DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

28 janvier, 2011

Je n’ai jamais eu de chagrin …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 13:05

809bc8fb.jpg

Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé. [Montesquieu]
Extrait des Pensées diverses

26 janvier, 2011

La lecture, une porte ouverte sur …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 20:07

rveimagination.jpg

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté. [François Mauriac]
Extrait du journal Le Figaro littéraire

11 novembre, 2010

Citation très judicieuse …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 17:17

ytlwrbi0.jpg

L’écriture est une parole maquillée par le dessin de la réflexion. [Franck Guyot]

24 octobre, 2010

Le goût de la lecture …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 14:52

legotdelalecture.gif

                   Le goût de la lecture est une histoire intime que les lecteurs aiment partager, un plaisir solitaire qui très vite devient un festin de papier. C’est une vieille histoire entre soi et les livres. Le goût de la lecture est souvent un bonheur d’enfance qui vous éclaire toute une vie. Il est parfois le fruit d’une éducation ou du voisinage familier d’une bibliothèque. Mais il en est de la passion des livres comme de toutes les passions : les coups de foudre et les coups du hasard très souvent s’en mêlent…

 dyn006small150350471jpeg2600486f1c2d72ed253c3daa9404ebd92e43ca1.jpg

« J’aime mieux forger mon âme que la meubler »
Montaigne

Ecrire, c’est …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 14:28

4e872182.gif

« Ecrire, c’est une liaison d’amour avec soi et les choses, et les moments et les gens
Ecrire, c’est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour
c’est le vase purificateur de l’âme et de ses mouvances »

Louise Portal

1 octobre, 2010

Il est des livres …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 20:58

tatewiweb.jpg

Il est des livres qui peuvent vous donner le sentiment d’être plus intelligent,

Il en est d’autres qui vous rendent plus savant, ou qui vous font voyager Et d’autres encore qui vous font rêver. Plus rares ceux qui vous réconcilient avec le meilleur de vous-même, Qui vous rapprochent de cette part de vous Qu’on pourrait appeler le noyau céleste de l’être Ou le cœur du divin qui scintille en chacun. Lire, c’est entrer dans l’inattendu d’un mot, L’imprévisible d’un récit, la chaleur d’une phrase Et parfois l’appel d’une voix qui vous rejoint Dans l’essentiel, au plus proche De votre vérité intime et vous invite

À vous respecter, à aller plus loin,

Plus près de vous.

Jacques Salomé

livres.gif

24 septembre, 2010

La lecture, une porte …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 15:11

6211b3bd.jpg

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté. [François Mauriac]

15 septembre, 2010

L’écriture n’est pas une fin en soi, elle est la nostalgie d’un ravissement. [Yasmina Reza]

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 12:35

cb7cb610.gif

Mais ce qui est merveilleux avec l’écriture, c’est qu’elle permet un partage de joies, de plaisirs, et qu’elle offre une façon d’aborder la vie différemment.

 Bernard Giraudeau

9 septembre, 2010

La lecture …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 15:47

8e0756a2.jpg

Oui, la lecture peut être un moment de bonheur !

On trouve le chemin du bonheur …

Classé dans : Le Bonheur (153),Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 15:44

100608065633412606190047.png

On trouve le chemin du bonheur dans les livres. (Philippe Delerm)

3 septembre, 2010

LE MYSTÈRE D’EDWIN DROOD …

Classé dans : Lecture, écriture (57),Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 18:36

charlesdickens.jpg

En juin 1870, à l’âge de 58 ans, Charles Dickens, usé par le travail et la maladie, mourut dans son lit durant son sommeil, laissant un roman inachevé: Le Mystère d’Edwin Drood, un roman fantastique publié en feuilleton dans un magazine anglais, comme il était d’usage à l’époque. Sa mort laissa ses nombreux lecteurs et admirateurs sur leur faim, et désespéra la direction du journal: ils ne connaîtraient jamais la fin de ce curieux roman dont ils attendaient chaque nouveau chapitre avec impatience.

L’esprit lui ordonne de terminer le roman  

Or, deux ans plus tard, à la fin du mois d’octobre de l’an 1872, Thomas P. James, un jeune ouvrier typographe de l’État du Vermont (USA), affirma un matin à la stupéfaction de son entourage, que l’esprit de Dickens lui avait ordonné de terminer son roman inachevé.

Le jeune prote avait quitté les bancs de l’école à l’âge de 13 ans pour entrer en apprentissage chez un imprimeur et, tant son instruction que sa culture étaient restés rudimentaires. Bien qu’il eût lu David Copperfield, dans une version pour enfants, il ne possédait assurément pas le bagage nécessaire pour un travail littéraire de cette qualité.

La voix qu’il entendit durant la nuit, dans son lit, lui avait dit: Je suis Charles Dickens et je vous ai choisi pour terminer Le Mystère d’Edwin Drood que j’ai laissé inachevé. Ma première dictée aura lieu la veille de Noël. Je reviendrai chaque soir pour vous dicter les chapitres manquants.

chdickens.jpg 

Une étrange dictée  

C’est ainsi que durant plusieurs semaines le jeune Thomas qui vivait dans une pension de famille, entrait en transe à son retour du travail, et écrivait sous la dictée du célèbre défunt, de nouveaux épisodes de l’oeuvre inachevée.

Les lecteurs de cette étrange dictée constatèrent que le roman commencé du vivant de Dickens ne subissait aucune rupture de rythme ou de style, que le médium respectait parfaitement l’orthographe très personnelle que l’auteur utilisait pour certains mots et qu’il n’écrivait pas de son écriture normale, plutôt fruste et malhabile.

Ces dictées pouvaient durer plusieurs heures d’affilée et le typographe affirmait que Dickens se tenait à ses côtés, la tête reposant sur ses mains, dans une attitude méditative. A la fin de chaque séance, l’auteur posait une main glacée sur l’épaule du médium, lui signifiant que la dictée était terminée, le réveillant ainsi de sa transe.

Plusieurs témoins purent assister à ces séances d’écriture automatique, parmi lesquels sa logeuse, Mrs Blanck, qui raconta comment le jeune typographe avait souvent de la peine à suivre la dictée, et qu’il n’effectuait ni correction ni rature, affirmant qu’il n’en avait pas le droit.

L’ouvrage fut achevé en mars 1973 et l’imprimeur chez qui travaillait Thomas James lui trouva un éditeur qui publia l’oeuvre médiumnique sous le titre Fin du Mystère d’Edwin Drood, avec le sous-titre Dicté de l’Au-delà à Thomas James par Charles Dickens

L’ouvrage eut beaucoup de succès  

Evidemment, les premiers critiques qui eurent l’ouvrage en main crièrent au canular, à la supercherie. Mais, une lecture sérieuse et approfondie du roman démontrait à tout lecteur honnête et lettré que la seconde partie du roman était digne de la première, publiée du vivant de Dickens. On y retrouvait son style et son humour inimitables, si bien qu’un concert de louanges succéda aux premiers sarcasmes.

L’ouvrage eut d’ailleurs tant de succès que l’éditeur commanda un second livre à Thomas qui s’y refusa, affirmant toujours haut et fort qu’il n’avait été qu’un instrument choisi par Dickens pour écrire la fin de l’histoire sous sa dictée.

Cette histoire demeura longtemps inexpliquée, mais au début du XXe siècle, trois anciens étudiants de Burlington, Jonathan Craig, Barry Sheldon et Jefferson McCullogh, qui avaient fait carrière respectivement dans la magistrature, la médecine et le droit, révélèrent qu’ils avaient monté ce canular avec la complicité de Mrs Blanck et de Thomas. Pastichant en s’amusant le célèbre auteur dont ils avaient lu tous les livres, ils remettaient chaque jour leur oeuvre à la logeuse du jeune typographe. Mais le plus troublant c’est qu’en 1910, un journaliste menant une enquête sur cette étrange histoire, découvrit que les trois prétendus pasticheurs n’avaient jamais habité la bourgade où s’était déroulée l’affaire et que leur appartenance à un cercle rationaliste matérialiste et anticlérical entachait leur témoignage et les disqualifiait d’office.

chdickens2.jpg

27 juin, 2010

La lecture, une évasion …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 12:34

vieuxlivres.png

Le secret de la liberté, c’est la librairie. [Bernard Werber]

dyn006small150350471jpeg2600486f1c2d72ed253c3daa9404ebd92e43ca1.jpg      893516.jpg

10 avril, 2010

Quand on lit …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 18:08

lecturesurunbanc.jpg

On aime toujours un peu à sortir de soi, à voyager, quand on lit.

Marcel Proust

« Lire, c’est voyager ; voyager, c’est lire. »

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 17:41

1zgayegbook.jpg

« Lire, c’est voyager ; voyager, c’est lire. »

Victor Hugo

1 avril, 2010

La lecture …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 17:56

enfantrocher.gif

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

François Mauriac

30 mars, 2010

Un livre …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 20:40

9yq4faf0.jpg

Un livre, c’est aussi une présence intime, cette chose écrite par un autre et qui sublime l’insignifiance de vos jours. (Marie Claire Blais)

27 mars, 2010

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 14:00

Ecrire

Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit

24 mars, 2010

Ecrire …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 21:45

e5qi2w4u.gif

Écrire pour obéir au besoin que j’en ai.

Écrire pour apprendre à écrire. Apprendre à parler.

Écrire pour ne plus avoir peur.

Écrire pour ne pas vivre dans l’ignorance.

Écrire pour panser mes blessures.

Ne pas rester prisonnier de ce qui a fracturé mon enfance.

Écrire pour me parcourir, me découvrir.

Me révéler à moi-même

Écrire pour déraciner la haine de soi.

Apprendre à m’aimer.

Écrire pour surmonter mes inhibitions,

me dégager de mes entraves.

Écrire pour déterrer ma voix.

Écrire pour me clarifier, me mettre en ordre, m’unifier.

Écrire pour épurer mon oeil de ce qui conditionnait sa vision.

Écrire pour conquérir ce qui m’a été donné.

Écrire pour susciter cette mutation qui me fera naître une seconde fois.

Écrire pour devenir toujours plus conscient de ce que je suis, de ce que je vis.

Écrire pour tenter de voir plus loin que mon regard ne porte.

Écrire pour m’employer à devenir meilleur que je ne suis.

Écrire pour faire droit à l’instance morale qui m’habite.

Écrire pour retrouver – par delà la lucidité conquise

une naïveté, une spontanéité, une transparence.

Écrire pour affiner et aiguiser mes perceptions.

Écrire pour savourer ce qui m’est offert.

Pour tirer le suc de ce que je vis

Écrire pour agrandir mon espace intérieur.

M’y mouvoir avec toujours plus de liberté.

Écrire pour produire la lumière dont j’ai besoin.

Écrire pour m’inventer, me créer, me faire exister.

Écrire pour soustraire des instants de vie à l’érosion du temps.

Écrire pour devenir plus fluide.

Pour apprendre à mourir au terme de chaque instant.

Pour faire que la mort devienne une compagne de chaque jour.

Écrire pour donner sens à ma vie.

Pour éviter qu’elle ne demeure comme une terre en friche.

Écrire pour affirmer certaines valeurs

face aux égarements d’une société malade.

Écrire pour être moins seul.

Pour parler à mon semblable.

Pour chercher les mots susceptibles

de le rejoindre en sa part la plus intime.

Des mots qui auront peut-être

la chance de le révéler à lui-même.

De l’aider à se connaître et à cheminer.

Écrire pour mieux vivre.

Mieux participer à la vie.

Apprendre à mieux aimer.

Écrire pour que me soient donnés

ces instants de félicité

où le temps se fracture, et où,

enfoui dans la source,

j’accède à la l’intemporel, l’impérissable,

le sans-limite.     

Charles Juliet

lecture.bmp

a9u9qdwg.jpg

3 mars, 2010

« Dis Maman, c’est quoi la spiritualité ? »

Classé dans : Lecture, écriture (57),Spiritualité-Esotérisme (27) — coukie24 @ 15:00

reveriessoleil.bmp

- »Dis Maman, c’est quoi la spiritualité ?
-C’est croire en quelque chose que tu ne vois pas avec tes yeux, mais que tu sens avec ton coeur. L’essentiel est invisible au regard. L’oeil perçoit mais le coeur ressent. Voir avec les yeux de l’esprit revient à faire confiance à son intuition, à écouter son âme.
-C’est la petite voix en toi qui te parle lorsque tu es calme, réceptive, attentive. Elle te guide, elle t’inspire. C’est ton soleil intérieur. C’est écouter avec son coeur, non avec son jugement.
Lorsque tu es proche de ton âme, la vie autour de toi s’illumine. Tout est plus lumineux, plus brillant, plus vivant. »

Extrait du livre de Charlotte Saintonge  »Le chemin du bonheur ».

 

3c319a93.gif

4 février, 2010

Lire, c’est …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 14:35

5ew51l9u.jpg

« Lire, c’est recréer l’âme des choses, écrire c’est fabriquer un nid pour les oeufs de la mémoire… »

Ernest Pépin

16 janvier, 2010

Vous aimez les livres ?

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 9:53

346ro1z.gif

Vous aimez les livres ? Vous voici heureux pour la vie.
Jules Claretie

Les livres sont la source …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 9:40

couarraze.jpg

Les livres sont la source principale de notre savoir, notre réservoir de foi, de mémoire, de sagesse, de moralité, de poésie, de philosophie, d’histoire et de science.
Daniel BOORSTIN  » Livres dans le futur « 

image2.jpg

Citations lecture …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 9:34

163z393h.gif

lectureduchatlenfant.bmp 
 » La première fois que j’ai lu un très bon livre , il me sembla que c’était comme si j’avais rencontré un nouvel ami : quand j’ai lu un livre que j’ai déjà parcouru c’est comme si je retrouvais un vieil ami. « 
Olivier GOLDSMITH ( 1728 – 1774 )

galeriemembrebanc002laliseuse.jpg

 » Dis-moi ce que tu lis , je te dirai qui tu es. Il et vrai ,mais je te connaîtrai mieux si tu me dis qui tu relis. «  François Mauriac ( 1885 – 1970)

ahb1o2cm.jpg
 » Les livres sont une forme d’immortalité : les paroles de personnes dont les corps ne sont plus que des cendres vivent toujours dans leurs livres… et c’est dans les livres que sont racontées les vies de toutes les grandes existences. »
Wilfred Peterson / L’art de vivre chaque jour

chazideve.jpg 

23 novembre, 2009

Ceux qui ne lisent pas …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 19:30

dansfauteuillouisphilip.jpg

« Ceux qui ne lisent pas forment un peuple taciturne. Les objets leur tiennent lieu de mots. »
[ Christian Bobin ] – Extrait d’ Une petite robe de fête

Le temps de lire …

Classé dans : Lecture, écriture (57) — coukie24 @ 19:25

lecturelacampagne.jpg

Le temps de lire , comme le temps d’aimer , dilate le temps de vivre.

Daniel PENNAC

123
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux