DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

14 juillet, 2019

L’ours et la bouilloire …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 11:27

L’ours et la bouilloire

animauxours00003.gif

Quelques chasseurs, obligés de quitter subitement leur campement, le laissèrent sans surveillance, oubliant, dans leur précipitation, une bouilloire d’eau qui bouillait sur le feu. Bientôt, un vieil ours sortit du bois, attiré par la flamme. Aperçevant la bouilloire dont la vapeur faisait danser le couvercle, il s’en saisit.

 

animauxours00004.gif

 

Naturellement, il se brûla cruellement. Mais au lieu de la lâcher aussitôt, voulant se défendre, il la serra contre lui, cherchant à l’étouffer. Or, plus il la serrait, et plus la brûlure était profonde et douloureuse. C’était un cercle vicieux, pour le plus grand dam de ce pauvre ours.

morale.jpg

Ceci illustre parfaitement la façon dont bien des gens aggravent leurs difficultés. Ils les serrent sur leur coeur en ne cessant d’y penser et d’en parler aux autres, les examinant sous toutes leurs faces, au lieu de les laisser tomber une fois pour toutes, afin de guérir les blessures qu’elles ont causées.Alors chaque fois que vous vous prenez à ressasser vos peines, dites-vous sévèrement : « Ne fais pas comme l’ours ! »

7inz9113yl8ve1.jpg

 

Plus on plaint les gens, plus ils se croient à plaindre. 

Charlotte Savary

 

6 juillet, 2019

Mais éclaircissons l’obscurité …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:17

Mais éclaircissons l'obscurité ... dans Textes à méditer (239) 27bab5dc

Ne perdons pas notre temps à soupirer

Après des choses glorieuses mais impossibles.

N’attendons pas, dans une molle apathie,

Qu’il nous pousse des ailes d’ange.

Ne dédaignons pas d’être d’humbles chandelles,

Car chacun ne peut être une étoile.

Mais éclaircissons l’obscurité

En brillant là où nous sommes.

L’humble lumignon est nécessaire

Aussi bien que le superbe soleil,

Et l’acte le plus simple est ennobli

Lorsqu’il est dignement accompli.

Nous ne pouvons ne jamais être appelés

A éclairer de lointains lieux assombris.

Donc, remplissons notre mission,

En brillant simplement là où nous sommes.

e4440324-300x240 dans Textes à méditer (239)

Max Hendel

La tolérance …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 8:23

 La tolérance ... dans Textes à méditer (239) 943542_532248620146330_341668828_n

S’il nous était donné de choisir un seul mot,

Je le choisirais sans aucune hésitation !

Je pense qu’il est le plus beau,
le plus intelligent que l’être humain ait pu inventer !

Il est sans aucun doute le seul qui puisse rassembler

et faire vivre en harmonie la plus grande partie de gens
de différentes confession ou couleur.

Il permet de faire se supporter les jeunes et les vieux, les beaux et les laids.

Les forts et les faibles. Les cultivés et les ignares.

Voir même les courageux et les paresseux.

 Il aplanit les idées sur les opinions et les convictions opposées.

Il évite les discordes dans les ménages et dans la vie quotidienne.

Avec lui, la vie devient facile !

Il suffit de l’appliquer dans toute la grandeur
qu’il mérite de par son nom symbolique.

Toujours cité. Rarement appliqué !

 Mais qui est ce mot magique, que tout le monde veut s’approprier ?

 

Ce divin mot est tout simplement la TOLÉRANCE.


Auteur Francis Mauro –  

http://www.francismauro.com/qui_suis_je_043.htm

Persévérance …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 7:54

Persévérance ... dans Textes à méditer (239) frog_2-300x225

Deux grenouilles un jour sautèrent dans un sceau de crème.

 Après qu’elles eurent vainement barboté, l’une d’elles se découragea :

- Mieux vaut renoncer, on est perdue, dit l’une.

- Continue, dit l’autre on finira bien par s’en sortir.

- Inutile, reprit la première ce liquide est trop épais pour qu’on

puisse y nager, trop fluide pour qu’on puisse y prendre appui et sauter.

Puisque de toute façon on doit mourir, tôt ou tard qu’importe, et elle se laissa couler.

Sa compagne, elle continuera d’agiter vigoureusement ses petites pattes.

C’est ainsi qu’au matin elle se trouva juchée sur une belle motte de beurre.

Gobant béatement les mouches qui arrivaient de toute part.

Avec son cri de victoire CROA..CROA..CROAA..CROIRE………….

Elle avait découvert une vérité hélas méconnue de la plupart des humains :

La persévérance est la clef du succès.

Le manque de persévérance est l’une des causes les plus importantes de l’échec.

La plupart des gens souffrent de cette faiblesse.

On peut cependant lutter contre elle, d’autant plus facilement que le désir de la vaincre est grand.

Le DÉSIR et la persévérance est à l’origine de toute entreprise. Ne l’oubliez jamais.

Un petit désir n’apporte que de maigres résultats, de même qu’un petit feu donne peu de chaleur.

N’abandonnez jamais !

grenouille-77 dans Textes à méditer (239)

Nos pensées qu’elles soient positives ou négatives n’ont que le pouvoir que nous leur donnons.

21 juin, 2019

Le pêcheur et le savant …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:32

thorgal-31-11-bateau-sur-la-mer

Le pêcheur et le savant

Par une belle nuit étoilée un pêcheur ramenait un savant dans sa barque. Le savant contemplait les constellations quand soudain il demanda au pêcheur :

«Connais-tu l’astronomie ? – Non, répondit-il. – Alors, tu es bien pauvre, dit le savant, tu as perdu un quart de ta vie.

Connais-tu un peu la physique ? – Non, je ne la connais pas. – Alors tu as perdu deux quarts de ta vie. Mais peut-être connais-tu la chimie ? – Absolument pas, je n’en ai jamais entendu parler. – Quelle ignorance ! Tu as perdu les trois quarts de ta vie.»

Pendant ce temps le ciel commençait à se couvrir de nuages. Soudain un orage éclate, la mer devient de plus en plus houleuse, la tempête menace… «Savez-vous nager, monsieur le savant ? demande le pêcheur. – Non, je ne sais pas. – Alors vous, vous allez perdre les quatre quarts de votre vie !»

Pour se diriger sur cet océan qu’est le monde, il y a des connaissances qui sont beaucoup plus utiles que d’autres, indispensables même : celles qui nous aident à  «nager» pour sortir sains et saufs des orages et des tempêtes. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov 

bateau

Histoire de balai et de tomates …

Classé dans : Humour (284),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 11:48

Histoire de balai et de tomates

Tomate

Un chômeur postule pour un poste de technicien de surface chez Microsoft.
Le DRH (directeur des ressources humaines) lui fait passer un entretien, puis un test (balayer le sol), et lui dit : « Tu es engagé ; donne-moi ton e-mail et je t’enverrai le formulaire à remplir, ainsi que la date et l’heure auxquelles tu devras te présenter pour commencer ton travail. »
L’homme, désespéré, répond qu’il ne possède pas d’ordinateur, et encore moins d’e-mail. Le DRH lui dit alors qu’il est désolé, mais que s’il n’a pas d’e-mail, cela signifie que virtuellement il n’existe pas et, comme il n’existe pas, il ne peut avoir le job.
L’homme sort, désespéré, sans savoir que faire ; avec seulement 10 dollars en poche. Alors il décide d’aller au supermarché et d’acheter une caisse de 10 kilos de tomates. Il fait donc du porte à porte pour vendre ses tomates au kilo, et, en moins de deux heures, réussit à doubler son capital. Il répète l’opération encore trois fois et revient chez lui avec 60 dollars.
Alors, il réalise qu’il pourrait survivre de cette manière, il part de chez lui tous les jours plus tôt et revient chez lui plus tard et ainsi triple et quadruple son argent chaque jour. Peu de temps après, il achète une charrette, puis l’échange contre un camion et peu de temps après se retrouve avec une petite flotte de véhicules de livraison.
Passé 5 ans, l’homme est propriétaire d’un des plus grands distributeurs alimentaires des Etats Unis. Il pense alors au futur de sa famille et décide de prendre une assurance vie. Il appelle un assureur, choisit un plan d’assurance et quand la conversation termine, l’assureur lui demande son e-mail pour lui envoyer la proposition.

L’homme dit alors qu’il n’a pas d’e-mail.
« Curieux, lui dit l’assureur, vous n’avez pas d’e-mail et vous êtes arrivé à construire cet empire, imaginez ce que vous seriez si vous aviez un e-mail ! »
L’homme réfléchit et répond:
– Je serais balayeur chez Microsoft !!! 

Brian Cavanaugh

household home cleaning man for better hygiene

13 mai, 2019

Les Saisons

Classé dans : Les Saisons (115),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:08

Les Saisons

 Les Saisons dans Les Saisons (115) 4saisons

Je considère le phénomène des saisons
comme une des plus belles offrandes de la nature.
Est-ce une chance de vivre sous nos latitudes?
Eh bien oui! La Terre tourne pour nous.
On le sait, on le vit, toutes les saisons sont belles,
riches et tellement différentes.

Ce que j’apprécie particulièrement dans le cycle des saisons,
c’est l’alternance, la rupture de la monotonie,
la naissance d’une nouvelle période.
Un peu à l’image des saisons,
l’être humain ressent continuellement un profond désir de changement.

Changer pour s’améliorer, changer pour essayer,
changer juste pour voir.
C’est le propre de l’intelligence de vouloir rendre
son existence encore plus douce, plus facile, plus enivrante;
pour cela, il faut modifier, transformer, rénover,
transplanter, voyager et oser.
La vie appartient à l’audacieux, à celui qui provoque et qui fonce,
qui cherche sans être certain de trouver.
Comme lors d’une course au trésor
dont le parcours est toujours plus intéressant que le trésor lui-même.
Cette course au trésor qui a débuté dans notre lointaine enfance
avait comme premiers repères, comme premiers indices,
les mots oui et non, papa et maman;
dès ce jeune âge on devait faire des choix,
on possédait le pouvoir de changer, la faculté d’alterner.

Cette course au trésor se poursuit la vie durant.
Ayant comme indices tous les événements de notre quotidien,
tout ce qu’on ressent, tous nos rêves et nos ambitions, nos souvenirs,
le parcours se complique, devient plus énigmatique, plus intéressant.
Et comme dans toutes les courses au trésor,
certains repères sont inexacts, faussés, trompeurs.
On doit donc revenir sur nos pas et prendre une autre route.

Changer devient nécessaire. Alterner devient vital.
Les saisons modèlent l’humain en transformant son comportement,
sa façon de vivre, ses habitudes, ses loisirs, son rythme, son souffle et son âge.
Elles marquent le temps, l’impriment dans notre regard et proposent le défi.
« Il ne passera pas l’hiver! » , entend-on souvent dire.
Cette phrase révèle à quel point les saisons
sont souvent considérées comme un obstacle,
à quel point elles s’opposent à l’état trop facile de l’inaction.
Elles poussent au contraire l’adaptation, la création, l’imagination, l’invention.

Aux questions d’un journaliste venu le rencontrer sur son île, Félix Leclerc répondit :
« L’été, je bûche du bois et je compose mes chansons.
L’hiver, je brûle mon bois et je chante mes chansons. » 
Tout comme les mots de Félix, l’alternance suppose la continuité.
Non, ce n’est pas paradoxal de changer tout en conservant l’acquis, l’appris.
L’expérience enseigne la façon, la méthode à utiliser
pour opérer nos changements en douceur, dans la quiétude.
En escaladant le mont Everest, je me suis surpris à réaliser
que chacun de mes pas n’était pas tout à fait nouveau,
même dans un terrain totalement inconnu. Le vécu repousse l’imprévu.

Tout comme les animaux, la flore ou la lune,
les saisons nous apportent une vision du temps
où chaque heure à venir sera différente de celle qui vient de s’écouler.
Notre environnement bouge sans cesse, nous devons l’imiter, faire comme lui.
Si un ami vous dit: « T’as changé! » , prenons-le comme un compliment.
Savourons le constat d’avoir osé, apprécions l’aventurier qui est en nous et surtout,
ne cessons pas de chercher encore et encore
au plus profond de nous-mêmes un nouveau sentier vers un autre sommet.

93674707234cbfcb0cc4xl dans Textes à méditer (239)

Source: Bernard Voyer…www.lespasseurs.com

Recette du Bonheur ! ….

Classé dans : Le Bonheur (153),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 11:29

 

 Recette du Bonheur !  .... dans Le Bonheur (153) 968811_252801271528393_981338773_n

Pour tous ceux qui affichent ce genre d’ illustrations dans leurs blogs ou réseaux sociaux, je rajouterai ceci :

1343137973 dans Textes à méditer (239)

« Le bonheur c’est peut-être ça : l’imagination.

Quand on en manque, il ne reste plus que les platitudes de la vie. »

[Henri Duvernoy]

4279659120

Allez souriez, c’est le commencement du bonheur, en tout cas, c’est un ingrédient facile à trouver et totalement gratuit !!!

27 avril, 2019

Le visage porte le reflet de ce que nous recherchons chez les autres …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:59

Le visage porte le reflet de ce que nous recherchons chez les autres ... dans Textes à méditer (239) Juan-Fortuny1
 Combien de gens se plaisent à fouiller dans la vie des autres pour y découvrir quelques fautes cachées et aller les raconter partout ! Sur leur visage, on ne lit que doute, méfiance, et leurs regards soupçonneux voient la malhonnêteté et la trahison même là où elles ne sont pas… Mais dites-moi un peu quelle est l’utilité d’agir ainsi ?Non seulement ces gens-là sèment le désordre, mais ils se rendent tellement antipathiques ! Avec leur mine sombre, ils se mettent à ressembler eux-mêmes à des malfaiteurs. Eh oui, c’est cela qui est extraordinaire : tous ces gens tellement méfiants et qui s’imaginent incarner la justice et l’honnêteté, finissent par porter sur leur propre visage les marques des défauts et des vices qu’ils sont continuellement occupés à flairer autour d’eux. Tandis que regardez le visage de celui qui cherche à découvrir les qualités et les vertus cachées des êtres : il reflète peu à peu la lumière de la splendeur divine. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 914dcd83-133x150 dans Textes à méditer (239)

C’est pourquoi je rajouterai que si vous présentez habituellement un visage avenant et souriant, il y a des chances que vous communiquiez votre confiance en la vie, votre spontanéité et sincérité à votre interlocuteur.

Coukie24

c56e0347

 

L’importance de la famille …

Classé dans : Famille (34),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:47

 

bouquets31.gif

En marchant sur le trottoir,
un étranger me bouscule en passant près de moi !
« Oh excusez-moi » lui dis-je !
Il me répond : « Je vous demande pardon aussi,
je ne vous avais pas vu !
Nous étions vraiment polis l’étranger et moi.
Nous avions échangé de belles paroles,
et nous avons repris
notre chemin en se laissant sur un   »au revoir ! »

Une fois à la maison…
Une histoire différente se passa.
Comment traitons-nous les amours de notre vie…
les jeunes et les plus âgés ?
Y avez-vous pensé ?

Plus tard dans l’après-midi, tout en préparant le souper,
mon fils arriva derrière moi et resta figé là, sans un mot.
En me retournant brusquement, je l’ai bousculé.
« Pousse-toi de là ! » Lui dis-je avec colère,
« toujours dans mes jambes ! » 
Il se retourna et s’en alla le coeur brisé.
Je n’avais pas réalisé la peine que je venais de lui faire.
Vers la fin de la soirée, j’allai me coucher et…
Et Dieu de sa douce voix…. me dit :
« Pourquoi est-ce si facile
d’être plein de gentillesse envers les étrangers
et ne pas être capable de le faire
pour les gens près de toi qui t’aiment et que tu aimes ? »

Lève-toi et vas voir sur le plancher de la cuisine.
Tu y trouveras un joli bouquet de fleurs près de la porte d’entrée…
ce sont les fleurs que ton fils t’avait apportées dans la journée.
Il a cueilli lui-même ces fleurs pour toi :
Il y en a de couleur rose, jaune et bleue.
Ce que tu n’as point compris,
c’est qu’il était arrivé derrière toi sans bruit
pour ne pas dévoiler la surprise qu’il voulait te faire.
Mais tu n’as jamais vu les larmes couler de ses yeux
quand tu lui as dit de partir ».
Je me levai pour aller voir près de la porte d’entrée
et je vis le joli bouquet de fleurs par terre.
C’est à ce moment, que je commençai à me sentir vraiment mal,
alors mes yeux se remplirent de larmes…

Sans faire de bruit,
je me rendis près du lit de mon fils et lui dis :
« Réveille-toi trésor, réveille-toi ! » .
« Est-ce les fleurs que tu as cueillies pour moi aujourd’hui ? »
Il sourit et me répondit :
 » J’ai trouvé ces fleurs près d’un arbre
et je les ai cueillies car je trouvais qu’elles étaient belles….
comme toi maman ! Je savais que tu les aimerais,
spécialement les bleues car je sais que tu aimes le bleu »
Je lui dis :  » Mon fils, je suis vraiment désolée de la façon
dont j’ai agi avec toi aujourd’hui ».
Je n’aurais jamais dû crier après toi comme je l’ai fait ».
Il me répondit :  » Oh, Maman, c’est OK.
Je t’aime quand même tu sais ! »
 » Mon fils, je t’aime aussi ! »
et j’adore tes fleurs et spécialement les bleues ».

Un grand moment de tendresse nous unit alors.
J’ai appris ce jour là,
à faire attention à mes proches
autant et sinon plus qu’aux étrangers.

L'importance de la famille ... dans Famille (34) 17579703-petit-garcon-tenant-un-bouquet-de-fleurs-derriere-son-dos

Auteur inconnu

Ou savoir consacrer son temps sur l’essentiel …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:34

Ou savoir consacrer son temps sur l'essentiel ... dans Textes à méditer (239) 8114905

Ou savoir consacrer son temps sur l’essentiel
au lieu de le consacrer sur des choses secondaires !

Assis sur la berge d’un lac, un homme tente d’attraper des poissons à mains nues.
Un promeneur s’approche, lui tape sur l’épaule et lui dit :

« Allons, mon bon monsieur, laissez-moi vous montrer comment on noue un filet !
Vous pourrez attraper ainsi plus de poissons ! »

Le pêcheur est tellement concentré sur le lac qu’il n’écoute que d’une oreille et, sans même regarder le promeneur, lui répond :

« Je n’ai pas le temps, je dois attraper des poissons ! »

Combien de personnes se trouvent exactement dans cette situation ?
Consacrer son temps à l’accessoire au lieu de le consacrer à l’essentiel !

Quelqu’un a dit :

 » Il faut savoir perdre du temps pour en gagner ! »

ruisseaureflet

 

Auteur inconnu

15 novembre, 2018

Il est impossible d’aimer les autres si on ne s’aime pas d’abord soi-même, si on ne s’accepte pas tel qu’on est.

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 18:59

portedesortielaporte.jpg

Que ce soit dans l’attente de lire un mot d’amour qui n’est jamais venu ou dans l’espoir vain d’obtenir une reconnaissance, la souffrance est toujours liée au maintien d’une attitude d’attente, de passivité, proche de la mendicité. Je tends la main pour recevoir mon dû ! N’ai-je pas encore accepté de reconnaître que la seule personne au monde qui peut me donner de l’amour, c’est moi.

 Il est impossible d’aimer les autres si on ne s’aime pas d’abord soi-même, si on ne s’accepte pas tel qu’on est.

Sinon, voilà pourquoi certains se transforment en secouristes du corps et de l’âme des autres, en invoquant un altruisme exacerbé alors que le vrai mobile n’est que la fuite de soi-même. Inconsciemment, c’est Moi, je ne mérite pas mon amour ; je le donne aux autres et j’ai indubitablement droit à la reconnaissance de tous.

 Si chacun ne découvre pas ce qu’il y a d’aimable au fond de lui, comment pourrait-il avoir la prétention de la faire vis à vis des autres ?

 Cela a pourtant été dit en son temps Tu aimeras ton prochain comme toi même. Sans le vouloir vraiment, nous sommes une large majorité à aimer notre prochain comme nous-mêmes, c’est à dire très mal…

 Extrait du livre de Jean-Claude Gilmont dans « Fragrances de vie »

13 novembre, 2018

La non-disposition du mental humain à lâcher le passé…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:45

redonbouddha.jpgredonbouddha.jpg

L’incapacité, ou plutôt la non-disposition du mental humain à lâcher le passé

est parfaitement illustrée dans l’histoire des deux moines zen, Tanzan et Ekido,

qui marchaient sur une route de campagne extrêmement boueuse après

des pluies torrentielles. Près d’un village, ils croisèrent une jeune femme

qui tentait de traverser la route. La boue était si profonde qu’elle aurait

abimé le kimono de soie qu’elle portait. Tanzan la prit sur ses épaules

d’un coup et la transporta de l’autre coté de la route.

 Puis les moines reprirent leur route en silence. Cinq heures plus tard,

alors qu’ils approchaient du temple où ils allaient loger, Ekido ne put se contenir

plus longtemps. « Pourquoi as-tu porté cette femme ? » demanda-t-il.

« Nous sommes des moines. Nous ne sommes pas censés faire des choses pareilles. »

« Je me suis délesté de la femme en question il y a des heures

lui répondit Tanzan, mais toi tu la portes encore, il me semble. »

Extrait du livre Nouvelle Terre de Eckhart Tolle

4434c0b2f6.gif

La Liberté

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:48

Jacques Prévert ( Extraits)

dividers-1

La Liberté,

Ce n’est pas partir, c’est revenir,
Et agir,
Ce n’est pas prendre, c’est comprendre,
Et apprendre,
Ce n’est pas savoir, c’est vouloir,
Et pouvoir,
Ce n’est pas gagner, c’est payer,
Et donner,
Ce n’est pas trahir, c’est réunir,
Et accueillir.
-
La Liberté,

Ce n’est pas s’incliner, c’est refuser,
Et remercier,
Ce n’est pas un cadeau, c’est un flambeau,
Et un fardeau,
Ce n’est pas la faiblesse, c’est la sagesse,
Et la noblesse,
Ce n’est pas un avoir, c’est un devoir,
Et un espoir,
Ce n’est pas discourir, c’est obtenir,
Et maintenir.
-
Ce n’est pas facile,
C’est si fragile,
La Liberté,

plume

expérience de la liberté

5 novembre, 2018

Tellement vrai …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 16:06
L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes_soleil, plein air et gros plan

coeur006.gif 

Tellement vrai  !

Si vous avez 60 secondes, lisez ceci ;

Les derniers mots de Steve Jobs, milliardaire, mort à 56 ans du cancer du pancréas :

« J’ai atteint le summum du succès dans le monde des affaires. Dans les yeux des autres, ma vie est une réussite.

Cependant, mis à part le travail, j’ai eu peu de joie. En fin de compte, la richesse n’est qu’un fait auquel je me suis habitué.

En ce moment, allongé sur mon lit d’hôpital, et me rappelant toute ma vie, je me rends compte que toute la reconnaissance et la richesse dans laquelle j’ai pris tant de fierté, a pâli et est devenue insignifiante face à la mort imminente.

Vous pouvez employer quelqu’un pour conduire votre voiture ou gagner de l’argent pour vous mais c’est impossible d’engager quelqu’un pour supporter la maladie et mourir pour vous.

Les choses matérielles perdues peuvent être trouvées. Mais il y a une chose qui ne peut jamais être trouvée quand elle est perdue – « la vie ».

Quelle que soit l’étape de la vie à laquelle nous sommes actuellement, avec le temps, nous serons confrontés au jour où le rideau se ferme.

Aimez votre famille, votre conjoint et vos amis … Traitez-les bien. Chérissez les.

Au fur et à mesure que nous vieillissons, et devenons plus sages, nous réalisons lentement que porter une montre à 300 $ ou 30 $ – les deux donnent la même heure…

Que nous ayons un portefeuille ou un sac à main de 300 $ ou de 30 $ – le montant à l’intérieur est le même;

Que nous conduisions une voiture de 150 000 $ ou une voiture de 30 000 $, la route et la distance sont les mêmes, et nous arrivons à la même destination.

Que nous buvions une bouteille de vin à 1000.$ ou à 10 $, la gueule de bois est la même;

Que la maison dans laquelle nous vivons mesure 300 ou 3000 pieds carrés – la solitude est la même.

Vous réaliserez que votre véritable bonheur intérieur ne provient pas des choses matérielles de ce monde.

Que vous voyagiez en première classe ou en classe économique, si l’avion tombe en panne, vous tombez avec lui …

Par conséquent .. J’espère que vous vous rendez compte, quand vous avez des amis, des copains et des vieux amis, frères et sœurs, avec qui vous discutez, riez, parlez, chantez, parlez du nord-sud-est ou du ciel et la terre, …. c’est le vrai bonheur !!

Cinq faits incontestables de la vie:

1. N’éduquez pas vos enfants à être riches. Éduquez-les pour être heureux. Donc, quand ils grandiront, ils connaîtront la valeur des choses et non le prix.

2. Mangez vos aliments comme médicaments. Sinon, vous devez manger des médicaments comme nourriture.

3. Celui qui vous aime ne vous quittera jamais pour un autre, car même s’il y a 100 raisons d’abandonner, il trouvera une raison de se retenir.

4. Il y a une grande différence entre un être humain et l’être humain.
Seuls quelques-uns le comprennent vraiment.

5. Vous êtes aimé quand vous êtes né. Vous serez aimé quand vous mourrez. Entre les deux, vous devez gérer!

REMARQUE: Si vous voulez juste marcher vite, marchez seul! Mais si vous voulez marcher loin, marchez ensemble!

Six meilleurs médecins au monde :

1. Lumière du soleil
2. Repos
3. Exercice
4. Régime
5. Confiance en soi
6. Amis
Gardez-les à tous les stades de la vie et profitez d’une vie saine.

Sources  : Facebook

10 octobre, 2018

Estimer sa propre valeur …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 20:53

183_1c

Une jeune femme, Aline, a une promotion dans son travail. Les commentaires commencent et vont bon train.

« Elle a eu le poste parce qu’elle est mignonne. Elle a dû taper dans l’oeil de la hiérarchie. Avec le peu d’expérience qu’elle a, elle ne mérite vraiment pas ce poste. Savez-vous qu’un jour, elle s’est trompée… », etc.

Aline rend visite à son père antiquaire pendant le week-end. Elle lui raconte sa promotion, son stress, les  moqueries des autres, et tous ses doutes après toutes ces attaques sournoises.

« Mais pourquoi te laisses-tu atteindre par ces collègues ? » demande le père
« Ils connaissent bien le travail, ont  plus d’ancienneté que moi… »
« Ecoute ma chérie, j’ai un service à te demander, et qui va te changer un peu les idées. Pourrais-tu aller au  marché demain matin vendre cette théière en faïence ? Je viens de la récupérer dans une vente et j’aimerais m’en débarrasser. Mets-la en vente à 90 euros minimum s’il te plaît. »   « 90 euros, ce n’est pas excessif,  comme prix ? »
« Ecoute, compte tenu du prix que je l’ai payée, il me faut cela. Ca te fera un petit exercice de vente. »
Le lendemain Aline passe sa matinée à essayer de vendre la théière, mais rien à faire. Quelques personnes s’y intéressent, mais aucune ne se décide pour l’achat.

Elle raconte cela à son père, qui lui dit : « Maintenant prend cette théière et visite 5 de mes confrères de la rue Notre-Dame, mais cette fois-ci, demande leur seulement ce qu’ils seraient prêts à payer, mais tu ne vends pas la théière. »
Aussitôt dit, aussitôt fait. Le premier antiquaire lui propose 400 euros, d’autres plus et l’un va même jusqu’à 1000 euros !!!

Aline n’en revient pas. Elle raconte cela à son père qui lui demande : « Pourquoi n’arrivais-tu pas à la vendre 90 euros ce matin ? »
« Parce que je me suis adressée à une clientèle de gens qui ne connaissait pas le « Staffordshire », et ignorait sa vraie valeur »
« Et selon toi, pourquoi mes confrères antiquaires t’ont proposé autant pour la théière ? »
« Parce qu’ils sont des professionnels. Ils ont vu tout de suite que ce pot date de 1760 et qu’il a une grande valeur. »
« Bien maintenant, pense à tes collègues. Pourquoi leur confies-tu le droit de juger ta propre valeur ? Sont-ils des experts ? »
« Non » 

« Vois-tu ma chérie, ne te laisse jamais atteindre par les jugements de ceux qui ne sont pas des experts. Ecoute seulement les jugements des professionnels ou des experts en nature humaine. Et tu verras que ta valeur est bien plus grande que tu ne l’imagines. »

Auteur inconnu

o_cqb0jt5038Hv85K

 Ne vous laissez jamais atteindre par les jugements des autres.
Votre valeur est bien plus grande que vous ne l’imaginez ! 

46176142_p

 

6 août, 2018

L’ingratitude est la plus grande des trahisons …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:10

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

 Le dernier roi de ma communauté avait dix chiens sauvages. Il les a utilisés pour torturer et manger tous ses serviteurs qui ont fait une erreur. Un des serviteurs donna une opinion erronée, et le roi ne l’aima pas du tout. Alors il a ordonné que le serviteur soit jeté aux chiens.
Le serviteur a dit:   »Je t’ai servi pendant dix ans, et tu me fais ça ? S’il te plaît, donne-moi dix jours avant de me jeter à ces chiens ! « . Le roi accepta.
Pendant ces dix jours, le domestique est allé à la garde qui s’occupe des chiens et lui a dit qu’il aimerait servir les chiens pendant les dix prochains jours. La garde était déconcertée mais elle accepta, et le serviteur commença à nourrir les chiens, à les nettoyer, à les baigner et à leur fournir toutes sortes de réconfort.
Quand les dix jours furent terminés, le roi ordonna que le serviteur soit jeté aux chiens pour sa punition. Quand il a été jeté dedans, nous étions tous étonnés de voir les chiens voraces seulement lécher les pieds du domestique !
Le roi, déconcerté par ce qu’il voyait, a dit :
« Qu’est-il arrivé à mes chiens ? »
Le serviteur répondit: «Je n’ai servi les chiens que dix jours  et ils n’ont pas oublié mon service … Pourtant,  je vous ai servi pendant dix ans entiers et vous avez tout oublié, à ma première erreur !
Le roi a réalisé son erreur et a ordonné au serviteur d’être libéré.

Ce message est un message à tous ceux qui oublient les bonnes choses qu’une personne a faites pour eux dès que celle-ci fait une erreur à leur égard. N’éteignez pas l’histoire remplie de bonnes choses à cause d’une erreur que vous n’aimez pas.

Aguibou Kaba

Sources  LES ETHNIES DE LA COTE D’IVOIRE ET D’AFRIQUE - Facebook

separateur neutre

L’ingratitude est la plus grande des trahisons.

Jean-marc RivesL'ingratitude est la plus grande des trahisons ... dans Textes à méditer (239) bulle_citationMember 
Jean-marc Rives

Artiste-peintre, Chanteur, Musicien, Poète, Philosophe, Ecrivain, Maroc, Rabat, 1950 

dividers-1

 L’ingratitude est un crime odieux. Voyez l’animal le plus féroce, il connaît la main qui lui fait du bien. 

Citation de Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

2 août, 2018

Une charité enveloppée dans la dignité …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 18:16
L’image contient peut-être : 1 personne, assis et nourriture

Une Dame demande : 
«Combien vendez-vous vos œufs ?»
Le vieux vendeur répond : 
«0.50 $ un œuf, madame» .
La Dame dit : 
«Je vais prendre 6 œufs pour 2.50$ ou je pars».
Le vieux vendeur lui répond : 
«Achetez-les au prix que vous souhaitez,  Madame ! C’est un bon début pour moi parce que je n’ai pas vendu un seul œuf aujourd’hui et que j’ai besoin de ça pour vivre».

Elle lui a acheté ses œufs au prix marchandé et est partie satisfaite d’avoir gagné.
Elle est entrée dans sa voiture de luxe et est allée dans un restaurant élégant avec son amie.
Elle et son amie ont commandé ce qu’elles voulaient. Elles ont mangé un peu et ont laissé beaucoup de ce qu’elles avaient demandé.
Puis elles ont payés l’addition, qui était de 400$. Elles ont donné 500$ et ont dit au propriétaire du restaurant chic de garder la monnaie comme pourboire…

Cette histoire pourrait sembler assez normale vis-à-vis du patron du restaurant de luxe, mais très injuste pour le vendeur des œufs…

Que devrions nous  en déduire ?

Pourquoi avons-nous toujours besoin de montrer que nous avons le pouvoir quand nous achetons à des nécessiteux ? 
Et pourquoi sommes-nous généreux avec ceux qui n’ont même pas besoin de notre générosité ?

Une fois j’ai lu quelque part :

«Mon père avait l’habitude d’acheter des biens à des pauvres à des prix élevés, même s’il n’avait pas besoin de ces choses. 
Parfois, il les payait plus cher. J’étais stupéfait. Un jour je lui ai demandé «pourquoi fais-tu ça papa ?» 
Alors mon père m’a répondu : 
«C’ est une charité enveloppée dans la dignité, mon fils»

Je sais que la plupart d’entre vous ne partagera pas ce message, mais si vous êtes l’une des personnes qui a pris  le temps de lire jusqu’ici… Alors ce message de tentative «d’humanisation» aura fait un pas de plus… dans la bonne direction… 

Sources :  site du «Contempteur» adapté pour les gens d’ici par Marlène Thériault

2 juillet, 2018

Invitation à la folie…

Classé dans : Amour (119),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 18:23

Invitation à la folie... dans Amour (119) 

La Folie décida d’inviter ses amis pour prendre un café chez elle.Tous les invités y allèrent. Après le café la Folie proposa : On joue à cache-cache ? Cache-cache ? C’est quoi, ça ? – demanda la Curiosité. Cache-cache est un jeu. Je compte jusqu’à cent et vous vous cachez. Quand j’ai fini de compter je cherche, et le premier que je trouve sera le prochain à compter.
Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse.
1, 2, 3,… – la Folie commença à compter.
L’Empressement se cacha le premier, n’importe où.

La Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d’arbre. La Joie courut au milieu du jardin. La Tristesse commença à pleurer, car elle ne trouvait pas d’endroit approprié pour se cacher. L’Envie accompagna le Triomphe et se cacha près de lui derrière un rocher.

La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient. Le Désespoir étaient désespéré en voyant que la Folie était déjà à nonante-neuf.

CENT ! cria la Folie. Je vais commencer à chercher…

La première à être trouvée fut la Curiosité, car elle n’avait pu s’empêcher de sortir de sa cachette pour voir qui serait le premier découvert. En regardant sur le côté, la Folie vit le Doute au-dessus d’une clôture ne sachant pas de quel côté il serait mieux caché. Et ainsi de suite, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité…

Quand ils étaient tous réunis, la Curiosité demanda : Où est l’Amour ?
Personne ne l’avait vu.

La Folie commença à le chercher. Elle chercha au-dessus d’une montagne, dans les rivières au pied des rochers. Mais elle ne trouvait pas l’Amour.

Cherchant de tous côtés, la Folie vit un rosier, pris un bout de bois et commença à chercher parmi les branches, lorsque soudain elle entendit un cri.

C’était l’Amour, qui criait parce qu’une épine lui avait crevé un oeil.
La Folie ne savait pas quoi faire. Elle s’excusa, implora l’Amour pour avoir son pardon et alla jusqu’à lui promettre de le suivre pour toujours. L’Amour accepta les excuses.

Aujourd’hui, l’Amour est aveugle et la Folie l’accompagne toujours.

 

24 juin, 2018

La roue tourne …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 15:26

30629819_163422364367619_9085244046074445824_n

Il n’en tient qu’à vous !

Classé dans : Le Bonheur (153),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:12

     

Il n'en tient qu'à vous ! dans Le Bonheur (153) dvzotysg

Une chanson peut illuminer un moment,

 Une fleur peut ranimer un rêve, uarbre peut devenir forêt,
        Un oiseau peut annoncer le printemps.

Un sourire fait naître l’amitié,
Une poignée de main réconforte une âme.

Une étoile peut guider un navire,
Un mot peut définir l’objectif.

Un vote peut changer un pays,
Un rayon de soleil peut illuminer une pièce.

Une chandelle efface la noirceur,
Un rire triomphera de la tristesse.

Chaque voyage commence par un pas,
Chaque prière par un mot.

Une voix peut parler avec sagesse,
Un mot peut faire toute la différence.

Il n’en tient qu’à vous !

9f4a816fb5f67d3aaf1af4bddc3c485b

 

9 juin, 2018

Vivre comme tout le monde en étant comme personne…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 10:39

Vivre comme tout le monde en étant comme personne... dans Textes à méditer (239) 0adf45ca

« Je n’aime pas juger, vous le savez bien. Tous ceux qui ont une place dans ma demeure, et dans mon cœur, je les aime comme des enfants. Et rien ne m’empêchera de continuer à les aimer, quoi qu’il arrive, quoi qu’il en soit.

 Il fut un moment, dans ma vie, où j’étais trop souvent déçue par les gens ; j’ai fini par comprendre que ce n’étaient pas les gens qui étaient en cause, mais l’image que j’avais d’eux, l’attente que j’entretenais.

 Quand on veut que les autres soient conformes à l’idée que l’on s’en fait, on ne respecte pas leur liberté; on est dans l’accaparement, l’enfermement, autant dire l’erreur.

J’ai appris la mobilité du réel, le caractère imprévisible de la vie, l’extraordinaire complexité de chaque être.

 Aujourd’hui, je désire respecter chacun dans son mystère et jusque dans ses paradoxes. Parce que la seule manière de comprendre un être c’est de l’aimer.

 Voilà pourquoi, ceux que j’invite chez moi, je ne leur demande pas de comptes, je ne cherche pas à savoir d’où ils viennent. C’est leur richesse intérieure qui me les rend attachants, rien d’autre. »

 1304364136 dans Textes à méditer (239)

Joy et la divine quête du bonheur, François GARAGNON

8 avril, 2018

Sagesse amérindienne…

arc en ciel

« N’aie pas peur des contraires, des oppositions qui divisent le monde et crée l’illusion que tout est séparé. Cette vision est source de conflits, de souffrances et de luttes perpétuelles. La nuit n’est pas l’ennemie du jour, pas plus que la mort n’est l’ennemi de la vie. Il faut la rencontre du feu et de l’eau, du soleil et de l’humidité pour créer le merveilleux arc-en-ciel. »

la petite fille et l'arc en ciel

 

Carpe diem …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 12:40

FRANCE-EU-WATCH-TIME

On demanda un jour à un homme qui savait méditer comment il faisait pour être si recueilli, en dépit de toutes ses occupations. Il répondit :

« Quand je me lève, je me lève. Quand je marche, je marche. Quand je suis assis, je suis assis. Quand je mange, je mange. Quand je parle, je parle. »

Les gens l’interrompirent en lui disant :

« Mais c’est ce que nous faisons aussi !

- Non, leur répondit-il, quand vous êtes assis, vous vous levez déjà. Quand vous vous levez, vous courez déjà. Quand vous courez, vous êtes déjà au but. »

168801ImageProxy61

« Le présent est le seul temps qui est véritablement à nous, et dont nous devons user selon Dieu. »

Pascal, Lettre, Décembre 1656

7257388814

Vivre l’instant présent c’est l’isoler dans la chaîne du temps et faire abstraction des regrets du passé et des soucis de l’avenir. C’est éviter de se projeter par la pensée ou l’imagination dans des temps qui ne sont plus ou ne sont pas encore.

Le passé et le futur nous empêchent d’être sereins. 

C’est au présent qu’on peut et doit être heureux.

 

28 février, 2018

LE CHEMIN QUI NOUS MÈNE…

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 16:18

coukiecheminbarrireanime.gif

LE CHEMIN QUI NOUS MÈNE.

auteur inconnu

Le week-end dernier fut particulièrement beau.

Tôt le matin, je décidais d’aller à pied rendre une visite à des amis que je n’avais pas vus depuis longtemps.

Je n’ai pas encore fait installer le téléphone dans ma maison de campagne et je ne pouvais pas m’assurer que mes amis étaient chez eux avant de les rejoindre.

Tant pis, j’ai chaussé mes tennis et me suis mis
en route.

Sur le chemin, je n’ai rencontré personne. J’ai pu marcher tranquillement m’enivrant des senteurs de la nature en fleur et appréciant le calme de la campagne baignée de soleil. Je me demandais tout de même si mes amis seraient chez eux.

Le chemin était long et j’ai eu le temps d’aborder tranquillement les idées de mon prochain livre: j’ai pensé au titre, j’ai décrit plus précisément le plan, j’ai peaufiné les idées.

J’ai également eu l’occasion de faire le vide, de ne pas penser, de vivre ce qui s’offrait à moi: des choses simples comme la chaleur sur ma peau, le plaisir de ressentir l’appétit qui faisait
gargouiller mon ventre, la soif, la douleur que je parvenais à surpasser pour avancer…

Arrivé à l’entrée du village, je me suis dirigé vers la maison de mes amis. J’ai sonné 3 fois. Personne n’a répondu. J’aurais dû me douter qu’avec un soleil pareil ils étaient eux aussi partis en ballade. Et pourtant… je n’ai pas été déçu un seul instant !

J’ai marché jusqu’au port, je me suis assis sur un banc en pierre et j’ai souri en repensant aux kilomètres que j’avais parcourus… pour rien !

Vous aussi, vous avez certainement eu l’impression un jour ou l’autre, d’avoir fait des efforts, d’avoir donné sans retour, d’avoir marché vers un but que vous n’étiez pas certain d’atteindre.

Mais le but est-il plus important que le chemin parcouru ? Trop souvent, concentrés sur le but, nous oublions de jouir de l’instant et d’apprécier le voyage.

« Ne pas avoir le temps de méditer, c’est ne pas avoir
le temps de regarder son chemin, tout occupé à sa marche. »
A. Sertillanges

« Notre éducation actuelle est lamentable, car elle nous apprend à aimer la réussite et non ce que nous faisons. Le résultat a pris davantage
d’importance que le chemin qui y mène. »
Jiddu Krishnamurti

12345...10
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux