DE TOUT EN VRAC

Bienvenue chez Coukie24 !

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 septembre 2009

8 septembre, 2009

Belle image d’automne …

Classé dans : Belles images,Les Saisons (115) — coukie24 @ 23:11

Belle image d'automne ... dans Belles images gmo1y5uj  

Pour maigrir plus vite, mangez lentement !

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 22:58

Pour maigrir plus vite, mangez lentement !Quand on mange lentement, on mange moins. On pourrait maigrir sans s’astreindre à aucun régime hypocalorique, uniquement en mangeant lentement. Il suffit de laisser bien fonctionner le centre de satiété qui se trouve dans notre cerveau.

Manger vite, c’est manger plus

Nombreuses sont les études qui montrent que lorsque l’on mange vite, on absorbe plus de calories que si l’on mange lentement.

La satiété est commandée par un centre situé dans l’hypothalamus. Il reçoit différentes informations qui conduisent peu à peu au rassasiement. Mais pour que cela fonctionne, il faut du temps : 20 minutes au minimum.

Lorsque l’on mange vite, que l’on avale tout rond, sans prendre le temps de bien mâcher, la satiété n’a pas le temps de s’installer. On sort de table sans se sentir vraiment bien rassasié et l’on éprouve le besoin de manger de nouveau plus tard, d’où des grignotages qui apportent des calories superflus. De plus, on se ressert en attendant que les autres aient terminé leur assiette : d’où aussi des calories en plus.

Mâcher

Bien mâcher est important pour plusieurs raisons. Les aliments humidifiés par la salive occupent une place plus grande dans l’estomac. Ce qui le distend et modère l’appétit. Les enzymes contenues dans la salive commencent à digérer l’amidon des céréales : du glucose est plus vite délivré, ce qui augmente la glycémie et favorise la satiété.

Les aliments bien mâchés sont mieux imprégnés des sucs gastriques qui commencent à dissocier les protéines en acides aminés. Le bol alimentaire passe ensuite, par giclées, dans l’intestin. Les acides aminés rejoignent alors plus vite la circulation sanguine : ils sont aussi un facteur de satiété.

En même temps, un certain nombre d’hormones régulatrices de l’appétit sont secrétées par la paroi intestinale et rejoignent le centre de satiété.

Sentir

Le goût et l’odeur des aliments jouent aussi leur rôle dans la satiété. Lorsque l’on mange lentement, on s’aperçoit que ce qui est dans son assiette devient de moins en moins bon et enlève l’envie de continuer à manger. Ce signal de satiété envoyé par le cerveau n’existe pas quand on mange vite.

Les récepteurs nerveux qui se trouvent dans la bouche sont sensibles à la pression des aliments mâchés. Ils envoient aussi des signaux au centre de satiété.

Aliments mous

Notre alimentation est de plus en plus molle et c’est pourquoi certains n’hésitent pas à faire la relation entre cette mollesse et l’augmentation de l’obésité.

On ne mâche pas les produits mous, le centre de satiété n’a donc pas le temps de faire son travail. Quand ils sont présents, il faut prendre le temps de les manger lentement, en les gardant suffisamment longtemps dans la bouche.

Jus de fruits et boissons sucrées

Le cerveau n’a pas le temps de comptabiliser les glucides et les calories contenues dans les jus de fruits et les boissons sucrées car ils passent tout droit. Ceux-ci n’induisent pas la satiété.

C’est pourquoi au petit déjeuner, mieux vaut oublier le sacro-saint jus d’orange et manger un fruit, orange ou autre selon les saisons.

Maigrir en mangeant lentement

C’est possible lorsque l’on est vorace. En rééduquant son comportement alimentaire, en s’obligeant à retrouver la bonne habitude de manger lentement, en écoutant les signaux de satiété, on mange forcément moins. On diminue ainsi son apport énergétique sans autre effort.

On peut s’y obliger en posant ses couverts entre chaque bouchée. En prenant aussi le temps d’apprécier les saveurs et les parfums du plat que l’on déguste et que l’on n’avale pas !

Pour s’en convaincre, il suffit de faire l’expérience avec un morceau de chocolat. Si on le laisse fondre lentement dans la bouche, – et cela peut prendre plusieurs minutes – on se sentira bien plus apaisé que si on l’a vite croqué et avalé.

Paule Neyrat, Diététicienne
06/08/2009

Pour maigrir plus vite, mangez lentement ! dans Santé (166) waage

L’union fait la force …

Classé dans : Humour (284) — coukie24 @ 22:50

image6.gif 

Barthes Roland

Classé dans : Citations, proverbes... — coukie24 @ 22:44

“la politesse vaut mieux que la sincérité , car la politesse fait toujours confiance à l’intelligence d’autrui.”

Hebergement gratuit d image et photo

Les bisous, c’est comme …

Classé dans : Amour (119) — coukie24 @ 19:16

 bisouchocolatmoral.jpg 

Le chocolat, c’est bon pour le coeur …

Classé dans : Santé (166) — coukie24 @ 18:38

Le chocolat, c'est bon pour le coeurRéputé pour remonter le moral en cas de petite déprime, le chocolat se révèle aussi bénéfique pour le coeur. Pour preuve supplémentaire, cette étude montrant un risque réduit de récidive d’accident cardiaque chez les consommateurs aguerris de chocolat


Les flavonoïdes du cacao protègent des maladies cardiovasculaires

Gras et sucré, le chocolat est surtout riche en flavonoïdes, des molécules antioxydantes très intéressantes en santé. C’est simple, le cacao est l’aliment qui contient le plus de flavonoïdes. Il en renferme même deux fois plus que le thé vert ou le vin.Doté de telles propriétés antioxydantes, le chocolat possède des effets protecteurs sur le système cardiovasculaire. En effet, les antioxydants préviennent le phénomène d’athérosclérose, empêchent la formation du mauvais cholestérol, diminuent la pression sanguine, agissent sur la souplesse des parois vasculaires, soit sur autant de facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.Tous ces effets se traduisent-ils concrètement par une diminution des maladies cardiovasculaires ? Peut-on réellement mesurer les effets du chocolat sur le cœur et les vaisseaux ? C’est précisément ce qui a été démontré dans cette étude qui a porté sur plus de 1100 personnes ayant fait une attaque cardiaque. Après avoir été renseignés sur leur consommation habituelle de chocolat, les auteurs constatent que le risque de récidive est d’autant plus faible que les sujets sont de grands consommateurs de chocolat. Au terme de 8 ans de suivi, on s’aperçoit que comparativement aux personnes qui ne mangent pratiquement pas de chocolat, ceux qui en consomment occasionnellement ont un risque de mourir de maladie cardiovasculaire réduit de 27%. Ce risque est diminué de 44% chez ceux qui en mangent une fois par semaine et de 66% chez les plus grands amateurs de chocolat.

Quel type de chocolat faut-il manger ?

Dans cette étude, les auteurs n’ont trouvé aucune différence en fonction du type de chocolat (noir ou au lait). Mais sur le principe, retenez que les flavonoïdes sont contenus dans le cacao. Ainsi, plus un chocolat est concentré en cacao, plus il sera riche en flavonoïdes. C’est le cas du chocolat noir, par rapport au chocolat au lait, ce dernier étant dilué avec des produits laitiers. Quant au chocolat blanc, c’est évidemment le plus pauvre : sachez qu’il ne contient pas de cacao et qu’il est fabriqué à partir du beurre de cacao.

Dr Philippe Presles
07/09/2009

Le chocolat, c'est bon pour le coeur ... dans Santé (166) 38162618_p     df0uvpao dans Santé (166)

 

DIEGO |
ya est la |
dedel26 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petitpot
| cercledecraie
| La Femme coupée en deux