DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

7 septembre, 2014

Les voies secrètes de la tendresse …

Classé dans : Famille (34) — coukie24 @ 18:51

Les voies secrètes de la tendresse

 Qui d’entre nous, parents, n’a pas reçu maintes fois cette phrase en plein coeur et qui n’a renoncé alors à l’envie de se justifier?
Un jour quand mes enfants seront assez grands pour comprendre, je leur expliquerai…

 

.flat,550x550,075,f-1

  • C’est parce que je t’aimais que je te harcelais pour savoir où tu allais, avec qui, et à quelle heure tu rentrerais.
  • C’est par amour que je t’ai poussé à acheter une bicyclette avec ton propre argent.
  • Que, sans mot dire, je t’ai laissé découvrir par toi-même que tel ami choisi entre mille, ne valait pas grand-chose.
  • Que je t’ai obligé à rendre à l’épicier une tablette de chocolat entamée et à te faire avouer que tu l’avais volée.
  • Que j’ai passé deux heures à te faire ranger ta chambre alors que cette tâche ne m’aurait pris à mois plus d’un quart d’heure.
  • C’est par amour que je t’ai laissé voir ma colère, ma déception, mon chagrin et mes larmes.
  • Que je t’ai souvent refusé. ce que disais-tu, toutes les autres mères permettaient.
  • C’est parce que je t’aimais que je devinais ton mensonge quand tu me racontais qu’à telle soirée, il y aurait des grandes personnes et aussi que je te pardonnais quand mes soupçons se confirmaient.
  • C’est parce que je t’aimais que je te faisais descendre de mes genoux, que je lâchais ta main, que je restais insensible à tes prières et sourde à tes exigences, je voulais absolument que tu apprennes à te tirer d’affaire  sans moi.
  • C’est par amour que je t’ai accepté tel que tu es sans songer à ce que j’aurais souhaité que tu sois.
  • C’est par amour, surtout, que j’ai eu le courage de te dire non, sachant très bien que tu m’en voudrais.  Et cela a été plus dur que tout le reste.

.Auteur inconnu

Laisser un commentaire

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux