DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 10 décembre 2009

10 décembre, 2009

L’intolérance …

Classé dans : Les mots (85) — coukie24 @ 17:49

intolrence.jpg

L’intolérance, c’est de ne pas accepter qu’un autre puisse avoir une idée différente de la sienne. C’est exiger que l’autre ait de gré ou de force les même idées que soi-même.

VOLTAIRE, écrivait :
« Il y a deux monstres qui désolent la terre en pleine paix : l’un est la calomnie, et l’autre l’intolérance; je les combattrai jusqu’à ma mort. ».

Combattre l’intolérance, ce n’est pas de l’intolérance : c’est se battre contre les idées de celui qui ne donne pas à l’autre le droit d’exister dans sa différence.
Tout individu a le droit de vivre sa particularité, tout autant qu’il ne l’impose pas à l’autre.

« Colère et intolérance sont les ennemis d’une bonne compréhension. » (Gandhi)

« Un bon mariage est celui où chacun des époux a la chance de pouvoir tolérer

l’intolérable. » (Jean Rostand)

Le racisme et le sexisme sont aussi une forme d’intolérence.

Superbe coucher de soleil …

Classé dans : Belles images — coukie24 @ 17:27

Superbe coucher de soleil ... dans Belles images 2fed0e7f

Et si on décidait de ne pas grossir ? …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 14:06

Et si on décidait de ne pas grossir ?Une très sérieuse et récente étude (ObEpi 2009), démontre indiscutablement que nous grossissons de plus en plus : 46,4 % des Français sont trop gros alors qu’en 2006, le chiffre était de 43,7 %. Que faire pour ne pas augmenter les statistiques ?

De plus en plus de gros : un constat alarmant

Depuis 1997, le nombre de Français de poids normal diminue régulièrement tandis que, bien évidemment, celui des français en surpoids augmente, et ce dans toutes les catégories professionnelles. Néanmoins, c’est chez les personnes inactives que cette augmentation des gros est la plus importante.

On remarque que la majorité des Français en surpoids ont généralement dépassé 55 ans : plus on vieillit, plus on a tendance à grossir. Mais ce qui est nouveau cette année, c’est que la proportion de trop gros dans la tranche d’âge de 25 à 34 ans a beaucoup plus augmenté que dans les autres. Autrement dit, on grossit maintenant de plus en plus tôt !

Chaque étude, depuis 1997, avait montré que les hommes trop gros étaient plus nombreux que les femmes. Mais cette année, celles-ci commencent à les rattraper. Probablement parce qu’elles payent les effets des régimes amaigrissants répétés qui, on le sait, font grossir !

Tout cela n’est pas vraiment réjouissant…

Piqûre de rappel sur la  » grossitude « 

On ne grossit pas à l’insu de son plein gré !

On grossit toujours parce qu’on avale plus de calories que l’on en dépense. Et l’hérédité aggrave ce schéma dont il est impossible de sortir.

Le stress joue aussi son rôle. Il pourrait agir sur la fabrication d’hormones favorisant le stockage des graisses. Et il favorise le n’importe quoi alimentaire qui fait inévitablement grossir : petits-déjeuners et déjeuners escamotés ou trop rapides, grignotages à répétition, boissons et produits sucrés calmants.

On grossit parce qu’on mange trop gras et trop sucré mais aussi parce que l’on ne se bouge pas assez : on ne fait pas suffisamment travailler ses muscles alors qu’ils sont les plus gros consommateurs d’énergie.

Chasse au gras

Moins on mange de gras, moins on absorbe de calories puisque ce sont les lipides qui en apportent le plus : 9 par gramme. Il ne s’agit pas de le bannir entièrement mais de le modérer. Un doseur sur la bouteille d’huile, de façon à cuisiner moins gras. Beurre et/ou margarine en petites quantités (10 à 15 g par jour). Charcuteries et fromages seulement de temps en temps. Peu ou pas du tout de plats cuisinés du commerce, ni de ces barres soi-disant énergétiques et qui en sont bourrées. Une friture pas plus d’une fois par semaine.

Du pain

La moitié de nos calories quotidiennes doit être apportée par les glucides, c’est la base de l’équilibre alimentaire. Et une sorte d’assurance de ne pas manger au-dessus de ses besoins, donc de ne pas grossir. Quand ceux-ci sont par exemple de 2000 calories, 250 g de glucides (x 4 = 1000 calories) sont nécessaires.

C’est pourquoi il faut absolument manger du pain (50 à 55% de glucides) à chaque repas : 250 g par jour, c’est la bonne dose qui en fournit environ 140 g. Le reste sera apporté par les pâtes, le riz, les autres céréales, les légumes secs, les pommes de terre qui doivent figurer au menu. Tous ces aliments sont riches en glucides complexes, c’est-à-dire qu’ils délivrent lentement et progressivement l’énergie qu’ils renferment.

Peu de sucre

Mais ce bel équilibre est obligatoirement bousculé quand on consomme trop de sucre : plus de 25 à 30 g par jour. Ce n’est pas celui en morceaux ou en poudre qui est le plus dangereux car on le voit, on en a conscience ! C’est le sucre qui est caché dans les boissons et tous les produits sucrés.

À raison de 10 g dans 10 cl de soda (c’est le minimum), voilà 25 à 33 g de sucre (selon le format de la boîte) avalés sans même que l’on s’en rende compte. Ca relève de la catastrophe nutritionnelle, d’autant plus que les sodas ne désaltèrent pas vraiment.

Toutes les confiseries regorgent aussi de sucre, les biscuits, les desserts industriels, les laitages sucrés aussi. Et on en consomme beaucoup !

Pourquoi trop de sucre fait-il grossir ? Tout simplement parce qu’il donne un coup de fouet temporaire suivi d’une baisse de régime qui entraîne à en consommer de nouveau. C’est ainsi qu’on dépasse vite ses besoins énergétiques et qu’on grossit.

Ajoutez à cela que le sucre ne contient rien d’autre : pas de vitamines, pas de sels minéraux, entraînant ainsi un déséquilibre dans l’alimentation.

Se bouger

Ne pas dépenser assez de calories fait aussi grossir. On quitte sa voiture (ou un bus ou un métro) pour monter dans un ascenseur ou sur un escalier roulant, on se pose 8 heures par jour sur une chaise devant un ordinateur au bureau et ensuite 2 à 3 heures dans un canapé devant la télé avant d’aller dormir. C’est le rythme actuel de notre vie de sédentaire. Même si on se balade un peu pendant les week-ends, même si on a quelques centaines de mètres à parcourir pour rejoindre son arrêt de transports en commun, tout cela ne fait pas beaucoup fonctionner nos muscles. Et on grossit peu à peu !

On peut espérer que lors de la prochaine enquête ObePi, dans trois ans, l’engouement récent pour le vélo, grâce à l’installation des vélib dans les grandes villes, aura fait baisser le nombre de trop gros !

Mais ce qu’il faut faire dès maintenant pour ne pas augmenter ces fichues statistiques des trop gros, c’est de multiplier les occasions de faire fonctionner les muscles de ses jambes en marchant le plus souvent possible. Ca n’est vraiment pas compliqué !

Boire de l’eau, manger du pain, freiner sur le gras et le sucre, ça ne l’est pas non plus.

Et si on décidait de ne pas grossir ? ... dans Santé (166) 41364950

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux