DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

4 août, 2011

Zoom sur la réflexologie plantaire

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 12:22

Zoom sur la réflexologie plantaire

La réflexologie plantaire consiste à stimuler au niveau des pieds des zones dites « réflexes ». En massant ou en exerçant des pressions, la réflexologie agit sur le corps et le psychisme. Selon les zones manipulées, on peut agir plus particulièrement sur certains organes. On peut ainsi soulager ou traiter certains troubles, d’où le terme de réflexothérapie

La réflexologie, comment ça marche ?

La réflexologie part du principe que les organes et les fonctions se projettent sur certaines zones du corps. Ainsi, les orteils correspondent à la tête et au crâne, le talon à la région du petit bassin, le bord interne du pied à la colonne vertébrale et le bord externe aux membres.

Il existe différentes hypothèses pour expliquer les effets de ces massages réflexes. La réflexologie pourrait agir en levant les obstacles à la libre circulation des énergies, en stimulant le système nerveux ou lymphatique, en libérant des endorphines (hormones antidouleurs et euphorisantes), en stimulant certains nerfs ayant une action antidouleur, en détruisant des dépôts d’acide urique à l’origine de douleurs et qui bloquent les flux énergétiques.

Quelles sont les indications de la réflexologie plantaire ?

Les indications sont multiples et très variées. La réflexologie plantaire peut aider à soulager les maux du quotidien : cervicalgie, mal de dos, maux de tête, sinusite chronique, syndrome prémenstruel, stress, etc.

La réflexologie aide également les personnes atteintes d’une maladie chronique à améliorer leur qualité de vie : diabète, cancer, sclérose en plaques…

Elle est aussi utilisée dans le cadre des soins palliatifs.

Enfin, la réflexologie est employée en médecine du sport.  

La réflexologie en pratique

Après un interrogatoire complet, le réflexologue commence par un examen minutieux des deux pieds afin de détecter une éventuelle affection locale (cal, cor, verrue, infection…).

Il explore ensuite les pieds en massant chaque zone (plantes, bords, cou-de-pied) à la recherche de zones à traiter.

Il procède enfin au traitement global de ces zones en exerçant des pressions avec le pouce ou en malaxant la voûte plantaire avec le plat du poing. Il traite un pied puis l’autre.

Si parfois une séance suffit, il est généralement conseillé de consolider le résultat par une ou deux séances supplémentaires. Mais en moyenne, le traitement comprend plutôt entre 6 et 8 séances.

Attention, en l’absence de résultats au bout de 3 séances, inutile de continuer !

Précautions

Il est recommandé de consulter son médecin au préalable afin d’exclure toute maladie grave.

Par ailleurs, sachez que la réflexologie est contre-indiquée en cas de phlébite récente, d’arthrite aiguë du pied ou de fracture récente du pied. Sans être forcément contre-indiquée, la pertinence de la réflexologie est à discuter en cas d’arthrose ou de douleurs.

Sources : Secrets des médecins alternatives, Editions Sélection Reader’s Digest, 2009

15 juillet, 2011

Coup de soleil : réagir immédiatement !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 13:03

réagir immédiatement !

Le soleil est bénéfique pour l’humeur et les os. Mais de petites doses suffisent. Toute exposition excessive se révèle néfaste pour les cellules de la peau. Malgré toutes les précautions, un coup de soleil reste possible.

On ne cesse de le répéter, les coups de soleil, notamment durant l’enfance, majorent le risque de cancer cutané. Il faut donc tout mettre en oeuvre pour les éviter.

  • Application régulière, et en quantité suffisante, d’une crème solaire d’indice élevée et adaptée à votre type de peau.
  • Nouvelle application après une baignade ou une forte transpiration. Attention également aux frottements avec la serviette.
  • Grande prudence les premiers jours de vacances, votre peau n’est pas encore habituée au soleil.
  • Les sujets à peau claire, en particulier les roux, sont particulièrement à risque.
  • N’oubliez pas que les nuages laissent passer quantité de rayonnements solaires, et le parasol aussi.
  • Pas d’exposition entre 12 et 16 heures, et surtout pas les enfants.
  • Jamais de nourrisson au soleil !
  • Pas de femme enceinte au soleil : risque de masque de grossesse.
  • Certains médicaments favorisent les brûlures (photosensibilisation). Alors lisez bien les notices.
  • De même pour certains parfums et cosmétiques. Evitez d’en mettre avant de vous exposer au soleil.

Trois degrés de gravité

Le banal coup de soleil se traduit par l’apparition progressive de plaques rouge vif, maximales en 12 à 24 heures. Celles-ci peuvent durer de 3 à 5 jours. L’atteinte est limitée aux couches superficielles de l’épiderme.

  • La brûlure du 1er degré est très douloureuse. Elle se manifeste par des plaques rouges, sur lesquelles des cloques peuvent se former. Ces dernières sont de tailles variables et peuvent se regrouper.
  • Le coup de soleil du 2e degré est à l’origine d’une douleur intense et durable. La réparation cutanée est longue. Mais en cas de coup de soleil sévère ou étendu, des maux de tête, des frissons et de la fièvre sont des symptômes fréquents.

L’allergie solaire

Un autre phénomène à ne pas confondre avec un coup de soleil est l’allergie solaire ou lucite estivale. La réaction apparaît de façon brutale et retardée, environ 18 à 24 heures après l’exposition. Comme le coup de soleil, la peau devient rouge, mais les plaques sont parsemées de petits boutons. Elles sont à l’origine de démangeaisons et non d’une sensation de brûlure. Ce type de réaction atteint préférentiellement le décolleté et les bras, et épargne souvent le visage. Un inconvénient supplémentaire de l’allergie solaire est qu’elle tend à récidiver chaque année lors des premières expositions.

Réagir immédiatement

Dès les premières sensations de cuisson, il faut réagir afin de limiter les dommages cutanés et se réhydrater en buvant abondamment de l’eau. Pour la peau, l’idéal est de la rafraîchir au plus vite sous une douche prolongée. Après un séchage délicat, l’hydratation cutanée est essentielle : lait après-soleil ou lait corporel en cas de coup de soleil banal, sinon recourir à une crème spéciale contre les brûlures et les coups de soleil. En cas de frissons, de fièvre ou de maladie, consultez un médecin. Les jours suivants, il est nécessaire d’éviter toute exposition au soleil. Rester à l’abri d’un parasol n’est pas toujours suffisant. L’idéal est alors de se protéger avec des vêtements.

A savoir

Si le coup de soleil semble disproportionné par rapport à l’intensité de l’exposition ou si des démangeaisons apparaissent, il faut se poser la question d’une éventuelle photosensibilisation : médicaments, parfums, cosmétiques

Article publié par Isabelle Eustache le 16/08/2005 – 02:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 15/07/2011 – 09:28

11 juillet, 2011

Voyage : astuces pour relancer votre transit intestinal

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 12:36

astuces pour relancer votre transit intestinal

Un rien suffit à perturber le transit intestinal. Un simple voyage par exemple. Pas facile ensuite de s’exposer sur la plage avec un ventre plat ! Voici quelques astuces pour relancer votre transit intestinal.

Première consigne, faites une large place aux fibres alimentaires et mettez au menu des céréales complètes, du pain complet, des légumes cuits, des fruits frais ou en compotes. Côté légumes, pensez notamment aux salsifis, aux topinambours et aux artichauts, connus pour favoriser le transit.
Limitez les viandes, les sources de sucres et l’alcool.
Buvez beaucoup d’eau, et évitez tous les sodas.
C’est aussi le moment idéal pour vous mettre aux pruneaux et au jus de pruneaux. Son effet laxatif est imparable pour lutter contre la constipation.
Les graines de lin sont aussi intéressantes, à condition de prendre le temps de les faire tremper dans un liquide (eau ou lait par exemple). Elles peuvent ensuite être consommées ajoutées dans un yaourt ou une compote. Avantage supplémentaire, elles sont riches en oméga-3 !
Les tisanes évidemment sont à consommer sans modération : réglisse, radis noir, rhubarbe, guimauve… Elles auront aussi l’avantage de vous faire boire davantage, à moins de préférer les produits phytothérapiques spécial transit que l’on peut trouver en pharmacie ou dans des magasins bio.
Enfin, plus original, vous pouvez tester l’agar-agar, une algue marine particulièrement riche en fibres solubles, ou simplement le pollen de fleurs.
Enfin, le transit intestinal est également régulé par l’activité physique. Alors bougez, nagez, faites du sport sans modération !

Article publié par Isabelle Eustache le 04/08/2010 – 02:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 09/08/2010 – 02:00

Sources : Bien-être intestinal, recettes naturelles, Véronique Liégois, La Plage Editeur.

15 juin, 2011

Quels sont les plantes, les épices et les aliments anti-âge ?

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:17

Quels sont les plantes, les épices et les aliments anti-âge ?

Contre le vieillissement de l’organisme, il existe des plantes, des aliments et des épices qui ont de grandes propriétés antioxydantes. Quels sont les plus antioxydants ?

Les aliments et les plantes peuvent agir de deux façons. Ils sont eux-mêmes riches en antioxydants ou bien ils aident notre propre système antioxydant interne. Rappelons que les antioxydants sont des molécules qui, apportées par notre alimentation, sont également produites par l’organisme. Elles aident à lutter contre les radicaux libres, des molécules qui accélèrent le vieillissement. Les mettre régulièrement au menu est une excellente façon de lutter contre le vieillissement.

Les trois plantes les plus antioxydantes

Thé
Ginkgo biloda
Ginseng

Les aliments les plus antioxydants

Pruneau, prune
Raisin sec, raisin noir
Myrtille, mûre, framboise, fraise, cerise
Kiwi
Pamplemousse rose
Ail
Chou frisé, chou de Bruxelles
Épinard
Brocoli
Betterave
Poivron rouge
Oignon

Les épices les plus antioxydantes

Gingembre
Curcuma
Poivre noir
Muscade
Vanille

Précisons que ces aliments, épices et plantes, aussi bénéfiques soient-ils, doivent accompagner une alimentation variée et équilibrée. Pas question de manger à l’excès des pruneaux et des épinards, et de négliger les autres aliments.

Article publié par Isabelle Eustache le 20/08/2007 – 02:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 26/10/2010 – 09:20

Sources : Sources : Isabelle Delaleu, Anne Dufour et Muriel Gaudin, « 100 réflexes pour rajeunir en beauté », éditions Leduc.

22 avril, 2011

La beauté intérieure, ça compte vraiment !

Classé dans : Psychologie (72),Santé (166) — coukie24 @ 13:47

La beauté intérieure, ça compte vraiment !

C’est même scientifiquement démontré: les personnes dont nous pensons qu’elles ont une personnalité désagréable ont tendance à nous paraître moins belles ou attirantes physiquement. Une leçon à méditer en ces temps de chirurgie esthétique…

Ce qui compte, c’est la beauté intérieure ?

« Ce qui compte, c’est la beauté intérieure ». Qui n’a pas déjà entendu ce cliché… Et qui ne s’est jamais dit, justement, que c’était un cliché sans réel fondement ? Une étude américaine vient pourtant nous prouver que les gens qui ont une « belle » personnalité nous paraissent plus beaux que les autres.

Avant/après

Les participants à cette étude, étudiants d’une université des Etats-Unis, ont été chargés de regarder des photographies de personnes du sexe opposé, et de leur donner une note selon l’attirance qu’ils éprouvaient. La première fois, cette note dépendait uniquement de l’apparence physique. Mais après avoir fait quelques exercices pour effacer au maximum les visages de leur esprit, les étudiants ont dû refaire le même exercice… avec une petite différence.

Quand on en sait plus sur la personnalité des gens

La deuxième fois, les visages étaient les mêmes mais des informations étaient données aux étudiants sur les personnalités attachées à chaque visage. Certaines personnes étaient décrites comme généreuses, gentilles, drôles, intelligentes ou autres, tandis que d’autres héritaient d’une personnalité agressive, instable, cruelle, injuste, ou malpolie. Pour une troisième série de visages, la personnalité restait un mystère. En écoutant ces informations, les étudiants devaient à nouveau noter les visages, selon leur attractivité mais aussi le fait qu’ils étaient désirables comme amis ou comme amoureux.

Les opinions se modifient

Le résultat de l’étude : le fait d’avoir une information sur la personnalité de quelqu’un modifie ce que nous pensons de son apparence. On pouvait s’attendre, en toute logique, à ce que les éléments de personnalité aient un impact sur l’envie que les étudiants avaient d’être amis avec la personne montrée. Mais les résultats de l’étude montrent bien que c’est la perception de la beauté physique qui est modifiée ! Les personnes qui n’étaient pas jugées très attirantes au début pouvaient gagner des places si leur personnalité était décrite comme positive. Et à l’inverse, les prix de beauté avec de gros défauts perdaient du terrain.

Si vous avez envie d’améliorer votre apparence, considérez donc la possibilité de travailler votre personnalité au moins autant que votre physique….

Article publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 16/02/2011 – 16:40

Sources : Personality goes a long way: the malleability of opposite-sex physical attractiveness. Gary W. Lewandowski Jr, Arthur Aron, Julie Gee. Personal relationships, Vol. 14, Issue 4, Dec.2007. Webmd.co

celebrityimageaudreyhepburn227822.jpg   audreyhepburn2.jpg   audreyhepburn.jpg

Certaines paroles ou images que nous recevons sur Internet nous touchent parfois vraiment. Récemment, pour moi, il s’agissait de phrases d’Audrey Hepburn et de photos de son visage – de sa jeunesse éclatante au rayonnement de ses années de femme mûre. Enfant, elle avait failli mourir de faim dans les Pays-Bas dévastés de l’après-guerre et avait été sauvée grâce à l’aide aux réfugiés des Nations unies. A la fin de sa vie, à la question : « Quels sont vos secrets de beauté ? », elle répondait avec grâce : « Pour avoir de beaux yeux, cherchez des personnes généreuses » ; « Pour avoir une silhouette fine, partagez votre repas avec quelqu’un qui a faim » ; « Pour avoir de beaux cheveux, laissez un enfant y passer ses doigts » ; « Les gens, encore plus que les choses, ont besoin d’être rétablis, ravivés, récupérés et pardonnés ; ne rejetez jamais quelqu’un » ; « La beauté d’une femme n’est pas l’esthétique de son visage mais se reflète dans son âme.

Evocation de David Servan-Schreiber,

David Servan-Schreiber est psychiatre. Auteur de Guérir (Pocket, 2005) et d’Anticancer (Robert Laffont, 2007), il a fondé et dirigé un centre de médecine intégrative à l’université de Pittsburgh, aux États-Unis.

4 avril, 2011

Ventre gonflé : quand ça ballonne…

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:54

Ventre gonflé : quand ça ballonne...

Avoir le ventre gonflé après un repas est une sensation très désagréable et encore plus lorsque l’accumulation de gaz dans les intestins donne lieu à des émissions… peu appréciées.

Vous avez des ballonnements ? Le ventre gonflé ?

En cause ? La nervosité, le stress, des repas trop vite avalés mais aussi l’absorption d’aliments propices à la fermentation et qui libèrent des gaz en quantité abondante. C’est le cas notamment des hydrates de carbone (pâtes, céréales) riches en sucre et en amidon, des légumes secs, du chou, du poivron et les crudités en général. Par ailleurs, chaque déglutition s’accompagne d’ingestion d’une certaine quantité d’air. Rien de plus normal. Mais lorsque celle-ci est excessive, notamment chez les adeptes du « fast-food » qui oublient de mastiquer, l’estomac se dilate anormalement et provoque une sensation de lourdeur.

Ventre et ballonnements : astuces anti-gonflette

Si vous êtes particulièrement sensible aux ballonnements, le mieux évidemment est de réduire ou de supprimer les aliments susceptibles de les provoquer. Évidemment, pas question de se priver de légumes, mais vous pouvez limiter les crudités et privilégier les légumes cuits. Dans tous les cas, évitez les fritures et autres plats très gras, et les épices. Mangez dans le calme, à petites bouchées et ne parlez pas la bouche pleine. Question d’éducation mais surtout de physiologie : il s’agit d’éviter de brasser de l’air. Enfin, pour éviter d’avoir un ventre à géométrie variable, buvez beaucoup d’eau, de préférence en dehors des repas, mais évitez les boissons gazeuses et l’alcool, et ne mâchez pas de chewing-gum.

Si ces conseils ne suffisent pas, vous pouvez avoir recours à des granulés de charbon afin d’absorber l’air en excès.

Autre solution : vous refaire une flore intestinale en mangeant des yaourts et autres produits laitiers fermentés. On trouve également ces ferments lactiques sous forme de compléments alimentaires.

Par ailleurs, des tisanes à base de basilic, de cumin, de fenouil (vous pouvez croquer quelques graines à la fin du repas) peuvent également avoir un effet bénéfique.

Article publié par Genovefa Etienne, journaliste santé le 14/10/2005 – 01:00
Mis à jour par
Isabelle Eustache le 08/03/2011 – 15:22

29 mars, 2011

L’eau : faut-il vraiment en boire un litre ½ par jour ?

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:33

L'eau : faut-il vraiment en boire un litre ½ par jour ? dans Santé (166) 5580_0

Nous avons toujours besoin de beaucoup d’eau quelle que soit la saison. Mais l’eau ne se trouve pas seulement dans les boissons. Alors, quelle quantité d’eau faut-il vraiment boire ?

Boire un litre et demi d’eau ?

Le dogme du litre et même du litre et demi d’eau quotidienne est bien ancré dans nos têtes grâce aux multiples campagnes de toutes sortes serinées depuis des dizaines d’années. D’ailleurs, la majorité des bouteilles d’eau en contient 1 litre ½ , ce qui est censé être notre ration quotidienne.

Ce grand principe a été remis en question l’an dernier dans une étude publiée par des chercheurs américains de l’Université de Pennsylvanie et qui fit grand bruit. Ils affirmaient en effet que boire une bouteille d’eau ne servait à rien et en tout cas pas à mieux éliminer les toxines. Quelle que soit la quantité d’eau absorbée, celles-ci étaient de toutes façons virées par les reins.

Il leur fut répliqué alors, via d’habiles campagnes publicitaires des marchands d’eau en bouteilles, que le litre et demi d’eau quotidien était bel et bien nécessaire. Personne ne prit la peine de rappeler cette évidence : les besoins en eau sont variables d’une personne à l’autre, selon ses dépenses énergétiques, son alimentation et les saisons.

Besoins en eau : 1 ml par calorie

Nous avons besoin de 1 ml d’eau pour chaque calorie que nous dépensons. Lorsque nos dépenses énergétiques sont de 2000 calories (moyenne féminine), c’est 2 litres d’eau qui nous sont nécessaires. Lorsqu’il s’élèvent à 2500 calories (moyenne masculine), il faut alors 2,5 litres d’eau. Mais il n’est pas nécessaire pour autant d’en boire 2 ou 2,5 litres car nous mangeons de l’eau à chaque repas.

Tous les aliments contiennent de l’eau

Tous les aliments, sauf le sucre et l’huile, contiennent de l’eau. Les fruits et les légumes en sont les plus riches : 90 % en moyenne.

Quand nous mangeons les bonnes quantités de fruits (300 g) et de légumes (500 g) quotidiennes, voilà déjà bien plus d’un demi-litre d’eau (700 g environ) engrangé. Et lorsqu’une partie des légumes est transformé en soupe, cela fait encore plus d’eau !
Il y a aussi de l’eau dans tous les produits laitiers (50 à 85 %), dans les viandes et les poissons (60 à 80%), dans les pâtes, le riz et les autres céréales (on les cuit dans de l’eau qu’ils absorbent !).

Tout cela fait que nous arrivons largement à manger plus d’un litre d’eau chaque jour. Sauf si l’on fait l’impasse sur les fruits et les légumes (ce qui est très mauvais pour la santé !), on peut estimer que nous mangeons 1,5 litre d’eau chaque jour. Quand les besoins en eau sont de 2 litres, cela ne fait plus qu’un demi-litre à boire !
Et quand on ajoute à cela le bol (25 cl en moyenne) de lait ou de café ou de thé du matin, les autres thés ou cafés dans la journée, il ne nous reste même pas un quart de litre d’eau pure à ingurgiter ! Si par malheur nous sommes consommateurs de boissons sucrées, alors on n’a plus du tout besoin d’eau pure, mais nous fichons en l’air – faut-il le rappeler ? – notre équilibre alimentaire.

Chaleur, climatisation et sel augment les besoins en eau

En hiver, nous vivons souvent dans une atmosphère surchauffée. Nous sommes très couverts. Tout cela nous fait insidieusement transpirer et augmente donc nos besoins en eau. Il est donc nécessaire de boire plus et de préférence de l’eau pure car si nous nous désaltérons avec des cafés et des thés, nous majorons notre dose de caféine, et ce n’est pas vraiment bénéfique pour notre système nerveux. En plus, la caféine suscite une rapide envie de pipi, ce qui induit alors un cercle vicieux qui peut devenir déshydratant.

Sel et eau sont liés dans notre organisme. Lorsque l’on mange quelque chose de très salé, le besoin en eau se fait assez vite sentir dans les heures suivantes tout simplement par la soif qui donne alors envie d’un bon grand verre d’eau bien désaltérant !

Selon les jours, les circonstances climatiques, l’alimentation, les besoins en eau pure sont finalement très variables.

Article publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 08/02/2010 – 01:00

 

18 janvier, 2011

Pourquoi certaines femmes ont-elles un gros ventre ? …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 14:04

Pourquoi certaines femmes ont-elles un gros ventre ?

Pourquoi certaines femmes ont-elles un gros ventre ? ... dans Santé (166) ventre

Un petit ventre bien plat, nous en rêvons toutes ! Hélas, ce n’est pas donné à tout le monde et le risque d’avoir un gros ventre augmente avec l’âge. Au minimum, trouvons l’explication et concentrons-nous sur les solutions adaptées.

  • Gros ventre : et si c’était un coup de la génétique ?
  • Gros ventre, attention à la ménopause !
  • La constipation augmente le risque d’avoir un gros ventre
  • La sédentarité donne du ventre

Gros ventre : et si c’était un coup de la génétique ?

Il existe deux types de morphologie, gynoïde et androïde. La première est typiquement féminine : les cellules graisseuses ont tendance à s’accumuler au niveau des jambes, des cuisses et des fesses. Le type androïde est inversement masculin, avec pour localisation préférentielle le ventre. Entre les deux, tout est possible. Autrement dit les femmes ont une morphologie plus ou moins gynoïde, dictée par leur hérédité. C’est ainsi que certaines femmes ont tendance à prendre du ventre alors que d’autres non.

Gros ventre, attention à la ménopause !

Avec l’arrêt de la sécrétion hormonale au moment de la ménopause, la morphologie des femmes se modifie, passant d’une silhouette gynoïde à androïde. Autrement dit, la répartition des graisses se modifie, passant des cuisses au ventre. C’est ainsi que les femmes ménopausées qui prennent un peu de rondeurs grossissent plutôt du ventre, tandis qu’elles s’affinent des jambes.

Les femmes qui prennent un traitement hormonal substitutif de la ménopause conserveront une morphologie gynoïde. Mais les autres doivent faire attention, car prendre du ventre constitue un facteur de risque cardiovasculaire. Veillez à ne pas dépasser 88 cm de tour de taille (et 102 cm pour les hommes) !

La constipation augmente le risque d’avoir un gros ventre

La constipation est un trouble digestif très fréquent chez les femmes, qui accroît les risques de ballonnements et de gonflement du ventre. Donc pour garder un ventre plat, il est impératif de lutter contre la constipation.

Voici les bases :

Buvez beaucoup d’eau tout au long de la journée. En revanche, évitez les boissons gazeuses et l’alcool. Augmentez la part des fruits et légumes cuits riches en fibres (haricots verts, salades, prunes, pruneaux…), mais limitez les crudités. Évitez les aliments gras (viennoiseries, plats en sauce, fritures…). Évitez également les sucres rapides (sucreries, desserts, pain blanc) et privilégiez les sucres lents, idéalement les céréales complètes.

La sédentarité donne du ventre

Sans muscles abdominaux suffisants, le ventre n’est pas maintenu, pouvant donner une impression de gros ventre. Une seule solution, lutter contre la sédentarité et faire de l’exercice physique très régulièrement et toute sa vie. Selon son âge et ses possibilités physiques : marche, vélo, natation, gymnastique…

Sinon, à tout âge, il existe des exercices pour renforcer ses abdominaux. Une petite séance quotidienne de 10 minutes est très efficace !

Au final, rien n’est inéluctable. On peut lutter contre une tendance androgyne ne serait-ce qu’en faisant du sport et grâce à l’alimentation (lutte contre la constipation et la prise de poids, voire une petite diminution régulière de la quantité de calories ingérées puisqu’avec l’âge, les besoins caloriques diminuent progressivement !).

Article publié par Isabelle Eustache le 07/01/2011 – 12:08

Sources : Institut Moncey

vsx6dkah.jpg

10 décembre, 2010

La luminothérapie, contre la dépression saisonnière

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 9:02

La luminothérapie, contre la dépression saisonnière

La luminothérapie, contre la dépression saisonnière dans Santé (166) 4361_1

Les petites dépressions saisonnières sont fréquentes et pas forcément signe de troubles importants. La baisse de moral est souvent liée au simple fait que votre organisme souffre de carence en soleil ! S’il est rarement possible de s’exiler six mois sous les Tropiques, il existe un moyen de combattre ces troubles passagers : la luminothérapie. Le point avec Gérard Pons, président de l’Association française de luminothérapie.

La luminothérapie, un coup de pouce au moral

La luminothérapie est une méthode qui utilise la lumière pour traiter des problèmes de déprime saisonnière liée au manque de soleil (l’organisme sécrète alors davantage de mélatonine, une substance somnifère qui rend donc apathique) ou au décalage horaire, car la lumière est différente. « Ces dépressions saisonnières, explique Gérard Pons, sont communément appelées SAD (Seasonal Affective Disorder) ou DHS (déprime saisonnière hivernale) ou encore TAS (Troubles affectifs saisonniers). Les symptômes du SAD sont entre autres la déprime, la dépression, l’impuissance, la diminution d’activité, la prise de poids, l’envie de sucreries, les maux de tête ou l’irritabilité. » La luminothérapie, pratiquée notamment chez le médecin, consiste donc à exposer le patient à une lumière qui restitue le déficit en soleil. L’organisme cesse alors de sécréter la mélatonine et le patient se sent moins las.

Un procédé nullement récent…

« Cela fait plus de 2000 ans que l’on connaît les effets de la lumière, poursuit Gérard Pons. Il suffit de se rappeler le culte voué au soleil par les Mayas ou les Aztèques. Plus récemment, au XIXe ou XXe siècle, on envoyait les gens riches en cure en Italie pour des bains de soleil ! » La luminothérapie en tant que telle n’existe cependant que depuis une quinzaine d’années. « C’est un éminent chercheur sud-africain, N. Rosenthal, qui a mis en évidence le symptôme de déprime saisonnière et en a cherché les remèdes », souligne Gérard Pons. Depuis, d’autres chercheurs, notamment américains, canadiens et scandinaves se sont penchés sur la question… pour mettre au point des lampes qui diffusent la lumière adéquate.

Mieux vaut prévenir que guérir

Avant que la mauvaise saison n’arrive, quelques séances de luminothérapie chez le médecin peuvent prévenir ces déprimes. « Evidemment, souligne Gérard Pons, les gens très sujets à la dépression saisonnière peuvent faire des rechutes. Il convient donc de refaire quelques séances ou d’équiper sa propre maison de lampes adéquates. » Une technique qui peut aussi se révéler très utile pour les personnes qui travaillent de nuit et ne voient pas la lumière du jour

Le conseil e-sante : choisissez un appareil qui émet dans les 10.000 Lux minimum.

En savoir plus

Centre européen d’information sur la luminothérapie, Pôle 2000, 07130 Saint-Péray, tél : 04 75 81 85 40 ; Site Internet : www.luminotherapy.com 

4 novembre, 2010

Les bienfaits de la chaleur …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 19:42

Les bienfaits de la chaleur ... dans Santé (166) 3563_1

Les bienfaits de la chaleur

La chaleur est bénéfique, car en dilatant les vaisseaux sanguins, elle favorise la circulation sanguine et donc le transport de l’oxygène et des substances nutritives dans les cellules musculaires. De même, les toxines naturellement produites par les muscles sont plus facilement évacuées. Mais surtout, « la chaleur décontracte les muscles et procure un mieux-être ». Comme les douleurs musculaires sont généralement dues au stress et au travail statique et répétitif, elles s’en trouvent soulagées. Ensuite, il est conseillé d’amplifier cet effet de la chaleur par un massage.

Comment appliquer la chaleur ?

On peut tout simplement utiliser chez soi son sèche-cheveux ou se procurer en pharmacie un appareil de massage utilisant les infra-rouges. Ou encore, appliquer des poches ou patch spéciaux diffusant de la chaleur pendant une huitaine d’heures.

Où appliquer la chaleur ?

Dans le bas du dos et sur toutes douleurs localisées dans le triangle du dos : épaules, nuque et vertèbres. Toutefois, la chaleur soulagera aussi efficacement d’autres douleurs comme les crampes ou les courbatures.

Mais alors quand faut-il recourir à la glace ?

Sur une inflammation (aspect gonflé et enflammé, c’est-à-dire rouge et chaud), comme c’est le cas d’une entorse ou d’une tendinite. Toutefois attention, les douleurs qui deviennent chroniques doivent être apaisées par de la chaleur. C’est le cas par exemple d’une tendinite se transformant en tennis-elbow. A savoir aussi que si une personne applique de la glace sur son torticolis par exemple, et qu’elle grelotte, c’est que la chaleur lui serait préférable.

A lire

« Rhumatismes, un mal de saison ? », Jacqueline Tarkiel, Editions Delville Santé.

Article publié par Isabelle Eustache le 26/04/2005 02:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 02/11/2010 15:38

Sources :  » Rhumatismes, un mal de saison ? « , Jacqueline Tarkiel, éditions Delville Santé.

21 octobre, 2010

Quels sont les plantes, les épices et les aliments anti-âge ?

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 14:19

Quels sont les plantes, les épices et les aliments anti-âge ? dans Santé (166) 946_1

Contre le vieillissement de l’organisme, il existe des plantes, des aliments et des épices qui ont de grandes propriétés antioxydantes. Quels sont les plus antioxydants ?

Les aliments et les plantes peuvent agir de deux façons. Ils sont eux-mêmes riches en antioxydants ou bien ils aident notre propre système antioxydant interne. Rappelons que les antioxydants sont des molécules qui, apportées par notre alimentation, sont également produites par l’organisme. Elles aident à lutter contre les radicaux libres, des molécules qui accélèrent le vieillissement. Les mettre régulièrement au menu est une excellente façon de lutter contre le vieillissement.

Les trois plantes les plus antioxydantes

Thé
Ginkgo biloda
Ginseng

Les aliments les plus antioxydants

Pruneau, prune
Raisin sec, raisin noir
Myrtille, mûre, framboise, fraise, cerise
Kiwi
Pamplemousse rose
Ail
Chou frisé, chou de Bruxelles
Épinard
Brocoli
Betterave
Poivron rouge
Oignon

Les épices les plus antioxydantes

Gingembre
Curcuma
Poivre noir
Muscade
Vanille

Précisons que ces aliments, épices et plantes, aussi bénéfiques soient-ils, doivent accompagner une alimentation variée et équilibrée. Pas question de manger à l’excès des pruneaux et des épinards, et de négliger les autres aliments.

Article publié par Isabelle Eustache le 20/08/2007 02:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 21/10/2010 14:57

Sources : Sources : Isabelle Delaleu, Anne Dufour et Muriel Gaudin, « 100 réflexes pour rajeunir en beauté », éditions Leduc.

1 octobre, 2010

Conseils pratiques pour prévenir la déprime…

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:42

Conseils pratiques pour prévenir la déprime... dans Santé (166) 4369

En France, une personne sur 5 connaît un jour un épisode dépressif. C’est beaucoup. Mais sans être dépressif, tout le monde peut passer par des moments de déprime, où le moral baisse dangereusement. Si nous ne nous laissons pas tous couler, c’est que, sans en avoir parfois conscience, nous mettons en place des stratégies de prévention.

Comment prévenir la déprime ?

Pour prévenir une déprime, il y a d’abord les attitudes à éviter…
Les stimulants sont néfastes : fumer une cigarette, boire un verre, manger une barre de sucreries, peut sembler donner un coup de pouce. Et c’est bien le cas, mais de manière très fugace. Quelques heures plus tard, la baisse de moral revient, bien plus basse qu’elle ne le serait si l’on n’avait pas usé de stimulant artificiel. Au total, les drogues, les excitants, loin d’aider à remonter la pente, vous entraînent encore plus bas.

Contre la déprimer il y a des attitudes à favoriser :

Augmentez votre dépense physique. Si vous avez le blues, difficile de vous conseiller une heure de footing par jour. Mais sachez que même un tout petit exercice sera extrêmement bénéfique. Allez par exemple marcher 10 minutes. C’est très peu, mais déjà positif… même si vous le faites à l’intérieur, chez vous ! Vous en ressentirez les bienfaits pendant au moins deux heures. Prenez l’air. Ne restez pas enfermé, allez vous asseoir sur un banc dans un jardin public, jardinez, marchez ou même ouvrez la fenêtre et prenez l’air. Vous gagnerez en lumière, en oxygène, et ça fera du bien à votre moral.
Donc, l’idéal est de marcher dehors, dans un endroit où vous êtes entouré de nature !

Prenez soin de vous. Toilette, maquillage, parfum, douche, vêtements seyants, chouchoutez-vous. Cela paraît être de toutes petites choses. Et pourtant, la manière dont vous traitez votre corps est à l’image de la valeur que vous lui donnez. Il est très précieux et mérite le meilleur. Plus vous en prendrez soin, plus il aura de valeur positive à vos yeux. Pensez à vous offrir un gel douche délicieusement parfumé, une brosse à dents neuve, une nouvelle lime à ongles…

Respirez avec une grande amplitude. C’est un exercice minimal de relaxation à faire au moins une dizaine de fois par jour. Cela détend, apaise. Et cela ne vous prend guère de temps !

Donnez-vous du temps de contact agréable. Souriez à la caissière, remerciez la personne qui vous a tenu la porte, téléphonez à des amis, rencontrez vos proches, rendez-leur service ou demandez-leur un service… Chaque contact humain positif vous fait du bien au moral. Alors, cultivez-les volontairement.

Organisez l’espace autour de vous. Votre environnement doit être plaisant pour vous aider à aller vers des idées et une vie plaisante. Offrez-vous une plante, de jolies bougies, un tableau ou faites pousser un bulbe de tulipe, changez un peu l’ordonnance des meubles, choisissez une couleur gaie pour votre housse de couette, vos oreillers…

Contre la déprime : faites-vous du bien

Et puis, pensez à tout ce qui vous fait du bien à vous personnellement qui n’est peut-être pas superposable à quelqu’un d’autre. Une balade en forêt, un bon film au cinéclub, un roman policier, un spectacle comique, une visite au musée d’art moderne, un délire entre amis, faire les magasins, bricoler, jardiner, etc. Au total, avant de penser aux grands changements pour vous sentir mieux, commencez par les tout petits pas. Ils vous permettront d’en faire de plus grands ensuite.

Article publié par Dr Catherine Solano – médecin sexologue le 08/01/2007

Comment (bien) se couper l’appétit pour maigrir

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 11:36

Comment (bien) se couper l’appétit pour maigrir dans Santé (166) maigrir

Il n’y a pas photo. Quand on grossit, c’est que l’on absorbe plus de calories que l’on en dépense. Comment faire pour avoir moins d’appétit et donc moins manger sans tomber dans le piège des coupe-faim dangereux ?

« On est foutu, on mange trop »

« Tous empâtés, patauds, par les pâtés, les gâteaux, ankylosés, soumis sous les kilos de calories, on est foutu, on mange trop » chantait Alain Souchon en 1979, sans savoir alors – l’obésité étant encore rare à l’époque, du moins en France – que sa chanson était vraiment prémonitoire.

Trente ans plus tard, la « malbouffe » est de rigueur sur une grande partie de la planète et l’obésité est devenue une épidémie. On mange trop de gras, trop de sucre, le refrain est connu, qui rejoint « les pâtés, les gâteaux » de Souchon !

C’est ce que l’on a un appétit particulier pour le gras : c’est doux au palais, c’est moelleux, ça fait du bien, ça procure du plaisir : une frite, c’est plus agréable qu’une patate à l’eau !

Et quand ce gras est en même temps sucré, le plaisir s’en trouve décuplé. Tout une chimie se met en route dans notre tête, notre cerveau secrète des molécules particulières, les endorphines, qui procurent une sensation de plaisir, de bien-être. En fait, on se shoote au gras/sucré.

Faut-il éliminer tout ce qui est gras et sucré ? Certainement pas ! On ne va pas se priver de ce plaisir. Mais il faut trouver le moyen de manger moins, soit jamais au-delà de son appétit.

Écouter son appétit

Dans notre cerveau, un centre de contrôle de l’appétit est installé. A chaque bouchée avalée, des infos lui sont envoyées qui lui indiquent les doses de gras, de sucre, de protéines, de calories qu’elle contient. Il reçoit aussi celles de l’estomac au fur et à mesure de son remplissage.

Ce Bison futé de notre alimentation se tient tranquille tant que ces doses sont nécessaires et que l’estomac n’est pas rempli. Puis il envoie peu à peu des messages de ralentissement et de « stop » qui se traduisent par une diminution de l’appétit : au fur et à mesure du repas, on a de moins en moins envie de manger.

Vous adorez la blanquette de veau et vous vous en êtes servi une grande assiette ? Si vous avez atteint votre quota de calories avant de l’avoir terminée, ce qui reste vous paraîtra beaucoup moins bon et vous n’aurez pas envie de la terminer. Sauf en vous forçant à manger encore, ce qui vous fait absorber alors des calories dont vous n’avez pas besoin et qui vont augmenter le stock de graisse de vos fesses et de vos cuisses.

Du pain au début du repas

Si, avant de vous mettre à table ou dès que vous y êtes assise, vous prenez le temps de manger tranquillement un morceau de pain, en le mâchant bien, en avalant chaque bouchée quand elle est vraiment en bouillie, votre Bison futé alimentaire reçoit l’info « glucides ». Et il déclenche le processus d’enregistrement des données. Ce qui va faire remonter votre glycémie et diminuer votre appétit. Vous aurez moins faim et vous mangerez moins ensuite.

Un jus de tomate en apéritif

Le jus de tomate, bien épais, a l’heureux pouvoir d’occuper un estomac vide et ainsi de diminuer considérablement l’appétit.

Garnissez votre frigo de petites boîtes ou d’un pack de ce jus et prenez-en un verre avant de vous mettre à table, ou bien quand vous préparez le repas, que la faim vous hante et que vous êtes sur le point de craquer pour une tranche de saucisson ou un morceau de pâté.

Quand vous recevez des amis, mettez du jus de tomate en option pour l’apéritif. Prenez-en un verre avant de partir quand vous êtes invité quelque part.

Grâce à ce coupe-faim complètement naturel, vous absorberez en plus une bonne dose d’antioxydants ! La tomate en est riche et ça sera tout bon pour vos artères et votre peau.

Buvez en mangeant

De l’eau, bien sûr. Plus vous boirez en mangeant, plus vous remplirez votre estomac. Comme la sensation de réplétion intervient aussi dans l’appétit, celui-ci diminuera d’autant plus vite. L’eau est un très bon coupe-faim.

Des légumes en entrée

Les légumes apportent un peu de glucides, pas du tout de lipides, pas mal de fibres et très peu de calories. Ils sont des ralentisseurs d’appétit remarquables.

Si vous démarrez vos dîners avec une soupe de légumes, vous êtes certaine de manger moins ensuite car vous aurez ainsi rempli une partie de votre estomac.

Pour les déjeuners, la bonne solution c’est une salade verte : avec peu d’huile sinon vous emmagasinerez trop de lipides (gras).

La saison de la mâche arrive. Cette plante moelleuse est d’une richesse fantastique en vitamines, sels minéraux et oméga 3. Faites l’expérience un jour de démarrer un de vos déjeuners avec elle. Vous verrez qu’elle vous coupera en grande partie l’appétit.

Variez ces entrées coupe-faim : carottes râpées, dés de concombre au yaourt, tomates au basilic, poireaux vinaigrette, crudités mélangées, pamplemousse, tout cela est vite préparé, plein de vitamines, de sels minéraux, de fibres.

La seule à éviter, c’est le céleri rémoulade. Certes, il va bien vous couper l’appétit mais sa sauce est tellement chargée en gras que vous n’en tirerez aucun bénéfice côté poids !

Buvez en mangeant

De l’eau, bien sûr. Plus vous boirez en mangeant, plus vous remplirez votre estomac. Comme la sensation de réplétion intervient aussi dans l’appétit, celui-ci diminuera d’autant plus vite. L’eau est un très bon coupe-faim.

Des légumes en entrée

Les légumes apportent un peu de glucides, pas du tout de lipides, pas mal de fibres et très peu de calories. Ils sont des ralentisseurs d’appétit remarquables.

Si vous démarrez vos dîners avec une soupe de légumes, vous êtes certaine de manger moins ensuite car vous aurez ainsi rempli une partie de votre estomac.

Pour les déjeuners, la bonne solution c’est une salade verte : avec peu d’huile sinon vous emmagasinerez trop de lipides (gras).

La saison de la mâche arrive. Cette plante moelleuse est d’une richesse fantastique en vitamines, sels minéraux et oméga 3. Faites l’expérience un jour de démarrer un de vos déjeuners avec elle. Vous verrez qu’elle vous coupera en grande partie l’appétit.

Variez ces entrées coupe-faim : carottes râpées, dés de concombre au yaourt, tomates au basilic, poireaux vinaigrette, crudités mélangées, pamplemousse, tout cela est vite préparé, plein de vitamines, de sels minéraux, de fibres.

La seule à éviter, c’est le céleri rémoulade. Certes, il va bien vous couper l’appétit mais sa sauce est tellement chargée en gras que vous n’en tirerez aucun bénéfice côté poids !

Pomme et œuf dur

Vous avez une fringale ? Au lieu de vous précipiter sur une dangereuse barre chocolatée ou des biscuits forcément gras, mangez une pomme ou un œuf dur.

La première vous apporte plein de fibres et de sels minéraux, le second des protéines. L’un et l’autre peu de calories.

Les deux s’installent dans votre estomac qui vous laissera alors tranquille pour un bon moment, le temps de les digérer. On peut difficilement trouver mieux comme coupe-faim au milieu de la matinée ou de l’après-midi. D’autant plus qu’ils sont faciles d’emploi.

Si vous êtes de celles qui zappez en partie le petit déjeuner et qui êtes inévitablement victime d’une abominable fringale dans la matinée, emportez un œuf dur dans votre sac.

Et qu’est-ce qui vous empêche d’avoir toujours une ou deux pommes d’avance dans le tiroir de votre bureau ? 

Vive le dessert sucré !

En diminuant ainsi votre appétit avant ou au début de vos repas, votre Bison futé alimentaire vous dira que vous n’êtes pas encore vraiment rassasiée et qu’il y a encore une petite place pour le dessert.

Il vous apportera de douces sensations. Vous terminerez votre repas dans la béatitude glucidique sans être surchargée. Et il y a de grandes chances qu’alors, votre quota de glucides satisfait, vous n’ayez nulle envie de grignoter ensuite un truc sucré dans l’après-midi ou dans la soirée en regardant la télé ! 

C’est ainsi qu’en employant les bons coupe-faim, vous avez de grandes chances de ne plus manger au-delà de vos besoins énergétiques et de maigrir. Surtout si vous marchez régulièrement tous les jours et que vous augmentez ainsi ces derniers.

Article publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 27/09/2010 16:06

18 septembre, 2010

8 consignes alimentaires pour renforcer sa mémoire …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 7:30

8 consignes alimentaires pour renforcer sa mémoire

memoirealiment.jpgTrous de mémoire, difficultés d’apprentissage, baisse de concentration… sont des soucis qui peuvent survenir à tout âge et plus ou moins transitoirement. L’exercice physique, l’entrainement cérébral et les activités sociales sont autant de façons d’entretenir notre mémoire, mais l’alimentation joue aussi un rôle très important.


Renforcer sa mémoire grâce à son alimentation

1. Prendre un petit-déjeuner complet. Privilégier les céréales complètes. Eviter les sucres ajoutés (sucre blanc, chocolat à tartiner, confiture…) et les aliments très gras (saucisses, fritures…). Le cerveau dispose alors de tous les éléments nutritifs et énergétiques (glucides lents) nécessaires à son fonctionnement optimal, et on évite aussi le coup de fatigue intellectuelle en fin de matinée.

2. Au déjeuner, éviter les glucides raffinés : pain blanc, riz blanc, pâtes, semoule… et aussi les pommes de terre. Privilégier les protéines (volailles, poisson…) et les légumes. Éviter également les desserts sucrés. Les sucres simples et raffinés sont rapidement assimilés par l’organisme, ce qui favorise ensuite des baisses d’attention, de concentration et des performances intellectuelles dans l’après-midi.

3. Au dîner les glucides raffinés sont autorisés. D’assimilation rapide, ils favorisent la mise au repos le soir, nécessaire au bon fonctionnement du cerveau et à la consolidation des apprentissages.

4. Eviter les repas trop copieux. Privilégier inversement les repas légers et peu caloriques. Si nécessaire faire des petites collations dans la matinée et l’après-midi (fruits frais ou secs, laitages peu sucrés…). Et pourquoi ne pas conserver son dessert du déjeuner pour la collation de l’après-midi ?

5. Manger des oméga-3 en consommant du poisson trois fois par semaine (maquereau, sardine, saumon…), mais aussi certains fruits secs comme les amandes ou les noix du brésil, et encore les huiles de colza et de noix. Les oméga-3 sont des acides gras qui entrent dans la composition de la membrane de nos neurones. C’est ainsi que les oméga-3 sont indispensables au bon fonctionnement de notre cerveau et qu’ils aident à prévenir la maladie d’Alzheimer.

6. Consommer beaucoup de fruits et de légumes. Ils apportent de bonnes doses de vitamines, dont certaines sont antioxydantes et protègent nos facultés cérébrales.

7. Le fer, qui fait souvent défaut chez les femmes, joue aussi un rôle important. C’est lui qui participe au transport de l’oxygène vers le cerveau. Les viandes rouges, les abats et le boudin noir sont des aliments riches en fer, mais on trouve également cet élément dans les mollusques, les légumes verts, les céréales et les légumineuses.

8. Enfin, la déshydratation peut être à l’origine d’une baisse de la concentration. Il faut donc veiller à boire suffisamment et régulièrement tout au long de la journée.

Les bienfaits d’une bonne hygiène alimentaire

Une bonne hygiène alimentaire nous permet donc d’entretenir notre cerveau, mais nous pouvons aussi, à tout âge, booster nos performances cérébrales en optimisant nos apports alimentaires. Et bonne nouvelle, les 8 consignes indiquées ci-dessus sont aussi excellentes pour prévenir de nombreuses maladies (pathologies cardiovasculaires, diabète, cancer…).
Isabelle Eustache
17/09/2010
Hélène Baribeau, Nutritionniste, Canada.

img1257229977419.gif

26 août, 2010

Pourquoi le soleil nous fait parfois éternuer ?

Classé dans : Culture Générale (21),Santé (166) — coukie24 @ 15:54

eternuerfleur.gif

Ce phénomène appelé le « réflexe photo-sternutatoire » est aussi connu sous le nom de « syndrome Achoo« . Il est déclenché par une brusque variation d’intensité lumineuse, comme l’exposition au Soleil après avoir quitté un endroit sombre.

La cause n’est pas clairement identifiée, mais on suppose qu’il s’agit d’un « court-circuit » entre les nerfs optiques et ceux qui relient la muqueuse nasale au cerveau. Environ une personne sur cinq en éprouve les symptômes. Ce réflexe est héréditaire et concerne surtout les personnes de descendance européenne.

Les pilotes de chasse américains sont sélectionnés pour leur insensibilité à ce phénomène.

m1b7bsd1.gif

 

24 août, 2010

Le rire, c’est bon pour la santé !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 19:49

lerire2.bmp

Dommage que les Français rient de moins en moins – dix-neuf minutes par jour en 1939, six minutes en 1983, et une seulement en 2000 – car le rire a bien des vertus prouvées… et c’est du sérieux !

Le rire, c'est bon pour la santé !

Il a toutes les vertus !

Sur le plan physique

Le rire améliore la respiration, libère des endorphines cérébrales naturellement antalgiques, stimule l’immunité et coupe court au stress. Or le stress chronique fait le lit des maladies cardiovasculaires, des cancers et des décès prématurés. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’une étude américaine (Université du Maryland à Baltimore) ait montré que le rire n’avait pas son pareil pour prévenir la survenue des maladies cardiovasculaires. Cela s’explique par le fait que le rire est un bon antidote au stress, mais aussi parce qu’il réduit la tension artérielle.Et ses bénéfices ne s’arrêtent pas là : le rire serait également capable de renforcer notre système immunitaire et d’augmenter notre tolérance à la douleur, d’où l’intérêt d’associations comme « Le Rire Médecin » à l’hôpital, en particulier dans les services où les traitements sont les plus lourds. Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant à ce que l’un des secrets des centenaires soit le fait d’avoir hérité d’une nature foncièrement optimiste : pour vivre vieux, rions gaiement !

Sur le plan psychologique

Avoir le rire facile et le sens de l’humour nous rendrait plus attirant. Car aux dires des psychologues, le rire donne du recul, mais limite notre agressivité, ce qui facilite notre intégration en société. Le rire se révèle donc un bon moyen de nouer des relations et d’échanger, si possible des pensées positives : à plusieurs, on s’entraide et on se soutient en cas de coup dur…

  Des endroits juste pour rire

Bien sûr, on peut rire à tout moment de la journée et dans des endroits très disparates. Mais pour nous aider à renouer avec cette bonne vieille pratique, des ateliers du rire sont apparus dans de nombreuses villes et de plus en plus de centres de thalassothérapie ou de thermes en proposent. Les gens stressés s’y rendent pour évacuer leurs tensions. C’est efficace et moins contraignant que les tranquillisants !Parmi les exercices proposés, tous suivent un seul objectif : nous aider à stimuler notre propre capacité à rire et à nous relaxer. Exemple : former un cercle et taper des mains en vocalisant au même rythme des  » oh oh oh  » et des  » ah ah ah « . Ou encore, lancer un ballon imaginaire déclencheur de rire chez celui qui l’attrape, etc. Il existe de nombreuses variantes, mais à partir du moment où les exercices provoquent esclaffements et détente générale, c’est gagné !

Le sens de l’humour, aussi !

lerire.jpg

Certains chercheurs ne manquent pas d’idées, comme Sven Svebak, un Norvégien qui étudie l’impact du sens de l’humour sur notre santé depuis plus de trente ans. Après avoir mesuré le sens de l’humour de quelque 53.500 Norvégiens qu’il a suivi pendant 7 ans (étude publiée dans L’international Journal of Psychiatry in Medicine), il en est arrivé à la conclusion qu’avoir un sens de l’humour amical (non agressif) diminuerait la mortalité d’au moins 20 %. A rappeler de toute urgence à nos politiques chargés de réduire le trou de la Sécurité sociale !

lerire1.jpg

Dr Philippe Presles
23/08/2010

29 juin, 2010

Le binge drinking détruit le cerveau des ados. Les jeunes et l’alcool : pour que l’insoutenable cesse !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 20:33

redacalcool00763semaine162009page4alcooletjeunes.jpg

Le binge drinking, biture express ou hyperalcoolisation rapide, abîmerait le cerveau en développement des adolescents. C’est l’hippocampe, zone cérébrale impliquée dans la mémoire, qui serait plus particulièrement touchée. Malheureusement, cette pratique délétère est de plus en plus fréquente chez les jeunes…

Biture express… L’hippocampe trinque  Le binge drinking détruit le cerveau des ados

L’hippocampe est une zone cérébrale impliquée dans la mémoire. Elle a la particularité d’être en constant remaniement, c’est ce que l’on appelle la neuroplasticité. Or cette structure est très sensible aux lésions induites par l’alcool. Chez des rats adultes, il a même été montré que l’administration répétée d’alcool (type binge drinking) entraîne une réduction du volume de l’hippocampe. Cette constatation pourrait expliquer en partie les troubles de la mémoire dont souffrent les personnes alcooliques.Chez l’adolescent, alors que le cerveau est encore en cours de maturation (la maturation cérébrale dure jusqu’à 20 -25 ans), les effets délétères de l’alcool consommé dans le cadre des bitures express, pourraient être beaucoup plus conséquents.Cette étude américaine menée chez des singes en témoigne. Elle a consisté à administrer de l’alcool quotidiennement à 7 singes (3g/kg d’alcool en une heure) pendant un an. La structure de leur cerveau a ensuite été analysée après 2 mois d’abstinence totale d’alcool. On constate ainsi qu’une consommation importante et continue d’alcool altère la formation et le développement des neurones de l’hippocampe. Ces altérations étant encore visibles 2 mois après l’arrêt de la consommation d’alcool, elles sont durables, voire certainement permanentes.Ce phénomène pourrait expliquer les mémoires défaillantes, voire le ralentissement cérébral de certaines jeunes pratiquant trop régulièrement le binge drinking

Biture express : un ados sur deux

Reste à savoir combien d’ados pratiquent le binge drinking. Il semblerait que près d’un ado sur deux s’adonne à la consommation express d’alcool, défini comme la consommation de 5 verres à la même occasion… Les campagnes de préventions s’imposent.

Isabelle Eustache
28/06/2010
Taffe M.A. et coll., PNAS, juin 2010, édition accélérée en ligne.

mediaimage213839articleajust650.jpg

23 mai, 2010

4 erreurs à cumuler pour mourir jeune !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 16:49

4 erreurs à cumuler pour mourir jeune !

Résultat de recherche d'images pour "images longévité"

Certaines mauvaises habitudes peuvent vous coûter jusqu’à 12 années de vie. Des chercheurs ont réussi à calculer le nombre d’années perdues résultant du cumul de 4 défauts. Autrement dit, nous savons quelles sont les 4 erreurs à ne pas cumuler pour augmenter notre longévité d’une bonne dizaine d’années…

Les comportements à éviter

L’expérience a été longue, très longue, mais le protocole extrêmement simple.

5.000 Britanniques âgés de plus de 18 ans ont été recrutés à partir de 1984 et suivis durant 20 ans.

Un score de santé de 0 à 4 a été attribué à chaque candidat selon le schéma suivant :

- 1 point en cas de tabagisme.

- 1 point en cas de consommation excessive d’alcool (plus de 14 verres par semaine pour les femmes et plus de 21 pour les hommes).

- 1 point pour une alimentation insuffisante en fruits et légumes (moins de 3 portions de fruits et légumes par jour).

- 1 point en cas de sédentarité (moins de 2 heures d’activité physique par semaine).

La courbe de mortalité a ensuite été établie puis mise en relation avec le score de santé.

Au total, 1.080 participants sont décédés, 430 de maladies cardiovasculaires, 320 de cancers et 330 d’autres causes.

Par rapport aux personnes qui n’ont adopté aucune des 4 mauvaises habitudes citées ci-dessus (score de santé : 0 point), le risque de mortalité sur 20 ans est augmenté de :

+ 85% avec un score de 1 point.

+ 123% avec 2 points.

+ 176% avec 3 points.

+ 249% avec 4 points.

Après un savant calcul, les chercheurs en arrivent à la conclusion que les personnes qui cumulent les 4 mauvaises habitudes perdent 12 années de vie.

Alors comment mettre toutes les chances de mon côté pour un vieillissement réussi et gagner 12 années de vie en forme ?
J’arrête de fumer, je limite ma consommation d’alcool, je mange des fruits et des légumes à tous les repas, et je me bouge tous les jours.

Plus vous vous rapprocherez de ces 4 comportements bénéfiques pour votre santé, plus vous augmenterez votre durée de vie.

4444614.jpg

Isabelle Eustache
10/05/2010

8 avril, 2010

La générosité rend plus heureux …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 17:08

generosite1.jpgLa générosité rend plus heureux ! 

Nous avons tous envie d’être mieux dans notre peau. L’un des éléments qui nous en empêche, c’est notre propension à nous pencher sur le négatif des gens qui nous entourent. On râle, on s’énerve, on rumine… et au lieu d’aller mieux, on se sent moins bien. Et si on changeait d’attitude ?


Observez la générosité de vos proches envers vous !

Les autres, votre famille, vos collègues de travail vous rendent des services. Ils font preuve de générosité, de gentillesse, d’altruisme à votre égard. Une personne vous sourit en vous disant bonjour et vous demande si ça va mieux. Elle s’intéresse à votre santé et se rappelle que vous avez eu une gastro. Quelle gentillesse ! Elle a pourtant sans doute ses soucis. Mais un petit coin de son esprit fait preuve d’empathie à votre égard.Dans le train, quelqu’un vous propose de vous aider à monter vos bagages. Il n’était pas obligé de le faire, et il n’attend rien en retour. La générosité à l’état pur. Un commerçant au marché vous dit :  » non, c’est bon  » et vous gagnez 20 centimes d’euros. Pas grand-chose ? Peut-être, mais c’est un geste amical. Si vous êtes attentif, vous verrez beaucoup de gestes porteurs de générosité. Envers vous et envers d’autres. Une personne se lève pour laisser la place à une personne âgée. Quelqu’un dit  » Madame, vous avez oublié votre parapluie  » et vous évite de vous apercevoir qu’une fois de plus, vous l’avez perdu.Apprenez à tourner votre esprit vers ce qui est beau chez les autres et votre regard sur l’humanité vous rendra plus heureux…

 

 

Observez la générosité sociale

De la part de personnes que vous ne connaissez pas, vous recevez pourtant beaucoup. Quelqu’un a pensé comment organiser le disque dur de votre ordinateur. Quelqu’un l’a fabriqué. Idem pour la voiture avec laquelle vous circulez, le train. Les panneaux indicateurs sur les routes faits pour vous aider à trouver votre chemin… Et ce joli jardin devant lequel vous passez le matin, quelqu’un l’a planté, le cultive avec amour. Et tout cela, vous en bénéficiez. Soyez un réceptacle de tout ce qui vous est donné.

Appréciez la générosité de la nature envers vous

L’air que vous respirez, c’est un cadeau de la vie. Les arbres qui poussent, les fleurs, les plantes, ce sont elles qui fabriquent l’oxygène que vous respirez. L’eau qui coule et qui vous désaltère. Les fruits que vous mangez, plein de vitamines, d’antioxydants bénéfiques pour votre corps. La nourriture que vous avez la chance d’avoir dans votre assiette… Un paysage de montagne, de campagne ou du bord de mer.

 

Soyez conscient de la générosité des générations passées

Vos parents, vos grands-parents vous ont beaucoup donné. Centrez-vous seulement sur cela et non sur leurs défauts (même énormes !). Ils vous ont donné votre patrimoine génétique, certes, mais plus encore. Une éducation ? Un idéal ? Des connaissances ? Une confiance en la vie ? Et bien d’autres choses que vous connaissez.

Allez vers les autres avec votre générosité

Vous pouvez vous contenter d’observer la générosité et l’apprécier. Mais vous pouvez faire nettement mieux, la provoquer. Si vous faites un geste pour l’autre, il vous remercie souvent, ne serait-ce que d’un sourire ou d’une parole. Vous tenez la porte à une personne âgée ? Sentez son plaisir de comprendre que vous la prenez en compte. Vous pouvez même aller plus loin que ces petits gestes quotidiens : parlez aux autres. Intéressez-vous à ce qu’ils sont. La caissière où vous allez faire vos courses ? Un petit mot :  » ça va aujourd’hui ? « ,  » vous n’avez pas trop froid à rester sans bouger ? « . Et vous créez du lien, vous vous ouvrez à l’autre. Vous vous apercevrez que même les personnes qui vous semblent fermées peuvent s’ouvrir comme des fleurs au soleil quand vous faites un tout petit pas vers elles.Si vous ouvrez régulièrement votre coeur à toutes ces générosités, elles vont progressivement prendre plus de place dans votre fonctionnement psychique, repoussant les ruminations négatives. Alors, faites volontairement cette place au positif. En quelques jours seulement, vous vous sentirez plus heureux !A lire

Un conseil de lecture :  » Prendre la vie du bon côté « , de Béatrice Millêtre, aux éditions Odile Jacob.

Dr Catherine Solano
06/04/2010

generosite.jpg

1 avril, 2010

Les coupe-faim naturels …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 18:03

                                       parlonssante1.gif

Nous rêvons tous de perdre du poids, facilement et rapidement. Sachez qu’il existe des coupe-faim naturels. Efficaces, ils ont aussi l’avantage de ne pas mettre votre santé en danger, comme c’est le cas de nombreux médicaments en vente libre en pharmacie, qui sont d’ailleurs régulièrement retirés du marché pour cause d’effets secondaires graves.
Ne vous jetez pas sur les produits miracles promettant une perte de poids rapide grâce à un effet coupe-faim. Dans l’hypothèse d’un résultat, vous mettrez aussi votre santé en danger. Regardez plutôt dans votre assiette et choisissez les aliments qui ont naturellement des propriétés coupe-faim.
 

016172v.jpg

L’eau et toutes autres boissons non sucrées

Lorsque l’on boit un grand verre d’eau, ou toutes autres boissons non sucrées, les fibres gastriques se distendent, ce qui induit une diminution de la sensation de faim. Cet effet coupe-faim s’obtient donc par un mécanisme de remplissage de l’estomac. Attention toutefois, les liquides transitent rapidement par l’estomac, d’où un effet coupe-faim de courte durée.Les soupesElles combinent l’effet rassasiant mécanique des boissons avec celui des fibres, bien connues pour leur effet coupe-faim.Les cruditésÉgalement riches en fibres, les crudités calment la sensation de faim. À noter que leur consommation demande aussi un effort important de mastication. Or la mastication, justement, contribue aux signaux de satiété.

Les fruits riches en pectines

Les pectines sont des fibres qui, dans l’estomac, forment une sorte de gel augmentant la sensation de satiété. Certains fruits procurent une satiété plus importante que d’autres. C’est par exemple le cas de la pomme. À noter que comme les crudités, les fruits demandent un effort de mastication qui renforce encore leur pouvoir satiogène.

Les aliments riches en protéines

Les aliments riches en protéines, et particulièrement la viande blanche (blanc de poulet, blanc de dinde, escalope de veau, jambon blanc) et certains poissons (thon, saumon), exercent un effet coupe-faim intéressant.

L’oeuf dur

Également riche en protéines, l’oeuf dur procure une sensation de satiété immédiate et aussi de longue durée.

Les céréales riches en glucides complexes

Les pâtes, le riz, le blé, sont des céréales riches en sucres lents qui rassasient rapidement et durablement. Si vous privilégiez les versions complètes de ces céréales, l’effet coupe-faim sera renforcé en raison d’un apport plus important en fibres.À consommer souvent, en petites portions et sans forcer sur l’ajout de matières grasses ou de sauces.Autrement dit, calmer sa faim est possible en équilibrant son alimentation à l’aide des aliments ayant un bon pouvoir satiogène. Parallèlement, on évitera le stress et on se remettra au sport !

À lire

Marie-Laure André,  » Je ne suis pas une machine à maigrir « , Éditions Hachette Pratique.Isabelle Eustache
29/03/2010

26 mars, 2010

Connaissez-vous le régime Okinawa ? C’est bon à savoir !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 14:36

doxxp30o.gifComment adapter le régime Okinawa à notre quotidien ?

Comment adapter le régime Okinawa à notre quotidien ?

C’est à Okinawa, un archipel situé au sud du Japon, que l’on dénombre le plus de centenaires. Le secret de ce record de longévité réside en grande partie dans leur façon de s’alimenter : peu calorique, riche en produits végétaux et pauvres en produits animaux. Si l’on souhaite reproduire le régime Okinawa, il nous faut trouver d’autres sources de calcium que celles apportées par les produits laitiers, lesquels sont quasiment inexistants dans le régime Okinawa.

Longévité record à Okinawa

A Okinawa, on dénombre 54 centenaires pour 100.000 habitants, contre 26 en France. Et pourtant, notre pays est déjà bien placé dans ce classement.

L’excellente longévité observée à Okinawa étant attribuée en grande partie à leur mode d’alimentation, l’adopter devrait nous permettre d’augmenter encore notre longévité.

Le régime Okinawa repose essentiellement sur une alimentation peu calorique, riche en produits végétaux (78% des aliments consommés sont d’origine végétale) et pauvre en produits animaux.

Concernant les aliments d’origine animale, le poisson est privilégié, la part de la viande est faible, tandis que les produits laitiers ne sont quasiment pas consommés.

Les produits laitiers étant des sources importantes de calcium (indispensable pour les os et pour prévenir l’ostéoporose), peut se poser la question de savoir par quoi les remplacer.

Par quoi remplacer les produits laitiers ?

De nombreux autres aliments apportent du calcium, sans avoir les inconvénients des autres composants de produits laitiers : acides gras saturés et trans, lactose (sucre mal digéré et source de problèmes digestifs), protéines (souvent incriminées dans les intolérances alimentaires), phosphore (il bloque l’absorption du magnésium).

- L’eau minérale : 500 à 600 mg de calcium par litre. Sans calorie, sans sucre, sans graisse et sans phosphore, l’eau a aussi l’avantage d’être riche en magnésium.

- Le lait de soja, à condition qu’il soit enrichi en calcium. Il est alors souvent aussi riche en calcium que le lait de vache (1.200 mg/l). Le lait de riz enrichi en calcium ou le lait d’amandes sont aussi de bonnes sources de calcium.

- Le tofu.

- Les sardines entières : elles contiennent trois fois plus de calcium que le lait, soit 360 mg/ml. Elles sont aussi riches en oméga-3.

- Tous les produits à base d’amandes, noix, noix du Brésil et figues sèches.

- Les olives, les épinards, les poireaux, les bettes, le fenouil, le cresson, le céleri, les navets, les salsifis et tous les crucifères (brocoli, chou, choucroute…).

- Certaines algues (combugent, wakame, nori vert, ulve…).

- De nombreuses herbes fraîches ou en poudre : marjolaine, basilic, thym (le thym contient 20 fois plus de calcium que le lait), la sauge, le romarin, l’estragon, l’aneth, la cannelle, le sésame (10 fois plus de calcium que le lait).

Moins de produits laitiers : en pratique

Les personnes qui ne sont pas intolérantes au lait de vache peuvent ne pas supprimer totalement le lait.

Le produit laitier le plus recommandable est le yaourt bio au bifidus et au lactobacillus car en plus du calcium, il apporte des ferments utiles pour la flore intestinale (digestion, production de certaines vitamines, de flavonoïdes, de photo-oestrogènes, détoxifiants, immunostimulants…).

Les fromages les plus intéressants pour le calcium sont les fromages les plus secs : parmesan, emmental, comté, beaufort, boudane…

Enfin, n’oubliez pas que si le calcium est indispensable, le facteur le plus important dans la prévention de l’ostéoporose est l’activité physique !

Isabelle Eustache
22/03/2010
Dr Jean-Paul Curtay,  » Okinawa « , Editions Anne Carrière
.

8 mars, 2010

Solutions 100% naturelles pour retrouver le sommeil …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 14:52

Solutions 100% naturelles pour retrouver le sommeilDifficultés à trouver le sommeil, réveils multiples durant la nuit ? Les plantes représentent des solutions naturelles pour retrouver le sommeil. Certaines favorisent l’endormissement, d’autres limitent les éveils intempestifs au beau milieu de la nuit.

Les plantes qui améliorent l’endormissement

Ces plantes possèdent un effet relaxant, antistress et anxiolytique. C’est ainsi qu’elles aident à améliorer les troubles de l’endormissement.

Le tilleul

Les fleurs de tilleul détendent, calment et favorisent l’arrivée du sommeil. Cette plante convient aussi aux enfants et aux adolescents qui ont du mal à trouver le sommeil.Le tilleul est également utilisé pour soulager les courbatures et les douleurs liées à un refroidissement.

La camomille

Elle aide à l’endormissement, mais possède également des propriétés digestives. La camomille enfin, soulage les maux de tête. Douce comme le tilleul, elle convient aussi aux enfants.La valériane La valériane est connue pour agir contre la nervosité, le stress et les tensions. C’est grâce à de telles propriétés qu’elle améliore le sommeil.

La mélisse

En plus de soulager les troubles du sommeil, la mélisse calme l’anxiété, l’agitation, les coliques et spasmes intestinaux. A savoir : cette plante diminue également l’intensité et la récurrence des symptômes de l’herpès labiale.

L’aubépine

Recommandée contre le stress et les angoisses, cette plante a une action sédative favorable au sommeil. L’aubépine a également des effets antispasmodiques et calmants, lesquels contribuent à diminuer les troubles du rythme cardiaque.

Les plantes qui diminuent les réveils nocturnes

Les plantes qui aident à maintenir le sommeil et à éviter les réveils exercent un effet tonique et antidépresseur.

La fleur d’oranger

Les feuilles, les fleurs et l’huile essentielle de fleur d’oranger, sont toutes sédatives et contribuent ainsi à maintenir un bon état de sommeil.

La passiflore

Traditionnellement utilisée contre l’insomnie et la dépression, la passiflore procure un sommeil réparateur et facilite en même temps l’endormissement.

Le houblon

Tonique et diurétique, le houblon agit contre l’insomnie et la nervosité accompagnée detroubles du sommeil. Cette plante empêche les réveils nocturnes et agit aussi contre les troubles de la digestion d’origine nerveuse.

Isabelle Eustache
08/02/2010
D Michel Dib,  » Apprivoiser l’insomnie « , Editions du huitième jour.

26 janvier, 2010

Alzheimer

Classé dans : Santé (166),Sentiments (132) — coukie24 @ 18:42

artistpagnaccoirisshimage.jpg

Alzheimer

Les souvenirs sont des trésors
Qu’on garde en soi jusqu’à sa mort.
Ils nous éclairent dans la nuit
Meublent nos esprits quand on est seul
Refont revivre nos aïeuls
Et donnent un sens à notre vie.

C’est grâce à eux qu’on revivra
Les meilleurs moments d’autrefois
Et qu’on revoit de vieux amis
Comme s’ils n’étaient jamais partis.

Certains souvenirs peuvent blesser
Et donner envie de les oublier
Mais ils permettent aussi d’éviter
Les pièges déjà rencontrés.

Que ferions-nous sans souvenirs ?
Sans mémoire pour nous définir ?
Pourtant de plus en plus de gens subissent ce calvaire
De ce mal qu’on nomme Alzheimer .

Juste un instant, essayez d’imaginer
Que vous oubliez ceux que vous aimez,
Que tous vos gestes quotidiens
Pour vous ne signifient plus rien ?

Difficile à imaginer, n’est-ce pas ?
C’est pourtant la réalité.
Et le cruel destin
Que doivent endurer certains.

Ils ne sont pas seuls à souffrir
De voir sombrer leurs souvenirs,
Leurs proches aussi sont affligés
Mais cachent leurs larmes pour les respecter.
Ils gardent leur chagrin en eux,
Car chaque mot devient un Adieu,
En espérant à chaque fois… qu’au dernier moment.
Cette personne qu’ils aimaient tant
Se souviendra…
et ne gardera que le meilleur,
Gravé dans la mémoire de son coeur.

afa8894f.gif

«La mémoire est l’avenir du passé.»
Paul Ambroise VALÉRY

A savoir : Bicarbonate de soude, produit miracle

Classé dans : Généralités & Divers (152),Santé (166) — coukie24 @ 14:02

10bonnesraisonsdutiliserlebicarbonate274x200.jpg

Bicarbonate de soude: produit miracle


La variété et le nombre d’usages du bicarbonate de soude est incroyable. On n’en finit plus de lui trouver des applications. On l’utilise pour soigner, cuisiner, nettoyer, jardiner, voire même comme pesticide. Rares sont les autres produits domestiques qui peuvent en faire autant. Voici quelques exemples de ce que l’on peut faire avec ce que plusieurs appellent encore « la petite vache » .

300pxcuilleredebicarbonatedesoude.jpg

Le bicarbonate: roi de la pharmacie familiale

On oublie souvent que les remèdes les plus simples sont parfois les plus efficaces.

Un rince-bouche peu dispendieux

Gargarisez-vous avec le mélange suivant: une cuillerée à thé de bicarbonate mélangé à une demi tasse d’eau. Rincez ensuite votre bouche à l’eau froide.

Un dentifrice plus que complet

brossedents.bmp

Saupoudrez du bicarbonate sur une brosse à dents humide et brossez vos dents comme à l’accoutumée. Non seulement seront-elles propres mais les dépôts bactériens seront neutralisés.

Pour les pieds qui en ont assez

Si vos pieds sont fatigués au point où vous avez l’impression que tous les os de vos orteils vous font mal voici le traitement qu’il vous faut. Pendant une quinzaine de minutes, faites tremper vos pieds dans un litre d’eau tiède dans laquelle vous aurez dilué un quart de tasse de bicarbonate. Ce bain aura également pour effet d’attendrir les durillons et de réduire la démangeaison occasionnée par le pied d’athlète.

Un bain d’eau douce

Si vous ajoutez une demi-tasse de bicarbonate à l’eau de votre bain, celle-ci, si dure soit-elle, deviendra très douce.

Le bicarbonate secret

Même s’il est inodore, le bicarbonate peut remplacer sans problème le déodorant parfumé que vous utilisez contre la transpiration des aisselles.

L’antiacide miracle

Vous avez des «brûlements d’estomac» !!! Le bicarbonate peut être pris comme un antiacide. Brassez-en une cuillerée à thé comble dans un verre d’eau froide et avalez lentement, d’un seul trait si vous le pouvez. L’effet est rapide et de longue durée.

Contre les brûlures et les démangeaisons

Faites une pâte de trois parties de bicarbonate et d’une partie d’eau ou préférablement d’eau d’hamamélis. Cette préparation est aussi très efficace contre les démangeaisons occasionnées par l’herbe à puce.

Avant et après rasage

Une cuillerée à table de bicarbonate dilué dans une tasse d’eau tiède. Appliquée avant et après rasage cette potion éteint le feu du rasoir et rend la peau douce.

Pour laver les cheveux en profondeur

Pour venir à bout d’un excédent de laque dans les cheveux, au moment du shampooing, faite pénétrer une cuillerée à table de bicarbonate dans vos cheveux en les massant de trois à cinq minutes.

Pour nettoyer vos accessoires de beauté

Faites tremper pendant toute une nuit vos brosses à cheveux, vos brosses à ongles, vos bigoudis, vos éponges à cosmétiques et autres applicateurs de produits de beauté dans un litre d’eau où vous aurez diluer quatre cuillerées de bicarbonate. Une fois le trempage terminé, vous rincez à fond.

Au jardin et dans le garage

Un fongicide efficace et écologique

Mélanger 4 cuillerées à thé de bicarbonate dans 3,5 litres d’eau. Vaporiser sur les vignes et les grappes quand les premiers raisins font leur apparition. Vaporiser une fois par semaine durant deux mois et après chaque pluie. Cette préparation peut également être utilisée pour enrayer le petit champignon noir du rosier.

Pour redonner de la couleur au feuillage du rosier

À 3,5 L d’eau, incorporer une cuillerée à thé de bicarbonate, une demi cuillerée à thé d’ammoniaque claire et une cuillerée à thé de sel d’Epsom. Mélanger bien le tout. Vaporiser environ le quart de cette préparation sur chacun des rosiers dont les feuilles ont perdu leur lustre.

Pour contrôler le feu des briquettes du barbecue

Mélanger une cuillerée à thé de bicarbonate à environ un 1/2 L d’eau dans un contenant de plastique muni d’un vaporisateur. Quand les flammes montent trop haut, vaporiser ce mélange à leur base.

Pour faire disparaître une tache d’huile sur du béton

Mouiller la tache avec de l’eau, saupoudrer généreusement de bicarbonate et frotter avec une brosse à poils durs. Rincer et recommencer jusqu’à ce que la tâche disparaisse complètement.

Pour nettoyer les bornes d’une batterie d’auto

Faites une pâte composée de trois parties de bicarbonate et d’une partie d’eau et appliquez-la sur les bornes de la batterie. Ensuite vous les frottez à l’aide d’une brosse à poils durs. Après avoir rincé et asséché les bornes ils est recommandé de les enduire de vaseline. Un tel entretien prolonge la vie de la batterie et garantit sa pleine efficacité.

De l’eau sans arrière goût dans un réservoir de caravane

Avec le temps, les réservoirs que l’on trouve dans certains modèles de caravane donne à l’eau potable un goût. Pour le faire disparaître, il suffit de verser une tasse de bicarbonate par 3,5 L d’eau chaude que peut contenir le réservoir. Videz-le et rincez-le deux fois.

Pour enlever les gouttelettes de sève sur votre véhicule

Certaines variétés d’arbres laissent échapper des gouttelettes de sève sur les voitures stationnées à proximité. Pour en débarrasser l’auto, mouillez une éponge, imbibez-là légèrement de bicarbonate et frottez.

Pour empêcher les rayures sur le pare-brise

Frottez vos essuie-glace avec une éponge humide enduite de bicarbonate.

Pour nettoyer les phares d’automobiles

Pour débarrasser les phares de votre auto des insectes, de la saleté et du calcium, encore là, une éponge humide enduite de bicarbonate fera merveille, sans les égratigner.

Pour faire disparaître l’odeur de cigarette dans l’auto

Il vous suffit de saupoudrer du bicarbonate dans les cendriers et d’attendre quelques heures avant de les vider.

Pour rafraîchir les tapis

Nettoyez-les avec une solution à base de bicarbonate que vous rincez. Les tâches tenaces ne résisteront pas si vous les enduisez de bicarbonate et que vous les brossez vigoureusement.

Pour des mains propres, propres…et douces

Mouillez vos mains, enduisez-les généreusement de bicarbonate, frottez-les vigoureusement et rincez-les. Elle seront propres et douces.

Pour polir le métal

Mélanger quatre cuillerées à table de bicarbonate et deux tasses de cendre de bois provenant du poêle ou du foyer. Ajoutez juste ce qu’il faut d’eau pour obtenir une pâte. Avec une éponge humide frottez vos inoxydables, le chrome, le cuivre, l’argent ou l’or. Rincez et séchez.

Pour désodoriser la malle de votre véhicule

Rien de plus facile. Saupoudrez-y du bicarbonate et attendez trente minutes avant de passer l’aspirateur. Si une mauvaise odeur subsiste recommencez.

Le bicarbonate, les insectes et autres animaux à poils et à plumes

Le chien a mordu un hérisson…

Votre chien, histoire de vouloir défendre son territoire ou de jouer les grands chasseurs, à tenté de prendre une bouchée d’un hérisson… Mélangez deux cuillerées à thé de bicarbonate dans une tasse de vinaigre. Appliquez ce mélange sur la partie touchée par les piquants et attendez une dizaine de minutes. Faites ensuite une deuxième application et attendez un autre dix minutes. Puis, à l’aide d’une paire de ciseaux coupez le bout apparent de chacun des piquants. À l’aide d’une paire de pince, vous pouvez maintenant les retirer sans difficulté.

Votre chien sent… »le chien »

Normal direz-vous. Un chien dégage une odeur…de chien. Mais supposons que vous êtes invité à l’improviste chez un vieil ami au nez fin qui insiste pour que vous ameniez votre chien… que vous n’avez pas le temps de baigner avec son shampooing habituel. Qu’à cela ne tienne, séchez-le le mieux possible (quitte à utiliser un séchoir à cheveu) et faites pénétrer dans son poil une bonne quantité de bicarbonate. Puis brossez-le à fond. Le temps de votre visite chez votre ami il sera inodore…

Contre la mauvaise haleine de Médor

Pour rafraîchir l’haleine de votre petit ou grand molosse, offrez-lui un brossage de dents avec du bicarbonate en guise de dentifrice et un bon rinçage.

Jouets, écuelles, cages et litière

Pour nettoyer à fond les jouets et les écuelles de votre animal favori, faites les tremper dans un litre d’eau chaude auquel vous aurez ajouté de trois à quatre cuillerées à table de bicarbonate. Rincez et le tour est joué.

Pour la cage, frottez-la avec une éponge humide enduite d’un peu de bicarbonate.

Pour atténuer les odeurs, avant de mettre le produit absorbant enduisez le fond de la litière d’une couche de bicarbonate.

Pour se débarrasser des petits insectes rampants…

Là où ces insectes ont été repérés, placez un mélange à parts égales de sucre brun et de bicarbonate. En mangeant le sucre dont ils raffolent, ils mangeront aussi le bicarbonate en grande quantité ce qui aura pour effet de les tuer.

6 janvier, 2010

Ecouter de la musique, c’est bon pour le coeur !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 10:34

Ecouter de la musique, c'est bon pour le coeur !

Ecouter de la musique est bon pour le moral mais aussi pour la santé du coeur. La musique apaise également la douleur et l’anxiété. Alors n’hésitez pas, écoutez quotidiennement vos musiques préférées…

Musique et santé

Des chercheurs américains ont analysé une série d’études ayant porté sur les effets de la musique sur la santé, réalisées pour la plupart auprès de personnes souffrant d’un problème cardiaque. Ils constatent ainsi que le fait d’écouter de la musique diminue l’hypertension et la fréquence des battements du coeur.

La musique diminue la tension artérielle

Par rapport à des sujets cardiaques n’écoutant pas de musique, ceux qui se sont laissés charmer par une mélodie agréable durant 30 minutes, ont vu leur tension artérielle diminuer, tout comme leur fréquence cardiaque et leur angoisse.

Comment expliquer ce phénomène ? La musique améliore la circulation sanguine. Plus précisément, la musique stimule la sécrétion d’endorphine, une hormone qui agit sur les vaisseaux sanguins et provoque leur dilatation. En revanche, un morceau musical jugé désagréable ou stressant aura l’effet inverse avec un rétrécissement des vaisseaux, défavorable pour le coeur. Il faut donc choisir des mélodies agréables, joyeuses ou relaxantes.

La musique atténue la douleur

Après une chirurgie cardiaque, les personnes qui ont écouté de la musique ont rapporté ressentir moins de douleurs, par rapport aux sujets qui se sont reposés dans le silence.

La musique abaisse l’anxiété

Enfin, chez des personnes ayant fait une crise cardiaque, écouter une douce musique pendant une vingtaine de minutes, contribue à faire baisser leur anxiété.

En conclusion, la musique est bénéfique pour la santé du coeur. En écouter quotidiennement est donc une bonne habitude à prendre, mais attention à bien la choisir. Elle doit être agréable et relaxante. Et si un de vos proches est malade, lui apporter un baladeur chargé de sa musique préférée est une excellente idée pour l’aider pendant son hospitalisation et dans sa convalescence…

Dr Philippe Presles
04/01/2010
American Heart Association, novembre 2008.

1...34567
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux