DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

12 juillet, 2012

12 Juillet, une date que je n’oublie pas !

Classé dans : Autres fêtes ou évènements — coukie24 @ 11:03

12 Juillet, une date que je n'oublie pas ! dans Autres fêtes ou évènements 74184972

 

C’est bon de savoir que quelqu’un t’aime beaucoup, que quelqu’un pense à toi, mais c’est encore meilleur de savoir que ce quelqu’un n’oubliera jamais jamais ton anniversaire !

9 juillet, 2012

La contemplation, c’est …

Classé dans : Citations, proverbes...,regards d enfants (53) — coukie24 @ 23:51

La contemplation, c'est ... dans Citations, proverbes... 5h0btw6w

« La contemplation, c’est suspendre le temps à coups de beauté. »

 Delphine Lamotte 

La tendresse est …

Classé dans : Sentiments (132) — coukie24 @ 23:38

La tendresse est ... dans Sentiments (132) 3037411813_1_7_4pxEnBGZ

« La tendresse est respect et émerveillement de libre

 connaissance à travers la fibre de la fidélité… »

Rina Lasnier

6isb0w1d

La sagesse commence dans …

Classé dans : Citations, proverbes...,regards d enfants (53) — coukie24 @ 10:10

 La sagesse commence dans ... dans Citations, proverbes... 5goraezi

« La sagesse commence dans l’émerveillement. »

Socrate  

8 juillet, 2012

Les nuages ne disparaissent pas …

Classé dans : Amour (119),Citations, proverbes... — coukie24 @ 22:27

Les nuages ne disparaissent pas ... dans Amour (119) 55549699_p

7 juillet, 2012

Le jour où je me suis aimé pour de vrai …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 22:30

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai ... dans Textes à méditer (239) dyn003_original_600_689_pjpeg_2620374_632f000edaf5e9557ffc9a4e5758a2db

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Authenticité.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de vouloir une vie différente
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive
contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Maturité.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus
dans le fait de forcer une situation ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux,
sachant très bien que ni la personne ni moi-même
ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire,
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre
et j’ai arrêté de faire de grands plans,
j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime
quand cela me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert … l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et cela s’appelle… la Plénitude.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur,
elle devient une alliée très précieuse !
Tout ceci, c’est… le Savoir vivre.

(Kim et Alison Mc Millen publié en 2001)

                 

L’histoire de l’oeuf de Christophe Colomb

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 20:44

Nous sommes en avril 1493.

Christophe Colomb dîne avec des gentilhommes espagnols après sa découverte du nouveau monde, lorsque l’un d’entre eux déclare : – « Même si votre seigneurie n’avait pas découvert le Nouveau Monde, il y aurait eu, ici, en Espagne, qui est un pays riche de grands hommes compétents dans la cosmographie et la littérature, une personne qui aurait eu une idée similaire avec le même résultat. » Christophe Colomb, blessé dans son orgueuil, ne répond pas immédiatement. Il demande qu’on lui apporte un oeuf.

Il le pose sur la table et dit : – « Seigneurs, je parie que vous êtes incapable de faire tenir cet oeuf debout, comme je le ferai sans aucun type d’aide. »

Tout le monde bien sûr essaye de faire tenir l’oeuf sur son gros bout… en vain. – « C’est impossible », disent-ils. – « Impossible? »

Christophe Colomb reprend alors l’oeuf, le frappe lègèrement à la base, et le fait tenir grâce à la légère dépression obtenue.

- « Bien sûr, tout le monde aurait pu faire la même chose en frappant l’oeuf à sa base » disent les convives.

- « Tout le monde aurait pu le faire, mais personne ne l’a fait. Il en a été de même avec ma découverte du Nouveau Monde : Tout le monde aurait pu le faire, mais personne n’y a pensé. »

Cette anecdote illustre le fait que même si nous sommes capables de grandes choses, peu d’entre nous pensent à utiliser nos talents pour RÉALISER de grandes choses.

« C’est simple, il suffisait d’y penser ».

Et vous, qu’allez-vous réaliser de grand ? 

 Anonyme

L'histoire de l'oeuf de Christophe Colomb  dans Textes à méditer (239) oeuf_de_colomb

« Les apparences suffisent largement à faire un monde. »Jean Anouilh

Classé dans : Citations, proverbes...,Le Bonheur (153) — coukie24 @ 12:23

 

« Les apparences suffisent largement à faire un monde. »Jean Anouilh dans Citations, proverbes... c33d70b9

Le bonheur, c’est d’être heureux, ce n’est pas de faire croire aux autres qu’on l’est.

Jules Renard

dc5f096a dans Le Bonheur (153)

« Le bonheur ne s’acquiert pas, il ne réside pas dans les apparences,chacun d’entre nous le construit à chaque instant de sa vie avec son coeur. »

 Proverbe africain

6 juillet, 2012

Des rêves suffisamment grands …

Classé dans : Citations, proverbes...,Rêveries (62) — coukie24 @ 18:34

Des rêves suffisamment grands ... dans Citations, proverbes... a71942a0

« La sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit. »   

Oscar Wilde

bf70ed50 dans Rêveries (62)

 

5 juillet, 2012

Les grand-mères vues par les enfants …

Classé dans : regards d enfants (53) — coukie24 @ 0:45

Les grand-mères vues par les enfants

Les grand-mères vues par les enfants ... dans regards d enfants (53) msoc7p57

Une grand-mère est une femme qui n’a pas d’enfant à elle, c’est pour ça qu’elle aime les enfants des autres.

Les grand-mères n’ont rien à faire, elles n’ont qu’à être là.

Quand elles nous emmènent en promenade, elles marchent lentement, à coté des belles feuilles et des chenilles. Elles ne disent jamais : « Avance plus vite, dépêche-toi ! »

En général, elles sont grosses, mais pas trop, pour pouvoir attacher nos souliers.

Elles savent qu’on a toujours besoin d’un deuxième morceau de gâteau, ou du plus gros.

Une vraie grand-mère ne tape jamais un enfant, elle se met en colère en riant.

Les grand-mères portent des lunettes, et parfois, elles peuvent même enlever leurs dents.

Elles savent être sourdes quand il faut, pour ne pas nous gêner quand nous sommes maladroits.

Quand elles nous lisent des histoires, elles ne sautent jamais un bout, et elles n’ont rien contre si on réclame la même histoire plusieurs fois.

Les grand-mères sont les seuls adultes qui ont toujours du temps.

Elles savent faire le geste qui fait du bien quand on a mal.

Les grand-mères ne sont pas aussi fragiles qu’elles le disent, même si elles meurent plus souvent que nous.

Tout le monde devrait essayer d’avoir une grand-mère, surtout ceux qui n’ont pas la télé.

4 juillet, 2012

J’ai décidé …

Classé dans : Le Bonheur (153) — coukie24 @ 23:46

crayon

J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé.

Voltaire  

1309896103

 

3 juillet, 2012

Boule sous la peau : qu’est-ce qu’un lipome ? …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 20:53

 

Boule sous la peau : qu’est-ce qu’un lipome ?

Un lipome est une boule de graisse qui apparaît sous la peau.

Des lipomes peuvent se développer à n’importe quel endroit de l’organisme.

Bénin, le lipome présente des caractéristiques spécifiques permettant de le différencier d’une tumeur maligne…

  • Un lipome, c’est quoi exactement ?
  • Comment reconnaître un lipome ?
  • Faut-il enlever les lipomes ?
  • Comment différencier un lipome d’une tumeur cancéreuse ?

Un lipome, c’est quoi exactement ?

 Les lipomes sont des amas de cellules graisseuses sous-cutanés qui prennent l’aspect de boules sous la peau.
On ne sait pas exactement pourquoi ils se forment.

Les lipomes sont plus fréquents chez les femmes que chez les hommes.

Ils peuvent se développer à n’importe quel endroit sans que l’on sache pourquoi. Toutefois, ils apparaissent plus souvent sur les avant-bras, le torse et la nuque, mais peuvent aussi siéger sur un sein par exemple (faisant penser aux femmes qu’il s’agit d’une tumeur).

Alors que certaines personnes développent un seul lipome, d’autres en ont plusieurs.

Comment reconnaître un lipome ?

 Les lipomes sont présents juste sous la peau, formant des nodules de formes rondes ou ovales, au contour lisse.

  • La peau qui recouvre le lipome a un aspect normal.
  • Leur diamètre dépasse rarement 5 à 7,5 cm.
  • De consistance molle, ces boules se déforment sous les doigts.
  • À noter cependant que parfois, certains lipomes ont une consistance assez dure.

Faut-il enlever les lipomes ?

 Les lipomes sont des masses lipidiques bénignes.

Il est très rare qu’elles se transforment en tumeur maligne.

Les lipomes n’entraînent généralement aucun trouble et ne nécessitent aucune intervention.

Mais selon leur localisation, à proximité d’un nerf par exemple, ils peuvent être douloureux.

Ils peuvent aussi être gênants en fonction de leur taille, de leur nombre et de l’endroit ils se trouvent.

Il est alors possible de les enlever par :

  • Ablation chirurgicale.
  • Liposuccion (qui consiste à aspirer les cellules graisseuses qui constituent le lipome).

Comment différencier un lipome d’une tumeur cancéreuse ?

 Un lipome n’est pas un cancer.

Encore une fois, il s’agit d’une masse de tissu graisseux généralement bénigne qui ne nécessite aucune intervention.

En revanche, il est vrai qu’une boule peut être de nature cancéreuse. Mais les caractéristiques de cette boule sont alors très différentes de celles du lipome :
  • la boule est dure et non souple comme pour le lipome,
  • ses contours sont irréguliers contrairement au lipome,
  • et, adhérant aux tissus, la boule n’est pas mobile sous les doigts.   
Malgré des caractéristiques spécifiques, au moindre doute, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin.Par précaution, celui-ci peut proposer une biopsie afin de vérifier la nature du tissu prélevé et écarter ainsi tout risque de cancer.
Article publié par  le 02/07/2012

Sources : Manuel Merck, Editions Larousse.

 

Savoir conjuguer le Présent, le Passé, le Futur … pas si Simple que ça !

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 7:57

 Savoir conjuguer le Présent, le Passé, le Futur ... pas si Simple que ça ! dans Textes à méditer (239) coeur-dune-fleur

Le Passé, le dos courbé fouillant ses souvenirs et le Futur les yeux tournés vers l’Avenir conversaient il y a pas si longtemps.

64hf4oqr dans Textes à méditer (239)

 » Je ne vous comprends pas « , disait le Passé.  » Vous perdez votre temps ! Où pensez vous allez avec vos rêveries ? Vous n’êtes même pas sûr d’être encore là demain.  »

 » Peut-être « , répondit le Futur,  » Mais puis-je vous dire que pour ma part, je trouve votre attitude quelque peu farfelue. Vous vous nourrissez de choses disparues qui ne reviendront pas et de plus, impossibles à changer. Avouez qu’il faut être un peu bizarre pour se complaire ainsi dans un monde désuet et qui, dans bien des cas, est rempli de regrets. « 

 Plein de respect envers ses pairs, le Présent avait écouté toute la conversation.  » Messieurs « , dit-il alors,  » Puis-je me permettre d’émettre une opinion ? « 

 » Allez-y  » dirent le Passé et le Futur pour une fois d’accord.  » Vous avez la parole. Nous vous écoutons. « 

 Le Présent, calmement énonça ce qui suit :  » Mon cher Passé, avec vos souvenirs, il est clair que vous êtes précieux, pour autant bien sûr, qu’ils soient agréables, plaisants et heureux. Quant à vous cher Futur, rêveur plein de projets, il y a une question de mesure : les projets, il en faut, c’est bien évident car ils sont des moteurs d’action, mais ils ne doivent pas cependant entraver le parcours du présent qui lui, a comme mission de vivre intensément chaque minute, chaque heure ou chaque moment. Souvenirs ou projets, ne peuvent en aucun cas museler le Présent ou limiter sa vie, mais bien tout au contraire le rendre plus attrayant accompagné par quelques beaux souvenirs, alors le Présent se vivra pleinement. « 

 Auteur inconnu

ac1ac348

2 juillet, 2012

La huppe et les hiboux …

Classé dans : Textes à méditer (239) — coukie24 @ 14:08

7257388814

Un jour, une huppe, oiseau réputé pour sa vue perçante, trop fatiguée pour encore voler, à une famille de hiboux demanda l’hospitalité.

Ceux-ci ne sortent que dans l’obscurité. Ils accueillirent la huppe, lui offrant gîte et couvert, ne cessant de l’interroger sur ses voyages de l’été.

La huppe et les hiboux ... dans Textes à méditer (239) Huppe

Le lendemain matin, au moment où la huppe, enfin reposée, voulut s’en aller, les hiboux lui dirent :

« Chère amie, comment pouvez-vous y penser ? Pourquoi courir ainsi au danger ? Attendez donc le soir et vous partirez alors en sécurité ! Comment, sinon pourriez-vous vous diriger ?»

La huppe, quelque peu éberluée, rétorqua qu’elle y voyait mieux durant la matinée, que le soleil était source de toute lumière et qu’elle pouvait distinguer jusqu’aux menus détails du paysage forestier.

A ces mots, ses hôtes se mirent en colère, l’appelèrent « menteuse » et dans une crise de rage, la frappèrent du bec et des ongles, la visant aux yeux pour la punir d’oser ainsi se vanter.

« Effrontée », criaient-ils « Chacun chez les hiboux sait qu’on ne peut distinguer les choses qu’à la faveur de la nuit ».

La huppe, qui était sage, réfléchit : Si je continue à dire la vérité, pensa-t-elle, ils vont me tuer sans aucune utilité. Je peux sauver ma vie et me rétracter sans nuire à cette vérité qui n’en sera pas pour autant modifiée.

Elle feignit donc de n’y point voir durant le jour et,dès le soir, sans autre retard, elle partit.

Elle avait compris cette utile leçon :

« PARLE AUX GENS SELON LA CAPACITE DE LEUR COMPREHENSION »

ld8ej8k1  ld8ej8k1  ld8ej8k1

Conte inédit de Marcelle GERDAY

1 juillet, 2012

Liberté …

Classé dans : Poésies, Fables, contes, ... (171) — coukie24 @ 20:14
Liberté ... dans Poésies, Fables, contes, ... (171) 1314109272

 Liberté

 Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J’écris ton nom

Sur les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffées d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes raisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté

Paul Eluard, Poésies et vérités, 1942

76ac6a6e dans Poésies, Fables, contes, ... (171)

Aimer, c’est …

Classé dans : Amour (119) — coukie24 @ 15:10

Aimer, c'est ... dans Amour (119) aimer-cest

http://coukie24.unblog.fr/files/2012/07/p-toi.mp3" onclick="window.open(this.href);return false;" >

Aimer, c’est voir …

Classé dans : regards d enfants (53) — coukie24 @ 14:36

Aimer, c'est voir ... dans regards d enfants (53) ade

Aimer, c’est voir le soleil dans les yeux d’un enfant.

2p698ztr dans regards d enfants (53)

 

12
 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux