DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

13 août, 2011

La Vie

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:20

La Vie dans Textes à méditer (239) 1297353314

1306855889 dans Textes à méditer (239)

Aujourd’hui, la vie nous est prêtée,
 Alors pourquoi vouloir chercher
 Les réponses de demain ?

 Aujourd’hui, suis ton chemin,
 Car demain est un jour prochain,
 Et la vie nous est si vite reprise.

 Si tu as des êtres chers dans ta vie,
 Dis-leur mille fois aujourd’hui
 Que tu les aimes à la folie.

 Si, en toi, tu ne possèdes que douleur,
 Laisse parler ton coeur.
 Et ouvre la porte au bonheur.

 Si aujourd’hui, tu reçois un sourire,
 Transmets-le à tous ces coeurs qui soupirent,
 Et regarde dans leurs yeux l’étoile qui brille.

 Ce matin prend le temps de remercier la vie.
 C’est pour toi une autre journée de sursis.

 Car peut-être que demain
 La vie te reprendra ton chemin.

…Macha de chez Maya

1306855889

14 juillet, 2011

Un maître de l’Orient …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 20:34

301156314513ghr3rhho.gif

Un maître de l’Orient a vu un scorpion en train de se noyer.
Lorsqu’il décida de le tirer de l’eau,
le scorpion le piqua.

Par l’effet de la douleur,
le maître lâcha l’animal qui, de nouveau, tomba à l’eau
encore en train de se noyer.

Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua encore.

Quelqu’un qui était en train d’observer
se rapprocha du maître et lui dit :
Excusez-moi, mais vous êtes têtu!
Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois,
que vous tenterez de le tirer de l’eau il va vous piquer ?

Le maître répondit:
La nature du scorpion est de piquer,
et cela ne va pas changer la mienne qui est d’aider.

Alors, à l’aide d’une feuille,
le maître tira le scorpion de l’eau, sauva sa vie et continua.

Auteur Inconnu

gifsanimesbouddhisme1.gif

Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal.
Prends seulement des précautions.

Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent.

Quand la vie te présente mille raisons de pleurer,
montre-lui que tu as mille raisons de sourire.

Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation.

Parce que ta conscience est ce que tu es,
et que ta réputation, c’est ce que les autres pensent de toi…

Et ce que les autres pensent de toi… c’est leur problème.

8 mai, 2011

Le sac de pommes de terre …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 21:18

potatoes5798640.jpg

Un professeur d’Institut qui devait enseigner sur le thème du pardon, demanda à chacun de ses étudiants d’apporter un sac de pommes de terre lors du prochain cours.Il leur demanda ensuite d’inscrire sur une pomme de terre le nom de chaque personne à laquelle ils refusaient de pardonner et à côté, la date. Puis ils devaient porter sur leur dos, partout où ils iraient, pendant le mois suivant, le sac de pommes de terre.
Ce fardeau leur parut vite insupportable.
Ils se rendirent alors compte du poids spirituel de rancœur qu’ils portaient tous en eux.
Ils comprirent aussi le degré d’énergie qu’ils gaspillaient en portant leur fardeau et le danger qu’ils couraient de laisser ce fardeau au mauvais endroit.
Puis, à mesure que les pommes de terre commençaient à pourrir, chaque étudiant comprit qu’il devait se débarrasser du sac au plus vite.
Si vous pardonnez à quelqu’un ses péchés ceux-ci s’évanouissent sur le champ. Par contre si vous ne les pardonnez pas, qu’allez-vous en faire ? Le pardon n’est pas seulement un don que vous faites aux autres, c’est aussi et surtout un cadeau que vous vous faites à vous-même car en refusant de pardonner, un boulet s’attache à votre cœur et le bonheur et la bénédiction s’enfuient loin de vous.

Auteur inconnu

6 mai, 2011

Le pouvoir de la porte noire …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 7:29

portenoire.gif

Il était une fois, au pays des mille et une nuits, un roi très critiqué pour ses actes de guerre. Une fois qu’il avait fait prisonniers tous ses ennemis, il les conviait dans une grande salle.

 Le roi criait :

 - Je vais vous donner une dernière chance. Regardez tous à droite.

Tous tournaient la tête vers une rangée de soldats armés d’arcs et de flèches, prêts à leur tirer dessus.

 - Maintenant, disait le roi, regardez tous à gauche.

 Dans cette direction, les prisonniers pouvaient apercevoir une gigantesque porte noire d’aspect dantesque incrustée de crânes humains sanguinolents, de mains décharnées, de morceaux de cadavre en putréfaction. Une porte d’aspect infernal… qui les faisait frissonner d’horreur.

Le roi se positionnait au centre de la salle

- Ecoutez moi tous. Que désirez-vous le plus ? Mourir transpercés par les flèches de mes archers ou bien tenter votre chance et passer le seuil de la porte noire ? Décidez-vous, je respecterai le choix de votre libre arbitre…

 Tous les prisonniers adoptaient le même comportement : au moment de se décider, ils approchaient de la porte géante, lui jetait un regard tourmenté et se prononçaient en tremblant :

 - Nous préférons mourir sous tes flèches !

Aucun d’entre eux n’osait ouvrir la porte, imaginant quel insoutenable destin il trouverait là derrière.

 Mais un jour, la guerre fut terminée. Et un soldat qui faisait partie autrefois du peloton d’exécution des archers, osa interroger le roi :

 - Tu sais, grand roi, je me suis toujours demandé ce qu’il y avait derrière la porte noire.

Le roi répondit :

- Tu te souviens que je donnais le choix aux prisonniers ? Ils pouvaient pousser la porter ou opter pour une mort certaine. Eh bien, toi, vas ouvrir la porte noire !

Le soldat, frémissant, s’exécuta et la porte tourna sur ses énormes gonds grinçant. Un pur rayon soleil balaya le sol dallé. Alors le soldat ouvrit la porte en grand. La lumière inonda la salle. Elle provenait d’un paysage verdoyant. Le soldat vit un chemin qui montait au milieu des arbres. Et il comprit : ce chemin, c’était celui de la liberté !

Nous avons tous une porte noire dans l’esprit. Pour les uns c’est la peur de l’inconnu, pour les autres, un client difficile, la frustration, la crainte du ridicule, celle du risque, celle d’être rejeté, d’innover, de changer…

Mais s’il est vrai qu’on peut perdre, il est également vrai qu’on peut gagner ! Derrière la peur, se trouve le rayon  de soleil. Derrière le chaos apparent,  il y a peut être une nouvelle étape de  votre vie, plus heureuse, plus sereine.  Ne vous désespérez pas en temps de  crise… avancez sans peur. Décidez de  triompher !

Auteur inconnu 

portenoire1200214655.jpg

1 mai, 2011

Une belle histoire …

Classé dans : PPS,Textes à méditer (239) — coukie24 @ 21:47

Cliquez sur l’image ! …

ppsprintemps.png 

23 avril, 2011

Ce jour est un jour tout neuf …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 17:04

ugp3mo6x.gif

Ce jour est un jour tout neuf.

Il n’a jamais existé et il n’existera jamais plus.
Prenez donc ce jour et faites en une échelle
pour accéder à des plus hauts sommets.

Ne permettez pas que la tombée du jour
vous trouve semblable
à ce que vous étiez à l’aube.

Faites de ce jour un jour unique, mémorable.
Enrichissez-le et, ce faisant,enrichissez-vous.
Ce jour est un don.

Il n’est donc pas quelque chose d’extraordinaire, de fortuit,
quelque chose qui va de soi.
Il vous est spécialement offert.

Prenez le entre vos mains avec un sentiment de ferveur.

49495899p.gif

Pensées sur les conflits …

Classé dans : Citations, proverbes...,Textes à méditer (239) — coukie24 @ 16:51

10paquesfleures1024.jpg

« Pour reconnaître une lacune chez autre, il faut la posséder au moins en partie. »

« Le plus souvent, les problèmes que l’on a avec les autres
ne sont que le reflet de ceux que l’on a avec soi-même. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

« Ne soyez pas surpris que les autres n’agissent pas comme vous le voulez.
Car vous-même n’agissez pas toujours comme vous le voulez. »

« On ne connaît vraiment quelqu’un qu’après s’être disputé avec lui. »
Ana Maria Fontes

« Le motif pour lequel se produisent les disputes n’est jamais aussi grave
que le malaise qui en découle. »
Alain de Botton

fleurrougepapillon.jpg

« Celui qui se tait le premier dans une dispute est le plus digne de louange. »
Proverbe hébreu

« Lors d’une dispute conjugale,
la seule personne qui écoute attentivement la version de chaque époux,
c’est le locataire de l’appartement contigu. »

« La vie est trop courte pour qu’on se dispute. »
Baden-Powell

« La dispute alimente la dispute et engloutit ceux qui s’y plongent. »
Sénèque

« Celui qui nourrit de grands desseins ne s’embarrasse pas de détails.
Et évite ainsi des disputes inutiles. »

« Bon silence vaut mieux que mauvaise dispute. »
Proverbe russe

« De quelles souffrances l’humanité n’est-elle pas affligée
parce qu’elle ne sait pas se réconcilier? »
Jean-Paul II

« La race humaine doit sortir des conflits en rejetant
la vengeance, l’agression et l’esprit de revanche.
Le moyen d’en sortir est l’amour. »
Martin Luther King

18lapinpaques1024.jpg

11 avril, 2011

Crédo de l’optimiste …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 11:32

0724lesirisvendu.jpg

Je promets …

D’être fort au point que rien ne puisse troubler ma sérénité d’esprit

De parler de santé, de bonheur et de prospérité à toute personne que je rencontrerai

D’inculquer à mes amis la confiance en eux-mêmes

De ne considérer que le bon côté des choses en véritable optimiste

De ne songer qu’au meilleur, de ne travailler que pour le meilleur et de n’espérer que le meilleur

De manifester autant d’enthousiasme pour les succès des autres que pour les miens

D’oublier les erreurs passées et de voir à faire mieux à l’avenir

D’avoir toujours l’air gai et de sourire à toute personne que je rencontrerai

De consacrer tant de temps à m’améliorer moi-même que je n’aurai pas le temps de critiquer les autres

D’être trop magnanime pour me tracasser, trop noble pour m’irriter, trop fort pour craindre et trop heureux pour me laisser troubler

Source : Christian D. Larson

du0a1ndy.gif

13 janvier, 2011

Un vent de volonté …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 20:26

Un vent de volonté ... dans Textes à méditer (239) fmauve

Quel que soit votre passé, quelles que soient vos barrières,
Tout cela est bien loin, secouez-en la poussière.
Faites souffler sur votre vie un vent de volonté,
La poussière des regrets sera vite balayée.

La poussière des regrets est un mal ennuyeux,
 
Qui pénètre partout et fait pleurer les yeux.
 
Elle se glisse en douceur dans les moindres recoins,
 
Pour nous faire étouffer et suffoquer de chagrin.

Elle se dépose en une épaisse couche à terre,
Où demeurent nos pas quand on regarde en arrière.
 
Elle applique au regard un voile obscurcissant,
 
Qui cache la lumière et rend triste au-dedans.
 

Elle s’accumule d’autant mieux que l’on ne bouge pas,

Et puis un jour, on se sent figé sous son poids. 
Ne laissez pas votre cœur s’étouffer sous la cendre,
 
Respirez et vous verrez le feu reprendre.

 Si vous doutez, regardez la vie dans la nature,
Les oiseaux savent bien qu’en haut, l’air est plus pur.
 
Aussi, voyez comme ils prennent soin de leurs ailes,
 
Pas une tache ne souillera leur grâce dans le ciel.

Et de plus, au cas où vous n’y auriez pas pensé,
Aucun d’eux ne regarde le sol pour s’envoler…
 

 Texte pris sur le blog Se souvenir des belles choses  

Pensée de la semaine :  Pleurer sur son passé,
c’est comme essayer de transplanter un arbre mort.

12 janvier, 2011

Sérénité et Paix …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:14

1222870263tuoe091n.gif

“Si, pour toi, pardonner vaut beaucoup plus que la vengeance,

 Si tu donnes gratuitement de ton temps et de ta chaleur,

avec ton cœur,

Si, pour toi, un sourire est plus fort que tout

et amène la joie et bonheur,

Si tu prêtes ton oreille au malheureux

tout en gardant ton sourire,

Si tu acceptes la critique,

et l’appliques positivement dans ta vie,

Si tu te réjouis de la joie et du succès de ton voisin sans l’envier,

Si, pour toi, c’est important de tendre la main à l’étranger

et de le considérer comme un frère,

Si tu partages ton pain en y mettant un morceau de ton cœur,

 Si l’injustice face à autrui te fait aussi mal que celle que tu subis,

Si pour toi, ce qui lie les hommes est plus fort

et plus important que ce qui les divise,

Si tu préfères l’espérance au soupçon ou à la déception,

 Si, pour toi, l’amour est la grande force de discussion,

Si le regard d’un enfant désarme encore et toujours ton cœur,

Sérénité et paix t’entourent”

Auteur inconnu

22 octobre, 2010

Le Fermier et la fontaine !

Classé dans : Moralité (13),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 15:10

imgp1395.jpg

Fable à méditer… 

Une ferme se trouvait au bord du chemin de Compostelle.
Son propriétaire voyait régulièrement des pèlerins passer.
Le soleil étant régulièrement de la partie et, ceux-ci étaient souvent assoiffés.
Pour les aider, il installa une fontaine d’eau qu’il offrit gratuitement à tous ces voyageurs.
Chacun en profitait et tout le monde trouvait cela normal et pratique.
Un jour, un voyageur zélé, prit cette eau et, arrosa tous ceux qui passaient par là, pour les rafraichir.
Il n’y voyait que de l’entraide…
Une personne qui avait peur de l’eau, et portait une belle tenue, se sentit agressée par ce geste et vint se plaindre au fermier.
« C’est de votre faute si cet individu m’a mouillée, je vais me plaindre à la justice , vous l’avez laissé faire » !
Le fermier qui travaillait au champ pendant ce temps-là, n’avait pas passé son temps à surveiller la fontaine et tombait des nues.
Il s’excusa, et afin d’éviter ce genre d’ennui, demanda aux pèlerins et particulièrement à l’homme zélé, de ne prendre de l’eau que pour leur soif et celle de ceux qui donnaient leur accord.
Mais l’individu zélé, continua de distribuer de l’eau à toutes les personnes qui passaient, allant même jusqu’à en porter aux notables du coin qui avaient l’eau courante chez eux.
Ceci fit monter la colère de la première personne mouillée qui s’en prit de nouveau au fermier : « Vous laissez faire n’importe quoi, c’est que vous êtes d’accord avec lui ! »Alors, devant le manque de responsabilité du distributeur d’eau, le fermier fit vider la fontaine en réfléchissant comment continuer à aider les personnes sans que personne ne puisse se servir de son eau pour nuire en voulant servir…
Les pèlerins habitués se demandèrent pourquoi la fontaine si utile était vide… et le fermier leur indiqua une autre source plus loin.
L’homme horrifié par la décision du fermier le traita de couard et nomma la personne mouillée par toutes les injures qu’il connaissait.
Le fermier lui répondit alors :
Dans la vie, il y a toujours la solution de choisir ce qui est le mieux pour la paix.
Lorsqu’un homme se blesse, il peut passer son temps à critiquer la ronce qui l’a écorché ou commencer par nettoyer la plaie et retirer toute écharde qui a pu commettre la blessure.
Ensuite, il panse sa plaie et nettoie l’endroit de toute ronce dangereuse.
S’il fait l’inverse, sa plaie a le temps de s’infecter et sa colère lui provoquer d’autres blessures plus importantes.
Il y a un ordre divin pour toutes choses.
La nature est un modèle.
L’oiseau choisit son couple et construit le nid, avant de pondre.
Celui qui ne suit pas cet ordre, comme le coucou, va pondre dans le nid d’autrui et détruit la vie des autres, en voulant donner la vie à sa descendance.
A chacun ses responsabilités.
L’homme eut beaucoup de mal à comprendre que son attitude était celle d’un coucou qui prenait la place chez ceux qui n’avaient rien demandé.
A partir de ce jour, le fermier transforma la généreuse fontaine en distributeur limité d’eau.
Un verre à la fois, impossible de remplir les seaux ni de se servir du tuyau.
Les pèlerins trouvèrent ce nouveau système adapté à leurs réels besoins et le fermier continua tranquillement son travail.

Morale : Qui veut aider longtemps adapte sa générosité.

bxp47181.jpg 

Histoire trouvée chez Maya

13 octobre, 2010

Histoire de la grenouille … vue par Olivier Clerc, écrivain philosophe

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 15:48

100125084406887859.gif

100113010800948215239173.gif

3 octobre, 2010

Si la note disait …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:39

textemeditercoukie24.gif

Si la note disait: ce n’est pas une note

qui fait une musique…

il n’y aurait pas de symphonie

Si le mot disait: ce n’est pas un mot

qui peut faire une page

il n’y aurait pas de livre

Si la pierre disait: ce n’est pas une prière

qui peut monter un mur…

il n’y aurait pas de maison

Si la goutte d’eau disait: ce n’est pas une goutte d’eau

qui peut faire une rivière…

il n’y aurait pas d’océan

Si le grain de blé disait: ce n’est pas un grain de blé

qui peut ensemencer un champ…

il n’y aurait pas de moisson

Si l’homme disait: ce n’est pas un geste d’amour

qui peut sauver l’humanité…

il n’y aurait jamais de justice et de paix, de dignité et

de bonheur sur la terre des hommes.  »

Source: Parle-moi d’amour  » de Michel Quoist...

30 septembre, 2010

J’aurais voulu être professeur de vie…

Classé dans : La Vie (116),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 18:50

jauraisvoulutreprofesseurdevie.gif
Il n’est pas facile de cerner, dans tous les tâtonnements et les errances d’une vie,
les démarches clés qui permettent d’accéder au meilleur de soi.
Il n’est pas aisé d’entretenir vivace la sève du respect envers sa propre personne.
Tout ceci est peut-être vrai, mais cela ne doit pas nous empêcher d’essayer.

J’aurais voulu être professeur de vie.
J’aurais appris aux enfants, aux adultes aussi tout ce qui n’est pas écrit dans les livres.
Je leur aurais appris les choses délicates et précieuses de la vie :
qu’un amour entretenu ne s’use pas, que la seule liberté qui vaille la peine d’être vécue est la liberté d’être, qu’il est important de prendre le temps pour regarder la fuite ou l’immobilité d’un nuage,
pour suivre le vol d’un oiseau,qu’il est possible de se laisse surprendre par l’infini vivance des choses de la vie.

J’aurais tenté de leur faire découvrir :
qu’il est vital d’apprendre à s’aimer,à se respecter, à se définir,
qu’il est encore plus important de ne pas se laisser enfermer par les jugements négatifs,
de résister aux rumeurs, de ne pas se laisser polluer par les messages toxiques
qui peuvent venir de ceux qui prétendent nous aimer ou mieux savoir pour nous.
J’aurais semé en eux le goût de la curiosité
pour ne pas se laisser entraîner par les idées toutes faites,
par les modes ou de rester immobilisé par les conditionnements qui s’imposent insidieusement.
J’aurais essayé de leur apprendre à remettre en cause leurs croyances
quand elles sont devenues des certitudes terroristes,
pour laisser plus de place à l’imprévisible de la vie ».
Professeur de vie, quel beau métier à inventer.

Source: Jacques Salomé – N’oublie pas l’éternité – Albin Michel 2005

28 septembre, 2010

N’allez pas chercher bien loin ce que vous êtes…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 15:08

histjoaillier.gif

On raconte l’histoire d’un joaillier qui allait à une importante foire commerciale afin d’y acquérir les plus beaux diamants du monde. Les plus grands joailliers de la planète s’y retrouvaient, de même que le plus grand voleur, qui convoitait lui aussi les mêmes pierres précieuses.Un jour, notre joaillier achète le plus pur, le plus éblouissant et le plus gros des diamants.
Fier de son acquisition, quelques heures plus tard, il rentre chez lui en train. Cependant le célèbre voleur avait tout vu et comptait bien lui dérober la magnifique pierre précieuse sur le chemin du retour.
C’est pourquoi il prit le même train que le joaillier.
Après deux jours de voyage, notre artisan arrive dans sa ville et descend du train.
Le voleur, qui le suivait toujours, le rejoint et lui dit :
« Monsieur, je suis un des meilleurs voleurs de diamants au monde. Je sais que vous avez acheté une pièce aussi rare que sublime.
J’ai utilisé toutes mes stratégies, tous mes tours pour vous le prendre et je n’ai pas réussi.
Dites-moi, au moins pour ma curiosité, où l’avez-vous caché ?
Le joaillier réponds : « Je savais que vous étiez un pickpocket, je vous avais repéré.
Lorsque j’ai compris votre intention, j’ai caché le fameux diamant à l’endroit le plus sûr possible,à l’endroit où j’étais certain que vous ne le trouveriez pas. »
« Oui, alors où ?» répondit le brigand.
Le joaillier mis sa main dans la poche du pickpocket et en retira le précieux diamant.
« J’étais certain que vous n’alliez pas regarder là ».

Cette allégorie est une invitation à regarder au bon endroit si vous voulez découvrir l’éblouissant trésor que vous êtes.
Il n’y a rien à trouver à l’extérieur, car le trésor c’est vous. Pas ce que vous croyez être, mais ce que vous êtes vraiment, au-delà de vos croyances ou de votre conception de vous.
C’est une invitation à découvrir qui vous êtes vraiment, Vous !

Le véritable bonheur a été caché à l’endroit où les hommes ne pensent pas regarder.
La source éternelle et inépuisable du bonheur n’est pas en vous,
c’est VOUS !

Source: The diamond in your pocket, de Gangaji, Éditions Sounds True, 2005. grosdiamant2.jpg

20 septembre, 2010

Le diamant et la rosée

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 7:20

 

diamantsurfondnoiridedeheader.gif

Un beau diamant, qui avait autrefois brillé au doigt d’une princesse, gisait dans un pré, à côté de pissenlits et de pâquerettes. Juste au-dessus de lui, brillait une goutte de rosée qui s’accrochait timidement à un brin d’herbe.    

histoiredudiamantdelarose.gif    

 

Tout en haut, le brillant soleil du matin dardait ses rayons sur tous les deux, et les faisait étinceler.

La modeste goutte de rosée regardait le diamant, mais sans oser s’adresser à une personne d’aussi noble origine.

Un gros scarabée, en promenade à travers les champs aperçut le diamant et reconnut en lui quelque haut personnage.

- Seigneur, dit-il en faisant une grande révérence, permettez à votre humble serviteur de vous offrir ses hommages.

- Merci, répondit le diamant avec hauteur.En relevant la tête, le scarabée aperçut la goutte de rosée.

- Une de vos parentes, je présume, monseigneur ? demanda-t-il avec affabilité en dirigeant une de ses antennes vers la goutte de rosée.

Le diamant partit d’un éclat de rire méprisant.

- Quelle absurdité! déclara-t-il. Mais qu’attendre d’un grossier scarabée ? Passez votre chemin, monsieur. Me mettre, moi, sur le même rang, dans la même famille qu’un être vulgaire, sans valeur et le diamant s’esclaffait.

- Mais, monseigneur, il me semblait… sa beauté n’est-elle pas égale à la vôtre ? balbutia timidement le scarabée déconfit.

- Beauté, vraiment ? Imitation, vous voulez dire. En vérité, l’imitation est la plus sincère des flatteries, il y a quelque satisfaction à se le rappeler. Mais cette beauté factice même est ridicule si elle n’est pas accompagnée de la durée. Bateau sans rames, voiture sans chevaux, puits sans eau, voilà ce que c’est que la beauté sans la fortune. Aucune valeur réelle là où il n’y a ni rang ni richesse. Combinez beauté, rang et richesse, et le monde sera à vos pieds. A présent, vous savez pourquoi on m’adore.

Et le diamant lança de tels feux que le scarabée dut en détourner les yeux, pendant que la pauvre goutte de rosée se sentait à peine la force de vivre, tant elle était humiliée.

Juste alors une alouette descendit comme une flèche, et vint donner du bec contre le diamant.

- Ah! fit-elle désappointée, ce que je prenais pour une goutte d’eau n’est qu’un misérable diamant. Mon gosier est desséché, je vais mourir de soif.

- En vérité! Le monde ne s’en consolera jamais, ricana le diamant.Mais la goutte de rosée venait de prendre une soudaine et noble résolution.

- Puis-je vous être utile, moi ? demanda-t-elle. L’alouette releva la tête.

- Oh! ma précieuse amie, vous me sauverez la vie.

- Venez, alors. Et la goutte de rosée glissa du brin d’herbe dans le gosier altéré de l’alouette.

- Oh! oh ! murmura le scarabée en reprenant sa promenade. Voilà une leçon que je n’oublierai pas. Le simple mérite vaut plus que le rang et la richesse sans modestie et sans dévouement ; il ne peut y avoir aucune réelle beauté sans cela.

…………………………………………………….

Moralité :

« Le mérite console de tout »  

Montesquieu

« La gloire que donnent les richesses et la beauté est passagère et fragile ; le mérite, au contraire, est un bien éclatant impérissable. » 

Salluste

 

17 septembre, 2010

 » Ouh ! C’est pas beau de copier » !!! C’est pourquoi cet article ne sera pas en couleur ! Lol…

Classé dans : Généralités & Divers (152),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:08

9imo0wt3.gif

Bien souvent Coukie24 trouve ses textes sur le net mais les personnalise en les agrémentant de photos, d’images ou de gifs choisis pour les circonstances et en fonction de ses sensibilités. ALORS, il est fort désagréable de les retrouver littéralement copiés…

Pour ceux qui se sentent concernés, sachez que ce n’est pas très “fair play” de ne pas mentionner le blog où l’article a été trouvé ou encore de se l’approprier en le signant… le comble étant Messieurs-dames les“pirates” de faire en sorte que votre propre blog soit en “copy right” et n’accepte pas de messages de ceux qui pourraient vous signifier votre abus ou délit.

Il y a des articles sur la toile du net qui sont signés, il arrive à Coukie24 de les apprécier et de vous les faire partager mais “de tout en vrac” ne manque jamais de vous signifier les auteurs tout en y apportant sa touche personnelle, alors AVIS, pour tous ceux qui veulent les copier, Coukie24 ne s’en offusquera pas si vous enlevez les commentaires perso et changez les images sans oublier le nom de l’auteur. Le Must serait de mentionner le blog de Coukie24. Essayez un travail plus individuel !!! - MERCI !

Pour info, si les articles sont souvent des reprises du net illustrées façon Coukie24, en revanche, les PAGES de ce blog sont strictement personnelles !

9imo0wt3.gif

photo2052224l1.gif

22 juillet, 2010

Le pêcheur et son fils …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 21:45

400f90211193qxihkufvvu8lubrdzvz7asyjcukrfvk.jpg

Le pêcheur et son fils

Un père amena son fils de 14 ans à la pêche aux crabes. Après quelques heures de pêche, le fils alla voir son père et lui dit : « Papa, papa, il faut mettre un couvercle sur le dessus du panier car le panier va bientôt être plein et les crabes vont sortir.


— Ne t’en fais pas, mon fils, répondit le père, il n’y a pas de danger. »


Dix minutes plus tard, le fils revint voir son père : « Papa, papa, il faut mettre un couvercle sur le dessus du panier car le panier est maintenant plein et les crabes vont sortir.


— Calme-toi, mon garçon. Tu t’en fais pour rien. Laisse-moi t’expliquer : si jamais un crabe essaie de sortir du panier, les autres crabes vont le retenir avec leurs pinces. Il n’y a donc aucun danger. Et j’en profite pour t’apprendre une grande leçon.


Plus tard dans la vie, tu voudras, toi aussi, sortir du panier. Tu voudras réaliser de grands rêves : aller à l’université et avoir une belle carrière, mais fais bien attention aux gens que tu fréquentes car certains, tout comme les crabes que tu vois là, vont essayer de te retenir dans tes ambitions; ils tenteront de t’en empêcher, non pas avec leurs pinces, mais avec leurs paroles.


Ils te diront des choses comme : “ Tu ne seras jamais capable ”, “ C’est impossible ”; “ Tu n’as pas assez de talent ”; “ Tu n’as pas de diplôme ”; “ Tu es trop jeune ”; “ Tu es trop vieux ”; etc. Et pourquoi feront-ils cela? Parce qu’ils auront peur. Ils auront peur de se sentir plus petits à côté de toi si jamais tu réalisais tes rêves et tu vois, mon garçon, personne n’aime se sentir petit. »


Le jeune adolescent regarda alors son père en acquiesçant de la tête. Il venait de comprendre qu’il devrait être très sélectif dans le choix de ses fréquentations et qu’il ne devrait partager ses rêves qu’avec ceux qui sont capables d’en avoir.

g47051.jpg

20 juillet, 2010

L’ours et la bouilloire …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 11:27

L’ours et la bouilloire

animauxours00003.gif

Quelques chasseurs, obligés de quitter subitement leur campement, le laissèrent sans surveillance, oubliant, dans leur précipitation, une bouilloire d’eau qui bouillait sur le feu. Bientôt, un vieil ours sortit du bois, attiré par la flamme. Aperçevant la bouilloire dont la vapeur faisait danser le couvercle, il s’en saisit.

animauxours00004.gif

Naturellement, il se brûla cruellement. Mais au lieu de la lâcher aussitôt, voulant se défendre, il la serra contre lui, cherchant à l’étouffer. Or, plus il la serrait, et plus la brûlure était profonde et douloureuse. C’était un cercle vicieux, pour le plus grand dam de ce pauvre ours.

morale.jpg

Ceci illustre parfaitement la façon dont bien des gens aggravent leurs difficultés. Ils les serrent sur leur coeur en ne cessant d’y penser et d’en parler aux autres, les examinant sous toutes leurs faces, au lieu de les laisser tomber une fois pour toutes, afin de guérir les blessures qu’elles ont causées.Alors chaque fois que vous vous prenez à ressasser vos peines, dites-vous sévèrement : « Ne fais pas comme l’ours ! »

7inz9113yl8ve1.jpg

Plus on plaint les gens, plus ils se croient à plaindre. 

Charlotte Savary

18 juillet, 2010

Appliquez-vous à …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 8:50

4b6211e4mditer.jpg 

25 juin, 2010

Pensées sur les conflits …

Classé dans : Sentiments (132),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 18:02

 ist2210.jpg

« Pour reconnaître une lacune chez l’autre, il faut la posséder au moins en partie. »

« Le plus souvent, les problèmes que l’on a avec les autres
ne sont que le reflet de ceux que l’on a avec soi-même. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

« Ne soyez pas surpris que les autres n’agissent pas comme vous le voulez.
Car vous-même n’agissez pas toujours comme vous le voulez. »

« On ne connaît vraiment quelqu’un qu’après s’être disputé avec lui. »
Ana Maria Fontes

« Le motif pour lequel se produisent les disputes n’est jamais aussi grave
que le malaise qui en découle. »
Alain de Botton

« Celui qui se tait le premier dans une dispute est le plus digne de louange. »
Proverbe hébreu

« La vie est trop courte pour qu’on se dispute. »
Baden-Powell

« La dispute alimente la dispute et engloutit ceux qui s’y plongent. »
Sénèque

« Celui qui nourrit de grands desseins ne s’embarrasse pas de détails.
Et évite ainsi des disputes inutiles. »

« Bon silence vaut mieux que mauvaise dispute. »
Proverbe russe

« De quelles souffrances l’humanité n’est-elle pas affligée
parce qu’elle ne sait pas se réconcilier? »
Jean-Paul II

« La race humaine doit sortir des conflits en rejetant
la vengeance, l’agression et l’esprit de revanche.
Le moyen d’en sortir est l’amour. »
Martin Luther King

da99f5c9.gif

4 juin, 2010

A méditer …

Classé dans : Le Bonheur (153),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 16:27

juroujin.gifjuroujin.gifjuroujin.gif

« Un jour, une femme sort de sa maison et voit trois vieillards

avec de longues barbes blanches, assis devant chez elle.

Elle ne les reconnaît pas.

Elle leur dit : «  je ne pense pas que je vous connaisse, mais vous devez avoir faim,

s’il vous plaît, entrez

et je vous donnerai quelque chose à manger.  »

«  Est-ce que les enfants de la maison sont là ?  » demandent-ils.

«  Non, ils sont sortis  », leur répond-elle.

«  Alors, nous ne pouvons pas entrer.  »

En fin d’après-midi, lorsque les enfants reviennent de l’école,

la femme leur raconte son aventure avec les trois hommes.

«  Va leur dire que nous sommes à la maison et invite-les à entrer !  »

disent-ils à leur mère.

La femme sort et invite les hommes à entrer dans la maison.

«  Nous n’entrons jamais ensemble dans une maison  », répondent-ils.

Un des vieillards explique : son nom est « Richesse » dit-il indiquant un de ses amis

et, en indiquant l’autre lui c’est « Succès », et moi je suis « Amour ».

Il ajoute alors : «  retourne à la maison et discute avec ta famille

pour savoir lequel d’entre nous, vous voulez dans votre maison  ».

La femme retourne à la maison et rapporte à sa famille ce qui avait été dit.

«  Comme c’est étrange !  » s’exclament les enfants.

«  Puisque c’est le cas, nous allons inviter « Richesse ». « 

«  La mère n’était pas d’accord. Pourquoi n’inviterions-nous pas « Succès » ?

Votre père en aurait bien besoin dans ses affaires …  »

La plus petite, Raffie, qui suçait encore son pouce, s’exprime à son tour :

« veux mamours, veux mamours…. »

Les parents fondent devant tant de câlinerie enfantine

et la mère sort inviter « Amour » à entrer…

Amour se lève et commence à marcher vers la maison.

Les deux autres se lèvent aussi et le suivent.

Etonnée, la femme demande à « Richesse » et « Succès » :

«  j’ai seulement invité « Amour » pourquoi venez-vous aussi ?  »

Les vieillards lui répondent ensemble :

« si vous aviez invité Richesse ou Succès,

les deux autres d’entre nous seraient restés dehors

mais vous avez invité Amour

et partout où il va, nous allons avec lui, puisque partout où il y a de l’Amour

il y a aussi de la Richesse et du Succès. »

Et la morale de cette histoire :

LA VALEUR D’UNE PERSONNE SE MESURE TOUJOURS AU  BONHEUR  QU’ELLE DONNE AUX AUTRES

8 avril, 2010

Le secret du succès …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 10:14

atelierrenforcerconfiancesoi10avrill1.jpg

Dans une réunion de grands vendeurs, le grand crac, celui qui fait, depuis 20 ans, plus de chiffre que tout le monde et gagne plus en commissions que le patron, fait un exposé :

« Et maintenant, je vais vous livrer le secret de mon succès. Je l’ai écrit sur une feuille et mis dans cette enveloppe. 
Mais le succès se mérite. Je vais donc mettre cette enveloppe aux enchères. Celle-ci contient, vous en avez ma parole, tout le secret de ma réussite, non seulement dans la vente mais aussi dans la vie. »

Les enchères commencent, d’abord timidement… 5 euros, puis 10 euros, puis 50, 100, 130, 150, 200, … Finalement, un de ses collègues remporte les enchères avec un peu plus de 1 000 euros.

L’heureux gagnant prend l’enveloppe. Il la garde précieusement et le soir venu, dans sa chambre, il l’ouvre pour découvrir enfin le secret tant convoité.
Il y était tout simplement écrit ces quelques mots manuscrits : « Il faut savoir demander. »

surdesoi.bmp

3 avril, 2010

Lâcher prise …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 10:43

xfyz2eg8.jpg 

            Lâcher prise, ce n’est pas se montrer indifférent,
 mais simplement admettre que l’on ne peut agir à la place de quelqu’un        d’autre.

Lâcher prise, ce n’est pas couper les liens, mais prendre conscience que l’on ne peut contrôler autrui.

Lâcher prise, ce n’est pas être passif, mais au contraire chercher principalement à tirer une leçon des conséquences inhérentes à un événement.

Lâcher prise, c’est reconnaître son impuissance, au sens où l’on admet que le résultat final n’est pas toujours entre ses mains.

Lâcher prise, c’est ne plus blâmer ou vouloir changer autrui et, au lieu de cela, choisir de consacrer son temps à donner le meilleur de soi-même.

Lâcher prise, ce n’est pas prendre soin des autres en faisant preuve d’une totale abnégation, mais se sentir concerné par eux.

Lâcher prise, c’est ne pas « assister « , mais encourager.

Lâcher prise, c’est ne pas juger, et accorder à autrui le droit d’être humain, c’est à dire lui accorder le droit à l’erreur.

Lâcher prise, c’est ne pas s’occuper de tout ce qui arrive, et laisser les autres gérer leur propre destin.

Lâcher prise, c’est ne pas materner les autres, et leur permettre d’affronter la réalité.

Lâcher prise, ce n’est pas rejeter, c’est au contraire accepter.

Lâcher prise, c’est ne pas harceler, reprocher, sermonner ou gronder, et tenter de déceler ses propres faiblesses et de s’en défaire.

Lâcher prise, c’est ne pas adapter les choses à ses propres désirs, et prendre chaque jour comme il vient et l’apprécier.

Lâcher prise, c’est ne pas critiquer ou corriger autrui, mais s’efforcer de devenir ce que l’on rêve de devenir.

Lâcher prise, c’est ne pas regretter le passé, et vivre et grandir dans le présent pour l’avenir.

Lâcher prise, c’est craindre moins et aimer davantage.

Auteur inconnu 

Pourquoi ? …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 10:26

4vuutb22.jpg

« Avez-vous jamais remarqué que la question  » Pourquoi ?  »
vous coupe les ailes quand vous voulez voler ?

Pourquoi commencer une vie nouvelle ?

Pourquoi vous laisser vivre ?

Et vous voilà pris au labyrinthe de la question  » Pourquoi ?« 

Pourquoi ?

Pour telle et telle raison ça tourne et tourne et tourne,

égaré dans une forêt de raisons et votre vie s’écoule
toujours…

Voici donc une alternative que tous nous avons oubliée,

Quand vous vous demandez  » Pourquoi ?  » demandez plutôt:

Pourquoi pas ?

Pourquoi pas une vie nouvelle ?

Pourquoi pas grimper sur un arbre ?

Pourquoi pas vivre un mystère ?

Pourquoi ne pas vous laisser la liberté ?

Tu es libre de voler

libre de vivre ou de mourir

libre d’être celui que tu es

Un être libre, c’est ce que tu es.

Pourquoi pas ?… Pourquoi pas ?

Et si tu as une bonne raison

de ne pas nager ou voler

Ecoute la raison de ton corps

sans lui demander

Pourquoi ?

Regarde simplement autour,

Y-a-t-il quelque danger ?

Ou bien tous ces monstres,

Ne sont-ils faits peut-être qu’avec de l’air ?

Tu es libre de voler

libre de vivre ou de mourir

libre d’être celui que tu es

Un être libre, c’est ce que tu es.

Pourquoi pas ?… Pourquoi pas ?…

Why not ?… 

Texte de Paul Rébillot…

tbau2cxl.gif

1...5678910
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux