DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

9 septembre, 2019

Est-il normal de se parler à soi-même ? …

Classé dans : Actualités,Psychologie (72) — coukie24 @ 15:13

Est-il normal de se parler à soi-même ?

Des spécialistes se penchent sur les avantages que présente cette pratique.

 Se parler à soi-même, nous le faisons certainement tous. Mais quels en sont les
SANTÉ – Il est fort probable que vous vous soyez parlé à vous-même au cours de votre vie d’adulte, que ce soit intérieurement ou même à voix haute. Il s’agit d’une pratique courante chez certaines personnes, qui y trouvent même des avantages. On peut néanmoins se demander s’il est normal de se comporter ainsi. Est-ce utile dans certains cas ? Faut-il, au contraire, s’en empêcher ?

Parler tout seul est-il un signe de maladie mentale ?

Dans un message adressé au HuffPost canadien, le Dr Laura F. Dabney, psychothérapeute exerçant à Virginia Beach (Virginie), fait savoir qu’il est “tout à fait normal de se parler à soi-même”. Il ne s’agit pas nécessairement d’une habitude vouée à disparaître en grandissant ou d’un signe de maladie mentale mais d’une pratique bien plus courante qu’on ne pourrait le penser.

“En réalité, nous le faisons tous”, estime Vironika Tugaleva, auteure de The Art of Talking to Yourself (“L’art de l’autoconversation”). Cela peut sembler un peu bizarre si on le fait devant d’autres personnes mais, selon elle, nous entretenons tous des conversations mentales complexes et multiples, ce qui nous aide à donner du sens aux choses du quotidien et à les interpréter.

Elle nous invite à penser à des situations au cours desquelles cela nous arrive. Par exemple, lorsque l’on s’apprête à sortir et que l’on énumère à voix haute ce qu’il ne faut pas oublier – les clés, la veste, le sac, le déjeuner – afin de vérifier que rien ne manque. Ou encore sur le chemin du retour, après le travail, quand on repense à un échange tendu avec un supérieur.

 

Selon elle, “il s’agit là d’une pratique non seulement normale mais essentielle, et c’est en prenant conscience des vertus de ce discours intérieur que nous pouvons accéder au bonheur et nous épanouir”.

Se parler à soi-même peut s’avérer bénéfique

Le fait de s’autoriser à avoir régulièrement des conversations avec soi-même peut être à la fois sain et profitable, selon Sheri McGregor, coach de vie et auteure du livre Done With the Crying (“Fini de se lamenter”).

Sheri McGregor, qui accompagne notamment des parents en rupture de lien avec leurs enfants, affirme que le fait de se parler à soi-même de façon positive peut aider tous ceux qui traversent ce type d’épreuve.

“J’explique à mes clients et à ceux et celles qui me lisent que s’adresser à soi-même avec bienveillance peut être un bon moyen de prendre soin de soi”, nous confie-t-elle. Cela permet de se rassurer et de se concentrer sur les aspects positifs, plutôt que sur les soucis et les facteurs de stress.

C’est en effet dans l’adversité que nous nous adressons le plus souvent à nous-mêmes. Par exemple, lorsque l’on doit faire un choix difficile dans un contexte sensible ou que l’on est en proie à de vives émotions, indique Itamar Shatz, doctorant en linguistique à l’université de Cambridge.

Discuter avec soi-même de ses soucis quotidiens

Est-il normal de se parler à

 

Selon Sheri McGregor, se parler à soi-même peut aussi permettre de se souvenir des tâches que l’on doit accomplir ou de régler des difficultés mineures ou passagères.

La prochaine fois que vous vous sentez stressé à l’approche d’une prise de parole en public, prenez conscience de vos appréhensions, de façon à mettre au point des solutions pratiques ou à vous souvenir que vous y êtes parfaitement préparé-e. Évitez les monologues destructeurs qui sapent le moral et ne permettent pas d’échapper à ses soucis.

Selon Itamar Shatz, qui a mené des recherches sur cette technique, il est possible d’améliorer l’efficacité de ce type de discours en ayant recours à des méthodes d’autodistanciation qui consistent à s’adresser à soi-même à la deuxième ou à la troisième personne. “Si vous appréhendez une intervention en public, au lieu de vous demander: ‘Pourquoi est-ce que je suis si stressé-e?’, demandez plutôt: ‘Pourquoi est-ce que tu es si stressé-e?’ ou bien: ‘Pourquoi Élise est-elle si stressée?’

“Les études montrent que cela aide à appréhender la situation d’une manière plus objective sur le plan affectif, ce qui permet de mieux composer avec ses émotions et de prendre des décisions réfléchies.”

Il n’y a aucun mal à prendre l’habitude de se parler à soi-même.

Se parler à soi-même est lié à la pleine conscience, une pratique très en vogue de nos jours.

Selon Sheri McGregor, “cette approche est primordiale parce qu’elle permet non seulement de prendre conscience de ses pensées, mais aussi de la façon dont on les formule intérieurement”.

Lorsque nous traversons des épreuves, il n’est pas rare que nos pensées nous plongent dans le désespoir. C’est pourquoi il est recommandé de prendre l’habitude de s’adresser à soi-même avec bienveillance, même si cela demande des efforts, tout comme en matière de méditation.

“Sachant que les discours autodirigés ne présentent aucun inconvénient, rien ne s’oppose à y avoir recours régulièrement”, affirme le Laura F. Dabney. Elle recommande de choisir un moment ou un endroit propice pour s’y employer. Vous pouvez par exemple le faire après un moment éprouvant de la journée, et déterminer ainsi ce qui vous aide ou non à y faire face ou à vous sentir mieux.

“Il est possible d’en évaluer mentalement l’efficacité ou bien de tenir un journal pendant une semaine afin d’y noter ce qui fonctionne bien pour vous”, ajoute-t-elle.

Est-il normal de se parler à

 

Le fait de se parler à soi-même présente-t-il de quelconques risques ?

On associe souvent le fait de converser avec soi-même aux maladies mentales, alors que ces dernières n’en sont que très rarement à l’origine. Il existe toutefois des situations où l’autoconversation peut être le signe d’un trouble psychologique.

Selon Laura F. Dabney, lorsque le discours autodirigé s’accompagne de pratiques d’automutilation – coups ou coupures, par exemple –, c’est le signe que quelque chose ne va pas sur le plan émotionnel. C’est aussi probablement le cas si vous employez toujours les mêmes expressions, les mêmes formules ou les mêmes chiffres dans votre discours intérieur et que cela vous perturbe ou qu’il est difficile de vous en empêcher. Dans les deux cas, parlez-en à un professionnel de santé dûment qualifié, qui saura établir le diagnostic adéquat.

Cet article, publié sur le HuffPost américain, a été traduit par Damien Allo pour Fast ForWord.

Rester positif en toutes circonstances …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 12:01

Rester positif en toutes circonstances ... dans Psychologie (72) 1411003_24247697-300x199

 

Il existe certaines attitudes qui sont attractives et d’autres qui sont répulsives. Si le sourire attire la joie, « faire la gueule » attire la tristesse et rejette donc la joie.

 

N’oubliez pas d’être joyeux !

Lorsque nous oublions d’être joyeux, d’avoir le sourire aux lèvres, notre mental commence à être sous domination des pensées négatives. Et nous le savons, les pensées négatives attirent des circonstances…négatives.

Au contraire, lorsque nous vivons avec l’esprit rempli de joie et de gratitude pour toutes les choses, notre vie ira de l’avant ! Il est beaucoup plus difficile d’avoir une vie agréable, lorsqu’on a une fâcheuse tendance à l’irritation et que le sourire est rarement présent sur notre visage.

Même si une personne a des capacités importantes et une intelligence au-dessus de la moyenne, en vivant d’une façon triste et en étant renfermée , elle se met , toute seule, des bâtons dans les roues.
Si vous « faites toujours la gueule », les gens n’auront pas envie de travailler avec vous, et vous passerez surement à côté d’opportunités qu’ils auraient pu vous présenter.

Devenez une personne joyeuse, optimiste et pleine de joie de façon à rendre, de par votre présence, une ambiance agréable sur votre lieu de travail. Personne n’a envie de travailler dans une ambiance pesante ou tout le monde fait la gueule, non ?

137566_7112 dans Psychologie (72)
L’autre jour, je me suis rendu à Paris et j’ai pris le métro. Quelle folie ! Alors qu’il y a un métro toutes les 2 minutes, les gens courent dans les couloirs, se bousculent ne se parlent pas et ne se respectent pas, c’est incroyable.

Ils avaient tous l’air tendus, préoccupés. Quelle mauvaise habitude ! A quoi cela sert-il d’avoir ce comportement. Il ne peut apporter que des difficultés supplémentaires…aucun intérêt !!

Un moyen efficace de redresser ses affaires !

Si vous êtes chef d’entreprise, indépendant, autonome et donc sans revenus fixe, vous avez surement des préoccupations comme, entre autres, celles de payer vos charges et votre personnel.

En restant dans cette préoccupation, vous remplissez votre esprit de pensées négatives. Les traits de votre visage se resserrent et vous avez la tête d’une personne qui porte sur ses épaules toute la misère du monde.

Un comique français, Coluche, disait en parlant d’un journaliste de télévision peu souriant :« c’est toute la misère du monde et la malchance sur son visage. Si il y a un avion qui s’écrase…c’est sur ses pompes ! »

Votre expression faciale désespérée peut être une cause des difficultés de votre entreprise !!
Voici une recette que je vous préconise.

Mettez des miroirs sur tous les lieux de travail ou vous passez dans la journée.

269713_1779-1024x682

Votre bureau, salle de réunion et même machine à café !

Ce petit investissement en miroir va changer votre vie et celle de l’entreprise.

En effet lorsque vous allez voir la tête que vous faites à chaque fois que vous apercevrez votre reflet dans le miroir vous n’allez pas supporter. Vous allez donc modifier l’expression de votre visage et retrouver votre sourire, inconsciemment. Personne n’aime se regarder dans un miroir avec une tête de 10 pied de long !

Le personnel de votre entreprise va également changer son expression faciale et il va donc régner une ambiance beaucoup plus joyeuse au sein de votre établissement. La productivité et les ventes vont s’en ressentir, c’est certain.

Considérez comme une obligation de maintenir une expression du visage joyeuse.

Si vous pensez que votre visage est tel qu’il est et que vous ne pouvez rien changer, je vous rappelle une phrase que j’adore.

« On n’est pas responsable de la tête qu’on a, mais on est responsable de la gueule qu’on fait !! »

 

lucky_1161681801_fleur.gif10-150x97

Une attitude qui rejette la prospérité, et comment la modifier ?

Publié le 29 avril 2013 par christian - visiter son site : http://www.toujours-positif.com/  blog particulièrement optimisme et plein de bons conseils

7 août, 2019

Ce qui fait durer l’amour …

Classé dans : Amour (119),Psychologie (72) — coukie24 @ 19:11
fevmoisamoureux.gif

L’amour toujours, en rêver, c’est bien, mais ce n’est pas le plus efficace.

Certains psychologues se sont penchés sur cette question pour trouver des réponses précises et concrètes.

Comment faire durer un couple ? Qu’est-ce qui fait qu’un couple est heureux ?

Voici quelques pistes qui viennent d’enquêtes psychologiques.

  • L’enthousiasme à partager les succès de l’autre
  • Accepter le rêve de l’autre…
  • Créer du plaisir, du bonheur à être ensemble
  • Alors qu’en penser ? Comment faire durer son couple ?

L’enthousiasme à partager les succès de l’autre  

Shelly L. Gable (1) a montré qu’un critère semble aider les couples à durer : l’enthousiasme à partager les succès de l’autre.

Votre conjoint a une promotion, vous vous sentez heureux(se) et vous le lui montrez.
Vous avez réussi à trouver la pièce rare qui manquait à votre collection, votre conjoint en est ravi pour vous…

Ces enthousiasmes partagés sont un indicateur de santé du couple. Si vous vous réjouissez des réussites de votre partenaire, s’il se réjouit des vôtres, c’est que votre relation est nourrie de positif et elle a des chances de durer.

Si au contraire, vous restez imperméable aux succès de la personne qui partage votre vie ou pire, si vous jalousez ces succès, il est probable que vous ne vous sentez pas réellement un couple soudé. Et cette fissure est perceptible dans votre attitude.

Cet aspect de la relation de couple a été étudié en filmant des couples parler de leurs succès et de leurs échecs en observant spécialement les réactions de l’autre.

Les couples qui partageaient leurs joies se sont moins séparés que les autres… dans les deux mois qui ont suivi. C’est très bref pour juger, c’est vrai, mais cela donne tout de même à réfléchir. 

Accepter le rêve de l’autre…  

Dans le même ordre d’idée, John Gottman (2) affirme qu’un des secrets des couples heureux est d’accepter le rêve de l’autre.

Si celle qui partage votre vie rêve de faire du chant lyrique depuis toujours, même si cela vous paraît bizarre, en sachant respecter ce rêve, l’encourager, vous lui donnez du bonheur.
Celui d’être accepté(e) pour ce qu’elle/il a de plus profond, son rêve de vie.

Votre conjoint rêve d’écrire un roman policier ?
Si vous croyez en lui, vous apportez de l’énergie à votre couple.
Si au contraire vous le coupez de ses rêves, vous vous coupez aussi tous les deux d’une source vive.

Alors, ce qui compte, c’est de partager ses rêves avec son conjoint, donc d’oser en parler et de savoir accueillir ceux de l’autre. 

Créer du plaisir, du bonheur à être ensemble  

Et puis Yvon Dallaire, un psychologue canadien, sait aussi très bien parler de ces couples heureux.

Il observe que chez les couples heureux, on s’active à créer du plaisir, du bonheur ensemble, plus qu’à résoudre des conflits.

Ainsi, « parce qu’ils ont accumulé beaucoup de sentiments positifs, chacun passera sous silence ce qui serait perçu par les couples malheureux comme une critique, une réaction défensive ou une attaque personnelle. L’irritation du partenaire, son énervement, des paroles prononcées sur un ton plus élevé, et même des paroles désobligeantes » n’auront pas d’incidence dramatique, parce que le bilan reste finalement positif.
Or, il est plus facile de fabriquer du plaisir que de s’occuper à résoudre les conflits.

Un secret des couples heureux est donc de créer du bonheur à deux, de se faire plaisir ensemble. 

Alors qu’en penser ? Comment faire durer son couple ?

On peut penser qu’il ne s’agit somme toute que de bon sens. Et c’est vrai que s’il existe des couples qui durent, c’est qu’ils ont trouvé la recette sans pour autant avoir étudié scientifiquement la question.

C’est que notre intuition, notre subtilité, lorsque nous sommes vraiment attentifs en profondeur à l’autre, est sans doute aussi précieuse que l’avis de spécialistes.

Mis à jour par le 13/08/2012
Créé initialement par Dr Catherine Solano – médecin sexologuele 12/02/2007

Sources : (1) Shelly L. Gable , Gian C. Gonzaga, and Amy Strachman. Will You Be There for Me When Things Go Right? Supportive Responses to Positive Event Disclosures Journal of Personality and Social Psychology. Volume 91, Issue 5 , November 2006, Pages 904-917.

 

Ce qui fait durer l'amour ... dans Amour (119) 755px-Sargent_-_Paul_Helleu_Sketching_with_his_Wife-300x238

20 mai, 2019

Se remettre en question …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 13:22

reflexion_1

Hier soir j’ai pensé à la définition « se remettre en question ».  

Un grand nombre de personnes dit vouloir se remettre en question.  Mais si on leur demande ce qu’est la remise en question, on s’aperçoit que c’est très flou.  La majorité des gens pense savoir ce qu’est la remise en question et elle pense résoudre ses « problèmes » jour après jour.  Alors que souvent, la première étape seulement (c’est déjà important) est appliquée ;  à savoir :  la constatation du « problème ».  Elle se dit que de se rendre compte du « problème » suffit à le résoudre.

Voici donc une autre définition de la remise en question 
1 ère étape :  la constatation du « problème ». Quelque chose va mal. 
2 ème étape :  l’explication, la provenance du « problème » sont trouvés. 
3 ème étape :  des solutions au « problèmes » sont trouvées.
4 ème étape :  vous appliquez la ou les solutions qui font que vous êtes heureux.

Les 3 premières étapes ne sont pas nécessairement réalisées par vous seul. En effet, le « problème » peut-être constaté par vous ou quelqu’un de votre entourage.  L’essentiel est de s’en rendre compte.  Ensuite, les explications et les solutions peuvent venir de vous mais surtout des autres.  Car l’être humain n’a pas forcément le recul nécessaire pour réfléchir sur lui-même.

La dernière étape, quant à elle, est réalisée par Vous.  C’est Vous qui décidez d’appliquer la ou les solutions.  En somme, c’est Vous qui décidez d’être heureux.

Et,

« Le bonheur, c’est la conscience du bien-être »

fracture-desprit

4 janvier, 2019

Vers le Zen …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 10:58

L’image contient peut-être : texte

3 novembre, 2018

La sagesse consiste à …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 16:05

qcoo3pjf.gif

LA SAGESSE C’EST SAVOIR RECONNAÎTRE ET ADMETTRE QU’UN AUTRE NE VOUS AIME PAS. ET QUE LA VIE CONTINUE MALGRÉ LA CRUAUTÉ DE CETTE DÉCOUVERTE. LA SAGESSE C’EST SAVOIR QUE L’AMOUR EST ÉCHANGE : SI L’AUTRE NE S’OUVRE PAS À VOUS, VOUS VOUS FERMEREZ À LUI. LA SOUFFRANCE SERA DOUBLE : EN VAIN. L’AMOUR NE NAÎT PAS DE LA SOUFFRANCE DE CELUI QUI AIME. PEUT-ÊTRE LA PITIÉ : MAIS LA PITIÉ EST LE CONTRAIRE DE L’AMOUR.

noel coeur

Martin Gray 
(Le livre de la vie)

28 octobre, 2018

L’homme et sa complexité … d’abord savoir accepter ses faiblesses pour mieux les corriger…

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 14:11

87343630     89576038

Avec  le temps et l’expérience, j’ai pu remarquer que nous souffrons tous de contradictions liées à nos souvenirs. Certaines personnes ont plus de facilité à « évacuer » les mauvaises expériences que d’autres.

La phase des problèmes, de deuil ou autre que nous vivons tous dans notre vie, nous marque avec plus ou moins d’incidence sur notre avenir. J’ai croisé des gens sensibles enfermés dans leur douleur. Un père avec enfants qui, après une séparation, ne peut plus s’engager vraiment avec une autre femme. Un homme célibataire depuis si longtemps, qu’il ne trouve plus la raison de laisser entrer dans sa vie une nouvelle compagne. Ou bien des enfants si marqués par les ruptures dans leur entourage qu’ils n’arrivent plus à communiquer librement et à se confier…

Je suis touchée par ses rencontres et par mes proches que le destin abîment. Elles montrent la faiblesse de l’Homme. Alors, même si les belles paraboles nous souhaitent « le soleil après la pluie », il est très difficile de reconstruire une vie… 

Je me sens impuissante face à ces dilemmes…

Nous avons tous nos faiblesses, nos carences, nos cicatrices. Nous devons absolument apprendre à les accepter avant d’aller plus loin.

Pour essayer de changer de vie, il faut accepter le principe de réalité. Il faut accepter notre propre réalité pour commencer. Pour aller d’un point A à un point B, il faut d’abord savoir où se trouve le point A avant même de penser où se trouve le point B.

Voilà pourquoi je demande à ceux que j’aime d’apprendre à respecter leurs faiblesses, et à les prendre en considération dans leur équation de départ pour trouver la solution à leurs problèmes et pouvoir changer de vie. 

3 octobre, 2018

Le solitude vue par K. G. Yung …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 17:39

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

3 août, 2018

La lecture peut vous aider si vous vous sentez perdu …

Classé dans : Actualités,Lecture, écriture (57),Psychologie (72) — coukie24 @ 8:57
ilnsarpf
Les conseils de deux bibliothérapeutes

n-READING-large570

PSYCHOLOGIE : Nous lisons tous, pour diverses raisons : pour nous documenter, pour le plaisir, pour nous tenir au courant de l’actualité, pour nous évader… Mais les romans peuvent avoir un impact très fort, surtout s’ils sont en phase avec votre situation actuelle.

Cette idée est le pilier central de la bibliothérapie, dont le but est de « prescrire de la fiction pour soigner les problèmes de la vie », selon les bibliothérapeutes Ella Berthoud et Susan Elderkin, co­-auteures de « The Novel Cure ». Même si leur pratique thérapeutique n’est pas spécifiquement fondée sur des connaissances médicales, ces deux collègues et amies de longue date aident, depuis 2008, ceux qui cherchent à mieux se connaître grâce au pouvoir des mots.

« L’un des principaux effets secondaires de la lecture est qu’elle peut révolutionner notre vision du monde », explique Susan Elderkin au Huffington Post. « Nous avons commencé à réaliser que beaucoup de gens en avaient fait l’expérience à un moment ou à un autre de leur vie, lorsque la lecture d’un roman les avait aidés à porter un regard neuf sur les choses. »

Les recherches scientifiques démontrent les nombreux bienfaits de la lecture: elle permet de réduire le stress, d’améliorer la qualité du sommeil, de soulager les symptômes de la dépression ou encore de protéger le cerveau de la maladie d’Alzheimer. Une étude de 2013 a même montré que le fait de lire des romans pouvait aider à développer notre empathie, en nous « transportant émotionnellement » dans d’autres lieux et en nous rapprochant de nouveaux personnages.

lecture nature

Trouver refuge dans la littérature

Certaines personnes viennent consulter les bibliothérapeutes parce qu’elles sont confrontées à des traumatismes, d’autres parce qu’elles adorent lire et veulent découvrir d’autres œuvres qui pourraient leur être bénéfiques. Les nouveaux patients de la School of Life de Londres (où Ella Berthoud et Susan Elderkin proposent leurs services) doivent remplir un questionnaire sur leurs lectures passées, ce qu’ils souhaitent retirer de leurs nouvelles lectures, et tout changement majeur en cours.

Ensuite, ils rencontrent leur bibliothérapeute, qui leur délivre une « ordonnance » de lecture. « Les gens qui viennent nous voir sont confrontés à des situations dans lesquelles ils ont besoin d’aide: un nouveau travail ou une reconversion, une année sabbatique, la naissance d’un enfant, un divorce, une liaison, ou tout problème suscitant de multiples interrogations », explique Ella Berthoud. « Nous leur recommandons alors six à huit livres qui les aideront à bien appréhender les tenants et les aboutissants de leur problème. »

Selon Ceridwen Dovey, auteure et contributrice du New Yorker, le terme « bibliothérapeute » est apparu en anglais moderne au début du XXe siècle, dans le magazine The Atlantic. Dans un article intitulé La Clinique littéraire, la bibliothérapie était définie comme un ensemble de lectures dont les effets thérapeutiques étaient dus à de « nouvelles connaissances scientifiques ». Un siècle plus tard, cette pratique touche à présent les écoles, les prisons, les soins, et tous les individus qui recherchent une illumination silencieuse.

lecture bois

Qui peut bénéficier de la bibliothérapie, et comment?

Les patients auxquels Ella Berthoud et Susan Elderkin ont prescrit des ordonnances de lecture adaptées à leurs besoins sont en majorité des femmes, de tous âges, de l’adolescence à la retraite. Certains sont devenus des habitués, tandis que d’autres ont disparu pour lire les livres qui leur avaient été conseillés, heureux de suivre un nouveau chemin littéraire.

« On ne peut jamais être complètement sûr de ce que les gens tireront d’un livre, parce que chacun y apporte quelque chose de son propre vécu », ajoute Susan Elderkin. « Mais il est possible de développer un instinct solide, et c’est sur lui que nous nous appuyons lorsque nous discutons et apprenons à connaître quelqu’un. Les livres nous accompagnent tout au long de la vie. Il s’agit donc vraiment d’aider les gens à utiliser au mieux le temps limité qu’ils consacrent à la lecture. »

Ceridwen Dovey a eu droit à une session de bibliothérapie gratuite avec Ella Berthoud, qui l’a guidée vers de nouveaux livres en fonction de son questionnaire. Elle a récemment partagé cette expérience dans un article du New Yorker, Can Reading Make You Happier? (« La lecture peut-­elle vous rendre plus heureux? »)

« Dans un monde laïque, je pense que la lecture reste l’un des rares chemins vers la transcendance, cet état insaisissable dans lequel la distance entre le moi et l’univers se réduit », écrit­-elle. « Les romans, qui annihilent la conscience de soi, me donnent cependant le sentiment d’être complètement moi­-même. »

original

Par où commencer?

Même si elle adapte ses ordonnances en fonction des besoins de chacun, Ella Berthoud nous a suggéré quelques livres qu’elle estime essentiels. Donc, si vous n’avez pas lu « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Harper Lee, « Madame Bovary » de Gustave Flaubert, « Si c’est un homme » de Primo Levi, « Un parfum de jitterbug » de Tom Robbins ou « Siddhartha » de Herman Hesse, allez faire un saut à la librairie !

couple-livre

Cet article, publié à l’origine sur le Huffington Post américain, a été traduit par Jennifer Joffre pour Fast for Word.

bfabbe90

bryers-duane-5

81ec759d

dewit-marchant-deborah-21

19 juin, 2018

5 agressions verbales de votre conjoint que vous ne remarquez peut-être pas…

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 18:28

agressions verbales

“La violence est le dernier refuge des incompétents”.

Les paroles du célèbre écrivain Isaac Asimov étaient si sages. Malheureusement, beaucoup de ces incompétent-e-s ont atteint une énorme capacité pour émettre des agressions verbales à peine perceptibles et donc, très dangereuses.

En outre, s’il existe bien un domaine où les agressions verbales sont dangereuses, c’est celui du couple. L’amour nous fait parfois justifier des attitudes et des mots totalement injustifiables. Toutefois, ces derniers sont souvent si imperceptibles ou communs que nous ne les identifions même pas. Approfondissons.

Les agressions verbales peu perceptibles

Déchiffrer les intentions de l’autre personne dans une relation de couple n’est pas facile.En effet, aussi confiants sommes-nous, il existera toujours la possibilité que nous nous trompions, car aucun de nous ne peut affirmer avec certitude ce que pense l’autre. C’est ainsi que nous trouvons de nombreuses agressions verbales dissimulées dans des mots et des gestes qui ne semble pas en être à première vue. En voici quelques-unes.

Moqueries sur la famille

Il est fréquent qu’un conjoint ridiculise l’autre membre du couple en critiquant la famille ou l’origine de ce dernier. Notamment s’il vient d’une famille humble, rurale ou que ses parents disposent de peu de ressources. Cependant, la critique et la plainte ne sont pas exclusives de ce profil.

“La pauvreté est la pire forme de violence.”
–Mahatma Gandhi–
agressions verbales

Ce type d’agression peut être très offensant. Sans justification ni fondement, cela pourrait créer une stigmatisation qui peut être utilisée à convenance et apparaître lors d’un moment de colère, d’une réunion sociale ou à un moment très inopportun.

Parlez des attraits d’autres personnes

Parler des attraits d’autres personnes n’est pas en soit une agression. Maintenant, lorsque cela se répète au fil du temps, de sorte qu’il soit rechercher à miner l’estime de soi du conjoint, cela devient une agression verbale importante.

Reconnaitre les charmes d’autres personnes n’est pas le problème, mais en parler continuellement et réaliser une comparaison avec le conjoint en est un. Ceci pourrait même générer des complexes et un sentiment d’infériorité eu égard au traitement reçu.

Caricaturer l’autre personne

Nous réalisons souvent un portrait verbal de notre conjoint sous forme d’humour et de caricature. Parfois, nous agissons comme si nous étions capables de lire dans son esprit, exprimant ce que nous connaissons le mieux de lui.

Il se trouve que ce type de comportement peut être répété au fil du temps, se transformant dès lors en une moquerie. Ceci pourrait tellement affecter le conjoint que son estime de soi sera réduite au point de confondre sa personne réelle avec la caricature que nous en avons fait.

Le chantage émotionnel

Le chantage émotionnel est une autre agression verbale qui passe souvent inaperçue,mais génère de grandes blessures par le biais de la culpabilité. Cette façon de communiquer est très subtile puisque la personne qui l’exerce fait croire à l’autre que c’est elle qui met tout en oeuvre pour que la relation se déroule bien et soit fructueuse.

manipulation

Ainsi, toutes les allocutions de chantage émotionnel tendent généralement à démontrer l’effort que le/la manipulateur-trice fait pour que tout se passe bien et soit correct. De cette façon, la victime finit par croire qu’elle est coupable de ce qui s’est passé et que si ce n’était pas du fait de son conjoint, tout serait un vrai désastre.

Lumière de gaz

La lumière de gaz est une forme de violence psychologique qui tire son nom du titre d’un film célèbre. Dans cette hypothèse, l’agression verbale vise à faire douter l’autre membre du couple de ses capacités mentales, de sa perception et de sa mémoire.

À travers des mensonges et des manipulations, il est crée un énorme malaise psychologique chez l’autre, fomentant son insécurité et sa dévalorisation.

Il s’agit toutefois d’une situation très difficile à détecter. Par conséquent, les psychologues recommandent de prendre l’avis d’une tierce personne étrangère au couple. Dans le cas contraire, cela pourrait causer de sérieux problèmes.

Sources : 14 octobre 2017 dans Psychologie

29 avril, 2018

Bien des gens pressés ignorent qu’ils ne sont pas sur la bonne route et pourtant s’ils prenaient tout simplement le temps de lire leur « carte » intérieure !

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 17:24

1150f818000a9ea73e99e84f90eb8408

Savez-vous où vont les mots que l’on ne dit pas ?

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 17:07

Les mots - blog

28 février, 2018

Suggestion de Bonheur …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 13:33

Vous voulez faire aujourd’hui quelque chose qui ne coûte pas cher et qui risque de  s’avérer extraordinaire pour vous ? 

fleurpuresvoileblanc.jpg

Voici une suggestion !

233separatfleurettes.gif

Essayez de passer votre journée dans la joie d’être, en visualisant ce que veut dire le verbe « ÊTRE ».  Faites de cette journée la journée « Zéro » de votre vie. Et promettez-vous de vivre toutes les autres avec la même conscience. Sentez-vous bien dans tout ce que vous exécutez : que ce soit la vaisselle, le marché, le travail au bureau, la préparation d’un repas, etc.

J’ai fait cet exercice pour découvrir que le mot « ÊTRE » me renvoie automatiquement à prendre conscience de ma respiration, à goûter chaque bouchée que je mange, à admirer les beautés qui m’entourent, à dire à un ami que je l’aime, gratuitement sans rien attendre en retour, et surtout à réaliser que, dans le fond, je ne suis pas si mal sur cette terre.  Vous ne pouvez savoir à quel point cet exercice améliore la vie.

Essayez-le !

25 novembre, 2017

Changer ses habitudes …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 16:30

que-faire-quand-vous-savez-que-vous-avez-un-probleme

Sources :  https://www.lesmotspositifs.com/

derrierelaporte

8 novembre, 2017

Apprivoiser les émotions positives …

Classé dans : Psychologie (72),Sentiments (132) — coukie24 @ 12:20

pardonner2.jpg

L’une des épreuves les plus douloureuses est d’être trahi, blessé physiquement ou émotionnellement. Nous réagissons le plus souvent en cherchant à éviter la personne source de ces souffrances ou à nous venger. Apprendre à pardonner permet d’éviter ces cercles vicieux, aux retombées négatives, et de retrouver notre liberté intérieur.

Bill Clinton a demandé un jour à Nelson Mandela comment il avait réussi à pardonner à ses geôliers. Il lui répondit :

« à ma sortie de prison, j’ai compris que si je continuais à haïr ces gens, cela équivaudrait à rester prisonnier. »

Pour retrouver paix et harmonie, identifiez un ressentiment ou une rancoeur encore présents en vous. Puis écrivez une lettre récapitulant vos peines et votre pardon, et lisez-la à haute voix. Quand vous vous sentez prêt, brûlez-la et sentez-vous libéré.

200405101958533

18 octobre, 2017

Mon occupation préférée ? Rire. Dalaï Lama

Classé dans : Généralités & Divers (152),Psychologie (72) — coukie24 @ 21:46

lerire2.bmp

Depuis l’Antiquité, les médecins prescrivent dix à quinze minutes de rire quotidien pour se maintenir en bonne santé. Indication confirmée par les travaux en neuro-immunologie de l’Américain Lee Berk, montrant que l’hilarité fait diminuer les hormones du stress et stimule le système immunitaire.

Le rire déclenche une production simultanée d’adrénaline, d’endorphines et de dopamine, ce qui lui donne à la fois un effet stimulant et calmant. Avez-vous eu cette dose salutaire aujourd’hui ? Comment pouvez-vous faire travailler davantage vos zygomatiques ?

JOIE

 

14 septembre, 2017

Des signes de reconnaissance …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 11:23

9128620-arbre-floral-en-couleurs-pastels-pour-votre-design-printemps

Repensez à votre journée d’hier : était-ce une journée où vous vous êtes senti heureux et bien dans votre peau ? Non ? Peut-être n’y avez-vous pas reçu ou donné suffisamment de reconnaissance ? Car pour être bien dans votre vie, vous avez besoin d’échanger des signes de reconnaissance.

C’est une de vos soifs existentielles, comme l’air ou la nourriture.

Mais nous sommes souvent plus habitués à recevoir et à donner des signes de reconnaissance négatifs que positifs. Dommage, car le positif favorise l’estime de soi, la motivation et l’épanouissement !

Donner et se donner du positif, Thich Nhat Hanh appelle cela « arroser les fleurs » : avez-vous « arrosé vos fleurs » aujourd’hui ?

sourire+fleur

29 août, 2017

Ho’oponopono …

Classé dans : Psychologie (72),Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 18:09

citation-promettre-choses-gregory-lemarchal

Connaissez vous cette ancienne pratique des guérisseurs hawaïens appelée Ho’oponopono ?

Cette approche propose de nettoyer les mémoires qui sont en nous. Ces interprétations d’expériences qui se sont transformées en pensées, voire en automatismes, qui parfois nous empêchent d’être heureux.

Avant de vous endormir, installez ce rituel qui ouvre le coeur et libère le meilleur de soi.

Repensez à votre journée avec ses moments négatifs et positifs. Puis visualisez-vous sous une douche d’amour qui nettoie les tensions relationnelles. Et dites avec tendresse et gratitude :

♥ Désolé pour …

♥ Pardon de …

♥ Merci pour …

♥ Je t’aime.

24 août, 2017

Pour retrouver son coeur d’enfant …

Classé dans : Psychologie (72),Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 16:54

nuage

Savoir s’émerveiller, c’est accepter de lâcher prise, d’abandonner ses certitudes pour retrouver son coeur d’enfant qui permet de voir le merveilleux dans le quotidien. Cela demande une certaine aptitude à se perdre, à s’oublier, pour s’unir à la beauté et à la grandeur du monde. L’expérience vous tente ? Installez-vous confortablement en plein air, un jour de ciel bleu parsemé de nuages. A vos côtés, des feuilles de papier et des crayons de couleurs. Allongé sur le dos, votre esprit peut divaguer en regardant les formes des nuages. Des animaux, personnages, objets vont apparaître et vous raconter une histoire. Notez ou dessiner cette moisson. Y a-t’il un message offert pour guider votre existence ?

bfabbe90

 

7 juin, 2017

Petite leçon de psychologie: le pervers narcissique et ses complices …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 9:47

Petite leçon de psychologie: le pervers narcissique et ses complices

RTEmagicC_017_txdam40004_9dd4e4

article de SERGE HEFEZ 6 MAI 2007 – LIBERATION

(MISE À JOUR : 29 JANVIER 2015)

Les pervers narcissiques n’éprouvent aucun respect pour les autres, qu’ils considèrent comme des objets utiles à leurs besoins de pouvoir, d’autorité, ou servant leurs intérêts. Il font des promesses qu’il ne tiendront pas, sachant que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Pris en flagrant délit de mensonge, ils sont capables de nier avec un aplomb hors du commun…
Charité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, ils savent parfaitement et farouchement défendre leurs intérêts dont ils ont toujours une vision très claire. Ils essaient de profiter à chaque instant de toutes les opportunités, de toutes les personnes rencontrées, et ces personnes sont systématiquement instrumentalisées pour en tirer, autant que possible, avantage pour eux. Comme pour tous les narcissiques, tout leur est dû. Ils n’admettent aucune remise en cause et aucun reproche.

Les pervers narcissiques sont incapables d’aimer les autres. Dans leur immense majorité, ils n’ont aucune «humanité», aucun sentiment humain, aucun état d’âme, aucun affect. Ils sont froids et calculateurs, totalement indifférents à la souffrance d’autrui. Mais tout en étant, le plus souvent, incapables d’avoir des sentiments humains, ils simuleront le fait d’être emplis, en apparence, de bons sentiments et d’une sincère empathie pour autrui.

Les déceptions entraînent chez eux de la colère ou du ressentiment avec un désir de revanche. Cela explique la rage destructrice qui s’empare d’eux lors des séparations. Quand un pervers perçoit une blessure narcissique (défaite, rejet), il ressent un désir illimité d’obtenir une revanche. Ce n’est pas, comme chez un individu coléreux, une réaction passagère et brouillonne, c’est une rancune inflexible, implacable à laquelle le pervers applique toutes ses forces et ses capacités de raisonnement. Et alors, il n’aura de cesse d’assouvir son dessein de vengeance.
Les pervers narcissiques ont souvent besoin de haïr pour exister. La haine peut être chez eux un moteur très puissant. 

Souvent, le pervers narcissique est quelqu’un qui n’a jamais été reconnu dans sa personnalité propre, qui a été victime d’investissement narcissique important de la part de ses parents et qui a été obligé de se construire un jeu de personnalités (factices), pour se donner l’illusion d’exister.

Du fait d’une histoire personnelle, où il ont été, par exemple le bras armé d’un de leurs parents, les pervers n’ont pas pu se réaliser. Ils observent alors avec envie ce que d’autres qu’eux ont pour y parvenir.
Les pervers narcissiques ne sont jamais sincères, toujours menteurs. Ils peuvent aussi bien dire la vérité que mentir avec aplomb. Le plus souvent, ils effectuent de sensibles falsifications de la vérité, qu’on ne peut pas vraiment qualifier de mensonges, et encore moins de constructions délirantes. Mélanger le mensonge, la sincérité et la franchise —ce qui est, pour l’autre, très déstabilisant— fait partie de leur jeu.

Le déni (de leurs défauts, de l’autre) leur permet de «s’aimer» (et de s’aimer toujours plus). Ils se mentent à eux-mêmes, sur leur vraie valeur, sur ce qu’ils sont réellement. A certains moments, ils finissent par croire à leur mensonge, à d’autres, ils en ont conscience. C’est toute l’ambivalence de la pathologie mythomane. Le pervers narcissique est un «comédien né». Ses mensonges à force d’entraînement sont devenus chez lui une seconde nature.
Sa palette de personnalités, de personnages, d’émotions feintes est étonnante. L’éventail de son jeu d’acteur est infini, sans cesse renouvelé.
Il donne le plus souvent l’image d’une personne parfaitement calme, ne s’énervant jamais.
Le pervers narcissique est le plus souvent doté d’une combativité extrême et d’une capacité de rebond remarquable. Sa mégalomanie, son narcissisme, voire sa paranoïa, renforcent cette combativité. Souvent immensément orgueilleux, voire mégalomane, le pervers narcissique aime gagner, à tout prix, sans fin, et ne peut admettre, une seule fois, de perdre. Il est prêt à tout, même aux coups les plus retors, pour ne jamais perdre. Le pervers est comme un enfant gâté. S’il ne rencontre pas de résistance, il ira toujours plus loin.
A la longue cette tendance, qui peut lui assurer une dynamique du succès pendant un certain temps, devient une addiction. Signe de sa mégalomanie, elle la renforce en retour, et l’amène à ne plus pouvoir tolérer la moindre frustration ou contradiction.

2 juin, 2017

Phrases de sagesse …

Classé dans : Citations, proverbes...,Psychologie (72),Voyages (60) — coukie24 @ 16:57

3679898jeunefemmeassiseausommetd39unefalaiseetderegarderverslehautdansleciel.jpg

Le seul, le vrai, l’unique voyage, c’est de changer de regard. »

Marcel Proust

Phrases de sagesse ... dans Citations, proverbes... Il-n-y-a-d-homme-plus-complet-que-celui-qui-a-beaucoup-voyage-qui-a-change-vingt-fois-la-forme-de-sa-pensee-et-de-sa-vie_imageWidth540

Voyager-sans-rencontrer-l-autre-ce-n-est-pas-voyager-c-est-se-deplacer_imageWidth540 dans Psychologie (72)

12 avril, 2017

La perception est l’interprétation subjective de la réalité …

Classé dans : Psychologie (72),Textes à méditer (239) — coukie24 @ 13:53

130289__green-meadow_p

Un homme ne trouvait pas sa hache. Il soupçonna le fils de son voisin de la lui avoir prise et se mit à l’observer…

Son allure était, typiquement, celle d’un voleur de hache. Son visage était celui d’un voleur de hache. Les paroles qu’il prononçait ne pouvaient être que les paroles d’un voleur de hache. Toutes ses attitudes et tous ses comportements trahissaient l’homme qui a volé une hache. 

Mais en remuant la terre, l’homme retrouva soudain sa hache.

Lorsque le lendemain, il regarda de nouveau le fils du son voisin, celui-ci ne présentait rien, ni dans l’allure, ni dans l’attitude, ni dans le comportement, qui évoquât un voleur de hache.

Parabole de Lie Yukou

7257388814

“Il ne faut pas juger un paquet d’après ses ficelles.”

Proverbe français 

23 mars, 2017

Alors, que voyez-vous de positif autour de vous ? …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 14:12

concentrepenseespositives.jpg

L’optimisme consiste à considérer que la probabilité de la survenue d’événements positifs est supérieure à celle d’événements négatifs. C’est une anticipation globale d’un avenir agréable qui participe activement au bien-être.

Un pessimiste est centré sur un problème, alors que l’optimiste cherche la solution et sait transformer les obstacles en apprentissages.

Alors, que voyez-vous de positif autour de vous ?

150157_979163764_pensee-positive_H162616_L

5 mars, 2017

Apprivoiser les émotions …

Classé dans : Psychologie (72) — coukie24 @ 13:09

triste.gif

Pleurer est souvent assimilé à un signe de faiblesse, en particulier pour les hommes, qui se sentent dévalorisés, pris en flagrant délit d’émotion. Pourtant les larmes sont précieuses ! Elles nourrissent la cornée, la conjonctive de l’oeil et ont un rôle antibactérien. Elles contiennent une hormone qui calme la douleur et élimine les toxines du stress. Une étude scientifique a montré que pleurer permet de diminuer la tristesse, la peur et la colère de 40 %. Les larmes sont les messagères de nos émotions. Elles racontent nos tempêtes intérieures, ouvrent le chemin du coeur, attirent vers nous amour et réconfort dans une intimité partagée.

Faites confiance à votre force de vie et accueillez l’émotion qui provoque vos larmes. Donnez-vous la permission de les laisser couler et de ressentir le bien-être de ce processus naturel qui vous veut du bien. Ouvrez les vannes de ce trop plein de sensibilités !

atelierrenforcerconfiancesoi10avrill1.jpg

4 mars, 2017

Pensée positive…

Classé dans : Citations, proverbes...,Psychologie (72) — coukie24 @ 11:27

joie.jpg

« Trouve un endroit à l’intérieur de toi où il y a de la joie et utilise cette joie afin de brûler ta douleur. »

Joseph Campbell

 

1234
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux