DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Recherche : bougie du temps

31 octobre, 2018

ze – Halloween

Classé dans : — coukie24 @ 1:44

jqgz4wfz.gif

halloween841lt5.gif

Fantôme. Signe extérieur évident dune frayeur interne.

[Ambrose Bierce]

chauvesourisan06.gif

bloggifhalloween.gif

chauvesourisan06.gif

Nos cauchemars, cest notre âme qui balaye devant sa porte.

Jacques Deval

 

halloweenvocation2.jpg

Histoire et origines d’Halloween

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Halloween ne vient pas des Etats-Unis. Son existence est beaucoup plus ancienne et la fête est née pas si loin de chez nous. Elle est en effet dérivée de la célébration de Samain (nom irlandais) ou Samonios (nom gaulois), créée par les Celtes. Cette fête religieuse, conduite par des druides, se tenait à la fin de l’automne (à la fin des récoltes) et marquait l’entrée dans une nouvelle année. En Irlande et en Gaule, on craignait cette nuit de Samain, durant laquelle des esprits maléfiques pouvaient sévir. Pour éviter cette présence « noire » et éloigner le danger, les habitants allumaient des feux en plein air. Cette nuit était aussi un « entre-temps » entre le monde des vivants et des morts. Les Celtes laissaient leurs portes ouvertes pour que les défunts de leurs familles puissent revenir pour quelques heures parmi les vivants.

Cette tradition s’est quelque peu éteinte avec l’arrivée des Romains en Gaule et du christianisme dans ces contrées, aux alentours du Ve siècle. Le pape Boniface IV déclara même en 610 que cette fête était païenne et décida de créer la Toussaint, fête de tous les saints. Célébrée à cette époque le 13 mai, la Toussaint changera de date au VIIIe siècle et sera fixée au 1er novembre. Certains historiens y voient clairement une référence à la fête celte de Samain, une volonté de christianiser la Samain. Une référence qui trouvera également un écho quand sera instituée au Xe siècle la fête des morts le 2 novembre, lendemain de la Toussaint.

Date 2016 et nom d’Halloween

En 2016, Halloween sera fêtée le lundi 31 octobre. Malgré la christianisation de la fête de fin octobre, des traditions populaires restent ancrées chez les Irlandais. Du coup, lorsque ceux-ci émigrent en masse vers les Etats-Unis au XIXe siècle pour fuir la famine, ils importent dans leurs bagages croyances et célébrations. De quoi faire renaître la fête d’Halloween. Et le nom même d’Halloween fait directement référence à la Toussaint. Il est dérivé de « All Hallows Eve » ou « All Hallows Even », soit la veille de la nuit sainte. Donc la veille du 1er novembre : le 31 octobre.

ze - Halloween  dans Généralités & Divers (152) 10175989
Une belle citrouille d’Halloween © pressmaster – Fotolia.com

Jack O’Lantern et la citrouille d’Halloween

Que serait Halloween sans ses citrouilles ? Et sans le personnage emblématique de Jack O’Lantern ? Celui-ci trouve aussi ses origines en Irlande. Dans un conte traditionnel, Jack, un maréchal-ferrant porté sur l’alcool, rencontre le diable dans un bar. Le malin lui réclame son âme mais Jack parvient à le piéger. S’en suivent d’autres défis lancés entre l’Irlandais et le diable. Lorsque Jack meurt, un 31 octobre, les portes du paradis lui restent fermées… tout comme celle de l’Enfer. Il est donc condamné à errer dans les ténèbres. Mais il obtient une dernière faveur de la part du Diable : un charbon ardent, pour éclairer sa route. Jack le place dans un navet creux, faisant office de lanterne. La légende veut que l’ivrogne irlandais, âme damnée, réapparaîsse tous les ans, le jour de sa mort, à Halloween. Le navet est donc l’ancêtre de la citrouille actuelle, dans laquelle on place une bougie, et qui se montre plus facile à sculpter.

2ckxc677 dans Généralités & Divers (152)

florahalloween-13891e2

halloweenblog.jpg

chandellean011.gif

813318c881.jpg

cerceuilan011.gif

unchateauimageplayer432324.jpg

booan011.gif

h2amongushaut23.jpg

booan021.gif

fantome.jpg

chandellean021.gif

 diapo225b987ce93529822a1ff5f0ddb94489.jpg

chandellean041.gif

creationsnumeriquescuisinerhalloweenvichyfrance11545388471075244.jpg

chatan011.gif

ambianceimageplayer432324.jpg

chauvesourisan021.gif

8 décembre, 2014

Conte de Noël …

3124

Il était une fois un petit sapin qui vivait dans la montagne avec son papa, sa maman, ses frères et sœurs. C’était au début de l’hiver. La neige recouvrait tout et Sylvain* – c’était le nom du petit sapin – était fier de son nouvel habit blanc aux reflets bleutés.

Un jour, des hommes rudes et bruyants arrivèrent et, brutalement, le coupèrent du sol avec une scie, ainsi que ses frères et ses sœurs, ses cousins et ses cousines. Ils en firent un gros paquet et les emportèrent malgré l’indignation de leurs parents qui, ne pouvant ni bouger pour protéger leurs enfants, ni parler le langage des hommes pour les implorer de ne pas détruire leur famille, restèrent seuls, tristes et malheureux. Sylvain, ses frères et sœurs, ses cousins et ses cousines, furent descendus en ville et déposés sur un trottoir devant un grand magasin tout illuminé et tout décoré. Il y avait beaucoup de monde. Parfois, une personne s’arrêtait, choisissait un petit sapin et l’emportait avec elle. C’est ainsi que Sylvain fut bientôt séparé de ses frères et sœurs, de ses cousins et cousines.

Il fut emporté dans un appartement, au dernier étage d’un immeuble, et fut mis dans un cagibi étroit et obscur. C’était le soir. Sylvain pensa à ses frères et sœurs, à ses parents, et des larmes silencieuses coulèrent le long de ses aiguilles. Peu de temps après, épuisé par les émotions de la journée, il sombra dans un sommeil agité. Il fut réveillé par des cris et des rires. La porte du cagibi s’ouvrit brusquement et deux petits enfants d’homme se précipitèrent, l’empoignèrent et l’emportèrent dans une grande salle vivement éclairée. Ils le déposèrent dans un coin en enfonçant son pied dans un trou à sa pointure pour qu’il tienne debout tout seul. Puis, avec l’aide de leur maman, ils commencèrent à le vêtir de guirlandes or et argent, de grosses boules multicolores, de bougies et de flocons de coton blanc. Au sommet de sa tête pointue, ils placèrent une étoile filante scintillante. Quand ils eurent achevé la décoration, les deux enfants et leur maman allumèrent mes bougies en chantant « Mon beau sapin, roi des forêts … »

Sylvain se sentit heureux car il avait retrouvé une famille. Il en oublia la montagne, ses parents, ses frères et sœurs, ses cousins et cousines. La journée passa tranquillement, les parents occupés à préparer le repas de Noël et les enfants absorbés par des jeux calme. Sur le soir, chacun vint déposer à son pied une paire de souliers et une enveloppe sur laquelle on pouvait lire : Cher Père Noël, et on éteignit les bougies.

Très tôt le lendemain matin, les deux enfants firent irruption dans le salon, en pyjama et pieds nus et se ruèrent sur les paquets cadeaux qui avaient été déposés au pied de Sylvain pendant la nuit. Ce dernier n’avait rien vu, car il avait dormi profondément en faisant plein de beaux rêves. Les paquets furent rapidement déchirés, rapidement éventrés, et les jouets rapidement déballés. Les parents apparurent peu après, encore tout endormis, et ouvrirent à leur tour leurs paquets. Tous semblaient enchantés de ce qu’ils avaient reçu. Les enfants jouèrent toute la matinée, tandis que les parents dressaient la grande table ronde au milieu du salon.

A midi, des invités arrivèrent avec les bras plein de cadeaux. Ce fut encore un grand déballage, puis des rires de bonheur et des embrassades. Ensuite après avoir allumé les bougies du petit sapin, tout le monde se mit à table et le repas se déroula dans la bonne humeur. A la nuit tombante, les invités partirent. Les parents et les enfants débarrassèrent la table, donnèrent un coup de balai, s’installèrent dans le canapé et regardèrent la télévision. Au premier bâillement, tout le monde se leva et, après avoir éteint le poste, les bougies du petit sapin et la lampe du salon, tout le monde disparut par la grande porte du fond.

Sylvain resta seul dans le noir. Il fut envahi par une grande tristesse. Toute la journée, il avait été le plus heureux des petits sapins. Maintenant, il se sentait abandonné. Personne n’avait eu la moindre attention pour lui avant de quitter le salon. Les jours qui suivirent furent moroses. Les enfants venaient parfois pour jouer, mais ils n’avaient aucun regard pour le petit sapin. Sylvain commença à déprimer et à s’étioler. Un matin, la maman des enfants dit : « Le sapin perd ses aiguilles. Il faudra bientôt s’en débarrasser. » Le soir même, le papa des enfants dévêtit le petit sapin de sa belle décoration, l’emporta, le descendit au bas de l’immeuble et le jeta sur le trottoir près des poubelles.

Sylvain s’abandonna alors au désespoir. Il serra ses petites branches contre son tronc afin de se protéger de la bise glaciale qui balayait la rue. Il pensa alors à ses parents, à ses frères et sœurs, à ses cousins et cousines, à la montagne et son manteau de neige. Il se dit que la vie était bien injuste et qu’il était bien trop jeune pour mourir. Il se dit aussi que les humains étaient ingrats, égoïstes et cruels. Il se laissa glisser peu à peu dans un profond engourdissement. Il rêva qu’il s’envolait dans un ciel rempli d’étoiles et qu’il arrivait sur une montagne blanche et ensoleillée où l’attendaient ses parents, ses frères et sœurs, ses cousins et cousines, tout le peuple épicéa en habit blanc aux reflets bleutés.

(Extrait de « L’oiseau du crépuscule et autres récits » de Georges-Claude Grandjean, Editions Almathée 

bougie

1 novembre, 2013

Histoires qu’on se raconte à Halloween …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 0:02

Histoires qu'on se raconte à Halloween ... dans Autres fêtes ou évènements halloween_04276_345c793158d12e1fc02ed629bce82f9c

D'autres légendes....

La légende de Bloody Mary

skulblinking_de92324ebabe2c9619b10fe9ff88ae41 dans Autres fêtes ou évènements

La Vierge sanglante veut que lorsqu’on est dans une pièce sombre, devant un miroir éclairé à la chandelle et que l’on prononce « Bloody Mary » treize fois de suite, un visage de femme ensanglantée fait son apparition dans le miroir pour parfois s’attaquer à ceux qui l’ont appelé.

Plusieurs façons différentes d’invoquer cette mystérieuse femme semblent d’ailleurs exister. La façon la plus populaire reste quand même la suivante. S’enfermer dans une salle de bain munie d’un grand miroir, y éteindre les lumières pour s’y retrouver dans la noirceur complète et allumer deux bougies que l’on placera de chaque côté du miroir. Fixer le miroir très attentivement, droit dans les yeux de votre propre réflexion. Débutez ensuite à prononcer à voix très basse et très douce, voire presqu’invitante, le nom de « Bloody Mary » puis commencez à tourner sur vous même. Tout en continuant de tourner, prononcer le nom de l’esprit de plus en plus fort, presque comme dans un chant, pour que vers la treizième fois, vous l’imploriez, presqu’en criant. À chaque tours sur vous même, fixer le miroir en passant. Au treizième tours, votre réflexion sera maintenant celle de la Vierge sanglante.

À ce qu’on dit, elle est vraiment effrayante, son visage recouvert de sang et ses mains devant elle qui cherchent à vous prendre. Pour quelques croyants, cette femme ne veut que vous effrayer en bondissant de l’avant, vers vous. D’autres affirment que la Vierge sanglante vous attaque littéralement, vous laissant vous aussi en sang si vous ne vous échappez pas à temps.

Cette légende a tellement été prise au sérieux qu’en 1978, aux États-Unis, la folkloriste Janet Langlois décida d’écrire un essai sur cette histoire. On l’utilise encore dans certains cours universitaires sur les légendes urbaines en Amérique. Le film CANDYMAN est d’ailleurs basé sur cet essai.

Une autre croyance, adapté pour les plus braves, est celle de provoquer l’apparition de Bloody Mary en ajoutant à son nom la phrase suivante: « Bloody Mary, I killed your baby! » (Vierge sanglante, j’ai tué ton enfant). Cependant, on raconte qu’une telle invocation provoque une attaque de l’entité. Une attaque sauvage et sans merci.

Plusieurs pensent que Bloody Mary est la Vierge Marie en personne venue vous avertir de ne pas jouer avec son nom, ni le nom de son Fils, Jésus. D’autres racontent qu’elle serait une sorcière jadis brûlée vif par les habitants de son village pour sorcellerie et que quiconque invoque son nom sera frappé par la malédiction dont elle menaça ceux qui l’ont brûlée. Une minorité disent que c’est l’esprit d’une femme décédée avec son fils dans un accident d’auto quand la voiture s’enflamma, laissant sans vie la mère et le petit. La dame décida de vivre à jamais dans les miroirs, pour se venger de ceux qui ont tué son enfant. Tant d’histoires, laquelle croire?

Alors, serez-vous assez brave pour tenter l’expérience?

halloweenhouse_49f3269bfbf8a0f029886558e532460c

La légende de Grand-mère

Il y a quelques jours, je suis allée chez ma grand-mère. Le jour de la pleine lune elle a verrouillé toutes les portes, fermé les fenêtres et elle s’est assurée 8 fois qu’elle avait bien verrouillé, fermé, barré etc.. Stupéfaite, je lui est demandé ce qu’elle faisait? Elle m’a répondu que chaque pleine lune une personne venant de l’autre monde allait dans chaque ville et allait posséder quatre jeunes gens! Et si par malheur tu laisses une pomme dans ta salle de bain le soir de la pleine lune, pour eux c’est une invitation! J’ai raconté l’histoire à mes amis et la majorité m’ont dit que leur grand-parents leurs avait dit la même histoire. Je compte bien voir si ma grand-mère a dit vrai. Je vais laisser une pomme dans ma salle de bain la prochaine pleine lune

 

squelet13_5d7e43d0db6dec486c344fb12f7bab1a

Lisez c’est trop trop trop bizarre…
Le chiffre 11…

1) New York City comporte 11 lettre
2) New york est l’état n°11 des USA.
3) Afghanistan comporte 11 lettres.
4) « The Pentagon » comporte 11 lettres.
5) Ramsin Yuseb comporte 11 lettres.
6) George W. Bush comporte 11 lettres.

Vous me direz, jusque-la de simples coïncidences ?
Alors continuons, et là ça devient vraiment bizarre…

7) Le premier vol a se planter contre les Twin Towers était le vol 11.
8) Le vol Nº11 comptait 92 passagers, ce qui donne en additionnant 9+2=11.
9) Le 2ème vol Nº77, comptait 65 passagers soit 6+5=11.
10) La tragédie a eu lieu le 11 de Septembre, soit le 11/9 (1+1+9=11).
11) La date coïncide avec le numéro des urgences 911 or 911=9+1+1=11.

Et maintenant encore plus bizarre…

12) Le nombre de victimes dans les 2 avions s’élève a 254 passagers. 254 : 2+5+4=11.
13) Le 11 Septembre, est le 254 ème jour de l’année soit : 2+5+4=11.
14) A partir du 11 septembre il reste 111 jours jusqu’a la fin de l’année.
15) Nostradamus (11 lettres) a prévu la destruction de New-York dans son chapitre 11.

Et voici le plus inquiétant…

L’attentat de Madrid qui a tué 209 personnes (2+9=11) s’est produit
le 11.03.2004 = 1+1+3+2+4=11.
Enfin est-il utile de rajouter que les Twin Towers de par leur formes nous rappelle le chiffre 11 et que les trains de Madrid étaient programmés pour sauter à leur entrée en gare au moment où ils se croisent (11 vu du dessus)

BIZARRE  COÏNCIDENCE  NON !!

2 novembre, 2010

Le Temps par Charles Aznavour …

Classé dans : Chansons et musiques sélectionnées,Le Temps (89) — coukie24 @ 7:50

googlerecherchetempsreel.jpg

235bougie20temps20qui20passemaxi.gif

Laisse-moi guider tes pas dans l’existence
Laisse-moi la chance de me faire aimer
Viens, comme une enfant, au creux de mon épaule
Laisse-moi le rôle de te faire oublier 

letemps.bmp

Le temps qui va
Le temps qui sommeille
Le temps sans joie
Le temps des merveilles
Le temps d’un jour
Temps d’une seconde
Le temps qui court
Ou celui qui gronde

334lespaceetletemps.jpg

{Refrain:}
Le temps, le temps
Le temps et rien d’autre
Le tien, le mien
Celui qu’on veut nôtre
Le temps, le temps
Le temps et rien d’autre
Le tien, le mien
Celui qu’on veut nôtre

Le temps passé
Celui qui va naître
Le temps d’aimer
Et de disparaître
Le temps des pleurs
Le temps de la chance
Le temps qui meurt
Le temps des vacances

img5754.jpg

{au Refrain}

Le temps glorieux
Le temps d’avant-guerre
Le temps des jeux
Le temps des affaires
Le temps joyeux
Le temps des mensonges
Le temps frileux
Et le temps des songes

395319bo6.gif

{au Refrain}

Le temps des crues
Le temps des folies
Le temps perdu
Le temps de la vie
Le temps qui vient
Jamais ne s’arrête
Et je sais bien
Que la vie est faite

Du temps des uns
Et du temps des autres
Le tien, le mien
Peut devenir nôtre
Le temps des uns
Et le temps des autres
Le tien, le mien
Peut devenir nôtre

Le temps

organisersontemps.jpg

{au Refrain}

Le temps, le temps, le temps

tempsmodernes.jpg

1 octobre, 2010

Conseils pratiques pour prévenir la déprime…

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:42

Conseils pratiques pour prévenir la déprime... dans Santé (166) 4369

En France, une personne sur 5 connaît un jour un épisode dépressif. C’est beaucoup. Mais sans être dépressif, tout le monde peut passer par des moments de déprime, où le moral baisse dangereusement. Si nous ne nous laissons pas tous couler, c’est que, sans en avoir parfois conscience, nous mettons en place des stratégies de prévention.

Comment prévenir la déprime ?

Pour prévenir une déprime, il y a d’abord les attitudes à éviter…
Les stimulants sont néfastes : fumer une cigarette, boire un verre, manger une barre de sucreries, peut sembler donner un coup de pouce. Et c’est bien le cas, mais de manière très fugace. Quelques heures plus tard, la baisse de moral revient, bien plus basse qu’elle ne le serait si l’on n’avait pas usé de stimulant artificiel. Au total, les drogues, les excitants, loin d’aider à remonter la pente, vous entraînent encore plus bas.

Contre la déprimer il y a des attitudes à favoriser :

Augmentez votre dépense physique. Si vous avez le blues, difficile de vous conseiller une heure de footing par jour. Mais sachez que même un tout petit exercice sera extrêmement bénéfique. Allez par exemple marcher 10 minutes. C’est très peu, mais déjà positif… même si vous le faites à l’intérieur, chez vous ! Vous en ressentirez les bienfaits pendant au moins deux heures. Prenez l’air. Ne restez pas enfermé, allez vous asseoir sur un banc dans un jardin public, jardinez, marchez ou même ouvrez la fenêtre et prenez l’air. Vous gagnerez en lumière, en oxygène, et ça fera du bien à votre moral.
Donc, l’idéal est de marcher dehors, dans un endroit où vous êtes entouré de nature !

Prenez soin de vous. Toilette, maquillage, parfum, douche, vêtements seyants, chouchoutez-vous. Cela paraît être de toutes petites choses. Et pourtant, la manière dont vous traitez votre corps est à l’image de la valeur que vous lui donnez. Il est très précieux et mérite le meilleur. Plus vous en prendrez soin, plus il aura de valeur positive à vos yeux. Pensez à vous offrir un gel douche délicieusement parfumé, une brosse à dents neuve, une nouvelle lime à ongles…

Respirez avec une grande amplitude. C’est un exercice minimal de relaxation à faire au moins une dizaine de fois par jour. Cela détend, apaise. Et cela ne vous prend guère de temps !

Donnez-vous du temps de contact agréable. Souriez à la caissière, remerciez la personne qui vous a tenu la porte, téléphonez à des amis, rencontrez vos proches, rendez-leur service ou demandez-leur un service… Chaque contact humain positif vous fait du bien au moral. Alors, cultivez-les volontairement.

Organisez l’espace autour de vous. Votre environnement doit être plaisant pour vous aider à aller vers des idées et une vie plaisante. Offrez-vous une plante, de jolies bougies, un tableau ou faites pousser un bulbe de tulipe, changez un peu l’ordonnance des meubles, choisissez une couleur gaie pour votre housse de couette, vos oreillers…

Contre la déprime : faites-vous du bien

Et puis, pensez à tout ce qui vous fait du bien à vous personnellement qui n’est peut-être pas superposable à quelqu’un d’autre. Une balade en forêt, un bon film au cinéclub, un roman policier, un spectacle comique, une visite au musée d’art moderne, un délire entre amis, faire les magasins, bricoler, jardiner, etc. Au total, avant de penser aux grands changements pour vous sentir mieux, commencez par les tout petits pas. Ils vous permettront d’en faire de plus grands ensuite.

Article publié par Dr Catherine Solano – médecin sexologue le 08/01/2007

29 octobre, 2009

Les Origines de la fête d’Halloween…

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 18:04

06683904.jpg

D’où vient la fête d’Halloween ?

La fête d’Halloween a lieu le 31 octobre au soir ; Elle est fêtée la veille de la Toussaint. La tradition veut que les enfants se déguisent avec des costumes terrifiants et aillent sonner aux portes en demandant des bonbons en criant « Trick or treat » (« des bonbons ou un sort! »).

Les Origines

Halloween est une fête traditionnelle américaine qui tire sans doute sa lointaine origine de la tradition celtique : il y a vingt-cinq siècles, les Gaulois fêtaient leur jour de l’an – appelé Samain – aux environs du 1er novembre. Importée pour finir sur le nouveau continent par les immigrants catholiques irlandais – l’Irlande ayant été évangélisée très tardivement, c’est le pays où la fête de Samain a subsisté le plus longtemps.

Son nom actuel serait une altération de « All Hallow’s Eve », la veille de la fête catholique de la Toussaint.

Les Costumes

Les costumes les plus populaires sont, pour les garçons, les costumes de supers héros : Bob l’Éponge,
Batman, Spiderman , Scooby-Doo, Shrek, Harry Potter, le Seigneur des Anneaux, Freddy & Jason, …

Chez les filles, les costumes des supers héroïnes, de princesses et de sorcières, les déguisements de Barbie et Disney remportent les suffrages.


Le Symbole
bbb706296701470ea55a202fa17673bf.jpg Le symbole d’Halloween est le potiron ou la citrouille (Jack-o’-lantern en anglais) : on les découpe pour y dessiner, en creux, un visage, avant d’y placer une bougie en son centre.
Quand on pense à Halloween, les thèmes qui nous viennent à l’esprit sont ceux de la mort, magie noire, les vampires, monstres mythiques, fantômes, sorcières, chauves-souris, chats noirs, lutins, dames blanches, zombis et démons, aussi bien que certaines figures littéraires telles que le monstre de Dracula et de Frankenstein.

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux