DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

28 août, 2009

Superbes couleurs d’automne…

Classé dans : Belles images,Les Saisons (115) — coukie24 @ 16:48

Superbes couleurs d'automne... dans Belles images g5aiz0qe

9ikr8wzi dans Les Saisons (115)

pdr2uhyq

xub17nr8 

17 août, 2009

Si on était des oiseaux…

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 23:46

Et si on était…des Si on était des oiseaux... dans Poésies, Fables, contes, ... (171) alphabet-animaux-oiseaux !

x0x53ligne_1 dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

oiseauxmigrateursreflets.gif

On devrait vivre comme les oiseaux.

S’en aller souvent dans des pays chauds 

Quitter nos montagnes, notre sous-bois.

Quand durant l’hiver il fait froid.

4942957

Au printemps, on se ferait un autre nid.

                               On recommencerait une nouvelle vie.

Et tout l’été on s’en irait chasser.

Du blé, des fleurs, tout ce qu’on voudrait manger.

Puis l’automne, on partirait en voyage.

On passerait nos hivers sur les plages.

Ou dans l’ombre des palmiers.

Avec des snowbirds à la peau bronzée.

oiseaux022

La plupart des oiseaux aiment la mer.

C’est un peu leur résidence secondaire.

Chez nous ils ne paient jamais d’impôts.

Et ils écoutent très rarement la météo.

Alors, quand ils partent en vacances.

Ils se moquent pas mal du prix de l’essence.

Ils n’ont pas besoin de passeport.

oiseaux004

Oui, on devrait tous, être des oiseaux.

Parler deux langues bien comme il faut.

Nous laisser souvent bercer par le vent.

A chaque automne et au printemps.

Pour retrouver nos paysages ensoleillés.

Et nos lacs qui ne seraient pas contaminés.

image001

Texte: Claude Marcel Breault
x0x53pbe

 

14 avril, 2009

Trucs de grand-mère et médecines naturelles pour soulager les petits maux

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 16:48

Trucs de grand-mère et médecines naturelles pour soulager les petits maux                            granny.gif

C’est toujours quand il n’y a pas une pharmacie ouverte à la ronde que la douleur en profite pour nous surprendre. Sans aller jusqu’à jouer les MacGyver, on peut déjà soulager pas mal de petits problèmes, avec ce que l’on trouve à la maison.

Si on a du paracétamol, c’est presque toujours gagné car cet antalgique, qui est le mieux toléré de tous, soulage maux de tête, fièvre, maux de ventre et douleurs dentaires. Sinon, on peut toujours ruser en se servant des ‘trucs de grand mère’ et des médecines naturelles qui marchent …

1 – Du froid

Quelques glaçons dans un plastique et un linge (pas de contact direct sur la peau), c’est tout ce qu’il nous faut en cas de choc, car le froid insensibilise et réduit l’œdème en contractant les petits vaisseaux. Mais le froid a encore bien d’autres cordes à son arc : il nous soulage à chaque fois qu’on a un problème ligamentaire (entorse ou tendinite). Et en cas de saignement de nez rebelle à la compression (deux doigts sur la narine qui saigne pendant 2 minutes), le froid contracte les petits vaisseaux qui saignent et diminue de fait le saignement.

2 – Du chaud

Un feu de bois dans la cheminée ou un simple radiateur allumé : il n’en faut pas plus pour soulager une douleur rhumatismale. Le chaud est aussi l’allié de toutes les douleurs musculaires : en cas de crampe ou après un claquage, il soulage rapidement !

3 – De l’eau salée

Ca n’est pas seulement utile pour faire cuire des pâtes ! Quand on est en panne de sérum physiologique et qu’on est enrhumé, un lavage à l’eau salée est vraiment une bonne idée. Que la cause de notre malheur soit des germes ou des pollens, voilà qui permet de laver nos fosses nasales et donc, d’évacuer un maximum d’indésirables (effet ‘karcher’).

4 – Un sachet de thé noir mouillé

Si on a un aphte, c’est le moment de s’y intéresser. Son action anti-inflammatoire calme la douleur locale, à condition de refroidir le sachet avant usage. Une alternative : mâcher des feuilles crues de basilic qu’on destinait à la cuisine.

5 – Des petites fleurs de lavande

Ce n’est pas pour les mettre en sachet dans le linge, mais pour se préparer une infusion anti-stress. En juillet et en août, on en trouve dans presque tous les parcs et jardins, il n’y a qu’à se baisser pour les récolter ! Il n’y a plus qu’à préparer la boisson à raison de 5 grammes au maximum pour un litre d’eau bouillante, qu’on laisse infuser 5 minutes comme pour du thé. C’est amer, mais avec du miel, ça passe…

6 – Du romarin

N’importe quel sachet d’herbes de Provence en contient. Il suffit d’une petite cuillère de feuilles séchées qu’on laisse infuser dix minutes dans une tasse d’eau bouillante pour que ça fasse notre affaire en cas de digestion difficile. En effet, le romarin stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire et calme les spasmes digestifs : lourdeurs et ballonnements disparaissent.

7 – Massage des pieds

Chaque pied comprend pas moins de 7200 terminaisons nerveuses. Il suffit donc d’appuyer sur une zone sensible en réflexologie plantaire et c’est le soulagement assuré.

En cas de mal de ventre dû à un côlon irritable (colite), on doit masser au niveau de la plante du pied droit, sur la voûte, juste devant le talon.

En cas de coup de ‘pompe’, on commence par masser la plante du pied gauche, en alternant des petits cercles, des pressions et des relâchements successifs, depuis le talon jusqu’aux orteils. On termine par des effleurages avant de passer au pied droit. Un bon truc : si on met quelques gouttes d’huile d’amande douce sur la main qui masse, ça ‘glisse’ mieux.

8 – Une ampoule à incandescence de 100 watts

Avant de passer aux ampoules ‘écolos’ pour s’éclairer, on se met une ampoule classique de côté. Ce n’est pas une blague ! Car en automne, lorsque les jours raccourcissent, beaucoup de Français ont le moral en chute libre. Cela s’explique physiologiquement : on a besoin de beaucoup de lumière le matin pour freiner la sécrétion d’hormone mélatonine le jour. Or cette hormone influence notre humeur et lorsque sa sécrétion est augmentée, une dépression saisonnière peut apparaître, comme pour 4 % des Français. La parade consiste alors à s’exposer le matin à une lampe spéciale délivrant au moins 2500 lux. En cas de dépression saisonnière avérée, on ne peut pas faire moins.

Mais pour les autres, qui accusent juste une petite baisse de moral sans aller jusqu’à la dépression, un simulateur de l’aube suffit. Il imite le lever du soleil en produisant une luminosité croissant de 0 à 400 lux en 30 minutes : cela augmente la production matinale de cortisol (l’hormone de l’énergie) et le tour est joué. Or quand on n’a pas encore de simulateur, on peut se servir de sa bonne vieille ampoule à incandescence de 100 watts. Environ une demi-heure après le réveil, on s’installe dans une pièce de 3m2 éclairée par cette ampoule pendant au moins 10 minutes. On reçoit ainsi nos 400 lux : de quoi stimuler, synchroniser nos horloges biologiques internes et garder un moral d’acier !

Plus d’informations
‘Le Guide des médecines naturelles’ par le Dr J. E. Altherr, éd. Flammarion.
Dr Philippe Presles

velo.gif

9 mars, 2009

La brume

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 16:03

brumetang.jpg

La nuit n’a pas fini d’ôter son lourd manteau
Et l’aurore timide se frotte encore les yeux
Le frais matin d’automne traîne comme un fardeau
Les nuages grisâtres qui ornent encore les cieux

Puis la lumière s’installe, prend ses aises et s’étend
Elle éclaire, diaphane, les ombres qui s’enfuient
Quand la brume s’étale du bosquet à l’étang
En semant ça et là des perles qu’elle oublie.

Les sons semblent sortir de nulle part, du néant
Le sursaut d’une carpe, ou du cygne l’essor
Ne sont que des bruits sourds, orphelins du mouvement
Ce n’est que la musique qui meuble le décor

Notre regard s’arrête sur un rideau de soie
De mille gouttelettes aux couleurs d’arc en ciel.
On ne distingue plus le pré l’eau et le bois
Un voile s’est noué de la terre au soleil.

Le jour à besoin d’être il déchire la tenture
Il rend la liberté de l’espace au soleil
La brume se replie comme une couverture
Et la terre mouillée sort de son sommeil.

Patrick Laurain

toujoursbrume.jpg

bichedanslabrume.jpg 

8 mars, 2009

En cette journée internationale des femmes…

Classé dans : Les Femmes (64) — coukie24 @ 13:17

En cette journée internationale des femmes... dans Les Femmes (64) reflectgraphic

 En cette journée internationale des femmes…

line dans Les Femmes (64)
Bonne fête, mesdames !

Un petit poème pour vous toutes…

                                       Les femmes !

Toutes les femmes sont belles.

Elles sont fleuries par les quatre saisons.

L’idée nous prend de leur donner un bec;

La timidité m’arrête ou serait-ce la raison ?

Je les vois mieux au printemps.

Elles se fleurissent de toutes les couleurs.

Je les regarderais tout le temps.

Ce serait ma joie et mon bonheur.

Que de beautés je vois tout l’été.

Les formes dénudées, désirées, bronzées.

Que la nature vous ait fait si belles,

Me donne à moi bien des ailes.

L’automne nous apporte de belles couleurs.

Mais vous êtes la plus belle des fleurs.

Vous aimez les hommes de 20, 30 ou 40 ans ?

Ma tête d’automne a un coeur jeune et aimant.

Les vêtements d’hiver vous font si désirables.

Fourrures, sports, neige, vous rendent affables.

Vous serrer dans mes bras serait ma grande réjouissance.

Cependant, je dois freiner mes élans, par décence.

Femme, quel nom doux à l’oreille.

Avec la musique, il invite à la danse.

Vous êtes une déesse sans pareille.

Vous êtes la saison pleine d’abondance.

  

Camille Labrecque

Plus une rose pour chacune de vous !

Plus une rose pour cune de vous !

rose

line

18 février, 2009

Classé dans : Belles images — coukie24 @ 22:30

bancdautomne.jpg   

14 février, 2009

Tout conjugue le verbe aimer…

Classé dans : Amour (119),Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 15:29

fleursroses62.gif

Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
Je ne suis pas en train de parler d’autres choses;
Premier mai! L’amour gai, triste, brûlant, jaloux,
Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups;
L’arbre où j’ai, l’autre automne, écrit une devise,
La redit pour son compte, et croit qu’il l’improvise;
Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en coeur;
L’atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine,
Des déclarations qu’au Printemps fait la plaine,
Et que l’herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
A chaque pas du jour, dans le bleu firmament,
La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
Prodigue les senteurs, et, dans la tiède brise,
Envoie au renouveau ses baisers odorants;
Tous ces bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
Dont l’haleine s’envole en murmurant: Je t’aime!
Sur le ravin, l’étang, le pré, le sillon même,
Font des taches partout de toutes les couleurs;
Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs;
Comme si ses soupirs et ses tendres missives
Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
Et tous les billets doux de son amour bavard,
Avaient laissé leur trace aux pages du buvard!

Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
Chantent des triolets et des rondeaux aux fées;
Tout semble confier à l’ombre un doux secret;
Tout aime, et tout l’avoue à voix basse; on dirait
Qu’au nord, au sud brûlant, au couchant, à l’aurore,
La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants
Répètent un quatrain fait par les quatre vents.

Victor HUGO

bouquets31.gif

copiede0604091719243.jpg

 

 

25 décembre, 2008

Narcissique ! L’Amour de Soi…

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 19:13

Narcissique ! L'Amour de Soi...  dans Psychologie (72) 080912103429347662489042

Le mythe de Narcisse

Le Divin Tirésias, ayant déclaré que Narcisse vivrait tant qu’il ne verrait pas sa propre image ; alors Némésis, au cour d’une chasse, poussa le jeune homme à se désaltérer dans une fontaine.

Narcisse s’éprit alors d’amour pour son visage, que lui renvoyaient les ondes. De cette image qu’il ne pouvait atteindre et dont il était incapable de se détacher ; Narcisse en oublia de boire et de manger.Prenant racine au bord de la fontaine, il se transforma peu à peu en la fleur qui porte son nom et qui, depuis, se reflète dans l’eau à la belle saison, pour dépérir à l’automne.

Il s’agit d’un mode général de fantaisies ou de comportements grandioses, de besoin d’être admiré et de manque d’empathie qui apparaissent au début de l’âge adulte et sont présents dans des contextes divers.

  • Le sujet (homme ou femme) a un sens grandiose de sa propre importance. Il surestime ses réalisations et ses capacités, s’attend à être reconnu comme supérieur sans avoir accompli quelque chose en rapport.
  • Est absorbé par des fantaisies de succès illimité et de pouvoir.
  • Pense être spécial et unique et pense ne pouvoir être admis ou compris que par des institutions ou des gens de haut niveau.
  • A un besoin excessif d’être admiré.
  • Pense que tout lui est dû et s’attend à bénéficier d’un traitement particulier et favorable à ses attentes.
  • Exploite les autres et utilise autrui pour parvenir à ses propres fins.
  • Manque d’empathie et n’est pas disposé à reconnaître les sentiments ou les besoins des autres.
  • Envie les autres (jalousie) et croit que tout le monde l’envie.
  • Fait preuve d’attitudes et de comportements hautains et arrogants.

Référence: American Psychiatric Association. DSM-IV Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.

 

7 novembre, 2008

L’Automne

Classé dans : Les Saisons (115) — coukie24 @ 23:05

léo ferré – chanson d’automne
http://www.dailymotion.com/video/kRWHV2gP4ZofxJ3vkj

 

 

L'Automne     dans Les Saisons (115) blatt17LAutomne blatt18 dans Les Saisons (115)

 Quelques images, rien que pour le plaisir des yeux…

641033couleursautomnalesnouveauhampshireaffiches.jpg  

arbres45

ligneplante003

tch9798refletsdautomneaffiches.jpg

champi006

ligneplante003tch9797brumeautomnaleaffiches.jpg

champi016

ligneplante003

78070champselyseesaffiches.jpgligneplante003

108803closeviewofredmapleleavesaffiches.jpgligneplante003

100771branchesnuesetfeuillesderablerougepoussantlelongdelarouteaffiches.jpgligneplante003

100200lefeuillageautomnaldecoreleparcaffiches.jpgligneplante003

100830refletdufeuillageautomnaldansunlaccanadienaffiches.jpgligneplante003

http://www.dailymotion.com/video/k2otHUZPLuGTNYNx5g

Guillaume APOLLINAIRE

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers
Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé
Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé
Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule

Image de prévisualisation YouTube

081121102655209770.gif

12345
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux