DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 14 juillet 2015

14 juillet, 2015

L’astronome …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 18:05

observer les etoiles

C’est un astronome qui fait des conférences dans les grandes villes possédant un observatoire. Toutes les nuits, il fait les mêmes observations, raconte les mêmes anecdotes, répond aux mêmes questions. Il en a un peu marre et en parle à son chauffeur alors qu’ils se rendent à la ville suivante.
- Écoutez Bernard (le chauffeur), depuis le temps que vous m’écoutez faire mes conférences, vous connaissez le topo par coeur : Je vous propose que l’on échange les rôles demain ; vous ferez la conférence, et moi je conduirai la voiture. Comme personne ne me connaît dans la prochaine ville, tout se passera bien.

Le chauffeur qui est un passionné d’astronomie est d’accord.

Le soir  venu, le chauffeur remplace l’astronome au pied levé. Il décrit brillamment les constellations et reçoit un tonnerre d’applaudissement à la fin de son exposé. Vient ensuite la traditionnelle séance de questions.
- Qui a découvert Uranus?
- C’est William Herschel
- Et qui a découvert Pluton?
- Clyde Tombaugh, répond le chauffeur qui savait ça aussi.
Enfin, du fond de la salle, une question est posée :
- Pourriez-vous nous dire les avantages et les inconvénients entre le modèle d’instabilité par accroissement du disque et celui par pulsation, pour ce qui concerne l’explication des explosions des étoiles à cataclysme variable ?
- Je suis surpris que vous me posiez une question d’une telle simplicité. Pour vous montrer comment tout cela est vraiment trivial, je vais laisser mon chauffeur y répondre à ma place.

Ils m’ont tout volé sauf la voiture…

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 17:47

voiture

Un homme, dans un état d’ébriété avancé, revient en catastrophe dans le bar qu’il vient à peine de quitter deux minutes avant pour téléphoner à la police.  Il compose le numéro et commence à expliquer :

- C’est bien simple, ils m’ont tout volé sauf  la voiture… Ils ont pris le tableau de bord, le volant, le frein à main,  la pédale d’embrayage et même l’accélérateur…

Quelques minutes plus tard, la police reçoit un nouvel appel et l’officier de garde reconnaît la même voix à l’autre bout de la ligne.

- Autant pour moi, Monsieur l’Agent, déclare l’homme,  je me suis trompé,  je m’étais assis sur la banquette arrière.

Monsieur l’assureur …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 17:38

accident-travail

Monsieur l’assureur,

Je vous écris en réponse à la demande d’informations complémentaires concernant mon accident de travail du 8 novembre dernier. J’ai précisé :
« manque de chance » dans la case réservée aux « causes du sinistre » et vous me demandez des précisions.

Je suis couvreur de formation. Le jour de l’accident, je travaillais seul sur le toit d’un immeuble de 6 étages. Une fois le travail terminé, cet après-midi-là, j’ai constaté qu’il restait environ 280 tuiles, ce qui représente un poids de près de 120 kg . Plutôt que de descendre les tuiles à la main, j’ai décidé de les placer dans un monte-charge manuel qui fonctionnait grâce a une poulie fixée au 6e étage.

J’ai donc chargé les tuiles dans la caisse du monte-charge sur le toit et suis redescendu au bas de l’immeuble pour procéder à la descente du chargement. Je tenais fermement la corde pour assurer la sécurité de cette manœuvre. Comme vous le noterez dans mon fichier médical ci-joint, mon poids est actuellement de 68 kg.

Dés que le monte-charge s’est retrouvé suspendu en l’air, j’ai été irrésistiblement attiré vers le haut et, je le reconnais, n’ai pas eu la présence d’esprit de lâcher la corde.
J’ai donc progressé à grande vitesse vers le haut de l’immeuble et, au niveau du troisième étage, j’ai rencontré le monte-charge qui, lui, progressait à la même vitesse en sens inverse. Cela explique la fracture du crâne que je vous ai mentionnée dans mon courrier précèdent.

Mon ascension s’est toutefois ralentie au niveau du 6e étage et s’est arrêtée lorsque mon index et mon majeur se sont retrouvés coincés dans la poulie. Cela détaille les nombreuses fractures de ma main droite que j’avais mentionnées. Suspendu en l’air et malgré la douleur intense, je n’ai pas lâché prise.

Mais au même moment, le monte-charge percuta le sol à vive allure, ce qui brisa net le fond de la caisse. Toutes les briques éclatèrent et se répandirent sur le sol. Le monte-charge endommagé pesait à présent environ 20 kg, si bien que, comme je tenais toujours fermement la corde, j’ai commencé une rapide descente vers le bas.

Au niveau du troisième étage, comme vous l’imaginez, j’ai rencontré le monte-charge à très grande vitesse, ce qui explique les quatre dents cassées et les deux côtes enfoncées que je vous ai reportées précédemment. Cette percussion du monte-charge a toutefois ralenti quelque peu ma descente si bien que mon atterrissage sur le tas de tuiles brisées ne m’a causé qu’une simple fracture du genou.

Le fait que je ne mentionne nulle part dans ce rapport la cause exacte de l’enfoncement de la cage thoracique que j’ai pourtant déclaré dans ma lettre précédente ne vous aura sans doute pas échappé. J’ai en effet le regret de vous informer que me retrouvant ainsi étendu sur un tas de tuiles brisées avec de multiples fractures, je n’ai pas eu la présence d’esprit de tenir la corde quelques secondes de plus.

J’étais donc dans l’incapacité totale de bouger lorsque le monte-charge de 20 kg a entamé sa rapide redescende…

Très cordialement.

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux