DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

27 avril, 2019

L’importance de la famille …

Classé dans : Famille (34),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:47

 

bouquets31.gif

En marchant sur le trottoir,
un étranger me bouscule en passant près de moi !
« Oh excusez-moi » lui dis-je !
Il me répond : « Je vous demande pardon aussi,
je ne vous avais pas vu !
Nous étions vraiment polis l’étranger et moi.
Nous avions échangé de belles paroles,
et nous avons repris
notre chemin en se laissant sur un   »au revoir ! »

Une fois à la maison…
Une histoire différente se passa.
Comment traitons-nous les amours de notre vie…
les jeunes et les plus âgés ?
Y avez-vous pensé ?

Plus tard dans l’après-midi, tout en préparant le souper,
mon fils arriva derrière moi et resta figé là, sans un mot.
En me retournant brusquement, je l’ai bousculé.
« Pousse-toi de là ! » Lui dis-je avec colère,
« toujours dans mes jambes ! » 
Il se retourna et s’en alla le coeur brisé.
Je n’avais pas réalisé la peine que je venais de lui faire.
Vers la fin de la soirée, j’allai me coucher et…
Et Dieu de sa douce voix…. me dit :
« Pourquoi est-ce si facile
d’être plein de gentillesse envers les étrangers
et ne pas être capable de le faire
pour les gens près de toi qui t’aiment et que tu aimes ? »

Lève-toi et vas voir sur le plancher de la cuisine.
Tu y trouveras un joli bouquet de fleurs près de la porte d’entrée…
ce sont les fleurs que ton fils t’avait apportées dans la journée.
Il a cueilli lui-même ces fleurs pour toi :
Il y en a de couleur rose, jaune et bleue.
Ce que tu n’as point compris,
c’est qu’il était arrivé derrière toi sans bruit
pour ne pas dévoiler la surprise qu’il voulait te faire.
Mais tu n’as jamais vu les larmes couler de ses yeux
quand tu lui as dit de partir ».
Je me levai pour aller voir près de la porte d’entrée
et je vis le joli bouquet de fleurs par terre.
C’est à ce moment, que je commençai à me sentir vraiment mal,
alors mes yeux se remplirent de larmes…

Sans faire de bruit,
je me rendis près du lit de mon fils et lui dis :
« Réveille-toi trésor, réveille-toi ! » .
« Est-ce les fleurs que tu as cueillies pour moi aujourd’hui ? »
Il sourit et me répondit :
 » J’ai trouvé ces fleurs près d’un arbre
et je les ai cueillies car je trouvais qu’elles étaient belles….
comme toi maman ! Je savais que tu les aimerais,
spécialement les bleues car je sais que tu aimes le bleu »
Je lui dis :  » Mon fils, je suis vraiment désolée de la façon
dont j’ai agi avec toi aujourd’hui ».
Je n’aurais jamais dû crier après toi comme je l’ai fait ».
Il me répondit :  » Oh, Maman, c’est OK.
Je t’aime quand même tu sais ! »
 » Mon fils, je t’aime aussi ! »
et j’adore tes fleurs et spécialement les bleues ».

Un grand moment de tendresse nous unit alors.
J’ai appris ce jour là,
à faire attention à mes proches
autant et sinon plus qu’aux étrangers.

L'importance de la famille ... dans Famille (34) 17579703-petit-garcon-tenant-un-bouquet-de-fleurs-derriere-son-dos

Auteur inconnu

19 novembre, 2018

La blague du jour …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 16:59

mariage_180

Une mère se rend à l’improviste chez son fils jeune marié
Elle sonne à la porte, puis rentre sans attendre. 

Elle est choquée de voir sa belle-fille allongée toute nue sur le canapé
- Mais que faites-vous ? lui demande-t-elle
- J’attends que Daniel rentre du travail
- Mais vous êtes entièrement nue !
- Belle-maman, je porte ma robe d’amour
- N’importe quoi… vous êtes juste à poils !
- Daniel adore cette tenue, ça le rend heureux et je veux son bonheur !                               

Plus tard, elle rentre en pensant à tout cela et décide de faire la même chose…
Elle se déshabille, se parfume et s’allonge sur le canapé.                          

Quand le mari rentre, il s’exclame :
- Mais que fais-tu couchée au salon en costume d’Eve ?
- Je porte ma robe d’amour pour toi mon chéri !
Et le mari de répondre …
- Elle a vraiment besoin d’un grand coup de fer à repasser !
- Qu’est-ce qu’on mange ?

Une histoire d'amour...

blague du jourblague du jour

21 août, 2018

Un brin d’humour …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 10:27

Une lettre pleine d’amour

ecrire
« Je t’écris quelques mots pour que tu saches que je t’écris. 
Donc, si tu reçois cette lettre, cela voudra dire qu’elle est bien arrivée. Sinon, préviens-moi, que je te l’envoie une seconde fois. 
Je t’écris lentement, car je sais que tu ne lis pas rapidement.
Dernièrement, ton père a lu une enquête disant que la plupart des accidents se produisent à quelques kilomètres de la maison, c’est pour cela que nous avons décidé de déménager un peu plus loin. La maison est splendide, il y a une machine à laver, mais j’ignore si elle est en service.
Hier j’y ai mis le linge, tiré sur la chaînette, et tout a disparu ! je cherche le mode d’emploi. 
Le temps n’est pas trop désagréable ici, la semaine dernière, il n’a plu que deux fois. La première pendant trois jours, la seconde quatre 4 jours.
Au sujet du manteau que tu désirais, ton oncle Pierre a dit que si je l’expédiais avec les boutons, qui sont lourds, cela coûterait très cher, alors je les ai arrachés et te les ai mis dans une des poches. 
Ton père a trouvé du travail, il a sous lui environ 500 personnes. Il fauche les herbes du cimetière. 
Ta soeur Julie, qui vient de se marier, attends un heureux événement, nous en ignorons le sexe, c’est pourquoi je ne peux te dire si tu seras oncle ou tante. Si c’est une fille, elle a l’attention de l’appeler comme moi. Cela fait tout drôle d’appeler sa fille «maman » !
Ton frère Jean a eu un gros problème. Il a refermé sa voiture avec les clés à l’intérieur. Il a du retourner à la maison à pied pour récupérer le second jeu de clés, et revenir nous sortir du véhicule. 
Si tu as l’occasion de rencontrer ta cousine Monique, donne-lui le bonjour de ma part. 
Si tu ne la vois pas, ne lui dis rien. 
Ta mère

bonnefetemaman
PS : je voulais te mettre un peu d’argent dans l’enveloppe, mais je l’ai déjà collée.

Sources : Facebook, auteur inconnu

27 mai, 2018

Rien ne vaut l’amour d’une mère …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 10:35

  

 378gdxb8

Rien ne vaut l'amour d'une mère ... dans Autres fêtes ou évènements 1304511694Une mère ne meurt jamais car on l’appelera toujours « maman ». André Lévy

  • Rien ne vaut une douce maman. Tolstoï
  • A l’oreille de tous les enfants, « maman » est un mot magique. Arlene Bénédicte 
  •  
  • L’amour d’une maman, c’est la conviction que ses poussins sont des cygnes ; ce qui est la meilleure façon de donner du moral à des enfants qui sont convaincus d’être de vilains petits canards. Pam Brown 
  • L’amour d’une mère c’est comme l’air : c’est tellement banal qu’on ne le remarque même pas. Jusqu’à ce qu’on en manque. Pam Brown  
  • Une maman formidable donne toujours une grand-mère exceptionnelle. Jean Gastaldi 
  • Une maman est semblable à une rose qui ne se fane jamais. Jean Gastaldi  
  • On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant. Jean Gastaldi

 

4 mars, 2018

Aujourd’hui, c’est la fête des grand-mères !

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 8:05

Bonne fête à toutes les grand-mères !!!

Qu’on l’appelle « grand-mère » ou qu’on l’appelle « mamie », offrons un brin de tendresse à nos grand-mamans !

fête des grand-mères

Jean Gastaldi 

« Les oncles, les tantes et les cousins, c’est bien. Les parents, c’est à ne pas négliger. Mais une grand-mère les vaut tous ! » 

Fanny Fern - Extrait de Folly As It Flies

« Une mère devient une véritable grand-mère le jour où elle ne remarque plus les erreurs de ses enfants, étant émerveillée par ses petits-enfants. »

 Lois Wyse - Extrait de You don’t look like a Grandmother

Rosas-bordo-faixa

« Les grand-mamans, c’est des mamans à la retraite. » ou encore 

« Les grand-mères sont des mères qui ont grandi. »

Paroles d’enfant

 

martine52

D’autres articles de ce blog,

http://coukie24.unblog.fr/2014/03/02/tradition-avis-a-tous-les-petits-enfants/

http://coukie24.unblog.fr/2013/03/03/il-etait-une-fois-grand-mere/

http://coukie24.unblog.fr/2013/05/25/lamour-inconditionnel/

18 août, 2017

Humour noir !

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 11:58

triste.gif

Une mère rentre dans la chambre de sa fille qu’elle trouve vide. Sur le lit une lettre, elle imagine le pire en ouvrant la lettre :

Ma Maman chérie, Je suis désolée de devoir te dire que j’ai quitté la maison pour aller vivre avec mon copain.
Il est l’amour de ma vie. Tu devrais le voir, il est tellement mignon avec tous ses tattoos, son piercing et sa super moto. Mais ce n’est pas tout ma petite maman chérie. Je suis enfin enceinte et Abdoul dit que nous aurons une vie superbe dans sa caravane en plein milieu des bois. Il veut beaucoup d’enfants avec moi, c’est mon rêve aussi. Je me suis enfin rendu compte que la marijuana est bonne pour la santé et soulage les maux. Nous allons en cultiver et en donner à nos copains lorsqu’ils seront à court d’héroïne et de cocaïne pour qu’ils ne souffrent pas. Entre-temps, j’espère que la science trouvera un remède contre le sida pour qu’Abdoul aille mieux. Il le mérite vraiment tu sais. Ne te fais pas de soucis pour moi maman, j’ai déjà 13 ans, je peux faire attention à moi toute seule et le peu d’expérience qui me manque, Abdoul peut le compenser avec ses 44 ans. J’espère pouvoir te rendre visite très bientôt pour que tu puisses faire la connaissance de tes petits enfants. Mais d’abord je vis avec Abdoul chez ses parents en caravane pour que nous puissions nous marier. Comme ça ce sera plus facile pour lui pour son permis de séjour.

Ta fille qui t’aime.

PS : Je te raconte des idioties maman, je suis chez les voisins !
Je voulais juste te dire qu’il y a des choses bien pires dans la vie que le bulletin scolaire que tu trouveras sur ta table de nuit.

Trouvé sur facebook - David Desmecht

4 octobre, 2016

Quelques sottises de nos petits diables en images …

Classé dans : regards d enfants (53) — coukie24 @ 16:31

Nos petites bouilles d’amour sont souvent à croquer…
Mais parfois, elles nous font simplement craquer !!!
Au point de se demander si, l’art de la bêtise, c’est pas leur activité préférée !

Découvrez en images les meilleures catastrophes de nos bouts de chou, qui sur l’instant nous font hurler… mais après quelques années, nous font plutôt sourire !

 

IMAGE : sottise d'enfant

…..

Envie de fraises ?

…..

IMAGE : sottise d'enfant

…..

Je voulais mettre du gel comme papa !

…..

IMAGE : Sottise d'enfant 3

…..

J’aime pas le coiffeur

…..

IMAGE : Sottise d'enfant

…..

Ouille ! Là, je suis dans le caca…

…..

IMAGE : Sottise d'enfant

…..

C’est pas nouuus, c’est le pouf ! On a sauté dessus et… il a fait « pouuuuf « !

…..

IMAGE : Sottise d'enfant

…..

Une vraie catastrophe naturelle !

…..

IMAGE : Sottise d'enfant

…..

On s’amuse comme des petits fous :o )

…..

IMAGE : Sottise d'enfant

…..

« J’ai tout mangé le chocolaaat »

…..

IMAGE : Sottise d'enfant

…..

C’est bon, je suis tout propre maman !

…..

IMAGE : Sottise d'enfant

…..

Oups… J’ai mis les souris de maman dans les WC !

4 janvier, 2015

30 photographies de familles animales qui prouvent que nos amies les bêtes sont des êtres au grand coeur…

Classé dans : Arche de Noé,Belles images — coukie24 @ 17:41

En général, lorsqu’on parle de portraits de famille, on fait surtout référence aux humains. Mais figurez-vous que nos amies les bêtes sont également très friandes des photos souvenirs avec leurs petits ! La preuve avec ces 31 clichés qui prouvent que les animaux aussi ont le sens de la famille !

 

1. Une maman tigre fait la toilette de son petit

maman-tifre-toilette-bebe

 

2. Une famille de lions

famille-lions

 

3. Des oisillons sous les ailes de leur mère

oisillons-mere

 

4. Une famille ours dans les arbres

famille-ours

 

5. Une maman koala sert son petit dans ses bras

koalas

 

6. Des marmottes se font un câlin

calins-marmottes

 

7. Un bébé renard partage un moment de tendresse avec sa mère

bebe-renard-avec-mere

 

8. Deux bébés grenouilles et leur mère

grenouilles

 

9. Une maman panda tient son petit dans ses bras

femelle-panda-tient-petit-dans-bras

 

10. Un moment de tendresse entre un girafon et sa mère

girafon-calin-mere

 

11. La famille vache au complet

vaches-veau

 

12. Une photo de famille aquatique

baignade-ours-famille

 

13. Une famille de suricates sourit pour la photo

famille-suricate

 

14. Des lémuriens posent fièrement

lemuriens

 

15. Des lionceaux avec leur père

bebes-lions

 

16. Une famille chouette dans les bois

chouette-et-petits

 

17. Une maman écureuil berce son petit

nid-ecureuil-bebe

 

18. Une famille de ratons laveurs

famille-ratons-laveurs

 

19. Une maman poisson-clown et son bébé

poissons-clowns

 

20. Une photo de famille âne

photo-famille-anes

 

21. Des suricates avec leur mère

suricates-famille

 

22. Une tripotée de petits guépards dans la savane

guepard-bebes

 

24. Un petit hippo dort entre ses parents

famille-hippopotame

 

25. Un bébé singe dans les bras de sa mère

bebe-singe-mere

 

26. Un girafon au centre de l’attention

girafon

27. Une famille de cerfs

famille-cerfs

 

28. Un daim avec ses parents

dain-avec-ses-parent

 

29. Un petit manchot avec ses parents

manchots

 

30. L’amour d’une mère chimpanzé pour son petit

amour-mere-chimpanze-bebe

 

31. Des ours polaires posent dans la neige

familles-ours-polaires

 

Ces animaux avec leur progéniture sont tous plus adorables les uns que les autres ! Nous, on fond littéralement devant ces photos de famille qui ne dégagent qu’amour et tendresse. 

24 mai, 2014

Autre exemple de carte postale « fête des mères » …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 1:06

 

Pour toi Maman !

Autre exemple de carte postale

Il nous arrive trop rarement de te le dire

et nous ne voulons pas paraître ingrats ou négligents :

nous te sommes, en réalité, très reconnaissants

de tout ce que, jusqu’ici, tu as accompli,

avec amour et dévouement,

pour nous, tes enfants.

1304348692 dans Autres fêtes ou évènements

BONNE FÊTE DES MÈRES !

1303830029

7 avril, 2014

ROUTE 66 – L’échappée belle

Classé dans : Voyages (60) — coukie24 @ 1:00

Parmi les routes mythiques qui traversent l’histoire des Etats-Unis, il y en a une, The mother road, qui a tracé ses sillons au plus profond de l’imaginaire américain. Pendant plus de cinquante ans, la route 66 a étalé ses kilomètres de bitume à travers huit Etats et trois fuseaux horaires. De Chicago à Los Angeles, elle suivait la course du soleil et creusait l’Amérique profonde. Aujourd’hui morcelée, presque oubliée, elle n’en reste pas moins une légende.

 

Et pour cause. Cette ligne rouge qui file d’un bout à l’autre du pays a vu défiler l’histoire, des premiers pionniers aux enfants de la beat generation, de l’Indien bafoué au dernier des Américains moyens. Nombreux sont les hommes, les familles à avoir pris ce chemin, des rêves plein la tête et des illusions plein les poches, pour se construire une vie plus belle sous le soleil de l’Ouest. Année après année, la route 66 a inscrit son nom sur le tableau des grands mythes américains. Pourtant aujourd’hui, elle n’est plus qu’une vieille dame au bout du rouleau. Remplacée par des autoroutes plus performantes, elle avait disparu des cartes. Si des passionnés l’ont sortie de l’oubli, si le tourisme a doucement repris, cette grande diagonale reste en danger. Un organisme américain, World Monuments Fund, vient même de la classer parmi les cent monuments historiques les plus menacés au monde.

Du rêve américain

ROUTE 66 - L'échappée belle dans Voyages (60) 1440_1

La route 66 a 82 ans. C’est à Cyrus Stevens Avery, un homme d’affaires originaire d’Oklahoma, que l’on confie en 1923 la conception de cette voie transcontinentale. Il s’agit d’améliorer le réseau routier, de relier l’Est à l’Ouest au nom du développement économique. Il faut sortir les régions figées du Middle West de leur ennui en les abreuvant de trafic. Des millions de chômeurs fuient la Grande Dépression pour participer à ce vaste chantier qui s’étend sur douze ans et 4.000 kilomètres. Pendant la Seconde Guerre, de nombreux appelés arpentent cet axe stratégique. Ils vont, ils viennent entre usine d’armement et camp d’entraînement. L’un d’eux, Bobby Troup, composera plus tard cet hymne fameux, ‘Get your Kicks on Route 66′. La chanson, reprise par Nat King ColeChuck Berry, par les Stones, Brian Setzer Orchestra, les Cramps, Guitar Wolf et d’autres musiciens éclectiques, va alimenter le folklore qui vagabonde sur cette voie. 

Les années d’après-guerre vont dessiner l’american way of life. La 66 porte haut les couleurs et les emblèmes de cette culture populaire. La middle classaméricaine se rue sur le Middle West. C’est les vacances, on gagne la côte Ouest. L’artère mère connaît alors son apogée. Elle voyage à l’intérieur du pays, traverse les villes. Une multitude d’affaires familiales, des milliers de motels, de fast-foods et de stations-service font fleurir leurs enseignes ici et là. C’est l’avènement du « mom and pop business »(1). On est loin des grandes chaînes commerciales et de l’uniformisation qu’elles allaient bientôt induire.

Le trafic est infatigable. L’Highway 66 devient rapidement l’un des moteurs de la culture américaine. Cette voie royale alimente l’amour du peuple pour les belles bagnoles. Le cinéma et la littérature en font un décor mythique. Wyatt « Captain America » et Billy – les deux motards d’Easy Rider -, Thelma et Louise, les Blues Brothers, Raoul Duke et son avocat… Tous ont roulé leur bosse le long de cette diagonale, menés, évidemment, par Sal Paradise et Dean Moriarty, les héros autobiographiques de Kerouac. Son roman, ‘Sur la route’, qui conte la traversée hallucinée de ce pays-continent, compose les premières notes de la beat generation. Publié en 1957, il inspire une foule de jeunes Américains qui, avides de nouvelles expériences, se lancent sur ce ruban de bitume. Le road trip y vit alors ses plus belles heures, de randonnées sauvages en chevauchées mécaniques, entre le parfum violent de l’asphalte et l’odeur grisante de la liberté.

De déchéance en renaissance

1440_2 dans Voyages (60)

Mais peu à peu, l’avenue centrale des Etats-Unis, élimée par sa propre gloire, montre des signes de faiblesse et d’usure qui rendent les trajets de plus en plus meurtriers. En 1956, les hauts responsables américains, impressionnés par les puissantes autoroutes à quatre voies observées en Allemagne pendant la guerre, décident de construire le long de la 66, les « Interstates Highway ». Ils auraient pu rénover la vieille route, la renforcer ou l’agrandir pour lui offrir une seconde jeunesse, mais les politiques vont choisir de la doubler, signant ainsi l’arrêt de mort de cette ligne de vie. De nouvelles voies, plus rapides et moins dangereuses, s’élancent. Exit, donc, la piste 66. Le flux des vacanciers et des voyageurs lui préfère ses jeunes voisines, bien mieux roulées. Ces autostrades impersonnelles contournent les villes qui jalonnaient jadis le voyage. 

Les aires d’autoroutes volent la vedette aux downtown, isolant définitivement les touristes du pittoresque local. En bâillonnant la route 66, c’est toute une économie que l’on étouffe. Les milliers de petits commerces qui bordent la diagonale sont contraints, faute de public, à mettre la clé sous la porte. Les symboles du rêve américain tombent en ruine. En 1985, le dernier tronçon de la route est dépassé par l’Highway 40. La voie express enterre la 66. Déclassée, la fameuse route n’apparaît même plus sur les cartes.

Heureusement, on ne fait pas si facilement la peau à une légende. La route mère est inscrite au patrimoine historique, et dans les années 1990, de nombreuses associations se battent pour la ressusciter. En 1995, quelques panneaux surgissent çà et là, comme pour prévenir les badauds : « Attention, vous marchez sur un bout d’histoire. » Petit à petit, le tourisme se réveille. Quelques commerces typiquement américains rallument leurs enseignes. La 66 n’est pas toujours en bon état, mais peu importe, les voyageurs viennent. Ils veulent rencontrer cette autre Amérique, profonde et intemporelle. Parmi eux, beaucoup d’Européens, venus chercher un peu de légende, hantés par les livres qu’ils ont lus, marqués par le cinéma hollywoodien et ses symboles. De nombreux Américains font également le voyage. Ils parcourent cette route, comme on regarde de vieilles photographies, en y cherchant les souvenirs d’un autre temps. Un temps où il faisait bon se goinfrer de glaces éléphantesques, perché sur un tabouret de bar, en écoutant le King et en rêvant des oranges de Californie.

(1) Le « mom and pop business », littéralement « commerce de maman et papa », désigne une offre commerciale composée de nombreuses affaires individuelles et familiales.

Go West

1440_3

C’est l’éternelle conquête de l’Ouest, le mythe de la terre promise qui se rejoue, encore et encore. La ligne blanche qui court sur le macadam a des vertus libératrices. Des plates et vastes plaines de l’Illinois jusqu’au désert embrasé de la Californie, la route file et les espaces s’étirent toujours plus. La 66 sillonne huit Etats qui exhibent, chacun, leurs paysages et leurs histoires. Tout commence à Chicago, capitale du blues, et ancienne mère du grand banditisme. Il faut tourner le dos à sa banlieue grise pour entamer le voyage. Il faut croiser Cicéro, la ville d’Al Capone et dépasser le pénitencier de Joliet pour que la route se laisse enfin aspirer par le décor. Là, elle n’en finira plus d’onduler, de champs en collines, de collines en montagnes, et de montagnes en déserts, au gré des terres qui la transportent. Après avoir enjambé le Mississippi, elle visite le Missouri, « The Bible Belt », cet Etat ultraconservateur, symbole du puritanisme sauce américaine où il pousse des églises comme il court des lapins blancs au Pays des merveilles, où Jésus-Christ est le vrai roi de la route… (2) Elle s’offre une brève irruption au Kansas avant d’aller entailler les contrées ingrates de l’Oklahoma. Ici, la route est une ligne de fuite. Bien avant la naissance de la voie goudronnée, les Indiens chassés de leurs terres par les premiers colons arpentaient déjà celle qu’ils nommèrent, pour l’amère occasion, la piste des larmes (3). En 1934, les Oakies, ces millions d’Américains ruinés, empruntaient ce même chemin forcé vers l’exil. Immortalisés par Steinbeck dans ‘Les Raisins de la colère’, ils laissaient derrière eux des terres désolées, ravagées par le « Dust Bowl » (4), ses tempêtes de sable et la sécheresse.

L’avenue centrale des Etats-Unis continue vers le Texas. Elle traverse ce pays amoureux des armes à feu qui marque la première moitié du voyage. Les passagers de la 66 basculent alors dans le grand Ouest américain, patrie des derniers Indiens et des anciens cow-boys, des premiers pionniers et des attaques de diligences. D’étendues sauvages en hauteurs flamboyantes, la toile de fond prend des allures de vieux western. Au Nouveau-Mexique, les Navajos, héros des romans de Tony Hillerman, et d’autres Indiens d’Amérique vivent dans de tristes réserves, entre tradition et modernité ratée. En Arizona, le paysage se livre avec force, de forêt fossilisée en désert bariolé (5) avant de prendre son envol au Grand Canyon.

On the road again…

1440_4

Pour arriver à destination, il faut encore s’engouffrer en Californie par l’infini du désert de Mohave. Au bout du voyage, se dresse la triste banlieue de Los Angeles, Hollywood et son gigantisme, les plages de Santa Monica. Le chemin s’achève alors, les illusions avec. Bien sûr, c’est le voyage qui a compté. Ce trajet-là s’impose à lui-même, dessinant un autre visage des Etats-Unis, un visage immobile. La 66 échappe presque au monde moderne. Les villes fantômes de nos fantasmes américains, les motels et les stations-essence laissés à l’abandon, les carcasses de voitures qui dépérissent, tout au long de la route, ces vestiges glissent au rythme des miles qui s’égrènent. Les voitures sont rares et les espaces assoupis. Les touristes voyagent peut-être en compagnie du néant, mais partout les enseignes immobilisées de ces anciens motels aux allures Art déco rappellent au voyageur la glorieuse jeunesse de la route mère. Dans les commerces qui survivent, l’atmosphère est restée telle quelle, délicieusement kitsch. On y avale de gargantuesques breakfasts en discutant avec les gérants de ces petites affaires, les vieux de la vieille, les incontestables stars de la 66. Et dans le fond, résonne toujours la même chanson, en forme de suggestion : « If you ever plan to motor west / Travel my way, take the highway, that is the best / Get your kicks on route sixty-six… » (6)

(2) Parmi les nombreuses chapelles de Saint-Louis, on trouve celle de Jesus Christ, king of the road - Source : « Voyage sur les routes du monde, de la route de la soie à la route 66″, Géo.
(3) En 1889, plusieurs tribus indiennes occupent l’Oklahoma mais en avril, les 
land run, de frénétiques courses à la terre, débutent. Les colons s’approprient, sous la menace du canon, la plupart des espaces.
(4) Le 
« Dust Bowl » désigne une série de tempêtes de poussière qui sévit dans les années 1930 et ravage la région des grandes plaines aux Etats-Unis et au Canada.
(5) On trouve, en Arizona, le parc national du Painted Desert, où les différentes sortes de roches peignent des stries de couleur sur les reliefs, ainsi que le parc national de la Petrified Forest, qui abrite des arbres fossilisés.
(6) Extrait de 
‘Get Your Kicks on Route 66′, composée par Bobby Troup. 

« Si tu prévois de rouler vers l’Ouest / Suis mon chemin / Choisis la route principale / C’est ce qu’il y a de mieux / Et prends ton pied sur la route 66… »  

Amélie Weill pour Evene.fr – Juin 2008 – Le 06/06/2008

 

 

4 septembre, 2013

Une chienne adopte un singe orphelin …

Classé dans : Arche de Noé — coukie24 @ 13:30
Une chienne adopte un singe orphelin ... dans Arche de Noé 1348663368
1298299579 dans Arche de Noé

Après la mort d’une maman chimpanzé qui vivait dans un zoo,

l’un des employés du zoo

a pris à la maison le bébé chimpanzé pour prendre soin de lui.

Il n’aurait jamais imaginé que sa chienne,

qui avait récemment donné naissance,

aurait pu adopter le chimpanzé et l’élever avec ses chiots.

La preuve en images ci-dessous.


1348663563

1348663625

1348663654

1348664507

À certains moments, elle semble ne pas comprendre

pourquoi ce rejeton a des mains qui lui permettent de l’attraper.

1348664558

1348664444

1348664607

Quelle belle histoire, c’est l’amour inconditionnel !

BONNE JOURNÉE !

5 juin, 2012

Avant d’être une maman…

Classé dans : Sentiments (132) — coukie24 @ 21:02

 

Avant d'être une maman... dans Sentiments (132) 319572_182599718495619_137201436368781_404128_1277387969_n

Avant d’être une maman…

Je n’avais jamais trébuché sur des jouets

Je n’avais jamais chanter de berceuses

 Je ne m’étais jamais demandé

si mes plantes pouvaient être toxiques

 Je n’avais jamais pensé à la vaccination

J’avais le plein contrôle de mon temps

 Et je dormais mes nuits…

Je n’avais jamais tenu un enfant sur mes genoux

Pour que le médecin lui fasse un vaccin

 Et je n’étais jamais restée éveillée tard la nuit

Juste pour regarder dormir un bébé..

Je n’avais jamais gardé un bébé endormi dans mes bras

Juste parce que je voulais le regarder plus longtemps

Je n’avais jamais senti mon coeur se briser

Parce que je ne pouvais pas guérir un bobo

 je ne savais pas qu’il était même possible

D’aimer autant…

 Je n’avais jamais connu le sentiment

D’avoir mon coeur à l’extérieur de mon corps

Je ne connaissais pas ce lien

Qui unit une mère à son enfant

 Je ne savais pas

Que quelque chose de si petit

Pouvait me faire sentir si importante et heureuse…

Je ne m’étais jamais levée la nuit

Juste pour m’assurer que tout allait bien

Je ne connaissais pas la joie, l’amour et la douleur

L’émerveillement et la satisfaction

D’être une maman…

Et…

Avant d’être une grand-maman…

Je ne savais pas

 Que tous ces sentiments de maman

 Sont plus que doublés

Quand tu vois ce petit être

Dans les bras de ton Bébé..

 

Anonyme

s2f5z3mb dans Sentiments (132)

 

1 mai, 2012

Le premier mai, fête du travail et fête du muguet …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 8:44

 

Le premier mai, fête du travail et fête du muguet ... dans Autres fêtes ou évènements premier_mai

Si le premier mai est un jour férié en France, c’est officiellement pour fêter le travail. Le premier mai est également le jour du muguet, sans qu’il y ait de lien direct entre la fête des clochettes printanières et la journée des revendications ouvrières.

Voici l’histoire du premier mai, ses traditions et ses origines.

La fête du muguet

Une fête de l’amour

On dit que la tradition de s’offrir du muguet remonterait à la Renaissance, époque où Charles IX aurait lancé cette mode après en avoir reçu un brin lors d’un premier mai… Ce qui est certain, c’est qu’au XVème siècle, le premier mai était une fête de l’amour, durant laquelle les princes et les seigneurs se rendaient en forêt pour couper des rameaux qui servaient ensuite à décorer les habitations. Ils fabriquaient également des couronnes de feuillages et de fleurs pour les porter et les offrir à la personne aimée. Une survivance de ces coutumes perdure encore dans de nombreuses régions : l’arbre de mai. Il s’agit d’un arbre coupé que l’on dépose devant une maison dans la nuit du 30 avril au 1er mai. Selon les régions, cet arbre sera offert à l’élu local pour l’honorer, ou aux jeunes filles célibataires, comme dans l’est de la France. Le fait de déposer l’arbre devant la maison des jeunes filles est l’occasion d’un certain chahut pour les jeunes gens qui y participent !

Le muguet, fleur du bonheur

muguet2 dans Autres fêtes ou évènements

Fleur de printemps par excellence puisque sa floraison intervient en mai, le muguet est traditionnellement une fleur qui porte bonheur. D’ailleurs, d’après le langage des fleurs, le muguet signifie « retour de bonheur »… On dit que celui qui trouve un brin de muguet à 13 clochettes sera tout particulièrement favorisé par le destin ! Le muguet est également associé aux grands couturiers, comme Christian Dior dont c’était la fleur fétiche. On retrouve d’ailleurs la senteur du muguet dans de nombreux parfums. Produit à grande échelle dans la région nantaise pour être vendu lors du premier mai, le muguet peut également être cultivé dans les jardins ombragés et frais, ou se trouver à l’état sauvage dans les sous-bois. Mais attention, le muguet reste une plante très toxique, et il ne faut porter à la bouche ni les feuilles, ni les fleurs, ni les fruits, ni même l’eau du vase. Prenez donc vos précautions avec les jeunes enfants attirés par le parfum suave des clochettes blanches.

Les usages d’autrefois

muguet3

Autrefois, de jolies traditions étaient en usage pour le 1er mai. On organisait des « bals du muguet » où les jeunes filles étaient vêtues de blanc et où les jeunes gens fleurissaient leur boutonnière d’un brin de muguet. C’était le seul bal de l’année où les parents étaient bannis et où les jeunes se retrouvaient entre eux. Un vin liquoreux composé de vin de Moselle dans lequel des fleurs d’aspérule odorante (appelé aussi « faux muguet ») avaient macéré faisait les délices de cette époque de l’année : le « Maitrank » ou « boisson de mai ». On assurait qu’il suffisait d’y tremper les lèvres au 1er mai pour être heureux tout au long de l’année ! Au premier mai, aucune jeune fille, riche ou pauvre, ne serait sortie sans un brin de muguet accroché à son corsage ! On offrait du muguet à tous ceux que l’on aimait, famille et amis. Cependant, l’usage voulait plus particulièrement que le jeune homme offre du muguet à sa fiancée, et que tout l’entourage d’une jeune maman se manifeste au premier mai en fleurissant sa maison afin d’offrir au bébé un présage de bonheur.

La fête du travail

Si la fête du travail a lieu le premier mai, c’est sans aucun rapport avec le muguet, même si les manifestants ont pris l’habitude récente de fleurir leur boutonnière du brin porte-bonheur au lieu de l’églantine rouge. La fête du travail commémore un 1er mai de 1886 où les syndicats américains appelèrent plus de 400 000 travailleurs à manifester pour l’obtention de la journée de huit heures. La date du 1er mai avait été choisie car beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable. Depuis, le premier mai est devenu le jour international des revendications ouvrières, donnant lieu à des défilés de travailleurs. En France, la journée de 8 heures a été obtenue en 1919, cependant le premier mai a continué d’être la journée des revendications salariales. Depuis 1941, c’est un jour chômé et depuis 1947, ce jour férié est payé pour tous les travailleurs. Pour ceux que leur métier oblige à travailler malgré tout (personnel des hôpitaux, de l’hôtellerie), le salaire est généralement doublé. Certains profiteront également de la tolérance qui est faite aux particuliers et aux organisations diverses, de vendre librement le muguet sans aucune formalité ni taxe, uniquement le jour du 1er mai.

Le 1er mai est donc la fête de tout le monde puisque c’est un jour férié, c’est la fête du travail, de l’amour et du bonheur, je vous souhaite de trouver un brin de muguet à 13 clochettes !

22 octobre, 2011

Le conte de la grand-mère qui inventa un mot nouveau et rare …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:51

7itdzaw2.jpg

Grand-mère ! dit le petit garçon, apprends-moi des mots neufs. Des mots encore plus beaux que ceux d’hier, plus beaux que ka-léi-dos-co-pe, plus rigolos que ceux qui font des bruits comme cla-po-tis, chu-cho-te-ments… Encore, grand-mère, encore ! La vieille femme sourit. Le temps est venu, se dit-elle. Il est prêt !

Oui, j’ai un beau mot pour toi. Je vais t’aider à le trouver…

Oh ! oui, j’adore les devinettes, dit l’enfant en sautillant.

Voilà. C’est un mot qui contient les plus belles valeurs du monde…Un mot qui est présent en toi et tout autour de toi si tu sais le ressentir.

C’est facile ! c’est…la Vie ! Ce qui est présent en moi et tout autour de moi, c’est la Vie !

Oui bien sûr, il y a de la vie dans ce mot, d’abord de la vie. De la vie vivante, toute joyeuse. De celle qui chante dans tes oreilles chaque matin, avant même que tu ouvres les yeux. Un élan de vie qui te fait dire en regardant le ciel chaque jour : Merci pour ce bleu. Tant mieux pour cette pluie, la terre a soif. Quel vent ce matin ! ça nettoie tout le ciel, mais fermez un peu les portes en haut, ça fait courant d’air ! Un mot qui peut dire l’élan, la fougue, l’enthousiasme. Imagine-toi grimpant vers le haut d’une colline. Tu es presque au sommet, c’est tout clair, c’est tout rond d’herbe verte. Tu marches, il y a l’air vif qui souffle à tes oreilles, tout autour s’étend à perte de vue l’immensité du paysage. C’est tellement beau que tu en as le souffle coupé. Ton cœur déborde presque. Tu te sens fort, grand et petit en même temps, léger comme un oiseau, tu te sens aussi libre que le vent. Tiens, tu pourrais t’envoler, être le vent toi-même…

C’est le bonheur, grand-mère ?

Il y a du bonheur dans le mot, oui, mais cherche encore… Quand tu mets du bon dans tout ce que tu fais, quand tu sais ouvrir tes yeux pas seulement pour voir, mais pour regarder, alors tu peux t’émerveiller de tout et d’un rien, du gazouillis d’une mésange, d’un sourire reçu, de la force du brin d’herbe qui pousse dru dans le bitume du trottoir, de la lumière d’or des étoiles. Quand une fleur devient le plus beau des bouquets du monde, que ton regard se fait caresse pour dire en silence toute ton émotion, quand tu accueilles les bras qui t’aiment et que tu est si plein de désir et d’amour que tu rayonnes comme un soleil…

J’ai trouvé, j’ai trouvé, c’est Soleil d’Amour ! C’est un petit nom que tu me donnais, grand-mère, quand j’étais petit !

Oui, tu es ce soleil-là et il y a de l’amour dans ce mot, mais cherche encore, cherche… C’est un mot qui te dit aussi d’avoir du courage, même quand il y a du gris dans ta vie. Un mot lucide qui n’exclut pas les peines et les difficultés. Un de ceux qui te permettra aussi de trouver toi-même dans chaque évènement difficile, le petit bout de ciel bleu, l’infime lumière qui te redonnera confiance en toi, et surtout en la vie qui est en toi.

C’est l’espérance !

Tu y es presque, continue, continue… Un mot qui contient la Vie, la Joie, l’Enthousiasme, la Tendresse des petits bonheurs, le Courage, le Désir, l’Amour, la Confiance, l’Espérance !

Il existe, grand-mère, ce mot qui dit tout ça à lui tout seul ?

Oui, mon petit… C’est le mot Vivance. C’est la Vivance dans la vie !

C’est un joli mot Vivance, grand-mère !

Murmure-le, écoute-le… Tu l’entends rire dès que tu le prononces…

Vivance !

C’est un mot précieux, tu sais…

Un mot près-des-cieux ?

Oui, dit-elle en souriant. Il vient certainement du ciel, peut-être même du pré-des-cieux… C’est un mot si précieux qu’il est mon héritage pour toi ! C’est qu’il me vient de loin, tu sais, de mon enfance, de ma maman à moi, de mon histoire… Il vient de toute ma lignée et je te l’offre aujourd’hui car le temps est venu… Cette Vivance, elle est la force vive qui donnera plus de vie à ta vie. Je la dépose en toi comme une graine pour qu’elle germe, qu’elle éclose, qu’elle resplendisse, qu’elle fructifie, afin qu’un jour toi aussi tu puisses à ton tour la transmettre à d’autres, à ceux que tu aimeras, que tu aideras, que tu accompagneras… Ouvre la bouche, tire la langue, ferme les yeux, mon petit Soleil d’Amour…Et…hop ! dit la grand-mère, en riant, la graine de Vivance est en toi ! N’oublie pas, c’est pour toute ta vie. La Vivance de la vie, c’est le plus beau cadeau que tu puisses faire à ta propre vie.

Jacques Salomé, « Contes à aimer, Contes à s’aimer »

VIVANCE : Capacité à vivre, s’épanouir, et évoluer avec vitalité.

Vivance signifie  » conscience de la vie en train de se vivre« 

14 septembre, 2011

Ce jardin là

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 15:07

jardin.jpg

Il était une fois un grand jardin, le grand jardin de ma vie.  Il avait jailli, un jour d’hiver, au détour d’une rencontre.
Le papa jardin et la maman jardin avaient fait ce qu’ils croyaient le mieux à faire pour ce petit jardin inattendu.  Ils lui donnèrent de l’engrais, lui apportèrent leur présence, lui proposèrent leurs attentes et leurs demandes.  Ils surveillaient jalousement les pousses.  Si d’aventure quelque herbe folle poussait là, elle était aussitôt arrachée.

Il fallait que tout pousse droit. Sinon, que diraient « les autres » ?

Peu de mots étaient échangés. Pour ces parents là, il n’était pas nécessaire de parler, d’exprimer.  Ils avaient la croyance que tout se vit en silence, à l’intérieur, à l’abri de l’extérieur.

Et le petit jardin avait grandi, comme cela, sans poser de questions, en jardin obéissant, sans repères, sans mots pour se dire, sans être entendu.

Plus tard, devenu grand, le jardin rencontra un jardinier extraordinaire qui avait dans son sac de fabuleux outils. Ces outils s’appelaient :
- oser se dire,
- oser dire non,
- oser recevoir,
- oser demander,
- se relier à soi,
- se relier aux autres,
- se relier à son histoire,
- utiliser les symbolisations,
- ne pas vouloir agir sur l’autre,
- agir à son bout de la relation,
- et d’autres encore…

Enfin le jardin sentit la vie venir en lui, belle, possible.

Dans sa terre, il retrouva ses demandes jamais dites, ses désirs jamais dits, ses besoins. Il entendit, derrière les souffrances, les blessures encore ouvertes. C’était tout cela qui faisait mal, qui empêchait les racines d’aller plus loin, vers l’eau, vers la vie.

Les choses changèrent quand le jardin s’autorisa enfin à être « l’auteur » de sa vie… Des fontaines jaillirent et arrosèrent la terre. Cette terre pouvait enfin laisser venir en elle un autre regard, d’autres possibles…

Avec, au plus profond du cœur de ce jardin, une infinie tendresse, claire comme l’eau de la fontaine au printemps, lumineuse comme le soleil d’été, chaude comme l’amour offert une nuit d’hiver, légère comme un vent d’automne quand le soir tombe, une douce tendresse pour le jardinier de la vie.

(auteur inconnu)

lacolonnedejardinr09236828200.jpg

23 octobre, 2010

Il y a de la compassion partout … (belle histoire)

Classé dans : Arche de Noé,Sentiments (132) — coukie24 @ 8:43

Il y a de la compassion et de l’Amour partout …

 Il y a de la compassion partout ... (belle histoire) dans Arche de Noé coeurbleu

même au bureau de poste.

ligne55 dans Sentiments (132)

J’ai reçu cette belle histoire et je veux la partager avec vous !
lettre1

Le mois dernier, Abbey, notre chienne de 14 ans, est décédée.

Le lendemain de sa mort, ma petite fille de 4 ans, Meredith,

ne cessait de pleurer et de nous dire à quel point elle s’ennuyait d’Abbey.

Elle nous demanda si elle pouvait écrire une lettre à Dieu,

pour lui dire qu’Abbey était montée au ciel,

pour qu’il puisse la reconnaître.

Je lui ai dit que c’était possible.

Et voilà ce qu’elle lui a écrit:

lettre

Cher Dieu,

Voulez-vous S.V.P. prendre soin de mon chien Abbey ?

Elle est morte hier, et elle est maintenant près de vous, au ciel.

Elle me manque beaucoup.

Je vous remercie de m’avoir donné ce chien à aimer, même si elle est tombée malade.

J’espère que vous allez jouer avec elle.

Elle aime jouer à la balle et elle aime nager.

Je vous envoie sa photo.

Ainsi, lorsque vous la verrez, vous saurez que c’est elle.

Je m’ennuie beaucoup d’elle.

Avec amour,

Meredith

dog

Nous avons placé la lettre, ainsi qu’une photo d’Abbey ,

dans une enveloppe, et nous l’avons adressée:

« À Dieu, au ciel ».

Nous avons placé notre adresse de retour sur l’enveloppe.

Puis, Meredith a collé plusieurs timbres sur l’enveloppe,

car elle s’est dit que ça prendrait beaucoup de timbres pour livrer la lettre au ciel.

Cet après-midi là, nous avons déposé la lettre au Bureau de Poste.

Quelques jours plus tard,

elle me demanda si je croyais que Dieu avait reçu notre lettre.

Je lui ai dit que probablement il l’avait reçue.


colis

Hier, nous avons trouvé un colis devant notre porte, adressé à Meredith.

L’écriture nous était étrangère.

Meredith ouvrit le colis.

À l’intérieur,

il y avait un livre de Mr. Rogers intitulé:

« Quand un animal de compagnie meurt. »

Collée à l’intérieur de la couverture,

il y avait la lettre que Meredith avait écrite pour Dieu.

Sur l’autre page, la photo de Abbey , accompagnée d’un petit mot:


Chère Meredith,

Abbey est arrivée saine et sauve au Paradis.

Grâce à la photo, je l’ai immédiatement reconnue.

Abbey n’est plus malade.

Son esprit est avec moi, tout comme elle est dans ton cœur.

Elle fut très heureuse et a beaucoup aimé être ton chien.

Comme nous n’avons plus besoin de notre corps au Paradis,

je n’ai pas de poche pour conserver ta photo.

Alors, je te la retourne dans ce petit livre,

pour que tu puisses toujours te souvenir d’Abbey.

dogangel1

Je te remercie pour la très belle lettre,

et je remercie ta maman

pour l’aide qu’elle t’a apportée pour l’écrire et me la poster.

C’est une maman merveilleuse que tu as.

Je l’avais choisie spécialement pour toi.

Je t’envoie mes bénédictions et souviens-toi que je t’aime beaucoup.

En passant, je ne suis pas difficile à trouver.

Je suis partout où il y a de l’Amour.

Avec Amour,

Dieu xxx

ligne55

Histoire trouvée site : http://maya.com

3 avril, 2010

C’est quoi l’Amour ? … (Très joli texte trouvé sur le net)

Classé dans : Amour (119) — coukie24 @ 10:53

f339d5ae.gif

C’est quoi l’amour, Maman ?
C’est la main de papa dans la mienne.

C’est quoi l’amour, Papa ?
C’est le corps d’une femme qui se donne et s’oublie.

C’est quoi l’amour, Grand-Père ?
C’est ta grand-mère
qui me regarde encore sur le tracteur.

C’est quoi l’amour, Grand-Mère ?
Ce sont mes confitures que vous emporterez.

C’est quoi l’amour, mon frère ?
Ce sont des lèvres, un parfum, un sourire.

C’est quoi l’amour, ma sœur ?
C’est demain, les yeux dans les yeux.

C’est quoi l’amour, mon mari ?
C’est toi pour moi, et moi pour toi, à jamais.

C’est quoi l’amour, ma femme ?
Ce sont ces vies que notre amour construit.

C’est quoi l’amour, mon amant ?
C’est le désir enfin renouvelé.

C’est quoi l’amour, ma maîtresse ?
C’est dans tes bras un vent de liberté.

C’est quoi l’amour, mon ange ?
C’est l’univers aujourd’hui unifié dans nos coeurs.
C’est toi, c’est moi, la liberté, le désir,
la vie, les yeux, les lèvres, le parfum,
le sourire, les confitures, le temps, les mains,
et les jamais et les toujours envolés
dans l’instant qui fleurit sous le soleil
pour s’offrir à nos corps exaucés.
 

Auteur inconnu

mlnn0o2s.gif

2 mars, 2010

Dimanche, c’est la fête des grands-mères …

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 10:43

mamy5.jpg 

Qu’on l’appelle « grand-mère » ou qu’on l’appelle « mamie », offrons un brin de tendresse à nos grand-mamans !

869a9da8.gif

Les origines de la fête des Grands-mères

La fête des Grands-mères est célébrée en France le premier dimanche de mars depuis 1985. A l’origine, il s’agissait d‘une fête commerciale lancée par une grande marque de café.
Au fil du temps, elle est devenue si populaire qu’elle figure désormais dans nos calendriers et que trois grands-mères sur quatre ont la joie d’être fêtées chaque année.

Les grands-mères aujourd’hui !

Mamie, Mémé, Mémère, Manou, Yaya…Quelle que soit la façon dont vous appelez votre grand-mère, n’oubliez pas de célébrer sa fête ! Nos grands-mères n’ont jamais été aussi nombreuses qu’aujourd’hui : elles sont en France plus de 7 millions de grands-mères en France et ce chiffre continuera d’augmenter dans les prochaines années.
L’image traditionnelle de la grand-mère au fourneau ou faisant du tricot n’est plus vraiment d’actualité. Les grands-mères d’aujourd’hui sont plus actives, plus jeunes d’esprit et plus proches de leurs petits-enfants, si bien que certaines peuvent être appelées « cyber-mamie », « mamie globe-trotteuse » ou « supermamie ».
Elles veulent avant tout nous transmettre des valeurs comme l’affection, l’amour du prochain et le respect d’autrui.

Le jour « J » de la fête des Grands-mères

S’il y a un dimanche dans l’année où vous devriez rendre visite à votre grand-mère et partager un bon repas avec elle, c’est ce jour-là !
Offrez-lui de jolis cadeaux. Des idées ? Une crème de soin pour une mamie coquette, un bouquet de chocolat pour une mamie gourmande, un appareil photo numérique ou une webcam pour une mamie branchée, des objets photos à personnaliser pour une mamie nostalgique… ou tout simplement un très joli bouquet de fleurs pour cette belle journée très spéciale !

9265aa77.gif

Les chiffres :

En France, il y a plus de 6 millions de grands-mères,
Elles ont en moyenne 65 ans,
Elles ont en moyenne 4 petits enfants,
11% d’entre elles sont déjà des arrières-grands-mères,
Pour 80% d’entre elles, le plus important est de faire plaisir à leurs petits enfants.

25 février, 2010

Plus je te veux, plus je te perds …

sablemain.gif

Plus je te veux, plus je te perds…

Il était une fois une jeune femme. Elle se trouvait près de sa mère la veille de son mariage et regardait le soleil qui, au-delà de la plage, se couchait dans l’immensité de la mer.

Elle s’adressa à sa mère et l’interrogea : « Maman, papa t’aime beaucoup et t’est toujours resté fidèle. Que dois-je faire pour que mon mari continue à m’aimer de plus en plus ? »

La mère se tut et réfléchit un instant, puis elle s’agenouilla et remplit de sable chacune de ses mains. Elle s’avança ainsi vers sa fille.

Sans dire un seul mot, elle serra les doigts d’une main de plus en plus forte sur le sable qu’elle contenait. Le sable s’en échappa. Plus elle serrait son poing, plus le sable s’en écoulait, et quand elle ouvrit finalement sa main, seuls quelques grains de sable mouillés collaient encore à sa paume.
Mais la mère avait gardé son autre main ouverte comme une petite écuelle. Les grains de sable y restaient bien blottis et scintillaient toujours plus fort sous les rayons du soleil couchant.« Voici ma réponse », dit la mère doucement.

— Robert Henckes
« Aimez-vous l’un l’autre mais ne faites pas de l’amour un carcan.
Qu’il soit plutôt mer mouvante entre les rives de vos âmes. »
Khalil Gibran

23 octobre, 2009

Citations de Jean Gastaldi :

Classé dans : Famille (34) — coukie24 @ 16:03

Citations de Jean Gastaldi : dans Famille (34) gravure

Le véritable amour d’une mère, c’est d’aider l’enfant à couper le cordon ombilical.
Jean Gastaldi

On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant.
Jean Gastaldi

Une maman, c’est la meilleure des infirmières, au talent de magicienne.
Jean Gastaldi

Respecter sa mère, c’est respecter la vie.
Jean Gastaldi

18 août, 2009

La femme devant son miroir…

Classé dans : Les Femmes (64) — coukie24 @ 23:41

 

                                                      La femme devant son miroir... dans Les Femmes (64) imagesfem
                                  ndmopv33 dans Les Femmes (64)

À 3 ans: Se regarde et voit une reine.À 8 ans: Se regarde et voit Cendrillon ou La Belle au Bois Dormant

cendrillon
À 15 ans: Se regarde et voit Cendrillon, la belle au Bois Dormant, une cheerleader, une actrice de cinéma. Ou, si elle est dans ses «SPM», elle se voit grosse, laide, pleine de boutons et: «Maman, je ne peux pas aller à l’école comme ça!»À 20 ans: Se regarde et se voit trop grosse, trop mince, trop petite, trop grande, les cheveux trop raides, trop frisés, mais décide qu’elle ira quand même!

À 30 ans: Se regarde et se voit trop grosse, trop mince, trop petite, trop grande, les cheveux trop raides, trop frisés, mais décide qu’elle n’a pas le temps de les arranger et y va quand même!À 40 ans: Se regarde et se voit trop grosse, trop mince, trop petite, trop grande, les cheveux trop raides, trop frisés, mais se dit qu’au moins elle est propre et y va quand même!

111
À 50 ans: Se regarde et se dit: «C’est moi», puis sourit et va où bon lui semble!À 60 ans: Se regarde, se rappelle que bien des gens ne peuvent même plus se voir dans le miroir, sourit, sort et va conquérir le monde!

À 70 ans: Se regarde et voit l’expérience, l’habileté, sourit et sort profiter de la vie!À 80 ans: Ne se regarde même plus dans le miroir, met son petit chapeau violet et sort juste pour le plaisir de voir le monde!
chapeauv


NOUS DEVRIONS TOUTES PRENDRE NOTRE PETIT CHAPEAU VIOLET UN PEU PLUS TÔT.


ndmopv33
33Chacune de nous a besoin de se faire dire qu’elle est formidable!33La beauté d’une femme n’est pas dans ses vêtements, ni le joli minois qu’elle affiche, ou la façon dont elle se coiffe.

33La beauté d’une femme doit être vue dans ses yeux parce qu’ils sont les portes de son cœur, là où l’amour réside. 33La beauté d’une femme n’est pas dans un grain de beauté bien placé sur le haut d’une lèvre.33La vraie beauté d’une femme est réfléchie par son âme.
L’amour qu’elle donne, la passion qu’elle démontre, les années qui passent l’embellissent.

FEMME, TU ES BELLE !

femmegris

ndmopv33

21 juin, 2009

Nos enfants ou l’enfant roi…

Classé dans : Sentiments (132) — coukie24 @ 12:11

fdp1yp2 

Aujourd’hui c’est la fête des pères et tout naturellement je pense aux papas qui n’auront même pas une petite attention de la part de leurs enfants.

Dans notre société de plus en plus individualiste, centrée sur elle même, comment réagir face à l’égocentrisme, la violence verbale et les attaques ou l’INDIFFERENCE souvent si injustes des grands enfants ? Autour de moi, de plus en plus de parents se sentent impuissants et se posent mille questions concernant leurs enfants devenus adultes. Des enfants qui bien souvent ne voient aujourd’hui le monde qu’à travers une vision étriquée de leurs propres intérêts et besoins ou même de l’héritage qu’ils auront. Agressifs, remplis de haine, implacables, irrespectueux envers leurs parents, les méprisant, les traitant avec indifférence ou pire les abandonnant complètement, leurs désirs et intérêts étant aujourd’hui bien ailleurs,  » Les enfants les plus aimés et les plus gâtés sont souvent les plus ingrats « 

Malheureusement c’est souvent vrai et cela le devient de plus en plus. Nous vivons dans une société de consommation ou avoir, posséder, paraître, ont bien plus d’importance que les valeurs morales. L’image que l’on a de soi, que l’on veut donner aux autres est primordiale.. On écrase l’autre, on le méprise, pour se hisser à la place désirée, on fait l’impasse sur les sentiments, les vrais, pour se nourrir d’illusions. Cette tendance à toujours vouloir tout ramener à soi, imposer sa façon de voir est détestable. Ne concevoir le monde que sur un seul point de vue, le  » leur  » que seul un mode de pensée est juste, et pourtant ce le  » leur  » est infantilisant.

Ne pas accepter la contradiction, ne jamais se remettre en question à quelque chose de puéril. Ce « qu’ils font est bien  » ce « qu’ils aiment est beau », ce « qu’ils disent est bien sûr… juste.. » « Gare si on a le malheur de se mettre en travers  » d’une idée  » ou que l’on puisse ne pas être d’accord ou ne pas avoir un jour la même vision des choses ! (N’est il pourtant pas connu que les mamans ne voient qu’avec les yeux du coeur ? alors un conseil ou constat est franchement mal venu de la part d’un père…)

Difficile dans ces cas de garder sérénité et harmonie intérieures. Combien de parents se sont demandés :
«  Mais qu’est ce que j’ai donc fait pour mériter çà ?  »

Mais… Ne sommes nous pas aussi un peu responsables quelque part de ces comportements odieux ? Après avoir été bien souvent baignés dans une éducation stricte, sévère, dure ou tout simplement une vie pas facile, nous avons fait le choix de donner à nos enfants, une autre éducation, plus libre et douce. Nous leur avons donné la parole, donné cette liberté qui nous était défendue et surtout nous leurs avons facilité la tâche, aplani leurs difficultés, devancé leurs souhaits, voir ôté les obstacles avant même qu’ils ne se soient présentés devant eux. Tout çà nous paraissait normal, car nous aimons nos enfants et ne voulons que ce qu’il y a de mieux pour eux. Hélas.. Avec du recul, nous sommes bien obligés de nous rendre compte que nous, non plus, ne sommes pas dans le vrai.A force de leur avoir rendu la vie plus facile, nos enfants devenus des adultes aujourd’hui, ne sont plus armés pour se battre ou du moins ne disposent pas des bonnes armes.

Comment comprendre la souffrance des autres quand soi même on a jamais souffert moralement ? Comment connaître la compassion, quand on a jamais été soi même dans la misère, ou n’avoir pas eu le moindre besoin de se priver ? Comment être humble lorsqu’on a toujours été porté aux nues ?
Comment donner, quand justement on a toujours seulement reçu ? Comment apprendre à écouter les autres quand soi-même on a toujours seulement été qu’écouté ? Comment se remettre en question quand on a jamais eu besoin de le faire ?

Mais vous allez me dire … et les antidotes ? Si aujourd’hui je crois encore, que l’éducation doit toujours être basée essentiellement sur l’Amour, il faudrait pourtant y ajouter bien des choses… Une dose de compassion et de tolérence, une autre d’empathie, garder un esprit ouvert, encore faut il le vouloir vraiment … Apprendre à faire de petits pas, approcher l’existence avec une certaine souplesse. S’habituer à écouter l’autre sans l’interrompre, ni penser au fameux « Oui..mais moi je.. » ou  » Nous on a… »S’habituer à donner sans attendre forcément la réciprocité…
(cela se fera de toute façon, l’équilibre se crée toujours quand il y a des efforts de part et d’autre).

S’habituer à réfléchir ce que les autres ont besoin avant de penser à ses propres besoins. Et petit à petit observer ce qui se passe chez soi et chez les autres. C’est aussi simple et aussi difficile à la fois. Essayez rien qu’une fois pendant une matinée de ne pas employer une seule fois le mot « Je »

Vous serez surpris !!!

image3.gif

 

L’ingratitude la plus odieuse, mais la plus commune et la plus ancienne, est celle des enfants envers leurs pères.
 (Vauvenargues)

 

Les enfants ne peuvent vous donner que des gratifications éphémères. Etre mère, c’est un métier d’une terrible ingratitude.
(Catherine CUSSET)

 

En serait-il des sentiments du coeur comme des bienfaits ? Quand on n’espère plus pouvoir les payer, on tombe dans l’ingratitude.
(Chamfort)

 

20 juin, 2009

La fête des pères ; son origine…

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 15:55

La fête des pères ; son origine... dans Autres fêtes ou évènements 

Chaque année nous fêtons nos papas. Nous les remercions de leur protection, du temps passé avec eux et surtout de l’amour qu’ils nous donnent. Qu’il soit papa poule, papa gâteau, autoritaire ou protecteur, nous disons je t’aime à notre papa tous les ans en juin. La fête des pères français

Flaminaire_1949_small dans Autres fêtes ou évènementsQui l’aurait cru ! En France, ce n’est ni un maréchal ni un traité qui a lancé la première fête des pères. Il faut remercier Flaminaire, une marque bretonne de briquets, qui est à l’origine de la première journée pour les papas français. Ce n’est qu’en 1952 que la fête des pères a été instaurée en France. Attention, on a bien dit instaurée car la fête des pères, contrairement à celle des mamans, n’a jamais été officialisée. Elle a pris sa place dans nos calendriers et nous la célébrons chaque année mais ce n’est pas une fête officielle. Souvent considérée comme une fête commerciale comme la fête des grands-mères, la fête des pères a parfois du mal à prendre autant d’ampleur que la fête des mères. La première fête des pères a donc été célébrée deux ans après l’officialisation de la fête des mères. En France, nous fêtons nos papas le troisième dimanche de juin.
La fête des pères est l’occasion d’offrir un cadeau à nos papas ou de passer un moment en famille pour les honorer.   

La fête des pères chez nos voisins

La date de la fête des pères varie d’un pays à un autre :

En Belgique, elle est célébrée le deuxième dimanche de juin soit une semaine avant nous.
En Italie, au Portugal et en Espagne, on fête les papas le jour de la saint Joseph, le 19 mars.
Au Luxembourg, les pères sont fêtés en même temps que l’automne, c’est-à-dire au mois d’octobre.
En Allemagne, la fête des pères est célébrée le jeudi de l’Ascension, en mai.
En Suède, les papas sont honorés en novembre.
Chez nos voisins Anglais, les papas sont fêtés le deuxième dimanche de mai.
En Corée du Sud, la fête des pères et la fête des mères sont le même jour, le 8 mai.

Certains pays ont un ou deux jours de congés par an pour fêter les pères.

Quelque soit la date officielle de la fête des pères, dans tous les pays du monde, nous disons à nos papas que nous les aimons tous les jours.

rn7pye2g

La fête des mères ; sa date et ses origines…

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 14:54

Une mère ne meurt jamais car on l’appellera toujours maman. – André Lévy

La fête des mères ; sa date et ses origines... dans Autres fêtes ou évènements e4dsk0nu

La date de la fête des Mères

En France, la fête des Mères est célébrée le dernier dimanche de mai, sauf si ce jour tombe le dimanche de Pentecôte. Dans ce cas assez exceptionnel, la fête des Mères est reportée au premier dimanche de juin.

Les origines de la fête des Mères

La fête des Mères est une coutume d’origine américaine, exportée ensuite dans de nombreux pays. En 1872, le poète Julia Ward Howe lança l’idée d’une « Mother’s Day Proclamation » pour honorer les mères et la paix.
A partir de 1907, cette célébration s’étendit très rapidement dans tous les Etats américains, avant d’être officialisée en 1914 au niveau fédéral.
En France, la Journée des mères a été créée en 1918 avant de devenir la Journée nationale des mères de familles nombreuses en 1920. En 1926, un décret fixa officiellement le jour de la fête des Mères au dernier dimanche de mai, mais c’est une loi du 24 mai 1950 qui institutionnalise définitivement cette journée.

Le jour « J » de la fête des Mères

De nos jours, la fête des Mères est avant tout une fête intime et familiale. C’est l’occasion pour tous de manifester à sa mère l’amour qu’on lui porte. En France, il est de tradition que les petits et grands enfants offrent à leur maman des cadeaux, des fleurs ou des cartes…

                   zrrw2b8s dans Autres fêtes ou évènements

28 mars, 2009

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 18:58

Mots des Petits  dans Humour (284) kind003

enfant68 dans Humour (284)Une petite fille de quatre ans essayant de s’habiller toute seule : C’est impossible, les boutons sont derrière et je suis devant.

bebeamourUn petite fille dit à un petit garçon : Quand on sera grand, on se mariera
Le petit garçon lui répond : Impossible, chez nous on se marie dans la famille. Mon père a épousé ma mère, mon grand-père a épousé ma grand-mère, etc.

006 Kariane prend le train pour la première fois : Regarde maman, tous les arbres retournent à la maison.

 1 Alexia dit à son papa : Papa, je savais que tu venais de rentrer. J’ai entendu tes traces de pas.

bd3 Une maman vient d’avoir un deuxième bébé. La nuit, il se met à pleurer. La maman se lève alors et dit :
Il va falloir que j’aille le changer ! Le petit frère, entendant cela, s’adresse alors à la maman : Ho! Oui, change-le et prends en un autre qui pleure moins !

mamanenceinteUn gamin regarde sa mère enceinte se dévêtir… Dis Maman, pourquoi tu as un gros ventre ?
Sa maman répond :-C’est parce que papa m’a donné un petit bébé.

Le gamin sort de la chambre et s’en va retrouver son père pour lui demander :-P apa c’est vrai que tu as donné un petit bébé à maman ?
- Oui, lui répond tendrement son papa.
- Hé bien ! Elle l’a mangé !

bebe Un gamin demande à sa mère : Dis maman, quand on meurt, est-ce que c’est pour la vie ?

Zoé tombe par terre  » Maman, j’ai mal ! »
Sa maman lui demande  » Où as-tu mal ? »
Elle répond : « Aux pantalons  »

vaches-33En visite chez Mamie, les enfants jouent près d’un champ.
Soudain, les enfants arrivent en courant, en criant : Maman, maman, les vaches sont à vendre !
Comment ça, elles sont à vendre ? Oui, s’exclament alors les enfants, elles ont une étiquette sur l’oreille !

bottes Tu n’aurais pas mis tes bottes dans les mauvais pieds, demande la mère à son fils de 4 ans ?
- Je ne peux pas, répond l’enfant, ce sont les seuls pieds que j’ai !

beauteUn petit garçon regarde sa mère se mettre de la crème dans le visage.
« Pourquoi tu fais ça, maman ? »
 » Pour être plus belle, mon chéri.  »
En voyant sa mère enlever la crème, il lui dit  » Et… maintenant, tu abandonnes ? »

 

smiley_0016 Maman explique à Noémie, 4 ans, que son oncle vient de rompre avec sa petite amie.
Noémie demande pourquoi ?
Sa maman lui répond parce qu’ils ne s’entendaient plus.
Alors, elle répond: Ils n’ont qu’à parler plus fort !


abeillesamour.gif (49066 bytes)

12
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux