DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24, c'est le printemps !

24 avril, 2017

Pour être libre …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 14:06

rayons soleil forêt

Un homme vient trouver un sage et lui demande :

« Comment puis-je être vraiment libre ? – Va dans le cimetière et insulte les morts, lui répond l’ancien.

L’homme s’exécute, puis retourne voir le sage. -Est-ce que les morts t’ont dit quelque chose ? – Non.

- Alors, repars dans le cimetière et chante leur des louanges.

A son retour, le maître le questionne à nouveau : – Est-ce que les morts t’ont dit quelque chose ? – Non.

- Eh bien, voici mon conseil : pour être libre, passe comme un mort entre le mépris et la louange. »

plume

 

12 avril, 2017

La perception est l’interprétation subjective de la réalité …

Classé dans : Psychologie (69),Textes à méditer (229) — coukie24 @ 13:53

130289__green-meadow_p

Un homme ne trouvait pas sa hache. Il soupçonna le fils de son voisin de la lui avoir prise et se mit à l’observer…

Son allure était, typiquement, celle d’un voleur de hache. Son visage était celui d’un voleur de hache. Les paroles qu’il prononçait ne pouvaient être que les paroles d’un voleur de hache. Toutes ses attitudes et tous ses comportements trahissaient l’homme qui a volé une hache. 

Mais en remuant la terre, l’homme retrouva soudain sa hache.

Lorsque le lendemain, il regarda de nouveau le fils du son voisin, celui-ci ne présentait rien, ni dans l’allure, ni dans l’attitude, ni dans le comportement, qui évoquât un voleur de hache.

Parabole de Lie Yukou

7257388814

“Il ne faut pas juger un paquet d’après ses ficelles.”

Proverbe français 

9 avril, 2017

Sagesse amérindienne…

arc en ciel

« N’aie pas peur des contraires, des oppositions qui divisent le monde et crée l’illusion que tout est séparé. Cette vision est source de conflits, de souffrances et de luttes perpétuelles. La nuit n’est pas l’ennemie du jour, pas plus que la mort n’est l’ennemi de la vie. Il faut la rencontre du feu et de l’eau, du soleil et de l’humidité pour créer le merveilleux arc-en-ciel. »

la petite fille et l'arc en ciel

 

5 avril, 2017

“Le meilleur moyen pour amener autrui à « partager » votre conviction, n’est pas toujours de proclamer celle-ci.” André Gide

Classé dans : Citations, proverbes...,Textes à méditer (229) — coukie24 @ 21:11

crayon

Dans le rond de lumière, sous la lampe, un enfant gribouille. Amusé son père quitte la lecture de son journal pour voir ce que fait son fils :

« Qu’est-ce que tu dessines, mon chéri ?

- Je dessine Dieu.

- Mais personne ne connaît Dieu, Personne n’a jamais vu Dieu !

- Eh bien, tu le verras quand j’aurai fini ! »

7257388814

“La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves.”

Claire de Lamirande

29 mars, 2017

C’est ton rêve ! …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 15:08

Résultat de recherche d'images pour "images dragon"

Un homme dort et rêve, il rêve d’un dragon atroce, effrayant qui ouvre sa gueule enflammée, menaçante et pousse des cris épouvantables. L’homme, affolé, lui demande :

« Mais que va-t’il se passer ? Je suis terrorisé. Est-ce que tu va me dévorer ? »

- »Que veux-tu que je te dise ? » lui répond le dragon, c’est ton rêve ! »

Histoire Chinoise

9 mars, 2017

Carpe diem …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 18:40

FRANCE-EU-WATCH-TIME

On demanda un jour à un homme qui savait méditer comment il faisait pour être si recueilli, en dépit de toutes ses occupations. Il répondit :

« Quand je me lève, je me lève. Quand je marche, je marche. Quand je suis assis, je suis assis. Quand je mange, je mange. Quand je parle, je parle. »

Les gens l’interrompirent en lui disant :

« Mais c’est ce que nous faisons aussi !

- Non, leur répondit-il, quand vous êtes assis, vous vous levez déjà. Quand vous vous levez, vous courez déjà. Quand vous courez, vous êtes déjà au but. »

168801ImageProxy61

« Le présent est le seul temps qui est véritablement à nous, et dont nous devons user selon Dieu. »

Pascal, Lettre, Décembre 1656

7257388814

Vivre l’instant présent c’est l’isoler dans la chaîne du temps et faire abstraction des regrets du passé et des soucis de l’avenir. C’est éviter de se projeter par la pensée ou l’imagination dans des temps qui ne sont plus ou ne sont pas encore.

Le passé et le futur nous empêchent d’être sereins. 

C’est au présent qu’on peut et doit être heureux.

 

28 février, 2017

Laissez cheminer en vous cette parole du Bouddha …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 11:57

vieespoir.gif

« A la fin, il n’y a que trois choses qui comptent :

- Combien vous avez aimé.

- Avec quelle bienveillance vous avez vécu votre vie.

- Avec quelle grâce vous avez pu lâcher prise sur ce qui, dans la vie, ne vous était pas destiné. »

Bouddha

gifsanimesbouddhisme1.gif

8 février, 2017

Je veux le bonheur ! …

Classé dans : Le Bonheur (150),Textes à méditer (229) — coukie24 @ 13:32

redonbouddha.jpg

Un homme demanda un jour à Bouddha :

« je veux le bonheur.

Bouddha lui répondit :

- Commence par enlever « je », c’est de l’ego. Puis enlève « veux », c’est du désir. Et regarde maintenant ce qu’il te reste :

du bonheur ».

24 janvier, 2017

L’expérience du docteur Franklin …(une parmi tant d’autres !)

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 16:00

1305723314

Benjamin Franklin venait de dire à une dame que trop de richesses gâtaient parfois le bonheur. Il s’aperçut que sa visiteuse semblait incrédule.

Et prenant une belle pomme rouge dans une corbeille de fruits, il la tend à un petit garçon qui passait par là. L’enfant peut à peine la tenir dans sa main. Franklin lui en offre une deuxième, le petit tout souriant la prend dans l’autre main. Le docteur en choisit une troisième, encore plus belle et la présente à l’enfant, qui essaie de l’attraper en serrant les deux autres contre lui. Après quelques efforts, il en laisse tomber une par terre et fond en larmes.

- Voici un petit homme, dit-il, qui a trop de richesses pour pouvoir en jouir. Avec deux pommes, il était heureux, il ne l’est plus avec trois !

2348863999c8b39092b9da791753d4bc

« Le bonheur, c’est une station sur la route entre le pas assez et le trop. » 
Channing Pollock

dividers-1

“Le vrai nom du bonheur,c’est le contentement.”

Henri-Frédéric Amiel
Henri-Frédéric Amiel 

17 janvier, 2017

Pleine conscience …

Classé dans : Le Temps (86),Textes à méditer (229) — coukie24 @ 18:10

1425398779

Une mère apprend l’heure à son enfant : « Quand les aiguilles de l’horloge se rejoignent ainsi, toutes les deux pointées vers le haut, il est midi, l’heure du déjeuner.

Quand elles forment une ligne droite ainsi, il est dix-huit heures, l’heure de dîner.

Quand elles sont ainsi, il est neuf heures, l’heure d’aller à la garderie.

- Dis, maman, à quelle heure on prend le temps ? » répond l’enfant.

Jon Kabat Zinn

(médecin, scientifique, écrivain, enseignant de méditation et professeur émérite à la Faculté de Médecine de l’Université du Massachussets (le célèbre MIT), où il a fondé en 1979, la première clinique de réduction du stress)

7257388814

Si nous transformons notre façon de percevoir les choses, nous transformons la qualité de notre vie.

Prenons tout simplement le temps de vivre, mettons dans nos vies ces espaces de liberté, de bien-être,  de pause pour regarder, s’émerveiller, écouter, respirer,  méditer…

 

11 janvier, 2017

L’attachement …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 19:01

 e9bd107b

dividers-1

Au siècle dernier, un touriste américain rendit visite au célèbre rabbin Hofetz Chaim. Il s’étonna de voir que celui-ci n’avait pour tout logement qu’une simple pièce remplie de livres et pour seul mobilier une table et un banc.

« Où sont vos meubles ? demanda le visiteur.

- Où sont les vôtres ? répliqua le rabbin.

- Les miens ? Mais je ne suis qu’un touriste ici, je ne fais que passer, dit l’Américain.

- Moi aussi ! », répondit Hofetz.

76500412_p

Mais qu’est ce que cela signifie ? Qu’il faut se débarrasser de tout ? Non, bien sûr, mais il faut se débarrasser de l’attachement qu’on a pour les choses.

dividers-1


Qui ne possède pas ne perd rien mais jouit de tout.

5 janvier, 2017

Le début de l’année est propice aux décisions de changement…

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 17:22

864231__flowers-book-and-mandolin_p

Le début de l’année est propice aux décisions de changement : votre meilleur ami se met au shiatsu, votre voisine a une passion pour l’aquarelle, votre collègue prend des cours de japonais et votre épicier se lance dans l’élevage des lapins angoras ? ça bouge autour de vous …

Cessez de vous torturer avec ce que font les autres ! Intéressez-vous plutôt aux envies qui sommeillent en vous posant cette question :

de quoi ai-je besoin pour vivre heureux cette année ?

4 janvier, 2017

La sorte de temps que j’aime bien …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 16:55

arbre-fleur-herbe-horizon-montagne-paysage-peinture-vallee_1600x900-001

Un voyageur croise un berger dans la montagne et lui demande : « Quel temps allons-nous avoir aujourd’hui ? »

- La sorte de temps que j’aime bien ! répond le berger.

- Comment savez-vous que ce sera le temps que vous appréciez ? réplique le voyageur.

Le berger sourit et ajoute :

- Je me suis rendu compte que je ne peux pas toujours obtenir ce que j’aime. Alors, j’ai appris à aimer ce qui m’est donné ; c’est pourquoi je suis sûr que nous allons avoir le temps que j’aime bien »

7257388814

26 décembre, 2016

Sagesse Amérindienne

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 15:51

Mikhail Satarov2

Demande au grand silence de la forêt :   »Quel est ce silence ? ».

Il te répondra : « C’est le grand Mystère ! ».

Le silence sacré est sa voix, depuis l’aube du monde.

Si tu lui demandes :  

« Quels sont les fruits du silence ? », il te dira :  

« La maîtrise de soi, le courage, la persévérance, la patience, la dignité et le respect. »

Apprends à interroger le silence. Il est la terre intérieure, l’espace sacré où s’enracine ton esprit.

Sagesse Amérindienne

Konstantin Golovin

 

11 septembre, 2016

Testament …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 21:03

Testament

7257388814

Je n’éprouve aucune nostalgie de l’enfance,de la jeunesse,aucune nostalgie des jours anciens.A quoi ça sert de pleurnicher sur ce qui a été ? Occupons-nous de choses sérieuses.L’histoire de l’humanité me passionne,et plus j’y réfléchis,plus je la vois comme une succession d’humanités,radicalement différentes entre elles.Avec la maîtrise du feu,l’invention de la roue, celle de l’agriculture… et,plus près de nous,la machine à vapeur et l’électricité.Soudain tout bascule et l’homme n’est plus le même.

Et la prise de conscience du cosmos ! Les savants en sont déjà à plus de deux milliards de galaxies et,avec le télescope par satellite,on nous promet d’autres mondes encore.J’attends avec impatience ce que vont nous dire ceux qui mettront leur oeil à l’oculaire…Nous voici arrivés au seuil d’émerveillements imprévisibles,et en même temps à un niveau de cruauté qui,hier encore,était inimaginable.Méditer sur ces réalités me conduit à la conviction qu’il ne s’agit pas tellement de s’interroger sur l’existence du bien et du mal,mais de se rendre à l’évidence que ce qui existe,c’est la liberté.

Aujourd’hui, l’humanité sait tout. Elle sait même qu’elle peut s’autodétruire.Avec la fin de l’affrontement entre les deux blocs,elle se regarde soudain dans la glace.Au temps du « vilain méchant rouge »,les Américains (et nous aussi !) pouvaient se contenter de se dire – et de dire à une partie du monde – qu’ils étaient les « bons ».Aujourd’hui,ils sont obligés de voir dans le miroir non seulement les pauvres,plus nombreux que jamais,mais aussi les classes moyennes,exposées au chômage et qui vivent dans la peur.

L’humanité voit exister en même temps – comble de l’absurde ! – la surproduction et la sur-famine et,parce qu’il y a abondance,les hommes désespérer. Ils désespèrent,les hommes,parce qu’ils sont de moins en moins utiles : la robotisation à l’échelle mondiale a détruit l’équilibre plus que millénaire qui était assuré par le travail.A quoi vont-ils servir demain ? Il va bien falloir qu’ils trouvent d’autres raisons d’être que « produire, manger, dormir ». Il va bien falloir que,même dans le chaos,ils inventent une autre manière de vivre. Ils y réussiront,j’ai confiance.Tout cela fait un homme nouveau.

Une partie de l’humanité ira au désert,on verra se créer des communautés qui voudront vivre dans la pauvreté évangélique ; une autre partie vivra de la drogue et de commerces meurtriers. Quant à la multitude,elle sera ballottée entre les moines et les trafiquants. Elle devra s’inventer des tâches nouvelles,créer sa culture originale,ça ne sera pas du tout cuit. Et peut-être qu’au bout du compte,l’histoire humaine se révélera n’avoir été,au travers de toutes ces contradictions et détours,que la marche de l’homme vers la reconnaissance de ce qu’il est : plus qu’un individu,une personne,c’est-à-dire,en chacun,signe de plus que lui-même.

Si je peux transmettre une certitude à ceux qui vont mener la lutte pour mettre plus d’humanité en tout, c’est – décidément,je ne peux pas écrire autre chose – : « La vie, c’est apprendre à aimer. »

Abbé Pierre, Testament, Bayard Editions, 1994

La-spiritualite-sans-Dieu-une-illusion_imagePanoramique500_220

2 septembre, 2016

6 petites leçons de management que chacun devrait absolument connaître. Trop drôle !

Classé dans : Humour (275),Textes à méditer (229) — coukie24 @ 18:19

J’ai trouvé sur le net (http://www.demotivateur.fr/) quelques leçons de management très subtiles que je souhaite vous faire partager. 

L’auteur Nathan Weber fait preuve d’humour, ses leçons de management peuvent s’appliquer aussi à la vie… Bonne lecture !

martine52

Vous connaissez ces articles qui vous donnent des conseils pour réussir votre vie professionnelle ? Eh bien là, c’est pareil, mais en plus sympa à lire.
Oui, on peut parler de management et de développement de soi au travail avec des petites histoires !

Je suis sûr que La Fontaine n’aurait pas fait mieux…

6 petites leçons de management que chacun devrait absolument connaître. Trop drôle ! dans Humour (275) 1217072-les-droles-de-fourmis-d-andrey-pavlov

@Andrey Pavlov
Leçon 1 :
dividers-1

Un homme rentre dans la salle de bains alors que sa femme vient juste de sortir de la douche, quand la sonnette se fait entendre. 

La femme se couvre vite avec sa serviette, et dévale les escaliers pour ouvrir. 

Quand elle ouvre la porte, elle se retrouve nez-à-nez avec Bob, leur voisin d’en face. 

Avant qu’elle n’ait eu le temps de dire un mot, Bob s’écrie : « Je te donne 800€ si tu fais tomber la serviette. » 

Après un temps de réflexion, la femme un peu gênée s’exécute finalement et se retrouve totalement nue devant Bob. Quelques secondes passent, puis Bob lui donne 800€ et s’en va. 

La femme se rhabille en vitesse et remonte à l’étage. Alors qu’elle passe près de la salle de bain, son mari demande « C’était qui, chérie ? » 

« Rien, c’était juste Bob, le voisin d’en face. » 

« Ah, » répond alors le mari, « est-ce qu’il t’a donné les 800€ qu’il me devait ? » 

Morale de l’histoire : 
Si vous partagez à temps les informations importantes relatives au crédit et au risque avec vos actionnaires, vous pourrez éviter de vous exposer inutilement… Et de finir par vous retrouver à découvert. 

Leçon 2 :
dividers-1

En voiture, un curé s’arrête pour prendre une jeune nonne qui faisait du stop. 

La bonne sœur pénètre dans le véhicule et croise les jambes, ce qui a pour effet de faire remonter un peu sa robe, révélant une partie de sa jambe. 

Le prêtre, très perturbé par cette vision, manque de peu de finir dans le bas-côté. 

Après avoir repris le contrôle du véhicule, il hésite puis,n’y tenant plus,il place sa main sur le haut de la jambe de la nonne… 

La sœur s’exclame alors : « Enfin, mon père,souvenez-vous du psaume 129 ! » 

Honteux, le prêtre retire prestement sa main. Mais quelques temps plus tard,en changeant de vitesse,il laisse distraitement sa main frôler de nouveau la cuisse de la demoiselle… 
La nonne s’écrie encore : « Mon père ! rappelez-vous du psaume 129 ! » 

Rouge jusqu’aux oreilles, le prêtre se confond en excuses : « Je suis désolé, ma sœur… La chair est faible. » 

Arrivée au couvent, la nonne ne lui décroche pas un mot. Elle soupire, roule des yeux et claque la porte. 

Une fois rentré à l’église, le curé s’empresse de chercher le fameux psaume 129 pour le lire… Il était inscrit : «Vas toujours de l’avant et n’abandonne jamais ta quête, car si tu poursuis juste un peu plus haut, tu trouveras la plus sublime récompense.» 

Morale de l’histoire
Si vous n’êtes pas assez informé dans votre travail, vous pourriez passer à côté d’une grosse opportunité.

Leçon 3 :
dividers-1

Une secrétaire, un responsable marketing et leur patron s’en vont en pause-déjeuner,quand ils trouvent une vieille lampe à huile sur leur chemin. 

Ils la frottent et un génie en sort. 
Le génie leur dit alors, « Je peux vous exaucer trois vœux, un pour chacun. » 
« Moi d’abord ! Moi d’abord ! » s’écrie la secrétaire. « Je veux être aux Bahamas,sur un jet-ski,sans le moindre souci du monde. » 
Pouf ! Elle disparaît. 

« À mon tour, à mon tour ! » s’exclame le responsable marketing, enthousiaste. «Je veux être à Hawaii,allongé sous un palmier, avec ma masseuse personnelle, un stock infini de Piña Coladas et l’amour de ma vie. 
Pouf ! Il disparaît. 

« Bon, c’est à vous » dit le génie au patron. 
Le patron répond alors, « Je veux ces deux tire-au-flanc dans mon bureau après la pause-déjeuner,j’aurai deux mots à leur dire… » 

Morale de l’histoire
Si vous avez un souhait ou une demande à faire, laissez toujours votre patron s’exprimer en premier. 

Leçon 4 :
dividers-1

Un aigle était assis au sommet d’un arbre,sans rien faire. 

Un petit lapin voit l’aigle et lui demande, « Salut, je peux m’asseoir comme toi et ne rien faire,moi aussi ? 
L’aigle lui répond : «Bien sûr, pourquoi pas.» 

Le lapin s’assoit alors sous l’arbre pour se reposer comme l’aigle.Là-dessus un renard arrive,saute soudainement sur le lapin et le mange. 

Morale de l’histoire
Pour rester assis sans rien faire,vous avez intérêt à être très haut placé. 

Leçon 5
dividers-1

Un dindon discute avec un bœuf. 

«Je voudrais bien monter tout en haut de cet arbre,» dit-il en soupirant,«mais je n’ai pas assez de force.» 
«Eh bien, pourquoi tu ne manges pas un peu de mes bouses ?» répond le bœuf.«C’est bourré de protéines et de nutriments.» 

Le dindon picore un peu dans une bouse, et effectivement,cela lui donne assez de force pour atteindre la branche la plus basse de l’arbre. 

Le jour suivant,après avoir picoré un peu plus de bouse,il parvient à atteindre la deuxième branche de l’arbre. 

Finalement, après quatre jours,le dindon était fièrement perché au sommet de l’arbre. 

Très vite, un chasseur l’aperçoit et le tue d’un coup de fusil bien placé. 

Morale de l’histoire
Avec de la m*rde,vous réussirez peut-être atteindre le sommet,mais ce n’est pas ça qui vous permettra d’y rester très longtemps… 

Leçon 6 :
dividers-1

C’était l’hiver,et un petit oiseau perdu avait très froid.Il faisait si froid que notre oisillon,épuisé et congelé,finit par s’échouer au sol dans un champ,tout frissonnant de froid. 

Alors qu’il était là et qu’il sentait la mort approcher,une grosse vache passe et fait tomber une belle bouse bien chaude sur lui. 

L’oiseau,sous la bouse,réalise qu’une douce chaleur réconfortante est en train de l’envelopper… 

Ça y est ! Il est sauvé ! Tout content d’être bien au chaud,il se met à piailler de bonheur. 

Un chat qui passait par là entend les piaillements de l’oiseau et s’approche, curieux. Il voit l’oiseau dans la bouse, le sort délicatement, l’essuie avec le plus grand soin soin et hop, il le gobe ! 

Morale(s) de l’histoire
1.Ce n’est pas parce que quelqu’un vous ch*e dessus qu’il est forcément votre ennemi. 
2.Ce n’est pas parce que quelqu’un vous sort de la m*rde qu’il est forcément votre ami. 
3.Quand vous êtes dans la m*rde,il vaut mieux parfois tout simplement la boucler ! 

 

Et maintenant,on retourne bosser !

5b12b2fc

 

6 juillet, 2016

LE POT DE MAYONNAISE ET LA BIÈRE ! …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 16:18

Afficher l'image d'origine

Quand les choses de la vie te paraissent incontrôlables, quand 24 heures dans une journée ne suffisent pas, souviens-toi du pot de mayonnaise… et de la bière.

Un professeur était debout devant sa classe de philosophie et avait quelques articles sur le bureau devant lui.  Quand le cours débuta, sans dire un mot, il prit un grand pot de mayonnaise vide et il commença à le remplir de balles de golf.  Ensuite il demanda aux étudiants si le pot était plein. 

Les étudiants dirent : « Oui. »

Alors le professeur prit une boîte de cailloux et en mit dans le pot.

Il brassa le pot de mayonnaise. Les cailloux roulèrent partout autour des balles de golfs.  Il demanda encore aux étudiants si le pot était plein. 

Les étudiants dirent : « Oui. »

Le professeur prit ensuite un sac de sable et en versa dans le pot.  Le sable s’intégra partout entre les balles de golf et les cailloux.  Il demanda encore si le pot était plein. 

Les étudiants répondirent unanimement: « Oui. »

Le professeur prit alors 1 bouteille de bière sous la table et la versa dans le pot de mayonnaise remplissant effectivement tout l’espace libre entre le sable.  

Les étudiants se mirent à rire.

”Maintenant,” dit le professeur, “Je voudrais vous montrer comment ce pot de mayonnaise représente votre vie.  Les balles de golf sont les choses les plus importantes dans votre vie – votre famille, vos enfants, votre santé, vos amis, vos passions, — des choses que même si veniez à perdre tout le reste, s’il ne vous restait que celles-là, votre vie serait bien remplie.

”Les cailloux représentent les autres choses qui ont une importance pour vous comme votre travail, votre maison, votre automobile.  

« Et le sable est tout le reste – des petites choses sans vraiment d’importance.

« Si vous placez le sable en premier dans le pot, » dit-il,  »Il n’y aura plus de place pour les balles et les cailloux.  

« C’est la même chose dans votre vie. Si vous dépensez toute votre énergie pour des affaires secondaires, il n’y aura jamais de place pour celles qui sont importantes pour vous. Portez une attention toute particulière aux choses qui sont nécessaires à votre bonheur.  Jouer avec vos enfants. Prendre le temps de passer un examen médical régulier. Aller au restaurant avec son conjoint ou sa conjointe. Rencontrer vos amis régulièrement. Visiter vos vieux parents plus souvent.  Jouer un autre 18 trous. Il restera toujours du temps pour nettoyer la maison ou sortir les vidanges. »

« Prenez soin des balles de golf en premier, les choses vraiment importantes.  Ayez des priorités. Le reste, c’est juste du sable »

Un des étudiants leva sa main et demanda au professeur : “Et la bière dans tout ça ?” 

Le professeur se mit à sourire.  

“Je suis heureux que tu le demandes. » dit-il.

« C’est juste pour vous montrer que même si votre vie est remplie à pleine capacité, il y a toujours de la place pour une bonne petite bière. »

Afficher l'image d'origine

9 avril, 2016

Êtes-vous gagnant ou perdant ? …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 15:29

dividers-1

Un gagnant fait toujours partie de la réponse,
Un perdant fait toujours partie du problème.  
Un gagnant a toujours un programme,
Un perdant a toujours une excuse  
.
Un gagnant dit: « laisse-moi le faire pour toi »
Un perdant dit: « ce n’est pas à moi à faire ça ».  
Un gagnant a une solution pour chaque problème,
Un perdant a un problème pour chaque solution.  
Un gagnant dit « ça va être difficile, mais c’est possible »
Un perdant dit « c’est peut-être possible, mais c’est trop difficile ».  
Un gagnant en fait le plus qu’il le peut,
Un perdant en fait le moins possible.  
Un gagnant voit un « vert » près de chaque trappe de sable,
Un perdant voit deux ou trois trappes de sable près de chaque « vert ».  
Un gagnant essaie constamment de s’améliorer,
Un perdant connaît tout et empêche tout changement.  

Un gagnant prend les décisions,

Un perdant les évite.  

 

Un gagnant essaie toujours de trouver ce qui a causé un problème,

Un perdant essaie toujours de trouver quelqu’un d’autre à blâmer.

dividers-1

Auteur inconnu

 

 

 

1 avril, 2016

L’Ego !

Classé dans : Psychologie (69),Textes à méditer (229) — coukie24 @ 17:49

Afficher l'image d'origine

L’Ego!

L’ego est notre identité avec notre nom qui nous sert à nous identifier et à nous présenter. C’est le rôle que nous jouons sur cette Terre pour un temps donné. Il nous est utile dans le métier que nous exerçons, les talents et les compétences que nous développons. Il nous est utile pour agir, pour penser et affirmer notre personnalité, pour montrer un visage dans un monde physique où il faut prouver à chaque instant ce que nous valons.
Nous pouvons l’utiliser à bon escient ou alors le faire grossir démesurément et le laisser envahir notre discernement. Les problèmes arrivent quand l’ego prend la place de notre cœur et de notre nature divine.
A ce moment là se produit une dichotomie entre les deux et c’est la bataille perpétuelle du pouvoir : qui va commander? Qui va décider? Qui va aimer? Qui va être conscient? Qui va gagner???
Que faire? Comprendre, apprendre, accepter, se faire des alliés de tous les aspects de notre personnalité et les laisser jouer le rôle qui convient au moment où il convient.
Notre vraie nature divine émergera petit à petit si on lui en donne la permission et l’occasion ; notre cœur s’exprimera si on le laisse battre, nos émotions seront vivantes et appropriées, nos pensées seront apaisées et notre vie sera guidée par l’intelligence émotionnelle et l’amour de soi et des autres.
dividers-1
« L’Ego est juste une poussière dans les yeux… si on ne nettoie pas cette poussière, on ne peut rien voir clairement. Si on clarifie cette poussière, nous pouvons regarder le monde. » ~ anonyme

« Soyez votre meilleur ami et vous aurez un ami pour la vie. » ~ Harold Becker
dividers-1

30 mars, 2016

DIX BONS COMMANDEMENTS …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 21:46

DIX BONS COMMANDEMENTS

1299599921

1.Tourne ta langue 7 fois dans ta bouche, dis toujours moins que ce que tu penses.
La façon de le dire compte plus que ce que tu dis.

2. Fais peu de promesses mais tiens toujours celles que tu fais.

3. Ne laisse jamais passer l’opportunité de dire un bon mot d’encouragement à ou sur quelqu’un. Félicite un travail bien fait, quelque soit la personne qui l’ait effectué. Si tu as besoin de critiquer, fais une critique constructive, jamais pour blesser.

4. Ecoute les autres, leurs espoirs, leur travail, leurs foyers, leurs familles.
Sois heureux avec ceux qui le sont, pleure avec ceux qui pleurent.
Que tous ceux que tu rencontres, même les plus démunis, se sentent importants à tes yeux.

5. Sois de bonne humeur. Ne laisse pas voir tes petits malaises et tes désappointements.
Rappelle-toi que chacun porte sa part de soucis.

6. Garde ton esprit ouvert. Tu peux discuter mais sans argumenter.
C’est une marque d’un esprit supérieur d’être en désaccord sans être désagréable.

7. Laisse tes vertus (si tu en as), parler d’elles-mêmes. Refuse de parler des défauts des autres.
Décourage les commérages. C’est une perte de temps précieux qui peut être extrêmement destructive.

8. Sois prudent avec les sentiments des autres. Faire de l’esprit et s’amuser aux dépens des
autres ne vaut pas la peine et peut blesser sans le vouloir.

9. Ne fais pas attention aux remarques désobligeantes que l’on peut faire sur toi.
Rappelle-toi, la personne qui les dit n’est probablement pas le reporter le plus exact du monde.
Que ta vie soit discrète pour que personne ne prête attention à ces remarques.

10. Ne sois pas trop anxieux sur le crédit qui t’est dû. Fais de ton mieux et soit patient.
Oublie-toi toi-même et laisse les autres « se rappeler ». Le succès est bien plus agréable.

140299__orchid-orchid-flower-stone-black-bamboo-water-reflection_p

l’empathie 

Afficher l'image d'origine

Croire en soi …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 21:02

 Afficher l'image d'origine

On organisa une course pour des garçons.
L’objectif était d’arriver en haut d’une grande tour.
Beaucoup de gens se rassemblèrent pour les voir et les soutenir.

La course commença.

En fait, les gens ne croyaient probablement pas possible
que les garçons puissent atteindre la cime, 
et toutes les phrases que l’on entendit furent de ce genre.

«Quelle peine !!! Ils n’y arriveront jamais !»

Les garçons commencèrent à se résigner,
sauf un qui continua à grimper avec fougue et enthousiasme
et les gens continuaient à répéter…

« Quelle peine !!! Ils n’y arriveront jamais! »

Et les garçons s’avouèrent vaincus, sauf un des garçons qui continuait à insister.
À la fin, tous se désistèrent, sauf ce garçon qui, 
seul et avec un énorme effort, atteignait le haut de la cime.

Les autres voulurent savoir comment il avait fait.
L’un d’entre eux s’approcha pour lui demander comment il avait fait 
pour terminer l’épreuve.

Et découvrit qu’il… était sourd !

En résumé 

Résultat de recherche d'images pour "dessin montagne"

N’écoutez pas les personnes qui ont la mauvaise habitude d’être négatives,
car elles volent les meilleurs espoirs de votre cœur !  

Afficher l'image d'origine

19 mars, 2016

PENSEZ-Y À 2 fois ! …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 20:09
PENSEZ-Y À 2 fois !

PENSEZ-Y À 2 fois ! ... dans Textes à méditer (229) 1310645885

Une vielle légende indienne raconte qu’un brave trouva un jour un oeuf
d’aigle et le déposa dans le nid d’une « poule de prairie ».

L’aiglon vit le jour au milieu d’une portée de poussins de prairie et grandit avec eux.

Toute sa vie l’aigle fit ce qu’une poule de prairie fait normalement.
Il chercha dans la terre des insectes et de la nourriture.
Il caqueta de la même façon qu’une poule de prairie.

Et lorsqu’il volait, c’était dans un nuage de plumes et sur quelques mètres à peine.
Après tout, c’est ainsi que les poules de prairie sont censées voler.

Les années passèrent. Et l’aigle devint très vieux.

Un jour, il vit un oiseau magnifique planer dans un ciel sans nuage.

S’élevant avec grâce, il profitait des courants ascendants,
faisant à peine bouger ses magnifiques ailes dorées.

« Quel oiseau splendide ! » dit notre aigle à ses voisins.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est un Aigle, le roi des oiseaux, » caqueta sa voisine.

« Mais il ne sert à rien d’y penser à deux fois. Tu ne sera jamais un aigle. »

Ainsi l’aigle n’y pensa jamais à deux fois.

Il mourut en pensant qu’il était une poule de prairie.

Vous est-il arrivé de penser que vous étiez une poule de prairie ?

Pensez-y à deux fois…

source : http://www.club-positif.com

1310645885 dans Textes à méditer (229)

 

Les épreuves d’une tasse à thé ! …

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 20:04

Les épreuves d’une tasse à thé !

Les épreuves d'une tasse à thé ! ... dans Textes à méditer (229) 1405021907

Je me rappelle l’époque où, avant d’être une tasse, je n’étais qu’une boule d’argile.

Un jour, mon maître s’empara de moi
puis se mit à me frapper de ses mains, à me modeler.
Cela me faisait mal et je le suppliai d’arrêter mais i l se contenta de me sourire en disant :

 » PAS ENCORE ! « 


J’avais si mal au coeur que je croyais que ma fin était venue.
Heureusement, il finit par me sortir de là !
Puis il me plaça sur un tour de potier et me fit tourner, tourner…

Je ne comprenais pas pourquoi il voulait me faire passer par le feu.
Alors, je hurlai, je le suppliai d’arrêter, de me faire sortir.
À travers la porte vitrée, je distinguais encore son visage,
et je le vis me sourire et hocher la tête, en disant :

 » PAS ENCORE ! « 

Puis soudain, me saisissant, le maître se mit à
me poncer et à me brosser.  Il prit un pinceau et me
badigeonna de toutes sortes de couleurs.  Les vapeurs étaient
si fortes que je cru m’évanouir.
Je l’implorais d’arrêter, mais avec le même sourire, i l me dit à nouveau :

 » PAS ENCORE ! « 

C’est alors qu’il me plaça dans un autre four,
deux fois plus chaud que le premier.

Cette fois, j’allais suffoquer, j’en était sure.
En larmes, je le suppliai, mais, une fois de plus,
i l se contenta de me sourire en disant :

 » PAS ENCORE ! « 

À ce moment-là, la porte s’ouvrit toute grande
et le maître annonça :

 » MAINTENANT ! « 

Il me prit sans ses mains et me déposa sur une étagère.
Ensuite, il me tendit un miroir en me disant de me regarder.
Je n’en croyais pas mes yeux.

Je m’écriai :   » Oh, quelle magnifique tasse ! « 


Alors le maître expliqua :

 » Je voudrais que tu comprennes.
Quand je te frappais et que je te modelais,
je savais que cela te faisait mal.
Je savais que le tour te donnait des vertiges.

Mais si je ne m’étais pas occupé de toi, tu te serais desséchée,
et tu serais restée à tout jamais une simple boule d’argile.
Ta personnalité n’aurait pas pu s’épanouir. « 

 » Je savais que le premier four était brûlant, mais si je ne t’y avais
pas mise, tu te serais effritée. « 

 » Je savais que tu étais incommodée par le ponçage et la peinture,
mais si je t’avais épargnée, ta vie serait restée sans couleurs. « 

 » Et le second four, oh ! Je savais bien qu’il te serait presque
insupportable !  Mais vois-tu, si je ne t’y avais pas placée,
tu n’aurais pas été capable de résister aux pressions de la vie. « 

 » Ta force n’aurait pas suffi, et tu n’aurais pas survécu longtemps. « 

 » Tu vois, alors même que tout te semblait si difficile,
j e prenais soin de toi.  Je savais ce que tu allais devenir.
Dès le premier instant, j’entrevoyais déjà le produit fini ! « 

…auteur anonyme

76500412_p

6 mars, 2016

IL ÉTAIT UNE FOIS, UNE ÎLE…

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 15:25

IL ÉTAIT UNE FOIS, UNE ÎLE…

IL ÉTAIT UNE FOIS, UNE ÎLE...  dans Textes à méditer (229) 775f6c78 

Il était une fois, une île où tous les différents sentiments 

vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les 
autres, l’Amour y compris.

Un jour, on annonça aux sentiments que l’île allait couler.
Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.

Seul l’Amour resta.

L’Amour voulait rester jusqu’au dernier moment. Quand l’île fut sur le point de sombrer, l’Amour décida d’appeler à l’aide.

La Richesse passait à côté de l’Amour dans un luxueux bateau.

L’Amour lui dit, « Richesse, peux-tu m’emmener? »

« Non, car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau. Je n’ai pas de place pour toi. »

L’Amour décida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi 
dans un magnifique vaisseau, « Orgueil, aide-moi je t’en prie ! »

« Je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau. »

La Tristesse étant à côté, l’Amour lui demanda, « Tristesse, 
laisse-moi venir avec toi. »

« Oh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule ! »

Le Bonheur passa aussi à coté de l’Amour, mais il était si heureux qu’il n’entendit même pas l’Amour l’appeler !

Soudain, une voix dit, « Viens Amour, je te prends avec moi ».  C’était un vieillard qui avait parlé.

L’Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard. Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla.

L’Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir 

« Qui m’a aidé ? » 

« C’était le Temps » répondit le Savoir.

« Le Temps ? » s’interrogea l’Amour.

« Mais pourquoi le Temps m’a-t-il aidé ? »

Le Savoir, sourit plein de sagesse, et répondit :

« C’est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la Vie. »

     
source : http://www.club-positif.com

4 mars, 2016

Leçon d’intégrité…

Classé dans : Textes à méditer (229) — coukie24 @ 19:23

Leçon d'intégrité... dans Textes à méditer (229) 4918

LEÇON D’INTÉGRITÉ !
 

Un roi vieillissant s’est réveillé un jour et s’est rendu compte qu’en mourant il n’aurait pas de mâle (garçon) dans la famille royale pour le remplacer.
Il était le dernier garçon (mâle) dans la famille royale où la culture préconise que seul  un mâle peut succéder au trône , et il vieillissait.

Il décida comme il n’avait  pas de descendance mâle d’adopter un fils qui alors pourrait prendre sa place, mais il voulait qu’un tel fils adopté soit extraordinaire au sens réel du mot.
Il a donc lancé une compétition ouverte à tous les garçons de son royaume peu importe leur origine.
Dix garçons ont réussi à cette compétition jusqu’au sommet.
Il y avait peu pour séparer ces garçons quant à l’intelligence, les attributs physiques etc.
Alors, le roi décida : « j’ai une dernière épreuve et quiconque arrive à bout de cette dernière, deviendra mon fils adoptif et héritier de mon trône ».

Il s’exprima ainsi : « Ce royaume dépend uniquement de l’agriculture.
Donc le roi doit savoir comment cultiver des plantes.
Voici une graine de maïs pour chacun d’entre vous.
Emportez-la à la maison, plantez-la et élevez-la pendant trois semaines.
À la fin de ces trois semaines, nous verrons qui a fait le meilleur travail en cultivant la graine.
Cette personne sera mon héritier ».

Les garçons prirent leurs graines et rentrèrent pressés à la maison.
Ils prirent chacun un pot à fleur et plantèrent la graine dès leur arrivée..
Il y avait une énorme excitation dans le royaume puisque les gens attendaient le souffle suspendu
de savoir qui serait leur prochain roi.

Dans une maison, le garçon et ses parents étaient presque navrés quand, après quelques jours de soin intense, la graine ne poussa pas.
Il ne comprenait pas ce qui n’allait pas avec la sienne.
Il avait pourtant sélectionné le sol avec soin, il avait appliqué la bonne quantité et type d’engrais,
il avait été très respectueux dans l’arrosage avec les bons intervalles, il avait prié sur elle jour et nuit mais sa graine s’était avérée improductive.

Quelques-uns de ses amis lui recommandèrent d’aller acheter une graine au marché et de la planter.
Après tout, dirent-ils, « comment est-ce que quelqu’un pourrait différencier une graine de maïs d’une autre » ?
Mais ses parents qui lui avaient toujours appris la valeur de l’intégrité lui rappelèrent que si le roi voulait qu’ils plantent juste du maïs, il aurait demandé qu’ils aillent chercher leur propre graine. 
« Si tu prends n’importe quelle autre graine différente de celle que le roi t’a donné, cela serait malhonnête.
Peut-être nous ne sommes pas destinés pour le trône.
S’il en est ainsi, donc laisse, ne sois pas celui qui va tromper le roi » lui dirent-ils !

Le jour J arriva et les garçons revinrent au palais, chacun d’eux exhibant fièrement un plant du maïs très fin.
C’était évident que les autres neuf garçons avaient eu grand succès avec leurs graines.

Le roi descendit le long du rang où étaient alignés les garçons passionnés et demanda à chacun d’eux, « c’ est ce qui est sorti de la graine que je vous ai donnée ? » 

Et chaque garçon répondit, « Oui, votre majesté ! ».

Et le roi fit un signe de la tête, descendit le long de la rangée.
Le roi finalement arriva au dernier garçon de la ligne.
Le garçon était secoué par la peur, il savait que le roi allait le jeter en prison pour avoir gaspillé sa graine.

Le roi demanda.: -Qu’est-ce que tu as fait avec la graine que je t’ai donnée ?

« Je l’ai plantée et me suis occupé d’elle diligemment votre majesté, mais hélas, elle n’a pas poussé » dit le garçon en larmes et la foule de le huer…

Mais le roi leva ses mains pour signifier le silence.
ET annonça : « Mon peuple, voici votre prochain roi ! »

Les gens étaient confus.
« Pourquoi celui-là ? » Beaucoup se demandèrent.
« Comment peut-il être le bon choix ? »
Le roi s’installa sur son trône avec le garçon à son côté et dit « j’ai donné à ces garçons des graines bouillies. Cette épreuve n’était pas pour cultiver le maïs. C’était l’épreuve de caractère ; une épreuve d’intégrité. C’était l’épreuve ultime.

Si un roi doit avoir une qualité, ce doit être celle d’être au-dessus de la malhonnêteté.
Seul, ce garçon a réussi l’épreuve.
Une graine bouillie ne peut pas pousser !

Morale: La vérité finit toujours par éclater !

12345...10
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux