux prochaines ?

Six conseils pour une rentrée en forme et dans la bonne humeur.

  • Dès la rentrée, chouchoutez votre sommeil
  • Profitez du grand air et du soleil
  • A la rentrée, pratiquez une activité physique régulière
  • Développez vos activités culturelles et de loisirs
  • Gardez votre bonne humeur
  • Après les vacances, continuez à surveiller votre alimentation  

Dès la rentrée, chouchoutez votre sommeil  

La forme physique et mentale passe par un bon sommeil, c’est-à-dire qu’il doit être réparateur et en quantité suffisante.

  • La régularité du lever et du coucher est importante, tout comme le fameux rituel du coucher, comme pour les enfants !
  • Vous devez donc veiller à vous endormir dans une ambiance propice au sommeil.
  • Pourquoi ne pas revoir quelques aménagements dans votre chambre pour la rendre plus chaleureuse, plus douillette ?
  • N’oubliez pas d’aérer tous les jours pendant au moins 10 minutes.
  • Bien entendu, évitez toute activité stressante : discussion animée,activité physique, ordinateur, émissions télé stimulantes, etc.  
  • Enfin, profitez des week-ends pour vous reposer un peu.
  • Aménagez dans votre emploi du temps des moments calmes rien qu’à vous.  

Profitez du grand air et du soleil  

  • Les jours raccourcissent, mais dans la journée et le week-end, vous pouvez encore profiter du grand air et du soleil.
  • Au travail, profitez de la pause déjeuner pour aller vous balader un peu, même en ville.
  • Le week-end, programmez des balades en forêt en famille.
  • Quitte à prendre un chandail, vous pouvez encore faire des pique-niques.
  • Montez sur votre vélo, emmenez vos enfants au parc pour jouer au ballon, faire du roller, de la trottinette… C’est selon vos préférences. L’important est de sortir prendre l’air, car c’est bon pour la santé et excellent pour le moral !                            

    A la rentrée, pratiquez une activité physique régulière  

    Pratiquer régulièrement une activité physique est essentiel en termes de santé physique et psychologique.

    • Choisissez un sport et pratiquez très régulièrement, idéalement deux fois par semaine.
    • Complétez ensuite en bougeant dès que l’occasion se présente : montée des escaliers, déplacements de proximité à pied, jardinage… Tout est bon !
    • Et n’hésitez pas à supprimer ou à réduire quelques séances de télé ou d’ordinateur (facteurs de sédentarité) au profit du sport !  

    Développez vos activités culturelles et de loisirs  

    Restez actif intellectuellement. Prenez de bonnes résolutions dès la rentrée pour ne pas retomber dans le schéma métro/boulot/dodo.

    • Multipliez les activités culturelles, soyez curieux, passionné et développez vos loisirs.
    • L’envie d’apprendre et de se perfectionner est un atout qui se cultive à tout âge.
    • N’hésitez pas à en faire profiter toute la famille : expositions, cinéma, théâtre, visites…
    • Sinon, vous avez peut être la possibilité de faire garder vos enfants afin de vous accorder quelques sorties mensuelles !                                                                                                                                                                                                

      Gardez votre bonne humeur  

      La bonne humeur, ça se travaille !

      • Développez votre sens de l’humour, visionnez des films ou des sketchs comiques et positivez !
      • En toute situation, il est possible de voir un côté positif. Entraînez-vous, cet exercice est payant.
      • Et si on ne naît pas forcément très optimisme, en revanche, on peut le devenir. Par exemple, tous les soirs, forcez-vous à repenser à tous les événements positifs de la journée. Avec un peu d’entraînement, cet exercice deviendra un réflexe très bénéfique.
      • Côté recherche du bonheur, lisez « L’apprentissage du bonheur » de Tal Ben-Shahar.
      • Contre le stress, faites de la relaxation, du yoga, de la méditation, des exercices respiratoires, et pourquoi pas, lancez-vous dans la cohérence cardiaque (à lire : « Apprenez à respirer avec votre coeur ») !  

      Après les vacances, continuez à surveiller votre alimentation

       Même si l’été va bientôt prendre fin, continuez à miser sur les fruits et les légumes.

      • Les fruits, frais, cuits, surgelés, ou en conserve, peu importe, l’important est d’en manger deux fois par jour.
      • Côté légumes, changez votre raisonnement : les légumes n’accompagnent pas la viande, c’est l’inverse !
      • Et autant que possible, variez votre alimentation.
      • Enfin privilégiez les céréales complètes (pain, pâte, riz,…).

      Dernières recommandations :

      • Il n’est pas nécessaire de manger de la viande à chaque repas.
      • Mangez du poisson deux à trois fois par semaine.
      • Limitez le beurre et la crème et n’utilisez plus que de l’huile d’olive et de colza (riches en oméga-3).
      • Et surveillez votre poids. Dès 2 kilos de trop, réagissez, ne les laissez pas s’installer !

      Il est toujours possible de changer ses habitudes. Si au début, cela nécessite un effort, rapidement, cela devient un réflexe. Autrement dit, nous sommes tous capables d’adopter un mode de vie sain, avec à la clé, forme, santé et moral d’acier !

       Sources :  http://www.e-sante.fr/ article de Isabelle Eustache

4 novembre, 2014

Poésies de jeunesse …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 17:05

Alfred Guillou

Qu’ils étaient doux ces jours de mon enfance
Où toujours gai, sans soucis, sans chagrin,
je coulai ma douce existence,
Sans songer au lendemain.
Que me servait que tant de connaissances
A mon esprit vinssent donner l’essor,
On n’a pas besoin des sciences,
Lorsque l’on vit dans l’âge d’or !
Mon coeur encore tendre et novice,
Ne connaissait pas la noirceur,
De la vie en cueillant les fleurs,
Je n’en sentais pas les épines,
Et mes caresses enfantines
Étaient pures et sans aigreurs.
Croyais-je, exempt de toute peine
Que, dans notre vaste univers,
Tous les maux sortis des enfers,
Avaient établi leur domaine ?
Nous sommes loin de l’heureux temps
Règne de Saturne et de Rhée,
Où les vertus, les fléaux des méchants,
Sur la terre étaient adorées,
Car dans ces heureuses contrées
Les hommes étaient des enfants.

plume
Gérard de Nerval, Poésies de jeunesse

Richard Ramsey3

7 septembre, 2014

Les voies secrètes de la tendresse …

Classé dans : Famille (34) — coukie24 @ 18:51

Les voies secrètes de la tendresse

 Qui d’entre nous, parents, n’a pas reçu maintes fois cette phrase en plein coeur et qui n’a renoncé alors à l’envie de se justifier?
Un jour quand mes enfants seront assez grands pour comprendre, je leur expliquerai…

 

.flat,550x550,075,f-1

  • C’est parce que je t’aimais que je te harcelais pour savoir où tu allais, avec qui, et à quelle heure tu rentrerais.
  • C’est par amour que je t’ai poussé à acheter une bicyclette avec ton propre argent.
  • Que, sans mot dire, je t’ai laissé découvrir par toi-même que tel ami choisi entre mille, ne valait pas grand-chose.
  • Que je t’ai obligé à rendre à l’épicier une tablette de chocolat entamée et à te faire avouer que tu l’avais volée.
  • Que j’ai passé deux heures à te faire ranger ta chambre alors que cette tâche ne m’aurait pris à mois plus d’un quart d’heure.
  • C’est par amour que je t’ai laissé voir ma colère, ma déception, mon chagrin et mes larmes.
  • Que je t’ai souvent refusé. ce que disais-tu, toutes les autres mères permettaient.
  • C’est parce que je t’aimais que je devinais ton mensonge quand tu me racontais qu’à telle soirée, il y aurait des grandes personnes et aussi que je te pardonnais quand mes soupçons se confirmaient.
  • C’est parce que je t’aimais que je te faisais descendre de mes genoux, que je lâchais ta main, que je restais insensible à tes prières et sourde à tes exigences, je voulais absolument que tu apprennes à te tirer d’affaire  sans moi.
  • C’est par amour que je t’ai accepté tel que tu es sans songer à ce que j’aurais souhaité que tu sois.
  • C’est par amour, surtout, que j’ai eu le courage de te dire non, sachant très bien que tu m’en voudrais.  Et cela a été plus dur que tout le reste.

.Auteur inconnu

7 juillet, 2014

Où donc est le bonheur ?

Classé dans : Le Bonheur (153),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 16:11

8e192a38

Où donc est le bonheur ? disais-je. – Infortuné !

Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné.

Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,

Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,

Est l’âge du bonheur, et le plus beau moment

Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

love

Plus tard, aimer, – garder dans son coeur de jeune homme

Un nom mystérieux que jamais on ne nomme,

Glisser un mot furtif dans une tendre main,

Aspirer aux douceurs d’un ineffable hymen,

Envier l’eau qui fuit, le nuage qui vole,

Sentir son coeur se fondre au son d’une parole,

Connaître un pas qu’on aime et que jaloux on suit,

Rêver le jour, brûler et se tordre la nuit,

Pleurer surtout cet âge où sommeillent les âmes,

Toujours souffrir ; parmi tous les regards de femmes,

Tous les buissons d’avril, les feux du ciel vermeil,

Ne chercher qu’un regard, qu’une fleur, qu’un soleil !

fleurs d'orangers

Puis effeuiller en hâte et d’une main jalouse

Les boutons d’orangers sur le front de l’épouse ;

Tout sentir, être heureux, et pourtant, insensé !

Se tourner presque en pleurs vers le malheur passé ;

Voir aux feux de midi, sans espoir qu’il renaisse,

Se faner son printemps, son matin, sa jeunesse,

Perdre l’illusion, l’espérance, et sentir

Qu’on vieillit au fardeau croissant du repentir,

Effacer de son front des taches et des rides ;

S’éprendre d’art, de vers, de voyages arides, de cieux lointains, de mers où s’égarent nos pas ;

Redemander cet âge où l’on ne dormait pas ;

Se dire qu’on était bien malheureux, bien triste, 

Bien fou, que maintenant on respire, on existe, 

Et, plus vieux de dix ans, s’enfermer tout un jour

Pour relire avec pleurs quelques lettres d’amour !

Ils-ont-recu-des-lettres-d-amour-en-heritage_imagePanoramique500_220

Vieillir enfin, vieillir ! comme des fleurs fanées

Voir blanchir nos cheveux et tomber nos années,

Rappeler notre enfance et nos beaux jours flétris,

Boire le reste amer de ces parfums aigris,

Etre sage, et railler l’amant et le poète,

Et, lorsque nous touchons à la tombe muette,

Suivre en les rappelant d’un oeil mouillé de pleurs

Nos enfants qui déjà sont tournés vers les leurs !

vieillir

Ainsi l’homme, ô mon Dieu ! marche toujours plus sombre

Du berceau qui rayonne au sépulcre plein d’ombre.

C’est donc avoir vécu ! c’est donc avoir été ! Dans la joie et l’amour et la félicité

C’est avoir eu sa part ! et se plaindre est folie.

Voilà de quel nectar la coupe est remplie !

43172_senior_une

Hélas ! naître pour vivre en désirant la mort !

Grandir en regrettant l’enfance où le coeur dort,

Vieillir en regrettant la jeunesse ravie,

Mourir en regrettant la vieillesse et la vie !

Où donc est le bonheur, disais-je ? – Infortuné !

Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné !

Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne, XVIII

déclinaisonvie

29 mai, 2014

Sixième sens chez les animaux …

Classé dans : Arche de Noé — coukie24 @ 17:03

Sixième sens
-histoire vécue-
Tout le monde lui disait de faire piquer son chien : il était vieux, malade, bizarre…

Sixième sens chez les animaux ... dans Arche de Noé golden

     
La prochaine vedette de Hollywood ne ressemblera sûrement pas à Bullet. Golden Retriever de 15 ans au museau grisonnant, Bullet se déplace avec l’agilité d’une tortue, souffre du coeur et est rongé par un cancer.
Bref : un candidat idéal à l’euthanasie. Sauf qu’il appartient à Pam Sica et que, pour sa maîtresse, l’amitié n’a pas de prix.
En avril 2000, Pam apprend que son cher Bullet a une tumeur au foie grosse comme un pois. Vu l’âge du patient, le Dr. Cangro déconseille l’opération.
La nouvelle bouleverse Pam. Elle a déjà perdu des animaux de compagnie mais jamais un ami comme Bullet. Il avait à peine 7 semaines quand elle l’a trouvé dans un panier devant sa porte, décoré d’un ruban rouge et d’une petite carte avec ces mot : « Veux-tu être ma maman ? »

Pam n’a jamais eu d’enfant malgré son désir et ses animaux sont devenus comme ses petits.

En août, la tumeur a tellement grossi que le Dr Laurence Cangro ne peut plus temporiser. Il faudrait l’opérer car une hémorragie interne pourrait être fatale. Mais pas un maître sur 10 débourserait cette dépense pour un animal aussi âgé.

Pam et Troy sont l’exception. Ils déboursent près de $5000 pour donner une chance à l’animal.

Bullet ressort vivant de la salle d’opération. Mieux, il a faim en se réveillant et, au bout de quelques jours seulement, il est de retour à la maison.

Un an plus tard, Pam a une nouvelle raison de croire aux miracles. Pendant des vacances à Walt Disney World, elle découvre qu’elle est enceinte. Le 10 avril 2002, Troy Joseph Sica vient au monde.  Mais il faut préparer Bullet à cette révolution. Pam remet donc à son mari une couverture dans laquelle le petit est emmailloté, avec pour mission de la faire renifler à Bullet pour qu’il s’habitue à cette odeur.  Son mari place donc cette couverture dans le panier qui sert de lit à Bullet.

De retour à la maison, les dernières inquiétudes de Pam s’évaporent : le chien s’attache au bébé instantanément.

Il est environ 5 heures du matin, ce 1er mai 2002. Troy dort tranquillement entre les oreillers du lit de ses parents pendant que son père prend sa douche et que sa mère lui réchauffe un biberon. Tout à coup, Bullet surgit dans la cuisine, aboyant et sautillant comme un fou. Il essaie d’entraîner Pam ver la chambre.

Mais Pam ne se presse pas à répondre à Bullet. Elle se dirige vers la salle de bain pour parler à son mari mais Bullet s’affole, bondit comme jamais elle ne l’a vu faire depuis des années et essaie frénétiquement de la diriger vers la chambre.

 

  Pam se résigne à le suivre, du pas pesant de la nouvelle maman trop tôt levée. Le bébé est bien là où elle l’a déposé, mais il a la peau d’un bleu presque fluorescent et les membres mous comme ceux d’une poupée de son. Seul un gargouillement révèle qu’il est toujours vivant.Troy sort en trombe, lui donne des tapes dans le dos. Pam appelle le 911. L’alerte est lancée : détresse respiratoire extrême. Puis Damon Alberts, un technicien ambulancier qui habite tout près, se présente à son tour, suivi de ses collègues.  La tête du bébé est trop petite pour le masque à oxygène : les ambulanciers dirigent tant bien que mal le flux de gaz sous pression vers son nez et sa bouche. Une minute après le début de la manoeuvre, le visage commence à rosir : les poumons se remettent en marche mais le bébé n’est pas encore tiré d’affaire.Emmené en ambulance à l’hôpital, il doit être réanimé une deuxième fois. Puis on le transfère au service pédiatrique et le diagnostic tombe : pneumonie.  Il passe 4 jours sous ventilateur et reçoit des antibiotiques sous perfusion pendant 2 semaines.

« Il mènera une vie normal et restera en parfaite santé tant qu’il mettra sa ceinture et évitera de conduire après avoir bu », plaisante le DThomas Biancaniello, directeur du service de pédiatrie.

Si Bullet n’avait pas tant insisté, le pronostic n’aurait pas été aussi rose. « Chez le nouveau-né, les séquelles d’une pneumonie sont souvent très graves, explique le D Marc Salzberg,. Le cerveau se développe jusqu’à l’âge de deux ans ; la privation d’oxygène l’affecte davantage durant cette période-là. Au bout de quelques minutes, l’anoxie provoque des lésions cérébrales ou même la mort ».

Comment Bullet a-t-il pu comprendre que le petit Troy étant en danger ?

« Les chiens sont très sensible au langage corporel, note le Dr Marty Becker, vétérinaire. Ils passent des heures à observer nos moindres mouvements, à écouter le rythme de notre respiration. J’imagine très bien celui-ci remarquer une immobilité inhabituelle, une absence de respiration, pressentir un danger et foncer vers le chef de sa meute, en l’occurrence, Pam, pour donner l’alerte. »

Le vrai miracle, dans cette histoire, ce n’est donc pas que Bullet ait deviné la détresse du nouveau-né étendu sur le lit. C’est que Pam ait accepté de prolonger la vie de ce vieillard deux ans auparavant.

« Je lui ai donné un supplément de vie, et il m’a rendu une vie entière » dit-elle simplement.

 

Histoire vécue
Texte tiré du  Sélection Reader’s Digest – décembre 2002.

De quoi faire culpabiliser ceux qui un jour, ont abandonné …

Classé dans : Arche de Noé — coukie24 @ 16:21

COMMENT EST-CE POSSIBLE ?

Quand j’étais un chiot, je t’ai amusé avec mes cabrioles et t’ai fait rire.
Tu m’as appelé ton enfant, et en dépit de plusieurs chaussures mâchées et quelques oreillers assassinés, je suis devenu ton meilleur ami.
Toutes les fois que j’étais méchant tu agitais ton doigt vers moi et me demandais
« Comment est-ce possible ? », mais après on s’amusait ensemble.

De quoi faire culpabiliser ceux qui un jour, ont abandonné ... dans Arche de Noé my1

Mon éducation a pris un peu plus longtemps que prévu, parce que tu étais terriblement occupé,
mais nous y avons travaillé ensemble.
Je me souviens de ces nuits où je fouinais dans le lit et écoutais tes confidences et rêves secrets,
et je croyais que la vie ne pourrait pas être plus parfaite.

my2 dans Arche de Noé

Nous sommes allés pour de longues promenades et courses dans le parc, promenades en voiture,
arrêts pour de la crème glacée (j’ai seulement eu le cornet parce que « la glace est mauvaise pour les chiens » comme tu disais),
et je faisais de longues siestes au soleil en attendant que tu rentres à la maison.

Progressivement, tu as commencé à passer plus de temps au travail et à te concentrer sur ta carrière,
et plus de temps à chercher un compagnon humain.
Je t’ai attendu patiemment, t’ai consolé après chaque déchirements de coeur et déceptions,
je ne t’ai jamais réprimandé au sujet de mauvaises décisions, et me suis ébattu avec joie lors de tes retours au foyer.

Et puis tu es tombé amoureux.
Elle, maintenant ta femme, n’est pas une « personne chien », mais je l’ai accueillie dans notre maison,
essayé de lui montrer de l’affection, et lui ai obéi. J’étais heureux parce que tu étais heureux.

Ensuite les bébés humains sont arrivés et j’ai partagé votre excitation.
J’étais fasciné par leur couleur rose, leur odeur, et je voulais les pouponner aussi.
Seulement vous vous êtes inquiétés que je puisse les blesser,
et j’ai passé la plupart de mon temps banni dans une autre pièce ou dans une niche.
Oh, comme je voulais les aimer, mais je suis devenu un « prisonnier de l’amour ».

my4

Comme ils ont commencé à grandir, je suis devenu leur ami.
Ils se sont accrochés à ma fourrure et se sont levés sur leurs jambes branlantes,
ont poussé leurs doigts dans mes yeux, fouillé mes oreilles, et m’ont donné des baisers sur le nez.
J’aimais tout d’eux et leurs caresses – parce que les tiennes étaient maintenant si peu fréquentes
et je les aurais défendus avec ma vie si besoin était.

J’allais dans leurs lits et écoutais leurs soucis et rêves secrets, et ensemble nous attendions le son de ta voiture dans l’allée.
Il y eut un temps, quand les autres te demandaient si tu avais un chien, tu leur montrais une photo de moi dans ton portefeuille
et tu leur racontais des histoires à mon propos.
Ces dernières années tu répondais juste  » oui  » et changeais de sujet.
Je suis passé du statut de « ton chien » à « seulement un chien » et vous vous êtes offensés de chaque dépense pour moi.
Maintenant, vous avez une nouvelle occasion de carrière dans une autre ville,
et vous allez déménager dans un appartement qui n’autorise pas d’animaux familiers.
Tu as fait le bon choix pour ta « famille », mais il y eut un temps où j’étais ta seule famille.

my3

 

J’étais excité par la promenade en voiture jusqu’à ce que nous arrivions au refuge pour animaux.
Cela sentait les chiens et chats, la peur, le désespoir.
Tu as rempli la paperasserie et as dit : « Je sais que vous trouverez une bonne maison pour elle ».
Ils ont haussé les épaules et vous ont jeté un regard attristé.
Ils comprennent la réalité qui fait face à un chien entre deux âges, même un avec « des papiers. »
Tu as dû forcer les doigts de ton fils pour les détacher de mon col et il a crié
« Non, Papa ! S’il te plaît, ne les laisse pas prendre mon chien ! »
Et je me suis inquiété pour lui.
Quelles leçons lui avez-vous apprises à l’instant au sujet de l’amitié et de la loyauté, au sujet de l’amour et de la responsabilité,
et au sujet du respect pour toute vie ?
Tu m’as donné un « au revoir caresse » sur la tête, tu as évité mes yeux, et tu as refusé de prendre mon collier avec vous.

Après votre départ, les deux gentilles dames ont dit que vous saviez probablement au sujet de votre départ il y a de cela plusieurs mois et que vous n’aviez rien fait pour me trouver une autre bonne maison.
Elles ont secoué la tête et ont dit : « Comment est-ce possible ? ».

Ils sont aussi attentifs à nous ici dans le refuge que leurs programmes chargés le leur permettent.
Ils nous nourrissent, bien sûr, mais j’ai perdu l’appétit il y a plusieurs jours.
Au début, chaque fois que quelqu’un passait près de ma cage, je me dépêchais en espérant que c’était toi,
que tu avais changé d’avis, que c’était juste un mauvais rêve…
ou j’espérais tout au moins que ça soit quelqu’un qui se soucie de moi et qui pourrait me sauver.
Quand je me suis rendu compte que je ne pourrais pas rivaliser avec les autres chiots qui folâtraient pour attirer l’attention,
je me suis retiré dans un coin de la cage et ai attendu.

J’ai entendu ses pas quand elle s’approchait de moi en fin de journée, et j’ai trottiné le long de l’allée jusqu’à une pièce séparée.
Une pièce heureusement tranquille. Elle m’a placé sur la table et a frotté mes oreilles, et m’a dit de ne pas m’inquiéter.
Mon coeur battait d’appréhension à ce qui était à venir, mais il y avait aussi un sentiment de soulagement.
Le  « prisonnier de l’amour » avait survécu à travers les jours. Comme c’est dans ma nature, je me suis plutôt inquiété pour elle.
Le fardeau qu’elle porte pèse lourdement sur elle, et je le sais, de la même manière que je connaissais votre humeur chaque jour.
Elle a placé une chaîne doucement autour de ma patte de devant et une larme a roulé sur sa joue.

J’ai léché sa main de la même façon que je te consolais il y a tant d’années.
Elle a glissé l’aiguille hypodermique habilement dans ma veine.
Quand j’ai senti la piqûre et le liquide se répandre à travers mon corps,
je me suis assoupie, l’ai examinée de mes gentils yeux et ai murmuré :  » Comment as-tu pu ? ».
Peut-être parce qu’elle comprenait mon langage, elle a dit  » je suis si désolée. »
Elle m’a étreint, et m’a expliqué précipitamment que c’était son travail de s’assurer que j’allais à une meilleure place
où je ne serais pas ignorée ou abusée ou abandonnée, où j’aurais à pourvoir moi-même à mes besoins,
une place remplie d’amour et de lumière très différent de cet endroit.
Et avec mes dernières forces, j’ai essayé de me transporter jusqu’à elle et lui expliquer avec un coup sourd de ma queue
que mon  » Comment as-tu pu ? » n’était pas dirigé contre elle.
C’était à toi, Mon Maître Bien-aimé, que je pensais.

my5

Je penserai à toi et t’attendrai à jamais.

Puisse tout le monde dans ta vie continuer à te montrer autant de loyauté.

Texte écrit par Par Jim Willis 2001 trouvé chez : http://www.chezmaya.com/div/estcepossible.htm qui l’a lui-même pris chez : http://www.chien.education.free.fr/Vousetlechien/CHIENW_1/chienw_1.htm

Merci de faire suivre ce texte pour sensibiliser les personnes désireuses de prendre un animal de compagnie, ce n’est pas un jouet ou un objet que l’on prend ou achète et puis qu’on jette !!! On vous confie une VIE !

La décision d’ajouter un animal familier à la famille est une importante décision pour la vie,  les animaux méritent notre amour et nos soins,  la recherche d’une autre maison appropriée pour votre animal est de votre responsabilité, toute vie est précieuse.

S’il vous plaît, ayez du coeur !

Ils vous font confiance !

Pensez-y !

 

23 mai, 2014

La fête des mères, c’est dimanche !

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 18:53

Le coeur d’une mère

Image de prévisualisation YouTube

Voici les paroles  …

La fête des mères, c'est dimanche ! dans Autres fêtes ou évènements 1351173313

Il y a dans son appartement
Une photo de moi petit enfant
Qu’elle regarde tendrement
Souvent le soir en se couchant

Elle se souvient de mes premiers pas
De ces nuits où elle ne dormait pas
Seule à surveiller mon silence
Elle se rappelle de mon enfance

Pour le cœur d’une mère
Quoique l’on puisse faire
On restera toujours un enfant
Car l’amour d’une mère
Reste le plus sincère
Quoiqu´il arrive au fil du temps

Dans les bras d’une mère
On apprend la tendresse
Les premiers sentiments, les premières caresses
On aimerait refaire le chemin à l’envers
Pour retrouver les bras d’une mère

Elle a passé toutes ces années
Dans l’ombre de ma vie à rêver
Cent fois elle a tracé d’avance
Le chemin de mon existence

Elle s’est tant fait du mauvais sang
Lorsque j’étais adolescent
Toutes ces nuits à compter les heures
A s’inquiéter, à avoir peur

Pour le cœur d´une mère
Quoique l´on puisse faire
On restera toujours un enfant
Car l’amour d’une mère
Reste le plus sincère
Quoiqu’il arrive au fil du temps

Dans les bras d’une mère
On apprend la tendresse
Les premiers sentiments, les premières caresses
On aimerait refaire le chemin à l’envers
Pour retrouver les bras d’une mère

Pour le cœur d´une mère
Quoique l´on puisse faire
On restera toujours un enfant
Car l’amour d’une mère
Reste le plus sincère
Quoiqu’il arrive au fil du temps

Dans les bras d’une mère
On apprend la tendresse
Les premiers sentiments, les premières caresses
On aimerait refaire le chemin à l’envers
Pour retrouver les bras d’une mère

Et même si aujourd´hui
Je ne suis plus tes pas
Ne t’en fais pas, je pense toujours à toi
C’est fou comme je t’aime
Tu restes tout pour moi
Car le cœur d’une mère
Ne se remplace pas

22 mai, 2014

L’enfant pèse d’abord sur les bras des parents …

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 16:47

Richard Ramsey2

L’enfant pèse d’abord sur les bras des parents et plus tard sur leur coeur.
Proverbe anglais

24 février, 2014

GRAND est celui qui …

Classé dans : regards d enfants (53) — coukie24 @ 18:36

d2baada9

« GRAND est celui qui n’a pas perdu son coeur d’enfant ».

- Mencius -

21 février, 2014

Le Bonheur …

Classé dans : Le Bonheur (153) — coukie24 @ 15:33

LE BONHEUR !

Le Bonheur ... dans Le Bonheur (153) 1392913918

 

1304603176 dans Le Bonheur (153) 
Il vient du ciel
Il fait tourner la tête
Il ne s’explique pas
Nul au monde
Ne peut l’acheter
Car il n’a pas de prix.
Pour un Roi, pour un Prince
Ou pour un simple vagabond
Il est toujours le même
Car il n’a pas de mesure…
Il est l’immensité.

Le Bonheur !
C’est la joie de l’enfant qui reçoit un jouet
Le doux regard de celle ou celui que tu aimes
Une musique qui te saisit et te fait frissonner

Ferme les yeux… ton coeur palpite… c’est le bonheur !
Un mot gentil, une attention délicate, un sourire
Ça te remue le coeur… c’est le bonheur

Ne le cherche pas dans des rêves impossibles
Ne le cherche pas dans des projets fabuleux
La vie est si belle ! La nature est si riche !
Le bonheur est là, dans la simplicité
Chacun sur cette terre a le droit de le posséder
Chacun sur cette terre peut le fabriquer.

Viens ! Viens ! Sans dire un mot ! Ouvre les yeux !
Avec un peu de coeur, avec un peu d’amour
Le bonheur est là … à ta portée.

Auteur inconnu

BONNE JOURNÉE !

1304603176

123
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux